AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Faut maintenant passer le flambeau [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kenjiro Akira
Kazekage
avatar

Nombre de messages : 839
Village : Suna
Date d'inscription : 15/09/2008

Fiche Ninja
PV:
720/720  (720/720)
PC:
1039/1039  (1039/1039)

MessageSujet: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Mer 29 Déc 2010, 17:54

En cette nouvelle journée qui débutait, un nouveau défi m'attendait et depuis quelque temps déjà, je m'étais mis en tête de faire avancer les choses peut importe les moyens que j'allais devoir prendre pour y parvenir. De plus depuis mon retour de Kiri, j'avais passé par de nombreuses émotions suite à la découverte du nouveau titre de Kahera chan. À ma plus grande surprise, une traitresse avait été nommée Mizukage. C'était inconcevable de penser une seconde qu'une telle chose aurait pu arriver, mais dans un monde comme celui-ci, on devait s'attendre à tout, même à une telle aberration. Tentant de ne pas me laisser abattre plus longtemps par cette nouvelle, je pris soins de prendre une bonne douche, afin de me calmer un peu.

Pour ce que j'avais à faire aujourd'hui, je devais être en pleine forme et heureusement pour moi, la nuit que je venais de passer avait été des plus réparatrice et maintenant que j'étais en superbe forme, il ne me restait qu'à me préparer pour l'imminent combat qui m'attendait. Effectivement, le défi qui m'attendait en cet avant-midi consistait rien de moins à défier le chef actuel de l'ordre du sable. Ayant attendus parlé de cet ordre depuis un moment déjà, j'avais eu confirmation que le chef actuel de l'ordre du sable c'était un peu trop amollis selon l'avis de certaine personne et part son âge avancé, il avait commis plusieurs petites erreurs qui avaient permis à certains de nos ennemis de s'approcher d'un peu trop près des objectifs qu'ils s'étaient fixés. Il avait donc mis en danger un peu trop souvent le village caché du sable et maintenant, il était temps de laisser la jeunesse redresser ce qu'il avait été incapable de garder en équilibre.

Étant à la base même de la protection du village, aucune brèche ne pouvait être acceptée et s'il fallait qu'un seul maillon faible soit accepté au sein de cette organisation, les fondations mêmes du village du sable risqueraient d'être gravement endommagées. Il n'y avait aucun risque à prendre et même si les erreurs de jugement s’étaient multipliées pour lui, son second avait quand même eu la présence d'esprit de rectifier le tir. Grâce à ce sauveur, de nombreuses erreurs avaient été évitées de justesse, gardant ainsi intact le village caché de Suna. C'était principalement pour son incapacité à diriger que j'avais pris la décision de le défier, devant les siens, afin de mettre fin à cette descente aux enfers.

De plus, mon ascension à ce nouveau poste permettrait à l'ordre de retrouver cette fraicheur qu'il avait connue à leur début, alors qu'il était redouté de tous. Encore aujourd'hui, leur réputation passée continuait de les protéger, mais ce qui les avais permis de survivre aussi longtemps avait été le secret que leur organisation faisait preuve, car même s'il existait véritablement, très peu de personnes en reconnaissant leur existence. C'était peut être mieux comme ça après tout, car de par leur secret, les erreurs de l'actuel dirigeant ne c'était pas ébruités dans la populace, gardant ainsi intact les rumeurs que tous avait déjà entendus parlé à leur sujet.

Après avoir terminé mes préparations, je pris la route des passerelles de sable, où devait m'attendre mon contact. De la précédente missive que j'avais reçue de Gaara-sama suite à ma demande, il avait réussis à m'avoir un rendez-vous avec le chef de l'ordre et ne voulant pour rien au monde manquer cette rencontre, j'étais arrivé plus tôt au lieu d'écris dans ma lettre, attendant avec une certaine impatience la personne qui devait me rejoindre. Réfléchissant à ce qui pouvait bien m'attendre, je me cognais le nez contre le mur d'une incertitude certaine. Même si j'avais déjà fait face à de nombreux adversaires, je ne pouvais pas me douter de ce qui allait m'attendre, face à un adversaire comme le chef de l'ordre. Même s'il était sénile, il n'avait aucunement perdu ses capacités de combattant et pour rejoindre la tête de l'ordre, il avait du prouver au précédent chef que sa puissance n'avait d'égale que sa volonté à vouloir le bien du village dans lequel il était lui même né.

C'était une décision louable certes, mais le moment était arriver de laisser sa place à une autre personne et lorsque cette pensée traversa de nouveau mon esprit, une ombre apparut soudainement à l'horizon. Me faisant signe de le suivre, il se dirigea vers un endroit bien précis et ne s'arrêtant même pas, il passa à travers un mur de roche, qui aurait pu empêcher n'importe qui de faire un pas de plus. Voyant bien qu'il avait réussi à passer, je tentais ma chance à mon tour et lorsque je me lançais vers l'avant, le mur en face de moi se liquéfia littéralement pour ensuite se solidifier de nouveau. Venant de faire face à un système de sécurité à la fine pointe de la technologie, je continuais de marcher dans les pas de cette personne qui était venue me chercher et montant un escalier, il me mena directement à l'endroit où je désirais aller, au bureau du chef de l'ordre. Une fois sa mission achevée, il me laissa seul. Cognant à quelque reprise, j'attendis la confirmation d'une quelconque voix avant d'ouvrir la porte et de faire mon entrée. Le cœur battant, j'étais un peut nerveux de ce qui allait m'attendre derrière cette porte, mais n'ayant nullement l'intention de reculer, je fonçais, droit devant, pénétrant au cœur de mon prochain bureau.

Une fois à l'intérieur, je me retrouvais confronté à de nombreux hommes et femme qui assis derrière une table en U, me fixèrent sans arrêt. Continuant d'avancer, je me dirigeais au centre de ce U et ne fixant que le principal intéressé, je lui lançais un regard rempli de respect. Après tout, avant sa déchéance, il avait fait du très bon travail et je me devais de lui donner ce qui lui revenait de droit. Brisant le silence que j'avais introduit en entrant dans l'immense salle de réception, j'ouvris la bouche pour saluer toutes les personnes présentes.

