AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Mar 27 Oct 2009, 15:33

Autour d'un bol de nouilles.


    Aujourd'hui, je m'ennuie mortellement, le village est aussi calme que le doux zéphyr matinale, je suis assise là, sur la chaise une tasse de café à la main, dans mon appartement deux pièces qui est aussi démoralisant que possible. La noirceur occupe les pièces de l'habitation, même si ces ténèbres restent silencieux, j'ai cette sensation d'impression qu'ils me susurrent de m'en aller... Je les entends, je vais bouger de cet appartement lugubre... Comme le disait si bien mon père : « L'ennui est l'un des multiples visage de la mort » Alors, pourquoi vouloir attendre la mort ? Sans attendre je me mets l'ancien Kimono qui appartenait à ma mère, un Kimono d'une blancheur qui représente si bien la pureté de son âme, derrière il y avait dessiné un motif rouge bordeaux, une rose qui fleurit, ce joli ornement débuter à ma jambe gauche avec sa tige pour finir à l'épaule droit, avec la fleur qui fleurit. Je ne suis pas indifférente à cette tunique, les émotions ressurgissent à la surface, ce manque d'amour, ce manque de câlin, ce manque de tendresse, ce manque de complicité que j'aurai pu partager avec ma mère et mon père restent la plus grande affliction que j'ai à ce jour. Un nœud dans ma gorge fait une apparition... Pleurer ? Inutile de verser des larmes pour des personnes qui ne sont plus présents dans ce monde...& c'est avec la gorge serrée par l'émotion que je sors de mon appartement, si vide...

    Je marche d'un pas solennelle avec cette euphorie que je sais si bien joué, ce bonheur idyllique qui attisent les sourires ravissant des passants qui ne connaissent rien à ma vie... Il faut vraiment être c** pour ne pas remarquer ce jeu d'acteur surfait ! Est-ce par pitié que tout le monde me sourit ? Le regard pétillant j'avance dans les ruelles éclairées par les rayons du soleil et les rires joyeux des habitants du village. Je cherche dans des boutiques des vêtements plus près du corps, je rencontre des femmes qui me conseillent sur les couleurs etc... Je cherche de la nourriture et je rencontre des personnes qui me conseillent des recettes équilibrés pour avoir un corps saint. En fait, je cherche réellement de la pure convivialité, de la chaleur humaine, des regards complices... Ce que je ne trouve pas dans mon appartement. Enfin satisfaite de ma journée, en fin d'après midi je décide de me rassasier dans un des restaurants les plus connus pour sa convivialité. J'hésite un peu avant d'entrer dans ce mini-restaurant qui fait penser à une boutique. Je me décide finalement à entrer, relevant le rideaux avec mon bras gauche et tenant mes achats de mon bras droit, les odeurs délicats du restaurant viennent caresser mes douces narines. Mes iris safran plongent dans les bols regardant avec admiration ce délicieux repas. De mes lèvres mouillées je commande un bol de nouilles. Quelques minutes après, je plonge les deux baguettes en bois dans le bol et goûte à ce délectable repas.
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 25
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Mer 28 Oct 2009, 16:49

Aujourd'hui est un nouveau jour de repos. Pas de mission dangereuse à l'horizon, aucune rencontre de prévue avec mes Senseïs et la team 7. Pour une fois depuis de nombreuses semaines, je décide de flâner un peu, recroquevillé dans mon lit tel un nourisson en quête de chaleur. En dépit de l'aube, ma chambre est encore plongée dans la pénombre, et malgré ma bonne acuité visuelle, je ne parviens à distinguer aucun objet familier autour de moi. Un noir angoissant, semblable à celui que j'obtiens en fermant les yeux, ne me permets pas de prouver si je suis réveillé ou si je sommeille encore. Parfois, l'écart entre la réalité et l'illusion est si mince qu'il semble confondre ces deux horizons pourtant si différents, de les faire s'assimiler, autorisant ainsi la création d'un monde chimérique dans lequel toute âme humaine meurtrie par les affres de son existence terrestre pourrait jouir d'un bonheur absolu. Je ne pouvais me complaire dans un tel lieu. Même si chacun de mes pas était guidé par un rêve révélé à tous, je ne voulais dénier la réalité, si difficile à percevoir et à accepter. Ainsi, j'avais secrètement, et ce pendant longtemps, espéré le retour de Sasuke à Konoha, refusant le fait qu'il soit parti de lui-même en quête de pouvoir, se jetant ainsi dans le piège qu' Orochimaru lui avait tendu. Mais le temps passait, et la situation ne changeait pas. C'était pour lui que je m'entraînais, chaque nouveau jour j'effectuais un pas en avant vers mon but, un rêve dont je souhaitait la réalisation, tout comme celui de mon ascension fulgurante au sommet de la hiérarchie shinobi. Oui, ma vie était peuplé d'idylles et de but semblant irréalisables, mais ma force de volonté, doublée à imparable ténacité me feraient accomplir mes rêves dans cette réalité si dure !
Après ce semblant de réflexion, je rabattais résolument loin de moi mes draps et dégageai ma tête de mon oreiller, où la trace de mon crâne resta néanmoins imprimée. Désormais assis en tailleur sur mon lit, je peinai à garder les yeux ouvert, encore bercé par les bras de Morphée, et je déployai un immense effort en traînant ma carcasse de jeune impétueux jusqu'à la cuisine. L'appel de la nourriture se tut rapidement lorsque je commençai à porter à ma bouche une paire de baguettes tenant à leur embout une quantité non négligeable de nouilles. La vapeur s'échappant du bol dégageait une odeur appétissante me mettant l'eau à la bouche, tant et si bien qu'en un temps record, deux portions se succédèrent, et mon estomac s'en trouva considérablement appesanti.
Après un rapide débarbouillage, j'enfilai mon habituelle tenue orange et noire, à la fois robuste et confortable, la même qui m'avait accompagné durant mes missions, entraînements et autres rudiments quotidiens de ma périlleuse vie de ninja. Ample et décousue par endroits, elle laissait entrevoir le début de mon cou ainsi que l'extrémité de mes jambes, où mes pieds furent bientôt glissés dans des sandales aux semelles baillantes, rendant chacun de mes déplacements plus souple et rapide. Bien vite, mon équipement ninja vint orner ma tenue vestimentaire : sacoche, étui, j'étais paré. La touche finale sur le gâteau, celle que je savourai le plus chaque matin ne se fit guère attendre. D'un geste solennel, je portai mon bandeau ninja à mon front, ressentant le contact de l'étoffe noire ornée d'une plaque métallique sur mon front. Le symbole de Konoha sitôt apposé brilla de toute sa splendeur, me remémorant ce fameux jour où Iruka-Senseï m'en fit don. Sans cérémonies et après l'avoir bien noué, je sortis à vive allure de mon appartement, et décidai dans un premier temps de déambuler dans les ruelles du Village dans l'espoir d'y croiser quelques connaissance. Mains dans les poches et œil hagard, je contemplai les échoppes ouvrir, leurs propriétaires encore en proie à l'irrésistible envie de retourner dormir. Les rares passants que j'avais l'occasion de croiser me saluaient tantôt d'un signe de main ou d'un bref hochement de tête pour les plus paresseux. Et, à mesure de ma progression, mes pas me guidèrent vers l'échoppe d'où se dégageaient d'agréables senteurs gastronomiques qui vinrent titiller mes orifices nasaux. Presque aussitôt, mon ventre émit un nouveau gargouillis, me résolvant à m'attabler à nouveau. Ichiraku, le propriétaire des lieux, était une vieille connaissance, et, étant l'un de ses plus fidèles clients, nous nous entendions fort bien.


" Salut Naruto ! Alors, pas de mission aujourd'hui ? "

" Yosh ! Non, et j'en profite pour venir déguster un de vos succulents râmens, 'ttebayoooo ! "

" Un râmen, à cette heure de la journée ? Tu es décidément le pire glouton que je connaisse ! Fort bien, je te prépare cela. "


Remerciant l'homme d'un signe de tête courtois, le plat ne mit guère longtemps à arriver étant donné le nombre infimes de clients attendant une commande. Me léchant les babines avec appétit, j'attrapais une paire de baguettes et affrétai à la tâche banale qui était celle de les détacher. Toutefois, les deux tiges semblaient refuser l'idée même d'avoir à se séparer, et je dus forcer afin de venir à bout de l'objet récalcitrant. Les yeux rivés sur ces maudits waribashis, je réussis enfin à les diviser. Mais dans mon élan, un de mes coudes heurta malencontreusement le bol encore bouillant de râmens, renversant tout son contenu sur une jeune femme assise à côté de moi. Son kimono d'une blancheur incandescente en prit un sérieux coup, se retrouvant taché à divers endroits par l'eau poisseuse et collante, dont la moitié se déversa sur le sol dans un vacarme assourdissant.

