AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Home, Very Sweet Home!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Home, Very Sweet Home!   Jeu 05 Mai 2011, 21:38


Shaka et Akira étaient enfin repartis en direction du Pays du Sable, et les oinins, sans doute, retournés à leurs missions et occupations habituelles. Kahera savait que le répit dont elle profitait encore à l'instant ne serait que de courte durée. Bientôt, il ne lui serait plus permis de se déplacer sans signaler la moindre de ses destinations, la moindre de ses décisions, le plus ridicule de ses choix, de devoir rendre compte de tout ce qu'elle pourrait vouloir dire ou faire, en somme, aux vieux sages de Kiri et aux shinobis ayant la charge de veiller sur elle. Les gardes du corps du Mizukage n'apprécieraient forcément pas qu'elle s'éclipse quand bon lui semblerait, sans prévenir, ça allait de soi... Kahera savait qu'en acceptant ce poste, elle acceptait de vivre, à nouveau, en cage. Une cage faite d'or, peut-être, mais une prison malgré tout, de laquelle il ne lui serait que rarement possible de s'évader. Profitant donc de cette seconde matinée sous ce titre, encore trop récemment acquis que pour qu'on ne lui colle encore trop aux basques, elle entraîna Legaia à travers les bois entourant la Baie de Katuga en direction du village. Son cœur battait la chamade, quand elle s'arrêta, à l'orée des bois, les premières maisons se profilant devant eux deux.

« Je ne vais pas te mentir... Je risque d'être débordée de missions, travaux et tâches administratives en tous genres d'ici peu... Alors, avant, je tiens à profiter du peu de temps libre qu'il me reste avant qu'on ne me retrouve pour me rappeler mes devoirs... Je vais te mener là où tu logeras en attendant notre union officielle... et te présenter deux personnes dont je t'ai souvent parlé aussi, et qui sont chères à mon cœur. »

Elle sourit doucement à son ami, ses joues rosissant quelque peu, faisant ressortir le rouge des fleurs ornant son magnifique kimono ébène, pourpre et or ainsi que sa longue chevelure retombant avec légèreté sur ses épaules et le long de son dos. Ce qu'elle s'apprêtait à faire l'angoissait et la réjouissait à la fois, et sa main se resserra doucement sur celle de son compagnon, qui ne pouvait que déceler son actuelle fébrilité. Deux personnes chères au cœur de Kahera? L'endroit où il logerait en attendant leur mariage? Sans doute Legaia avait-il déjà compris où son amie allait l'emmener, et pourquoi cela l'angoissait de la sorte. Cela faisait deux ans... presque trois, en fait, même. Trois ans qu'elle n'avait plus revu ses chers et tendres parents, tout adoptifs qu'ils fussent, et qu'ils n'avaient, sans doute, pas eu la moindre nouvelle concernant ce qu'il pouvait bien être advenu de leur enfant chérie. Les retrouvailles risquaient d'être émouvantes, c'était certain. Sans doute la pensaient-ils morte, depuis le temps...

Prenant son courage à deux mains, et raffermissant sa prise sur celle de Legaia sans pour autant lui faire mal non plus, elle fit un pas en avant, décidée, puis deux, puis trois... Elle l'entraîna à travers les ruelles de Kiri en direction d'une petite maison, en bordure du village, à la frontière entre ce dernier et la forêt environnante. Ce n'était pas une maison gigantesque, et l'on se doutait que ses propriétaires ne croulaient pas sous l'or. Cependant, la demeure était belle, bien entretenue, entièrement faite de bois, et dans un style typiquement japonais, avec des portes coulissantes, montée sur ces espèces de pilotis, avec des marches sur lesquelles on laissait ses chaussures pour enfiler des pantoufles, afin de ne pas salir le sol une fois à l'intérieur. Un jardin fleuri entourait la maison et derrière, il semblait y avoir un verger entourant un potager. L'intérieur, Legaia le découvrirait sans doute bien assez tôt. Et puis, il pouvait se l'imaginer, car Kahera lui en avait souvent parlé, lorsqu'elle évoquait sa vie en ce pays tant aimé, antan, lors de son 'emprisonnement' à Suna...

Il y avait une pièce principale, servant de salon, de salle à manger et de cuisine, au rez-de chaussée, et une autre servant de salle de bains et de leu où entreposer tout ce qui servait à faire le ménage et la lessive. A l'étage, il devait y avoir trois pièces, à savoir la chambre des Tashibana, celle de Kahera, et celle des invités, qui servait de grenier quand ils ne recevaient personne à loger. Kahera lui avait toujours parlé de cette maison comme d'un foyer chaleureux, et déjà depuis l'extérieur, l'on sentait effectivement que les gens qui l'habitaient étaient à la fois très propres, ordonnés et stricts, à la fois généreux, accueillants, et bien élevés. Mais malgré tout ce que Kahera avait pu en dire à son ami et son désir si intense de retrouver sa famille, elle demeurait là, à une cinquantaine de mètres de la dite maison, la main de Legaia toujours dans la sienne. Elle fixait la demeure sans oser s'en approcher davantage, et elle tremblait, tandis que ses yeux brillaient de larmes contenues à grand peine, et qu'un sourire amer et anxieux étirait ses lèvres. Elle chuchota:

« Je sais que je dois avancer... Mais... je n'y arrive pas. C'est... c'est comme si j'étais dans un rêve, et que j'avais peur de... me réveiller, et que tout ceci s'efface... C'est... stupide, hein? »

