AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rêve ou réalité [PV: Tilika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zolf J.Kimbly
Civil
avatar

Nombre de messages : 317
Village : Oto no kuni
Date d'inscription : 26/11/2008

Fiche Ninja
PV:
250/250  (250/250)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Dim 31 Jan 2010, 11:59

Perché en haut d’un toit, se tenant droit et fier tandis que les vents ballotaient ses habits, Kimbly analysait le paysage avec perplexité. La vaste ville qui s’étendait sous pieds, encerclé par un interminable fleuve, grouillait. Ici et là, des vapeurs s’échappaient de cheminées et d’agréables effluves inondaient l’air environnant. Non loin se trouvait le marché, point central de l’activité de la ville. Cet étendu de bâches, malgré sa précarité, offrait un spectacle plaisant. L’homme pouvait apercevoir les vives couleurs des nombreux toits de fortunes, que les marchands avaient installées le matin même, dont la richesse des couleurs rappelait les luxueux motifs d’un palais. C’était encore une journée ordinaire pour cette ville, mis à part peut être le marché qui offrait un peu de distraction aux habitants. Là bas, ils pouvaient arpenter les fissures de cette montagne d’échoppes à la recherche de quelques mystères et finissaient toujours pas ressortir les bras chargés. Pendant un court moment, ces gens oubliaient l’horreur du monde dans lequel ils vivaient, les guerres, les troubles et bien d’autres choses pour laisser place au simple plaisir de découvrir les nouveautés que leur apportaient tous ces marchands.

Kimbly sauta du toit et atterrit quelques mètres plus bas, dans une rue déserte qui n’avait que pour but de laisser l’air circuler librement entre les nombreuses bâtisses de la ville. Longue d’une vingtaine de mètres, celle-ci était jonchée de déchets en tout genre, allant du simple jouet aux restes de pousse-pousse. Ici, personne ne pourrait soupçonner la présence d’un ninja ennemi.

En effet, si le Démon blanc s’était aventuré aussi profondément en les terres de Kumo, jusqu’à atteindre la ville la plus proche de la capitale, c’était parce qu’en plus d’être en mission, il avait souhaité voir d’autres grandes villes, surtout ennemies. Lorsqu’on l’avait alors demandé d’aller au plus loin dans les terres d’une puissance adverse, il n’avait hésité et s’en était allé pour arriver à cette ville dans laquelle il avait trouvé refuge le temps d’accomplir son devoir. Bien qu’on aurait pu croire qu’il aurait été quasiment impossible pour un homme d’Oto de pénétrer en des terres ennemis sans se faire abattre à vue, il s’était trouvé qu’étrangement, Kimbly n’avait rencontré aucune patrouille tout au long de son infiltration. Il n’avait jamais eu besoin de se battre, ni s’identifier. Il semblait que personne dans ce pays ne semblait s’intéresser à l’entrée d’un intrus. Cela avait alors mis la puce à l’oreille de l’Ecarlate qui en était arrivé à la conclusion que quelque chose d’important importait plus au Raikage que l’entrée d’espions. Mais les recherches n’avaient pas abouti, personne ne semblait savoir pourquoi le pays connaissait un tel relâchement. Malheureusement, il se trouvait qu’en plus d’avoir à accomplir une tâche aussi dangereuse, Kimbly avait un délai à respecter et celui-ci toucherait sa fin le lendemain. Déçu de l’échec partiel de sa mission, privé de la plus grosse part du gâteau, l’Ecarlate avait cessé toute investigation. Il avait pour ordre d’arrêter toute récolte d’informations la veille de son départ, pour être sûr de pouvoir s’en aller indemne.

Une rage muette le dévorait, l’envie de réduire la moitié de la ville en cendre le démangeait. Seul le sang pouvait satisfaire la frustration mais le devoir l’enchaînait à l’impuissance… Il ne pouvait que poser un regard noir sur cet étendu calme tandis qu’en lui, bouillonnait une envie meurtrière qui hurlait à sa conscience que ces rues pavés se devaient d’être nappées de sang. Les sourires niais qu’affichaient les pensées lui paraissaient insultes, il ne souhaitait que faire éclater chaque Homme qui passait à ses côtés mais ne pouvait que serrer le poing tandis qu’il répondait impassible aux salutations de quelques uns. Son sens du devoir se devait d’être plus fort que sa soif de sang, il n’était plus une bête, il était devenu un Homme d’Oto et se devait de faire passer le besoin de son village avant ses caprices.

Kimbly décida alors de s’isoler, du moins de rejoindre une rue moins fréquentée. Il déboucha dans une ruelle étroite qui s’étendait sur une dizaine de mètres et s’ouvrait sur une cours, située entre les quatre murs d’immeubles de la ville et de celle-ci, s’élevaient des voix d’enfants. Appelé, il décida, malgré son état actuel, d’aller voir ce qui pouvait causer un tel tumulte. Après avoir rejoint l’entrée de la cours, il découvrit la cause de ce brouhaha. Parmi les déchets et caché par l’ombre des bâtiments, des jeunes de village s’étaient retrouvé et se livraient à d’étranges jeux. Ils se battaient, comme des animaux. Mais très vite, toute activité cessa car désormais l’on avait tous remarqué l’apparition de cet étrange personnage, entièrement vêtu de blanc et au regard d’or. Qu’allait-il se passer ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/registre-d-oto-f115/do
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Dim 19 Sep 2010, 20:10

Encore une matinée comme tant d'autres, calme, passée à étudier divers bouquins de techniques shinobis dans la grande bibliothèque de Kumo. Un travail ennuyeux, mais nécessaire pour la jeune muette si elle désirait en apprendre toujours plus et aller de l'avant en direction de son but. Son nindô ne tolèrerait pas qu'elle stagne. Il lui fallait progresser, encore et toujours plus, qu'importe les obstacles que la vie pourrait bien placer en travers de son chemin! Alors, jour après jours, malgré le manque de sommeil du à sa malédiction, malgré la fatigue des journées passées à s'entraîner durement, seule ou avec son tuteur, ou l'un ou l'autre membre de son équipe lorsqu'ils en avaient le temps, Tilika se forçait, repoussait ses limites d'enfant encore et toujours plus loin. Après ces quelques heures de lecture assidue, elle irait dehors, là où bien qu'on lui interdise de se rendre, elle allait toujours s'entraîner en solitaire, dans ces vastes plaines foudroyées entourant le village et qu'elle aimait tant...

