AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 .:Révélations:.[Element]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 27
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: .:Révélations:.[Element]   Mer 04 Nov 2009, 02:21

.:Révélations:.

Spoiler:
 



:.Gardez vos amis près de vous et vos enemis plus proches encore.:


D'un pas mal assuré, elle s'éloigna à travers les champs à la terre durcie par la manque d'eau. Le ciel commençaient à se teinter du gris pâle qui précède l'aube. Au nord, à l'endroit où se dressaient autrefois des villages, un immense voile de fumée noire étendait son ombre sur l'horizon. Sakuraï la rattrapa quelques champs plus loin, en bordure d'un petit bois. Les arbres du bosquet étaient nus, dépouillés de toutes leurs feuilles. Elle s'était arrêté pour reprendre son souffle et elle s'appuyait contre les montants d'un portail brisé. Elle haletait et se tenait les côtes ; elle avait le visage exsangue, crispé par la douleur. Elle leva les yeux pour regarder Sakuraï glisser dans sa direction et eut un petit rire triste qui lui tira une grimace.

.:Je ne peux plus courir:.

.:Tant mieux. Je suis fatiguée de vous donner la chasse:.

.:Nous voilà arrivés à l'inévitable dont il était question tout à l'heure, n'est-ce pas ?:.

.:Exactement:.

Elle ne se défendit pas. Indara était étendue sur le sol, à coté de la porte. Sakuraï fixa du regard le cadavre allongé. Dans la mort, elle semblait pathétique, insignifiante. Elle ne ressemblait en rien à un être dont la traque avaient pu exiger de sa part des mois de sacrifices et d'effort.

.:Je t'avais bien dit que la conclusion était un concept surfait. Néanmoins cela reste quand même une conclusion:.




.:Des Mois plus Tard:.



La tempête était proche. Sakuraï Tsuki écoutait les grondements menaçants du tonnerre rouler entre les crêtes sombres des falaises qui surplombait le village. Le ciel fulminant et l'atmosphère chargée d'ions négatifs la rendaient irritable et lui donnaient des démangeaisons. C'était la fin de l'après-midi. Elle se tenait au bord du précipice et baissait les yeux vers les escarpements et la vallée, au-dessous. Plus bas, à quelques kilomètres, il y avait du soleil et de vastes plaines arables, des collines basses environnées de bois, des rizières. C'était la ceinture rurale méridionale d'Oto, une région aussi pastorale et plaisante à vivre que tout ce qui se pouvait trouver sur les plus belles contrées du monde. Le paysage devenait beaucoup plus sombre et sauvage dès que l'on abordait les contreforts abrupts des falaises. Austères petites cousines occidentales de la puissante chaîne des monts du pays de la neige qui dominait le Nord du continent, ces montagnes s'élevaient comme une dent plantée par erreur au milieu du monde. Toute l'année, des tempêtes fustigeaient leurs flancs escarpés, comme si leurs épines dorsales déchiquetées accrochaient les bancs de nuages qui les survolaient et les retenaient jusqu'à les mettre en fureur. Leurs gorges abyssales et leurs ravins en pente raide étaient en permanence noyés d'une brume épaisse comme des écheveaux de laine non cardée. Souvent, les nuages et brouillards descendaient si bas que le massif tout entier disparaissaient à la vue, si bien que l'on pouvait se tenir au milieu d'un champ de blé, à dix kilomètres de là, et ne pas savoir où se trouvaient les montagnes. De tous les endroits que Sakuraï avait pu visiter dans le monde, celui-ci n'était certainement pas son favori. La "falaise du couchant" quand à elle, était sa Némésis, son contraire. Comme "elle", oui...Sa proie avait été comme son opposé...

Il fallait être une femme d'une certaine trempe pour parvenir à exécuter huit meurtres en trois heures, et elle était indubitablement de cette trempe là. Chaque meurtre avait été commis au hasard, selon les opportunités du moment, par des méthodes et avec des armes totalement différentes. Le premier, avec un couteau volé, ressemblait à une agression dans une ruelle. Le second, une strangulation, elle l'avait mis en scène comme un crime sexuel. Le troisième et le quatrième, commis ensemble, avaient l'air d'une dispute d'ivrognes au cours d'une partie de cartes, au terme de laquelle les deux participants se seraient mutuellement et simultanément abattus d'un kunaï. Le cinquième était un empoisonnement et le médecin légiste ne pourrait qu'incriminer un bol de ramens avariés. Quant au sixième et au septième, des chutes d'arbres les ont écrasés simultanément. Pour le huitième, le plus sanglant, elle avait fait le nécessaire pour lui donner l'aspect d'un cambriolage qui a mal tourné. Sakuraï la rattrapa alors qu'elle était en train de mettre la touche finale au huitième meurtre. Au plus profond d'elle même, la juunin regrettait amèrement la perte d'un aussi bon élément, d'une adversaire qui avait été jusqu'au bout une adversaire à sa hauteur. Mais tout ce qui commence doit finir. Son regard porta à nouveau au loin, se perdant dans l'horizon froid qui traduisait un avenir incertain. Le vallon serait resté sombre même sous la lumière du jour. La végétation de cette cuvette enfoncée entre les falaises masquait le ciel. Sakuraï appelait sa une tombe. La pente sud escarpé, presque à pic par endroits. Le sol se composait d'un mélange de quartz à nu et de terreau meuble mêlé de silex. Des ronces épaisses et des ajoncs se déversaient des pentes comme des cascades figées. Sur les dépôts de terre les plus profonds avaient poussés des tilleuls tenaces, ainsi que d'autres spécimens d'arbres noueux et tubéreux. Un bruissement retint son attention, une silhouette se déplaçait dans sa direction. Ses yeux percevaient les détails du monde comme un ensemble nébuleux mais son odorat lui confirma la présence de l'intrus. Sa peau était si pâle qu'elle en était presque translucide, elle croisa le regard d'un enfant troublé. Bien entendu son visage était celui d'un homme, mais ses yeux étaient ceux d'un enfant. Ils appartenaient à un jeune qui n'avait jamais été autorisé à vieillir, qui avait été privé de son humanité dès sa naissance sans jamais pouvoir la retrouver.

.:Donne moi ton nom et je te révèlerai le mien:.
.:Element:.

