AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Remords et Terreur |PV|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Remords et Terreur |PV|   Lun 07 Sep 2009, 21:19





Une fraîche après-midi, plongée dans la brume, alors que les nuages s’étaient faits plus lourds dans cette partie de la journée. Ce fond gris d’air et de vapeur qui surplombait habituellement le Village Caché des Nuages et même une très grande partie du Pays, venait de s’abattre sur les terres occupées comme une avalanche imprévue, plongeant dans une piscine brumeuse et douce les nombreuses maisons qui surgissaient de la plaine, épargnant avec peine les quelques hautes tours qui laissaient transparaître la position du Village aux volatiles à la recherche de leurs perchoirs quotidiens. Peu de personnes semblaient parcourir les rues dans cette cécité temporaire ; la peur d’un râteau dans la tronche ou encore d’un poteau en pleine poire était aussi marrant à regarder à la télévision que peu appréciable à expérimenter en live. Quoi de plus surprenant pour un couple que de marcher main dans la main et de se retrouver finalement tout seul, alors qu’une frêle silhouette s’évanouit dans la pâleur des lieux suite à un choc involontaire … . Rien de très glamour, vous en conviendrez.
Ayant malgré tout risqué la chose sans trop d’appréhension et de doute, notre jeune homme avait donc décidé de circuler dans les rues désertes, en solitaire. Son corps tout entier était en contraste parfait avec la visibilité qui lui était offerte par le décor : avec l’électricité qui le parcourait constamment, il était tel un lampadaire allumé dans la nuit. Sa chevelure porc-épic, voguant au rythme des pas qui semblaient repousser quelque instant le brume avant que celle-ci ne revienne à l’assaut, restait brillante et devenait même blanche luminescente avec l’air froid et blanc en circulation. Personne dans les lieux, si ce n’était cette sensation d’être suivi. Certainement Seijaku qui continuait à le suivre, comme on le lui avait ordonné. Être contraint de suivre quelqu’un par un temps pareil sans en avoir vraiment l’envie ne devait pas être une partie de plaisir … . Mais le plus frustrant était certainement de ne pas pouvoir le voir dans les yeux et de lui parler d’homme à homme : l’un des meilleurs Juunins de ce Village et de ses très vieux amis était devenu un miroir, face auquel on ne pouvait lire que les expressions que l’on ressortait soi-même. Aucun retour, pas de contact : juste une glace frigide. Peu importe … ; considéré comme responsable des années les plus sombres de Kumo No Sato, il n’attendait certainement pas autant du Village qu’il avait fui il y avait si longtemps de cela. Et continuant sur sa marche, il se laissait entraîner vers une partie plus sélecte et isolée du Village, où la Paix régnait en permanence. La brume s’échappant de la grille qui couvrait le portail donnait presque des frissons dans le dos, alors que notre jeune ami franchissait l’entrée de ce lieu sacré et saint : le cimetière.

Pourquoi il en était arrivé à voyager parmi les pierres tombales, c’était une question qu’il se poserait volontiers mais à laquelle il ne pensait pas trouver de réponses valables ou tangibles de lui satisfaire. Et puis, pourquoi s’en demander davantage : il était là où ses pieds l’avaient guidés, et il n’avait pas à changer de direction, à part si l’ambiance lui semblait trop glauque. Mais non : le silence était à ses oreilles une mélodie dont il était l’un des rares à percevoir les notes. Dans ce calme qu’il avait fui et pourtant si longuement recherché par la suite, il semblait retrouver un peu la Paix de l’Esprit dont il aurait eu besoin lorsqu’il était Kage… .
Voguant dans cette mer nuageuse et entre les tombes qui s’alignaient sur une bonne rangée, il ne voyait pas vraiment ces hommes comme des gens morts au combat. C’étaient des vies qui avaient laissé leurs empreintes sur ces terres, et qui étaient morts par la suite. Certes, ils n’étaient plus à leurs côtés, mais leurs souvenirs resteraient toujours ici, flottant sur ces nuages afin que les voyageurs puissent les lire et les apprécier. A y penser, cela faisait bien des années que notre jeune Empereur de la Foudre ne s’était pas recueilli sur la Tombe de son Père, pourtant très regretté car très Juste. Ne tenait-il pas comme Devoir moral de rendre visite à son défunt paternel qui l’avait chéri comme les habitants de son Village ? Voir sa tombe serait certainement très nostalgique après toutes ces années… . Arrivant sur les lieux, il fut surpris de voir que malgré son absence, rien n’avait changé. Le peuple avait souvent voulu élever sur le tombeau un monument qui rappellerait la puissance du créateur du Village, et la prospérité qu’il y avait apporté. Cependant, respectant conformément les souhaits du défunt, ne restait là qu’un simple Bouddha, priant pour la Paix de l’âme qui séjournait certainement maintenant dans de biens vertes vallées. Soupirant avec un fin sourire, Raïtei ne savait que penser. Et toi, Père – comment aurais-tu appris la nouvelle de ma désertion ? Aurais-tu immédiatement lancé les Chasseurs à mes trousses ? Aurais-tu pleuré mon départ ? L’aurais-tu compris ? Tant de questions qui resteraient désormais et à jamais tues et sans réponse. Peut-être était-ce la meilleure chose envisageable… .

Pour l’heure, cependant, le jeune homme électrique avait bien autre chose à penser. Il était important pour lui de reprendre du poil de la Bête. Et même s’il aimait la paix des lieux, il avait pourtant invité quelqu’un à le rejoindre, afin que ce dernier le soumette à quelque pression. Le Genjutsu était un point sur lequel il détenait de trop nombreuses lacunes. Et même s’il était condamné à mort dans les prochains jours, il souhaitait quand même utiliser tous les prétextes possibles pour entrer en contact avec les autres. Comment cette personne le verrait, et le jugerait, cela n’avait guère d’importance. Et en subissant ses assauts, il n’y avait nul doute qu’il en pâtirait. Mais n’était-ce pas là un nouveau moyen pour Amano Raïtei de subir une punition supplémentaire et de ne pas atténuer les remords qui le saisissaient ? Peu importe : il était certains gestes qu’il faut savoir faire afin de montrer ses excuses les plus larges et les plus lèches-bottes. Et sachant qu’il ne pourrait jamais effacer son erreur de jeunesse, notre ancien Raïkage comptait bien y aller par les quatre chemins les plus courts qu’il ait pu trouver jusque là. Si cela devait se faire dans ces lieux, qu’il en soit ainsi, tant que les Morts n’en soient pas dérangés. Père, en profiteras-tu pour me léguer ton dernier message ?
Un léger frisson parcourant le dos de notre Electric-Boy, il sentait maintenant que quelqu’un avait pénétré dans le cimetière. Se retournant vers la brume sans pour autant distinguer la personne qui s’était rendu ici, il tentait un appel vain.


- Raï-Dono ? Est-ce vous ? -


Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Dim 13 Sep 2009, 22:17

    Quelques temps plus tôt, certainement quelques heures, je n'avais spécialement prêté attention au temps qui s'écoula depuis la réception d'une missive. Un homme avait frappé chez moi, tout de blanc vêtu, comme un spectre traversant la brume soudainement implantée dans le village. Je commençais à m'y habituer depuis quelques mois, mais je ne parvenais toujours pas à trouver le chose agréable. On n'y voyait pas plus loin que notre nez, et la première fois que j'y fus confronté, je dus me battre contre un mastodonte qui n'apprécia pas le fait que je lui rentre brutalement dedans. Mais dès lors, je prenais mes précautions, et cherchais plus à ressentir les alentours au lieu de tenter à tout prix de les voir. Cela constituait en soi un bon entrainement, et permettait de ne pas se retrouver totalement prit au dépourvu dans le cas de cécité au cours d'un combat. Mais revenons à nos moutons, il y avait toujours cet homme sur le pas de ma porte, muet comme une carpe si bien que je me demandais s'il était muet, jusqu'au moment où il attendit une réponse immédiate par écrit de manière à ramener le tout à son client -j'imaginais, ou ami rendant un service, ou n'importe qui d'autre-. En ouvrant la lettre, je pris effet du nom de l'émetteur, un dénommé Amano Raitei. Le sujet de la lettre était simple, il me demandait simplement de venir au cimetière afin de lui infliger quelques genjutsu, en guise d'entrainement mental. D'un haussement d'épaule, je rajoutais quelques mots en guise de confirmation, puis tendis le tout au coursier de fortune. Qui repartit presque aussitôt après.

    Ce n'était pas que le fait d'aller me perdre dans la brume m'amusait énormément, mais cela pourrait faire office d'amusement, et d'entrainement tant qu'à faire. Je connaissais quelques techniques, mais trop peu usitées ces derniers temps à mon goût. Là était le moyen de me dérouiller un peu l'esprit, je n'avais pas encore trop osé me lancer dans divers missions suite à mes blessures. N'allez pas me penser chochotte, simple mesure de sécurité tant que je pouvais en jouir. Mais trop peu d'activité m’ennuyait mortellement, bien que j'appréciais passer du temps avec Koma. Alors je le mis au courant de la situation, puis revêtis un long manteau noir avant de jeter la capuche sur la tête. Je fermai la porte derrière moi, puis m'enfonçais dans les diverses rues du village. Bon sang, quelle fraicheur là-dehors ! Rien de tel que son petit foyer pour être tranquille à bouquiner les fesses posées dans un fauteuil, bien que cela n'entrait pas vraiment dans l'éthique des ninjas. Mais ceci voyez-vous, je n'en avais que faire. J'étais relativement égoïste comme personne, à n'en faire qu'à ma tête dans la plupart des cas, puis hausser les épaules avec un air de mépris lorsque les autres râlaient. J'étais ainsi, et pourtant j'aurais du montrer l'exemple vu ma nouvelle position au sein du village. Ou bien était-ce justement à cause de ça que j'agissais avec une telle désinvolture, avec l'air que presque personne n'avait pas me commander mes faits et gestes. Je n'étais pas un exemple après tout, et je n'avais même jamais prononcé le fait de l'être. De quoi les gens se plaignaient, je n'avais encore jamais vu de gamins aux cheveux bicolores ou tricolores gambader dans la rue.

    Pour en revenir à cet Amano Raitei, j'en avais vaguement entendu parler en surprenant quelques conversations de ci de là. D'autant plus qu'ayant accès à de plus hautes sphères, mes informations étaient plus sures et mieux fournis que les ragots de quelques commères du village. C'était un ancien Kage -que je n'avais assurément pas connu vu mon état juvénile dans Kumo-. Il n'avait pas une très bonne réputation à ce que j'en avais entendu dire, quelques personnes crachaient dans son dos... Bande de lâches, ils n'avaient plutôt pas les couilles d'aller lui dire ce qu'ils pensaient en face maintenant qu'il était de retour parmi nous -j'en ignorais la raison par contre de ce coté là-. Mais moi, je ne lui en tiendrais pas rigueur. Peu importe ce qu'il ai pu faire dans le passé, il ne faut pas s'y ancrer et tenir compte du faire que les personnes peuvent changer d'une manière ou d'une autre. Mon jugement était peut-être faussé, je ne l'avais jamais vu, et n'avais donc jamais eu affaire à lui personnellement. En cet instant, je ne le voyais que comme un homme désireux d'apprendre à ce défaire de mon art le plus exploitable, le domaine des illusions qui semblait déplaire à bon nombre d'individus. Tant pis pour eux, moi je me plaisais grandement à jouer avec les fils de leur esprit affaibli et d'en faire un tas de nœuds immondes, puis de lire sur leur visage leur désorientation croissant de manière exponentielle.