" Mon plaaaaaaaat !! "


Dernière édition par Uzumaki Naruto le Dim 29 Nov 2009, 15:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Jeu 29 Oct 2009, 13:24

    Tout en plongeant les deux bouts de bois que j'avais dans la main, j'épie à la fois avec une grande discrétion, mais aussi avec grande admiration la virtuosité dont fais preuve le chef cuisinier. Ce goût impressionnant, cette saveur exquise, ce chef était un artiste. Ce plat était l'un de ses chef-d'oeuvre, il fait de ses "plats" un art culinaire. Et pourtant, ces pâtes découpées en lamelles n'avaient rien d'emballant au premier regard. Des légumes ajoutés à des tagliatelles et d'autres ingrédients qui paressent si dépourvus d'originalités. Une confection qui jugulerait bien une fringale. Je déguste ce plat avec le sourire. Cette échoppe ne doit pas sa célébrité à sa convivialité, mais à ses plats délicieux. Pour mieux comprendre le goût j'analyse ses mouvements, je connais bien ses gesticulations puisque je les reproduis lorsque je fais la cuisine. Néanmoins, la technique ne suffit pas, je viens de m'apercevoir de son "ingrédient secret" : l'amour. Oui, cet amour lorsqu'il fait la cuisine, ses sourires jovials qu'il partage avec sa consoeur qui l'assiste. Le seul et unique ingrédient que je ne puisse ajouter à la confection de ce repas, qui devient presque mythique à mes yeux. Je ne suis pas la seule à idolâtrer ce repas, les visages de la clientèle se comble de satisfaction. Après avoir achevé le premier bol, sans aucune hésitation je re-demande un autre bol. Le vieillard assez perspicace m'en pose un déjà prêt. Un bol bouillonnant de saveur parfumé avec soin, tout en entamant le bol j'exprime mon plaisir avec un petit "hum" jouissif.

    « Dé-li-cieux »

    J'avais délibérément insisté sur le mot pour le gratifier, même si ce n'était pas grand chose pour lui. Au moment ou mes yeux se plissent de bonheur, un adolescent à peu prêt plus grand que moi, arborant le plus large sourire que j'ai pu voir dans ma vie s'est assis près de moi commandant lui aussi un bol. Je lui rends son sourire radieux et continue la dégustation de mon plat, qui est mon favoris à partir d'aujourd'hui. Mais avec son énergie débordante qui me fait penser à un hyperactif, le jeune à la chevelure dorée se met à donner un coup sur son bol de nouille qui s'éparpille sur mon kimono et le sol. Qu'il l'aie fait volontairement ou non, il va passer un sale quart d'heure le petiot. Mais avant que je n'exprime ma colère une petite nausée a fait son apparition dût à la répulsion de l'odeur qui naquit rapidement pour je ne sais quelle raison. Toute l'exaltation violente que j'avais accumulée finit par exploser les deux petits bouts de bois. J'attrape le col de l'enflure avec une grande force pour qu'il puisse en déduire ma colère et lui crie :

    « GROS C*N DE ME*DEEEE ! Regard ce que t'a fais, pu... »

    Un rictus vient se coller au lèvres du chef, la main derrière la tête il n'avait pas dit un mot. Son assistante, elle, ne regardait même pas la catastrophe. Je regarde alors l'imbécile qui a fait cette erreur, le scrute de haut en bas et je finis par remarquer le bandeaux frontale ornée du signe de Konoha qu'il exhibe avec fierté. Soudain, mes lèvres mielleuses s'affinent pour former un sourire. Je dépose délicatement mes doigts froids sur sa joue. J'amène mon faciès près du sien, mon visage est parallèle au sien. Puis charnellement, d'une voix douce et sensuel je lui glisse à l'oreille les mots suivants :

    « Tu va m'apprendre la plus puissante de tes techniques...Voilà comment tu va payer ton erreur... »

    J'enlève alors mon Kimono laissant apparaître aux yeux de tous ma peau satinée qui pouvait faire rougir n'importe quel homme. Heureusement que j'avais pensé à mettre un t-shirt et un short qui épousent mes formes généreuses. J'enlève mes chaussures pour mettre mes sandales de ninja et commence à sortir de l'échoppe, mais avant, je me retourne vers le protagoniste et lui fait un signe du doigt de façon à ce qu'il me suive.

    « On commence ce soir... »

    Je joue bien le rôle de la sal... Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 25
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Ven 06 Nov 2009, 18:16

Tout s'était déroulé très vite, si vite que je mis quelques secondes à me rendre compte des dommage qu'avait provoqué mon éternelle maladresse. Étourdi car pressé de déguster ce succulent plat, j'avais omis de rester néanmoins attentif à mes moindres faits et gestes qui, depuis quelques minutes, frisaient le ridicule. Si séparer deux baguettes s'était révélé être une véritable épreuve de force, ce qui allait me tomber sur la tête dans les instants à venir serait monumental. Les dégâts que j'avais involontairement provoqué étaient considérables, et je ne sus sur le coup combien de fois je me maudis intérieurement, désespéré d'avoir gâché un si bon plat. Toutefois, une étrange aura ne tarda pas à se dégager de la silhouette filiforme qui me servait de voisine et, accessoirement, de victime. " L'attaque du râmen bouillant " l'avait rendue furieuse. Sans crier gare, elle m'attrapa par le col, me faisant craquer quelques cervicales par l'intensité du coup. Poussé par cette brusque force dont je n'avais pas imaginé une seule seconde l'existence, son faciès déformé par une brusque colère se rapprocha dangereusement du mien jusqu'à ce que ses yeux, jusque lors dissimulés par son imposante chevelure, ne m'apparaissent enfin. Ses pupilles me dévisageaient avec haine, et si l'incident ne s'était pas produit en public, j'aurais certainement écopé d'un coup de poing magistral. La ressemblance avec Sakura-Chan était en effet saisissante, quand bien même leurs silhouettes soient radicalement différentes. Ma coéquipière était plutôt robuste et bien en chair, tandis que la jeune femme ici présente avait encore toutes les grâces dont pouvait se vanter une jeune fille de son âge, que je pensais proche du mien : son visage fin devait être adorable lorsqu'elle n'était pas en colère, et ses cheveux d'un vert intriguant dégageaient un parfum qui m'était inconnu et que je ne pouvais m'empêcher d'humer. Pris de panique, ma respiration s'était accélérée, agrandissant mon regard où mes globes oculaire paraissaient soudainement exorbités sous l'effet de la peur. Après l'insulte, je m'attendais à la frappe qui allait venir heurter ma joue d'un moment à l'autre, et me laissai involontairement secouer, suffoquant à moitié. Les bras pendants le long de mon corps qui ne semblait plus m'obéir, le menton levé vers mon bourreau en signe de soumission, j'étais incapable de réagir et de me défendre en conséquence.

" Arrête, je ne l'ai pas fait expraaaaiiiieeeeeeuuuuhhhh !! "

Comme si elle m'avait écouté, les incessantes secousses qui me donnaient le tournis prirent fin, sans pour autant m'enlever une atroce douleur au niveau des cervicales qui se raviva soudainement. Encore à moitié sonné par l'attaque et toujours aussi mou, je tournais la tête sans le vouloir, faisant rouler mes yeux à l'intérieur de leurs orbites comme si j'étais sur le point de m'évanouir d'un instant à l'autre. Mais j'avais plus l'impression de me trouver sur le pont d'un bateau qui, trop bercé par les vagues, me donnait envie de courir sur le pont et de recracher l'intégralité de mon petit-déjeuner par-dessus bord. Heureusement pour la fille et pour son kimono qui avait déjà bien souffert, je n'avais encore rien dans le gosier. Tout était par terre, et la bonne odeur de râmen encore chaud présente sur ses habits fit grogner mon ventre avec force, faisant se retourner les quelques rares regards qui ne nous fixaient pas encore d'un air incrédule. Cette embarrassante situation ne cessa pas pour autant, non ... d'après ce que je lisais avec effarement dans son regard, elle voulait me torturer, me dépecer, me cuire à petit feu, ou pire, me faire payer son kimono !! Un vêtement si cher qu'il me coûterait sans doute la totalité de mes gains de mission !! Déjà que ne j'avais que très peu d'argent pour subvenir à mes besoins (ou pas), je n'allais pas risquer ma peau plusieurs fois de suite pour cette tenue immonde ! Alors que je m'apprêtai à essayer de me dégager, surpris de ne rien avoir reçu dans la figure, une sensation à la fois glaciale et brûlante s'empara de moi lorsque, du plus beau sourire sadique dont elle pouvait se parer, la mini-Sakura posa délicatement ses doigts glacés sur l'une de mes joues. Par réflex, je plissai les yeux et déglutissais avec difficulté, priant pour qu'elle ne m'en colle pas une, et ce ne fut pas le cas. Étrangement joueuse par rapport à la furie qui m'avait agrippé le col de mon survêtement ninja, je sentais son visage se rapprocher de plus en plus du mien et, tétanisé, je ne bougeai pas d'un centimètre. Que voulait-elle faire ? Elle se rapprochait encore, et mes muscles étaient bien déterminés à m'abandonner à ce moment crucial ... je sentais désormais son souffle chaud contre mon oreille et le début de mon cou, et quelques mots susurrés langoureusement se perdirent à l'intérieur de cette cavité auditive. Leur sens, toutefois, me rendit à nouveau maître de mes gestes et d'un bond je me levai, renversant ma chaise au passage, afin de dévoiler au grand jour un mot digne des plus grands discours.