La plupart des enfants craignaient ces lieux désertiques, aux terres boueuses asséchées et brulées par endroits suite à un coup de foudre ayant frappé le sol, aux silhouettes d'arbres calcinés victimes de ce même élément, et presque toujours recouvert de nuages sombres et menaçants. Même les adultes n'aimaient guère s'y retrouver plus longtemps que nécessaire, y passant lorsqu'il le fallait pour sortir de Kumo vers d'autres directions, mais n'y stagnant pas, en général. Tilika, en revanche, adorait ces vastes étendues peu accueillantes et ce ciel toujours si... imposant. Pour elle, c'était un dieu, la puissance à l'état pur, le seul ami qui ne la laisserait jamais tomber, pour lequel elle savait ne pas devoir craindre, car personne ne pouvait l'atteindre. Le ciel, c'était un être surpuissant, capable de faire ce qu'il lui plaisait sans que personne ne puisse jamais lui faire de reproche, sans que personne ne puisse jamais se venger de ce qu'il pouvait faire subir. C'était un être calme et puissant à la fois, qui pouvait se montrer aussi clément que cruel et impitoyable, et que personne ne pourrait jamais vaincre ou maîtriser de quelque façon que ce soit. Et pour toutes ces raisons, la petite fille l'admirait, le vénérait tel une divinité, ayant fait de lui son nindô, presque: un jour, elle voulait devenir aussi forte, puissante et inatteignable que lui.

Sortie de la bibliothèque, Tilika pensait justement se diriger vers son petit passage secret, une ouverture découverte dans les égouts, que personne n'avait encore découvert et qui lui permettait de sortir du village malgré la vigilance des gardes et la présence des grilles électriques entourant Kumo, quand une bande de gamins s'était placée en travers de sa route. Pas de chance pour eux, elle n'avait aucune envie et encore moins le temps de s'occuper d'eux. Sauf que ces chenapans s'en prirent à Kiny, chose qu'ils auraient mieux fait d'éviter... Le pauvre avait fui, les gamins à ses trousses, et Tilika, furibonde, leur courait derrière. Qu'ils touchent seulement à son ami et ils verraient!!!

« Bouh, bouh, la peluche qui cause à la fille qui sait pas causer! Haha!!! Viens là, on veut juste te recoudre un peu, t'as de la mousse qui ressort! Huhu!!! »

« Laissez-nous tranquilles!!! »

Le pauvre Kiny détalait de toute la vitesses de ses petites pattes, mais malheureusement pour lui, un cul de sac interrompit sa course. Il se retrouva acculé, dos à un mur et un tas d'ordures, les gamins en face de lui... et Tilika derrière les dits gamins. Ça allait chauffer, y avait pas photo.

« A... Arrêtez! On va tous avoir des ennuis... »

Tous? Surtout Tilika, en fait, et il le savait. La petite muette n'était que modérément appréciée au village, digne pupille de son tuteur. Les ennuis qu'elle semblait causer à toujours se battre avec les autres enfants, voir même avec des adultes, à chercher la bagarre ou à fuguer du village n'en faisaient pas un exemple que les gens désiraient fréquenter. Les plaintes à son sujet se multipliaient, et sans doute aurait-elle déjà eu de très gros ennuis si son maître d'entraînement et chef d'équipe n'était pas l'une des plus puissantes et respectées kunoïchis de Kumo, ilyena Raï, Sandaïme Raïu... cependant, kiny avait bien conscience que son amie ne pourrait pas éternellement éviter ses responsabilités, et qu'il valait mieux qu'elle cesse de s'attirer des ennuis... surtout par sa faute à lui, comme cela semblait être le cas cette fois-ci, d'une certaine manière.

* Laisse béton, Kiny. Ils ont commencé. Ils vont trinquer. Ferme les yeux, ça va pas être joli! *

* Mais... *

Pas de mais tenant. Tilika, le regard déjà décidé, se frottait les poings, les gamins semblant distraits par un autre élément du décor, soudain. Ils avaient aperçu l'homme qui se tenait plus loin, sur le mur au-dessus du cul-de-sac, eux. Ils se demandaient qui cela pouvait bien être, et s'il fallait s'en méfier ou pas. En toute logique, il ne pouvait pas y avoir d'ennemi à Kumo, pas en plein cœur du village, si? Dans tous les cas, ils n'eurent pas le temps de se poser longtemps la question. Déjà, la baston commençait. N'ayant pas du tout fait gaffe à la présence de l'otoïen, Tilika s'était jetée sur les garnements, sans autre mesure, et les tabassait à coups de pieds, de poings, de tête, de morsures, de griffures... Une véritable furie. Des cinq garçons composant la bande, aucun ne parvint à vraiment mettre un coup déstabilisant leur adversaire. Du moins sur le début, trop distraits par la présence de l'étrange individu. Puis, ils reprirent le dessus. La gamine aux cheveux violets pâles et au regard sombre et furibond se prit un crochet du gauche, un pied dans le ventre, et ainsi de suite de chacun des cinq gamins.

