AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 .:Révélations:.[Element]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 28
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: .:Révélations:.[Element]   Mer 04 Nov 2009, 02:21

.:Révélations:.

Spoiler:
 



:.Gardez vos amis près de vous et vos enemis plus proches encore.:


D'un pas mal assuré, elle s'éloigna à travers les champs à la terre durcie par la manque d'eau. Le ciel commençaient à se teinter du gris pâle qui précède l'aube. Au nord, à l'endroit où se dressaient autrefois des villages, un immense voile de fumée noire étendait son ombre sur l'horizon. Sakuraï la rattrapa quelques champs plus loin, en bordure d'un petit bois. Les arbres du bosquet étaient nus, dépouillés de toutes leurs feuilles. Elle s'était arrêté pour reprendre son souffle et elle s'appuyait contre les montants d'un portail brisé. Elle haletait et se tenait les côtes ; elle avait le visage exsangue, crispé par la douleur. Elle leva les yeux pour regarder Sakuraï glisser dans sa direction et eut un petit rire triste qui lui tira une grimace.

.:Je ne peux plus courir:.

.:Tant mieux. Je suis fatiguée de vous donner la chasse:.

.:Nous voilà arrivés à l'inévitable dont il était question tout à l'heure, n'est-ce pas ?:.

.:Exactement:.

Elle ne se défendit pas. Indara était étendue sur le sol, à coté de la porte. Sakuraï fixa du regard le cadavre allongé. Dans la mort, elle semblait pathétique, insignifiante. Elle ne ressemblait en rien à un être dont la traque avaient pu exiger de sa part des mois de sacrifices et d'effort.

.:Je t'avais bien dit que la conclusion était un concept surfait. Néanmoins cela reste quand même une conclusion:.




.:Des Mois plus Tard:.



La tempête était proche. Sakuraï Tsuki écoutait les grondements menaçants du tonnerre rouler entre les crêtes sombres des falaises qui surplombait le village. Le ciel fulminant et l'atmosphère chargée d'ions négatifs la rendaient irritable et lui donnaient des démangeaisons. C'était la fin de l'après-midi. Elle se tenait au bord du précipice et baissait les yeux vers les escarpements et la vallée, au-dessous. Plus bas, à quelques kilomètres, il y avait du soleil et de vastes plaines arables, des collines basses environnées de bois, des rizières. C'était la ceinture rurale méridionale d'Oto, une région aussi pastorale et plaisante à vivre que tout ce qui se pouvait trouver sur les plus belles contrées du monde. Le paysage devenait beaucoup plus sombre et sauvage dès que l'on abordait les contreforts abrupts des falaises. Austères petites cousines occidentales de la puissante chaîne des monts du pays de la neige qui dominait le Nord du continent, ces montagnes s'élevaient comme une dent plantée par erreur au milieu du monde. Toute l'année, des tempêtes fustigeaient leurs flancs escarpés, comme si leurs épines dorsales déchiquetées accrochaient les bancs de nuages qui les survolaient et les retenaient jusqu'à les mettre en fureur. Leurs gorges abyssales et leurs ravins en pente raide étaient en permanence noyés d'une brume épaisse comme des écheveaux de laine non cardée. Souvent, les nuages et brouillards descendaient si bas que le massif tout entier disparaissaient à la vue, si bien que l'on pouvait se tenir au milieu d'un champ de blé, à dix kilomètres de là, et ne pas savoir où se trouvaient les montagnes. De tous les endroits que Sakuraï avait pu visiter dans le monde, celui-ci n'était certainement pas son favori. La "falaise du couchant" quand à elle, était sa Némésis, son contraire. Comme "elle", oui...Sa proie avait été comme son opposé...

Il fallait être une femme d'une certaine trempe pour parvenir à exécuter huit meurtres en trois heures, et elle était indubitablement de cette trempe là. Chaque meurtre avait été commis au hasard, selon les opportunités du moment, par des méthodes et avec des armes totalement différentes. Le premier, avec un couteau volé, ressemblait à une agression dans une ruelle. Le second, une strangulation, elle l'avait mis en scène comme un crime sexuel. Le troisième et le quatrième, commis ensemble, avaient l'air d'une dispute d'ivrognes au cours d'une partie de cartes, au terme de laquelle les deux participants se seraient mutuellement et simultanément abattus d'un kunaï. Le cinquième était un empoisonnement et le médecin légiste ne pourrait qu'incriminer un bol de ramens avariés. Quant au sixième et au septième, des chutes d'arbres les ont écrasés simultanément. Pour le huitième, le plus sanglant, elle avait fait le nécessaire pour lui donner l'aspect d'un cambriolage qui a mal tourné. Sakuraï la rattrapa alors qu'elle était en train de mettre la touche finale au huitième meurtre. Au plus profond d'elle même, la juunin regrettait amèrement la perte d'un aussi bon élément, d'une adversaire qui avait été jusqu'au bout une adversaire à sa hauteur. Mais tout ce qui commence doit finir. Son regard porta à nouveau au loin, se perdant dans l'horizon froid qui traduisait un avenir incertain. Le vallon serait resté sombre même sous la lumière du jour. La végétation de cette cuvette enfoncée entre les falaises masquait le ciel. Sakuraï appelait sa une tombe. La pente sud escarpé, presque à pic par endroits. Le sol se composait d'un mélange de quartz à nu et de terreau meuble mêlé de silex. Des ronces épaisses et des ajoncs se déversaient des pentes comme des cascades figées. Sur les dépôts de terre les plus profonds avaient poussés des tilleuls tenaces, ainsi que d'autres spécimens d'arbres noueux et tubéreux. Un bruissement retint son attention, une silhouette se déplaçait dans sa direction. Ses yeux percevaient les détails du monde comme un ensemble nébuleux mais son odorat lui confirma la présence de l'intrus. Sa peau était si pâle qu'elle en était presque translucide, elle croisa le regard d'un enfant troublé. Bien entendu son visage était celui d'un homme, mais ses yeux étaient ceux d'un enfant. Ils appartenaient à un jeune qui n'avait jamais été autorisé à vieillir, qui avait été privé de son humanité dès sa naissance sans jamais pouvoir la retrouver.

.:Donne moi ton nom et je te révèlerai le mien:.
.:Element:.

Sakuraï sursauta, cette voix ne venait pas de l'individu qui venait vers elle mais de sa tête. Étrangement en le contemplant une nouvelle fois, elle ressentit comme une impression de déjà vu...
Comme si la scène avait déjà été jouée...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Mer 04 Nov 2009, 10:47


oO Comme un mirage Oo
N°xXx : stoïque, décis, mystique.

Spoiler: