AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un homme Humm.... Louche ( Pv Zolf JK )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mayuri Kurotsuchi
Employeur
avatar

Nombre de messages : 126
Age : 24
Village : Ame no Sato
Date d'inscription : 11/04/2009

Fiche Ninja
PV:
300/300  (300/300)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Un homme Humm.... Louche ( Pv Zolf JK )   Dim 27 Déc 2009, 17:43

Quelques mois... En à peine deux mois, le jeune scientifique du clan Kurotsuchi avait fait énormément de rencontre plus intéressante les unes que les autres. Tout d'abord, il avait rencontré un homme d'Iwa no kuni nommé Ryu, ensuite, il avait rencontré un jeune jeune à la peau ébène et aux yeux d'argent qui errait dans les bois du village caché de la feuille. Ce n'était pas tout, il avait aussi fait la rencontre de C, un jûunin de Kiri contre qui il avait combattu, et une jeune fille de cinq ans nommé Tilika. Autant dire que la vie de Mayuri était pleine de "surprise" ces temps-ci, et comme ci cela ne suffisait pas, il s'attendait à en faire de nouvelle. Aujourd'hui, il était avec son jeune cobaye qui le vénérait comme un Dieu, entre autre, il était avec le jeune Sabuya à la peau d'acier. Ce jeune adepte du taijutsu tenait à l'accompagner à chacune de ses sorties, assez chiant de se répéter, le scientifique se laissait finalement convaincre en se disant qu'il lui servirait de garde du corps. Après tout, après la prestation qu'il avait faite contre le groupe de shinobis à Ame no Kuni avait été tout à fait remarquable. M'enfin, quoi qu'il en était, Mayuri et Sabuya étaient en route vers les rizières du pays du riz. Par innovation, le scientifique venait ici à des fins purement liés à la science, ou plutôt à l'alchimie, car il ne fallait pas oublier qu'il était médecin certes, mais il était aussi un alchimiste de talent. Armée de sa cape blanche avec le pictogramme "douze" gravé dessus, il s'avançait lentement dans le pays du riz, tous ses sens aux aguets et surveillant le comportement de son jeune compagnon. Sabuya faisait partit de ses hommes qui ne recherchaient que le combat. A la vue d'un homme, il pourrait fondre sur lui et le ruer du coup jusqu'à le tuer, alors que cet homme pourrait être un simple commerçant en balade. Pour lui, tout était prétexte à combattre. Si Mayuri se trouvait en ces Terres, c'était pour rechercher la fleur nommée Tombeline, enfin, plus qu'une fleur, c'était une sorte d'algue qui vivait dans les rizières du pays du riz, une plante qui ne vivait que d'eau. Dès qu'il n'y avait plus d'eau, elle mourrait. C'était une plante dont tous les alchimistes usaient. C'était une plante assez toxique au naturel, mais qui pouvait donner de fabuleux effets une fois lié à une potion. Elle pouvait aussi bien tuer que guérir.

« Sabuya, nous voilà arrivé dans les rizières du pays du riz. Nous prenons simplement les algues et nous partons aussitôt, pas de combat tant que je ne t'en donne pas la permission. »
A cet ordre, le jeune à la peau d'acier semblait légèrement déçu, mais il accepta sans broncher, en suivant Mayuri dès qu'il fit un pas en avant. Le scientifique chercha et chercha pendant plus d'une dizaine de minutes, malheureusement, aujourd'hui, il y avait un grand soleil et toutes les plantes étaient mortes, il fallait trouver un endroit assez sombre et humide où les plantes auraient pu survivre à cette chaleur. Pourtant quand Mayuri et Sabuya étaient partis d'Ame Gakure, il ne cessait pas de pleuvoir depuis trois jours, il devait rester quelques plantes vivantes dans ces lieux, c'était ici que l'on trouvait les meilleurs Tombeline, nulle part ailleurs ! Marchant encore et encore, Mayuri vit alors qu'un petit court d'eau coulait dans l'une des crevasse des rizières, et s'y approcha et vit que dans ce court d'eau vivait encore quelques Tombeline. Heureux d'en trouver en quantité, il se baissa pour en ramasser une, mais au moment où il réussit à la cueillir, une étrange sensation fit frissonner le scientifique, il se releva, les sens aux aguets, prêt à déguerpir au moindre danger. Mayuri n'était pas d'une nature lâche à déserter dès qu'il y avait un danger grandissant, mais il était intelligent, éviter de se confronter à un adversaire que l'on est pas sur de vaincre était l'un de ses principes d'or. Quoi qu'il en était, il se sentait observer, cet aura qui l'observait était grande, voir effrayante, mais le scientifique lui ne connaissait pas la peur. En un rapide coup d'oeil à Sabuya, il souriait en regardant en une direction. La personne devait donc se trouver dans cette direction, le petit brun avait bien plus de capacité combattive que lui, mais il ne fallait pas montrer les crocs tant que cette personne ne se montrait pas agressive. Mayuri posa alors sa main gauche sur la tête du jeune garçon en le mettant une nouvelle fois en garde.