Elle pouvait se sortir cette idée de la tête ! Le Rasengan était pour moi et MOI seul ! J'avais sué corps et âme, je m'étais donné de tout mon être lors de l'entraînement avec Ero-Sennin, et il n'était pas question que cette espèce de poupée manipulatrice s'en empare ! Elle allait voir de quel bois je me chauffais !! Enfin, avec ce qui suivit, je n'eus nullement besoin de bois pour bouillonner de l'intérieur. Se débarrassant de l'encombrant kimono, la jeune intrépide avait, en dessous, opté pour une tenue beaaaaucoup plus courte, qui vit virer la pâleur de mon visage au cramoisi. Mon regard épousa presque simultanément chacune de ses formes, poursuivant sa route au milieu de ces courbes délicieuses, s'arrêtant malgré moi à quelques endroits particulièrement attirants qu'il était inutile de mentionner pour finalement remonter et croiser ses iris brillantes. Ainsi donc, j'avais en face de moi une kunoichi des plus audacieuses qui n'hésitait pas à m'inculquer des ordres. J'ouvrai la bouche pour protester mais elle me coupa dans mon élan, sortant de la boutique après avoir pris soin de me préciser que l'entraînement aurait lieu le soir même.

" Hé, att ... "


" Naruto ! Avant de partir, nettoie ce que tu as fait ! Ah, et ton amie n'a pas payé, je pense qu'après ta gaffe tu lui dois bien ça ! "

" Heeeeeee ?? "


Malheureusement, je n'avais pas le choix. Baissant la tête tel un chien battu, je pliai mes jambes et m'accroupissais après avoir remis mon tabouret en place. Une multitude de débris de bol jonchaient le sol et cette vue d'ensemble me fit pousser un profond soupir. Lorsque mon calvaire s'acheva enfin, je tandis d'un air apitoyé la somme de ryos que cette petite imbécile m'avais laissé sur le dos et sortais sans plus attendre du restaurant, longeant la rue en grommelant à moitié. La faim m'était soudainement passée.

* N'empêche, elle était presque aussi jolie que Sakura-Chan ... *


Dernière édition par Uzumaki Naruto le Dim 29 Nov 2009, 15:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Sam 07 Nov 2009, 15:40

Spoiler:
 

    Bien que la belle Enma sache parfaitement bien manipuler un homme, sa beauté y est pour quelque chose. Cette femme, cette délicieuse nymphe a sue tirer profit de la situation qui s'offrait à elle. Cette jouvencelle sait dès à présent comment jouer avec les hommes et leur instinct sexuel. Cet éphèbe à la chevelure ambré connait maintenant le pouvoir magnétique qu'Enma peut exercer sur celui-ci. Et la belle ne va pas s'interdire à faire subir au petiot le goût satirique de la manipulation. Elle savait comment s'y prendre, de quel façon elle allait faire cela. Et surtout de quel moyen stratégique elle allait employer. Certes ce n'est pas extrêmement difficile avec un imbécile de cet envergure, mais il vaut mieux jouer dans la certitude.

    Enfin, c'est un plan en cas de refus de sa part, une rébellion qui peux lui coûter cher. C'est dans un état d'esprit d'assurance que l'utilisatrice du Shôton s'arrêta quelques mètres plus bas où était situé l'échoppe. Prête à apprendre de nouvelle chose.

    Elle se mettait à regarder les bâtiments qui l'entourait. Deux personnes attirèrent son attention, une mère et sa fille. Elle les lorgnait essayant désespérément de retrouver un peu d'amour dans cet échange maternel. La belle se laissait bercer par le souffle du zéphyr qui involontairement la ramena près de la fenêtre où se trouvaient les deux personnes. Lui offrant non seulement une meilleure vue mais également une meilleure perception de son ouïe.
    La mère chantait à son enfant une berceuse qu'Enma connaissait bien. En effet sa mère lui fredonnait cet air chaque soir avant qu'elle ne s'endorme. Fermant les yeux et repensant à sa mère la genin laissa ses souvenirs se matérialiser en larmes qui ruisselèrent sur les traits fins de son visage. Dès que la musique toucha à sa fin, Enma revint à ses esprit. Elle essuya rapidement ses larmes et se mit à marcher vers le restaurant.

    Elle apercevait le petit blondinet s'échapper de sa corvée. Elle le rattrapa rapidement le prenant par le bras et lui souriant elle allait commencer une de ses stratégies. La nymphe passa sa main dans les cheveux dorée du beau jeune approchant son faciès du sien, elle laissa apparaître un sourire sadique. Leurs respirations se mélangèrent, plongeant son regard froid dans les iris bleuâtre du petiot elle posa délicatement son autre main sur le torse de celui-ci.

    « Tu ne m'a pas oublié ? Moi c'est Enma et toi ? »

    Avait-elle dis timidement. Acte I, la manipulation d'un homme by Enma Ai.

Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 25
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Dim 15 Nov 2009, 15:07

Le nettoyage avait été un véritable calvaire accompagné d'une si grande perte de temps que j'avais l'impression d'avoir perdu l'essentiel de ma journée. Trimant à même le sol sous le regard sévère d'Ichiraku qui vérifiait attentivement à ce que tout soit impeccable et luisant comme avant mon arrivée, j'avais sali la quasi totalité de mon pantalon et de mes manches en les faisant maladroitement entrer en contact avec l'ancien contenu de mon bol. Mon survêtement collait de partout, dégageant par la même occasion une odeur de râmen froid peu appétissante enduisant également mes mains poisseuses. J'essayai de les essuyer sur ma veste mais ce fut peine perdue et cette dernière fut bientôt tachée de partout. Quelle poisse ... je n'en revenais toujours pas !! Ce repas m'avait coûté une fortune et je n'avais rien pu me mettre sous la dent à cause de cette petite (mais, avouons-le, assez attirante) peste qui s'était bien rie de moi. En plus de jeuner, je devais rentrer chez moi pour nettoyer mes affaires enduites d'un mélange peu savant de sauce et de bouts de nouilles !! La vie était vraiment injuste parfois !
Tout en maudissant intérieurement mon agresseur, je croisai les bras et plissai des yeux d'un air exaspéré, méditant ou du moins me remémorant l'angélique vision que j'avais eu lorsqu'elle s'était dépouillée de son encombrant kimono. La fermeté de ses cuisses, une peau à l'aspect duveteux sans la moindre imperfection, un corps à la fois frêle et robuste de par l'aura assassine qu'elle dégageait lorsque la fureur s'emparait d'elle. Mais, plus intriguant, ses yeux d'une couleur uniques, agrandit par la clarté de sa masse capillaire qui lui tombait gracieusement sur les épaules telle une cascade aux couleurs et senteurs enivrantes. Ce moment exquis me calma quelque peu, et je décidai sans plus attendre de reprendre mon entraînement sur le champ ! Au diable la propreté ! Je devais absolument rattraper le temps perdu et planifier les exercices auxquels j'allais devoir me soumettre seul. D'habitude, Kakashi senseï ou encore Yamato étaient toujours partants pour me donner un coup de main, mais les missions s'enchaînaient, e nos chances de s'entraîner ensemble s'amenuisaient considérablement.

Il fallait toutefois que j'apprenne à être davantage autonome, quand bien même le poids de ma solitude passée m'avait poussé à prendre des initiatives par moi-même. Et si jamais mon entraînement aboutissait, je me promis intérieurement d'aller faire un petit tour vers l'onsens des dames, histoire de ... me promener. Oui, c'est ça, une petite ballade de rien du tout. Mais voici que l'on me saisissait par le bras, me forçant de manière assez brusque à faire volte face vers la personne qui m'avait interpellée. Argh, encore elle !! La diablesse était de retour, prête à m'enduire de ses charmes contre lesquels je ne pouvais à terme plus résister !! La fuite, habituellement la dernière de mes solutions,s 'octroyait en ce scénario une place de choix. Toutefois, j'étais dans l'impossibilité totale de me mouvoir, son sourire si parfait, séducteur me paralysait totalement. C'était à peine si j'en venais à claquer des dents, tout en tâchant de garder bonne distance. Comme si elle venait de lire dans mes pensées, la jeune prédatrice glissa une main dans mes cheveux qui me fit trembler de la tête aux pieds, me faisant atrocement rougir. J'avais incroyablement chaud, comme après avoir englouti un bon bol de râmens brûlant sauf que la sensation que j'éprouvais en ce moment précis était beaucoup plus intense. Dans un état second, je me laissai faire, et nos visages se rejoignirent progressivement à mesure de ses envies. Elle contrôlait la situation. A nouveau, j'eus le plaisir d'admirer son visage qui me parut encore plus beau que tout à l'heure, à l'échoppe.
Cependant, quelque chose n'allait pas. Il y avait comme un malaise dans son regard, et je le sentais bien. En l'observant de plus près, de très près même, je constatai de léger sillons de larmes ayant coulé sur ses joues pour se perdre à l'extrémité de sa mâchoire. Les traces avaient quasiment disparu mais à cette distance relativement courte, elles étaient nettement visibles. Non, elle n'était pas du genre à pleurer. C'était une seconde Sakura-Chan, elle avait confiance en ses capacités et possédait une force monstrueuse doublée d'une beauté remarquable. Tandis qu'une main sournoise se glissait subrepticement sur mon torse, arrêtant momentanément ma respiration sur le coup de l'angoisse. Ses doigts effleuraient l'étoffe de mon tissu si épais que je regrettai presque de ne pas m'en être défait plus tôt.