Elle se sentait ridicule. Terrorisée devant son propre foyer, face à ce qu'elle avait pourtant espéré revoir, retrouver à chaque jour passé à Suna depuis tout ce temps durant lequel elle avait été retenue si loin de chez elle et des siens. Sur le palier de la maison, la porte s'ouvrit, et une dame à l'air aimable sortit, un drap en mains, qu'elle secoua, avant de l'étendre sur une corde suspendue entre deux poutres soutenant l'étage supérieur de la maison. Typiquement japonaise, yeux et cheveux noirs, soigneusement coiffée et vêtue d'un kimono traditionnel à motifs, et âgée de 45 ans, Kimiko Tashibana étendait le linge sans se douter que celle qu'elle avait espéré retrouver depuis si longtemps se trouvait là, si proche d'eux, de retour au foyer... Et Kahera l'observait, de loin, figée, incapable de réagir, sur le moment...
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Eden Legaia
Chuunin de Suna
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 28
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
200/200  (200/200)
PC:
225/225  (225/225)

MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   Dim 08 Mai 2011, 00:59

Sans mot dire, Legaia s'était contenté de suivre Kahera. Son coeur hurlait de rage devant le manque de respect continuel d'Akira, à qui il crevait d'envie de cracher ses quatre vérités, mais il ne pouvait pas se le permettre. En tous cas, pour le moment, il ne pouvait plus. Désormais, Kahera était Mizukage, et lui.....allait devenir son mari.

*Je peux me le répéter mille fois, j'en reviens toujours pas.....Moi, marié!*

Pour sur, c'était choquant, pour lui. Il avait le contact plutôt facile, ne rechignait pas à rendre service et à remonter le moral des gens que la vie exaspérait de ses facéties et drames. Mais jamais il ne s'était montré "proche" d'une fille, préférant les traiter de la même manière que les garcons. Une personne en détresse, ou juste sympathique, c'était une personne. Les genres n'avaient que peu d'importance dans ces cas là.
Pourtant, il était là, aux cotés de la femme qu'il avait appris à aimer, petit à petit, et qu'il ne voulait plus quitter. Depuis un moment déjà, ils marchaient à travers des bois, en direction du village de Kiri.
Kahera s'arrêta soudain et prit la parole, rappelant à Legaia qu'elle devrait faire face à ses nouvelles responsabilités.....et qu'il devrait habiter quelque part, en attendant leur union officielle, et faire la connaissance de deux personnes.
"Union officielle" Ce terme fit battre son coeur à toute vitesse. Vraiment, il mettrait un temps à s'y faire. Légèrement crispé, Legaia ne se détendit pas plus lorsqu'il sentit la main de Kahera se resserrer sur la sienne. Elle aussi était nerveuse, même si elle semblait vivre bien plus sereinement les évènements présents. Et les deux personnes dont elle avait parlé....aucun doute la dessus. Il devait sans doute s'agir de ses parents. Et vu le temps qu'elle avait passé loin d'eux, rien d'étonnant à ce qu'elle se sente fébrile à l'idée de les revoir.
Le sourire de Kahera, mêlé à son allure, le faisait presque trembler. Legaia priait déjà pour qu'ils arrivent au plus vite à la demeure des Tashibana, sans quoi il ne résisterait pas à l'envie de tenir sa bien aimée dans ses bras. Un geste si simple, tout à fait normal de sa part, en théorie. Mais tout ce qui lui arrivait le déboussolait, et sa timidité n'aidait pas.
Finalement, ils reprirent leur route et arrivèrent près d'une maison. Elle n'avait rien de bien spécial à première vue. Pourtant, elle l'était. Kahera et Legaia se tenaient désormais devant la maison qui avait vu grandir la jeune femme. L'émotion la submergeait, et Legaia ne pouvait que la regarder et l'écouter. Face à tout ca, il ne savait pas quoi dire.

« Je sais que je dois avancer... Mais... je n'y arrive pas. C'est... c'est comme si j'étais dans un rêve, et que j'avais peur de... me réveiller, et que tout ceci s'efface... C'est... stupide, hein? »

Pas si stupide que ca. Legaia ne pouvait totalement comprendre ce que ressentait Kahera. Jamais il n'était retourné dans la maison de ses parents, et la taverne où il avait passé si peu de temps, mais avait appris tellement.....n'était plus. Finalement, il avait vraiment laissé son passé derrière lui. Kahera, elle, le retrouvait.
La porte de la demeure s'ouvrit et une femme en sortit, étendant du linge. Legaia n'avait même pas besoin de se demander qui elle était. Après tout, il en savait assez pour deviner bien des choses.
Et il savait aussi comment pousser Kahera à avancer, à retourner là où elle avait vécu autrefois.

-"Si nous devions être dans un rêve, nous y sommes tous les deux, Kahera. Si nous devions nous réveiller, alors aussitôt après, je t'y emmènerais......"

De toute manière, où se seraient ils réveillés? A Suna? Si tel était le cas, alors Kahera n'aurait pas été kidnappée et suspectée de trahison par leur abruti d'ancien camarade. Et tous les deux ne se seraient, en vérité, pas vraiment avoués leurs sentiments réciproques.
Ca ne pouvait pas être un rêve, et il allait lui montrer.


-".....alors allons y. Si ca, c'est un rêve, faisons en une réalité. La notre."

Plongeant son regard dans celui de Kahera, Legaia lui fit signe de prendre les devants. Elle n'avait pas besoin de déchiffrer grand chose. Son visage reflétait sa détermination et indiquait clairement qu'il resterait à ses cotés, quoiqu'il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   Dim 08 Mai 2011, 14:54

« Legaia... je... »

Kahera déglutit, son regard, presque paniqué, se perdant dans celui, semblant assuré comme presque toujours, de son ami. Une fois de plus, elle fuyait, et il arrivait pa derrière elle, l'encourageant, la soutenant, et la poussant à avancer. Une fois de plus, elle flanchait et lui la relevait. Car bien qu'elle eut paru plus sereine que lui concernant le déroulement des récents événements, Kahera ne faisait que s'en donner l'air. Elle se voulait aussi stable et fiable que possible à présent qu'elle était devenue le nouveau pilier de cette patrie tant aimée. Tout un peuple comptait sur elle, désormais, et pas seulement par l'intermédiaire d'un autre, elle n'étant antan que l'espionne assistant le pilier d'alors. Aujourd'hui, Kahera venait d'être brutalement sortie de l'ombre et s'était vue propulsée au poste le plus haut placé du village, du pays même. Elle se devait irréprochable, stable, forte, courageuse, capable de mener une nation vers un avenir toujours meilleur. Elle n'avait tout simplement plus le droit de flancher, du moins, certainement pas en public.

