AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Requiem. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Miharu Okami Ooguri
Nukenin de Rang B
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 21
Date d'inscription : 12/03/2009

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Requiem. [Libre]   Ven 20 Mai 2011, 22:44




A Pain that I'm Used.
    Mes équipiers, mes connaissances... Ils m'ont tous oublié. Enfin, je n'ai aucune preuve mais j'en suis sûre. Je m'appelle Miharu. Miharu Ooguri Okami. Mon nom s'est effacé des mémoires avec le temps... À vrai dire, je ne flânais plus comme une grande enfant dans les nombreux lieux qui gorgeaient les villages. Il y a un an de ça, après une sorte de mission en compagnie de l'homme que j'aimais, Yanosa, j'ai été rudement blessé. Mon instinct animal de canidé m'avait obligé à m'éloigner de la meute des Nukenins. J'étais restée en retraits, pendant des semaines, des mois, à panser mes blessures ensanglantées et en essayant d'oublier tout ça. Seulement, notre passé nous rattrape toujours, qu'on le veuille ou non. Je m'appelle Miharu Ooguri Okami, et aujourd'hui, je décide enfin de sortir de l'ombre. J'ai changé, oui. Je ne suis plus la gamine que j'étais à l'époque. J'ai appris de mes combats, j'ai compris que mon caractère d'enfant énervait plus qu'autre chose. Physiquement aussi, j'ai changé. Mes cheveux ont été coupés avec un Kunai tranchant et j'avais jeté mon ancien bandeau frontal rayé dans la profondeur d'un lagon. J'avais voyagé, j'avais rencontré des gens. J'étais devenue plus mature... Et mon rang de déserteur allait parfaitement bien désormais à la jeune fille que j'étais devenue.

    J'avais trouvé refuge dans un endroit assez particulier. Un archipel qui m'était inconnu. La chasse avait été ardue au début et plusieurs fois, j'avais vu le gibier courir plus vite que je ne l'aurai cru. J'avais dû aiguiser mes sens, m'entraîner à courir plus vite et faire fierté à ma famille cannibale. J'avais certes changé, mais je restais tout de même la sympathique petite Nukenin que j'étais. Je n'étais pas aussi misanthrope que de grands déserteurs et je gardais souvent le sourire aux lèvres, seulement là où j'étais terrée, il y avait peu de monde avec qui discuter... Oh, peut-être un lapin. Seulement je doute qu'il puisse me répondre et même s'il le ferait, je me rendrai compte que là, j'aurai vraiment perdu la tête. J'étais encore allongée dans une couchette que j'avais trimballé dans un sac à dos pendant tout mon voyage. Ça me suffisait amplement pour vivre. Dans ces îles, il y avait à manger, il suffisait juste d'être un excellent chasseur.

    « ... »

    Ah, j'avais oublié un détail. Là d'où j'étais couchée, je pouvais entendre, le bon matin, le chant de certains oiseaux... Pas que je n'étais pas romantique, mais je détestais ces piaillements qui me tiraient de ma léthargie. Énervée, j'ouvris ma couchette pour me mettre debout avec du mal - il ne faut pas oublier que nous sommes le matin, hein... - et je me mis à hurler sur ces vertébrés ovipares pour qu'ils ferment leurs clapets.

    « Vous allez vous la fermer oui ? Je m'en fous de votre joie de vivre, allez siffloter ailleurs si vous ne voulez pas que je vous envoie un kunai dans le gosier ! »

    Le matin, j'avais le don d'être vite énervée et de passer au stade furie en un rien de temps. Peut-être par peur de mes hurlements, les oiseaux se stoppèrent dans leurs sérénades. Je souris en coin en faisant craquer ma nuque endolorie. Je m'étais mal allongée hier soir et je sentais comme une boule de nerfs douloureux à l'endroit même. Mon physique mièvre faisait que j'avais souvent ce genre de choses... Un rien pouvait me faire mal... Seulement, je compensais ma fragilité avec la puissance de ma mâchoire. J'attrapais mon short noir et l'enfila en me drapant d'un haut blanc assez large mais qui gardait tout de même une touche de féminité. J'allais me rafraichir prêt d'un courant qui traversait toute l'ile, seulement une voix interrompit le bon déroulement de ce que je désirais faire.