    J'arrivai enfin sur le lieu de rendez-vous à l'heure convenue, sans avance pour une fois. Le jour n'était pas propice pour flâner, alors la rapidité serait la meilleure option. J'aperçus une silhouette parmi les nombreux blocs de marbre ou toute autre matière, et m'en approchais en conséquent. Je n'étais pas sure que ce soit la bonne personne, mais à dire vraie elle m'attirait pour la lumière qui émanait de son corps. Un cas intéressant... Puis sa voix retentit dans l'atmosphère sinistre, me laissant le goût sucrée dans la bouche du fait que je ne m'étais pas trompée. "Oui... Et vous devez être Raitei." Soudainement, je comprenais mieux le pourquoi de son surnom de shinobi électrique. Une véritable pile celui-là, il allait falloir que je veille peut-être à ne pas m'approcher trop prêt, d'autant plus que le temps était très humide. Et je me laissais aller à la nostalgie des lieux, repensant au premier homme que j'avais connu, et qui m'avait aiguillé dans Kumo. Il était là, présent dans ce cimetière, aspiré dans le repos éternel. Mais ce n'était pas le moment de me laisser aller à la faiblesse, c'était à moi de me montrer forte en ces lieux, de manière psychologiquement en tout cas. Si je venais à me prendre une bonne décharge dans les dents, je ne répondrais pas de mon état ensuite.

    "Si vous êtes là, je suppose que vous m'avez bel et bien demandée afin d'exécuter un entrainement au genjutsu.. Je préfèrerai éviter de me tromper de personne, cela pourrait causer bon nombre de désagréments par la suite..."

    Un sacré quiproquo pour tout dire. Et je ne recherchais pas à m'attirer les foudres de Kumoins, déjà que certains s'étaient insurgés que le Raikage puisse me faire confiance en m'accordant le "noble" titre de Raïu. Encore une belle bande de crétins... Je cherchais dans le brouillard les yeux de l'autre shinobi, sans véritablement de résultats. Cette brume n'allait pas vraiment m'aider pour lancer mes illusions, mais cela resterait un excellent exercice et une bonne occasion de tester une nouvelle situation qui pourrait arriver en combat. "Si vous voulez mieux résister au genjutsu, je devrais pouvoir vous aider. mais avant, est-ce que vous maitrisez les Kais ?" Question essentielle à mes yeux. Car sans cela, il ne pourrait rien faire si ce n'est se rouler partout dans la boue, noyé dans son désespoir le plus grand. Et je ne voulais pas infliger de souffrance à une personne de mon village. De plus, malgré les dires, je n'avais rien contre lui. Je partais du principe que l'on ne pouvait en vouloir à quelqu'un que si l'on en avait personnellement contre lui, et non pas avec quelques ragots lancés par toutes les mauvaises langues. Bien sur, je ne prononçais pas être parfaite loin de là, comme je pouvais en vouloir à tous ceux de Suna et d'Oto. Mais cela entrait déjà dans ma sphère privée, bien propre à moi-même...

    Puis je croisais les bras en attendant un signal, celui du commencement de la raison de ma présence ici même. Et je ne vous cacherais pas que cela me faisait chier d’être ici, j’étais si bien chez moi lorsque j’en avais l’occasion. Mais je n’en montrais rien, même si cette personne pouvait être ôh combien intéressante. J’avais un caractère de merde, voila tout.


Dernière édition par Ilyena Raï le Mer 23 Sep 2009, 02:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Sam 19 Sep 2009, 12:23



L’air froid de ce début d’après-midi allait de concert avec l’atmosphère qui surplombait ce terrain sacré. En pénétrant dans le Village Caché des Nuages, notre ancien Raïkage avait bien en connaissance qu’il devrait se plier à bien des choses pour être autorisé à voguer librement dans son ancien Pays. Mais il ne s’attendait pas en fin de compte à se laisser guider lui-même dans des situations plus loufoques et imprévues ; était-il vraiment venu ici de son plein gré, c’en était à se poser la question.
Mais il fallait raisonner avec sagesse et conserver son calme – Amano n’était pas du genre à croire aux fantômes, ni aux esprits. Il aimait évidemment à se dire que ces derniers restaient suspendus quelque part, à observer la vie des mortels. Mais pas qu’ils appréciaient à se mêler à la Vie des humains, afin de leur faire peur ou pour passer à travers les vêtements dans le but de satisfaire quelque goût lubrique et grossier. Notre ami qui avait pourtant été un grand enfant dans sa jeunesse et même dans sa période adulte ne se laissait pas piéger par des choses aussi grossières et simplistes que des rêves idéalisés ou des monstres sous le lit. A vrai dire – et étant donné son tempérament bouillant et électrique – il aurait eu tendance à chercher les monstres afin de s’y frotter. Quoi qu’il en soit, se retrouver dans ce genre d’endroit restait presque une énigme à ses yeux. Il s’y était rendu, il n’avait donc pas été manipulé ou entraîné contre son gré. Il avait ensuite rendu visite à la tombe de son Père, bien. Enfin, il était presque sûr qu’il avait arrangé un rendez-vous avec une personne du Village, qui avait basé son Talent et sa Légende sur le Genjutsu : il était donc là pour un entraînement, ou encore pour trouver un peu de compagnie dans son Monde si vide et solitaire. Seijaku n’ouvrira pas la bouche pendant un bon moment, que ce soit de par les ordres qu’on lui avait donné ou encore par rancœur envers le Traître du Village. Notre Empereur en était donc réduit à cela : appeler quelqu’un et lui demander de l’entraîner afin d’avoir un soupçon de vie sociale ? Et par-dessus tout, les lieux étaient-ils vraiment appropriés pour une telle rencontre ? Être soumis à l’environnement agressif d’un Genjutsu était tout ce qu’il y avait de plus incontrôlable et cauchemardesque. Se rendre dans un parc aussi saint et pur qu’un Cimetière où reposaient les simples de vie et d’esprits ainsi que les Héros de l’Histoire, saccager ces tombes était-il le meilleur moyen de les remercier et de conserver leurs mémoires ?