En quelques minutes à peine, Tilika se fit laminer. Pas qu'elle ne fut pas de taille face à eux, mais... En fait, elle leur rendit suffisamment de coups pour qu'ils ne s'en sortent pas indemnes non plus, mais elle semblait... se laisser taper dessus, délibérément. Pas de manière à ce que les garnements ne s'en rendent compte, non... Mais Kiny, lui, savait pertinemment ce qu'elle tentait de faire. D'ailleurs, elle lui ordonna mentalement de fuir, et il fut contraint d'obéir, priant pour que tout aille 'bien'. L'agneau disparut dans un pouf sonore, et les adolescents ne s'en prirent donc qu'à elle, la malmenant plutôt méchamment. Mais elle rendait bien les coups, malgré le surnombre d'adversaire, elle qui n'avait que onze ans, n'était pas bien grande, et était une fille... D'ailleurs, même si elle finit à genoux, elle continuait à mordre, frapper autant qu'elle le pouvait dans le tas, jusqu'à ce qu'ils la lâchent enfin. Elle possédait bien au moins un atout de taille contre eux, mais refusait de s'en servir. Qu'ils la détestent, elle s'en foutait, ça l'arrangeait même. Mais qu'ils s'intéressent à elle ou voient en elle un défi à relever, ça l'emmerdait plus qu'autre chose. Alors, elle finit par ne même plus rendre les coups, voyant qu'ils s'obstinaient, eux, cherchant à se rendre aussi inintéressante que possible, quitte à finir à l'hosto s'il le fallait pour cela.

Le plus étonnant pour le shinobi vêtu de blanc, qui pouvait observer toute la scène du haut de son perchoir, était-ce cependant le fait que cette gosse venait de se laisser volontairement mettre quasiment KO par ces sales garnements, ou bien le fait que durant toute la baston, elle n'avait pas émis le moindre son, le moindre gémissement malgré les coups douloureux qu'elle avait dégustés? Car étrangement, aucun son n'avait émergé d'entre ses lèvres, du début à la fin. Elle avait clairement souffert, et n'importe qui d'autre aurait crié, ou au minimum gémi sous les coups reçus. Elle, pas.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Zolf J.Kimbly
Civil
avatar

Nombre de messages : 317
Village : Oto no kuni
Date d'inscription : 26/11/2008

Fiche Ninja
PV:
250/250  (250/250)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Ven 24 Sep 2010, 16:43

Les murs de son esprit étaient tapissés de sang et ornés de tableaux horrifiants. La frustration hurlait à ses oreilles que la société devait payer cette diète dont il était la victime. Le devoir l’enchaînait mais ces maigres liens étaient si simples à briser. Il n’avait en fait rien à faire de l’autorité du Serpent et ce n’était plus la crainte qui reliait l’Ecarlate à la cause d’Oto. Quelque chose de plus fort l’empêchait d’agir, de commettre un massacre ici bas. Kimbly l’ignorait, au fond de lui, une lueur d’humanité, comme la faible flamme d’une bougie dans l’obscurité totale, lui murmurait qu’il n’avait rien à gagner en commettant une telle chose. Mais ce qui allait suivre, cette simple rencontre, allait le faire partiellement réaliser qu’il était loin d’être ce démon qu’il pensait être.

Une des premières claques que peut se prendre un Homme est du au rappel d’un souvenir. Alors qu’il était à une époque victime, il est devenu bourreau. Un inversement certes avantageux mais rares sont les victimes qui souhaitent faire souffrir autrui comme elles ont souffert. Et souvent, cette claque vous fait prendre conscience de l’ordure que vous êtes devenu. Kimbly n’en était pas arrivé à là mais la vision de ces enfants se battant le rappela son enfance, cette sombre de perpétuel souffrance. Un enfant livré à la guerre, cela n’a rien de bon et les résultats sont souvent catastrophiques. Le goût du sang est certes écœurant mais malheureusement on finit par y prendre goût. L’Ecarlate était devenu addict à cette drogue pourpre. Néanmoins, le démon qu’il était devenu ne gardait qu’un sentiment de souffrance de son enfance, mêlé à de profonds regrets. Il avait beau être un guerrier d’une solide trempe, il n’en restait pas moins un Homme privé du bonheur et cette privation, du à la guerre, chaque jour, lui rappelait quelle vie meilleure il aurait pu avoir.

Cette guerre enfantine, loin d’être innocente, balaya sa soif et ne laissa qu’un aigre goût d’amertume. Certes ces gosses étaient loin de s’étriper mais ces simples jeux de poings suffisaient à rappeler à l’Homme d’Oto ses camarades perdus, ses atrocités commises… Et alors que cette chamaillerie n’en finissait plus, l’ange blanc de la mort mit halte à cette tumulte en un simplement raclement de gorge. L’attention des gamins se tourna vers l’étranger, dont le blanc des habits contrasté avec la noirceur de son aura. Il n’y avait besoin d’un réel talent pour sentir le malaise accompagnant Kimbly. Certes, il en avait de moins en moins l’étoffe mais néanmoins, l’Ecarlate restait un démon. Ses mains étaient définitivement souillés par le sang des innocents et son âme définitivement damnée. Il n’était pas de ceux que l’on ne pouvait pas remarquer, son unique présence pouvait suffire à vous glacer le sang.

Les enfants ne bougèrent plus, comme écrasés par le poids de ce regard d’or, à la fois envoutant et horrifiant, comme la gracieuse danse d’un cobra. L’on était à la fois charmé, par une rare beauté mais terrifié par la conscience qu’il y avait risque de mort. Et face à un tel personnage, la marmaille ne tarda pas à prendre leurs jambes à leurs cous pour disparaître dans l’unique ruelle. Pas un moment, alors que les enfants fusaient à ses côtés, Kimbly ne cilla, ne détachant pas son regard de l’unique enfant restant.

Ce visage, il ne l’avait jamais oublié, celui qui lui avait tiré par le passé de l’horreur de ses rêves. Cette chevelure violette, ces pupilles du même ton, il n’y avait aucun doute, cette fille était l’ange de ses songes. Il n’avait jamais pensé que cette fillette pouvait exister mais maintenant qu’il la voyait, un profond trouble le conquit. Son existence était déjà une révélation mais depuis, elle avait même grandi ! Ce n’était plus l’être frêle que l’Ecarlate avait croisé en son rêve mais une femme. Elle était certes encore jeune mais depuis longtemps déjà elle semblait avoir laissé cette candeur et cette fragilité qu’avait connue l’Homme d’Oto.