Sakuraï sursauta, cette voix ne venait pas de l'individu qui venait vers elle mais de sa tête. Étrangement en le contemplant une nouvelle fois, elle ressentit comme une impression de déjà vu...
Comme si la scène avait déjà été jouée...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Mer 04 Nov 2009, 10:47


oO Comme un mirage Oo
N°xXx : stoïque, décis, mystique.

Spoiler:
 
Quel drôle de sensation. Ce soir, j’ai vraiment l’impression que rien ne va. Assis sur mon lit, les yeux rivés sur le plafond, je peux rien faire d’autre que de penser à elle. Indara, qu’es-tu devenue ? Lentement, mes paupières se firent lourdes, je me sentais partir dans les bras de Morphée sans pouvoir lutter. Qu’as-tu donc à me montrer ? Dehors, le tonnerre gronde, les cataractes d’eau tombante se faisaient entendre sous forme d’échos dans les couloirs sinueux et caverneux d’Oto. Je cédais à la tentation, j’allais revoir. Mon corps tomba légèrement sur le lit.

# Flash Back #

Indara. Elle était la ? Comment le destin avait-il put jouer ainsi avec nous et nous faire tomber face à face dans un des endroits les plus improbable qu’il soit ? Me levant avec peine de ma chaise, je m’approchais d’elle le pas lent mais sure. Une fois a son niveau, ma main tremblante vint caresser une de ces joues, je la pris alors dans mes bras, ivre de ces yeux, de sa peau et de son âme. La respiration saccadée, je portai mes lèvres aux siennes avant de me détacher d’elle, mon regard se perdait dans le sien, que pouvait-elle faire ici ? Les guides spirituelles, Dieu ou autres divinités, qui pouvaient ainsi jouer avec nos esprits malades ? Je le voyais, je le sentais, elle sombrait aussi petit à petit dans la folie, dans l’incompréhension, mais que pouvions nous y faire ? J’avais pris ce pèlerinage comme une libération, je pensais le destin de mon coté, il jouait avec moi. C’était maintenant une certitude, Indara était une partie de mon âme, une part de moi que je ne pouvais et ne voulais pas effacer. Mais par quelle miracle avait-on put se trouver ici au même moment ? Alors que j’allais reprendre ma route vers les montagnes enneigées de Yuki, elle semblait au contraire en venir. Sa peau pale et froide témoignait de son périple a travers les montagnes et les paysages arides pour finalement arriver ici. Je le savais maintenant, elle était mon sérum, celle qui m’apportera la paix intérieur, ce voyage n’était pas juste le mien, il était partagé, il était a nous deux. Retournant à la table, je pris le temps de demander au serveur autre choses pour elle et il ne tarda pas à emmener de quoi boire et manger pour Indara. Le feu dans la cheminée laisse encore vaciller ces flammes de part le vent ayant pénétré les lieux quelques secondes auparavant. Dans quelques temps nous reprendrons la route vers des ruines, celle de mon village natale.

« Je ne pensais pas te voir ici… Tu as été guidée Indara… Ce n’est plus aussi simple qu’avant… »

Je me levai alors, montant a l’étage pour aller chercher mes affaires qui étaient restées dans ma chambre. Je me dirigeais vers le lit et me posa alors sur ce dernier. Je pinçai ma lèvre inférieure avec mes dents, comme pour me réveiller. Ce n’était pas un rêve, pourtant je souffrais comme dans le pire des cauchemars, quand tout sa allait-il finir ? Après ce voyage en quête du passé ? Et si cette souffrance ne trouvait jamais de repos ? Que ferais-je alors ? Trop de questions. Je ne savais pas encore pourquoi ni comment, mais ce voyage allait devenir une libération, j’étais encore loin de me douter qu’Indara allait devenir le sérum a ma maladie.

# Fin Flash Back #

~ Element…~

Spoiler:
 
Un réveil en sursaut, les larmes perlant dans mes yeux d’enfant encore trop immature pour assumer ma destiné coulèrent le long de mes joues, une fois de plus. J’avais entendu sa voix, tout semblait parfaitement clair maintenant. Indara, tu n’es plus avec nous, n’est-ce-pas… ? Comme un appel, Je me sentais le besoin d’aller sur les lieux de notre première rencontre. Me levant avec peine, je m’habillais, pris le strict minimum, mon kimono blanc, non pas de kunaïs. Pas besoin de me charger ce soir, mon cœur est bien assez lourd comme cela. Je marchais lentement à travers Oto, gagnant les rizières. Ces dernières semblaient paisible elle, la pluie ayant cessée son œuvre, cessée de troubler d’onde la surface plane de l’eau. Si seulement je pouvais être aussi paisible. Tout Oto semblait dormir ce soir, je n’avais croisé aucun garde, aucun shinobi, même pas un vil espion du maître. Etas-je de nouveau seul ? Je pensais me perdre une fois de plus. Cette idée était déplaisante. Plutôt mourir que de perdre ce que je n’ai pas encore totalement acquis. Ma raison. J’arrivais à la falaise du couchant, tout semblait semblable au premier jour. Le tonnerre grondait toujours, montrant sa toute puissance sur les vaste plaines et côtes rocheuse d’Oto. Je sentais sa présence, je la savais pourtant morte. Aurais-je mal interprété mon rêve ? Je voyais maintenant ces formes à travers une légère brume. Les yeux grands ouverts, j’avançais lentement, jusqu’à entendre sa voix « Donne moi ton nom et je te révèlerai le mien ». Je me figeai un instant. Mon esprit semblait hurler bien des choses à cette personne, je ne percevais rien, aucune parole n’était correctement déchiffrable. Je repris lentement la marche et me stoppa juste en face d’elle, mes yeux cyan semblaient plonger et lire en elle mais il n’en était rien…

« Indara… ? Non… Qui es-tu… ? »

Les yeux perçant, innocent, le teint pâle, je semblais presque malade.
Un effet tambour dans ma tête, j’avais l’impression de devenir fou.
Toi qui semble si bien percevoir mon âme, qui suis-je ?
Tu me vois comme un simple jouet ?
J’ai aussi des sentiments…
Revenir en haut Aller en bas
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 27
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Mer 04 Nov 2009, 14:25

.:Le Traître:.