-Bien bonjour à vous tous. Je me nomme Akira Kenjiro et je suis ici pour donner mon nom en tant que chef de cet ordre. J'ai reçu la permission de faire cette demande directement du Kazekage lui-même, car même si vous avez fait du très bon travail, il est temps pour vous de laisser votre place.

Terminant sur ce message destiné directement au chef de l'ordre, je demeurais sur place, attendant les réactions des gens dans la salle, mais celle que j'attendais le plus était celle du chef lui-même. Peut être allait-il ne pas aimer ma façon de procéder, mais peu importe, c'était maintenant dit et revenir sur mes paroles n'allait pas faire avancer les choses.

_________________


Dernière édition par Kenjiro Akira le Ven 31 Déc 2010, 03:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 27
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Ven 31 Déc 2010, 03:16

Sayonara JiJi ?




L'ordre du sable, les vétérans de Suna; quel que fût le nom dont ils se revêtaient, celui-ci inspirait fierté et dévotion. Tous étaient les meilleurs et les plus illustres du village, aucun n'était d'un rang plus bas que juunin, le dernier que pouvait passer un ninja avant de prétendre occuper une place dans l'ordre. Ayant transcendé leurs semblables et leurs dissemblables, défié leurs limites, aboli leur conception du moi, ces ninjas combattaient l'ennemi intérieur et s'acharnaient à la stabilité de Suna. Et le premier de tous était Isoroku Yamamoto. Un individu maigre portant une robe orange, ternie par la cendre, son visage était sage au-delà de toute compréhension, pareil à celui de l'ancien d'une tribu ou d'un érudit vénérable. Les plis de ses rides formaient un tourbillon sur ses joues comme pouvait être un océan déchaîné par la fureur des tempêtes. Son expression était des plus difficile à percer, et dans les confins de ses petits yeux luisait la lueur d'un regard toujours vigilant. Malgré son âge et cinquante années au service de son village, le temps semblaient ne pas avoir de prise sur lui, pourtant derrière la résistance du chêne on pouvait remarquer de la fébrilité dans sa démarche, et différents tics trahissant sa nature à confondre expérience et sagesse. Cet arbre avait pourtant rendu de fière service à Suna, et avait dirigé d'une poigne de fer l'ordre du sable. Malgré tout, quelques voix s'élevaient et critiquaient d'abord dans l'ombre, guère plus que des chuchotements, la manière de diriger d'Isoroku. Puis les voix se sont faites plus insistantes, dénonçant son grand âge et sa raison. Le vieu chêne les avaient fait taire les unes après les autres dans une démonstration subtile mais néanmoins brutale de son pouvoir. En effet, cela faisait cinquante années qu'il n'avait pas été provoqué en duel, depuis son intronisation au poste de leader. Qui d'autre que lui ne pouvait se targuer d'incarner la voix de la raison et de la sagesse ? Dans sa longue vie il avait vu plus que n'importe qui dans ce village, et avait connu plusieurs Kazekages, de l'illustre troisième au jeune Gaara. Isoroku Yamamoto ne se laisserait pas jeter comme un débris qu'on mène à la décharge. Lui seul pouvait encore guider l'ordre et Suna vers la voie de la grandeur. Ce Gaara était certes puissant mais paraissait trop jeune et trop inexpérimenté aux yeux de Yama-ji. La clef du pouvoir était une volonté d'acier et la puissance nécessaire afin de faire taire les jeunes pousses, et cela le chef de l'ordre du sable l'avait bien comprit.

Le vieu sortit de ses rêveries et contempla une nouvelle fois l'impudent qui s'était présenté devant lui quelques minutes plus tôt. Ainsi le temps était venu, et un dénommée Kenjiro Akira voulait le remplacer à son poste, en tant que chef de l'ordre du sable. Ses yeux se rétrécirent pour ne devenir que deux infimes traits dans un amas de plis. Ce jeune ninja devait avoir environ le cinquième de son age et il voulait le remplacer, lui. Son insolence s'expliquait aisément à cause de la fougue de sa jeunesse, cependant la force de Yama-ji était reconnu de tous. Avait-il affaire avec un fou ? Le regard du ninja le dissuada de cette supposition, il était très conscient de son acte et venait s'adresser à lui avec la plus extrême des sincérités. Ainsi il existait encore des grenouilles du puits ne connaissant pas l'océan. Un bref regard à coté de lui indiqua au vieux Yama que le reste de l'ordre ne semblait réagir qu'a demi devant la proposition de cet avorton. Le Kazekage lui même avait donné son approbation et l'ordre se rangerait surement du coté de Gaara si un vote avait eut lieu. Heureusement, les traditions sont restées telles qu'elles sont et seul un duel ne pouvait décider de la place d'un ninja dans l'ordre. Il fallait éblouir ces avortons, les subjuguer pour qu'aucun autre n'ai l'audace dans le futur de s'opposer une nouvelle fois à lui. Un rire gras, tout d'abord ténu puis sonore sortit de la bouche du vieux Yama qui résonna dans la salle. Il se leva de sa chaise avec difficultés et s'aida de sa canne afin de marcher jusqu'à Kenjiro. Son dos voûté le rendait plus petit que le jeune ninja, néanmoins ses petits yeux se levèrent pour fixer ses yeux.

.: Je sens dans le timbre de ta voix que tes intentions sont pures et que ta volonté est aussi dur que le roc, cependant je ne laisserai pas cet assemblée être dirigée par un avorton dans ton genre. Dans l'intérêt de Suna je vais devoir t'enseigner la sagesse des anciens.:

Le vieux Yama se redressa soudainement, faisant craquer chaque vertèbres de son corps en un horrible concert puis lâcha sa canne qui ajouta la note finale en tombant sur le sol. Il étendit ses bras hors de sa robe révélant ainsi une musculature insoupçonnée pour un vieux si maigrichon. A cet instant, chaque personne qui se trouvait dans la pièce savait que le duel entre les deux générations était inévitable.
Revenir en haut Aller en bas
Kenjiro Akira
Kazekage
avatar

Nombre de messages : 839
Village : Suna
Date d'inscription : 15/09/2008

Fiche Ninja
PV:
720/720  (720/720)
PC:
1039/1039  (1039/1039)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Ven 31 Déc 2010, 04:40

Mon précédent message avait été entendu par tous les convives présents dans la pièce et même si j'avais été témoin des nombreuses interrogations qui avaient germé dans le regard des autres membres de l'ordre, je m'étais concentré sur une seule et unique réaction, celle du chef de l'ordre. Je voulais ressentir au plus profond de mon être son regard me scruter à la loupe, m'analyser. Je voulais qu'il se rende compte du potentiel que je pouvais représenter pour cet ordre. J'étais pratiquement certain que de nombreux aspirants au titre avaient déjà tenté leur chance, mais heureusement pour moi, leurs faiblesses ne leur avaient permis que de se faire ridiculiser face à un adversaire aussi redoutable que celui que je m'apprêtais à combattre. J'avais été mis au courant de ses nombreux exploits militaires et je savais de quoi il était capable.

Au-delà de sa grande sagesse, il possédait une puissance inégalée et trop peu de gens avaient réussi à ne lui faire qu'une simple égratignure. Dans cette même pièce, beaucoup d'échecs avaient eu lieux, mais en ce jour, tout allait être différent. Si je m'étais présenté ici aujourd'hui, c'était pour faire revivre un vent de renouveau sur cette organisation et ayant prouvé au kazekage, à de nombreuses reprises, de quoi j'étais capable, il était maintenant le temps de quitter le coté exposé de la vie d'un ninja, pour m'enfoncer dans un monde qui m'était encore totalement inconnu. Un monde des plus secret pour lequel on ne connaissait presque rien si ce n'était que de vagues rumeurs aussi farfelues les unes que les autres. Tant de mystères entouraient cet ordre et je ne voulais plus être le pantin de leur commandement, mais bien le marionnettiste qui allait être au cœur de toutes les histoires. Je voulais être celui en première ligne qui empêche l'ennemi d'entrer et qui repousse les envahisseurs.

Je voulais être envoyé dans des missions qui allaient à la fois prouver mon courage et ma détermination à sauver le village. Je voulais avoir ce double visage, qui allait faire de moi une pièce maitresse dans le jeu. Agir dans l'ombre sans rendre de compte à personne, si ce n'était qu'au kazekage en personne. Je voulais être celui dont j'avais toujours rêvé être. Faire partie des plus hautes instances de Suna, aux services de Gaara-sama en personne, sans aucun intermédiaire entre lui et moi. Devenir en quelque sorte l'un des gardes personnels de celui qui faisait tant pour le village. Il était le cœur même du village caché du sable et je voulais lui démontrer ma reconnaissance en en faisait plus pour le village que j'en avais déjà fait. Voilà pourquoi je m'étais présenté ici et peu importe ce que pouvaient penser les autres, j'étais bien décidé à leur prouver que ma requête avait été très longuement réfléchie.

Ne délaissant pas du regard le sage combattant, je me tus pour lui permettre de répondre et le voyant se lever, je me mis aussitôt sur la défensive. Peut-être avait-il accepté sur le champ mon défi et peut-être s'apprêtait-il déjà à débuter le combat. N'étant nullement certain de ses intentions, j'avais préféré jouer sur la prudence et le laissant s'approcher, canne en main, j'écoutais ce qu'il avait commencé à me dire. Commençant sur un temps plutôt doux et sans agression, il bifurqua très rapidement dans le coté noir de la force et me traitant maintenant d'avorton, il m'annonça clairement son revus de laisser la direction de cette assemblée à un jeunot comme moi. Terminant par la suite avec une proposition d'enseignement de ses connaissances ancestrales, il se mit en position de combat, prêt à me recevoir. Voyant bien là le début du combat, je me mis aussitôt en position de combat et fixant ses yeux, je lui renvoyais un regard rempli de confiance et de certitude. Mais avant de lancer le moindre kunai, je me permis de lui répondre.

-Votre sagesse ne sera jamais refusée entre ses murs soyez en sûr, mais votre grand âge vous à restreint à devoir laisser votre place à des idées plus jeunes et plus réfléchies. Cette organisation a besoin d'avoir à sa tête une personne en pleine santé, n'étant pas rongée par les années et aujourd'hui, je vais vous prouver les limites que votre âge vous a obligé à atteindre.

Terminant sur cette note, les autres membres de l'ordre se levèrent pour laisser place au combat et se mettant à l'abri, ils actionnèrent un mécanisme qui rabaissa les tables pour les faire disparaitre dans le plancher. Agrandissant considérablement la zone de combat, on pouvait enfin commencer les choses sérieuses. Positionnant mes mains, j'exécutais une série de mudras et dans un grand cri qui résonna partout dans la pièce, je criais:

-Fuuton daitoppa.

Aussitôt, une bourrasque de vent traversait complètement la salle et tel Éole, le maitre des vents, j'attaquais mon adversaire et ne lui laissant pas le temps de reprendre son souffle, je poursuivis avec une seconde. Empoignant aussitôt un kunai, je le lui balançais sans même prendre le temps de viser les points vitaux. Mon objectif ici était de voir les vraies capacités de mon adversaire, car dans tout bon combat, on se devait de bien cerner notre rival avant d'avoir la moindre change de le mettre hors d'état de nuire. Avec mes deux premières attaques, c'est ce que j'avais essayé de faire, mais pour le mettre une fois de plus à l'épreuve, j'ajoutais une nouvelle difficulté qui allait peut-être le faire plonger dans un monde bien différent de celui-ci. Tentant de l'hypnotiser, je posais sur lui un regard noir et tentant de modifier le flux de son chakra au cerveau, j'essayais de lui faire voir ce monde que j'avais créé pour lui. Un monde bien plus beau dans lequel il venait de se faire battre. Il avait perdu son titre de chef de l'ordre et de ma victoire, j'avais pris sa place à la tête de l'organisation. Il avait perdu toutes ces responsabilités et sa vie n'était maintenant vouée qu'à errer sans but dans les rues de Suna, attendant le moment de sa mort.