« Range moi tes dents, souviens toi de ce que je t'ai dit. Pas de combat tant que tu n'en a pas reçu l'ordre. La personne approche, mais son aura ne semble pour le moment pas agressive alors pas d'imprudence »
L'alchimiste et le jeune guerrier attendirent alors que cette personne à l'aura inquiétante s'approche sans pour autant montrer de la peur où de la méfiance. Le scientifique était très méfiant certes, mais comme il se méfiait du monde, il arrivait parfaitement à le dissimuler. Mayuri rangea la première algue dans un bocal destiné à cet effet. Si cela tournait au vinaigre, il aurait tout de même collecté une Tombeline.

Citation :
HRP: Désolé de commencer le RP juste maintenant, mais les fêtes mon retardé.
Revenir en haut Aller en bas
Zolf J.Kimbly
Civil
avatar

Nombre de messages : 317
Village : Oto no kuni
Date d'inscription : 26/11/2008

Fiche Ninja
PV:
250/250  (250/250)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Un homme Humm.... Louche ( Pv Zolf JK )   Lun 28 Déc 2009, 21:11

Sous un doux soleil, Kimbly longeait une route campagnarde qui traversait l’une des plus grandes rizières du pays. Réputée pour la qualité de son riz, elle était aussi connue pour sa faculté à réussir à mettre au monde, outre cette céréale au goût sans précédent, des plantes dont l’utilité égalée la rareté. Des légendes couraient sur ces herbes ou fleurs, beaucoup se retrouvaient vers une promesse d’immortalité mais même Orochimaru avait cessé de croire en ces contes de bonnes femmes. Si même l’avidité du Serpent ne trouvait plus en ces dires assez de braises pour alimenter son feu, il était réellement d’aucune utilité de poursuivre toute recherche d’une non fin parmi les plants de riz. Ici bas, certes il y avait quelques pousses aux pouvoirs bien utiles mais cela n’allait pas plus loin. Mais l’histoire continuait de vivre et souvent les ninjas d’Oto se trouvaient contraint de chasser quelques clandestins désireux de trouver ces plantes. En général, il n’y avait jamais rien de bien grave, au pire des cas de cadavres à débarrasser mais ces quelques altercations n’étaient jamais suffisantes pour en faire des sujets politiques. Il était courant au pays du riz d’avoir à se débarrasser de quelques corps gênants et grâce aux efforts de tous, rares étaient les débuts de querelles entre pays. De plus, le fait que le village du Son n’ait jamais posté d’Hommes dans l’unique but de chasser ces fous herboristes soulageait les craintes des autres puissances qui en fin de compte ne voyaient en ces rares mises à mort que des écarts de conduite d’une autre puissance. Cela était monnaie courante dans le monde ninja, on ne pouvait juger chaque meurtre et en faire une affaire d’Etat car en moins de temps qu’il n’en fallait pour mettre en terre une victime, le monde sombrerait dans un terrible chaos.

