AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chacun sa route, chacun son chemin... Passe le message à ton voisin!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Chacun sa route, chacun son chemin... Passe le message à ton voisin!   Mer 01 Juin 2011, 20:13

[Note: Ce rp se situe 27 ans en arrière par rapport à la trame actuelle! 19 ans en arrière (âge actuel de Kahera), 8 ans en arrière avant que Kana ne mette au monde Kahera, donc! La défunte mère de notre actuelle Mizukage avait alors 15 ans, et voyageait encore en compagnie de sa mère à elle, toutes deux nukenins du clan Miruga...]

=======


'Aux Sables Chauds'... Vraiment, quel nom minable pour un restaurant en plein pays du Sable, se dit la jeune Kana, tandis que sa mère négociait quelque commerce louche dans les sous-terrains des taupes, comme on les appelait, ces bas-fond de la ville, village sous le village, où vivaient toute la partie recluse de la société, les gens peu fréquentables, les rejetés de la vie, les rebelles indisciplinés et autres encore. Ce pays de misère et de sècheresse n'avait décidément rien de passionnant. Il y faisait trop chaud, la bouffe y était mauvaise et trop épicée, l'eau rarement fraîche, et pourtant... Et pourtant, Kana dévorait chaque nouveau détail de ce décor insolite de chacun de ses sens. Elle s'habitua rapidement au piquant des plats, à l'odeur des différents tabacs et autres drogues fumées en ces lieux, au sable qui vous picotait tout le corps dès que vous sortiez le bout du nez dehors. Les gens, dans ce restaurant, ressemblaient davantage aux clients d'une taverne mal famée, en y regardant de plus près, mais qu'importait? Après tout, sa mère et elle n'étaient-elles pas elles-mêmes des hors-la-loi? Ce genre de fréquentations ne les effrayaient donc pas. Que la racaille tente de s'en prendre à elles et tout ennemi découvrirait alors suffisamment vite de quel bois se chauffaient les deux kunoïchis.

« Dis-donc, t'es pas un peu jeune pour fréquenter ce genre d'endroits, toi? T'as quel âge, gamine? »

Haussant un sourcil à l'interpellation d'un imposant client, du genre aventurier, plutôt baraqué, la dite gamine se contenta de hausser les épaules, remettant négligemment une mèche de ses cheveux couleur sang en arrière. Cette coiffe en bataille ne cessait de l'enquiquiner, et elle se disait que peut-être elle devrait les laisser pousser, histoire d'au moins pouvoir les attacher... Mais en y repensant, Kana se dit que les attacher reviendrait à les priver de ce pour quoi elle et sa mère se battaient jour après jour: la liberté. Tant pis pour les cheveux dans les yeux... Elle n'aurait qu'à les recouper un brin.

« Hey, tu ne m'as pas entendu? Je t'ai demandé ton âge! »

Il voulut se saisir de son poignet, mais il n'attrappa que du vide. La demoiselle, âgée d'une quinzaine d'années, s'était déjà écartée, sans même que quiconque ici, shinobis compris, n'ait eu le temps de la voir se déplacer. Éberlué, le bonhomme, lui-même ninja accompli, sourit alors, après un temps de surprise.

« Oh, je vois que tu sais esquiver... Mais ça ne règle pas la question de ton âge, miss... C'est pas recommandé aux enfants, ici. »

« L'enfant, elle n'a aucun compte à te rendre, bouffon. Je vais où ça me chante, quand ça me chante, et ce même si ça ne te plaît pas. Et puis, j'attends ma maman, donc t'inquiètes pas, je suis pas seule. »

Un sourire ironique adressé au gars, doublé d'un regard brun profond, brillant de malice et d'assurance, lui firent comprendre qu'il ne s'adressait pas à une enfant perdue et fragile, et donc, certainement pas à une proie facile. Bien qu'elle n'eut pas répliqué physiquement à sa tentative de lui saisir le poignet, le shinobi comprit assez rapidement que la petite possédait des capacités lui permettant ce genre d'audace à son encontre. Mieux valait ne pas insister... Il finit par la laisser tranquille.

« A ta guise, gamine. »

Il se détourna de l'indépendante adolescente, se demandant à quoi pouvait bien ressembler sa mère, qu'elle prétendait attendre, au vu de ce que représentait déjà la fille... Sacré petit bout de femme! De taille et corpulence moyenne, elle portait une belle petite poitrine, déjà, et un petit cul bien ferme et rond du genre de ceux où bien des hommes voudraient mettre la main. Mais mieux valait s'abstenir, au vu du caractère et des capacités d'esquive et sans doute, de réplique de la donzelle! Elle possédait un joli corps, mais quelques cicatrices sur ses bras par exemple démontraient qu'elle ne craignait pas la baston et savait s'en sortir indemne ou presque... Sa tenue n'avait rien de particulièrement indécent, et pourtant, demeurait quelque peu provocante. Un pantalon ample et pourpre flottant au gré du vent ou de ses mouvements, fait d'une étoffe légère, mais solide et confortable, recouvrait ses jambes, tandis que de fines sandales à lanières de cuir brun foncé protégeaient ses pieds du sol brûlant du désert. Un top noir sans manches ni bretelles entourait son torse, tandis qu'une petite veste de lin orange lui recouvrait davantage bras et épaules, ouvert à l'avant sur le décolleté de son top. Et sous son bras, un sac de voyage contenant le strict minimum nécessaire dont sa cape à capuche, manteau bien utile lorsqu'on voyage seul face aux intempéries en tous genres, tempêtes de sable, pluie, vents violents et glaciaux...