Spoiler:
 

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 27
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Lun 03 Jan 2011, 02:50

Les paroles du jeune ninja résonnaient amèrement aux oreilles du vieux Yama. Comment un être, si jeune, pouvait s'opposer à lui ? Un silence chargé d'expectative emplissait la salle. Yamamoto demeura silencieux, son regard fixant le visage déterminé d'Akira. Le sien était tiré dans un rictus d'exécration primale, fielleux à tel point que les membres de l'ordre du sable se demandèrent comment ils n'avaient pas deviné chez leur chef un noyau aussi brutal et violent. Voir cette vérité se dessiner aussi clairement sur le visage de l'un des leurs demeurait un choc. Ils s'éloignèrent des deux protagonistes puis enclenchèrent un mécanisme qui transforma la salle en une arène, destinée au combat depuis la création de l'ordre. Les meubles se rangèrent d'eux-mêmes et la table centrale descendit pour former un sol parfaitement lisse dans un grand bruit métallique. Ce bruit fut le signal de le première attaque, et sans prévenir le jeune fou composa rapidement quelques signes puis souffla dans sa main. Une énorme bourrasque de vent fendit l'air, traversant le peu de distance qui séparait les deux combattants. Le vieillard se voûta progressivement et contracta tout les muscles de son corps qui devinrent rouges sous la pression qu'ils exerçaient. Le vieillard se déplaça rapidement pour esquiver l'attaque fuuton qui s'écrasa contre le mur derrière lui. Il retomba sur le sol, le faisant se fissurer à l'impact. Mais ce n'était que le premier acte. Le second prit la forme d'un objet meurtrier qui fila sur la position de Yamamoto en un bruit caractéristique. Le vieux Yama ne réagit même pas face à une attaque aussi insignifiante. Le kunaï se ficha dans son torse ne laissant qu'un mince filait de sang s'écouler de la plaie. Le troisième acte troubla la vision du vieux Yama. Ses yeux se voilèrent progressivement lorsque l'illusion prit forme devant lui. Un monde étrangement réel se substituait à sa vision. Yamamoto se retrouva au milieu d'une des nombreuses ruelles de Suna, balayée par le vent et le sable. Devant lui, des enfants couraient dans sa direction en riant, ne prêtant pas attention à lui. Tout autour de lui, des hommes et des femmes, des enfants riaient aux éclats. Ils affichaient une étrange joie de vivre. Soudain, comme si il était animé d'une volonté propre, le soleil magnifia la scène de ses rayons chauds et brillants. Mais Yamamoto resta dans les ténèbres, seul, au milieu de la rue, complètement ignoré par les habitants qui évoluaient dans la rue. Ainsi voila le monde dont il parlait. Voila Suna transformée sous le règne d'Akira Kenjiro, chef de l'ordre du sable. Le vieux Yama ferma lentement les yeux puis dans un geste rapide de sa main droite, exécuta un signe. Le monde s'évanouit subitement et les enfants riant laissèrent place à la silhouette du jeune ninja. Contemplant à nouveau son visage, le vieux Yama prit la parole. Sa voix semblait déplacer les montagnes et résonnait comme la fureur d'un orage.

.:C'est tout ce que toi, tu as m'adresser ? Des mensonges ? Jamais je ne prêterai foi à cela. Penses tu vraiment arriver à une telle utopie dans un monde en guerre ? Tu ne pourras pas comprendre ma vérité sans comprendre le caractère total de ton mensonge à lequel tu es lié. Être éclairé ne portera aucun fruit chez qui ne s'est pas libéré du mensonge. La puissance de la vérité se fondra avec toi lorsque tu seras libre de la tromperie sous toutes ses formes ; voilà le cadeau que je te fais, Akira Kenjiro. Je vais te libérer de tes ambitions stupides et te montrer à quel point tu t'égare :.

Une fois le silence retombé, Yamamoto se concentra pour s'infiltrer dans les méandres du cerveau de son adversaire et y déverser sa vérité. Son chakra troublant les flux et modelant sa vision. L'illusion prit la forme d'un long serpent transparent presque liquide, qui s'enroula lentement autour d'Akira en maitrisant son contrôle élémentaire. Un autre serpent, cette fois solide comme le roc s'enroula lui aussi autour de lui, l'immobilisant complètement grâce à la pression de ses écailles. Le vieux Yama était toujours devant lui, à une dizaine de mètres. Contemplant son œuvre d'un œil expert. Puis il prit de nouveau la parole d'une voix plutôt triste et chargée de la déception créé par toute une vie de sacrifices à son village.

.:Seul le fou souhaite partir à la bataille et vaincre quelqu'un pour la seule satisfaction de vaincre quelqu'un. Je sais que tu ne l'es pas, car je vois en toi de ferme résolutions et une vision que tu aimerais réalisé pour Suna. Seulement cette vision est vouée à l'échec car ce monde n'est pas encore destiné à laisser les hommes vivre heureux. Cet état laisserai le village mou et désarmé contre nos ennemis. Seul un esprit fort et déterminé peut mener Suna à la paix. Et tu es bien trop jeune pour le posséder:.

Dans un geste de compassion, il indiqua de sa main la direction de la seule porte de la salle. Celle par laquelle Akira était entré et par laquelle il pouvait encore ressortir.


Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kenjiro Akira
Kazekage
avatar

Nombre de messages : 839
Village : Suna
Date d'inscription : 15/09/2008

Fiche Ninja
PV:
720/720  (720/720)
PC:
1039/1039  (1039/1039)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Lun 03 Jan 2011, 18:45

Mes premières tentatives n'avaient pas eu les résultats escomptés, car de par ses capacités encore bien présentes, il avait réussi à esquiver une attaque à grande échelle avec une facilité presque déconcertante. Je devais avouer que sur ce coup-là il m'avait grandement surpris, mais je n'étais pas né de la dernière plus et je lui réservais encore quelques cartes cachées dans ma manche. Mais ne s'arrêtant pas là, laissa mon kunai précédemment lancé pénétrer dans sa chair et ne prononçant aucun gémissement de douleur, il se prépara déjà à ma troisième et dernière attaque. Semblant résistant aux attaques physiques, il avait l'air de ne pas avoir peur de ces petits objets métalliques et même lors de ma tentative de genjutsu, il la contra sans même bronché, s'en extirpant d'un simple petit kai.

Décidément, ce vieux crouton savait encore se battre, mais malheureusement pour lui, je ne lui avais pas encore démontré mes vraies capacités. S'il s'attendait à ce que sa démonstration de puissance me fasse quitter les lieux, il allait attendre longtemps, car je n'avais pas l'habitude d'abandonner aussi facilement. Sourire aux lèvres, le chef de l'ordre se perdit dans un monologue qui n'intéressait que lui, car de la raison de ma présence ici, aucun mensonge n'existait. J'espérais à une organisation bien plus solide avec à sa tête un dirigeant qui allait être en mesure de prendre les bonnes décisions. Un esprit jeune et neuf allait permettre de mettre du renouveau dans cette organisation et de la survie et la protection du village, je voulais m'y vouer totalement.

L'actuel chef de l'ordre avait beau sembler très puissant, son âge avancé avait su gagner sur la détermination du vieil homme et s'il continuait de s'entêter de la sorte, il allait faire pire qu'il l'avait déjà fait pour le village. Son but avait toujours été de protéger le village que nous intimions tous les deux, mais à cause de son manque de réflexion, il avait contredit le pourquoi de sa présence ici. Il avait mis en danger notre patrie, notre village. Il était temps pour lui d'ouvrir les yeux devant ses erreurs et c'était bien ce que j'avais l'intention de faire aujourd'hui. Je m'étais levé devant lui, afin de lui faire face et non de retourner chez moi la queue entre les jambes. Dans un désir patriotismes, je lui rétorquais ces quelques mots.

-Nulle n'est mensonges dans ce que je viens de vous dires, car de ma présence ici, j'ai bien l'intention de vous faire voir la vérité. La raison de l'existence de votre poste est de protéger au péril de votre vie Suna, mais à cause des nombreuses erreurs que vous avez commises, vous avez mis en danger le village en entier. Pour un homme comme vous, de telles erreurs sont impardonnables. Malgré vos mots et votre détermination, vous ne pouvez nier ce que je viens de vous dire. Même si vous avez œuvré pendant des années à la protection du village, vous âges vous à rattrapé et maintenant votre jugement commence à vous abandonner.

Aussitôt dit, le chef de l'ordre passa à l'attaque et sans même bouger le petit doigt, il m'attaqua aussitôt, faisant apparaitre autour de moi un serpent de couleur transparent. Me sentant me vider de dons affinitaires, je compris alors où il voulait en venir et de ce chamboulement que mon esprit venait d'avoir, j'arrivais à la conclusion formelle que je venais d'être pris dans un genjutsu. En ayant déjà fait l'expérience lors d'un de mes précédents combats contre une certaine Rai, j'avais ressenti la même technique pour brouiller mon esprit et maintenant qu'il avait mélangé son chakra au mien, dans le seul but de contrôler mon esprit, il s'en était donné à cœur joie, me dévoilant sur le champ une carte maitresse qui aurait dû demeurer cachée.

Ne pouvant pas lui laisser croire qu'il avait déjà gagné, je me préparais à réagir en conséquence, mais avant même que je n'aie pu faire quoi que se soit, il envoya une seconde attaque qui cette fois si tenta de m'immobiliser, mais avant même que le serpent qui semblant plus vrai que nature n'atteigne mes bras, je brisais les l'illusions en exécutant un kai respectif pour chacune des illusions. Retrouvant tous mes moyens, je me remis en position offensive et ne refaisant pas la même erreur que précédemment, j'allais lui envoyer de quoi s'occuper un peu. Mordant mon pouce pour y faire couler un peu de mon sang, je rabattis le plat de ma main sur le sol et criant haut et forte « Invocation », Saburaboken apparut dans un nuage qui se dispersa quelque seconde plus tard. N'attendant même pas la dissipation totale du nuage, le tigre bondissait hors du nuage pour attaquer directement le chef de l'ordre.

Ne lui laissant aucun répit, Saburaboken sauta sur sa proie et lui infligeant à deux reprises une attaque au torse à l'aide de ses griffes aiguisées, il bondissait au dessus de l'homme pour se retrouver dans son dos. Une fois en position, il exécuta des magnifiques feintes qui lui permirent de découvrir une faille dans la défense de son adversaire et profitant de cette faiblesse, Saburaboken tenta d'éventrer le pauvre homme par une attaque rapide et efficace. Après en avoir terminé avec lui, le tigre se retira, s'éloignant de son adversaire et au même moment, un immense fleuve de terre déferla directement vers le vieil homme et suivit de très près, une immense vague de sable balayait la pièce dans un seul et unique but, enterrer le chef de l'ordre. Une fois ma dernière attaque exécutée, je pris soins de fermer les yeux, car s'il y avait une chose à connaitre sur les utilisateurs de genjutsu, c'est qu'une fois le contact visuel coupé, leurs talents d'illusionnisme deviennent inutiles. Gardant un contact avec Saburaboken, il allait me servir d’yeux. Grâce à lui, j'allais être en mit au courant de l'avancer de l'ennemi et j'allais pouvoir réagir en conséquence si jamais besoin il y avait.


