AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'équipe 18 ou l'art d'être un prisonnier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fu Yamanaka
Anbu "Ne"
avatar

Nombre de messages : 53
Age : 31
Village : Konoha
Date d'inscription : 16/12/2009

Fiche Ninja
PV:
205/205  (205/205)
PC:
480/480  (480/480)

MessageSujet: L'équipe 18 ou l'art d'être un prisonnier.   Mer 20 Jan 2010, 21:05

Citation :
Info utile: Puisque vous avez tous les 3 un personnage du manga (nous sommes la seule équipe composée uniquement de personnages du manga d'ailleurs :O), je compte sur vous pour respecter au mieux sa psychologie.
-Ibiki: tu as intégré cette équipe pour surveiller les agissements de l'envoyé de la racine que je suis pour protéger le démon-renard.
-Naruto: tu sais ce que tu as à faire mieux que personne haha.
-à voir:

Règles de l'épreuve:

Spoiler:
 

Altérations mentales: (j'en ajouterai de nouvelles au fur et à mesure du rp).
Spoiler:
 

Last règle: L'ordre des posts n'a aucune important pour le moment puisque vous ne vous retrouverez certainement pas tout de suite. (si vous supprimez votre déguisement pour vous faire reconnaître par vos camarade, l'examen est terminé pour vous).
Revenir en haut Aller en bas
Ibiki Morino
Chuunin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 117
Village : Konoha
Date d'inscription : 14/12/2008

Fiche Ninja
PV:
200/200  (200/200)
PC:
200/200  (200/200)

MessageSujet: Re: L'équipe 18 ou l'art d'être un prisonnier.   Sam 23 Jan 2010, 17:25

~ Post 1 ~
~ Jour 1 ~
~ Matin ~




    Aujourd’hui était un jour spécial pour Ibiki, il ne le savait pas encore pourtant il allait devoir faire face à un nouvel événement dans sa vie, l’intégration à une équipe de trois personnes dirigée par un senseï, comme si Mr. Morino en avait besoin. Depuis l’arrivée de l’homme aux bandages, plus couramment nommé Danzou, au village en tant qu’Hokage, tout était modifié si rapidement, un nouveau régime s’installait et contrairement à ce qu’aurait espéré Ibiki, il se mettait en place à une très grande vitesse et les moyens pour le contrer étaient quasi-nuls, tout les espoirs pour les shinobis de Konoha refusant la montée au pouvoir de Danzou se trouvaient affaiblis de jour en jour et certains d’entre eux sombraient du mauvais côté. En ce qui concernait le Chunnin, Ibiki Morino, on ne pouvait pas dire qu’il sombrait du mauvais côté mais plutôt qu’il était en filature à durée indéterminée. De par ses connaissances, le Chunnin avait quelque fois le droit à quelques informations utiles, cette fois-ci il avait sus à l’avance qu’il allait faire partit d’une équipe, il connaissait les membres, mais ni quand et ni comment l’équipe allait être formée mais ce qu’il redoutait se trouvait être le dit senseï, d’après ce qu’on lui avait dit il s’agirait surement d’un homme de Danzou, un soldat de la Racine, quelle veine ! Déjà que le nouveau régime oppressait tout le village si Ibiki se devait en plus d’être surveillé il ne saurait plus trop comment agir, pourtant il n’avait rien dit lors de sa prise de connaissances sur ce qu’il l’attendait, il avait même accepté de surveiller le démon-renard et les agissements de l’homme de la Racine. Il s’agissait presque d’une mission de rang SS à ses yeux, c’était pour le bien du village, si en plus de prendre le contrôle sur le village, Danzou réussissait à s’emparer de l’hôte de Kyubi, alors tout serait perdus pour Konoha, c’était presque LE sauveur qu’incarnait Ibiki dans cette histoire.

    Il était déjà 7h00 du matin lorsqu’Ibiki était sortit de chez lui, ce fût à ce moment précis que le faucon se posa sur l’épaule du Chunnin, à sa patte un message lui était adressé, était-ce aujourd’hui ? Retirant le papier de son étui, l’homme aux cicatrices déroula la feuille et se mit à lire les quelques mots écrits et signés par un certain « Fuh » une convocation et un nom, c’était tout ce qu’il se trouvait sur ce foutu papier ! Apparemment, Ibiki n’avait pas encore vécus des choses étonnantes dans sa vie, il lui restait encore beaucoup de choses à vivre et à ressentir dans les années à suivre, et pour le moment ce serais avec ses nouveaux coéquipiers qu’il allait les vivre. Et dire, qu’il y encore peu de temps, le Chunnin était senseï et avait dirigé une petite équipe, peut être que face à l’échec de sa première mission et la mort d’une de ses élèves, le Conseil Suprême du Village avait écarté toute possibilité de replacer Ibiki à la tête d’une équipe de Genin ? Cette option était tout à fait possible et envisageable vus la mauvaise gestion et le mauvais comportement dont il avait fait preuve.

    Ce fût donc sur cette petite note nostalgique que le jeune homme âge d’à peine 27 Ans se mit enfin en route pour les portes du village, son pas était lent, l’envie de se rendre à cette convocation était totalement inexistante, il aurait voulus se retourner et courir en sens inverse, il ne voulait pas revivre une perte, mais cette fois-ci était différente pour lui, il n’était plus senseï mais élève, pourtant il ne savait pas si il devait accepter cette intégration à une équipe. Mais comme on lui avait dit, il était obligé ! C’était à lui de protéger Naruto Uzumaki ! A lui de protéger le village et de surveiller les agissements douteux de la Racine ! Il était shinobi, bon sang ! Lorsqu’il arriva enfin devant les portes du village, Ibiki n'aperçut aucuns de ses futurs coéquipiers, il s'avança et pris place contre un des hauts murs qui se dressaient face à lui, il devait attendre, mais attendre quoi ? Telle était la question pour l'heure !

Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-konoha-f71
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 26
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: L'équipe 18 ou l'art d'être un prisonnier.   Sam 23 Jan 2010, 17:37

[Post I]

Comment avais-je trouvé le sommeil dans un tel stade d'excitation et d'impatience ? La fatigue qui, sans doute, s'était emparée de mon esprit avant même que je ne me décide à quitter ce monde pour rejoindre celui dominé par mon subconscient. Des changements notables avaient en un rien de temps fait surface dans la politique du village de Konoha, à commencer par le sommet même de cette grande pyramide que nous nous plaisions à évoquer sous la forme d'un imposant arbre. Le poste de Hokage, la fondation même du pays, avait subi un changement inaltérable lorsqu'un illustre inconnu remplaça Tsunade Baa-chan, cinquième du nom. Le dénommé Danzô venait d'être promu Rokudaime Hokage, laissant une zone d'ombre planer sur ce qui s'était vraiment passé. On disait que la petite-fille du fondateur du village n'était plus capable d'assurer la lourde charge qui avait jusqu'à présent reposé sur ses épaules, et que le nouveau venu s'en sortirait mieux en instaurant un nouveau régime, dont les prémices ne me plaisaient guère. Des réformes s'étaient déjà mises en place, au bout de quelques jours seulement, et celle qui me concernait directement était la nouvelle répartition des équipes. Après m'être bien intégré à ma nouvelle équipe, dirigée par Kakashi et accoudé d'Anji et Kyosuke, voilà qu'il me fallait à nouveau prendre d'autres repères en étant accueilli au sein d'un groupe dont je ne connaissais toujours pas les membres. Du moins, ce n'était plus qu'une question de minutes. L'eau de la douche ruisselant sur mon visage aux yeux encore imbibé de sommeil me donnait encore envie de dormir. Comatant, immobile, sous le flot de gouttelettes atterrissant au sommet du crâne, j'achevai bien vite ma toilette et me vêtit sans plus attendre, l'estomac sur les talons. Ma collation se passa comme toujours en solitaire, et mes repas ne connaissaient aucun changement. Comme chaque matin, j'avalai un bol de nouilles chaudes qui en dépit de sa lourdeur ne suffisait pas à me faire tenir pour le restant de la journée, étant donné que les supplications sonores de mon estomac recommencaient sur le coup de midi. De plus, il fallait que je prenne des forces, car mon nouveau senseï allait probablement attaquer notre première rencontre avec un entraînement concocté par ses soins. Après tout, Kakashi-senseï en avait fait de même il y a de cela des années. Moi qui pensais avoir tout vu avec l'utilisateur du Sharingan, je n'étais décidément pas au bout de mes surprises.
La dernière gorgée avalée et la panse bombée, j'attrapai sans cérémonies ma veste trônant sur une chaise dans ma chambre et l'enfilai à la hâte, attachant entre temps mon bandeau ninja autour de mon front d'un geste presque mécanique. Mon regard s'attarda un instant dans un miroir, sur la feuille gravée dans le métal froid luisant au milieu de quelques mèches dorées, et je repensai à Sasuke (pour changer), plus précisément à notre combat dans la vallée de la Fin. A un moment, j'avais involontairement éraflé le signe de son bandeau au moyen de mes griffes, symbolisant l'arrivée d'une nouvelle ère, celle d'un Nuke-nin et d'un fervent ninja de Konoha. Celle de deux anciens amis dont les liens avaient été tranchés à cause d'un être assoiffé de pouvoir et d'ambitions. Mais en ce qui me concernait, Sasuke restait mon ami, et je le ramènerai au village, coûte que coûte. Ma main droite se leva lentement vers mon reflet, touchant la glace du bout des doigts, tandis que je fixai mon propre regard azuré, le regard soudainement vague.

* Sask'e ... attends-moi ... *

Refermant brusquement mes doigts, je sortai sans plus attendre de mon appartement après avoir pris soin de me fournir en matériel ninja. Mais alors que je commençai à songer en quoi allait consister mon entraînement, un bout de papier accroché à ma porte au moyen d'un kunaï attira mon attention. L'arrachant, j'en consultai le message griffonné à la hâte. L'écriture m'était étrangère, tout comme le nom. Ainsi donc, un dénommé Fuh venait de me donner rendez-vous aux portes du village, dans un peu moins de cinq minutes. Était-ce mon senseï ? C'était très probable. L'unique façon de m'en assurer pleinement était de m'y rendre, même si je redoutai intérieurement un canular de la part de ce garnement de Konohamaru. Je me mis donc en route au pas de course, l'air frais sifflant à mon visage, la mine encore endormie, avide de réponses.



Le chemin fut rapide, et en un rien de temps je me retrouvai en face des imposantes portes du village déjà ouvertes en dépit de l'heure matinale. Quelques chunnins s'y trouvaient déjà, tranquillement installés à l'ombre d'un petit abri conçu spécialement pour leurs tours de garde.Vraisemblablement, personne de mon hypothétique équipe ne se trouvait encore sur les lieux, aussi dus-je m'armer de patience et attendre l'arrivée d'une nouvelle tête. Au bout de quelques minutes et en fixant plus attentivement les alentours, j'aperçus la silhouette menaçante d'un shinobi qui, accoudé contre un pan de mur, n'avait pas attiré mon attention dès le début.


" Ibiki-senseï ??! C'est vous mon prof ?? "

Une chose était sûre : j'allais morfler.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'équipe 18 ou l'art d'être un prisonnier.   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'équipe 18 ou l'art d'être un prisonnier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: Konohakonoha :: Prison de Konoha-