Mais aussi énervant cela pouvait-il être, le regard figé vers le néant et sans objectif précis à regarder se bloqua sur le faciès de notre ancien Kage, alors que ce dernier semblait soudainement être pris d’une transe qu’il ne pouvait contrôler lui-même. Son sang s’agitait dans ses veines, alors que l’électricité qui entourait son corps s’intensifiait et s’animait de sursauts incompréhensibles. Il avait l’habitude d’être électromagnétique, il avait du supporter cela toute sa vie pour conséquences de ses expériences ridicules et égoïstes. Mais cette intensité nouvelle, était-elle un bon présage ? Qu’est ce qui pouvait autant exciter son corps, alors que lui-même ne réalisait pas encore ce qu’il faisait vraiment là ? Son souhait était de renforcer son Esprit et son Âme, tout en faisant mine de rédemption pour ses crimes passés, pas de ressentir une nouvelle joie de vivre et un plaisir à se retrouver face à ses anciens comparses ! Bien sûr que tel était le cas ! Jamais la Famille et son pays natal ne lui avaient autant manqué, d’où son retour qu’il espérait définitif ; mais alors qu’il désirait plus que tout présenter une soumission totale aux nouvelles autorités compétentes et un vœu de se faire pardonner ses péchés par la manière forte et la souffrance, son corps tentait-il aujourd’hui de lutter contre cette tactique, qui était de le punir en lui infligeant des dommages mentaux et physiques ? Un Sage lui aurait certainement dit que la Voie de la Raison ne s’y trouvait pas : mais ce n’était pas vraiment la priorité de notre ami, qui n’attendait pas de pardon inconditionnel de la part de ses compatriotes. Il se devait de prouver sa honte et son remord, en subissant par la douleur de la chaire ce que de nombreux Ninjas avaient probablement du endurer par sa faute. Alors pourquoi ses membres ressentaient-ils une émotion si intense, un frisson aussi délicieux ?
Et la Vérité se devait de se poser aux yeux illuminés et dorés de notre homme à piles illimitées : c’était bel et bien l’impatience d’un affrontement, et l’excitation d’un nouveau test qui lui serait imposé qui le mettait dans un tel état. Abasourdi de constater que la corruption venait de son cortex cérébral même, notre Shinobi transpirait soudainement à grosses gouttes. Etait-il finalement ainsi ? Prenait-il plaisir à souffrir et à tenter d’avancer en même temps, afin de trouver une nouvelle Voie ou une possibilité de s’en sortir ? L’approche de son acolyte de fin de journée, le rythme de ces pas étrangers qui frappaient le sol gelé par le froid, cette présence qui venait lui caresser le dos à l’en faire hérisser jusqu’aux plus petits poils … . Une alléchante sensation, qu’il n’aurait osé se permettre. Etait-ce l’éveil en lui d’une personnalité nouvelle, qui aspirait au Renouveau et aux plaisirs qu’il pourrait avoir de nouveau ? La passion l’emporterait sur la Raison ; s’y laisser corrompre serait-il un péché supplémentaire … ?

Suite aux questions qui transperçaient la brume, Raïtei maintenait maintenant la tête baissée vers le sol, ses yeux recouverts par une ombre ambiante, alors que sa chevelure d’or battait au rythme d’un vent nouveau, qui venait de se lever. Il était parvenu à repousser ses instincts de combattant, mais pour autant, il en conservait la Force ; une Force qui n’attendait qu’un signal pour s’exprimer et entrer en action. Contre les interrogations de Ilyena Raï, notre Ninja aux pouvoirs surnaturels se présentait clairement à sa vue, exposant ainsi son corps au périphérique visible de tout et de tous. Il ne craignait rien et restait confiant ; mais avant tout, noter homme tâchait de détruire la division qui existait maintenant en lui, se persuadant de garder tous ses esprits. S’il s’emportait, il pourrait raser le cimetière, ce qu’il ne tenait surtout pas à faire. Le respect du Repos des Anciens méritait bien plus que cela. Contenant sa force, il savait cependant qu’il était temps de commencer … .


- Je vous remercie pour votre présence ici, Raï-Dono. Point d’inquiétude pour le Kaï, j’ai été forcé aux Arts Ninjas dans ma jeunesse. -




Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Lun 21 Sep 2009, 03:06

    Ce type dégageait un chakra terrifiant à mes yeux, surnaturel. Non pas uniquement les ondes qui s'échappaient de son être de manière perpétuelle, mais également toute cette énergie courant inlassablement sur sa peau. Je n'aimais pas la foudre, je la haïssais même pour une raison qui m'échappait. Certainement quelque chose caché par mon passé, cette chose obscure que j'avais oublié un beau jour en m'éveillant. Saleté de mémoire qui n'avait pas fait son boulot, elle m'avait recadré dans l'espace et dans le temps, peut-être, mais pas de manière complète. Il n'y avait qu'une chose que j'étais parvenue à noter en fouillant intensément dans le foutoir de mon âme, le fait que dans mes souvenirs, mes yeux étaient bleus comme l'océan. Et depuis mon réveil, verts. Ceci n'avait certainement aucun rapport, et reposait sur une confusion totale, mais je ne pouvais passer là-dessus. Certes, je m'étais promis d'oublier Suna, mais il y avait toujours cette part au fond de moi qui voulait connaître au moins son passé, savoir ce qu'elle avait pu être durant toutes ces années obscurcies par une cause inconnue. Je ne savais plus ce qu'il fallait que je fasse, oublier intégralement, ou alors rester sur ma position et continuer quelques brèves recherches... Comme on avait pu me le répéter, le passé finira toujours par nous rattraper un jour ou l'autre, et je l'attendais. Ce jour-là, je serais prête à lui abattre le courroux de ma colère, et faire rompre l'ancien temps sous mes coups. Un soupire traversa la barrière de mes lèvres tandis que je regardais la pile électrique un peu plus loin, sans ne pouvoir encore distinguer les traits de son visage. C'était un bon point cet entrainement, cela ne m'en ferais ressortir plus forte à moi aussi, savoir mieux maitriser encore l'art des illusions pour ne pas me faire avoir par le premier pelé à entraver mes pas. Et reprendre une pleine maitrise de ma vie, sans personne pour me dicter ma conduite...

