AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 |PV Iwa| Les prémices d'un Retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: |PV Iwa| Les prémices d'un Retour   Mar 22 Déc 2009, 12:43


Un long voyage, qui les avait pourtant emmené pas si loin que l’on ne l’aurait pensé.

Après s’être lancé à travers la contrée, voila la bonne troupe qui se dirige vers le prochain lieu de représentation. Etait-ce puéril, que de vouloir montrer son Art ? Pas vraiment, surtout lorsqu’il s’agissait d’Art militaire. Et dans une époque de voyage, il est parfois nécessaire de faire preuve de nouveaux artifices et de prodiges pour attirer l’assistance curieuse et intéressée … même si celle-ci se dirige vers son trépas festif. Mais le voyage ne se limitait pas à son objectif : il fallait bien prendre en compte le temps du trajet, le repos pour prendre des forces, la stratégie avant de passer à l’assaut, et tant d’autres détails de voyage qui pouvaient le remettre entièrement en cause à chaque instant… . Mais l’Homme était de Nature un personnage compliqué, que Dieu avait préféré libérer et – tel Ponce Pilate – s’en laver les mains plutôt que de superviser ses actions puériles et stupides. Et ainsi était né l’Être Humain : avare, égoïste, dangereux de surcroît, sans que rien sur Terre ne l’arrête si ce n’est un élément qui soit plus fort que lui.
Dans la situation présente, le personnage qui laissait ses cheveux être balayés par un vent violent venant de l’Ouest ne prêtait guère à sa barbiche qui frémissait sous cette tempête et observait au loin l’étendue désertique, paysage campagnard mais attendrissant des lisières qui n’en finissaient pas de s’étaler sur une nature mixte, variant entre le fond de vallée et les montagnes bordant le tableau sublimement œuvré. Et dans ce lit parcouru par le sillage d’une rivière tranquille, des champs prenaient avantage de cette abondance d’eau et s’étalaient de toute leur longueur pour cultiver la céréale si précieuse pour cette Nation mineure. Il fallait avouer que pour une œuvre d’art vivante comme celle-ci, le Pays n’était pas allé chercher son nom très loin. Ainsi, le Pays des Rizières, avec sa blancheur de nuages, vapeur et production des champs, détenait-il un environnement idéal à tout peintre ou philosophe recherchant la paix et la tranquillité. Afin d’y parvenir, une traversée des Montagnes qui s’était voulue longue et ardue, et la marche forcée à travers deux pays mineurs, dont le Pays de la Cascade ; un véritable plaisir pour ceux qui apprécient la marche. Ce n’était certainement pas une horreur pour notre Ninja Assassin, mais il aurait sans le moindre doute préféré ne pas avoir à souffrir du trajet. Ses poumons étaient dans un état déplorable, et il avait déjà craché du sang en grimpant les collines du Pays de la Terre. Il se savait dans un état critique, et ne pourrait pas faire de voyages aussi longs et éprouvants pour sa santé. Il savait pertinemment qu’il ne lui restait que deux choix : le premier était le plus sage, à savoir attendre tranquillement l’ennemi ou même prendre sa retraite : le second était le plus déterminé, à partir en guerre sans prendre en compte son état et pour œuvrer dans le besoin, afin que ses frères puissent suivre son héritage et son action belliqueuse. L’ancien Artificier d’Iwa n’était pas un Sage, mais ne faisait pourtant pas démonstration de frénésie. Néanmoins, il avait sélectionné la seconde option. Il n’était pas un fervent serviteur de la Guerre, mais éprouvait un grand besoin en tant qu’ancien guerrier : il devait marquer les esprits avant le trépas. Et c’est en conséquence de cela qu’en dépit de sa santé, il s’était engagé à se surmener et à dépasser les limites que lui imposaient son enveloppe charnelle. Et avait mis cap sur le prochain lieu de bataille : Oto No Sato.

La raison concrète du choix de ce pays ? Tout s’était joué à pile ou face. Après tout, il s’agissait de la contrée la plus proche, et le voyage risquant d’être long, c’était dans cette estimation que le groupuscule s’était lancé. C’était sa première expédition, proposé par un seigneur ayant eu des rancœurs avec certains hommes du Serpent Blanc, et qui souhaitaient les voir souffrir de quelque dommage. Mission bien rémunérée et idéale pour tester les capacités de l’unité en termes de combat de rue et dispersés. Et dans cette simple optique, nos hommes avaient pris la marche pour la Destruction.
Ayant parcouru une nouvelle distance qui lui semblait raisonnable, notre personnage s’arrêta et fit une halte, profitant pour passer une main dans sa chevelure ébouriffée et la rabattre en arrière. Il était essoufflé ; le grand âge. Dire qu’il allait devoir passer par là avant de trépasser. Quelle misère. Trouvant rocher conforme à son derrière, il se posa noblement et se tint la tête entre les mains, pour soutenir la fatigue.

''Je ne suis pas fait pour les excursions, il faut croire … . Pourvu que les jeunes ne se soient pas perdus en territoire ennemi … ."