Spoiler:
 



:.Rien ne forge la loyauté aussi bien que la culpabilité et la complicité dans le carnage.:


Ce nom...Un voile rouge couvrit sa vision, la fureur glissant au travers de ses défenses comme du sable s'échappant d'entre des doigts. Ce nom...Elle bondit en l'air pour atterrir devant l'homme qui avait osé, dans un fracas à faire geler l'Enfer, comme un cri de banshee qui figea le monde autour d'eux. Les pierres quittèrent leurs emplacements comme de la bouillie, pulvérisée au point qu'il n'était plus possible de distinguer quoi que ce soit. L'univers hurla. Tout remua. Ils se retrouvèrent immergée dans un monde comme elle n'en avait jamais connu avant. Des cieux violets tempêtaient. Des nuages tourmentés tourbillonnaient et se regroupaient, défiant la logique de la petite brise qui soufflait. Des visages apparaissaient au cœur de la vaporeuse topographie : des traits grotesques à peine visibles. Le sol lui-même ne paraissait pas vraiment plus solide : une couche poreuse de terre et de roche, qui contre toute logique sensitive avait la texture d'une éponge. Ce nom...Elle agrippa l'homme par les cheveux, puis un claquement roula dans l'air : une charge d'électricité statique poisseuse hérissa jusqu'à la pointe de ses cheveux en bataille et résonna dans son crâne comme une tempête lointaine. Son poing s'écrasa sur le visage du jeune homme dans un craquement à peine audible, les cieux rugissants et leurs étranges mélanges de lumière et d'obscurité se reflétaient sur sa peau. Tandis que son visage était projeté vers l'arrière, pour la première fois, Sakuraï put le voir clairement. Cireux et creusé, déformé par trop d'années de froncements de sourcils et de rage. Très jeune mais totalement confus. S'il avait conservé un quelconque traumatisme de la folie qui s'était emparée de lui ou de la rage, il n'en montra rien. Il semblait plutôt en état de choc. Il n'était pus qu'une chose pathétique mais remarquablement calme. Une émotion honnête et réelle brilla derrière les yeux de Sakuraï, ce sentiment bouillonnait dans ses tripes et infectait l'espace devant elle comme une nuée d'insectes : lourd de certitude tout autant que de mépris. Le corps du ninja toucha enfin le sol et elle ne savait pas exactement ce à quoi il pensait, mais si elle devait donner une description de son esprit, elle dirait qu'il ne s'agissait plus que d'une terre ravagée dont la souveraineté était fortement contestée. Si par le passé son esprit avait été un champ de bataille, à présent il était réduit à l'état de terre dévastée. Tout en le contemplant, Sakuraï se souvint des dernières pensées de la traîtresse dont il avait prononcé le nom : "Elle ne pouvait pas abandonner. La puissance serait sienne. Elle devait honorer la promesse de vengeance de son clan sur les têtes de ceux qui oseraient se mettre en travers de son chemin. Un jour, elle tuerait Orochimaru. Elle libèrerait Oto. Un jour, elle descendrait du ciel et planterait ses griffes dans le corps des traîtres. Un jour, elle aurait sa vengeance." Sakuraï secoua la tête, comment un être pouvait se détourner de la vérité que représentait son Dieu ? Cette personne, cette Indara avait trahi son propre village et, ce faisant, avait prouvé qu'elle était capable d'une duplicité à couper le souffle. Et devant elle se tenait peut être un deuxième traitre. Impardonnable, outrageant!

:.Qui es-tu ? Comment connais-tu la traitresse dénommée Indara ? Selon ta réponse, je serai obligée de te tuer.:

Leur regard s'affrontèrent, la lutte était invisible mais néanmoins brutale. Tout retomba dans un silence angoissant, l'atmosphère était tiède, confinée. Dans son dos le tonnerre gronda, le vent s'était levé et agitait les branches des arbres. Le ciel, avait lui aussi changé : d'un jaune lumineux à l'est, s'était teinté de noir à l'ouest, obscurci par de lourds nuages menaçants. Cela donnait l'impression que le jour et la nuit coexistait dans le même ciel, une lune noire apparue dans le coté sombre. La pluie lui fouettait le visage. Frissonnante de froid. Les conditions étaient abominables et empiraient de minute en minute, aussi bien extérieurement qu'intérieurement. La tempête refermait son poing sur les falaises et sa propre tempête intérieure resserrait son étau. "~~Qui es-tu ?~~"Sakuraï sursauta une nouvelle fois, une lune du blanc le plus pur brillait comme un diamant sur la voûte céleste. Elle cilla un instant, leva une main pour abriter ses yeux de la clarté de ses rayons puis tout disparu...

puis tout redevint noir...


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Mer 04 Nov 2009, 15:35


oO Quelle est cette sensation ? Oo

Spoiler:
 
Le regard vide, je la vis sauter devant moi à une vitesse ahurissante. Je ne pris pas la peine de bouger. L’expression sur mon visage resta al même lorsqu’elle me saisit par les cheveux pour m’assigner un violent cou au visage, ayant pour effet de projeter ma tête en arrière de manière assez théâtrale. Un fin filet de sang coula le long de mon menton. Ce léger goût métallique dans ma bouche, si fruité et pourtant quand ont en manque, signe de mort. Hmm, que sommes-nous censé faire quand tout semble nous échapper ? Serrant lentement les dents, j’allais prendre le contrôle sur ce statuts météorologique qui nous gèle et nous émeut. Que de bruit pour bien peu de lumière, je ne peux rien contre l’immensité de la foudre. Que la pluie, elle, laisse place à ce qui est miens. Cela est possible. Lentement, la pluie devint neige. Ma tête revient face à celle de cette fille devant moi, qui parle d’Indara comme étant une traitresse. Pourquoi parler de traitrise quand notre être est habité par la hantise de voir quelque chose d’irrationnelle est plus grande que l’envie de compréhension de la chose ? Lentement, le terrain se reforme et se recouvre d’un voile blanchâtre toujours sous les coups de tonnerres haletant.