    « Qu'elle manière de parler aux oiseaux... »


Revenir en haut Aller en bas
http://guru.forumactif.org/
Kiyoshi Hoshina
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 01/04/2009

Fiche Ninja
PV:
150/150  (150/150)
PC:
235/235  (235/235)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Mer 25 Mai 2011, 03:36

    La barque glissait lentement sur l'eau, troublant le calme de la mer par le bruit des vaguelettes heurtant la coque et des rames s'enfonçant dans la surface lisse. Un bruit régulier qui rassurait Yves, pêcheur du coin qui, en échange de quelques pièces, avait accepté de conduire un étrange individu jusqu'aux îles de l'Archipel. Sur le moment, le poids de l'argent dans ses mains aidant, il n'avait absolument pas hésité à naviguer de nuit pour un inconnu. A présent, il avait hâte que cette histoire se termine. L'individu, en effet, le mettait mal à l'aise. Il n'avait pas lâché un mot de toute la traversée ! Soit plusieurs heures de silence absolu ! Après quelques timides tentatives pour lancer une discussion, Yves était arrivé à la conclusion que mieux valait ne plus rien dire et laisser l'individu dans son mutisme.

    Le soleil se levait quand la barque acosta dans le sable d'une petite plage avec un bruit mât. S'animant soudain, l'inconnu se leva et descendit de l'embarcation. Son mouvement fut si brusque qu'il fit voler la capuche de sa cape. Pour la première fois, Yves put voir le visage de son passager. La première chose qu'il remarqua fut la longue crinière de cheveux noirs qui, libérés du vêtement, virevoltèrent dans le vent avant de s'étaler sur le dos puissant de l'homme. Puis ce dernier se retourna, et Yves en resta bouche bée. L'homme était l'incarnation même de la beauté ! Son visage pâle et froid semblait sculpté par le plus talentueux des artistes. Ses yeux, d'un noir si sombre qu'on avait l'impression d'observer une nuit sans lune ni étoiles, paraissaient lire vos pensées les plus intimes. Mais plus marquant encore était l'impression de force que cet homme dégageait, comme la certitude que rien au monde n'avait le pouvoir de s'opposer à lui. Ecrasé par tant de majesté, le brave mais modeste pêcheur eut un mouvement instinctif de recul et baissa la tête en un geste involontaire de soumission. Pourtant, lorsque l'inconnu lui adressa un sourire éblouissant, il se redressa et se sentit instantanément à l'aise.

    " Quel dommage, murmura l'homme d'une délicate voix grave. Dire que vous auriez pu rester en vie... "

    Et, toujours souriant, il transperça la gorge du pauvre Yves d'un kunai habillement lancé.

    Quelques minutes plus tard, l'homme s'enfonçait d'un bon pas au milieu des arbres recouvrant l'île. Sur la plage, derrière lui, plus aucune trace du corps du pêcheur ou de son embarcation. Plongé dans ses pensées, l'individu marchait sans vraiment regarder où il mettait les pieds, se fiant à sa bonne connaissance des lieux pour se guider. Bien que ce tour en barque lui eut paru interminable, il lui avait permis de ne pas attirer l'attention en se comportant comme n'importe quel homme normal. Un rictus déforma son visage. Il n'avait rien d'un homme normal.

    Il venait de déboucher dans une petite clairière lorsqu'il vit un spectacle étrange. Sortant d'un duvet, une gamine à l'air encore endormie apostrophait violemment des oiseaux qui, visiblement, venaient de la réveiller. Après avoir pesté quelques instants, la jeune fille se dirigea vers un ruisseau pour s'asperger le visage et fut elle-même interpellée par un homme, un berger d'après sa tenue, qui se tenait près du cours d'eau.

    Poussant un soupir agacé, l'inconnu sortit de sous les arbres et se dirigea rapidement vers les gêneurs. Décidément, qu'avaient-ils tous à envahir SON havre de paix ? La première victime fut rapidement désignée : un mouvement de poignet, et un kunai partit se ficher dans la gorge du berger.

    " ça, expliqua tranquillement l'inconnu, c'était pour la stupidité de ta phrase. Depuis quand y a-t-il une " manière " de parler à de stupides volatils ? "

    Se tournant vers la gamine, un nouveau projectile dans la main, il arma son bras... et se stoppa. Il venait de tuer un homme de sang froid, pourtant la jeune fille ne bronchait pas. Aucune peur dans ses yeux, plutôt de la... curiosité. Et... autre chose... l'habitude de voir du sang ?

    Le kunai dans la main de l'inconnu se volatilisa tandis qu'il s'adossait paisiblement à un arbre. Quelque chose lui donnait envie d'en apprendre plus sur cette gamine.

    "Bonjour, lança-t-il de sa voix suave. Tu n'as pas l'air particulièrement choquée par la mort de cet homme. Etrange pour une jeune fille de ton âge. Aurais-tu la gentillesse de me dire qui tu es et ce que tu fais ici ? "

    Et, bien qu'accompagné d'un sourire charmeur, cette demande avait des accents de menace.
Revenir en haut Aller en bas
Miharu Okami Ooguri
Nukenin de Rang B
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 21
Date d'inscription : 12/03/2009

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Mer 25 Mai 2011, 16:03




Pay the price for your paradise.
    Du sang. Ça faisait longtemps que je n'en avais plus vu et il fallait qu'un homme vienne embrocher un berger pour que j'en vois enfin couler. Mes pupilles se dilatèrent et mes dents se mirent à pousser. Elles étaient plus acérées et brillaient comme des piastres neufs. Je ne pris même pas en compte les paroles de cet inconnu que je poussais d'un bras. J'avais faim, terriblement faim et telle une louve sauvage, je m'abattis sur ce cadavre. Je sortis un kunaï effilé et le plantais dans l'abdomen du vieil homme. D'un coup sec, je tirais d'un coup sec, arrachant la peau par la même occasion. Une odeur de sang frais se dégagea de ce corps. C'était certes écoeurant pour certaines personnes, mais j'aurai pu rester là encore des heures à renifler les flagrances délicates du cruor humain. Seulement j'avais envie de planter mes dents dans sa chaire et je ne fis pas attendre mon estomac encore plus longtemps.

    Vampirisme clinique. Oui, c’était à peu près de quoi j'étais touchée. Pourtant, avant d'être âgée d'une dizaine d'années, la vue du sang me dégoutait et c'était même ma pire phobie. Désormais, c’était mon breuvage préféré. Ça m'arrivait même de planter mes canines dans mon poignet pour me faire saigner et lécher quelques gouttelettes vermeilles. Je me relevais lentement, jetant un coup d'œil à ma tenue souillait par le sang. Ma bouche, elle, était grimée par le nectar grenat et je vins passer ma langue dessus pour recueillir encore un peu de sang dans ma bouche. La victime était dans un état vraiment déplorable. Les boyaux restant étaient à l'air et il baignait dans une marre sanguinolente... Malgré cette scène morbide, je gardais un petit visage joyaux qui ne semblait pas offusquer par tout ça. Pour moi, c'était totalement normal ! L'homme s'était offert à moi en holocauste pour que je puise mon énergie grâce à sa vie. J'avais besoin de manger son corps pour vivre, c'était ça la chaine alimentaire des cannibales.

    « Je n'aime pas les questions... Et fait attention à ne pas trop m'irriter, je mords fort ! »

    À me voir, je ne semblais pas vraiment dangereuse. Je ne mesurais pas plus d'un mètre quarante-sept et j'avais un poids plume de trente kilos à cause de mon régime anthropophage. Je ramassais mes cheveux en une haute queue de cheval, quelques mèches rebelles venant s'y échapper pour caresser mes joues. Je me mis à le détailler un peu mieux... La première chose qui me sauta aux yeux et bien... C'était justement ses prunelles. Elles étaient obscures, comme si ses iris étaient plongés dans une constante pénombre et qu'elles avaient pris la noirceur des endroits que l'homme côtoyaient. Il n'était pas laid pour un sous, bien au contraire, il était assez mignon et c'est pour cette raison que je n'allais pas me jeter sur lui pour lui arracher la vie en un coup de canines. Puis d'après ce que j'avais vu, lui aussi avait des ressources... Hm, c'était intéressant. J'avançais d'un pas, mon regard toujours plongé dans le noir du sien. Un duo, ça pouvait être palpitant !