    Depuis mon passage au grade de Raïu, je me sentais différente. Comme si soudain, je prenais conscience de la responsabilité pesant sur mes épaules au sein du village de Kumo. Comme si je ne pouvais plus être que le Joker avec tous ses coups bas, et autres bourdes que je me plaisais à faire en riant à gorge déployée. Enfin, le dénommé Raitei bougea, et laissa de la sorte à ma vue les traits de son visage. Il semblait jeune, bien que quelque chose d'autre trônait sur son faciès sans que je ne puisse déterminer quoi. Mais si j'en croyais les rumeurs, il avait bien de quoi être préoccupé. Ce n'était pas facile de marcher dans la rue avec toutes les commères maugréant dans votre dos, quand ce n'était pas une chose intentionnelle de votre part. Je connaissais cela, mais ça ne me dérangeait aucunement puisque j'avais cherché à me faire cette réputation là, appuyée par mon excentricité flagrante. Visiblement, mon interrogation s'était montrée obsolète. Il était presque évident que tout shinobi plus ou moins haut gradé sache faire un kai, mais parfois on tombe sur de drôles de surprises, agréables ou non. Quoi qu'il en soit, cette réponse me fit sourire, cela faisait quelque chose en moins à faire. Je ne me voyais pas apprendre à quelqu'un à se défaire d'un genjutsu, en partant de A pour finir à Z. "C'est un plaisir..." Les articulations de mes doigts craquèrent sous la pression de mes poings serrés, tandis qu'il se remit à parler. Je ne me servais pas de mes mains afin de lancer mes jutsus, mais cela ne m'empêchait pas de sentir une sorte de tension dans l'atmosphère. Et toujours cette foudre paraissant si agressive pour ma personne, comme si au moindre geste je me retrouverais foudroyée. Je réfléchis l'espace de quelques secondes à que faire, par quoi commencer. L'envie de lui ôter sa capacité spéciale me démangeait fortement, mais je ne voulais paraître obnubilée par ce... pouvoir.

    "Bien. Je vais débuter par quelque chose de relativement basique, puis corser les choses au fur et à mesure."

    Ce que je lui réservais pour le moment était l'une de mes combinaisons préférées, une technique qui s'utilisait de manière générale pour un seul sens à la fois. Mais je prenais un malin plaisir à me corser d'avantage les choses, et de priver mon adversaire de la vue et de l'ouïe. Un homme aveugle était déjà bien impuissant, mais si en plus vous lui ôtez sa capacité à entendre les dangers immédiats... Un petit rire s'échappa du fond de ma gorge, pour ne laisser place qu'à un rictus sur mes lèvres. Cette pensée me fit frémir tandis que mes iris s'étaient figés sur le sol, comme si toute cette poussière allait m'aider à réfléchir et trouver la solution à mon dilemme. Je fis un pas en avant, et prit place sur ce qui semblait être un banc perché entre deux monuments funéraires. Ce n'était pas mon entrainement à proprement parler, et je n'avais guère envie de rester debout. De toute manière, qu'importait ma position pour aller brouiller l'esprit de mon compagnon d'endroit glauque. Je relevais les yeux vers lui, bicolores de leur état artificiel. "Bien... Alors commençons." Je le sentais un peu pressé, et ne voulait en aucun cas le contredire. Je n'avais rien contre lui, mais ne me sentais pas rassurée dans le même moment. On ne guérit jamais vraiment d'une phobie, et celle ci était particulièrement agaçante étant donné que je n'avais aucune prise sur elle.

    Je me concentrais puis plongeai mon regard dans le sien, apte à lancer ma première attaque. Je ne savais jusqu'où il voulait aller, mais je commencerais doucement, puis gravirai ensuite les paliers par étapes. Je vins à malaxer mon chakra, puis à le propulser vers sa personne, me permettant de la sorte de modifier sa vision des choses. Je récitai mentalement mes incantations, comme si mes mains étaient en mouvement devant mes yeux, puis perturbai soudainement ses sens. Pour commencer, je le rendis aveugle, incapable de voir les alentours, comme si la brume s'était soudainement d'avantage obscurcie, et que les ténèbres avaient soudainement avalé le cimetière dans un appétit gargantuesque. Puis ensuite l'ouïe, qui se fit comme l'effet d'oreilles bouchées par les lames d'un océan, et plus rien, le calme plat. Je ne détachais pas mon regard de sa personne, curieuse de voir le temps qu'il allait mettre pour s'en sortir, et s'il n'allait pas céder à la panique. Il savait que c'était une illusion de genjutsu, d'autant plus qu'il était prévenu à recevoir des attaques de ce genre là. Mais la réaction des personnes était différente d'un individu à un autre, alors j'attendais, patiente, qu'il me réclame la suite, ou me le fasse comprendre.


Citation :

Action unique :

Rang C
Nom : Altération des Sens
La cible de ce genjutsu perd un sens, et tout ce que cela peut impliquer.
Coût : 10 pc
Altération d’état cécité : Perd la vue et ne peut donc cibler ses attaques.
Altération d’état surdité : Perd l'ouïe et ne peut donc voir venir les assauts discrets.


=> Combinaison de deux genjutsu de rang C, donc coûte 20 pc.