Pourtant, elle demeurait une jeune femme simple, avec ses forces et faiblesses, et la force morale que lui procurait Legaia en cet instant difficile, lourd d'émotions trop fortes que pour être contenues, lui faisait un bien qu'il ne devait même pas imaginer. Elle lui sourit, baissant le regard tandis que ses joues s'empourpraient légèrement sous l'effet de sa confusion.

« Gomen. Tu as raison. Allons-y. »

Il pourrait bien la voir pleurer, s'écrouler, rire, crier, se relever, s'effondrer à nouveau... Kahera savait que quoi qu'il lui arriverait, elle ne serait jamais seule. Il ne la jugerait pas. Il l'acceptait telle qu'elle était, avec ses forces et ses faiblesses, et demeurait à ses côtés, lui tendant cette main secourable au bon moment, comme s'il savait, même sans mots, décrypter l'instant précis où elle en aurait besoin. Elle ne serait plus jamais seule, ni lui d'ailleurs. Elle ferait de son mieux pour être toujours à ses côtés à lui aussi, quoi qu'il advienne. Il n'avait pas eu la chance d'avoir une véritable famille, un foyer chaleureux et vrai, dans sa jeunesse, contrairement à elle... Et Kahera comptait bien lui offrir ce dont il avait manqué. Aussi, prenant son courage à deux mains, pensant dès lors à son ami en plus de son propre désir de retrouver ses chers parents, elle entraîna Legaia jusque sur le seuil de la maison, devant eux, à une cinquantaine de mètres. La dame, sur le perron, stoppa net son activité, les considérant tous deux, mais tout particulièrement la jeune femme, avec de grands yeux ronds.

« Ka... Kahe... ra...?! »

Kimiko resta figée un moment, et Kahera n'osa pas faire un mouvement de plus, à présent face à sa mère adoptive, à environs un mètre d'elle, juste en bas des marches menant à la terrasse sur laquelle elle se trouvait. Lâchant la main de Legaia un instant, elle se prépara à accueillir sa maman dans ses bras, la laissant prendre cette initiative lorsqu'elle serait prête, n'osant pas la brusquer. Après tout, le choc devait être violent pour elle aussi...

« Kahera, je... pensais ne jamais plus te revoir!!! Ma chérie!!! »

Comme l'avait pensé la medical nin, sa mère s'était jetée à son cou, l'entourant de ses bras, la couvrant de baisers maternels autant que des larmes de joie intense qui inondaient son visage, plutôt joli malgré les quelques débuts de rides se profilant aux coins de ses yeux. Kahera sourit et, pleurant elle aussi, l'entoura de ses bras, la serrant fortement contre elle.

« Tu m'as beaucoup manquée aussi, maman. »

Elle laissa sa mère se calmer un peu, cherchant elle-même à retrouver autant de calme et de maîtrise de soi que possible, avant de s'écarter un peu pour lui présenter son compagnon. Kimiko Tashibana tenait encore le visage de sa fille entre ses deux mains, l'inspectant comme pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas, et que celle qu'elle avait devant elle, en plus d'être bien réelle, se portait bien et ne souffrait d'aucun mal que ce fut, quand Kahera reprit la parole, moins tendue désormais, en souriant doucement, se voulant rassurante.

« Je vais avoir beaucoup de choses à vous expliquer, à vous raconter, j'imagine, à toi et papa. Mais avant toutes choses... je dois vous présenter Legaia. Eden Legaia, chuunin de Suna, et sans doute l'ami à qui tu dois de me retrouver avec le sourire... Il me l'a fait préserver malgré toutes les embûches que la vie s'est amusée à mettre en travers de ma route depuis environs trois ans. »

Son sourire s'élargissant alors du bonheur ressenti en cet instant presque magique, Kahera s'écarta légèrement pour que sa mère puisse voir son ami. Oui, s'il y avait bien une personne à Suna qui lui avait permis de tenir bon malgré tous les événements difficiles qui avaient pu se passer depuis son accident et son amnésie l'ayant menée au Village du Sable, c'était bien Legaia. Et elle voulait que ses parents le sachent, et l'accueillent comme il le méritait. En revanche, elle n'annonça pas immédiatement leurs fiançailles... Une chopse à la fois! Kimiko peinait déjà à retenir le flot de larmes inondant son sourire bienheureux d'enfin retrouver sa fille, son enfant, son bébé, en vie, en bonne santé, après presque trois ans d'absence inexpliquée... Lâchant enfin le visage de Kahera, Kimiko se tourna donc vers Legaia. Elle l'observa quelques secondes, ce merveilleux sourire si doux et chaleureux aux lèvres dont sa fille, bien qu'adoptive, avait hérité, aux lèvres, avant de s'incliner bien bas devant le chuunin, emplie de reconnaissance et de respect.

« Merci. Merci du fond du cœur d'avoir veillé sur notre fille! »

Kahera sourit, observant la scène. Sans doute son ami serait-il gêné face à cette démonstration de reconnaissance mêlée de respect, comme toujours... Sans doute rougirait-il, même, et elle en rirait, amusée. Mais il devait bien se douter que les parents de son amie seraient un peu comme elle, au moins. Après tout, c'étaient eux qui l'avaient élevée...

« Papa va-t-il bien lui aussi, maman??? »

Une question légitime, qui titillait l'esprit de Kahera, n'ayant pas encore revu son père. Sans doute était-il encore au travail, au vu de l'heure matinale de la journée, ce que confirma rapidement Kimiko, avant de les inviter à entrer, déposant là son linge, qui attendrait désormais. Elle avait plus urgent et important à faire que de l'étendre pour l'instant!