Ma main se pose sur mon front et d’un coup sec, je dégage sa main de mon visage. Des larmes, de tristesse, de dégoût. Les rôles allaient s’inverser. Tapant un coup sec le pied sur le sol, pendant son léger mouvement de recul dû à mon précédent geste, je m’avançais vers elle, l’attrapant par le bras pour la mettre au sol, passant à cheval sur elle, en lui bloquant les mains au dessus du visage. Mes larmes coulaient sans retenu pour venir mourir sur le visage de cette kunoichi, pourtant ma respiration et mon rythme cardiaque restaient les mêmes, mon visage gardait la même expression et moi, je ne savais plus quoi faire, à défaut de geste la parole est maître :

« Qui parle de traitre… ? Tu n’as même pas le courage de finir ton travail… »

Je me mordis la lèvre inférieur, cette fois-ci mon visage venait de changer, juste de la peine et du dégoût. Elle me l’avait confirmé par ces dires, Indara était morte et de ces mains. Je relâchais alors ces mains, toujours à cheval sur elle, les yeux grands ouverts. Mon teint était plus pâle que tout a l’heure et des cristaux de glace commençaient a se former dans nos deux chevelures. Fait simple de la précédente pluie et du vent glaciale de je venais d’emmener. Mes vêtements étaient trempés, eux aussi commençaient à geler. Mon kimono blanc était maintenant couvert de neige. Nous restions un long moment dans cette position, regard l’un dans l’autre sans parler Pour que finalement, je brise de silence de part un geste qui pouvaient sembler déplacé mais qui était parfaitement réfléchit. Mon visage se pose à quelques centimètres du sien. Mes larmes coulaient toujours sur son visage, tombant sur ces joues, quelque fois sur ces lèvres ; avant que finalement je n’y dépose les miennes. Je les détachaient quelque secondes plus tard dans un long soupir de mal être.

« Tu as pris sa vie… Tu prendras ce que je lui dois… Elle avait des rêves ! Quels sont les tiens ?! Quels sont tes putains DE RÊVES !!!! »

Le tonnerre tomba violement sur un arbre juste derrière moi, dans un fracas sans précédent, laissant le tronc carbonisé tomber lentement dans la neige froide dans un bruit sourd…

Sers-toi dans mon cœur, dans mon âme.
Tu m’as privé de mes rêves.
Tout se paie.
A Oto…
Revenir en haut Aller en bas
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 27
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Ven 06 Nov 2009, 00:27

.:La Vengeance:.

Spoiler:
 



:.Adorenarin zutto nagashite.:


:.Conneries!.:


Le temps s'était ralenti, se réduisait à une tête d'épingle sur laquelle semblait peser toute la gravité de l'univers. Sakuraï se sentait lourde, apathique, inutile, incapable de formuler le moindre mot ou de seulement commencer à réagir. Elle releva la tête vers les deux puits noirs du regard du juunin : au travers de son désespoir, elle y lut une angoisse torturée qui surpassait sa propre peur, celui d'une âme torturée en conflit avec elle-même. Elle y vit à la fois le désir impérieux de lui faire du mal, et celui d'implorer son pardon. Son corps se sentait bien. Son cerveau embrumé se demanda bien pourquoi ? La solitude. Et le froid. Elle sentit des larmes coulés sur son visage, ce n'était pas les sienne. Elles formaient à présent de petites rivières qui venaient s'accumuler sur le rebord de son menton, pour s'écouler lentement, goutte à goutte. L'indicible horreur de son regard, pétrifié dans la terreur réfléchissait une lune pleine suspendue à l'horizon, scintillant comme une perle polie sur un bandeau indigo. Sakuraï tourna la tête en tout sens de manière à bien cerner son environnement. Rien ne bougeait parmi les pierres brisées et la neige. Poussant une sorte de gémissement grondant, elle se releva péniblement et un sourire sardonique se dessina sur son visage. Des sensations lui revinrent lentement : une douleur lancinante dans la poitrine, les épaules et le dos. Une eau fraîche et légèrement salée caressait sa peau : des larmes encore des larmes. Son sourire se transforma en un rire puissant qui se répercuta sur les parois de la falaise, sa respiration s'accélérait un peu plus chaque seconde, sa tête se jeta en arrière pour rire de nouveau, telle une gargouille enveloppée dans la nuit et la neige, pour revenir en un sourire fantomatique. Le tonnerre s'abattit, faisant vibrer leur silhouette comme des marionnettes pratiquant une danse que nul ne pouvait définir. La foudre fusait dans les cieux cramoisis, donnant tous leur relief aux parois des falaises.

:.Avez-vous oubliez votre devoir en tant que ninja, ou est-ce la soif de pouvoir qui vous as transformé en traitre, semblable à ceux contre lesquels vous combattiez autrefois ? Mes rêves n'ont rien à voir avec ma mission. Sachez une chose, je suis Sakuraï Tsuki d'Oto et je donne la mort à ceux qui trahissent le village, Orochimaru-sama nous a menés vers des triomphes sans précédents mais vous étiez trop pris par vos propres préoccupations égoïstes pour prêter attention à ce qu'il se passait autour de vous. Quand tout s'effondre, que faites-vous ? Vous abandonnez ceux qui vous sont proches dans votre quête de quelque chose que vous supposez d'une plus grande importance. Mon opinion est que vous êtes un lâche, vous auriez du être là le jour ou cette Indara trépassa, dans votre cœur vous saviez qu'un jour le mensonge serait percé à jour mais vous n'avez rien fait. Vous êtes seul à présent, et je peux vous tuer si je le veux. .:

Ils n'entendaient plus de brise ni de chant d'oiseaux, les hauteurs de leur sinistre environnement ne résonnaient plus de petits coups tapés contre le bois, de bourdonnements, de crissements ni de ronronnements étranges. Le seul signe de vie animale se bornait pourtant aux insectes à longues pattes qui les survolaient occasionnellement comme des jouets mécaniques compliqués. Des papillons. Les papillons de nuit étaient partout, certains minuscules, qui flottaient dans l'air comme les particules rejetées lors du battage du blé, d'autres aussi gros que des oiseaux. Lorsqu'ils passaient prés d'eux, leurs ailes poussiéreuses produisaient un son pareil à celui de pages feuilletées. Puis ils se posaient et disparaissaient, leurs motifs leur assurant un camouflage parfait sur le lichen et l'écorce. La main de Sakuraï fendit l'air comme sortit des ombres pour attraper un des papillons en plein vol puis l'écrasa dans sa paume en fermant délicatement ses doigts et en augmentant de plus en plus la pression dans sa main. Puis elle tendit la paume devant le juunin, en exhibant le cadavre du papillon.