Spoiler:
 

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mujô Hinako
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 26
Date d'inscription : 21/11/2010

Fiche Ninja
PV:
450/450  (450/450)
PC:
370/370  (370/370)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Mar 12 Avr 2011, 20:11



    Le vieillard avait jugé juste de proposer au jeune fougueux de s’en aller, d’éviter tout conflit et de se soumettre. Parce qu’après-tout, Il était la raison, Il était le maître, le chef, et nul ne pouvait le mener à mal, ou même simplement contester ses décisions. Du moins, le croyait-il ardemment, prêt à lutter encore s’il le fallait. Et visiblement, c’est ce qui allait se produire. Le jeunot n’avait absolument pas l’intention de se retirer, et croyait dur comme fer à ses utopies. Quelle naïveté. La paix est une chimère à laquelle il vaut mieux cesser de croire. Dans cette morne et froide constatation, Yama-ji avait attaqué Akira, usant avec dextérité de ses meilleures techniques illusoires. La facilité avec laquelle il s’en dépêtrât fut déconcertante, voire même déstabilisante. Un simple Kai. L’Ancien plissa ses sourcils, faisant danser les rides prononcées de son front, et il se prépara à lancer une nouvelle offensive. Toutefois, quelque chose vint perturber ses plans. Ou plutôt, une invocation vint le perturber. Un chaton tigré se jeta contre lui, l’attaquant avec véhémence. Doté de réflexes presque bestiaux, il ne fit pourtant rien. Pour tester la violence et la puissance de cette bête, sans doute. De toute façon, même s’il était égratigné, il vaincrait le jeune homme. Il était trop tôt pour qu’il ne perde son statut et le cède à un téméraire. Il sentit sa peau se déchirer, le sang couler à flots, et quelque chose qui s’apparentait à la douleur le foudroyer. Sakuranbo, visiblement aussi futé que son maître, sauta par-dessus lui, et le toucha avec violence. Yama-ji se mit toutefois en garde, limitant les dégâts. Depuis combien d’année n’avait-il pas lutté contre quelqu’un ? Depuis combien de temps n’avait-il pas senti son sang rouler sur sa chair ? L’impatience tendait les nerfs du Chef de l’Ordre, qui frémit lorsque la terre se mit à gronder. Le tigre fuît vers son maître, tandis que le sol déferlait sur lui en une vague violente et dangereuse. Le Doryuu Taga, une technique de rang A. Le petiot ne se défendait pas si mal… Il avait tout pour devenir un dangereux dirigeant.

    Mais il ne se laissa pas impressionner par si peu. L’ancêtre se concentra quelques instants, et se propulsa avec une vitesse incroyable contre Akira, contournant par le fait l’immense dôme de terre qui le menaçait quelques instants plus tôt. En l’espace de quelques secondes, la montagne de muscle défraichie s’était retrouvé tout contre le jeune et vigoureux prétendant. Coup de chance, les yeux de ce dernier était fermé, certainement pour parer à ses genjutsu fatals. Oubliait-il que ce n'était pas le seul domaine dans lequel il excellait ? Profitant de cette opportunité et de cette proximité, il saisit le jeune garçon par les hanches, et le souleva. Comme une prise de Sûmo. Sans effort apparent, il le propulsa plus loin, tendant ses muscles saillants, comme si le Ninja n'avait été qu'un vulgaire sac. « Je t’avais pourtant prévenu… Maintenant, il est trop tard pour toi. » Sa voix rauque, abimée par de trop nombreux cris, avait résonnée, tandis qu’Akira planait encore. Le vétéran s’agenouilla au sol, presque solennellement, et posa sa grande main contre le sol. Un souffle s’échappa d’entre ses lèvres gercées « Doton Doryuusou ». Aussitôt, des piques enracinés dans le sol apparurent, fonçant avec précision en direction de Kenjiro-san. Le patriarche était vieux, mais pas sénile. Il allait l’embrocher, comme une volaille, et se servir de sa tête comme d’exemple. Il ne céderait pas sa place, ce n’était pas le moment. Même si le sang qui coulait de ses plaies était abondant et que sa vision commençait à se brouiller.


Spoiler:
 

Spoiler:
 

_________________
「終わらないお話」


Présentation


Dernière édition par Mujô Hinako le Dim 17 Avr 2011, 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kenjiro Akira
Kazekage
avatar

Nombre de messages : 839
Village : Suna
Date d'inscription : 15/09/2008

Fiche Ninja
PV:
720/720  (720/720)
PC:
1039/1039  (1039/1039)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Jeu 14 Avr 2011, 05:58

Mais qui avais-je donc en face de moi? Était-ce réellement le chef de l’ordre du sable, réputé pour sa puissance de frappe, ou n’était-ce qu’un de ces fidèles pantins qui avaient été envoyés pour me tester? Certes, il avait la langue bien pendue, mais outre ces paroles, il n’avait pas grand-chose à envier. En effet, il était redoutable lorsqu’il s’agissait d’utiliser les arts illusoires, mais quand j’avais soustrait mon regard au sien, toute possibilité de tromper mes sens visuels avait été anéantie avec son désir de me faire payer mon impudence. Mais loin de mon intention d’agir sans réfléchir, j’avais appelé à moi mon fidèle ami, afin que celui-ci ne devienne les yeux que j’avais précédemment fermés.

De cette façon, j’allais être en mesure de voir les déplacements de mon adversaire, grâce à ce lien qui s’était développé entre moi et Saburaboken, depuis des années. Je n’avais pas besoin de dire que la venue de mon ami allait être un atout à ma propre victoire. Refusant de croire à cette défaite que le vieux ne cessait de proclamer à haute voix, je me préparais à dépasser ces propres attentes et de cet aperçut à laquelle il venait d’être confronté, je lui réservais quelques belles surprises encore. Me connectant mentalement avec le félin, je pris conscience de l’état actuel du combat et à ma grande surprise, Saburaboken avait réussi à infliger au chef de l’ordre du sable une blessure assez conséquente.