Donc, il n’y avait rien à dire sur cette simple balade à laquelle s’était abandonnée cette ombre vêtue de blanc. Derrière cette marche, ni mission ni devoir ne se cachait, il n’y avait que le désire d’un homme à vouloir découvrir toujours un peu plus le vaste pays qui l’abrite. Kimbly était un nomade, sa nature ne le permettait de se prélasser et même s’il ne passait pas à sa vie à arpenter le monde et qu’il passait le plus claire de son temps à l’intérieure des frontières du pays du riz, il ne cessait de découvrir les moindres parcelles de ce pays qui n’arrêtait pas de l’impressionner. Parfois il se rendait aux falaises qui bordaient le pays, d’autres fois il errait à travers les rues de Ryoshu mais bien souvent, il se retrouvait à parcourir les immenses rizières s’étendant jusqu’à l’horizon. Cette activité était certes peu lucrative mais faute d’action, l’Ecarlate se plaisait à marcher à travers les cultures en quête d’inconnu ou au meilleur des cas de rencontres, hostiles ou amicales. Lorsque l’on est un homme à la réputation de démon, on se plait autant à la discussion qu’au meurtre. Tuer était aussi distrayant que converser pour Kimbly, un bon débat valait bien une effusion de sang mais à l’encontre de l’avis de beaucoup de personnes, pour lui, les deux s’équivalaient et en général, il ne laissait le choix qu’à autrui. Il lui était souvent trop difficile de choisir quand le devoir ne l’obligeait pas à agir. Il était donc plus logique de laisser à l’autre de choisir de l’issue de leur rencontre. Et même si ces temps ci avaient été plus prompts à la discussion, l’Homme ne cherchait guère à compenser l’excès de parlote par des meurtres gratuits, il laissait la vie faire les choses car en fin de compte, il n’y avait pas d’autres moyens de se plaire à exister.

Tandis que l’Ecarlate admirait silencieusement le paysage serein, son ouïe s’ouvrait au monde, ne lésinant pas le moindre détail. Et alors que le silence régnait en maître sur les cultures de riz, un bruit inhabituel vint briser cette sérénité, un bruit qui n’avait pas sa place ici et à cette heure. Au loin, des pataugements se faisaient entendre, un son qui à l’heure où tous les paysans étaient au repos ainsi que les chasseurs d’herbes officiels ne pouvait qu’être suspect. Par professionnalisme, le ninja d’Oto ne se jeta pas la tête la première dans l’eau pour aller voir ce qui pouvait bien être à l’origine du bruit, il opta pour une technique que seuls les expérimentés étaient capables d’utiliser. Lentement, les paupières de l’homme se fermèrent, tombant comme des rideaux sur ces pupilles d’ors, laissant alors à ses autres sens le soin de développait sa perception de son environnement. Il ne lui fallut pas bien longtemps pour arriver à conclusion, l’odeur non sauvage ainsi que le léger son de voix l’avaient amené à conclure qu’il s’agissait bien d’Hommes. Les hypothèses fusèrent alors dans son esprit. S’agissait-il d’ennemis ou d’espions ? Ou étaient-ce simplement des enfants ou autres innocents ? Il n’y avait en fin de compte qu’une seule manière de savoir cela, malgré le danger que cela pouvait représenter pour lui, Kimbly ne pouvait qu’à aller voir de plus prêt ce qu’il se tramait là bas.

D’un pas serein il se lança dans la direction des bruits, ne cachant pas son arrivée. Il n’avait guère envie de jouer aux espions, s’il s’agissait d’ennemis, ils prendraient la fuite, sinon, il ne s’agirait que de fous ou d’innocents. Plus la distance entre lui et les inconnus se faisaient petites, plus ceux-ci semblaient se faire discrets, un signe qui mit la puce à l’oreille du ninja. Bien que l’idée qu’une embuscade lui soit tendue là bas, la tardivité de celle-ci ne pouvait qu’être évocatrice de l’amateurisme ou de l’innocence de ces inconnus. Il pouvait autant s’agir de chunins d’un autre village en mission aux frontières du pays du riz, d’enfants apeurés par l’arrivée d’un étranger ou d’Hommes simplement méfiant quant à l’arrivée d’un nouveau personnage. Dans tous les cas, l’hostilité ne pouvait être de la partie puisque l’apparence de gentleman de l’Ecarlate ne laissait aucunement paraître son appartenance aux forces d’Oto. Et si bataille il devait y avoir, Kimbly n’était guère craintif car désormais, il avait bien assez confiance en ses capacités pour avoir à craindre quiconque. Et une fois arrivé sur les lieux, malgré le silence qui régnait, il put sentir la présence de deux Hommes, camouflées en vain face à son talent de pistage. Il ne savait pas où ils se trouvaient mais il savait qu’ils étaient là. Cela était largement suffisant.