« Il va bien. Il est aux bois! Entrez donc, tous les deux!!! je vais faire du thé!!! »

« Je vais chercher papa! Je te laisse prendre soin de Legaia en attendant! »

Elle sourit, mutine, embrassant sa mère sur la joue, puis faisant un clin d'œil taquin, complice, à Legaia, avant de filer sans laisser ni l'un ni l'autre répliquer. Mais Kimiko, malgré la longue et pénible période de disparition de sa chère et tendre fille, la connaissait bien, et avait toute confiance en elle. Elle ne s'inquiéta donc pas outre mesure, acquiesça, voulant sans doute également que son époux apprenne la nouvelle, et invita Legaia à entrer dans la maison. La première pièce dans laquelle on se trouvait en entrant, c'était le salon, typiquement japonais. La table basse, quelques meubles, tous faits de bois, sans doute des mains du bûcheron et charpentier de père de Kahera, Kiyoshi Tashibana, un peu d'ikebana décorant le tout pour le rendre plus accueillant et chaleureux malgré la simplicité des lieux... Kahera n'avait pas menti à Legaia en lui décrivant son foyer. Tout y était simple, preuve des maigres moyens de la famille, mais propre, douillet et chaleureusement accueillant. Et Kimiko, qui avait invité Legaia à s'installer et prendre ses aises à la table basse ornant le centre de la pièce, s'affairait déjà à préparer le thé, tout en l'interrogeant.

« Alors, dites-moi tout! Quand et comment vous êtes-vous rencontrés, vous et Kahera-chan??? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Eden Legaia
Chuunin de Suna
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 28
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
200/200  (200/200)
PC:
225/225  (225/225)

MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   Lun 09 Mai 2011, 15:38

Encouragée par les paroles de Legaia, Kahera finit par se décider et l'entraina jusqu'à la maison où elle avait grandi. Suivant sa compagne, le Chuunin sentit son coeur battre de plus en plus fort. Il ne connaissait les Tashibana que de ce qu'il en avait entendu dire par Kahera, mais il savait déjà que les retrouvailles allaient être émouvantes. Mais sa propre présence ne risquait elle pas de les gêner?
Cette question disparut presque aussi vite qu'elle était apparue pour être remplacée par une autre: Comment les parents de Kahera réagiraient ils en les voyant tous les deux? Il savait d'avance qu'ils seraient certainement heureux de savoir leur fille saine et sauve, et qu'en le voyant à ses cotés, ils en déduiraient qu'il était "amical". Mais le reste....
Enfin, ils étaient devant la maison. Devant la femme qui les observait désormais avec un air plus que surpris. A cet instant, Legaia se sentit bien petit.


*Bonjour, belle-maman....hahaha......*

« Ka... Kahe... ra...?! »

Legaia relâcha la main de Kahera, déjà prête à réceptionner l'étreinte de sa mère. Celle ci ne tarda pas à se jeter dans ses bras. Emu, le jeune Chuunin détourna son regard, comme pour leur laisser un peu d'intimité dont il pourrait les priver en les observant. Ce genre de choses lui laissait toujours une pointe d'amertume, mais elle était bien souvent immergé dans la mer de satisfaction de savoir qu'un enfant perdu venait de rejoindre ses parents. Une mer devenue, dans ce cas précis, un océan tout entier. Kahera méritait amplement cette joie.
Celle ci ne tarda pas à le présenter, et Legaia se tourna vers Kimiko, se préparant déjà à des remerciements qu'il trouverait embarrassants.


« Merci. Merci du fond du cœur d'avoir veillé sur notre fille! »

Legaia se retint d'hurler. Son coeur battait à faire sauter tout son corps. Pour rien au monde, il n'aurait laissé quoi que ce soit interrompre cette scène. Sur le visage de Kimiko comme sur celui de Kahera, il y avait une lueur de bonheur intense qu'il n'imaginait même pas voir un jour. Il y avait quelque chose qu'il ne verrait nulle part ailleurs, à n'importe quel autre moment. Rougissant à l'extrême, il baissa son regard sans même dire un mot et s'inclina légèrement, lui aussi.
Puis, sans même réussir à comprendre ce qu'il se passait, beaucoup trop confus pour réagir, Legaia se retrouva à l'intérieur de la maison, tandis que Kahera partait retrouver son père. Entrant et s'asseyant près de la table basse, il regarda obstinément vers le sol, jetant juste quelques coups d'oeil furtifs. La maison était telle que Kahera l'avait décrite, et semblait ne pas avoir vraiment changé depuis son départ de Kiri.


« Alors, dites-moi tout! Quand et comment vous êtes-vous rencontrés, vous et Kahera-chan??? »

La voix de Kimiko le fit sursauter, et la réponse se fit immédiatement entendre. Mais pas de la manière dont il l'espérait.

-"Ahh...euh, on s'est rencontrés à....."

Ce n'était pas bon. Soumis à une overdose d'émotion et d'embarras, Legaia ne pouvait même plus parler correctement. Instantanément furieux contre sa timidité, il souffla un bon coup pour reprendre ses esprits. Si la mère de Kahera était comme sa fille, elle comprendrait ce qu'il se passait.
Revigoré, Legaia reprit la parole.


-"Je n'étais qu'un Genin sans équipe quand je l'ai rencontrée, il y a trois ans. Son professeur n'avait qu'elle comme élève, alors je lui ai demandé s'il pouvait aussi s'occuper de moi. Moi et Kahera nous sommes entrainés ensemble depuis tout ce temps."

Un résumé bien court en comparaison de tout ce qu'il y avait vraiment à dire, mais il n'avait pas besoin de tout dire d'un coup. Kahera n'avait même pas dit qu'ils étaient "ensemble", il y avait surement une raison à ca. Mieux valait se cantonner à un "Nous sommes amis!".

