AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Baikokudo - Une journée ensoleillé. [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Baikokudo - Une journée ensoleillé. [Pv]   Ven 04 Déc 2009, 23:30



« Parmi les plus grands traîtres de l'histoire, on pourrait mentionner la météo,
disait-on dans le clan Sarutobi, mais ce n'était pas le cas de jour là,
il était bien présent, accompagné d'une odeur de sang.
»

    Voici un bien étrange monstre qui s'avance dans ce bâtiment imposant comme il n'en existe pas. Seul du haut de son un mètre et quelque dizaines de centimètres à longés les murs fait de bois massif vernis avec une application remarquable, suivant de l'oeil les moindres raniures que le bois formait pour qu'au travers des passages il fut mené à une porte dont le Kanji "大名" (Seigneur/Daimyoh) était gravé dessus. Ce n'était pas sans difficulté qu'il réussit à s'imissé dans ce bâtiment, auparavant il lui fallut s'entretenir avec maintes gardes pour qu'une fois que l'ordre de mission qui l'avait mené ici fut validé, il puisse s'aventurer dans la demeure de celui qui fut et qui est, le seigneur du plus puissant pays du monde ninja.

    L'air était sec, c'était un large et aveuglant soleil qui pesait aujourd'hui sur la sylve Konoha'jin, les feuillages tremblait légèrement avec la douce brise, et le jeune genin face à l'immense porte ne frémissait pas lui. Sûr de lui même, sachant ce qu'il avait à faire. Héritant de son jeune professeur son caractère impulsif qui faisait de lui la mascotte de tout un village, qu'il s'avança d'un pas puis deux avant de se laissé imbibé de la lumière qu'offrait les longues et large baie vitrées de la pièce. Devant lui, un homme, vêtue noblement, maquillé bizarrement, l'air auteint avec son visage frippé dont on pouvait décerné les nombreuses années qui avait découlé de son âge, et se regard frêle dévisageant de haut le Genin qui répondait au nom du plus grand Hokage qu'ai connus Konoha.

      « Sarutobi.. hein ? Tu ne ressemble point à ton grand-père et tu semble plus bestial qu'il ne le fut auparavant, ne t'il pas appris la politesse jeune homme ? »


    Un tel ton avait pour don de rendre colosse le gnome qui rampait devant celui qu'on désignait de seigneur, alors que le petit monstre n'avait pas dégainé le moindre mot, la moindre rétorque qu'on lui assigna directement un caractère, décidément ces nobles... Son teint commençait à rivés sur un ton rouge après les dires du vieil homme, mais le Genin ne semblait pas vouloir agir, il s'avança simplement donnant un parchemin cacheté au seigneur avant de repartir tête baissé, poing fermé, jusqu'à ce que un petit mètre avant la porte, un son parvienne à ces oreilles. Étranger était-il, le petit monstre était curieux.
Revenir en haut Aller en bas
Ishimaru Masaki
Juunin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 88
Age : 35
Village : Konoha no kuni.
Date d'inscription : 22/02/2009

Fiche Ninja
PV:
280/280  (280/280)
PC:
635/635  (635/635)

MessageSujet: Re: Baikokudo - Une journée ensoleillé. [Pv]   Mer 09 Déc 2009, 23:49

{ Brûler l'atmosphère. }

Spoiler:
 


" AH ! Putain de bordel de Masaki on y est! Le pays du feu! L'antre du futur cadavre! AH AH! Ma...Masaki-sama! Dépêchons-nous! J'ai hâte de lui arracher la colonne vertébrale par cette fosse commune qui lui sert d'orifice rectal! "