" ... pourquoi as-tu pleuré 'ttebayo ? "

Un murmure que seules ses oreilles étaient à même d'entendre au milieu de cette ruelle semi vide. Fixant ses iris intensément, reprenant contrôle de mon corps, le ton de ma voix était calme, presque neutre. Comment allait-elle réagir face à mon indiscrète demande ?


Dernière édition par Uzumaki Naruto le Dim 29 Nov 2009, 15:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Dim 29 Nov 2009, 14:06

    Laissant mes mains descendre de ses cheveux safrans pour allaient se loger sur sa joue à la fois douce et satinée je ne dissimulai pas mon plaisir qui prenait place en un large sourire à la fois malicieux et séduisant. Pendant que je plongeai dans le tréfonds de ses iris aux couleurs me faisant rappeler l'océan : l'azur, je laissai ma main sur son torse comme pour être rassuré de je ne sais quel danger. Je me sentais parfaitement bien dans ses bras, une sérénité unique et délicieuse. Avais-je tord de profiter de ce petit instant de réconfort ? Ce jeune homme qui ne savait strictement rien à ma vie avait pu constater les larmes qui avaient coulées sur ce faciès qui m'appartiens. Les tourments que j'avais subis dans mon enfance refaisait surface en larmes. Je ne pouvais démentir ses mots qui sonnaient juste...
    Être ninja signifie pourtant bien gérer ses émotions en toute circonstance, mais je n'y arrive pas je ne suis pas assez forte pour franchir cette étape, je n'y arriverai pas ! Que je le veuille ou non ... Replongeant mes yeux ambré dans les siens, je repoussai le moment où j'allais m'enlever de ses bras qui me sécurisaient tant... J'aimerai avoir ce sentiment de sécurité pour le restant de ma vie, mais je le savais que je devais m'enlever... Ma tête commençait alors à épouser la forme de son épaule et mes bras à entourer sa taille... Au même rythme que son cœur, je lui répondais dans un petit souffle :

    « Une personne me manque... laissant alors quelques secondes de silence je reprends... Bref, tu te nomme ?... On peux démarrer l'entraînement ? »

    En de brefs mots je lui avais résumé ce que je ressentais au moment ou mes larmes avaient coulées. Si je devais lui résumer ma vie entière, je devrais passer par les moments douloureux et quelques peux hards... Le sang, la souffrance physique ou mental pour moi maintenant c'est ça la vie d'un ninja. L'affliction, c'est cela qui nous permet d'avancer chaque jours... Me déssérrant de l'étreinte, je recule de quelques pas, souris à mon interlocuteur et prends une grande inspiration pour étouffer les larmes qui monte en moi.
    Il est inutile que je raconte ma vie pour le mettre mal à l'aise, à quoi bon ça servirai ? A part peut-être un sentiment de pitié qui commencerai à s'emparer de son corps. Bien que ça pourrai m'aider pour qu'il se décide enfin à me rembourser pour la technique qu'il me doit... Enfin, de toute manière cet éphèbe ne va pas s'en sortir comme ça, la dernière carte que je peux utiliser est la pitié. Mais pour le moment, la séduction est ma carte maîtresse...
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 25
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Dim 29 Nov 2009, 15:52



" ... "


Elle était si proche et à la fois si distante. Son corps était bien présent à mes côtés, je sentais son souffle délicat caresser ma nuque en me procurant d'étranges frissons, mais son regard, lui, était ailleurs. Une tristesse infinie sembla s'en dégager un instant pour finalement disparaître, remplacée par le regard malicieux, le même qu'elle m'avait fait partager lors de notre rencontre chez Ichiraku. J'eus, à cet instant précis, l'occasion de découvrir une nouvelle facette de sa personnalité : derrière cette apparence tentatrice se dissimulait une jeune femme en proie à de violentes émotions, sans doute dues au poids d'un pénible fardeau sous forme de souvenirs. Mais comment déceler la manipulation de la sincérité ? Quand bien même se sois candide, offrant ma bonne humeur et accordant ma confiance à ceux qui me paraissaient sympathique, je n'étais pas totalement crédule pour autant. La mauvaise expérience que j'avais eu le malheur de vivre au restaurant m'avait laissé légèrement sceptique quant à ses véritables intentions : Cherchait-elle à me nuire ou à me séduire ? Sur le moment, mes craintes et doutes se dissipèrent à mesure que je la sentais s'approcher de moi, effleurant avec plus de ... convictions, disons, allant jusqu'à poser sa tête dans le creux de l'une de mes épaule. Le tout dans un silence quasi religieux. J'avais l'impression de ressentir, de comprendre chacune de ses émotions comme si nos sentiments ne faisaient qu'un durant ce semblant d'intimité. Ses bras glissaient désormais le long de mes hanches, lentement et sensuellement afin que je me rapproche plus d'elle, comme si les quelques centimètres qui nous séparaient était encore de trop. Priant pour que Sakura-Chan ne passe pas dans les environs à cet instant précis, je posai une main tremblante sur une de ses épaules, sentant les pulsations de mon cœur s'accélérer en même temps que ma respiration, s'intensifiant de façon frénétique. La chaleur qu'elle dégageait me fit rougir jusqu'aux oreilles, oubliant momentanément la question que je lui avais posée et qui était demeurée sans réponse. Parfois, le silence était la meilleure des solutions. Les éteintes aussi, après tout. Elles signifiaient tellement de choses qu'il était impossible de décrire avec de simples mots tant elles ne pouvaient être expliquées oralement. Ici en l'occurrence, les mots du cœur suffisaient à ce que je la comprenne, et compatisse.

Elle daigna néanmoins accorder un semblant d'intérêt à ma demande en avançant une réponse à l'aide d'une voix que je ne reconnaissais pas. Elle était si différente de l'assurance et de la sensualité qui s'étaient dégagées de notre première entrevue suite à l'accident du bol. C'était comme si la jeune femme que je serrais dans mes bras était devenue une autre personne en l'espace de quelques minutes, plus vulnérable, presque plus ... humaine. On me disait souvent qu'il ne fallait jamais se fier à la première impression, car les apparences étaient bien souvent trompeuses. Et même si je n'appliquai pas le moins du monde ce conseil, je mer endais compte ici même qu'il y avait des exceptions à la règle. Connaître davantage une personne, créer un lien et briser les préjugés ... je comprenais peu à peu ce que mes professeurs s'évertuaient à me transmettre. Même les personnes que je ne pouvais pas sentir, comme Saï ou ce bellâtre de Kiba, méritaient une seconde chance. Même Sasuke devait être pardonné pour avoir sacrifié l'amour d'un village au profit de sa propre haine et de la recherche d'un pouvoir malsain. Sans que je le veuille, mon autre main se referma, formant un poing qui se crispa à la seule remémoration de ce pénible souvenir. Décidément, ces vieux fantômes n'auraient donc jamais fini de me hanter ! Quand tout cela cessera-t-il enfin ? Quand pourrais-je avoir une vie saine ? Non, je devais extirper ces pensées de la tête car ce n'était vraiment pas le moment. Après tout, comment réussir à réconforter quelqu'un si nous nous sentons également mal à l'aise ? Comme si elle semblait avoir ressenti ce malaise, Enma cessa de m'enlacer. Je sentis le poids de sa tête se dégager lentement, laissant sur mes vêtements le parfum de sa chevelure. Et même une fois éloignée, j'étais à nouveau capable de la ressentir, cette chaleur qu'elle m'avait donnée, le bien qu'elle m'avait apporté sans le vouloir. J'avais trop souvent manqué d'attention, et cette personne que je venais à peine de rencontrer m'avait offert ce cadeau d'une inestimable valeur. Nous étions semblables sur le vide qui nous animait, et nous l'exprimions de différentes manières : je tentais d'attirer l'attention en faisant les pires bêtises, elle en faisait de même mais en séduisant.


" Je vois ... eh bien, nous avons ce point commun, Enma-Chan ... il faut être forte, et j'ai eu l'occasion de voir que tu l'étais. Quoi qu'il advienne, ne te laisse jamais abattre, même si parfois c'est plus facile à dire qu'à faire !
Ah, au fait, moi c'est Uzumaki Naruto, futur Hokage dattebayoooo !! Et c'est d'accord pour l'entraînement, tu as besoin d'un Senseï compétant, comme moi, héhé ! "


J'eus l'occasion durant ces belles paroles de tendre mon bras droit vers elle et d'adopter la pose du " beau gosse, " façon Rock Lee mais en nettement plus amélioré. Le pouce vers le ciel en signe de victoire, je posai mon autre main sur ma hanche. Un sourire vint bien vite éclairer mon visage, me faisant plisser des yeux à la manière d'un félin. Le ciel de crépuscule s'assombrissait de minute en minute pour finalement faire place à la nuit, silencieuse.