Revenir en haut Aller en bas
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   Mar 10 Mai 2011, 14:59

Affairée à la préparation de son thé, dont s'échappaient déjà d'agréables relents parfumés comme seuls les bons thés pouvaient en produire, Kimiko n'en écoutait pas moins la réponse de son interlocuteur pour la peine. Alors ainsi, ils s'étaient rencontrés en s'entraînant... Donc, à Suna, sa fille avait pu continuer son entraînement, sous la tutelle d'un senseï, malgré tous les soupçons qui avaient du peser sur elle? Les Tashibana ignoraient beaucoup de choses concernant le séjour forcé de leur enfant au Pays du Vent, mais le vieux marchand itinérant et ami des défunts parents génétiques de la kunoïchi leur en avait néanmoins touché quelques mots. Ils savaient qu'elle avait des ennuis et demeurait retenue plus ou moins contre son gré à Suna, mais qu'elle était en vie et en bonne santé, et qu'ils ne pouvaient rien y faire pour l'aider à se dépêtrer de la situation compliquée dans laquelle elle se trouvait alors. Ils savaient aussi que tout était de leur faute. Que s'ils avaient écouté le souhait d'Akate Tatsumi, lorsqu'il leur avait confié le bébé qu'était alors Kahera, de ne jamais lui faire suivre d'entraînement shinobi, ils ne l'auraient pas perdue. Ils l'avaient bien regretté, de ne pas l'avoir écouté... Kimiko ne savait pas encore à quel point elle avait rendue difficile et risquée la vie de sa fille adoptive, et Kiyoshi non plus, mais tous deux se doutaient que leur erreur, comme le leur avait rappelé avec rancœur le vieux marchand itinérant, Kahera la payerait désormais toute sa vie. A présent, tout ce qu'ils pouvaient encore faire, c'était l'aider de leur mieux, lui rendre la vie moins pénible autant qu'ils le pourraient avec leurs modestes moyens de civils sans grande fortune ni pouvoir quelconque en ce bas-monde...

« Je vois... Eh bien, je vous avoie être autant surprise qu'heureuse d'apprendre que Kahera-chan a pu s'entraîner en votre compagnie et celle de ce professeur... Ainsi, elle n'était pas seule, et à ce que j'en ai vu, vous n'êtes plus simplement compagnons d'entraînement, aujourd'hui, ne? »

Elle sourit au chuunin, tout en lui servant une tasse de ce thé si délicieusement parfumé, d'une gestuelle digne de la plus parfaite cérémonie du thé en ce pays de traditions, avant de remplir trois autres tasses dont la sienne. Kahera ne mettrait sans doute pas bien longtemps à revenir avec son père, du moins pas suffisamment tard, sans doute, pour que le thé ne soit froid d'ici-là. S'asseyant ensuite à sa place, en face de Legaia, Kimiko l'observa de son regard sombre, doux, mais terriblement lucide, presque inquisiteur, sur le moment, sans doute, lorsqu'on était dans la situation du chuunin et nanti de sa timidité. Puis, elle détourna le regard, le plongeant dans sa tasse de thé, ne voulant pas le mettre mal à l'aise... mais curieuse malgré tout. Elle avait bien deviné que cet homme représentait davantage qu'un compagnon d'armes, pour sa fille. La mère, toute adoptive qu'elle fut, connaissait suffisamment son enfant pour reconnaître certains signes ne pouvant tromper quelqu'un vous connaissant réellement.

« Je connais bien ma petite Kahera... Elle a grandi, et bien changé, durant ces... presque trois années si loin de nous... mais... ses réactions n'ont pas changées. Je suis heureuse qu'elle ait quelqu'un à ses cotés. Elle pensait ne jamais pouvoir fonder une famille, à cause de ses devoirs de kunoïchis, vous savez...? Je... suis vraiment heureuse qu'elle ait malgré tout trouvé quelqu'un en qui elle ait suffisamment confiance pour se lancer. Vous devez être quelqu'un d'exceptionnel... »

Elle en avait les larmes aux yeux. Kimiko savait que sa fille rêvait de fonder une famille, de se marier, d'avoir des enfants lui courant autour en criant et en riant, et des petits enfants ensuite. Mais tout ceci n'était qu'utopie pour une kunoïchi comme Kahera. Sa mère le savait, et se sentait malheureuse pour elle de la voir ainsi renoncer à son rêve, par la faute de parents adoptifs n'ayant pas écouté le vœu de celui qui la leur avait confiée, dix-neuf ans plus tôt. Aujourd'hui, Kahera semblait avoir décidé qu'elle ne laisserait pas sa situation, quelle qu'elle fut, l'empêcher de réaliser ce rêve. Elle était toujours la même, mais avait changé en même temps.

« Je n'avais jamais vu les yeux de ma fille briller de la façon dont ils brillent quand elle porte le regard sur vous, Eden-kun. Moi et mon époux ne vous seront jamais suffisamment reconnaissant pour cela! » conclut-elle avec un sourire empli de reconnaissance et de cette douceur, cette gentillesse presque irréelle dont avait 'hérité' son enfant. Si Legaia doutait bénéficier un jour d'une famille, d'un foyer véritable et chaleureux, où il fait bon vivre, il devait à présent comprendre que la promesse de Kahera, son amie ne la lui avait pas faite en l'air. S'il demeurait à ses côtés, jamais plus il ne serait seul. Kimiko le regardait déjà comme son propre fils, et ce foyer, d'une certaine manière, était déjà sien également, comme s'il avait toujours fait partie de cette famille et que sa place à cette table, à l'instant, était des plus légitimes.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Eden Legaia
Chuunin de Suna
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 28
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
200/200  (200/200)
PC:
225/225  (225/225)

MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   Dim 22 Mai 2011, 12:48

La réponse de Kimiko était simple, presque apaisante à l'exception de quelques mots que Legaia encaissa presque comme une chatouille sous les bras.