Tu existes donc… dit-il simplement d’une voix calme.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/registre-d-oto-f115/do
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Ven 24 Sep 2010, 23:17

Peu rassurés, les gamins qui, de prime abord, n'avaient que peu prêté attention à l'étrange personnage surplombant le cul de sac, se dirent que finalement, la gamine en avait eu pour son compte et qu'il valait mieux filer. Ni une, ni deux, ils se carapatèrent donc, sans plus un regard pour cette proie devenue inintéressante, de toutes façons. Effet bien escompté par la dite proie, qui, une fois les garçons partis, se releva péniblement, époussetant vaguement ses vêtements souillés, ainsi que ses cheveux. Une bonne douche ne lui ferait pas de tort... Un shampoing, un 'bodywash' complet, et bien sûr, une bonne lessive pour les textiles. Pour le reste... Un peu de mercurochrome et quelques sparadraps devraient faire l'affaire. Après tout, elle en avait vu d'autres... Et Seridan possédait toujours un bon stock de produits et matériaux de premier secours, indispensables lorsqu'on a pour pupille une gamine qui quand elle ne se bat pas avec d'autres gosses de son âge ou même plus âgés, voire carrément des adultes, s'entraîne à s'en fiche la santé en l'air si on ne l'arrête pas à temps. Donc, Tilika savait qu'elle trouverait tout ce dont elle aurait besoin pour se redonner un peu de contenance et une meilleure apparence chez elle. Sauf que, sur son chemin, si ses jeunes adversaires n'étaient plus présents, un autre, de taille et carrure plus respectables, se tenait bien droit, la fixant, et lui adressant même la parole sur un ton presque étrange. Que lui voulait-il, ce grand monsieur vêtu de blanc à l'aura inquiétante?

« Tu existes donc… »

Comment ça, elle existait donc? Bien sûr, qu'elle existait! Que voulait-il dire par là, celui-là? Frottant maladroitement l'un de ses yeux d'un revers de main, sentant le coquard poindre son nez suite aux coups encaissés ainsi que bien d'autres contusions par-ci, par-là, la gamine le fixait, perplexe. De quoi voulait-il parler? A quoi faisait-il allusion? Ils se connaissaient? Apparemment, ils devaient s'être déjà croisés, pour qu'il lui sorte un truc du genre. Mais quand, comment, et où? A bien y réfléchir, Tilika ne vit qu'une seule réponse possible. Soit il se trompait de personne... Soit elle avait du passer dans un songe de cet homme, un jour, assez ancien pour ne plus qu'elle s'en souvienne. Après tout, des songes étrangers, elle en visitait presque chaque nuit, à chaque instant de sommeil, même lors de ses tentatives de siestes lorsqu'elle manquait trop cruellement de repos.

* Je me souviens pas de lui... Mais j'ai forcément du le croiser dans un rêve à lui pour qu'il me dise un truc comme ça... *

Bon, c'était bien joli, mais que devait-elle faire, à présent? Il l'avait reconnue, et après? Se faire repérer dans le monde réel par ces Rêveurs croisés le temps d'un songe, ce n'était pas spécialement une bonne chose, généralement. Son pouvoir, ou du moins celui de son invocation, additionné à sa malédiction, intéressaient plus d'un ninja mal intentionné en ce bas monde. Certains Rêveurs lui avaient même déjà clairement notifié qu'elle serait désormais leur proie, comme ce scientifique fou, avec un drôle de masque, croisé quelques années plus tôt. Des gens comme ça, Tilika préférait ne pas s'offrir en proie facile à leurs griffes en ce monde-ci. Elle ne les souffrait déjà que trop en songe. Mais lui... quelles pouvaient bien être ses intentions, déjà? Et puis, était-il certain de bien l'avoir reconnue...? Peut-être pouvait-elle encore le faire douter... Fouillant sa poche à la recherche de son carnet et de son stylo, elle lui rédigea une note, avant de la lui tendre, de sa main la moins amochée des deux. Car il fallait bien le dire, après cette baston bien inégale et dans laquelle elle s'était littéralement laissée marcher dessus et rouer de coups, la pauvre gosse ne ressemblait plus à grand chose...

- Désolée si j'écris, c'est parce que je ne peux pas parler. Qui êtes-vous, monsieur? On se connaît? -

Elle se gratta la tête, maladroitement, ôtant de ses cheveux quelques restes des détritus jonchant le sol qui s'y étaient accrochés. Vraiment, ces gamins, quelle plaie... Au moins, maintenant, ils devaient avoir compris à quel point elle pouvait être faible et inintéressante, et ils ne l'embêteraient peut-être plus. Sinon, au pire, elle se défendrait. Si elle avait seulement voulu répliquer, ils en auraient eu pour leur compte, mais ça, ils ne s'en doutaient pas... Seul Kimbly, témoin de la scène, pouvait, en tant que ninja confirmé et expérimenté, avoir décelé ce détail. Il devait forcément avoir vu et compris que la petite s'était laissée faire. Elle possédait des réflexes prouvant un entraînement certain, qui lui aurait sûrement permis de donner une bonne leçon à ces sales garnements. Sauf que voilà, elle, tout ce qu'elle voulait, c'était que personne ne s'intéresse à elle, que ce soit en bien, ou en mal.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Zolf J.Kimbly
Civil
avatar

Nombre de messages : 317
Village : Oto no kuni
Date d'inscription : 26/11/2008

Fiche Ninja
PV:
250/250  (250/250)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Dim 19 Déc 2010, 18:11

L’Ecarlate s’était rendu compte de l’incohérence de sa déclaration. Il n’avait jamais mis un pied à Kumo et cette jeune fille n’avait du que rarement quitté le village. Il était impossible qu’elle puisse le reconnaitre mais lui, il était certain que cette personne était bien l’ange qui tel un bourgeon qui sort des cendres après un feu de forêt, avait fait naître l’espoir en lui. Dans sa vie, il ne lui avait été donné que trop peu de fois de rencontrer l’espoir et chaque rencontre était gravée dans sa mémoire comme vestiges que le temps ne pourrait jamais estomper. Sa mémoire pouvait peut être lui jouer un tour, le temps avait peut être troublé le souvenir qu’il avait de son petit ange mais quelque chose en lui, quelque chose de fort, le pousser à ne pas abandonner. Ce n’était pas son caractère de battant, il y avait quelque chose presque mystique qui bouillonnait en lui. L’envie de comprendre, l’envie de connaître et peut être même pour la première fois de sa vie l’envie d’éprouver sa gratitude.