Qui que vous soyez, je ne crois pas qu’il nous serait favorable que vous continuez à vous terrer comme des lièvres. Je ne suis pas un chien de chasse, pourquoi vous cacheriez vous ?... demanda-t-il à voix haute.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/registre-d-oto-f115/do
Mayuri Kurotsuchi
Employeur
avatar

Nombre de messages : 126
Age : 24
Village : Ame no Sato
Date d'inscription : 11/04/2009

Fiche Ninja
PV:
300/300  (300/300)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Re: Un homme Humm.... Louche ( Pv Zolf JK )   Ven 08 Jan 2010, 14:45

Ce pays était un endroit de débauche et de meurtre, où il n'existait aucune règle. Une seule loi régnait dans ces contrés, une loi primate, cette fameuse loi de la jungle avec laquelle vivait les animaux, cette loi était celle de la jungle. Le plus fort vit et le plus faible meurt, les forts mangent et les faibles sont mangés. Une telle loi ne devrait pas exister au sein du peuple humain, mais le dirigeant d'Oto, ce serpent à la sombre réputation n'avait que faire de ses sujets. Ils les jetaient en pâture au premier danger apparent. Il était tout de même un ancien sanin, tentateur de kinjutsu. Ces sombres desseins l'avait mené dans les pénombres de l'enfer, et cet enfer, le scientifique à la cape blanche tentait de s'y aventurer avec comme seul objectif la récolte d'une algue empoisonné. Au loin, un homme arrivait, cela se sentait à sa prestance, a la tension qu'il dégageait et surtout à son aura. L'homme était vraiment plus puissant que Mayuri cela ne faisait aucun doute, son aura pouvait faire frissonner plus d'un Anbu, ce sentiment étant inconnu de Mayuri, il se contenta simplement d'être prudent et il fuirait au premier signe de danger. Certes ce n'était pas une action très glorieuse, mais à quoi servait de ce lancer dans un combat qu'il savait perdu d'avance ? C'était une logique que ce scientifique suivant tout le temps, car elle était source de prudence et de longue vie. L'homme à la cape Douze se concentra sur sa cueillette alors que son jeune garde du corps bouillonnait de la présence d'un adversaire aussi puissant. Le sang d'un combattant comme lui, ça ne courait pas les rues, au moindre signe de puissance, son sang ne faisait qu'un tour et il partait au combat, quitte à mourir dans la tentative. Ce phénomène se nommait « Le sang du guerrier ». Un sang que Mayuri lui n'avait pas et ne comprenait pas. Avec précaution, il se baissa pour ramasser une autre algue. L'inconnu arrivait à sa distance, puis voyant que Mayuri était baissé, il prononça des paroles assez.... Veines. Lui, se terrer comme un lièvre, ce n'était pas possible. Certes, Mayuri aimait prendre des précautions et fuir lors d'un combat où il risquait gros, mais de la à avoir le comportement grotesque d'un animal, 'était vraiment poussé. Pourquoi aurait-il le comportement de ses cobayes ? L'alchimiste se redressa doucement en regardant l'homme qui venait d'apparaître devant lui, un homme bien étrange. Les cheveux gris assez sec, un visage marqué par le sang et ses innombrables combats, une apparence loufoque. L'homme était vêtu d'une sorte de costume, enfin, il était habillé très classe, d'un costume de sombre couleur, chapeau compris. Mais le plus inquiétant dans son apparence, c'était ses yeux et l'expression qui en ressortait. En voyant cet homme, le sang de Sabuya ne fit qu'un tour. L'homme posa alors sa main sur sa tête, il devait faire très vite avant que cela ne dégénère. Il envoya dans le système nerveux de son camarade une dose de chakra qui avait pour effet d'adoucir ses muscles et de la rendre... mou ! Une fois cela fait, il n'y avait plus aucun risque que ce jeune guerrier attaque l'inconnu. Après une grande inspiration, alors qu'il remettait son bras le long du corps, Mayuri enclencha une réponse brève.