Mais notre grand barbu à la chevelure ébène et aux vêtements contrastant le dernier fait relevé pouvait respirer, car les pas saccadés et rapides sur la terre avoisinante indiquait un groupe en progression dans sa direction. Finalement, il n’aurait pas attendu pour longtemps. Mais ils ne resteraient pas longtemps dans le coin ; ayant déjà marqué sa présence plus tôt dans l’auberge, notre ami ne tenait guère à se faire remarquer plus longtemps, alors qu’il avait voulu des informations sur le Village Caché du Son. S’ils étaient repérés, ils ne pourraient pas achever leurs contrats, et seraient achevés alors que l’ambition était inverse à cette idée.
Se redressant tout en soufflant un coup, il fit tête aux personnages qui se présentaient un à un face à lui, de leurs visages si familiers et parfois hautain, lui se laissant marquer par son éternelle indifférence et lassitude. L’expédition allait être joyeuse … : fallait-il encore remplir les termes du contrat.

"Identifiez vous un à un, pour nous assurer que nous sommes tous présents. Nous passerons ensuite à l’élaboration de la force de frappe… ."

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: |PV Iwa| Les prémices d'un Retour   Jeu 24 Déc 2009, 14:45

    Ryu était vêtu d'un costume sombre, d'un voile blanc sur le visage, et d'un chapeau de paille. La rivière, douce, présente sur les cultures de riz était déserte, et les environs également. Une végétation mourante entourait le point d'eau où les nénuphars se désagrégeaient, laissant les quelques rares canards assez courageux pour nager par un tel froid, et assez retardataires pour ne pas être partis en migration, se frigorifier les plumes.

    Une main dans une pioche, l'autre dégainant une cigarette tout juste placée entre ses lèvres, il observait l'eau, et le remous causé par une brise qui commençait tout juste à s’éveiller. Ryu avait prit du temps pour atteindre le lieu de rendez-vous, l’infiltration avait été rude, et certains ninjas avaient du être écartés au passage. Mais à présent, il y était. Et son exaltation intérieure, son impatience, le tambourinement de son sang dans ses veines… Tout était à son apogée, maintenant. Aujourd’hui, il ne se battra pas pour Iwa, non… Mais pour lui-même, et lorsqu’il aurait remporté cette bataille –car il la remporterait-, il pourrait alors s’élever, et poursuivre ses plans qu’il avait laissé inachevés depuis plusieurs mois…

    Et enfin récupérer le poste de Tsuchikage. Ce dernier n'était encore qu'un tramplin pour les gloires à venir, mais c'était aussi et avant tout une revanche sur le passé, et sur la décadence de son clan, qui au fil des décennies avait fini par perdre tout pouvoir. Car il était le Roi. Et son peuple, aujourd'hui plus que tous, avait besoin d'ouvrir les yeux vers lui, pour retrouver le Soleil.

    L'individu porta une main à son menton, leva les yeux au ciel, et, le regard vitreux, se retourna vers les multiples arbres qui étaient alignés sur le paysage environnant. C'était un endroit divin pour méditer, et laisser libre cours à ses divagations. L'inspiration ambiante le ferait produire des œuvres sombres, ou se rapportant à l'hiver, à la nuit, voire à la mort, c’était une certitude. Car si l'été était propice à la joie et l'amour, l'hiver était tout autre. La Guerre était l'instrument par lequel les Hommes exprimaient leurs sentiments, et leurs sentiments étaient dictés par leurs humeurs et leurs impressions. Et il en était ainsi depuis la nuit des temps.

    Il s'arrêta, tendit son bras et posa sa main derrière lui, sur la petite roche haut d’un mètre vingt qui était l’unique barrage entre lui et le cours d’eau. Il croisa les jambes et tira sa première bouffée de fumée de la journée.

    Les ninjas d’Oto seraient probablement pour la majorité des barbares, faibles et ignares. Néanmoins, peut-être risquait-il de croiser une ou deux perles, héritières d'un savoir caché, c'était pourquoi il resterait sur ses gardes jusqu'au bout. Dans tous les cas, plusieurs pièges seraient installés au préalable, au cas où des hommes viendraient s'en prendre à lui, grâce au commandement de Mitarai.

    ...L’invocation de ce nom était une ironie. Mitarai Bokudo était un allié, mais avant tout un bouclier. Grâce à lui, Ryu pouvait commettre des délits tout en les exécutant en son nom. Ainsi il demeurait inconnu et se réservait la possibilité de disparaître si la situation venait à mal tourner…

    Tout à coup, l’artificier ordonna que chacun décline son identité. Pour ne pas perdre de temps Ryu fut le premier à s’identifier :

    -Présent. Ryu Kyosei, Juunin d’Iwa.

    Il ferma alors les paupières, au moment où le vent s'engouffrait dans sa chevelure. Au même instant, le soleil monta d’avantage dans le ciel, indiquant que l’heure de la confrontation approchait.