Le trouble naquit néanmoins en la jeune femme. Là était le signe que les mots de l'homme d'Oto avaient du sens aux oreilles de sa nouvelle compagne d’infortune. Lui, champion d’Oto, aussi craint que la faucheuse elle-même tandis qu’elle, femme au corps usé par la bataille mais à l’âme angélique. A eux deux ils pouvaient faire une parfaite épave mais aussi un être complètement nouveau. Mais Kimbly laissa dériver ces idées métaphysiques lorsqu’il vit que la jeune fille lui tendit un papier sur lequel avaient été griffonné quelques mots. Cette révélation étonna quelque peu le ninja qui avait le clair souvenir de la douce voix de la petite fille. Mais dans le fond, qu’est ce qui pouvait l’étonner de plus à ce moment ? Il venait de faire la rencontre de la femme qu’il l’avait visité durant une nuit il y avait des années de cela. Pour le moment la raison n’avait pas vraiment sa place en ce lieu.

Ne prenant pas en compte la décélération écrite de Tilika, Kimbly se pencha pour être à son niveau et la fixa silencieusement. D’un geste expert, il se saisit de son bras et à l’aide d’un mouchoir en soie qu’il portait toujours sur lui, il essuya quelques filets de sang. Sans dire mot, il replia son mouchoir en quatre et le déposa au creux de la main de la jeune femme. Cette fois ci, son regard était plongé dans celui de Tilika.

Tu es une personne spéciale. Je ne sais pas quel genre de pouvoir du détient mais il m’a l’air fort intéressant. Tu devrais te modérer même si tu es capable de beaucoup. Les colombes livrent des messages de paix, la volaille s’occupe des ultimatums.

Sur ces mots, il se releva et prit de nouveau de la distance avec Tilika. Son expression demeurait inchangée. Son visage respirait l’indifférence malgré l’intensité de ces mots. Kimbly n’aimait guère qu’on lise en lui comme dans un simple livre, il se voulait être complexe et indéchiffrable. Pour se faire maître de n’importe quelle situation, il se devait de se donner l’avantage et la première leçon était de ne jamais laisser transparaitre la moindre de ses émotions. Il aurait bon souffrir, il pourrait sourire, il serait à l’agonie, il rirait et serait capable de s’incliner humblement face à une personne à qui il ne souhaiterait qu’une mort atroce. Il n’était surement pas une personne exceptionnelle car c’était la règle de base d’un ninja, se faire fort en toute occasion. Mais Kimbly ne connaissait que peu de personnes réellement capables de faire preuve d’un tel sang froid. Les ninjas avaient beaux être les soldats parfaits, ils n’en restaient pas moins des hommes faibles. C’est pour cela que l’Ecarlate avait depuis longtemps abandonné son humanité car elle n’était qu’un fardeau. Mais plus le temps
passait, plus la perte de son cœur était remise en question…

Mon nom importe peu, il pourrait te causer plus tort qu’autre chose.

Kimbly se devait de faire preuve de professionnalisme. Il ne pouvait pas simplement se permettre de livrer son nom en terre ennemies et surtout pas à une des femmes soldats du pays. Oui il l’avait toujours su, dés qu’il avait posé son regard sur la jeune femme, il avait compris qu’elle n’était pas de ces jeunes filles qui passent leur temps à flâner ici et là en parlant à tort à travers. Cela se sentait, la petite fille de ses songes était une ennemie potentielle. Et bien qu’il n’avait aucune crainte directe à avoir d’elle, son incapacité à mettre fin aux jours de Tilika s’il le faudrait le priver de toute familiarité dangereuse avec cette dernière. Il était en mission et ne pouvait se permettre de faire la moindre fausse note. Il en allait de la sécurité d’Oto.

Néanmoins je ne peux te laisser sans réponse. Je suis comme toi un voyageur sauf que moi, je ne peux me limiter qu’au monde matériel…
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/registre-d-oto-f115/do
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Mer 22 Déc 2010, 10:25

« Je ne peux me limiter qu'au monde matériel... »

Ces dernières paroles sorties de la bouche de l'inconnu confirmèrent à la petite fille l'endroit où ils avaient bien pu se rencontrer, elle et lui. Cela devait dater de pas mal d'années, car elle ne se souvenait absolument pas avoir rêvé de cet homme à la fois calme et inquiétant, mais il n'y avait aucun doute possible à ce sujet, il s'agissait bien de l'hôte d'un des nombreux songes étrangers dans lesquels Tilika avait pu atterrir depuis sa naissance maudite.

Les précédentes paroles de l'inconnu étonnèrent et intriguèrent cependant davantage la gamine. Elle n'avait pas compris grand chose à cette histoire de colombes et de volailles, et son pauvre esprit peu habitué à la réflexion intellectuelle s'agitait dans tous les sens. Que pouvaient bien vouloir dire cette phrase sans queue ni tête? Pour elle, cela n'avait aucun sens. Vraiment aucun! Si c'était elle qu'il comparait à une colombe, Tilika pouffa de son rire silencieux en imaginant quelqu'un voir en elle le symbole de la paix, et son hilarité redoubla à la seule pensée de volailles, de poules, donc, pour elle, armées des pattes au bec et partant au combat. Vraiment, il en avait, de drôles d'idées, ce monsieur-là!!!