Dernière édition par Uzumaki Naruto le Jeu 03 Déc 2009, 16:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Jeu 03 Déc 2009, 15:07

    Ce manque... Je le voyais dans ses yeux, ce manque qu'on ne peux combler par une autre personne- un(e) ami(e), un(e) petit(e) ami(e) et j'en passe...- malgré l'allégresse de la personne en question, malgré qu'il nous fasse sourire. Rien n'y personne pourra changer ce manque perdu dans l'abysse de notre âme, un absentéisme trop difficile à supporter, je le sais, je le vois on serai près à tout donner, à vendre notre âme au diable pour obturer ce manque. De tous les sentiments qui ont traversé mon cœur c'est le seul que je n'arrive pas à affronter. Que dois-je faire alors ? Même un psy ne pourrai régler ce problème qui à sa place dans mon cœur...
    Pourquoi ? Simplement parce que c'est le seul qui nous permet d'avancer chaque jours dans notre misérable vie de ninja... Mener un combat avec soi même c'est un peu ça la vie d'un ninja... Quelques soient les armes dont on se munie durant se sempiternel combat qui se finira lorsque nous quitterons cette terre, car c'est le même pour tous... En l'occurrence mon unique arme pour que ce manque soit invisible est la séduction, une arme maniable et qui ne pose aucun problème. Bien que cette arme me fait aujourd'hui défaut, en effet j'ai perdu mes moyens pour me réconforter dans les bras d'un inconnu, et pourtant c'était si bon... Il ne devait sans doute pas me comprendre, j'étais passé de l'odieuse et agressive petit démon à la petite fille douce et fragile. De la chasseuse à la proie... Des contraires en un caractère, que pense-t-il maintenant de moi...?
    Mais avant que je ne puisse penser à ça, il me parle de sa propre expérience, et daigne enfin décliner son identité ainsi que son but. Futur Hokage ? Un petit sourire moqueur viens se dessiner sur mes lèvres rossées que je ne peux contrôler. Sans doute encore plongé dans des illusions juvéniles pour songer à devenir Hokage, non pas qu'il soit nul, je ne sais rien de sa force, ses jutsus etc... Juste qu'il n'a pas l'allure d'être Hokage. Une silhouette muscler à souhait, une bonne petite bouille qui en fait chavirer plus d'une et un délicieux caractère... Voilà l'allure d'un Hokage. Un peu tout le contraire de lui, avec sa mauvaise éducation. Par contre, je ne peux contester sa beauté. Ce pubère fait pourtant preuve d'une compassion et d'une sincérité indéniable.


« Enchanté, Uzumaki Naruto... »


    Laissant mes lèvres mielleuses s'étirer sur les côtés pour former un petit sourire exprimant l'amusement que j'ai à ce moment précis, je laisse mes yeux parcourir sa silhouette. Les rayons de la lune traversent les épais nuages pour finalement se blottir sur ma peau blanche maintenant satinée.
    Je regarde avec intensité les iris azurs de mon interlocuteur lui offrant toute ma sincérité. Il a découvert que ce comportement ne rime à rien alors pourquoi continuer à jouer ce rôle avec lui... Je ne joue plus le rôle, il est face à la vraie Enma et il devrait en profiter pendant qu'il en est encore temps.
    Attrapant sa main j'incruste en douceur mes ongles dans sa peau. Tellement omnibulé par son regard profond que je ne ressens même pas ce que je fais avec mon corps. Le trainant, je le ramène dans une sorte d'arène entouré par des bâtiments à la taille moyenne. Le lâchant je continue mes pas avec la ferme intention de m'entraîner ce soir malgré que ce ne soit pas le moment. Je plonge à nouveau mon regard dans le sien, un mutisme s'installe pendant quelques minutes et je décide finalement de le briser avec les mots suivants :


« On commence ? »
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 25
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Jeu 10 Déc 2009, 19:12

[ Edit : Suite à un petit cafouillage concernant le nom de la technique, je précise que Naruto est bel et bien en train d'enseigner le Kinobori et non pas le Kawarimi =) bonne lecture ! ]


Je n'en revenais toujours pas d'être aussi chanceux. Ero-Sennin serait sûrement jaloux si jamais il apprenait qu'un si joli brin de fille avait décidé de devenir mon apprentie durant quelques heures. Cette personne qui s'était dévoilée à moi sous son vrai jour, qui avait pu s'extirper des artifices qu'elle avait utilisé lors de notre rencontre un peu plus tôt aujourd'hui ... encore maintenant, j'avais peur de la voir tout simplement disparaître, de me réveiller en me disant que tout ceci n'avait été qu'un songe, exquis, certes, mais irréel. La douce fragrance qu'elle dégageait, mêlée à la lueur terne de la lune qui, entre temps, avait substitué le soleil, mit cependant bien vite fin à mes quelques doutes. Non, tout était arrivé. Je sentais encore l'odeur du râmen sur mes vêtements tâchés par endroits, tout comme le léger poids qu'avait effectué la tête d'Enma en se posant doucement sur mon épaule tout à l'heure. C'était assez surprenant qu'une jeune kunoichi s'entiche aussi rapidement de moi ... malgré mes diverses tentatives avec Sakura-chan, je n'avais jamais réussi à obtenir quoi que ce soit d'elle : aucun baiser, aucune étreinte, rien. Le seul contact physique qui m'avait été offert ? Son poing sur ma joue. A de nombreuses reprises. Il faut dire que les " Shannarooooo " étaient à une époque si nombreux que je pensais qu'elle allait me considérer comme un éternel boulet de service. Mais tout évoluait, et Sakura ne faisait aucunement figure d'exception. Aussi apprit-elle à m'apprécier mais, à mon plus grand damne, elle ne se décida pas à franchir la mince frontière séparant une relation platonique d'un lien fusionnel.
La nuit était tombée sans que je m'en rende compte, et notre rencontre avait été des plus singulières. Je me sentais si bien que je n'avais aucunement envie que nous allions nous entraîner, chose habituellement impensable pour un ninja aussi persévérant que moi. Mais tout avait une fin, et, la situation l'exigeant, ce fut d'un ultime regard, si transparent et si pur, que nous nous séparions, à regrets pour ma part. Si charmante, si belle, si attirante ... la question du " pourquoi moi ? " se dissipa bien vite lorsque je sentis l'agréable contact de sa peau contre la mienne, au niveau des mains. Alors que la sienne emprisonnait mes doigts, m'obligeant fatalement à la suivre à travers la rue quasi déserte, je ne pus rien dire, sinon lui rendre son mirifique sourire, nos regards comme fusionnés. Mon corps aux muscles totalement détendus semblait fonctionner à la manière d'un automate tant j'avais l'impression qu'elle m'avait ramolli le cerveau. Mon cœur dictait mes moindres pensées, mes moindres désirs ainsi que chaque pas que j'effectuais en ce moment même, fermement décidé à suivre ces iris ocres jusqu'au bout de la nuit s'il le fallait. Voilà pourquoi nous cheminions désormais d'un pas tranquille, sinuant à travers les ruelles s'assombrissant de plus en plus, nos vêtements frôlant dans un doux murmure d'étoffe froissée les murs des sentiers les plus étroits. Où m'emmenait-elle ? Je n'y songeais même pas. L'important, c'était d'être en sa compagnie autant que possible. Le village, désormais silencieux, était le seul témoin de cette petite aventure nocturne assez inhabituelle. Mais voici que nous arrivions, semblait-il, à destination. Rien de bien fameux, une arène entourée de bâtiments aux parois sombres, d'où se détachaient des silhouettes fantomatiques à vous en donner la chair de poule, mais qui n'étaient rien de plus que l'ombre des autres édifices. Un son, un seul, le sien, vint briser le silence de la nuit. Autour de nous, la quiété absolue. J'étais au moins sûr qu'à cette heure et à cet endroit, nous ne serions pas dérangés. Bien, il était maintenant temps de commencer. Aquiescant d'un signe de tête, je pris la parole après avoir cogité quelques instants sur l'explication que j'allais formuler. Le Kawarimi no Jutsu était vraisemblablement la technique idéale, considérant la surface lisse des bâtiments qui nous était offerte. Histoire de bien me faire entendre, je croisais les bras, soudainement sérieux, fixant mon interlocutrice.

" Bien, Enma-Chan, je vais t'apprendre le Kinobori, ou l'art de marcher aux arbres ainsi que sur toute surface solide 'ttebayooo ! Déjà, il faut que tu concentres ton chakra sur la plante des pieds et de le doser afin de bien adhérer sur la paroi ! Si tu en utilises trop ou pas assez, tu vas t'étaler direct, sans parler du gâchis de chakra ! L'exercice semble simple mais c'est très difficile, j'ai vraiment galéré pour l'apprendre, même si j'y suis arrivé avant Sask'e héhé ! Bref, je vais te faire une démonstration, observe attentivement dattebayo !! "

A moi de jouer. Cette technique faisait partie du peu de jutsus que je possédais, mais étais indispensable dans la vie quotidienne de tout bon ninja. Après avoir formé le signe requis, je transférai en quantité dosée mon chakra sur la plante de mes pieds et marchai tranquillement vers le mur le plus proche. Un pied, puis deux, trois, et ainsi de suite. Je me déplaçais maintenant à la perpendiculaire sans me servir de mes mains. Après avoir parcouru une dizaine de mètres, une simple pression sur mes jambes et j'effectuai un saut en arrière, retombant agilement aux côtés d'Enma.