    « Allez, je suis gentille, je vais pas te faire attendre ou garder un peu de suspens... Je m'appelle Haru. »

    Pas la peine de donner mon vrai prénom, mon surnom suffisait. Je ne le connaissais pas, je n'allais pas à lui donner des informations concrètes sur moi-même, surtout que je sentais intérieurement qu'il allait me mentir sur lui. J'avais un instinct beaucoup plus développé que les simples humains et ça m'aidait grandement. Je me plantais enfin devant lui, obligée de regarder vers le haut tant je semblais minuscule face à lui. Me mettant sur la pointe des pieds, mon ongle écorcha son derme et sa joue vint se faire perler d'une goutte de sang. Je léchais mon doigt fardé par le sang et le lécha avec onctuosité. Miam, il avait un bon goût ! Pas un goût trop métallique qui me donnait envie de vomir. Non, un sang sucré. D'un bond félin, je m'assis à sa gauche, sur un rocher bistré, croisant mes jambes taillées par mes entraînements. Il pouvait m'être utile ! J'avais des quêtes à faire, je me devais de récolter des informations sur des villages, des organisations... Je me faisais discrète dans le monde des déserteurs, mais je jurais qu'un jour, je ferais un grand coup ! La désertassions de mon village et l'assassinat de mes parents n'avaient pas été fait pour rien. Ma morsure à la nuque par ce stupide loup non plus ! Si j'étais devenue une espèce de « chimère », ça prouvait que j'avais mon importance dans ce monde et que je devais accomplir quelque chose de grand...

    « Et toi ? Tu devais vachement t'ennuyer pour te perdre ici. »


Revenir en haut Aller en bas
http://guru.forumactif.org/
Kiyoshi Hoshina
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 01/04/2009

Fiche Ninja
PV:
150/150  (150/150)
PC:
235/235  (235/235)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Jeu 26 Mai 2011, 20:53

    L'inconnu resta de marbre en observant la gamine dévorer le corps encore chaud du berger. Du moins semblait-il impassible en surface car, intérieurement, il bouillait de convoitise. Ce bout de jeune femme devait posséder un Kekai Gekai, être le fruit d'une expérience génétique ou un truc dans ce genre là. Qu'importe, le comment n'était pas important. Ce qui comptait, c'était le résultat : il était magnifique ! Étant lui-même exceptionnel, l'inconnu savait reconnaitre du potentiel lorsqu'il en voyait. Cette gamine était un diamant à l'état brut ! Un diamant rouge sang qui pouvait lui être très utile... s'il parvenait à l'appâter.

    Aussi l'homme aux allures divines choisit-il de rester immobile lorsque la dénommée Haru vint le griffer. Il la laissa même gouter son sang et en savourer le nectar. Et, quand enfin elle s'en fut délectée et se fut assise à ses côtés, il se dressa devant elle, lui offrit un magnifique sourire... et lui administra une baffe retentissante. Il n'y mit pas toute sa force, bien sûr, mais suffisamment pour faire tomber la jeune fille de son perchoir. Puis, se penchant pour se retrouver à la hauteur de Haru, il lui saisit le menton de ses doigts fins et avança sa tête de façon à pouvoir lui murmurer dans l'oreille :

    " J'aime qu'on réponde clairement à mes questions. Je me rappelle t'avoir demandé la raison de ta présence ici. Je me sens frustré que tu ne te sois pas senti obligé d'assouvir ma curiosité... "

    La lâchant avec un mouvement qui pouvait passer pour une caresse, l'inconnu se redressa et recula de quelque pas, un nouveau sourire bienveillant aux lèvres.

    " Mais oublions ça pour le moment ! Je suis sûr qu'à partir de maintenant tu t'attacheras à ne plus me vexer, n'est ce pas ? Je m'appelle Muroku, mais tu peux m'appeler Muro. Pour répondre à ta question, je me suis rendu sur cet archipel de mon plein grès. C'est un endroit que... j'apprécie. "

    Il se tut et toisa de nouveau Haru. Son visage était joyeux, ouvert, comme s'il discutait avec une ancienne amie qu'il renvoyait après une longue séparation. Seuls ses yeux restaient froids et calculateurs.