* Moi, une colombe... Haha, il est marrant, lui! Sais plus où j'l'ai rencontré, dans quel songe, mais... Tain, quel comique!!! Me demande bien d'où il vient... *

Sur le coup, Tilika se sentait à l'aise, contrairement aux garnements qui avaient fui dès qu'ils s'étaient rendus compte de la présence inquiétante du shinobi d'Oto tout de blanc vêtu. La gamine ne craignait pas grand chose, ni grand monde, en fait, plutôt téméraire et audacieuse. Et surtout, il fallait bien l'avouer, l'enfant survivait presque chaque nuit à de bien plus terribles rencontres. Pour elle, le regard étrange et inquiétant de Kimbly n'était rien d'autre qu'un shinobi bizarre parmi des milliers croisés régulièrement au cours de ses songes. Bon, ici, il s'agissait de la réalité, et s'il s'en prenait à elle, Tilika savait risquer davantage, sans doute, qu'en songe, mais malgré tout, elle ne s'inquiétait pas plus que ça de la proximité de ce monsieur à ses côtés. Même, l'étrangeté de celui-ci l'intriguait, et la rendit 'bavarde', soudain. Attaquant à nouveau l'écriture sur son petit carnet, elle rédigea quelques mots avant de les tendre à Kimbly, un sourire amusé aux lèvres, et le regard brillant de malice et de curiosité mélangées.

- Merci pour le mouchoir, mais j'ai ce qu'il faut à la maison, et j'ai l'habitude. J'ai fait exprès de les laisser me mettre par terre: je veux juste qu'ils me fichent la paix.

Vous êtes quelqu'un de bizarre. Pourquoi je peux pas savoir votre nom? Et d'où venez-vous?

Et puis, mon pouvoir, c'est plutôt une malédiction. Je décide de rien. Si on s'est rencontrés, c'était un hasard, monsieur. -


Après lui avoir tendu le feuillet, elle attendit qu'il lise et lui répondre. Rentrer panser ses plaies et se décrasser, ainsi que se changer pour enfiler des vêtements secs et propres, n'aurait pas été un luxe... Mais pour l'instant, Tilika préférait observer et interroger cet étrange monsieur, là, devant elle. Il avait quelque chose... d'attirant. De ressemblant, aussi, peut-être. Il semblait dissimuler toutes ses émotions en lui, comme s'il ne voulait pas qu'on les devine. Pourquoi agissait-il ainsi? Essayait-il, comme elle, de se rendre inintéressant, en dissimulant ainsi ses émotions aux autres, aussi peu désireux qu'elle qu'on prête attention à lui? Pensive, Tilika se dit qu'en fait, ça lui donnait surtout envie d'en savoir plus sur lui... Et que, donc, ce n'était pas très malin, comme technique pour se rendre inintéressant. Surtout pour un étranger. Car ça, elle qui flânait si souvent dans les rues de Kumo, et même si elle ne se mêlait que très, très rarement aux autres, Tilika le savait bien: cet homme n'était pas d'ici. Elle ne l'avait jamais vu au village. Il semblait fort, sur de lui, et s'il s'agissait d'un puissant shinobi d'ici, pour sur, elle le connaîtrait, elle qui cherchait toujours à accumuler davantage de puissance, justement, en épiant les grandes pointures de Kumo! Plus que jamais intriguée, donc, la petite fille gardait désormais son regard violet braqué sur son interlocuteur, attendant sa réponse avec impatience, presque fébrile.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Zolf J.Kimbly
Civil
avatar

Nombre de messages : 317
Village : Oto no kuni
Date d'inscription : 26/11/2008

Fiche Ninja
PV:
250/250  (250/250)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Jeu 23 Déc 2010, 11:45

Elle rit. Dans la fond, elle n’était encore qu’une enfant. Kimbly posa un regard bienveillant sur sa compagne et tandis qu’elle griffonnait à nouveau sur un autre morceau de papier, il se remémora cette fameuse nuit où il avait fait la rencontre de son « petit ange ». Douleur, désespoir, regrets... Kimbly ne le niait pas et il ne s’en plaignait pas non plus, sa vie était rythmée pas ces sentiments. Son âme était obscure, l’enfer et la damnation ne lui procurerait que du plaisir mais son corps était un rempart infranchissable qui lui causait bien des torts. Ces bêtes sentiments qui transformaient chacune de ses nuits en cauchemars étaient dus à la faiblesse de son cœur, un cœur d’Homme qui le condamnait à changer et semblait-il, à devenir bienveillant avec le temps… Il se sentait dépérir, perdre de sa force mais gagner en humanité. Etait-ce la le comble de l’Ecarlate ? Etre condamnée à devenir bon ? A ne plus pouvoir tuer quand bon lui semble ?... Qu’est ce qui l’empêchait de mettre fin aux jours de cette enfant ici et maintenant ? Rien mais Kimbly ne le pouvait pas, simplement.

L’image de la petite lui tendant un nouveau message sortit Kimbly de sa torpeur. Avec indifférence, il se saisit du papier et le lut avec conscription. Le doute, l’incompréhension et enfin l’aveu. Il avait tend à dire mais si peu de temps. Il aurait voulu lui parler de cette « malédiction » mais savait qu’il aurait fallu plus qu’une poignée de minutes. En ce jour, ce dont il ne disposait pas, c’était bien du temps. Il était ici en ennemi, en tant que représentant de la pire des nations et n’avait certainement pas le temps de flâner. Il ne se décida qu’à se disposer d’une dizaine de minutes mais pas plus. Cela était amplement suffisant pour faire naître en cette personne l’envie de le revoir. Du moins, il l’espérait.