« A ce que j'en ai vu, vous n'êtes plus simplement compagnons d'entraînement, aujourd'hui, ne? »

Touché. Gêné par la perspicacité de la mère de Kahera, le Chuunin tentait tant bien que mal de rester simple, aussi détendu que possible afin de pouvoir prolonger la discussion sans ressentir l'irresistible envie de se cacher aux cotés du Noyau du monde.
Une tâche bien trop dure pour lui. Son visage deviendrait très vite pourpre s'il ne trouvait pas un moyen de désamorcer l'un des pièges les plus vicieux qu'il ait jamais rencontré. Lorsqu'il se vit offrir une tasse de thé, Legaia y plongea son regard comme s'il était certain de trouver quoi dire ou quoi faire dans le breuvage.


« Vous devez être quelqu'un d'exceptionnel...»

Meurtrière récidiviste, Kimiko massacrait impitoyablement toutes les barrières que Legaia tentait de mettre entre elle et son embarras. Et dans la tasse, il n'y avait rien pour l'aider. Juste du thé. Un thé au parfum presque enivrant. Pris entre deux feux, le jeune homme ne savait plus quoi faire. Continuer à regarder sa tasse, qui dégageait une odeur exquise, ou bien lever la tête vers sa belle mère, très certainement émue au point de rendre fou celui qu'elle venait de servir et qu'elle qualifiait déjà "d'exceptionnel"?
Ici comme ailleurs, il restait le même. Et dans ce genre de cas, il avait appris que la meilleure des manières de s'en sortir, c'était toujours d'être soi même. Saisissant la tasse avec délicatesse, Legaia en but une gorgée et trembla légèrement. Le gout était délicieux, mais le thé était encore un peu chaud à son gout. Le piège s'était refermé sur lui, mais pas de la facon imaginée.
Et par "malheur", Legaia porta son regard sur Kimiko, dont le visage indiquait toute la gratitude qu'elle avait à l'égard de son invité. Ce qu'il voyait lui soulevait le coeur. Jamais encore il ne s'était senti ainsi, empli de tant de fierté d'avoir pu réunir une famille qui n'aurait jamais dû être séparée, si coupable de ne pas avoir pu le faire plus tôt....
Et dans toute cette vague, toujours ce morceau d'amertume. Tout cet accueil, cette déférence, cette joie.....méritait il vraiment de faire partie d'un tel tableau?
Comme pour chasser cette sombre pensée, qu'il ne voulait pas approfondir davantage, Legaia reposa sa tasse et afficha un sourire timide.


-"Je ne suis pas si exceptionnel....d'ailleurs, je vous suis vraiment reconnaissant pour tout ca, cet accueil, cette tasse de thé, mais je voudrais vous demander une autre faveur."

Avec tout la politesse qu'il avait en stock, Legaia se prépara pour sa prochaine phrase. S'il se basait sur les informations qu'il possédait, il pouvait espérer un mieux. Peut être que Kimiko refuserait, mais il devait d'être fixé.

-"Pourriez vous m'appeller juste "Legaia"? Ou Legaia-kun, si ca vous semble trop...."

Trop osé? Trop "vulgaire"? Il n'avait pas le mot exact. Et s'il n'aimait pas non plus qu'on l'appelle "Legaia-kun", au moins, on ne l'appellerait plus par son nom de famille. Il avait fait face à la politesse excessive de Kahera pendant une paire d'années, il comptait bien dissuader sa belle famille de prendre autant de temps pour se décider à utiliser son prénom....et à le tutoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   Lun 30 Mai 2011, 01:33

Ce Legaia amusait Kimiko, qui sourit lorsqu'il la remercia pour son accueil et cette tasse de thé, comme si ce n'étaient pas là choses des plus élémentaires et normales. Pour lui, peut-être pas... Pour la famille Tashibana, la politesse, la reconnaissance, la gratitude faisaient partie des choses importantes de la vie, et exprimer sa joie lorsqu'elle avait raison d'être également. Ce thé n'avait rien d'exceptionnel aux yeux de Kimiko, qui aurait volontiers offert un somptueux banquet à cet invité si elle l'avait pu, pour avoir ainsi pris soin de son enfant durant tout ce temps où elle s'était trouvée si loin de chez elle, et si seule... Sans doute ne se rendait-il pas compte de la valeur qu'avait pour cette femme ce qu'il avait bien pu faire et représenter pour sa fille, sa petite Kahera, et ne pourrait-il jamais se l'imaginer!

« Rien que ça? Tu veux qu'on te tutoie d'entrée, jeune homme? Soit. Après tout, tu es bientôt notre fils, au même titre que Kahera, ne? »

Un très large sourire aux lèvres, l'homme qui venait de prendre la parole se trouvait dans l'encadrure de la porte, Kahera derrière lui, amusée elle aussi, se retenant de pouffer de rire, même, pour sa part. L'homme devait avoir la cinquantaine et pour le reste, d'apparence simple, ses yeux marrons ressortaient sur le noir de ses cheveux, plutôt courts. De type bien japonais lui aussi, il était vêtu de façon traditionnelle, mais pas aussi élégante que son épouse, vu qu'il travaillait dans les bois, sa tenue couverte de brindilles, d'échardes de bois et d'autres résidus forestiers en tous genres. La terre recouvrant ses mains usées par le travail ne l'empêcha pourtant pas d'approcher franchement de Legaia et de lui tendre une main aussi amicale que sale. En d'autres temps, il se les serait lavées avant toute accolade ou autre que ce fut, mais dans les actuelles circonstances, il estimait que cela ne pouvait attendre. Kimiko se retint de le rouspéter, bien plus maniaque que son époux quant au respect de ces règles de propreté et de politesse que leur fille respectait elle aussi presque trop, parfois. Après tout, les circonstances permettaient bien un petit écart, non...? Pour une fois!