Spoiler:
 


Dernière édition par Uzumaki Naruto le Lun 11 Jan 2010, 21:55, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Dim 13 Déc 2009, 14:37

    Les prémices de notre rencontre aurai pu être rigolo, surtout d'un point de vue extérieure, mais son regard d'hyperactif avait finis par ce transformer en un regard plus réfléchi. Mais ce n'était pas non plus son regard qui finis sérieux, mais aussi chacun de ses mots, qui décrivait parfaitement la technique que je désirai acquérir pendant se mini-entraînement improvisé. Ce qui retint le plus mon attention, c'était la personne qui l'avait prononcer... Un dénommé Sas'ke ? J'avais juste l'impression que lorsqu'il avait scandé ce prénom. Ai-je tord ? Sans doute...

    Après avoir prêché la bonne parole, je suivais avec attention les incantations qu'il commençait à faire. Je le répétais calmement dans mon cerveau pour ne pas me perdre lorsque ce serai à moi de montrer les capacités que j'avais acquis durant les quelques années précédentes. Faisant front à un mur imposant de l'un des bâtiments qui nous faisait face, il mit un pied, puis un autre etc... Pour finalement me montrer qu'il marchait à l'horizontal. Faisant un petit bondissement pour finalement me rejoindre à mes côtés, il me demandait si j'avais bien compris. J'acquiesçai avec un hochement de tête.

    Dans le silence du moment, mes pensées se concentrèrent uniquement sur la technique que j'avais à apprendre. Mon regard se posa alors sur celui qui me coter, simplement pour me donner envie de le faire. Ses yeux se voulaient tellement sécurisant, apaisant, qu'une sérénité vient se blottir dans l'abysse de mon cœur éloignant toutes les inquiétudes que j'avais pu avoir durant ce laps de temps...

    Refaisant les même signes que Naruto, je commençais à concentrer mon chakra dans mes pieds. Une sorte de lueur bleu représentant parfaitement bien la quantité de chakra que j'avais pu mettre enveloppait mes pieds. Avançant délicatement sur terre, je laissai derrière moi la trace de mes quelques pas. Arrivant devant le mur, je pris un énorme souffle pour finalement le recracher et commencer la marche. Mettant un pas sur le mur, je pouvais encore me tenir debout grace à mon pied qui était à terre. Dans le suspence du moment, je ne savais pas si la technique allait fonctionner ou non. Mon regard reluisant de tout espoir, je continua la marche solennel...

    Pour finalement tomber sur le dos.

    Trouvant appuis sur la terre fraiche, je me levai pour finalement plonger mes iris chamois dans celui de mon tuteur. Mes joues vinrent légèrement rosé, honteuse de ne pas avoir réussi, je ne savais que faire pour lui prouver que je désirai apprendre. Je me demandais qu'est ce qu'il pouvait bien penser de moi ? Quel jugement il portait sur ma façon de faire une technique... Je n'étais qu'une pitoyable personne qui essaye encore et encore de sortir de ce mot... Qui me décrivait parfaitement. Essayant de cacher la soudaine douleur qui s'était emparer de mes envies, je brisais le silence :

    « Qu'ai je fais de mal ? »



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 25
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Sam 19 Déc 2009, 19:25

Craignant tout d'abord d'avoir à répondre à une question à laquelle je n'allais sûrement rien comprendre, je fus par la suite soulagé de constater que j'avais suffisamment bien expliqué l'enjeu de la technique. Fier de moi et de mes capacités en tant que Senseï, j'eus un sourire destiné à encourager Enma dans l'acquisition du jutsu. Ma précédente démonstration semblait avoir porté ses fruits, et j'étais sûr qu'elle allait y arriver assez vite. Après tout, si ma mémoire était bonne, Sakura-chan avait été la première de la team 7 à maîtriser ce jutsu. A côté d'elle, même ce frimeur de Sasuke en avait perdu de sa superbe. Certains l'oubliaient, mais il ne fallait jamais considérer la gent féminine comme inférieure, car elles nous réservaient parfois bien des surprises. Après tout, l'Hokage actuel est une femme et possède seule la force d'une armée entière de soldats bien entraînés, et la jeune femme envers laquelle j'avais des sentiments clairement établis avait hérité de cette puissance monstrueuse, sans pour autant lui ôter du charme, ce petit quelque chose qui faisait flancher mon cœur et rougir mes joues rondes dès que je l'apercevais. Certaines semblaient toutes fois plus frêles au quotidien, comme Hinata par exemple qui, une fois confiante en ses capacités, témoignait d'une rare prouesse au combat en ayant même pu tenir tête au talentueux et égocentrique Neji de l'époque. Comme quoi les apparences étaient souvent bien trompeuses ... combien de fois Sakura-chan m'avait-elle gratifié d'un sympathique " Shannaroooo " avant de m'asséner sans cérémonies d'un coup de poing à vous en briser la mâchoire ? Un nombre incalculable, qui devait à peu près s'élever au cas d'Ero-Sennin dont la principale faiblesse était celle de s'enticher pour les jeunes femmes aux formes idéales, certes, mais assez caractérielles. Tsunade baa-chan lui rendait bien ses excès de perversions, sa force ayant le pouvoir de broyer les os de n'importe quel imprudent. Mais fort heureusement, Ero-Sennin et moi-même étions plutôt solidement bâtis et par conséquent habitués depuis un certain temps à ces nombreux châtiments physiques.

Après avoir accompli mon rôle de professeur, du moins en ce qui concernait la partie Théorie, je plaçai mes mains à l'arrière de mon crâne à la chevelure blonde, adoptant ainsi un air décontracté afin de montrer à Enma que j'étais l'homme de la situation, et que l'enseignement ne constituait pour moi aucune difficulté particulière. J'étais maintenant impatient de voir l'étendue de ses véritables capacités, outre son indéniable talent à la séduction et à l'apaisement des mœurs. Son jeune âge - je lui donnais tout au plus seize ans, comme moi - ainsi que ses faibles connaissances en matière de jutsus ne devaient aucunement constituer un handicap dans son parcours ninja. Moi même, je n'avais pris conscience de la nature de ma première affinité, le fuuton, que très récemment, grâce à l'aide de Kakashi-senseï. En y repensant à deux reprises, il me semblait que jamais je n'aurais pu arriver à ce niveau sans la précieuse aide ainsi que le constant appui de mes professeurs et de mes amis. Comme quoi un Senseï qualifié était un élément indispensable, un point de départ solide pour tout shinobi aux grandes ambitions. Chaque apprenti devait ainsi trouver celui qui lui correspondait le plus : J'avais donc pris sous mon aile le jeune Konohamaru, mon fan numéro un très prometteur en matière de combat. J'étais prêt à parier qu'il serait également Hokage, après moi bien sûr. Je consentais donc à faire pour une fois une exception en acceptant une nouvelle élève qui se trouvait désormais en train d'imiter mes précédents mouvements. M'étant appliqué à lui montrer, après explication, la manière dont il fallait s'y prendre pour malaxer et concentrer son chakra sur un point spécifique du corps humain, voilà qu'elle essayait à son tour. Bien vite, une lueur bleue qui se voulait dégager une légère chaleur enveloppa les pieds d'Enma de son manteau presque transparent. L'avait-elle correctement dosé ? A moi d'en juger, car pour le moment elle en était incapable. La quantité de chakra me semblait néanmoins un peu trop importante, mais n'étant sûr de rien, je préférais le silence à un flot de paroles inutiles. Son précédent mouvement confirmerait par ailleurs la véracité de la situation. Lentement, elle s'avança, laissant entrevoir après chacun de ses pas une trace plutôt profonde de sandale ninja. De toute évidence, elle avait mal géré son flux d'énergie, et sa légère chute me confirma ce semblant hypothèse. Me déplaçant de quelques mètres après avoir glissé mes mains dans mes poches, je lui tendais une main afin de l'aider à se relever, après quoi je tâchai de lui expliquer aussi précisément que possible sa légère erreur. Face à sa jolie mine dépitée, j'essayai de lui faire reprendre confiance en elle en affichant un large sourire, et en prononçant ces quelques mots d'un ton que j'espérais encourageant et motivant.




" Tu n'as pas suffisamment limité l'afflux de chakra, Enma-chan !! Si tu en as trop tu ne tiendras jamais en équilibre et comme je te l'ai déjà dit tu consommeras une importante quantité d'énergie pour rien !! Ah, et autre chose, je te conseille de courir, cela te motivera sans doute plus. Bon, on va procéder autrement ... regarde bien 'ttebayoooo ! "


A mon plus grand regret, je n'étais pas encore assez doué en tant que professeur pour faire preuve d'originalité à travers mes leçons. Il me fallait revenir aux vieux préceptes, ceux enseignés plus précisément par Kakashi-Senseï il y a de cela quelques années. Aussi je fouillai un instant dans ma sacoche ninja pour en sortir un kunaï, dont la lame scintilla quelques instants sous la lune. L'empoignant fermement, je reculai de quelques pas puis refis les mêmes mouvements que précédemment. Bien vite, je sentis une agréable chaleur se propager dans mes jambes pour terminer sa course à mes pieds, les entourant d'une aura bleutée semblable à celle d'Enma. Le dosage du chakra était devenu élémentaire pour moi, ayant à de nombreuses reprise eu recours cette technique. Malaxer l'énergie s'avérait également délicat, mais depuis le temps j'avais saisi l'exacte quantité qu'il me fallait utiliser. Une fois la chose exécutée, je piquai un brusque sprint vers le mur, kunaï à l'affût dans ma main droite. Le contact avec le mur se passa comme je l'avais prévu, mes pieds adhérant directement à la surface dure . Désormais à l'horizontale, ma course se poursuivit sur de nombreux mètres, une vingtaine tout au plus, jusqu'à ce que je m'estime suffisamment haut. Rompant l'équilibre, j'entaillai la pierre d'un large coup de kunaï, la fissurant d'une traite au moyen d'une ligne légèrement en biais, avant de retomber agilement sur mes pieds, genoux pliés et une main au sol afin d'amortir au mieux ma chute.