:.Il est mort. Cela change t-il quelque chose à ton existence ? Non et c'est exactement la même chose, la mort d'Indara m'est complètement égale. Nous avons été conçu pour ôter une multitude de vies, et pour moi, il n'y a guère de différence entre ce papillon et Indara. Mais je suis une grande sentimentale, et j'ai gardé un souvenir....:

Sakuraï jeta le cadavre négligemment par dessus son épaule et sortit quelque chose de sa poche. Tout était devenu noir et s'était condensé en une unique ligne étroite et verticale, d'une moyenne densité, écrasé par la poigne de Sakuraï. Toute l'obscurité, toute la création, tous les éléments, toute la matière s'étaient réfugiés dans cette ligne : une flûte de bois noir. La seule partie de l'univers qui n'était pas contenue dans cette ligne de bois était une odeur. Et cette odeur qui l'environnait, était celle du sang. Du sang sec et craquelé recouvrant l'instrument de musique, un sang qui n'appartenait pas à Sakuraï...

:.Tu veux que je te raconte comment elle est morte ?.:
:.Tu veux que je te raconte sa souffrance ?.:
:.Tu veux savoir le dernier mot qu'elle a prononcé ?.:
:.Le dernier nom qui hantait ses pensées ?.:

:.Je suis sure que tu es très impatient de savoir...Element.
.:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Sam 07 Nov 2009, 17:58


Oo Quand l’homme se perd oO
N° YyY : Froid, sanglant, vampirique.

Spoiler:
 
Mes yeux se perdirent dans les sien une fois de plus. Ce que je voyais maintenant dans sa main. La flute d’Indara. Dans l’incapacité de lui répondre, je me sentais exploser de l’intérieur. Un long cri perça l’air, laissant la foudre s’abattre une fois de plus sur ces terres meurtries. Ce soir, Oto pleurait. Je tombais à genoux devant elle, mes mains serrant mes cheveux. J’avais cessé de pleurer. Je m’étais perdu une fois de plus. Je me frottais désormais les yeux avec violence, abimant ces derniers en laissant pour simple couleurs, le rouge des vaisseaux sanguins maintenant affecté par ces frottements accompagnés de la couleur cyan de mes iris. Je me relevai mécaniquement et la pointa du doigt en avançant vers elle pour poser ma main sur son épaules avant de serrer cette dernières violemment. Déchirant a moitié son haut dans un brusque mouvement de retrait, je posais mes mains sur le sol avant de laisser pousser de ce derniers des colonnes de glace ayant pour but d’immobiliser cette Kunoichi.

« Je préfère être un traitre libre qu’un fidèle enchainé. Les rêves pour lesquelles tu vies ne sont même pas les tiens. »

Je montais maintenant sur les colonnes précédemment construite par mes soins. Seul en dépassait son visage. Le regard haineux, je m’accroupis pour arriver à son niveau, je passais ma main sur sa joue avant de relever sa tête en passant mon index sous son menton, plongeant de nouveau mon regard dans le sien. Un rictus de dégoût avant de prendre la flûte qu’elle avait laissé tomber lorsqu’elle a subit l’attaque.

« S’en est presque triste… De voir que ce serpent arrive encore à manipuler des gens comme toi… Je trouve sa pitoyable… Pantin ! Tu n’es qu’une marionnette de plus ! Un pion à sacrifié ! »

Dans un fracas sans précédent, mon poing tomba sur son visage en même temps que la foudre sur la roche derrière nous, laissant une pluie de gravât nous retomber dessus.

# FLASH BACK #

Deux ans après la sanglante conclusion de leur combat, Indara avait erré en quête de réponse, à la recherche de la plus infime trace qui les avait conduits à s'entretuer. Et finalement les doutes apparurent, tout d'abord ce fut rien de plus qu'un murmure au fin fond de son être qui lui disait que si elle avait été dans l'erreur depuis le début, alors tout ce qu'elle avait entreprit, tout ce qu'elle avait accomplit jusqu'ici n'avait été que le fruit d'une folie qui ne la menait qu'à son autodestruction. Puis tout fut plus brutale, plus sauvage, et elle se rendit compte que la vérité était amère à entendre, et encore plus à comprendre. Non, ce n'avait pas été une illusion, elle l'aimait de tout son être. Cependant il était trop tard, elle ne pouvait plus reculer, et si il était venu pour la tuer, alors elle se dresserait une nouvelle fois contre lui de toute ses forces. Le souvenir des paroles de Yukinari la fit sourire un court instant : "Indara: Ne t’en prends… Plus jamais, tu ne l’attaqueras. La prochaine fois, se seront les deux katana de Sekichu qui te retiendront, non ses bras." Les mots étaient provocants, mais Indara savaient faire la différence entre sa force et celle d'un ex-Kage. Tandis que la silhouette se rapprochait de plus en plus d'elle, Indara sentit la musique augmenter, palpiter dans ses veines et frémir contre sa peau pâle. Alors qu'Element Emishi approchait, elle crut soudain se tenir...
Devant un véritable miroir de glace.

# FIN FLASH BACK #

« Même ce papillon que tu viens d’écraser avait un rôle plus important que le tiens, dans l’histoire pitoyable de notre monde. Lui fait sourire des enfants, toi tu les tues. Il vole, toi, tu rampes ! »

Je me crispai alors, tombant des piliers précédemment formé dans un sourd bruit au contact de la neige sur le sol. Leger malaise avant de l’entendre de nouveau, cette voix dans ma tête…

Tu perdras tout en jouant avec nous.
Et si je te la présentais aussi ?
Elle qui lui a fait si peur.
Je te présente :
Ma mère.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 27
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Sam 07 Nov 2009, 18:19

.:Le coût de la Victoire:.





Spoiler:
 

.:Le dernier phénix:.