Voilà quelques semaines que nous n'étions pas revenu au pays du feu mes amis. Nous étions sur le point d'effectuer une mission de rang S pour le compte de l'hokage à la prison de Konoha. Mais alors que nous étions sur le point de nous rendre au lieu de rendez vous, une nouvelle atroce me parvint. L'unique Masaki non déshérité de la charge du clan avait été exécuté le matin même par les forces armées du seigneur; Ryuuketsu Masaki, frère d'Ishimaru Masaki. Mort. A l'âge de 9 ans. A partir de ce funeste jour, la vieille matriarche déclara officiellement que les Masaki étaient désormais ennemis de Konoha, tout comme Konoha était traitre aux Masaki : les taudis du clan furent détruits, hormis la grande forge, bien trop utile aux shinobis du village...Ainsi va la vie et la mort au sein des quartiers refoulés du village caché de la feuille, ainsi va la volonté du feu que chacun interprète sa façon. Notre cher sandaime hokage se retournerait dans sa tombe si il savait à quel point Ishimaru-kun a mal interprété ses préceptes sages et harmonieux! Ishimaru Masaki, dans sa grande naïveté, voyait en la volonté du feu, une sorte de dernier rempart contre le désespoir, j'y vois une grande faiblesse d'esprit. Après tout, lorsque l'issue d'un combat est décidée dés son ouverture, pourquoi exploiter tout son potentiel uniquement en dernier recours? C'est pour cela que tant de ninjas sont morts stupidement. C'est bien là la raison pour laquelle tu as perdu ta femme, ton fils et ton frère Ishimaru Masaki. Ce pourquoi ton clan entier est composé de nukenins à l'antichambre de l'abattoir.


Une errance de plus à l'actif du pyromane décérébré? Non...Ce n'est qu'inspirer pour mieux souffler. Une période courte certes, mais qui a sonné à nos oreilles comme un millier d'années de rancœur, une éternité de réflexions souillées par la marque de la haine. Une haine, une peine profonde trainée jusqu'ici par les bras épuisés d'un dieu au crépuscule de son immortalité. J'ai semé la souffrance et le mensonge, j'ai dilapidé l'amour que l'on me portait; j'ai joué avec les mots, avec les cœurs et les maux...Qui suis-je pour oser réclamer de l'amour en retour d'une randonnée de faux pas, en échange d'une vérité atroce si bien maquillée? Je ne renie pas tout ce que j'ai vécu en multipliant les écarts, car pour moi je n'ai pas été dans l'erreur en agissant ainsi... Souviens toi, terre natale, comme je t'ai aimé, comme je t'aime encore. Qu'importe l'exil, la mission, le périple. J'ai encore cette dégoutante manie qui me pousse à compter chaque jour passé loin des portes Konoha gakure no satô. Et j'ai mal, je suinte l'effroi, je saigne en ce jour par ta faute, toi ma terre mère. Car tu as ôté la vie à mon dernier espoir de bonheur par procuration, car ta lame sournoise a transpercé l'unique Masaki capable de me surpasser un jour, mon meilleur élève, lui qui avait dans le cœur suffisamment de feu pour révolutionner les arts katon...J'ai cru, l'espace de quelques années, que tu m'aimais...Mais le monde entier s'est écroulé, car je meurs à petit feu pour un amour qui n'a jamais existé. Ryuuketsu, petit frère, avais tu réellement mérité tout cela? Non...




M'introduire dans la salle du trône fut bien une mince affaire. Quelques clones, un détournement de parchemins explosifs pour créer une diversion, un incendie suffisamment important pour mobiliser la plupart des gardes du palais...Ajoutons à cela un jutsu doton bien utilisé et le tour est joué. J'étais donc seul face à mon vis à vis, mon ennemi juré et héréditaire désormais : le tout puissant seigneur des contrées du feu. Cinquante milles ryos en petites coupures, assis à seulement quelques mètres de moi. Cesse donc de penser à l'argent Ishimaru! Crois tu que l'argent est réellement important lorsqu'il s'agit d'une vengeance brûlante? Comment...Tu oses me répondre oui? Tu ne changera donc jamais...Qu'importe, nous aurons notre vengeance, tu auras ton argent. Mais souviens toi, mise à mort rime avec mise en scène : ne laissons rien au hasard, il est important que le monde entier sache que c'est un Masaki qui a mit un terme aux jours opulents de la tête dirigeante du plus puissant pays du monde. Hum...J'ai un peu froid. Pas vous? Commençons par réchauffer la pièce via de multiples souffles ardents...Voilà! Maintenant nous pouvons respirer! La pièce est maintenant emplie d'une douceur mélancolique calcinée, à l'image des tréfonds de l'âme tourmentée de Ryuuketsu. Nous sommes désormais à l'aube d'un acte sanglant, prémice d'une toute nouvelle vie pour nous mes frères. Ou alors nous trouverons la mort dans l'honneur, en vengeant notre clan.