« Kiyoshi... Va donc te laver les mains, avant de la tendre ainsi à Eden-kun! »

Elle avait craqué et repris son mari, qui, riant légèrement, gêné, fit mine de s'incliner devant elle avant de filer se laver les mains et tant qu'à faire, se changer. En attendant son retour, Kimiko invita Kahera à s'installer à table, sa tasse de thé étant prête comme celle de son père, qui ne mit que quelques minutes à les rejoindre, toujours aussi décoiffé par son travail, mais à présent couvert d'une tenue aussi propre que ses mains, désormais lavées. Il s'installa à la gauche de son épouse, et donc à la droite de Legaia à cette petite table carrée, tandis que Kahera s'assit en face de son père, à gauche de Legaia. Sa main vint discrètement prendre la sienne, à l'abris des regards, sous le petit meuble, tandis que Kiyoshi enchaînait, à peine revenu:

« Alors... Legaia, c'est bien ça? »

Kahera sourit et acquiesça d'un léger mouvement de tête, son père ayant cherché son approbation, pas certain d'avoir retenu le nom nouvellement annoncé par sa fille tandis qu'elle et lui rentraient chez eux, après qu'elle l'ait retrouvé, dans les bois. Il sourit à son tour et poursuivi:

« Parle-nous de toi! Qui es-tu? D'où viens-tu? Comment es-tu devenu shinobi? Comment as-tu rencontré notre fille? Je veux tout savoir! »

Il ne manquait pas d'enthousiasme, en tous cas! A bien observer les deux parents de sa chère et tendre, Legaia ne pouvait que facilement et rapidement deviner de qui elle tenait quoi. L'élégance et le rafinnement de sa mère, associée à la bonne éducation de cette dernière, le tout pimenté par l'enthousiasme et le sourire de son père. Oh, bien sur, ce n'étaient pas là ses véritables parents, et la génétique n'y était donc en rien dans ces divers héritages. Mais à avoir grandi sous leur tutelle, l'enfant n'avait pu qu'être influencée et modelée comme ils l'étaient, du moins en un joli mélange des deux. Kimiko était certes adorable et chaleureusement accueillante, mais sans la franchise de Kiyoshi, sans doute Kahera aurait-elle été plus distante, moins ouverte, et aussi, moins taquine de nature. Car si, quand tout allait mal pour elle, ce trait de caractère ne ressortait que peu, Legaia n'avait pu que remarquer, sans doute, que lorsqu'elle allait bien, Kahera pouvait se révéler véritable chipie! Et de ce côté-là, sans doute n'était-il d'ailleurs pas au bout de ses peines!

« Oh, papa, je t'en prie, laisse-le donc respirer un peu et profiter du thé de maman! »

Elle rit, serrant légèrement la main de Legaia, autant pour lui dire « Je suis là, tu n'es pas seul, et tu ne le seras plus jamais, désormais! » que pour se rassurer elle-même, se rattacher à un repère qu'elle savait fiable, face à ses propres angoisses à elle. Retrouver sa famille lui réchauffait autant le coeur que ça ne l'angoissait, même encore maintenant. Elle avait tant de choses à leur dire, à mettre au point, à organiser... Ce poste de Mizukage ne lui laisserait plus le loisir de vivre ici, par exemple, déjà... Comment leur annoncer qu'elle ne revenait que pour leur être à nouveau enlevée, d'une certaine manière? Un peu tendue, donc, elle déglutit, et déclara:

« Maman, papa, je... dois vous dire certaines choses, moi aussi. Je... Vous aurez bien le temps de questionner Legaia, vu que, si vous l'acceptez, il logera ici en attendant notre mariage. En revanche, moi, je... je risque de devoir loger ailleurs... »

« Quoi?! Mais enfin, c'est quoi cette blague, Kahera? Tu ne restes pas? Ne me dis pas que tu repars déjà??? »

Presque paniqué, Kiyoshi aurait bondit sur ses deux pieds s'il n'avait pas totalement oublié sa bonne éducation. Bien que moins stricte que celle de son épouse, celle-ci ne l'autorisait pas non plus à se comporter n'importe comment. Kimiko, n'ayant pas bougé, ni répondu précipitamment, elle, avait cependant blêmi.

« Kahera chérie, tu... ne restes pas...? »

Elle débordait d'émotions contenues, retenues au nom de la bienséance ou de quelque autre règle de bonne tenue, sans doute, mais on ne pouvait que, presque, palper le flot de sentiments émanant de sa personne en cet instant. Consciente de l'angoisse bien naturelle de ses parents, Kahera secoua négativement la tête, doucement, dans un mouvement qui se voulait aussi rassurant que le ton de sa voix.

« Je ne quitterai plus Kiri. Cependant, la raison qui me permet d'y vivre à nouveau... c'est que Tashira Arane m'a remis son titre de Mizukage et les responsabilités qui vont avec. Je devrai probablement loger dans la tour des kages du village. Je ne serai pas loin, donc! Mais vivre ici... Je doute encore le pouvoir. Je ne tiens pas à ce que vous soyez importunés par mes nouvelles responsabilités et tout ce qu'elles incombent, qui plus est. »

Elle soupira doucement, et conclut, se voulant aussi rassurante et encourageante que possible, bien que pour elle aussi, ce fait fut difficile à accepter, elle qui ne demandait qu'à retrouver son cher foyer, depuis tout ce temps:

« Je serai bien, là-bas, j'en suis sûre. Ne vous inquiétez pas! Et je ne serai pas loin; nous pourrons nous voir régulièrement, ne? Et puis, un enfant ne vite pas éternellement sous le toit de ses parents, surtout lorsqu'il va se marier, ne??? »

« ... Oui, tu... as sans doute raison... Mi... Mizukage, hein...? Tu... Tu es sérieuse??? »

Kimiko fut incapable de dire quoi que ce fut, sur ce coup-là, éberluée. Sa fille, Rokudaïme Mizukage, et qui allait se marier, soudainement revenue après deux ans de disparition sans la moindre nouvelle... C'en était trop pour elle, et la pauvre femme se releva, s'inclinant tout en s'excusant, avant de s'en aller.