Le poing d'Element lui frappa le visage laissant le gout de son propre sang dans sa bouche. La douleur était extrême, mais elle la stimula au lieu de la clouer à terre. La vibration de l'impact se répercuta dans tout son corps. Elle se débattit férocement pour se libérer du glacier qui gelait ses membres dans un cri d'exultation. Son bandeau pendait à ses oreilles ; elle l'arracha, et du plat de la main, étala le sang, la poussière et les larmes sur son visage. Sakuraï, qui ressemblait maintenant davantage à une sauvage qu'à une ninja d'Oto faisait craquer la glace sous la pression de la colère, aussi terrible que le tonnerre. Elle poussa un hululement d'allégresse quand elle sentit ses entraves céder petit à petit. Son regard n'était que fureur plongé dans celui du juunin, elle pouvait sentir une faim ardente de vengeance et sut qu'il la voulait morte autant qu'elle désirait le détruire. Elle ressentait la colère et la haine dirigées vers elle, mais plus que tout, elle ressentait cette peur dévastatrice se saisir de l'âme du shinobi, un hurlement de panique. Un grand vent semblait s'être levé de nulle part se mettait à hurler autour des deux protagonistes.

.:Un traitre comme toi ne pourra jamais savoir ce que signifient les mots Loyauté et Conviction. Un jour, Orochimaru-sama m'a sauvé la vie, quand on vous sauve la vie le devoir est de rendre cette grâce même en sacrifiant la sienne:.

Sakuraï sourit en sentant le frisson du combat traverser chaque fibre de son corps. Voilà un adversaire qui allait réellement mettre son talent à l'épreuve, car lequel de ses ennemis précédents avait représenté un véritable défi pour elle ? La puissance de cet homme était capable d'égaler la sienne : un terrible phénix divin, dans la poitrine duquel battait le cœur de tout son clan déclinant. Il ne réagirait pas aux échanges verbaux et aux insultes. Cette entité guerrière n'avait qu'un but et un seul : la tuer. Une telle rigidité écœurait Sakuraï. Qu'étaient la vie et la mort, sinon une diversité de sensations dont faire l'expérience les unes après les autres ? Sans sensations, la vie n'était rien. Une exultation sauvage la gagna, se perceptions lui donnèrent l'impression d'affleurer à la surface de sa peau. Elle sentait chaque infime souffle de vent frôler son corps, la chaleur de l'homme en face d'elle, la fraîcheur de toute l'atmosphère et la douceur de la terre sous ses pieds. Elle se sentait vraiment vivante, et au sommet de ses capacités. Sakuraï sentait croître dans ses veines son irritation envers cette monstruosité, dont l'incapacité à faire plus que combattre et pleurer offensait sa sensibilité raffinée : ou était son appréciation de l'art et de la beauté ? Un tel être ne méritait pas le bienfait d'exister. Une énergie nouvelle gagna ses membres, comme échappée de la glace pour se répandre dans sa chair. Une idée saugrenue prit racine dans son esprit, et bien qu'une part d'elle la conjurât de n'en rien faire, elle sut qu'elle tenait peut être la seule façon de vaincre rapidement son adversaire.

Dans un fracas tonitruant, la glace céda et son corps libre disparu des yeux de son adversaire pour se retrouver derrière lui. Instantanément, le regard de glace d'Element se porta derrière lui : le miroir de glace de ses yeux se fixèrent sur son visage flottant, elle ramena son bras en arrière pour lui décocher un violent coup de coude aux côtes. Le coup portait en lui le moindre iota de sa force et de sa rage, et elle le délivra avec un cri de haine et de plaisir en sentant son sang se déverser des plaies ouvertes par la glace pendant sa libération. Les mains de Sakuraï commençaient à geler alors qu'elle comprimait le souffle de son ennemi. En riant comme une démente, elle força Element à s'agenouiller. La douleur qu'elle ressentait rivalisait avec la puissante exaltation de sentir écraser à main nue la vie d'un autre traitre, et de la voir s'éteindre sous ses yeux. Elle prit la flûte en bois de ses mains et s'en servit pour comprimer sa trachée. Doucement, tout doucement, encore un peu plus...lentement...Sakuraï ramena son regard sur son ennemi, elle ne remarqua pas que la flûte commençait à déverser une lumière violente comme celle d'un feu nucléaire au cœur d'une étoile, à briller d'une clarté grandissante. S'ensuivit une onde de choc qui décrocha une paroi de la falaise. Sakuraï fut projeté dans les airs par l'explosion retentissante, en sentant le contact de cette énergie dispersée lui griller la peau. L'essence libérée d'une âme flotta autour d'elle. Un court instant, elle entrevit un paysage tourbillonnant, la mort d'un clan, le visage d'une jeune fille aux cheveux noirs. Dans le bruit tumultueux des âges passés, un mot se forma. Un cri de sensations inarticulées et le cantique d'une naissance meurtrière se confondirent dans un puissant rugissement qui était un nom et un concept tout à la fois...Indara! Indara! Indara! Indara! Indara! Indara! Le nom avait pris forme, et Sakuraï retomba violemment en riant, alors même que les éboulis descendaient sur elles, portés par des ailes de feu. Elle gisait immobile, brisé et gelée, mais vivante! La douleur lui palpitait dans les mains, mais toute son attention était cependant fixée sur l'éclat noir qui déchirait la pénombre du soir. La flûte était plantée dans le sol, c'était elle qui scintillait dans les ténèbres. Elle fit vers l'arme un pas hésitant, les mains tendues, sans avoir eu conscience de lever volontairement les bras. Ses doigts tremblaient, et ses muscles se contractèrent, comme s'il se forçait un passage au travers d'une barrière invisible.
Tu n'atteindras la perfection qu'à travers moi! Les mots retentirent dans sa tête et les souvenirs de la bataille affluèrent brutalement dans son esprit. En un instant, les ultimes vestiges de sa résistances s'effondrèrent et ses doigts glissèrent sur la flûte. Sakuraï se tint plus droite. Sa faiblesse passagère avait disparu comme si une vague d'énergie s'était diffusé dans son corps. La colère de Sakuraï envers le traitre atteignit des hauteurs nouvelles, inimaginables quand elle s'aperçut qu'Element était toujours en vie sous les décombres. Puis la colère laissa place à la surprise quand elle découvrit que ses cheveux blonds étaient peints de la couleur de la nuit, un noir si profond qu'il dépassait largement celui de son âme.