" Je ne viens pas ici pour réclamer la prime qui coure sur votre ignoble visage, seigneur. C'est une affaire personnelle, une vengeance. Car j'ai compté chaque jour qui me séparaient de votre exécution. Il est temps de payer pour vos crimes. "

Je ne pu m'empêcher d'apprécier chaque frisson d'exaltation qui parcourait langoureusement ma gorge à l'idée de déglutir l'enfer en ces lieux. Je commençais déjà à composer les symboles nécessaires à la réalisation jutsu qui avait fait ma renommée : le souffle du dragon. Ce n'était plus une série de mouvement, mais un véritable compte à rebours, qui s'écoulait lentement, glissant inexorablement vers une nouvelle ère...Mais alors que je composais l'avant dernier signe, un imprévu vint se heurter à ma rétine : un morceau d'être humain était encore dans la pièce, et son petit visage ne m'était pas inconnu. Mon visage changea immédiatement, passant de l'illumination sadique à la tension la plus palpable, marquée par une veine traçant ma tempe, prête à exploser. Pointant le doigt vers lui, les jambes fléchies et écartées, Ishimaru, ivre de colère lui lança alors :

" Ko...Konohamaru! Putain de bordel de Masaki mais qu'est-ce que tu fous ici? Dégage morveux! Laisse les grandes personnes discuter en paix! "

Spoiler:
 


Dernière édition par Ishimaru Masaki le Lun 28 Déc 2009, 10:35, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ieyasu Tokugawa
Civil
avatar

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 19/11/2009

Fiche Ninja
PV:
200/200  (200/200)
PC:
510/510  (510/510)

MessageSujet: Re: Baikokudo - Une journée ensoleillé. [Pv]   Ven 11 Déc 2009, 02:23



Tuez un homme vous êtes un assassin, tuez des milliers d’hommes vous êtes un héros.







    Les tambours de guerre s’étaient comme calmés en ce jour ensoleillé, les hauts dignitaires du pays de Tsushi voulaient tenter une tout autre approche avec leur ennemi de toujours, Hi no kuni. L’alternative diplomatique malgré son utilisation outrageante pour un pays qui a pendant toujours choisi des méthodes sanguinaires et dérisoires pour se faire respecter et régler ses problèmes politiques était à la fois troublante et dégradante, mais toutefois, indispensable. En cette action politique unique en ce genre, le pays du feu baisserait peut-être sa garde permettant grâce à cela l’infiltration de shinobi d’Iwa en ses terres ? Le but premier est d’éliminer les autorités suprêmes du pays en question, en accomplissant cette tâche-là, il serait plus aisé de s’infiltrer au cœur de Konoha. L’approvisionnement de troupes et autres actions sur le terrain seraient eux aussi plus fructueux, mais passons ce point-là.

    Le conseil des sages convoque un shinobi d’Iwa ainsi que la petite fille de l’ex-empereur du pays pour accomplir cette mission. Chacun d’eux reçoit des instructions différentes, sachant que l’un devait être sacrifié et l’autre trahir, une atmosphère lugubre par son ambiance se met en place. Ieyasu devait assassiner le Daimyo du pays du feu tout en utilisant la jeune fille qui l’accompagnerait en guise de porte-parole de paix. Ayant une influence positive poussant le peuple à la révolte et aux demandes démocratiques jugées puériles et insensées, elle a été qualifiée de personnage gênant et encombrant pour les nobles dirigeants ce grand pays. De ce fait, le jeune junnin d’Iwa au service de l’empereur devrait faire d’une pierre deux coups.