" Voilà, lorsque tu atteindras ce point, cela voudra dire que tu maîtrises la technique !! N'oublie pas de marquer ta progression avec le kunaï'ttebayooo !! Et ne te laisse pas avoir par les premières chutes, il est normal pour un ninja de ne pas tout réussir du premier coup ! Mais l'important c'est de ne jamais abandonner !! "


Souriant à nouveau, je lui tendis doucement l'arme en l'attrapant précautionneusement par la lame pour éviter qu'elle ne se blesse par mégarde. La motivation ... c'était ce qui distinguait un échec d'une réussite.
Revenir en haut Aller en bas
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Dim 20 Déc 2009, 00:40

    Bien que le premier assaut concernant l'appréhension de la technique que je désirais tant se solda par un échec, mon humeur augmentait progressivement vers le positif et donc par la même conjoncture me donner une motivation qui se déployait dans tout mon être. Ce n'était pas seulement à moi même que je devais l'exploit d'avoir une motivation que j'avais pu acquérir durant ce court moment de silence, mais aussi à Naruto, mon sensei actuel qui avait l'air d'apprécier aussi bien que moi ce moment de partage qui nous unissaient physiquement. Une union qui engendre des liens et conçoit une création de relation entre nous deux. Et à mon humble avis c'est bien ça qui me motive : tisser des liens. Jadis cela aurait pu être inquiétant au vue de la perte de mes géniteurs qui m'ont procrée avec un désire pétulant et pouvant traverser bien des épreuves. Tenter d'obtenir cette amour de passionné, une émotion qui nous pousseraient- moi et mon futur amant -à ce jeter dans les bras l'un de l'autre pour vivre ce désire violent et si vertueux, c'est une sorte de doctrine que je me suis imposais dans ma vie sentimentale. Mes illusions sur ce sentiment d'affection me guide parfois et c'est bien difficile de ne pas y adhérer. Mes pensées jaillissaient dans tous les sens ce qui me faisait perdre les signes qu'il fallait effectuer et cela m'obligea également à me replonger dans mes souvenirs pour réitérer les mêmes signes que Naruto. Tout était noir dans ma tête.

    Et...

    Sa voix rocailleuse témoignant de son adolescence tonna comme le tonnerre dans mon esprit pour me calmer et me donner un peu plus d'information sur la technique. J'écoutais attentivement Naruto jargonner sur la technique et précisant comment malaxer parfaitement bien mon chakra- pas assez ne me suffirait donc pas à marcher à l'horizontale, trop et c'est impossible de contrôler la marche. Bien que subtile à manœuvrer et que ça demande de la finesse j'y arriverai, je suis sur de moi. Et pendant que ces mots cessèrent de francher ses lèvres il commença à sortir un kunai pour renouveler les même gestes qu'il avait fait il y a quelques minutes de ça. Cette fois-ci sa course frénétique fut d'une plus grande vitesse sans nul doute dût au sprinte qu'il avait entreprit sur sa marche horizontale mais juste avant de me retrouver il avait minutieusement fait une marque pour une raison qui m'étais encore inconnu. Il finit par me rejoindre en faisant un saut de cascadeur et me conseilla une dernière fois. Prenant un peu plus de conviction dans mon regard je fendais mes lèvres pour formuler une phrase dans un souffle brulant :

    « Je crois avoir compris »

    Attrapant le kunai je commençais à refaire les mêmes incantations que Naruto pour finalement voir le fruit de mes signes en une nappe épousant parfaitement bien la forme de mes pieds comme précédemment, mais cette fois si le bleu n'était pas aussi sombre, plutôt d'une couleur naturelle comme l'azur. Commençant à marcher je regardais derrière moi les traces que je laissai qui n'était pas du tout identique à celle que j'avais faite il y a quelques minutes, ce n'était plus des sortes de cratères caractérisé par la forme de mes pieds, mais plutôt une sorte de fine pellicule de poussières sinueuses et d'une forme abstraite. Prenant une bonne dose d'oxygène je ployai mes jambes et commença l'accélération ultime qui devait me mener à ce trait qui représentait si bien le fruit de mes efforts....

    Dans mon étonnement...

    J'avais réussi à toucher le trait sans aucun effort, tenant encore debout- du moins horizontalement -je fis une sorte de virevolte à l'arrière pour que je puisse retomber sur mes pieds et faire dos à Naruto. Me retournant alors face à lui, je ne pouvais cacher ce délicieux sourire qui clamait ma joie. Attrapant Naruto dans mes bras, le câlinant de toute ma joie et euphorie qui me traversait en ce moment même, dans ce moment voluptueux j'attrapais dans mes mains la tête blonde de Naruto et je posa mes lèvres à la jointure des siennes, enfourchant délicatement sa langue avec la mienne.

    Désir fougueux...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Uzumaki Naruto
Genin de Konoha
avatar

Nombre de messages : 176
Age : 25
Village : Konoha Gakure No Satô
Date d'inscription : 28/03/2009

Fiche Ninja
PV:
395/395  (395/395)
PC:
585/585  (585/585)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Lun 21 Déc 2009, 21:08

La voilà désormais partie, dans son ardant désir du moment, celui de progresser dans l'apprentissage et l'assimilation d'un jutsu. Une telle détermination ne s'était que rarement manifestée dans mon entourage et, la plupart du temps, elle précédait un état d'âme dont seule une poignée de shinobis de ce pays pouvaient se vanter : La Volonté du Feu, héritage transmis de génération en génération depuis la nuit des temps par les sages du village, ceux qui, progressivement, avaient instauré dans une harmonie quasi parfaite cette condition de vie de ninja, dominée d'élans altruistes et protecteurs envers Konoha et les habitants, que l'on qualifiait souvent en ayant recours à la métaphore de l'arbre : le tronc symbolisait un pilier, c'était le fondement même du village, dont les précédents Hokage avaient été les précurseurs. Au sommet de l'arbre, des branches grouillants de vie à travers les feuilles vertes et brillantes qu'elles ne cessaient de générer au fil des années, des mois, voir même des jours. Le climat ambiant favorisait nettement cette croissance progressive, et chaque journée témoignait à la fois d'un respect envers les traditions et d'un nouveau regard tourné vers le lendemain. Mais au sein de ce système régi par de communes ententes, une zone d'ombre rongeait progressivement les efforts des fondateurs et corrompait impunément les plus faibles : situées à même le sol et bien en-dessous, se terrant parmi l'obscurité dont elle faisait partie intégrante, les racines étendaient également leur sinistre idéologie, mais je n'en savais guère plus sur la chose. Ce secret était si bien caché que je me demandais même si Saï ou encore Kakashi-senseï en avaient eu vent. Mais ni l'un ni l'autre n'avaient consenti à m'en toucher mot, et la chose m'horripilait quelque peu. Je sentais instinctivement que quelque chose de sombre se tramait sous cette atmosphère de paix régnant à ce moment même à Konoha. Bien vite, les créatures de l'ombre sortiraient de leurs refuges lugubres respectifs afin d'aller accomplir leur sinistre besogne ... et je devais être prêt à agir en conséquence. Tout en protégeant les êtres qui m'étaient chers, j'avais fait le serment, et ce dès ma naissance, en faisant office de réceptacle malgré moi, de ne jamais céder la partie la plus sombre de mon être aux forces occultes qui se feraient une joie d'user de son pouvoir démoniaque à des fins apocalyptiques. telle avait été la volonté d'un homme dont la renommée était parvenue jusqu'à mes oreilles. De lui, je ne savais rien d'autre, hormis son exceptionnel génie et son sacrifice ultime face au roi des bijuus : Yondaime Hokage ...
Cette ostensible digression prit fin lorsque je sentis un poids se défaire de ma paume. De toute évidence, la jeune fille à qui je tendais depuis quelques secondes un kunaï s'était décidée à en faire un nouvel atout pour cet entraînement avec, en guise de soutien moral, mes propres encouragements que je ne dispensais pas de clamer haut et fort. Après tout, ces acclamations avaient comme principal objectif celui d'amener progressivement Enma à découvrir ses limites, pour ensuite les dépasser, les repoussant ainsi à un nouvel horizon lorsque cela advenait. Bien vite, un bruit cadencé et saccadé de semelles ninjas se frottant à la terre dure composant le sol retentirent dans ce lieu silencieux, seul témoin de cet enseignement nocturne. Une preuve résidait, ou du moins plusieurs : Celles qui composaient un mur que j'avais pris comme appui afin de montrer à mon apprentie le considérable avantage qu'apportait le Kinobori, une fois maîtrisé. En biais, plus ou moins profondes et longues, les marques faites au kunaï étaient toutes tracées hâtivement, et marquait la limite d'une tentative, qui se concluait par la chute d'un corps dans le vide, puis par un nouvel essai plus ou moins concluant. Je l'entendais souffler, respirer bruyamment sous l'effet de la fatigue et de l'appréhension. A quelques moments, ses genoux allèrent jusqu'à se dérober, témoin d'une difficulté physique à laquelle elle n'était, de toute évidence, pas habituée. Mais j'avais foi en elle et en ses capacités. Après tout, si EroSennin m'avait enseigné le Rasengan, un jutsu de rang A, c'était parce qu'il savait que j'en étais pleinement capable. De même, Enma et moi étions désormais Genin car nous avions réussi l'examen de passage. Certes, la différence de niveau entre ma technique " carte maîtresse " et celle que j'enseignais présentement était énorme, l'équivalent d'un fossé ne suffisant sans doute pas, tant par rapport à la puissance qu'à la difficulté de l'apprentissage. Mais tout résidait dans l'enseignement ainsi que dans cette volonté de feu, ou du moins ses prémices, qui nous animaient, confondant nos émotions pour que nous puissions nous comprendre sans même à avoir à prononcer une seule parole.