.:Que...que m'arrive t-il ?:.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Dim 08 Nov 2009, 00:07


oO Tu portes en toi quelque chose de plus grand encore Oo
Retour à la réalité. N°XxX

Spoiler:
 
Une onde de choc après un coup dans les côtes et le trou noir. Que c’était-il passé ? Ma tête semblait exploser. Ais-je rêvé ? J’avais eu l’impression de voir le visage d’Indara dans le ciel. Comment est-ce possible ? Est-ce qu’elle est encore là, pour moi, pour nous ? Si tout ceci est un coup de notre destinée, cruelle et sombre, je ne trouve pas cela amusant. Les dieux ont trouvés des jouets et ne veulent apparemment plus les lâcher. Jouer avec eux jusqu’à les briser. Je vous en prie, laissez-moi m’émanciper… Je me sentis partir violemment en arrière. Tout semblait être passé si vite. Mes côtés me faisaient souffrir mais je n’y prêtais pas attention de suite. Je me sortis péniblement des gravats en portant un regard insistant sur la kunoichi devant moi, ces cheveux étaient devenus noires ébène. Elle n’était plus elle désormais. Je m’avançais doucement vers elle, le poing serré. Mon cœur semblait saigner. Je n’avais pas ressentis sa depuis bien longtemps. Le pas léger et comme glissant, sans mouvement de jambes, je m’approchais d’elle. Une fois a son niveau, mon regard plongé dans le siens, elle semblait comme paralysé par quelque chose de bien plus puissant qu’elle. Un sourire se dessina sur mon visage et ma main se porta sur sa joue pour la caresser doucement.

« C’est fini… Au-delà du statut de kunoichi, tu portes en toi quelque chose de plus grand encore… »

Ma main se fermait doucement. Qu’étais-je censé faire désormais ? Je ne le savais pas vraiment. Elle, cette femme, elle avait prit la vie de celle que j’aimais et en ce moment même, la rage dont j’avais fait preuve précédemment c’était comme tue. Etais-ce encore elle, qui margrès son absence, hantait mes pensées ?
Elle rit à la mort et nargue la Débauche, ces monstres dont la main, qui toujours gratte et fauche, dans ses jeux destructeurs a pourtant respecté, de ce corps ferme et droit la rude majesté. Elle marche en déesse et repose en sultane ; elle a dans le plaisir la foi mahométane et dans ses bras ouverts, que remplissent ses seins, elle appelle des yeux la race des humains.
Elle croit, elle sait, cette vierge inféconde, et pourtant nécessaire à la marche du monde, que la beauté du corps est un sublime don qui de toute infamie arrache le pardon. Elle ignore l'Enfer comme le Purgatoire et quand l'heure viendra d'entrer dans la Nuit noire, elle regardera la face de la Mort, ainsi qu'un nouveau-né, - sans haine et sans remord.*
Elle est de retour parmi les vivants.*

« Et maintenant… ? Laisse-moi essayer de…»

Portant mes lèvres aux siennes, je scellai notre destin dans une boite. La boîte de Pandore, il n’en était pas possible autrement. Un long frisson parcourut mon corps. Je me sentais mourir et pourtant, un sentiment de paix et de bien être m’habitait. Lentement, ma main glissa de sa joue, mon corps se faisait plus lourd et lentement, mes lèvres se détachèrent des siennes pour me laisser tomber sur le sol inconscient, entièrement à sa merci.

# FLASH BACK #

Voila une chose bien mystérieuse, j'étais là, face a elle et je ne pouvais rien faire d'autre que regarder son visage, ces traits fins et bien dessinés. J'avais toujours la main sur son épaule mais l'étreinte c'était quelque peu relâchée. Les yeux ouverts et plongés dans les siens, j'essayais de lire en elle mais en vain, au final, je ne voyais dans ces yeux que le reflet des miens. Le vent parlait pour moi à cet instant, ces cris de douleurs, ces sifflements perçants a travers le peu de feuillage des arbres, tout était très bien résumé. Je pris une légère inspiration et me prépara à parler mais je ne pus rien y faire, je restais muet ces yeux dans les miens me donnaient l'impression d'être un livre ouvert a la lecture du premier venue. Etait-ce seulement elle ou le monde qui m'entourait ? J'avais l'air bien pâle à ce moment là, comme si la lune se jouait de moi en me rendant encore plus froid qu'à mon habitude. De ces lèvres sortirent une question, une seule, "qui est celui qui me trouble autant ?". Si le vent n'avait pas cessé sa mélodie, je serais surement resté muet encore un bon moment. Je ne pouvais pas rester comme sa sans rien dire plus longtemps, je devais lui répondre mais pour dire quoi ? Je pensais qu'elle savait déjà tout de moi de par son regard, je me présentai pour le moindre signe de respect...

"Je suis... Element Emishi... J'ai l'impression d'avoir tant a te dire..."

Suite à cette phrase s'en suivit un grand et long soupir de vent. Je ne savais plus quoi dire, je laissai retomber ma main qui était sur son épaule et amena mon index sous son visage pour le laisser glisser sur son cou. La pluie continuait de tomber mais à rythme régulier. Je laissai mon visage s'approcher du sien mais l'arrêta quand mes lèvres frôlèrent son cou. Je relevai alors la tête et regardais les étoiles. Du gaz, de simples boules de gaz, non, c'était bien plus que cela pour moi, ils étaient source de mon pouvoir, de mon énergie. Mes cheveux mouillés retombaient sur mon visage. Je lui fis comprendre sans prononcer un mot ce a quoi je pensais en ce moment même, je l'avais enfin trouvée... Elle.

# FIN FLASH BACK #


*Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
Sakuraï Tsuki
Rang 3 d'Oto/Juunin
avatar

Nombre de messages : 38
Age : 27
Date d'inscription : 03/11/2009

Fiche Ninja
PV:
125/125  (125/125)
PC:
630/630  (630/630)

MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Dim 08 Nov 2009, 15:16

.:Fureur et Tourments:.



Spoiler:
 

.:Ciel mort, Soleil noir:.