    Avant d’entamer un voyage des plus ennuyants, des plus longs et éprouvants dans le sens ou la compagnie de la fillette lui était désagréables et faire des courbettes à de vieux séniles ne lui plaisait point. Alors qu’il recevait les deniers instructions et autres détails de la mission, Motoyasu se saisit d’une carte topographique sur laquelle était dessinée la dernière prise de vue concernant sa destination prochaine, sans oublier de se munir de trois parchemins vides de toutes notations. À présent paré pour reprendre la route en direction du brandon naturel, il ne manquait plus qu’un dialogue moteur d’animation pour les dix jours à venir ayant pour sujet la progression et développement du village particulièrement et celles du pays généralement selon les pensées de la princesses pour la mettre en confiance, croire en ses paroles, enfin la tromper pour mieux la tuer, sans que cela lui saute à l’œil.


    Dans le rôle d’un malpropre obséquieux, Ieyasu se laissa tenter par une confidence bien spécifique cédant aux caprices de dame Mitsudi Nobunaga. Il lui fit savoir qu’il voyait en sa personne cette légende qui se manifeste à travers un messager boiteux faisant courir les frissons à travers les chaumières du pays en temps de guerre qui se façonnent en cette terreur de la nature qui déracine l’être de lui-même qui impose le silence profond, tout en frappant de ses ailes divines les soumets tourmentés des montagnes, elle vous emporte... Elle vous emporte loin de cette existence éphémère et incertaine. Cette créature devient un être qui se change ! Qui se modifie une nouvelle fois en une composition bien subtile se résumant au ciel et la terre qui s’étalent en un moment de mutisme et s’unifient en nuit parcourue d’un éclair tonnant.

    Se finit cette seconde danse macabre en une animation tantôt rougeâtre, tantôt noire présentée en un nuage révolté qui prend une dernière forme, une forme humaine qui se manifeste sous l’apparence d’un vieil endormi, fatigué par ses œuvres accomplies la nuit passée. La lune levée une dernière fois, il prend le temps de cueillir des fleurs qui aident à vivre et à mourir. Conservateur d’une étincelle de vie, il vit avec ceux qui dorment sous terre gardant le plein pouvoir sur la vie qui se taraude sous ses pieds. Se taisant en un instant, le membre du clan Matsudaira s’offre une inspiration profonde avant de se taire soulignant le fait que ses dires n’étaient qu’un rêve que tout bon shinobi voudrait sans aucun doute atteindre. Profitant d’une pause bien méritée, notre jeune héros dévoile quelques secrets doton à cette future dépouille dépourvue de bon sens.

    Se munissant d’une boite d’encre et une plume de dessin finement arrangé avec une salive visqueuse provenant du maitre créateur lui-même, il sort soigneusement sa carte avant de l’observer un long moment sans sourciller. Suite à cela il déposa sa plume dans la boite à encre avant de reproduire le même dessin sur le parchemin, après une première tentative improductive causée par la présence de la princesse qui prenait un malin plaisir à solliciter son aide pour ses petits besoins ainsi que des interrogations niais, il réussit à produire son parchemin au bout du dernier essaie dans lequel il perfectionna le deuxième pour un meilleur résultat.