« Me terrer moi ? C'est mal me connaître ? Mais... Vous qui parlez avec tant d'assurance, puis-je connaître votre nom. Parler d'une manière aussi singulière est bien preuve de confiance en vous. Que me vaut l'honneur de votre visite... Monsieur ? »
Il avait toujours dans la voix une sorte de petite intonation provocatrice, mais il n'y pouvait rien, c'était sa manière de parler. Un ton froid et léger avec une goutte de provocation, tout cela donnait un mélange superbe et horrible à entendre, la voix pure d'un schizophrène. Le jeune compagnon du scientifique était toujours debout, les yeux rivés sur le nouvel arrivant, mais il n'avait plus cette lueur combative dans les yeux, bien au contraire, on aurait pu croire que le jeune Sabuya allait s'endormir debout d'une seconde à l'autre. Finalement, peut-être avait-il trop forcé sur la dose de chakra qu'il avait implanté dans son système nerveux. Mais c'était une bonne chose, car il était imprévisible et malgré les ordres, il aurait pu attaquer cet homme haut en couleur. Après tout, lui qui était un guerrier ne pouvait obéir qu'a son sang et pas aux ordres d'un malheureux scientifique aux sombres desseins. Le vent commençait à se faire sentir alors que Mayuri se tenait droit face à son interlocuteur.

Citation :
HRP: Désolé, plus trop d'inspi en ce moment =S
Revenir en haut Aller en bas
Zolf J.Kimbly
Civil
avatar

Nombre de messages : 317
Village : Oto no kuni
Date d'inscription : 26/11/2008

Fiche Ninja
PV:
250/250  (250/250)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Un homme Humm.... Louche ( Pv Zolf JK )   Mar 12 Jan 2010, 18:06

Face à lui, un singulier couple se tenait là, à patauger dans l’eau boueuse de la rizière. L’un était d’un physique banale, surement un larbin mais l’autre avait un visage si lisse que l’on aurait dit être fait de porcelaine. Après tout, cette face peinturlurée pouvait être un masque mais à la façon dont celle-ci se mouvait, cette hypothèse ne tenait pas la route. Cet homme vêtu avec trop de faste pour sa besogne n’était clairement pas du pays du Riz, Kimbly l’avait depuis longtemps compris. Il pouvait être un ennemi, certes, mais sa réaction était trop étrangère au guerrier pour qu’il puisse en être un. Par contre, celui qui l’accompagnait semblait mordre, la défiance et la rage de combattre se voyaient dans son regard mais l’Homme d’Oto n’avait rien à craindre et il le montra ouvertement en ne prêtant pas la moindre attention au chiot de garde de l’inconnu. Et alors que le petite bête se préparait à bondir sur le colosse, vint s’interposer son maître qui d’une manière inconnue à l’Ecarlate réussit à faire évanouir ses ardeurs. Craintif, l’étranger avait comprit qu’il valait bien mieux calmer son larbin, ici bas un malheur était si vite arrivé. Après cela, l’arpenteur de rizières ne tarda pas à prendre la parole mais ce qui sortit de ses lèvres bicolores n’apporta rien au ninja, il n’eut que pour réponse une question, la même qu’il avait posé. Bien que cela embarrassa beaucoup l’Homme aux habits blancs, celui-ci ne faillit pas car la patience était maîtresse d’assez de choses pour qu’il soit sage qu’il en fasse preuve ici. Mais il ne comptait surement pas répondre bêtement, cela aurait été preuve d’une simplicité d’esprit ou de peur, il devait se montrer aussi fort que diplomate.