Si je ne peux te donner mon identité, c’est justement à cause de mon identité. Dans ce monde, on aimerait voir certaines personnes mortes et je fais parti de ce groupe. En tant que paria, je ne crois pas avoir de nations même si ces derniers temps, j’ai ce qui ressemble le plus à un foyer dans un de vos nombreux pays.

Il allait de mystère et en mystère et savait que c’était ce qu’il avait de mieux à faire. Si elle voulait en apprendre plus sur lui, elle devrait donner du sien. Les murs ont des oreilles et Kimbly était persuadé que chacun des ces mots étaient écoutés et analysés, en attente des syllabes qui le trahiraient. Kumo n’était certainement pas un pays en lequel l’Ecarlate pouvait se sentir en sécurité. Si c’était lui qu’on a envoyé en ces terres et pas un autre c’était bien parce qu’ici, le risque était élevé. Oto avait envoyé le meilleur non pas par pur vanité mais car il n’y avait personne d’autre capable d’une telle prouesse. Les temps étaient de plus en plus durs, la guerre ne cessait de ravager les terres et les cœurs. Il était du devoir de chaque ninja de protéger son pays quoiqu’il lui en coute. En bien que toutes notions de patriotisme importait peu à Kimbly, ce dernier se sentait quand même dans l’obligation de conserver ce qu’il restait d’Oto, dans l’unique but de préserver l’équilibre général.

Tu sais, je ne crois pas au hasard. Crois-tu que le monde n’est que chaos ? Une montagne, si ne suit pas un « plan » s’écroule. La vie en va de la même manière, elle suit un plan. Dis toi que si on s’est rencontré par deux fois dont la première fois d’une façon tout à fait improbable, c’est qu’il en devait être ainsi. Le chaos n’est que fruit de l’Homme.

La conversation devenait intéressante, le Démon blanc entrait sur un terrain dont il était entier maître. Le chaos était son domaine. Son art ne résidait que dans le chaos, il avait été crée pour répandre le chaos dans le monde humain et les faire comprendre qu’il n’y avait pas plus fragile que la vie. Puisque celle-ci suivait un plan, il ne suffisait de fragiliser une partie de sa structure pour qu’elle s’écroule entièrement. Telle était la vérité de l’art de l’Ecarlate. Il avait la possibilité de détruire, de ramener le monde à l’état de chaos et de faire naître la terreur dans le cœur de chacun. Kimbly se voyait investi d’une mission quasi divine, il avait pour mission de mettre à feu et à sang le monde pour qu’enfin l’Homme comprenne à quel point il était stupide de toujours guerroyer.

Tu ne devrais te laisser battre pour avoir la paix, c’est surement l’attitude la plus puéril à prendre. Ta volonté aurait beau être forte, ton corps, lui n’est pas indestructible. Sans corps, tu auras beau avoir la plus forte des volontés, elle te servira pas à grand-chose. Il faut savoir se battre ma petite…
lui avoua-t-il avec un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/registre-d-oto-f115/do
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Mar 28 Déc 2010, 13:03

Savoir se battre... Tilika en était capable. Du moins, selon les adversaires, elle pouvait tout à fait se défendre. Ces gamins ne faisaient pas le poids face à elle. Elle le savait pertinemment. Mais valaient-ils la peine qu'elle se batte contre eux? Franchement? Non. Ils pensaient l'avoir mise à terre, mais ils se fourvoyaient largement. Ils n'avaient pu lui faire poser genou au sol que parce qu'elle l'avait voulu. Tout ce que désirait la gamine, c'était qu'ils ne s'intéressent pas à elle. Si elle avait relevé leur défi et s'était battue, sans doute auraient-ils pris cela comme une injure à leur égo, et seraient-ils venus plus nombreux la fois suivante, et encore plus ensuite, jusqu'à vraiment la mettre à mal...

- Ils ne font pas le poids. Je veux juste qu'ils me pensent inintéressante. Je n'ai pas envie qu'ils s'acharnent sur moi, j'ai plus important à faire. Et quand je serai devenue aussi puissante que je le veux, alors, ils ne pourront même plus rêver de m'embêter. Ils ne méritent juste pas que je leur réponde, c'est tout. Et ils ne m'ont pas fait mal. -

Bon, si, un peu tout de même. Son visage, ses membres, son petit corps tout entier était couvert de contusions, d'écorchures, et de saleté. Ils l'avaient bien amochée. Mais pas autant que lorsqu'elle s'en prenait plein la gueule face à des adultes. Eux, ce n'étaient que des mioches. Pour elle, dans son quotidien de violence et de survie, ce n'était rien.

- Je suis forte, vous savez! Et un jour, je serai la plus forte! Il faut juste que je trouve quelqu'un pour m'entraîner. Vous êtes fort, vous, non? Vous m'entraineriez? -

Aucune crainte dans son regard, lorsqu'elle lui posa cette question. Juste de la détermination, presque farouche. La gamine voulait devenir puissante, encore et toujours plus forte, et ce, qu'importe les épreuves qui pourraient bien se placer en travers de sa route. Si cet homme était une menace pour Kumo, qu'importait également? Du moment qu'il ne faisait pas de mal aux très rares êtres chers au cœur de l'enfant, il pouvait bien mettre ce pays à feu et à sang qu'elle n'en aurait rien à cirer. S'il le fallait, elle l'y aiderait même, en échange de davantage de puissance! Et sans doute Kimbly pouvait-il le deviner en fixant la gosse dans les yeux. Elle ne craignait rien ni personne. Pas même la mort elle-même, sans doute, ce qui, pour une enfant de son âge, relevait de l'impossible presque. C'était étonnant... Ou très triste. N'avait-elle déjà plus rien à perdre? A son jeune âge??? Comme pour insister, doutant qu'il accepte, elle reprit les propres mots de Kimbly,lui rédigeant rapidement une nouvelle note.