    " Tu possèdes une faculté vraiment... impressionnante, reprit-il de sa belle voix suave. J'ai beaucoup aimé ton aspect... animal... - il appuya le dernier mot en lui lançant un regard ambigu-. Tu es fascinante. D'où viens-tu donc ? Peut-être pourrais-tu me raconter ton histoire ? "


Revenir en haut Aller en bas
Miharu Okami Ooguri
Nukenin de Rang B
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 21
Date d'inscription : 12/03/2009

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Ven 27 Mai 2011, 15:35




S&M.
    Une douleur cuisante se fit sentir au niveau de ma joue. Je posais ma petite main dessus, devinant à quel point ma peau avait dû être devenue grenat. Il avait de la force, ce gars-là... Bizarrement, au lieu de pleurer ou d'avoir peur, cet heurt avait suscité l'excitation. J'aimais la violence, d'un certain côté, c'était jouissif à mes yeux. Je passais lascivement ma langue sur mes lèvres, les humidifiant légèrement pour les faire briller. Je l'écoutais parler, devinant qu'il tentait de m'hypnotiser de sa suave voix. Imbécile... Je n'étais pas aussi dupe que ma moue enfantine voulait laisser croire. Il s'appelait donc Muroku... Quoi d'autre sur lui ? Il aimait les archipels et avait l'air d'affectionner aussi sa longue chevelure qui était attachée en une queue de cheval, dont les mèches bleutés venaient effleurer le bas de son dos. Quel coruscant physique. J'avais beau être fascinante à ses yeux, il l'était aussi. Un aussi bel homme pour moi toute seule... Car, oui, je me jurais qu'il serait à moi d'une manière ou d'une autre. Je pouvais à mon tour lever mon masque de fille innocente, montrant une physionomie toute autre, des traits beaucoup plus durs et des formes beaucoup plus adultes.

    Lui raconter mon histoire ? Je souris à cette idée. Pourquoi j'allais me présenter avec autant de détails à un manipulateur ? Dans l'histoire, n'oublions pas que c'était moi la calculatrice. Je me relevais lentement, dépoussiérant mon short et mon débardeur qui laissait voir la naissance de ma poitrine. Tout de même, ça ne faisait pas du bien d'être envoyée violemment parterre et d'atterrir sur un flan douloureux par de longues nuits d'insomnies. J'avais envie de lui arracher les yeux avec mes ongles, mais il avait un si beau regard que je chassais cette néfaste idée rien qu'en croisant ses prunelles. C'était rare que je sois aussi attirée par un homme ! À vrai dire, depuis que j'avais déserté Konoha, j'avais rencontré aussi un bel éphèbe du nom de Yanosa mais son côté trop religieux m'avait fait fuir. Il restait que ses longs cheveux pourpres et que sa musculature saillante m'avait plu. À croire que j'étais attirée par les méchants garçons chevelus ! Car en y réfléchissant, Moruko correspondait bien à cette petite description. Un corps athlétique et une crinière sans fin.

    Je décidais tout de même de faire un petit effort... Allez, un petit chapitre de ma vie ne dévoilerait pas la totalité de cette dernière. Sans un mot, je me mis dos à lui et leva mon vêtement. Mes lombes se divulguèrent ainsi que le bas de mon dos musclé et féminin. Quelques cicatrices étaient ancréds sur ma peau, montrant ainsi à l'homme mon côté guerrière. J'avais assisté à des combats dans mon passé, je m'étais pris des coups, j'en avais encaissé, j'en avais rendu et mon corps se retrouvaient grimés par des lésions qui resteraient sûrement à vie sur le derme de mon échine.

    « Je suis une lycanthrope. D'où ma désertion et les troupes qui sont à mes pieds pour me capturer. »

    J’en avais dis assez ! Il devait se douter de toute manière que j’étais particulière. Le cannibalisme était souvent étroitement lié à la lycanthropie. Bien-sûr, on pouvait mettre dehors les stupidités des légendes, ce n’était pas à la pleine lune que je me transformais, mais lorsque je le désirais. Ça m’aidait à me dissimuler dans les forêts. À ma guise, donc, je pouvais prendre forme d’une majestueuse louve blanche à la queue épaisse. Si seulement mes poils pouvaient rester limpides… Avec toutes les chaires que je dévorai, ma fourrure se moiraient dans le rouge.