Connaissant parfaitement les capacités du tigre, je savais très bien que cette blessure allait être un handicap pour le futur retraité. Je devais faire en sorte de l’utiliser à mon propre profit si je voulais avoir une chance de mettre un terme à ce combat qui venait pourtant tout juste de commencer. Voyant en cette faiblesse mon salut, je rappelais à moi mon invocation, mais avant même qu’il n’ait eu le temps de me rejoindre, une mise en garde fut envoyée aussitôt à ma personne, mais avant même que je n’ai eu le temps de traiter l’information, l’homme était apparut près de moi, me propulsant sans plus attendre tel un vulgaire sac de patates dans les l’air. Me sentant quitter la terre ferme, j’entre ouvris les yeux que pendant une fraction de seconde, mais avant même que ma vision n’eut le temps de se rétablir complètement, je les refermais, afin d’éviter d’être pris une nouvelle fois dans un genjutsu.

M’abandonnant complètement à ma seconde vision, qui était plus psychique qu’autre chose, je pus apercevoir pendant quelques secondes seulement l’attaque de mon adversaire, mais encore là, son exécution fit trop rapide pour que Saburenko puisse m’envoyer l’information à temps et frappée de plein fouet par sa dernière attaque, je me retrouvais embroché par une technique que je connaissais plutôt bien, puisque moi-même, j’avais appris à la maitriser. Atterrissant contre un des murs de la pièce, je glissais jusqu’à sa base, pour ensuite me relever comme si de rien était. Jetant un léger coup d’œil à mes blessures, je fis surpris de voir que la précédente attaque n’avait causé aucun dégât sérieux, loin de là. N’étant nullement handicapé d’aucune façon contrairement au chef de l’ordre, je relevais dans sa direction un regard rempli de certitude. Maintenant qu’il venait de commettre l’irréparable, en me laissant cette chance, il n’était plus question de tester qui que ce soit et de son erreur de jugement, il allait le payer de par sa vie. Profitant du silence qui avait empli la pièce momentanément, je me permis un petit commentaire.


-Vieux sénile, tu n’es pas à la hauteur de ce que notre pays attend de toi. De par ta faute, de nombreuses vies innocentes ont été enlevées. Tes erreurs de jugement on fait en sorte de mettre en danger la base même de ce qu’est le village caché du sable et de cette dernière décision que tu viens de prendre dans ce combat, tu le prouves bien. Maintenant, sois le résultat de ton esprit malade et accepte que ton règne se termine en cette seconde même.


Après avoir terminé mon petit discours, je remis un peu de sérieux dans ce combat et me laissant la porte toute grande ouverte à une victoire totale, j’enchainais avec une ultime combinaison. Me retournant vers Saburaboken, tout en gardant les yeux fermés, je lui transmis ces ordres et en une seconde à peine, il bondissait vers l’ennemi pour attirer son attention, mais avant même de comprendre ce qui lui arrivait véritablement, je concentrais un peu de chakra dans ma bouche et le crachant après l’avoir malaxé avec l’air environnant, un immense courant d’air se leva pour repousser le chef de l’ordre vers l’arrière et maintenant ma technique un moment, je permis au félin, de faire ce qu’il avait à faire et une fois en position, j’abandonnais ma technique pour permettre à Saburaboken d’attaquer à sa guise le chef de l’ordre.

Mais voulant profiter de la confusion de la scène pour réagir, je joignis mes mains ensemble et les déposants sur le sol, je mélangeais mon chakra avec la terre qui était sous les tuiles de la pièce. Au moment même où je me relevais, une lisière du sol se brisa en millier de morceaux, empoussiérant momentanément la pièce. Admirant le spectacle, une chaine sortie du sol tout en fonçant vers le chef de l’ordre et tentant d’immobiliser ces membres, celle-ci bifurqua sur sa droite pour ensuite le contourner vers l’arrière. S’abattant par la suite sur sa victime, le premier soldat du trio divin venait d’entrer en scène. Ne lui permettant aucun répit, je poursuivis cette démonstration de pouvoir et désirant lui démontrer vraiment de quoi j’étais capable, je décidais d’utiliser une technique qu’il avait utilisée contre moi plus tôt et qui s’était frappée contre le mur d’un échec certain. Souriant à cette simple pensée, je m’exécutais de nouveau et déposant de nouveau mes mains sur le sol, j’y fis sortir cette fois-ci, la fameuse technique des arrêtes de pierre.

-Voyons voir si tu vas résister à ça.


Sortant du sol et des murs l’entourant, neuf arrête de pierres se créèrent dans le seul et unique but de prouver les limites de son âge face à la jeunesse et fonçant vers lui, ils ne lui laissèrent aucune chance. Je n’étais pas venu ici pour lui laisser la moindre chance et il le savait bien, mais pourtant, il s’était entêté à ne pas vouloir tout donner. Cette erreur allait y couter la victoire et comme pour clore le cercueil de son règne à la tête de l’ordre du sable, je concluais ma démonstration avec la cerise sur le cadeau. Demandant à mon invocation de se retirer, je m’exécutais pour une dernière fois et levant les bras dans les airs, j’élevais devant moi une immense vague fabriqué de par les débris de tuiles du plancher ainsi que du sable présent en dessous de nos pieds et abaissant au même moment mes bras, j’ordonnais à cette vague dévastatrice de s’abattre sur celui qui osait encore aujourd’hui tenir tête à une certitude qui était plus qu’évidente.