- Vous dites qu'on ne s'est pas rencontrés par hasard. Alors, pourquoi se rencontre-t-on à nouveau, sinon pour que vous m'aidiez à devenir plus forte? Vous êtes puissant, je le sens. Partagez-moi votre puissance, s'il vous plait! -

Qu'il possédât une seule technique difficile mais bvalèze à lui apprendre, et elle en serait déjà comblée. Elle dont le livre de technique se résumait à celles de base et au kinjutsu konohien du Kage Bunshin, une technique d'attaque, une seule, serait déjà plus que bienvenue! Elle pourrait alors enfin se défendre efficacement, et attaquer, aussi, lorsqu'elle entreprenait une mission! Ce ne serait franchement pas du luxe, et elle le savait. Aussi, pour autant que cet homme accepte de l'aider, elle ne le lâcherait pas, et serait prête à endurer les pires choses pour parvenir à ses fins. Tilika ne reculerait pas devant grand chose dans sa quête de puissance...

Le regard de l'enfant, brûlant de défi, de désir de puissance supplémentaire, d'envie de progresser, s'était fiché dans celui de l'homme tout de blanc vêtu. Elle ne le craignait pas. Elle sentait sa puissance, à lui, et en réclamait une part. Elle n'avait pas froid aux yeux, cette gamine. Qui ou quoi qu'elle fut, elle marcherait, ou crèverait, mais il était hors de question pour elle de stagner!!!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Zolf J.Kimbly
Civil
avatar

Nombre de messages : 317
Village : Oto no kuni
Date d'inscription : 26/11/2008

Fiche Ninja
PV:
250/250  (250/250)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   Ven 14 Jan 2011, 16:55

Alléchante demande qu’elle lui faisait là. Apprendre, elle voulait apprendre mais l’unique matière dont Kimbly pouvait se faire instructeur était l’art du meurtre. Ses talents l'appartenaient, c’était un don que ses parents lui avaient fait et ces derniers étaient intransmissibles. Il se ferait surement excellent professeur mais il savait pertinemment que la petite était loin d’être prête à surmonter cette preuve.

La première fois qu’il avait tué, cela remontait à bien longtemps. Le premier cadavre, le seul qu’il ait enterré. Il ne devait pas être plus vieux que cette fille mais déjà habitué à la guerre. Kimbly, avant de tuer, avait déjà vu bien des morts. Il s’était habitué à sa présence, à son souffle glacé qu’il sentait sur sa nuque chaque nuit qu’il avait passé dans les tranchées. Sa première fois, l’avouait-il était surement la plus dure épreuve de son existence. Un homme qui n’avait pas connu, qui pour lui n’avait eu ni passé, ni avenir. Un ennemi, rien de plus. L’Ecarlate se rappelait du sang chaud qui lui avait coulait le long du bras. Il avait coulé, avec abondance. Ce jour là, il avait fait terriblement froid, Kimbly s’en souvenait car à ce moment, la chaleur du sang l’avait autant fait plaisir que la chaleur maternelle. Il était jeune mais déjà homme, il avait tué, était terrifié mais se sentait bien. Cet homme avait voulu le tuer, le massacrer, le faire souffrir mais lui, avait riposté et vaincu. Bien sûr, à cette époque il n’avait éprouvé aucun plaisir à sentir la vie s’échapper du corps de sa victime mais cette chaleur, elle était indescriptible. A ce moment là, la mort l’avait étreint avec douceur et l’avait réchauffé. Le sang l’avait réchauffé, il s’en était étonné mais avait tellement apprécié… Mais doux sentiment de plaisir tu n’es pas plus éphémère qu’un éclair. La réalité fut bien plus dure. Le corps lui était tombé de dessus, masse inerte qui lui avait fait comprendre à quel point le meurtre avait été un poids bien trop lourd pour ses épaules d’enfant. A cet instant il s’était terrifié lui-même, comment avait-il pu, ne serait-ce qu’une seule seconde, jouir de la mort d’autrui ? Il avait pendant longtemps eu peur de lui-même mais comme bien des maux, cela était passé avec le temps.

Je peux t’apprendre quelque chose mais es-tu sur de me vouloir comme maître ?... Es-tu sure de vouloir tuer ? Lui demanda-t-il avait un horrible rictus sur le visage. Cette terre n’appartient pas aux faibles, si tu n’es pas apte à te battre et bats en retraite de peur de faire mal alors dis toi que je n’ai rien à t’apprendre. Tu suis un nindo mais crois moi comme tout ninja, tu finiras tôt ou tard par verser du sang.

Sur ces mots, il prit quelques pas de recul comme pour avoir une meilleure vision de la petite cours. Kimbly avait été peut être horrible et faussé totalement l’image que la jeune fille avait de lui mais il restait un meurtrier et s’assumait totalement. En tant que soldat, il avait tué et en tant que paria avait carrément une hécatombe à son titre et cette vie l’avait totalement indifférencié vis-à-vis de la mort. Il ne la craignait pas et n’avait aucun gène à la donner. La loi du plus fort régissait sa vie et il n’avait aucun remord à écraser les insectes. Il avait certes perdu le gout du sang, totalement sevré de ce dernier mais n’était pas pour autant devenu un de ces bêtes pacifistes. Sa vie était encore bien assez longue pour qu’il n’ait pas une future occasion de tuer. Et à ce moment, il n’hésiterait certainement pas. Il n’était pas de ceux à freiner leur course face à un obstacle car il avait les moyens de tous les passer. Il fallait que sa « compagne » comprenne quel homme il était réellement.

Je ne suis pas un meurtrier mais un soldat. J’ai perdu le gout du sang mais ne crains pas de donner la mort. A vrai dire, dans mon domaine on me classe dans la catégorie des pros. « Tueur professionnel », un titre terrifiant n’est-ce pas ?... Lui dit-il tout en remettant son chapeau. Mais mon palmarès me trahit, la toge de l’enfant de cœur ne m’irait sans doute pas. ..
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/registre-d-oto-f115/do
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rêve ou réalité [PV: Tilika]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rêve ou réalité [PV: Tilika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Plaines Foudroyantes-