    « Et toi alors ? J'aimerai aussi en savoir un peu sur toi, à vrai dire, tu m'as charmé. »

    J’abaissais mon haut et je me retournais pour lui adresser un petit clin d’œil mutin.


Revenir en haut Aller en bas
http://guru.forumactif.org/
Kiyoshi Hoshina
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 01/04/2009

Fiche Ninja
PV:
150/150  (150/150)
PC:
235/235  (235/235)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Mer 01 Juin 2011, 02:07

    Muroku passa tendrement son doigt sur les cicatrices d'Haru. Si jeune et déjà tellement habituée aux combats... Comme lui, elle avait dû déserter et combattre pour survivre. Bien que nul ne soit jamais parvenu à lui faire de telles marques, à lui... Elle lui plaisait de plus en plus cette gamine. Contrairement à l'attitude passive de ses pairs ninjas qu'il avait tant honni, elle était libre et indépendante. Un peu trop, d'ailleurs, pour qu'il puisse la contrôler à sa guise... mais cela viendrait. Elle était sauvage aussi... de ce genre de sauvagerie qui ferait merveille sur un champs de bataille si elle était judicieusement utilisée. Mieux que ça... elle était une carnassière, une chasseuse... un parfait outil de mort, de dévastation et, surtout, de contrôle de la peur... Un sourire cruel se dessina sur les lèvres de l'éphèbe. Caressant langoureusement une cicatrice particulièrement marquée, il se redressa, reprit un air amical et s'assit tranquillement sur le rochet même où, quelques instants plus tôt, Haru était juchée.

    " Puisque tu t'es livrée, murmura-t-il en souriant, il me semble juste que je te parle un peu de moi. Comme toi, je suis un déserteur. Comme toi, j'ai combattu et ai jalonné ma route de cadavres pour échapper aux ninjas qui me traquaient. Mais que veux-tu... soupira-t-il. C'est le lot des personnes différentes. Toi tu es une lycanthrope, moi j'ai essayé de faire bouger les choses... "

    Il s'interrompit, ses yeux noirs la fixant avec attention. Il semblait la jauger, la tester afin de savoir s'il pouvait lui en révéler d'avantage.

    " J'ai des projets. Des projets pour lesquels, je l'avoue, de l'aide serait bienvenue.. "

    De nouveau, il se tut. Il dégageait un charisme incroyable, l'aura des personnes ayant l'habitude de commander.

    " Mais je dois t'ennuyer avec mes histoires ! Et puis c'est à moi de poser une question, lança-t-il avec, à son tour, un clin d'œil taquin. Quels sont tes projets à toi ? As-tu un objectif que tu souhaites atteindre ou te cacher sur une île déserte suffit à ton bonheur ? Je dois avouer que je serais déçu si c'est là ton seul but dans la vie. Tu as de si fascinantes facultés ... "

    Il parlait avec légèreté, comme si leur discussion n'avait pas grande importance. Pourtant, une certaine gravité transparaissait sur son visage. Plus le temps passait, plus ce bel éphèbe semblait espérer que quelque chose résulte de leur rencontre...

Revenir en haut Aller en bas
Miharu Okami Ooguri
Nukenin de Rang B
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 21
Date d'inscription : 12/03/2009

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Sam 11 Juin 2011, 10:13



I Feel You.


    HRP : Désolée du temps de réponse. >> Mais révisions révisions du brevet oblige. De plus, le post est totalement ridicule mais je viens de me réveiller et le ventre vide, j'arrive pas à faire des trucs géniaux ! T_T

    Intéressant... Plus il parlait, plus il racontait sa petite histoire, plus j'étais charmée par sa suave voix qui me contait les horreurs qu'il avait commises. J'aurai dû le laisser là, en plan et me dire que ça ne servirait pas à grand-chose de marcher avec lui dans la route sinueuse du monde sombre qu'empruntaient les vils Ninjas. Sauf que non, j'étais toute ouïe à ses dires et mon coeur battait à en tout rompre rien qu'en croisant son regard. Je crois que si je n'avais pas mes idées de manipulations derrière la tête, je l'aurai plaqué contre un arbre et aurait goûté à la douceur de ses lèvres avec une avidité sauvage. Il m'attirait de tout son être, comme s'il était un aimant. Comment une personne encore inconnue il y a quelques instants pouvait vous émoustiller autant ? Était-il un charmeur professionnel ? À en entendre les mots utilisés - car oui, il ne prenait pas des termes au hasard, il voulait que tout soit aussi harmonieux et doux que sa voix pour vous envelopper d'une aura de confiance -, il était expert en « drague ».