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Mujô Hinako
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 26
Date d'inscription : 21/11/2010

Fiche Ninja
PV:
450/450  (450/450)
PC:
370/370  (370/370)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Lun 18 Avr 2011, 00:03

    Les yeux du vieillard s’écarquillèrent lorsque le jeune homme, qu’il pensait avoir évincé d’un souffle poussiéreux, s’était relevé, presque intact. L’insolence de ce dernier le poussait-même à sourire, à prétendre qu’il avait d’ores et déjà gagné. Etait-il téméraire, ou bien juste fou ? Cette lueur, pourtant, dans le regard émeraude de l’éphèbe, n’avait rien d’instable. Il avait l’œillade de ces fiers héros, qui bravaient l’infortune et renversaient les peuplades affolées, les démons férus de pouvoir. Etait-ce réellement envisageable, qu’en cette journée poussiéreuse, Lui, Isoroku Yamamoto, cède sa place ? Pour un avenir meilleur et utopique ? Non, même avec ces preuves, aussi palpables que la chair, il ne pouvait s’y résigner. Il laisserait échapper son dernier soupir s’il le fallait, mais il ne céderait pas sa place comme cela. C’était son devoir, en tant que protecteur de l’Ordre, en tant que Bienfaiteur de la contrée des Sables. D’un geste lent, le sempiternel glissa sa main rêche sur sa blessure et fixa, d’un air morose, le sang qui s’y déposa. Aussi tendrement qu’une caresse.

    Le petit félin, aux yeux rieurs et aux griffes acérées, reprit sa course folle, se jetant sur lui. Yama-ji plissa ses yeux déjà bien cerclés de rides, très au fait que cette attaque frontale ne pouvait que dissimuler une autre attaque, beaucoup plus puissante. Aussi, sa réaction se fit-elle prompte ; il se concentra quelques instants, et fit se mouvoir la terre en un cercueil qui enserra le fauve, avant que ce dernier ne l’atteigne. Aussitôt, il balaya la zone de combat du regard. Le danger était éminent, il pouvait ressentir par chacun des pores de sa peau. Akira, les yeux toujours clos, gonflait ses joues. L’ancêtre venait de comprendre ce qu’il escomptait faire ; mais il était un peu trop tard pour réagir. Un fort vent se mit à souffler, le faisant lentement glisser vers le fond de la pièce. Le sable volait dans la pièce, brûlant chaque parcelle de peau non couverte. Pourquoi tenait-il à l’expédier vers le fond, l’éloigner de lui ? Limiter le corps à corps ? Quel genre d’attaque comptait-il lui faire subir ; pour lui faire croire qu’il allait l’achever avec aisance ? Le sol se craquela subitement, laissant sortir une immense chaîne de couleur rouille. Les pupilles du vieillard se rétrécirent dès lors qu’il comprit quelle invocation était en train de se matérialiser sous ses yeux. Il devait éviter cet immense lien s’il ne voulait pas finir complètement immobilisé… Et mort !

    La chaine arrivait sur lui à une allure folle, tandis que du sol s’extirpait l’un des soldats de terre, les traits tirés par la terre et les yeux aussi vide que le néant. La Mort. Isoroku voyait en lui la mort. Presque aveuglé par cette vérité indubitable qui s’approchait de lui, l’homme s’activa encore : il malaxa son chakra, frappa ses mains à son tour. De hauts murs surgir du sol, s’abattant et sur la chaîne, et sur le soldat de terre, évitant ainsi qu’il ne se retrouve piégé. Beaucoup de particules de terre emplissaient la pièce, rendant l’air irrespirable et la perception visuelle difficile. A cet instant, d’ailleurs, Yamamoto se croyait tiré d’affaire. Même si le sang coulait avec trop d’abondance de ses plaies, et que sa tête commençait à peser lourds sur ses épaules. Mais cette douleur n’était rien comparée à celle des 9 pieux qui surgirent du sol et qui l’embrochèrent, de part et d’autre de son corps. Lentement, il sentit perdre le contrôle de son corps. Lentement, sa vue se brouillait tandis qu’un filet de sang jaillit de ses lèvres gercées. Il allait mourir, ici ? Aussi honteusement ? Son heure devait être arrivée, en ce cas. Il n’avait, de toute façon, nul autre choix que celui de la résignation. Luttant pour conserver ses paupières grandes ouvertes, il prit une grande bouffée d’air, qui brûla ses poumons.

    « Prends-soin… De ce que tu t’apprêtes à recevoir. »


    Sa voix mourut en un sifflement rauque, tandis que ses paupières s’abattirent brusquement sur la chaire ridée de ses joues. Le plus affreux, dans cette sensation de partir, était l'incertitude qui le rongeait encore. Est-ce que le téméraire Kenjiro Akira l'avait entendu, avant de jeter sur lui le souffler brûlant du désert ? Petit-à-petit, il perdait conscience avec la réalité, la douleur s'estompait. Il ne sentait plus ce souffle sec déchirer sa peau, pas plus que le liquide pourpre s'échapper de ses plaies. Sa tête dodelina et s'immobilisa tendrement sur son épaule. A quelques pas de là, le cercueil de pierre de Sakuranbo s’émietta, et un tourbillon de poussière souffla sur la scène. Tout semblait se métamorphoser, souffler par le vent du renouveau. C’était la fin d’une ère, la fin d’une entité.


Spoiler:
 

Spoiler:
 

_________________
「終わらないお話」


Présentation
Revenir en haut Aller en bas
Yanosa Oterashi
Nukenin de Rang S
avatar

Nombre de messages : 478
Age : 28
Village : ~ Aucun ~
Date d'inscription : 12/09/2008

Fiche Ninja
PV:
1020/1020  (1020/1020)
PC:
470/470  (470/470)

MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   Mar 26 Avr 2011, 02:08

~¤ Evaluation ¤~

Un nouveau Chef de l'Ordre des Sables est appointé, mais.... Qui le sera après toi, Monsieur Akira ? :O


Akira

Ce fut un combat éprouvant mais bref que ton personnage a livré. Même si ton titre n'aura été qu'éphémère, tu l'auras mérité !

===> 9 Points de Rp


Et bien sûr, remercions les MJ pour cet affrontement. Voilà 5 Points qui vont à Hinako Mujakô.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-des-nukenin-f
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Faut maintenant passer le flambeau [PV]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Faut maintenant passer le flambeau [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: SunaSuna :: Passerelle des Sables-