* Pfff, pitié, m'man, grouille-toi... J'ai pas envie de traîner ici, je vais encore fiche le bordel si on me cherche, et tu le sais, pourtant... *

Soupirant bruyamment, l'adolescente finit sa limonade, trop tiède à son goût, avec une grimace, avant de contempler le vide de son assiette. Elle avait mangé à sa faim, même si cette découverte des épices fortes ne l'avait pas ravie au début. Après quelques cuillers, on s'y faisait, et au final, c'était même plutôt agréable. Mais à présent qu'elle avait terminé son repas, la jeune Kana Miruga ne savait pas trop que faire en attendant le retour de sa mère. Elle s'ennuyait, clairement. Et ce n'était pas vraiment avec le genre de personnes fréquentant cet établissement qu'elle avait envie de s'amuser... A cette heure tardive de la nuit, presque 23 heures, l'on ne trouvait plus ici que des brigands et autres personnages peu recommandables, d'ordinaire. Oh, bien sur, elle-même faisait partie de cette caste, d'une certaine manière! Mais s'amuser avec ce genre de personne, en général, ce n'était pas particulièrement recommandé lorsqu'on tenait à rester entier...
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Kiyoshi Hoshina
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 01/04/2009

Fiche Ninja
PV:
150/150  (150/150)
PC:
235/235  (235/235)

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin... Passe le message à ton voisin!   Ven 03 Juin 2011, 23:40

    " Fuuuuuu belles fesses ! "

    La jeune femme d'une vingtaine d'années se retourna avec la ferme intention de coller une tarte dans la tronche de celui qui venait de la siffler avant d'ajouter un commentaire si déplacé. Mais, en baissant les yeux, elle ne vit devant elle qu'un gamin d'une quinzaine d'année. Et vu l'air suffisant qu'il affichait, elle sut immédiatement que c'était bien lui qui avait parlé. Elle éclata de rire.

    " Écoute mon mignon, c'est vrai que t'es pas mal, hein, mais t'es encore un peu jeune pour me draguer. Reviens dans une bonne dizaine d'années ! "

    Et sur un dernier gloussement, elle planta là le jeune homme qui affichait maintenant une mine boudeuse. Ce jeune éconduit n'était autre que Karl, l'un des plus beaux garçons des bas-fonds du centre des activités. Les donzelles du quartier des marchands l'élisaient même régulièrement dans leur top mensuel des ados les plus sexy de Suna. Une véritable star quoi ! Et il ne se privait pas pour draguer tout ce qui bougeait. Bon, là, il avait peut-être visé un peu trop haut avec la fille qui venait de le snober. Mais il ne se faisait pas de soucis. Il finirait bien par trouver. Car il en avait marre des filles trop faciles qui le mangeaient des yeux et à qui il suffisait de sourire pour qu'elles acceptent immédiatement de sortir avec lui. Il voulait du challenge ! De la rebelle ! Du défi ! Il voulait prouver que rien ne résistait à ses incroyables talents de tombeur. Et puis qu'elle satisfaction lorsque, après avoir vainement lutté, la proie succombait au chasseur...

    Karl sortit en sifflotant de la ruelle dans laquelle il se trouvait pour s'engager dans l'une des artères principales du quartier. Où allait-il se rendre ce soir ? Tout lui était ouvert. Les gens le connaissaient et nul ne lui cherchait de noise. Là tout de suite, par exemple, tout le monde s'écartait de son chemin. Même les pires bruts du coin baissaient les yeux et s'éloignaient à son arrivée. La raison en était simple. Son père, ninja de talent, était le responsable de cette partie du village. Karl devenait ainsi, par simple hérédité, une sorte de V.I.P intouchable.

    Ses pas le portèrent devant le " Aux sables chauds ", l'un des restaurants les plus réputés de Suna. Songeant qu'il y trouverait peut-être une bonne proie, il y entra avec son habituel air conquérant. Et là, il la vit. Difficile de la manquer, c'est vrai, avec ses magnifiques cheveux rouges flamboyants. Et, sous cette flamme capillaire, une beauté à couper le souffle. Et un corps... hum... très intéressant. Totalement sur de lui, Karl franchit la distance le séparant de la table de la demoiselle qui lui avait tapé dans l'œil et s'assit en face d'elle sans attendre la moindre autorisation.

    " Bonsoir divine princesse, lança-t-il avec son sourire le plus charmeur. Je devrai vous dire que je suis désolé de m'imposer ainsi mais il n'en n'ait rien. En fait, ne pas vous accoster aurait été une insulte à votre époustouflante beauté. Serveur ! "

    Il attrapa la manche d'un serveur qui passait par là pour lui passer commande.