    « Mon but dans la vie ? Oh, gagner la confiance de grand monde de gens... Et là tu trouves que c'est ridicule, n'est-ce-pas ? »

    Mon regard changea du tout au tout. Je n'avais plus ce regard tendre et amusé, ce regard d'enfant... Non. Mes pupilles se dilatèrent lentement pour gagner une forme assez spéciale. Mes prunelles devinrent beaucoup plus petit et l'iris se teinta de jaune. Mes ongles s'allongèrent de plus en plus jusqu'à me forcer à me mettre à terre tandis que je courbais le dos. J'avais pris l'habitude de la douleur ressentit lorsque je devenais une louve, mais à vrai dire, ça ne faisait jamais du bien... Le plus douloureux ? Lorsque mes dents s'allongèrent. La sensation était semblable à celle d'un arrachage de dent sans anesthésie. Mon petit nez mutin se transforma en un museau noir. Le reste était d'un blanc immaculé, mes bras devenait de longues pattes fines et j'étais couverte d'une fourrure majestueuse. En dessous de mes yeux se dessinèrent des arabesques rouges, prouvant aux autres que je n'étais pas une louve comme les autres... Heureusement pour moi, lorsque je chassais le gibier, ça ne courrait pas à ma perte. Les animaux étaient bien trop stupides pour comprendre si j'étais un vrai canidé ou pas, à partir de dessins vermeilles sur le visage.

    Spoiler:
     

    « C'est un peu le but aussi que j'aie lorsque je me transforme en louve. Gagner la confiance des autres, pour mieux les détruire. Tu comprendras sûrement un jour où je veux en venir. »

    Ma queue floconneuse vint caresser doucement les jambes du jeune homme tandis que je frottais mon museau contre la paume de sa main. L'appel de la chaire était plus que présente, mais je me retenais de ne pas lui envoyer un féroce coup de dents. Je me reculais ensuite de lui pour marcher entre les arbres, mon appendice animale dansant de gauche à droite dans mon dos. C'était un réflexe que j'avais pris en devenant une louve : je m'amusais de tout ce que j'avais. Lorsqu'il neigeait, le bruit de mes griffes se plantant dans la matière blanche me faisait sourire, les mouvements de mes oreilles pointues me divertissaient en cas d'ennuis... Oui, on peut se contenter de peu ! Dans tous les cas, j'avais appris à connaître tout des loups pour me mêler aux meutes. Le rythme de vie et tout le tatouin.

    « Et toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://guru.forumactif.org/
Kiyoshi Hoshina
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 134
Date d'inscription : 01/04/2009

Fiche Ninja
PV:
150/150  (150/150)
PC:
235/235  (235/235)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Ven 17 Juin 2011, 17:42

    Le bel éphèbe regardait la louve avec étonnement, ses beaux yeux écarquillés. Plus que sa transformation éclair, c'était la réponse de la gamine qui le surprenait. Gagner la confiance des autres pour les détruire... excellent ! Cette petite était idéale ! Muroku éclata de rire, un rire léger et joyeux.

    " Tu es vraiment, vraiment incroyable, s'exclama-t-il en souriant au canidé. Je crois être arrivé au bout de mes peines et tu parviens de nouveau à me surprendre ! Suis-moi, je veux te montrer quelque chose. "

    Se levant, Muroku s'éloigna parmi les arbres sans vérifier que Haru le suivait. Cette gamine, il le sentait, ne résisterait pas à la tentation. Avançant d'un bon pas, il se dirigeait sans hésitation vers un lieu connu de lui seul. Après un bon quart d'heure durant lequel ils s'enfoncèrent toujours plus profondément dans la forêt, ils arrivèrent à destination. Brusquement, après avoir passé un arbre énorme, ils tombèrent nez à nez avec une falaise qui s'élevait perpendiculairement loin au-dessus de leurs têtes. De leur position, il ne pouvait pas en voir le sommet. Un peu comme s'ils étaient arrivés devant un mur de roche dont ils ne pouvaient apercevoir les extrémités.