Elle sentit la chaleur des mains d'Element se répandre dans sa chair, une clarté dorée qui la combla d'un bien-être à nul autre pareil. Il ressemblait à un phénix descendu du ciel, un ange vengeur aux ailes dorées. Elle voulut pousser un cri d'extase en sentant chacune des fibres de son organisme se gonfler d'une vie nouvelle, chaque cellule en dégénérescence, chaque portion de son être s'épanouir, imprégnée d'une puissance dont elle n'aurait jamais rêvé. Son corps renaissait à la vie, sous l'influence d'un fragment de la puissance et du savoir d'une individu singulière entre toutes. Elle était prise au piège dans l'obscurité. Elle essaya de se réveiller, mais il n'y avait que ces ténèbres dans toutes les directions, ininterrompues, impénétrables. Elle ne pouvait pas penser en termes de direction car l'espace qui l'environnait semblait dépourvu de dimensions. Elle ne parvenait pas à savoir où se situait le haut et où était le bas, et elle n'avait aucune notion du passage du temps. Était-elle là depuis longtemps ? Elle n'en savait rien. Elle ne se rappelait pas de grand-chose. Ses souvenirs étaient embrumés. Il y avait eu un temps où elle avait eu la liberté d'aller o{u bon lui semblait, elle se souvenait au moins de cela, un temps où elle pouvait se nourrir, engendrer, éteindre les vies à sa guise, mais à présent...A présent, il ne lui restait plus que les ténèbres éternelles de la mort. Non, pas la mort, mais alors le sommeil ? Ou peut être un emprisonnement ? Comment savoir ? Tout ce dont elle avait conscience, c'était que si ce n'était pas la mort, cela aurait tout aussi bien pu l'être, pour ce qui lui restait de pouvoir. S'agissait-il de souvenirs ou d'hallucinations ? Elle se percevait elle-même comme un être féminin, mais même cela ne signifiait rien. Quelle pouvait être la signification d'un genre ou d'un autre pour un être fait d'énergie et de matière pures ? Son esprit vagabondait dans les ténèbres. Rien n'existait, ici, à part les ténèbres.

Rien. Pourtant ce n'était pas toujours vrai. Parfois, il y avait de la lumière, de minuscules étincelles scintillaient brièvement dans l'obscurité, mais à peine les remarquait-elle qu'elles s'évanouissaient. Des déchirures lumineuses apparaissaient aussi parfois dans le tissu de ténèbres, des déchirures à travers lesquelles des éléments de son être pouvaient être attirés, des atomes d'existence arrachés. Elle voulut se concentrer sur l'une de ces trouée lumineuse, mais à peine avait elle remarqué sa présence que celle-ci disparut. Seul l'espoir de la voir revenir lui resta, tentateur. Ce n'était pas une vie. Ce n'était que l'essence pure d'une existence maintenue en équilibre, au bord de l'abysse de l'extinction, par les lois oubliées de la science des anciens.
Sakuraï. Le son revint, à peine murmuré, à peine audible, peut-être imaginaire.Sakuraï. Ce mot rendait sa signification à la forme; elle se mit à élaborer un sens des proportions et de la situation grâce à des concepts apportés par ces sons. A mesure que son environnement redevenait tangible, le sens de son individualité revint.Sakuraï. Ce nom était le sien. Elle était un être humain...et pas une créature d'une dimension inimaginable, dont le pouvoir défiait le temps et l'univers matériel. En vérité, elle n'était pas certaine que le mot "créature" fût un terme suffisamment vaste pour définir la magnitude de son existence. Elle ne vivait pas dans les ténèbres. Elle n'était pas une prisonnière qu'un geôlier avait catapultée dans les profondeurs d'un monde sans lumière et attachée à l'aide de chaînes. Elle était Sakuraï Tsuki. Et, sur cette pensée, elle s'éveilla.

Cette puissance et ce savoir avaient traversés les âges, transmis par l'intermédiaire de la flûte, et à présent ce fardeau et cet honneur lui étaient offerts en cadeau. Armée de ce savoir, elle comprit, et la colère qu'elle avait ressentie à l'égard du traitre qui se dressait devant elle fut balayée lorsqu'elle vit l'horrible destin qu'elle connaîtrait si elle devait être privée de ce pouvoir. Elle comprit la détermination et la ténacité impitoyable dont elle devait faire preuve pour conduire son être sur l'étroit chemin de la survie, un chemin qu'elle était la seule à pouvoir voir; elle vit son existence, une vie d'où l'amour était banni, où les amis étaient rares et qui se résumait à une éternité de sacrifice. Elle voulut hurler sous l'afflux de puissance qui menaçait de la consumer, féroce, terrifiante. Elle la sentit brûler tout ce qui faisait d'elle ce qu'elle était. Elle lutta pour s'accrocher à son identité, mais ce n'était plus que la dernière feuille qui s'accroche encore à la branche d'un arbre mourant. Ses souvenirs et la conscience qu'elle avait d'elle-même fusionnèrent pour ne faire plus qu'un avec la destinée qui était décidée pour elle. Enfin, le brasier rugissant s'éteignit en elle, ayant accompli son œuvre, et elle laissa échapper un immense soupir tremblant en réalisant qu'elle était toujours elle-même. Elle était toujours Sakuraï Tsuki, et elle était beaucoup plus que cela. Sa peau avait prit une teinte encore plus sombre encore, et son corps s'affaissa doucement. En d'autre temps, elle aurait été prise de frayeur devant un spectacle semblable, mais son changement ne lui inspira rien de plus qu'un sentiment d'accomplissement détaché. Sakuraï respirait l'atmosphère chaude et sèche d'un autre monde, parfumée de fragrances épicées venues de terres lointaines et de contrées encore à découvrir. Le paysage de la tempête s'était estompée sous ses yeux. Les tracés argentés qui définissaient sa perception rationnelle se fondirent dans l'obscurité, remplacés par les courbes douces des rizières et l'immensité d'un ciel azur d'une beauté à couper le souffle. Element s'écroula soudainement sous ses yeux, quelle que puisse être la raison du répit qui lui était offert, Sakuraï adressa une prière d'action de grâce à Orochimaru. Souffleté par le vent qui tournoyait au-dessus des falaises, elle observait le corps allongé d'Element.

.:Je suppose que c'est une grande miséricorde que nous ne puissions pas voir les abominations qui se dissimulent dans les ombres ni savoir à quel point nos vies sont fragiles. Je suis désolée...mais si tu pouvais voir les choses comme moi je les vois à présent, tu ferais exactement la même chose:.

Elle recula d'un pas et bascula dans le vide.




.:FIN:.

Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   Lun 13 Sep 2010, 05:12

Citation :


°¤ Evaluation ¤°

Arrow Sakurai : 9 points / Element : 8 points
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: .:Révélations:.[Element]   

Revenir en haut Aller en bas
 

.:Révélations:.[Element]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: HebiHebi :: Falaise du Couchant-