    " Resservez une limonade à cette beauté. Et mettez en moi une. Allez ! "

    Le serveur, ayant reconnu le fils du boss du coin, acquiesça et s'éloigna sans discuter. Leurs boissons arrivèrent sur la table à une vitesse époustouflante.

    " Alors, belle plante, reprit Karl en affichant son visage " spécial lover ", que fais-tu dans ce restaurant ? Je traine souvent ici et je ne serai surement pas passé à côté d'une princesse dans ton genre. Tu dois donc être de passage à Suna, non ? "

    * Un passage que je vais rendre inoubliable, ajouta-t-il intérieurement. *
Revenir en haut Aller en bas
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin... Passe le message à ton voisin!   Mar 07 Juin 2011, 22:02

Kana sirotait la fin de son verre, quand un huluberlu vint l'accoster, un jeune freluquet de quoi, seize, dix-sept ans peut-être...? Dans tous les cas, le môme ne manquait pas de culot. Il lui sortit un de ces foutus baratin de dragueur, pensant sans doute la faire tomber toute rôtie dans son filet de chasseur de jupons? Sauf que, pas de chance pour lui, Kana ne portait guère de jupons, et n'appréciait pas davantage ceux qui leur couraient après!

« Resservez une limonade à cette beauté. Et mettez en moi une. Allez! »

Sans même lui prêter un seul regard, la fière adolescente finit par réagir, lui répondant d'un ton à glacer le sang. Son regard, fixé droit devant elle, l'air vide, semblait tout aussi distant et hautain que le ton de sa voix. Pour elle, ce petit freluquet ne représentait rien d'autre qu'un insecte dérangeant, telle une mouche qui vous tourne autour, se pose par-ci, par-là, vous pique, s'envole, et revient à l'assaut dès que vous cessez de la chasser...

« Dégage, moustique. »

Soit il ne l'avait pas entendue, soit il avait superbement ignoré la réplique de son interlocutrice involontaire, toujours fut-il que le sieur Karl en rajouta une couche, comme si les premières n'avaient pas suffi à l'enfoncer bien bas dans l'estime de la jeune fille aux cheveux aussi flamboyants que son ardent regard.

« Alors, belle plante, que fais-tu dans ce restaurant? Je traine souvent ici et je ne serai surement pas passé à côté d'une princesse dans ton genre. Tu dois donc être de passage à Suna, non? »

Kana soupira. Cela valait-il seulement la peine de répondre à pareil individu? Elle haussa les yeux au ciel, admirant une fraction de seconde la voûte enfumée de la pièce, avant d'enfin porter son regard sur lui, d'une jolie couleur chocolat au lait agrémenté de paillettes d'or, quand on regardait de près et selon la luminosité ambiante. Accompagnant ce regard, d'un sourire presque inquiétant, de prédatrice, au jeune homme, Kana lui répondait à nouveau, d'un ton qui put passer pour langoureux, mais dont les intonations menaçantes ne trompaient pas. Karl jouait avec le feu...

« Belle plante, hein... As-tu déjà entendu parler des lianes étrangleuses, ou des plantes carnivores de certaines contrées reculées? Ah, non, sûrement que non... Sinon, tu aurais compris dès ma première réponse que je suis trop dangereuse pour toi, petit herboriste frimeur. »

Elle prit le verre qu'il lui avait offert et, lentement, avec un sourire s'élargissant en observant la tête qu'il allait tirer au fur et à mesure de ses mots et réactions à elle, en déversa le contenu sur le crâne du jeune homme.

« Oh, pardon... Vu que tu compares les demoiselles à des plantes, je pensais que ça valait aussi pour les hommes. Et avec la chaleur qu'il fait ici, un peu de liquide n'aurait alors pu te faire que du bien... Alors, les idées rafraichies, monsieur le Don Juan? »

Elle sourit, narquoise, puis, laissant là Don Juan, verres et assiette vide, elle se leva, son sac à l'épaule, paya son addition et laissa un mot au patron à l'attention de sa mère, avant de sortir de l'établissement, sans plus d'attention pour le malheureux jeune homme qu'elle venait d'humilier comme, sans doute, jamais aucune autre auparavant... Les autres clients, dans la taverne, n'avaient pu s'empêcher de tout observer de la scène, n'en ratant pas une miette, et pouffant de rire à sa conclusion, tandis que la belle et rebelle demoiselle plantait là l'arbuste coureur de belles plantes, bien hydraté, et tout collant, par la même occasion, du sucre de la limonade ayant servi à l'arroser.

Devant l'établissement, dehors, Kana s'étirait tranquillement, satisfaite de sa réplique verbale autant que physique à l'impertinent petit gosse de riche qui pensait sans doute que la renommée de ses vieux lui permettraient pareille audace à l'encontre de n'importe qui... Kana n'était pas n'importe qui, et il venait de l'apprendre à ses dépends.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chacun sa route, chacun son chemin... Passe le message à ton voisin!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chacun sa route, chacun son chemin... Passe le message à ton voisin!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: SunaSuna :: Centre des Activités :: Restaurant "Aux Sables Chauds"-