Pv : 620
Pc : 690 - 20 = 670




Dernière édition par Ilyena Raï le Lun 28 Sep 2009, 16:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Lun 28 Sep 2009, 15:40

Ayant chacun à leur tour fait les présentations et s’étant échangé quelque courtoisies afin qu’il n’y ait pas de malentendus entre les deux personnages du Village Caché des Nuages, nos deux amis s’étaient présentés en position d’attaque, prenant leurs gardes respectives et attendant que le premier coup arrive. Calme et déterminé à endurer cet entraînement qui se promettait comme étant des plus rudes, Amano avait tendu son bras gauche sur le côté et laissé scintiller une lueur nouvelle, signe de résolution à être plus encré dans le combat si l’échange venait à arriver. De plus, bien qu’il ne soit pas sensé attaquer, une pression supplémentaire ne ferait que persuader Raï d’aller à fond sur cet échange des plus originaux, la poussant à faire usage de techniques qui pourraient gravement lui nuire. Cela pouvait sembler démentiel, de désirer à ce point être tourné à la faiblesse et à la fatigue suite à un assaut sans failles et terrible. Personne ne serait assez fou pour oser affronter l’un des plus performants Maîtres du Genjutsu de ce temps, mais il fallait dire que notre ancien Raïkage devait certainement avoir une case en moins. Il avait après tout déserter le Village, et s’était rendu dans de nombreux pays afin d’en découvrir les mystères et les saveurs. Il était rentré après bien des années, abattu et presque déçu de cette expérience : mais il savait qu’elle l’avait considérablement enrichi et qu’il s’était amélioré durant toutes ces années. Maintenant, il allait devoir prouver sa loyauté à son ancienne terre natale, place qu’il n’aurait jamais du quitter auparavant.
Entrant dans le vif du combat, notre homme savait malgré tout faire preuve de retenue. Il avait bien noté les mots que lui avait adressés son rivale du jour, et attendant de voir ce qu’il allait devoir endurer, noter homme préférait pour l’heure conserver cette boule de plasma qu’il continuait de maintenir dans sa paume. Cette frappe serait décisive, mais il devrait en contrôler l’impact. Après tout, ils se trouvaient tous deux dans un Cimetière, terre sacrée entre les plus sacrées, là où les Morts méritaient un doux repos, sans avoir à se soucier des soucis des Vivants. Venir troubler leur paix n’était-il pas une erreur additionnelle, qu’il eut mieux valu éviter ? A la réflexion, notre jeune ami aurait mieux fait d’emmener le groupe plus loin ; mais les offensives étaient déjà annoncées, et notre blondinet allait devoir jouer avec ce problème de plus. Il prendrait soin de diminuer la puissance de ses coups, et ferait bien attention à ne pas heurter un monument qui déambulait ici par centaines. Attendant le premier assaut, il intensifiait cependant l’halo de lumière qui entourait son corps, semblant presque lui brûler la peau et faire flamboyer ses vêtements. Même s’il ne comptait pas se lancer à fond, il devait déjà donner l’impression qu’il ne resterait pas à rien faire. Et dans l’attente, notre jeune ami observait rapidement les alentours : il y avait non loin un petit espace – ils seraient plus tranquilles, n’attireraient pas trop l’attention et pourraient œuvrer en tout honneur et sans mal. Il tenterait pour commencer une manœuvre dans cette direction. Un instant, il lui sembla presque voir une ombre sur sa droite, mais qui s’évanouit entre les tombes et sentiers… . Seijaku, … comment vas-tu réagir à ce combat ? As-tu deviné mes intentions ?

La partie commença avec une première offensive de la part de Ilyena Raï ; stratégie finement choisie et très bien calculée, car ne donnant que très peu l’impression de passer à l’assaut, la vue de notre Shinobi électrique se troublait pourtant progressivement, à tel point qu’un voie noir évoluait lentement sur ses pupilles, venant éteindre la lueur dorée qui s’y reflétait et plongeait Raïtei dans la cécité la plus totale. Tentant d’ouvrir les yeux pour voir s’il était toujours possible que ce ne soit que la fatigue, constater que ses yeux étaient bel et bien ouverts eut un premier effet de choc sur lui. Il était désormais aveugle ! Restant malgré cela froid et réfléchi, il ne bougeait pour l’instant pas. Il devait accepter le fait qu’il ait perdu la vue, même si cela allait amplement le désavantager pendant cette bataille à venir. Utiliser ses capacités Doton pour contre-attaquer ? Cela ne lui rendrait pas sa vision sur l’adversité. Les stratèges du Village étaient loin d’être des incapables ; cette pensée fit sourire l’éternel attristé de la Vie.
Relevant légèrement la tête comme pour s’adresser à l’inconnu invisible, la voix frêle mais à la fois forte de l’Empereur de la Foudre résonnait dans les environs, cherchant à toucher l’ouïe de son interlocuteur.


- C’est une excellente stratégie pour m’empêcher de cibler mes attaques. Cependant, toute technique contient une faille, qu’il se faut de trouver ! –