    Muroku s'écarta de devant Haru, s'inclina légèrement et murmura :

    " Si tu veux bien me suivre..."

    A peine eut-il posé la main sur la roche qu'un morceau de paroi se volatilisa, révélant un couloir s'enfonçant dans la montagne. Le bel éphèbe s'y engagea, des torches accrochées aux murs s'allumant devant lui au fur et à mesure de sa progression.

    " Sois la bienvenue dans ma demeure ! C'est un endroit très... pratique qui me permet de disparaître lorsque j'en ressens le besoin. Tu y es évidement chez toi. Même si, pour le moment, tu ne peux sortir et entrer sans ma permission, le mur ne disparaissant qu'à mon bon vouloir. Il me faut un petit moment pour modifier l'accès mais nous nous en accommoderons pour l'instant, n'est ce pas ? "

    Il gratifia son "invitée" d'un des ses sourires ravageur et poursuivit sa route. Ils croisèrent plusieurs couloirs où ils ne s'engagèrent pas et finirent par déboucher dans une vaste salle circulaire. Elle contenait plusieurs chaises tournées vers le centre, là où s'élevait une carte du monde en relief à environ un mètre du sol. Des tables couvertes de documents, de pots d'encre et de plumes étaient aussi éparpillées un peu partout.

    S'approchant de la carte, le bel ephèbe la désigna d'un large geste du bras.

    " Nos objectifs sont assez similaires, finalement. Mais moi, je ne me contente pas de gagner la confiance de randonneurs en forêt, lança-t-il, taquin. Je vise un peu plus... Dis-moi, Haru... que dirais-tu de prendre le contrôle d'un village ninja ? "
Revenir en haut Aller en bas
Miharu Okami Ooguri
Nukenin de Rang B
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 21
Date d'inscription : 12/03/2009

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   Sam 11 Aoû 2012, 20:00


A-Cha.

    Je penchais ma tête sur le côté, observant la carte de mes prunelles animales. Un sourire s'étendit sur ma gueule de louve, laissant entrevoir de longues dents tranchantes. Il était fou. Oh oui, sûrement aussi fou que les hommes comme Orochimaru. Il voulait le pouvoir ? Pourquoi pas, c'est une ambition. Mais il faut toujours penser au revers de la médaille. Je pris de l'impulsion sur mes pattes arrières pour m'envoyer sur la table maculée de feuilles et m'y allonger, approchant ma longue queue floconneuse de ma moue comme une écharpe. Il faisait froid, ici.

    « Moi ? Prendre le contrôle d'un village ? Je risque de réduire la population à zéro. »

    C'est vrai, à près tout ! Pourquoi se retenir de gouter à la chaire de beaux gibiers lorsqu'on en a par centaines devant ses yeux ? Je me levais doucement sur la table, balayant cette dernière avec ma queue. Je renversais un peu d'encre d'ailleurs ▬ sans le vouloir, souillant mon poil immaculé d'une teinte sombre.

    « Oops... »

    Je décidais de reprendre ma forme charnelle. Pas besoin de formules, de paroles, ou de mudra pour le redevenir. En quelques instants, mon pelage disparut pour laisser place à une peau halée et aussi douce que la soie. Je redevenais la petite Haru... Avec les habits en moins. Je cachais mes parties féminines avec mes bras, arrachant violemment la chemise de l'éphèbe pour m'y envelopper et ainsi cacher mon frêle corps. Je refermais doucement les boutons, me noyant presque dedans tant nos différences corporelles étaient immenses.

    Me laissant glisser le long de la table pour atterrir pieds nus sur le sol froid et sale, je m'avançais vers la carte. Mes ongles tapotèrent un endroit bien précis ; l'Akatsuki. Enfin ce qu'il en restait, puisque c'était une organisation qui n'existait plus... Du moins, officiellement. Après, officieusement, rien ni personne ne pouvait savoir la réponse.

    « Et toi, que dirais-tu de prendre le contrôle d'une nouvelle organisation ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://guru.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Requiem. [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Requiem. [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: Lieux ExternesLieux Externes :: Archipel Inconnu-