« Pardonnez-la... ça en fait beaucoup, pour elle... Pour moi aussi, d'ailleurs, mais j'imagine qu'on ne peut rien changer à ce qui est, à présent... Et puis, le plus important, c'est de t'avoir retrouvée, en bonne santé, et que tu sois heureuse, Kahera. Pour le reste... Laisse-nous juste du temps. »

Se levant à son tour, Kiyoshi signala aux deux jeunes gens qu'il allait rejoindre son épouse, et encouragea sa fille à faire visiter la maison et l'endroit où il logerait à son fiancé. Avec un sourire compréhensif, elle le laissa partir, avant de lâcher un gros soupir de stress contenu, sa main serrant fébrilement celle de son ami, tandis qu'elle lui adressait un sourire manquant de vaillance, pour le coup.

« Je... te fais visiter...? »
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Eden Legaia
Chuunin de Suna
avatar

Nombre de messages : 112
Age : 28
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
200/200  (200/200)
PC:
225/225  (225/225)

MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   Ven 03 Juin 2011, 18:01

« Rien que ça? Tu veux qu'on te tutoie d'entrée, jeune homme? Soit. Après tout, tu es bientôt notre fils, au même titre que Kahera, ne? »

Legaia ne savait plus trop ce qui venait de le faire sursauter. La voix du père de Kahera, sortant de nulle part, ou les mots qu'il venait de prononcer? Se retournant vers lui, le Chuunin baissa légèrement les yeux. L'homme qui se tenait devant lui avait l'attention de faire de lui "leur fils"?
Lorsqu'il lui tendit la main, Legaia se prépara à la serrer lorsqu'une voix désapprobatrice s'éleva. Crispé, le jeune homme attendit simplement sans oser dire quoi que ce soit. En temps normal, il se serait tourné vers la personne soucieuse des règles et de la propreté pour lui décocher un "J'ai des sabots de cheval au bout des bras, ca me dérange pas du tout!". Mais il s'agissait d'une situation toute différente. Ici, il ne savait pas trop quoi faire, et difficilement quoi dire.


« Alors... Legaia, c'est bien ça? Parle-nous de toi! Qui es-tu? D'où viens-tu? Comment es-tu devenu shinobi? Comment as-tu rencontré notre fille? Je veux tout savoir! »

Ca, pour vouloir tout savoir, il voulait tout savoir.....et peut être même un peu trop d'un coup, d'ailleurs. Répondre à une seule de ces questions lui demandait déjà des efforts considérables. S'il devait tout enchainer à la suite, il tomberait à court d'énergie avant de tomber à court de salive. Tout ce qui passait en ce moment l'épuisait mentalement, bien plus encore qu'il ne l'avait imaginé. Etait il donc si allergique à ce genre de choses?

« Oh, papa, je t'en prie, laisse-le donc respirer un peu et profiter du thé de maman! »

Se trouver devant les parents de Kahera était, pour Legaia, un frein à bien des choses, une gêne qui transpercait trop facilement un coeur qu'il avait appris à ouvrir, au fil du temps, et lui permettait de discuter avec tous ceux qu'il rencontrait. L'intervention de Kahera était comme une bouffée d'air frais dans un environnement étouffant. Mais cette bulle d'oxygène se perca bien vite, lorsqu'elle évoqua sa situation....et la question du mariage. Fallait il vraiment qu'elle en parle autant?
Kiyoshi avait réagi avec une spontanéité qui figea Legaia sur place, comme une souris pétrifiée de peur devant un tigre. Quant à Kimiko....


« Kahera chérie, tu... ne restes pas...? »

Le spectacle auquel il assistait lui faisait mal au coeur. Les parents de Kahera étaient passé du stade de la joie intense à celui de la peine. Même après que leur fille les ait rassuré en leur expliquant sa nouvelle tâche, son nouveau rang, leur tristesse semblait encore grande.....et se mêlait à la surprise. Kimiko fut la première à craquer, comme de juste, et partit de la table, bientôt suivie de Kiyoshi, tout aussi perturbé, laissant Legaia et Kahera seuls. Celle ci semblait avoir épuisé un bon stock d'énergie aussi.

« Je... te fais visiter...? »

D'habitude, Legaia ne disait jamais non. Pas que les détails de l'immobilier de chacun l'intéresse particulièrement, mais il savait que les gens adoraient faire visiter leur antre. C'était une petite fierté personnelle qui ne demandait au "touriste" qu'un minimum d'attention et de bonne volonté.
Question volonté, pourtant, il était presque à court de jus. Mais il ne pouvait pas refuser. Et au vu de la tournure des choses, il logerait ici très bientôt. Mieux valait savoir où il se retrouverait.


-"Je termine mon thé....."

La nervosité fit encore des siennes. Saisissant la tasse, Legaia la vida d'une traite. Heureusement, le peu de temps qu'il avait patienté lui avait évité de s'ébouillanter, mais il avait bu trop vite pour vraiment savourer sa boisson. Faisant une légère grimace en le réalisant, le Chuunin reposa sa tasse, gêné.

-"Il faudra que je m'excuse auprès de....de ma belle mère. J'ai une descente terrible avec son thé...."

Déjà, il s'imaginait en train de suivre des cours pour apprendre à boire correctement. Une scène aussi pathétique que cocasse qui le détendit un peu. Suffisament pour amorcer la suite du programme.

-"Bon, on visite?"
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Home, Very Sweet Home!   

Revenir en haut Aller en bas
 

Home, Very Sweet Home!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KiriKiri :: Centre Ville-