Ces paroles à peine dites, l’index et le majeur de la main gauche se tendaient, bien que pointés vers le sol, et le chakra circulant dans le corps du Ninja de Kumo No Sato s’extirpant peu à peu de son corps pour s’agglutiner à l’extérieur en deux masses compactes bien que très peu solides donna naissance à deux clones, technique bien connue du Bunshin No Jutsu, qui se tinrent de chaque côté de leur Créateur. Même s’il ne pouvait voir de lui-même, ses compères pourraient lui envoyer à son esprit une image claire de ce qu’ils pouvaient voir et prévoir.
Ainsi appuyé, le corps d’Amano Raïtei se balança en avant, se penchant pour presque toucher le sol, son bras droit s’armant à l’arrière de son corps. Ses yeux fermés auraient pu témoigner de l’incertitude de son coup, mais il fallait être bien confiant pour accepter de prendre le risque. Chose que notre ami n’hésiterait pas à prendre. Lançant ainsi sa première frappe, celle-ci pointait déjà vers sa cible, alors que nos trois guignols se décidaient à entrer en mouvement. Partant en courant sur la gauche, ils zigzaguaient entre les obstacles, les deux créations informant continuellement le véritable Juunin de son emplacement et des dangers qui se trouvaient sur son passage. Le risque était grand, et il valait mieux faire attention, car ne prêtant pas attention à une petite pierre, notre Amano adoré manqua de peu de se flanquer par terre, se contentant de tituber sur quelques mètres. Sa lancée achevée, et freinant subitement, il se savait enfin en terrain dégagé, où les deux combattants ne risqueraient pas d’endommager les lieux plus qu’ils ne l’étaient déjà.
Les trois piles électriques faisant face à la jeune femme qui les avait certainement poursuivis, ils marquaient également un avantage : qui frapper des trois, étant donné qu’un seul était le vrai ? Voila qui allait compliquer la tâche pour Raï, car manquer son coup pourrait entraîner une sérieuse perte sur le plan technique et tactique.



Spoiler:
 


Dernière édition par Amano Raitei le Jeu 08 Oct 2009, 03:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Jeu 08 Oct 2009, 02:43

    Un léger frisson s'empara de mes sens tandis que ma bouche s'entrouvrit pour laisser passer un long bâillement. Je pouvais déjà ressentir l'ennui de la situation, l'immobilité me rendant encore plus lasse que je ne l'étais déjà. D'un geste ferme, je croisais mes jambes en plaçant mes mains sur le bord du banc, au niveau de l'arête située derrière mon fessier. Je regardai sa réaction, les mouvements de ses yeux. J’avais dès lors la certitude qu’il était bel et bien aveugle, il ne pouvait feindre à ce point la surprise, surtout ne sachant pas ce que je lui réservais puisqu’aucun signe n’avait été visible de ma part. Et je ne pensais pas qu’il soit doué du don de lire dans les pensées, ou bien de lire mes intentions au fond de mes yeux bicolores. Je courbai mon dos vers l’avant, et posai mon coude sur ma cuisse afin de retrouver un refuge stable pour mon menton au creux de ma paume. Les doigts posés sur ma bouche, remontants vers les yeux, je le fixai. Lorsqu’il se mit à parler, je crus que cela n’avait pas fonctionné dans son intégralité. Mais je me rappelai qu’il pouvait parler encore à sa convenance, bien qu’il puisse connaître bien plus de difficultés à doser sa voix. Mais je ne perçus aucune différence, il ne volait pas sa triste réputation le bougre. Face à son état, donner une réponse aurait été une chose inutile. Je me contentai donc de sourire intérieurement, sans ne bouger aucunement de ma position les muscles relâchés, m’attendant à le voir prononcer un Kai plus ou moins bien fait, et se libérer de cette emprise gênante.

    Il allait définitivement m’en falloir beaucoup plus pour pouvoir l’impression un tant soit peu. Je le voyais faire ses clones, patiente. Je n’étais pas inquiète pour le moment, et tenter de comprendre le but de la manœuvre. M’attaquer avec de simples bunshins me semblait un peu décaler, d’autant plus que je n’attendais aucune offensive. Pour moi, cette entrevue n’était que dans un seul sens, lui envoyer quelques genjutsus dans les dents jusqu’à ce qu’il en fût rassasié, et reparte l’esprit un peu embrouillé dans son domicile. Je n’attendais pas un échange à proprement parlé, juste une aide pour qu’il parvienne à mieux se défaire du piège des illusions. Ce n’était pas dans mon intérêt d’agir de la sorte me direz-vous, montrer aux autres la manière de se défaire des ficelles de mon art, mais entre shinobis du même village, l’union fait la force. Et si chacun possède la puissance, alors la défense n’en sera que bien meilleure. Un petit toussotement ressurgit d’entre mes lèvres, me faisant fermer les yeux. Malheureusement, j’étais trop « occupée » pour me rendre compte du surplus de chakra provenant subitement de la centrale nucléaire à pattes. En laissant mes paupières courir de nouveau vers le haut de mon front, je pus constater avec horreur la boule qu’il avait formée dans sa main. Avant que je ne puisse même comprendre l’urgence de la situation, cette chose immonde filait à toute vitesse sur moi. J’aurais pu l’esquiver en d’autres termes, mais en prenant en compte l’élément de surprise et ma garde extrêmement relâchée, je ne pus rien faire. Cela ne signifie pas que je restai sans n’esquisser le moindre mouvement, bien au contraire. Je tentai rapidement une sortie arrière, comptant me réceptionner sur le dos en une roulade arrière et de ce fait éviter l’attaque, mais je ne fis que m’empêtrer encore plus et me prendre l’attaque de plein fouet, qui me fit finalement basculer en arrière, pour retomber lourdement sur mon épaule gauche.

    Je retins un gémissement de douleur en sentant le marbre sous mon corps, ainsi qu’un juron qui aurait pu surgir d’une manière si subite et à un degré de décibel assez intéressant pour déranger les morts dans leur sommeil. Le mélange n’aurait pas été quelque chose d’extraordinaire, et je n’aimais pas montrer aux autres quand j’avais mal. Ma fierté me perdrait un jour, j’en avais l’intime conviction. Je grommelais quant à la sensation habitant mon corps, celle si désagréable d’un courant électrique parcourant votre être, vous contraignant à quelques mouvements involontaires dans une douleur atroce avant de vous calmer. Mâchoire crispée, je me relevais une main sur le bras, en cherchant du regard la pile humaine. Heureusement, l’effet de douleur s’estompa assez rapidement, peut-être que cette impression n’était due qu’à la surprise, et à la peur également. Evidemment, il en avait profité pour prendre la poudre d’escampette. Mais son petit don n’était pas d’une discrétion redoutable, si bien que je parvins à retrouver sa trace relativement rapidement, dans un endroit plus dégagé. Son attaque précédente avait eu le don de réveiller mes cellules assoupies dans les règles, me permettant de me retrouver dans un bien meilleur état d'esprit. Finalement, cet entrainement allait être bien plus intéressant que prévu. Donner, sans recevoir, ce n'était pas motivant. Autant jouer au ping-pong en solo pour éprouver cette sensation là, à jouer avec quelque chose d'inanimé, bien que dans mon cas il y aurait eu des réactions à observer. Mais là, jauger afin de prendre effet si une contre-attaque devait survenir, cela n'en était que mieux, pimentant la scène dans un univers brumeux.