" Courage, Enma-chan, tu y es presque dattebayo !!! "

Sans même me soucier des habitants qui, aux alentours, se trouvaient déjà dans les bras de Morphée, j'élevai mes mains au niveau de ma bouche, arquant mes doigts de chaque côté de mes lèvres afin de former une sorte de porte-voix. L'exclamation retentit un moment dans l'arène déserte, se confondant avec la légère brise qui, entre temps, s'était levée. Sous cette lune d'argent, je distinguais sans peine une silhouette à la chevelure incomparable exécuter mes instructions sans relâche, en s'accordant par intervalles régulières de brefs instants de répit. Observant la distance qui la séparait de la marque que j'avais fixé, je ne pouvais que constater sa progression d'ensemble qui évoluait de minute en minute. Combien de temps s'était-il déjà écoulé depuis le début de l'exercice ? Des heures, sans doute, mais tout me paraissait si rapide que je ne pouvais songer qu'en termes de minutes. Un halo bleuté venait souvent disperser les ténèbres qui se reconstituaient à sa disparition, et le silence n'arrivait à s'imposer tant les pas de course contre le murs résonnaient avec force. Puis, au bout d'un moment, l'approche du dénouement. Saisissant les contraintes qu'engageait la technique, malaxage et dosage de chakra, mon élève venait de rejoindre la limite fixée, mon entaille se retrouvant ainsi deux fois plus profonde que celles symbolisant le parcours de la jeune Genin sur ce mur terne. D'une agilité quasi féline, et avec une énergie que je croyais envolée depuis bien longtemps, elle atterrit à mes côtés, me faisant par la suite face. Le rayonnement de son visage éclairé par de minces filaments argentés signifiait bien des choses ; j'y lisais un mélange de fierté, d'accomplissement de soi et de joie omniprésente. Quant au mien, les expressions s'enchaînèrent bien vite : une surprise, due à la rapidité de l'apprentissage, suivie d'une indéniable joie, un sourire béat se formant sur mes lèvres en étant la preuve concrète. Je commençais à comprendre pourquoi Kakashi-senseï ainsi qu'Ero-sennin m'avaient toujours dit qu'ils étaient fiers de moi. Sans doute était-ce cela, la finalité d'un lien élève-professeur ...



Mais ce lien, pour Enma, n'était pas assez. Sous une brusque impulsion, ou tout simplement en gage de remerciement, son corps contre le mien, comme tout à l'heure. Si elle savait comme j'avais attendu le renouvellement de cet instant si particulier, témoin d'une complicité dont je n'avais jamais fait preuve, mes contacts avec la gent féminine de ce village étant considérablement faibles. Toutefois, sa gratitude ne s'arrêta pas là. Après cette sensuelle étreinte dont je me défis avec regrets, la sensation de mains qui, malgré le précédent entraînement, étaient toujours aussi douces, sur mes joues suffit à me faire frissonner de la tête aux pieds. Dans un ultime élan, succombant à ses envies, Enma m'offrit son cœur par le contact de nos lèvres et du muscle qui, la plupart du temps, me servait plus à engloutir des kilos de râmens encore bouillants.
Que faire, comment réagir ? Je me laissai aller, fermant lentement les paupières comme en proie à une soudaine envie de faire un somme, guidé par Enma, succombant à mon tour à cette douce chaleur qui prit progressivement possession de tout mon corps. Le temps, tout comme les quelques neurones que je possédais, semblaient d'être arrêtés, et ce n'étaient pas pour me déplaire.

Mon seul silence en guise de réponse.


Dernière édition par Uzumaki Naruto le Lun 11 Jan 2010, 21:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Enma Ai
Genin de Konoha


Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 22/10/2009

Fiche Ninja
PV:
100/100  (100/100)
PC:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Mar 22 Déc 2009, 22:24

    Le désir fougueux et plein de passion qu'avait traversé mon corps c'était rapidement estompé et pendant que mes paupières se levèrent dans une extrême douceur mes doigts pressèrent avec force la tête de mon amant de l'instant. A chaque instant ou mes lèvres sucrés s'ôtaient des siennes, la pression que je lui administrer sans demander son avis se faisait plus forte. Mes iris dorés plongèrent dans la volupté de son regard. Relâchant ma douloureuse étreinte, je laissai mes doigts caresser sa chevelure pour finalement tomber sur ses épaules. Encore exalter par son délicieux parfum qui s'était incrusté sur ma peau nacré, mon corps entier ne pouvait trouver la force de se mouvoir. Je renonçais soudainement à l'envie de réagir à l'acte que je venais d'accomplir. Son doux visage laissai entrevoir les prémices d'un attachement qui risquait de succomber à une douloureuse fin et c'est à ce moment que je réalisa l'erreur que j'avais commis. Moi qui spéculais sur sa maturité pour qu'il puisse comprendre le contexte du baiser.... Bien que l'erreur fut délicieusement appréciées par mes lèvres et à en juger de son expression par les siennes aussi, ce baiser devait être expliqué. Et bien que la formulation de mes mots n'étaient pas réellement explicite, je comptais sur lui... Pour comprendre.

    « Je... Tu... Sais... »

    Non seulement je n'arrivais pas à discuter normalement après le partage d'un doux baiser, mais en plus je pouvais ressentir mes joues se rosir. Moi qui paraissait habituellement si forte... Que se passait-il ? Il n'y avait d'explication à ce comportement que je pouvais fournir.
    Laissant mes doigts épouser la forme de sa robuste poitrine, je le regardais une dernière fois, comme un avant goût d'un adieux. Un rictus déforma alors mon faciès, mes yeux se plissèrent et commençant alors la prononciation des mots je fendis mes lèvres une dernière fois :

    « Me...»

    Mais avant que je ne puisse terminer ma phrase, une profusion d'eau venait nous tomber dessus. Le tonnerre tonna sa rage dans le tréfonds du ciel, le vent des ténèbres se mit à souffler accompagnant la foudre pour former une sorte de mélodie tonitruante.
    Une seule idée m'avait traversé l'esprit durant ces quelques secondes...

    « Viens chez moi c'est à deux pas d'ici ^^"... »

    Je n'avais pas réellement le temps d'attendre une réponse, réitérant les mêmes gestes qu'il y a un quart d'heure, j'attrapai sa main incrustant mes doigts dans sa peau si douce....




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   Lun 11 Jan 2010, 22:59

Critères d'évaluation:

Arrow Orthographe, style.
Arrow Mise en page, enchaînement des paragraphes et du rp.
Arrow Type du rp, objectif, mise en abîme du personnage.
Arrow Cohérence avec le personnage, évolution de son récit.

Évaluation:

Ai => Quelques fautes par-ci, par-là, mais dans l'ensemble, c'est correct! Avis personnel: la première personne te réussit bien mieux que la troisième. Smile
Naruto => Il serait bien d'aérer un tout petit peu tes paragraphes, mais sinon, rien à dire.

Au final: Bonnes mises en pages, rp continu et agréable à lire. L'ambiance demeure sensuelle du début à la fin, on s'y laisse entraîner avec délice.

Points:

Enma Ai => 10 pts
Uzumaki Naruto => 12 pts

=> Je ne peux pas vraiment considérer ce rp comme étant celui d'un entraînement, car il est à moitié relationnel. Et je doute que l'on puisse réellement apprendre le kinobori en deux essais, Enma... La prochaine fois, fais un topic avec la mention [Entraînement], et tiens-toi en aux descriptions de ton apprentissage, justement. (Les règles de validation n'étant pas les mêmes pour un rp relationnel que pour les autres, entraînements, missions et chasses...) Pour cette fois, je passe. Technique validée:

Citation :

Nom: Kinobori
Traduction: Art de marcher sur les arbres

Effets:
Donne la possibilité au ninja de grimper aux arbres ou, dans un cas général, de marcher sur n'importe quelle surface solide.

PC: 2 par actions. Après activation (une action), il ne coûte pas d'actions pour le maintenir. Les PC sont automatiquement pompés jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Autour d'un bol de nouilles [PV Naruto]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: Konohakonoha :: Chez Ichikaru-