Et bien, je puis d’abord vous dire qu’il n’est séant de répondre à une question par une autre question, dans certains cas cela pourrait vous valoir la mort… dit-il d’une voix grave. Puis reprenant d’un ton plus ordinaire. Mais comme je n’ai rien d’un faucheur d’âme, je me contenterais de faire un premier pas… Ici, on me connaît comme étant Zolf J.Kimbly, plus communément Kimbly, cela me suffit amplement. Je ne sais pas comment on peut bien me nommer hors des frontières du pays du riz si bien sûr on parle de moi là bas…

Kimbly ne savait pas si en dehors du pays du riz son nom était prononcé. Ici, il était connu comme un des plus fidèles ninjas d’Orochimaru, il avait maintes fois fait ses preuves et l’issu de son combat contre Kabuto faisait de lui l’un des Hommes les plus dangereux du pays. Il n’y avait aucun doute, son nom n’était pas inconnu sur les terres du grand Serpent, il était même craint mais ce qu’il en était du monde extérieur, cela était un profond mystère pour lui. Peut être que ses nombreuses campagnes hors de son pays l’avait valu un nom au-delà des frontières de son foyer mais à vrai dire, cela l’importait peu. Cela ne le gênait pas à avoir à s’imposer par ses propres moyens quand il le fallait, il n’était pas toujours distrayant de ne pas à avoir à montrer qui est le maître. Les contrées d’Oto avaient eu tout le temps pour apprendre à respecter l’Ecarlate, désormais il n’avait plus besoin d’imposer sa personne ici, son nom seul suffisait à faire faillir les plus grands caïds de Ryoshu. Et si d’aventure ces hommes savaient qui il était, l’Homme d’Oto ne savait guère si cela pourrait lui être bénéfique ou pas. Cela restait un trop grand mystère pour lui, celui qui pourrait s’avérer être un ennemi et l’attaquer pouvait aussi être un simple voyageur.

Un temps oublié revint hanter l’homme. L’époque où il n’avait pas encore de foyer, cela devait remonter à plus d’une année. Alors qu’il n’avait pas encore juré fidélité à Orochimaru, il n’était qu’un vil meurtrier connu pas bien trop de gouvernements pour pouvoir passer inaperçu. Cette renom lui avait valu l’exil, il avait du longtemps marché pour réussir à se faire oublier. Sa réputation l’avait fait parcourir des kilomètres, la fuite avait été la seule promesse de félicité. Peut être était-ce pour cela qu’il ne souhaitait plus être connu en ces nouvelles terres, cela l’avait trop de fois poussé à partir pour qu’il ait de nouveau envie d’être connu. Mais il n’avait pas longtemps passé inaperçu dans ce nouveau monde, après tout il ne le pouvait pas, son existence même le vouer à le renom. Il avait rejoint l’étendard de la première armée qu’il avait rencontré, il avait ensuite appris que celle-ci était la pire qui pouvait exister et cela l’avait ravi. Mais une fois de plus, cela l’avait valu une réputation, du moins au pays du riz à sa connaissance. Mais si d’aventure, son nom avait suffisamment voyagé pour arriver aux oreilles de l’inconnu, il ne pouvait plus rien y faire. Si ici aussi il était recherché, il ne fuirait plus, il affronterait tous ceux qui se dresseraient contre lui. Premièrement viendrait cet étranger, non pas par les poings mais par les mots.

Pour ce qui est du motif de ma visite, on mettra ça sur le compte du hasard car croyez moi, ici les voyageurs, herboristes de passages ou autres que l’on retrouve à batifoler dans les eaux des rizières ne nous intéressent guère. Maintenant que je vous ai satisfait, il serait bien qu’à votre tour vous en fassiez de même. Qui êtes vous ?...
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/registre-d-oto-f115/do
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un homme Humm.... Louche ( Pv Zolf JK )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un homme Humm.... Louche ( Pv Zolf JK )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: HebiHebi :: Les Rizières-