    Un léger sourire s'afficha sur ses lèvres. Tout cela serait intéressant, et enrichissant…
Revenir en haut Aller en bas
Tsuki
Chuunin d'Iwa
avatar

Nombre de messages : 9
Age : 31
Date d'inscription : 12/10/2009

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: |PV Iwa| Les prémices d'un Retour   Sam 09 Jan 2010, 13:52

La fainéantise envahissait le cœur de Tsuki au fur et à mesure, que les longues journées au pays dévasté de la roche passaient, comme tombe les feuilles du cerisier en plein automne. La jeune fille couchée dans son lit, en plein milieu de l’après-midi, venait d’être réveillé par un messager des anciens. Elle avait une mission, un mot qu’elle n’avait plus entendu parler depuis bien des semaines maintenant. Une excitation incontrôlé envahisse son corps, et lui fit lancer un petit jouissement de plaisir dans la salle. Le regard du message devint alors beaucoup plus lourd, celui-ci avait sans aucun doute entendu le cri et devait se poser quelques questions au propos de la jeune Kunoichi. Mais l’artificière d’Iwa ne s’en préoccupait pas trop, ce qui était important maintenant, c’était qu’elle avait de nouveau à faire. Elle poussa le messager jusqu’à la porte d’entrée et lui ferma celle-ci au visage, elle devait être prête pour hier. Elle sauta dans le premier bout de tissu qui lui servait de vêtement, et dévora la première nourriture qui lui passait sous la main. Sans même regarder, si elle était encore bonne ou pas. L’excitation était trop pour se réduire à de tels détails insignifiants. Tout en main, elle était fin prête à partir. Deux minutes, voila ce qu’elle avait perdu comme temps pour se préparer, et en ouvrant la porte, qu’elle surprise quand elle vu le messager encore la. Effectivement, elle ne lui avait pas laissé le temps de lui dire, ou était le rendez-vous de la mission.

La première réunion avait été marquée au centre du village, pour une explication abrégée de la tâche qui les attendait. Ensuite, après cette brève explication, les shinobis devaient rejoindre leur point de ralliement, avec leur chef de groupe. Celui de Tsuki, se trouvait être dans les cultures de riz dans les rizières d’Oto. De son groupe, seulement un seul membre, hormis elle, avait participé à la première réunion. Un certain dénommé Ieyasu Tokugawa, qui ferait avec elle le chemin jusqu’à Mitarai Bokudo. Encore et toujours lui, ce n’était pas la première fois, que Tsuki était assigné avec le vétéran, mais en même temps, qui de mieux que l’artificier maitre, pour enseigner son art à Tsuki ? Avec la compagnie du jeune Taokugawa, la Kunoichi d’Iwa mena son petit chemin jusqu’aux rizières sans dire un mot. Elle ne savait pas vraiment quoi dire, puis elle ne connaissait pas non plus son interlocuteur. Le chemin fut assez long et lourd, car voyager avec une personne et ne lui adresser qu’une dizaine de fois la parole, juste pour répondre à ses questions directe, du genre « allons manger ? », « reposons-nous »… Heureusement le voyage avait été calme, ou alors malheureusement. Car, une petite lute, aurait surement permit á Tsuki de mieux connaitre le Junin qui l’accompagnait. Après tout, quoi de mieux que d’affronter la mort, pour une rencontre dans l’art des ninjas ? Si la traversée des montagnes dut fatigante et exhaustive, le voyage en bateau dans les fleuves du pays du Riz fut plus relaxasif et reposant. Le paysage était magnifique, avec une douce mélodie créée par l’eau du fleuve et une magnifique odeur de terre fraiche et vive. La combinaison parfaite pour quelqu’un comme Tsuki, qui vient d’un pays dévasté et encore plus aride que le désert de Suna.

Enfin, nous arrivions à destination. Le compère artificier de la jeune fille d’Iwa, fit signe aux membres du groupe de se présenter un par un. Le premier fut Ryu Kyosei, un autre Junin d’Iwa. En écoutant la présentation de ce dernier, Tsuki remarqua qu’elle était encore une fois, la seule Chunnin du groupe. Elle mit une de ses mains devant ses yeux, pour cacher sa frustration, avant de se faire bousculer par le Junin qui l’avait accompagné. Maitre Bokudo attendait la prochaine présentation, et apparemment, la galanterie voulez que ça soit elle. Prise dans la chaine des shinobis d’Iwa, et se trouvant être le maillon faible, Tsuki s’élança.
-Murusuka Tsuki, Chunnin et artificière d’Iwa.
Elle lança un rapide sourire à son sempai, un sourire plus de timidité qu’amical. Puis, elle reprit sa place derrière n’importe qui, qui pouvait être apte à la cacher. Être la seule Chunnin du groupe, la faisait se sentir impuissante, faible et un poids pour le groupe. Elle en perdait presque ses aptitudes dans son art.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: |PV Iwa| Les prémices d'un Retour   

Revenir en haut Aller en bas
 

|PV Iwa| Les prémices d'un Retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: HebiHebi :: Les Rizières :: Culture de Riz-