    Le chemin menant au pays du feu fut particulièrement calme, mis à part un léger accrochage avec les gardes de frontières qui trouvaient bizarre cette arrivée du moins suspecte, rien de bien intéressant n’avait vu le jour. Une fois loin de toutes perturbations en terrain ennemi, le shinobi d’Iwa s’isola pendant un court moment pour générer deux copies doton de lui-même, à son retour aux cotés de celle qu’il qualifiait pour l’instant de diplomate, on ne pouvait affirmer que la copie maitresse de l’action était présente en ces lieux. Le terrain plat parsemé de chênes et autres arabes divers et variés voyait traverser un groupe fort de trois hommes approchant dangereusement la demeure du seigneur du pays. Une deuxième copie s’empresse de rejoindre le groupe laissant apparaitre sur le visage de Mitsudi un regard perplexe, Ieyasu avait changé de comportement en instant pour devenir le véritable shinobi froid de tout sentiment qu’il est.
    -Doton Bunshin-

    Telle une plume d’aigle déposé sur la peau d’un nouveau né, l’amoureux de bouton d’or laisse son corps prendre place dans cet environnement animé par une présence antipathique montrant son refus total à cette rencontre. Pénétrant à l’intérieur de cette fameuse construction suivit par pas moins de dix gardes armés jusqu’aux dents entourant les deux jeunes gens, affichant par la suite une envie de combattre et de ferrailler par leur actions d’impudence qui ne pouvait atteindre un homme leste tel qu’Ieyasu chose qui le faisait bien sourire. Otant son masque à la demande d’un cerbère grincheux, un duel de fixité rétinienne s’entama entre les deux hommes qui eut pour vainqueur l’homme à l’armure rougeâtre. Ceci accompli d’un coté, Takechiyo s’empressa de présenter sa dite princesse en s’agenouillant en une position de Zazen classique devant les nobles qui le fixait d’un regard hautin.

    On avait d’un coté un jeune garçon portant le bandeau de Konoha caractérisé par un air fripon pétulant et un regard espiègle étonnant et de l’autre la jeune femme diplomatique prenant la parole souriante et pleine de vie au moment ou une intrusion inexpliquée vient s’imposer comme maitre de jeu irrigateur d’un futur scenario haut couleur. Cependant, par soucis de bon sens à défaut de décence, face à une démonstration d’arrogance et de mépris inexpliqué en cette salle du trône, le shinobi devait impérativement éliminé ce parasite insensé pour laisser les choses reprendre leurs cours. De ce fait, le combat pouvait commencer, faisant appelle à l’une des copies se trouvant à l’extérieur profitant de la désorganisation qu’a mit notre jeune antagoniste, la première copie se met en défense gardant derrière elle la princesse du pays de Tsushi.

    Une fois sur place la deuxième copie exécuta une série de signer sans donner une réel importance à ce qui se tramait autour d’elle. Ieyasu joint les mains exécutant une technique qui se résume en la création de divers piques doton qui se dirige en un ordre d’attaque vers l’ennemi afin de le transpercer de tout part, ceci fait, la deuxième copie prend son appui sur le sol avant de se remettre en une position défensive agrippée à une mur guettant la suite des événements. Ma foi, Motoyasu ne pouvait rester silencieux devant un acte tel que celui là, une occasion idéale pour lui afin de critiquer ouvertement les dirigeants de ce pays et leurs shinobi.
    -Doton Doryuusou-


    « Voyez-vous ça, les shinobi de Konoha sont sorties de l’autorité de leurs seigneurs, ils ont même l’audace de les insulter devant leurs ennemis, oubliant leurs cours d’éthique... » Il se tut pendant un moment avant de reprendre une fois les paroles de l’inconnu prononcés.


    « Voila qui me fait bien sourire... Vos shinobi, non.... Plutôt vos bourres ne vous trouvent qu’un seul intérêt seigneur... La prime qui vous sert de couronne semble être plus importantes à leurs yeux que leurs fidélités à ce que vous appelez la volonté du feu... »»

    Il s’adressait là, au regroupement d’hommes de mains qui s’étaient mit en tête d’éliminer tout agresseur mettant la vie du seigneur en péril. Ecoutant attentivement le nom décerné au jeune garçon, des idées farfelues lui vinrent en tête, la suite de ce petit scenario sera bien amusante à observer. Qu’en dites-vous ?




    Spoiler:
     
    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baikokudo - Une journée ensoleillé. [Pv]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Baikokudo - Une journée ensoleillé. [Pv]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: Konohakonoha :: Lieux Divers-