    Dès lors face aux trois pantins, je ne pus réprimander un sourire. Effectivement, j’avais bien fait de venir, de me bouger un peu les fesses pour les décoller de mon fauteuil, rien de tel qu’un semblant d’exercice afin de retrouver la forme. J’avais déjà vu un cas similaire par le passé, ou plutôt étudier. Je n’étais pas pro-clones, mais je crus deviner la raison de la présence de ces deux sacs de chakra. Bien entendu, perturber mes sens, me faire hésiter sur la personne à attaquer, bien qu’avec de la concentration j’aurais peut-être pu dénicher les deux imposteurs. Et encore, avec beaucoup de chance, il me semblait trop réfléchi comme type pour n’être qu’une potiche sans cervelle. Mais plus important, ils n’étaient pas atteints par ma technique, et pouvaient prendre effet des actions et paroles sur la zone de combat. Je tentai alors quelques paroles, glissés à la coulisse d’un vent doux, portées jusqu’au niveau de mon adversaire fraichement dégotté. "Vous avez bien raison. Tout acte comporte une faille..." Mais tout problème possède également une solution. Je plissai les yeux, ayant les trois shinobis dans mon angle de vision. Si je n’étais pas sure de toucher le bon, alors les trois feraient l’affaire. Je me mis à perturber le flux de leur chakra, ne tenant pas compte d’une quelconque différence entre eux s’il y en avait. Si son énergie était la foudre, et donc le ninjutsu par extension, alors je le priverais de sa denrée vitale. Cette technique semblait simple à voir comme ça, au premier abord, mais c’était tout un savoir-faire pour priver une personne de son élément de prédilection. Perturber le flux de son chakra pour un temps plus ou moins durable, et le rendre ainsi vulnérable s’il ne possédait pas un as dans sa manche.

    Si ma technique marchait, je comptais sur le fait de voir les serpents de tension cesser de danser sur son être, et de le rendre vulnérable face à une éventuelle technique de Taijutsu. Là, je ne serais pas allée m’y frotter, ayant une sainte horreur et semi-phobie de la foudre. De plus, l’idée de me reprendre une de ses maudites techniques dans les dents me faisait frissonner, mais de terreur cette fois-ci, et non plus ‘excitation due à l’adrénaline courant dans mes veines.



Spoiler:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Dim 11 Oct 2009, 03:24


S’être retiré dans un terrain isolé afin de n’apporter aucun dommage aux tombes sacrées qui reposaient sur cette terre intime avait été une manœuvre qui s’était davantage prêté à l’avantage de noter ami électrique. Cependant, la victoire ne reposait pas sur ce point uniquement, et il en faudrait certainement bien plus pour parvenir à maîtriser son adversaire. Ce n’était évidemment pas son but ; mais il ne devait pas vraiment être réjouissant d’attendre la réaction qui ne viendrait pas – en maintenant un niveau d’attaque, même peu élevé, notre jeune Ninja parviendrait possiblement à mettre un peu plus d’intérêt dans cet entretien particulier. Car attendre le rétablissement de son adversaire afin de le vaincre à nouveau et les mêmes mouvements, quel ennui même pour le Shinobi le plus patient sur cette terre… .
Ayant pris place sur ce terrain vague encore non aménagé pour les prochains défunts et enveloppes charnelles, nos trois copies, dans un air simple et calme, attendaient patiemment que vienne l’ennemi afin de continuer sur cet échange. N’attendant pas non plus pendant plusieurs mois, il suffit à la vérité de quelques secondes pour que la Kunoichi de Kumo ne revienne à leur hauteur, les ayant rattrapés sans difficulté aucune et sans fatigue. Bien que ses yeux soient toujours obstrués par cette brume étrange, et que son ouïe l’ait empêché de percevoir l’arrivée de Raï, le visage stoïque et grave de Raïtei, fixant le sol et conservant sa fougue au plus profond de son cœur le présentait dans une grande réflexion. Elle avait été là en un instant ? Voila qui était bien étrange ; il allait falloir considérer qu’ils avaient tous deux atteints les mêmes temps au chronomètre lors d’une course. Son avantage ne se placerait ni dans la vitesse, ni dans son moral qui pourrait faillir face aux plus redoutables techniques de Genjutsu. Il se devait de faire usage de sa tête, s’il voulait combler le trop grand écart qui existait entre leurs deux forces. Son Art dans le Ninjutsu serait certainement utile afin de garder un côté assez combattif dans cet échange des plus originaux. Mais il devait d’abord œuvrer pour avoir davantage d’informations sur son sujet. Car on ne peut disserter sans avoir quelques connaissances de base. Et dans ce cas, il luttait contre une parfaite étrangère. En définitive, s’il ne trouvait pas un moyen d’agir rapidement, il allait se retrouver piégé en peu de temps. Bizarrement, la goutte de sueur qui coulait sur son front après à peine quelques minutes d’affrontement lui apportait une sensation froide, chose qu’il n’avait ressenti qu’il y avait longtemps, son corps électrique ayant pris pour habitude de le couvrir entièrement et de le conserver au chaud. Le Village Caché des Nuages était maintenant en sécurité avec des tels hommes ; il n’oserait pas même prendre de nouveau le risque de le quitter, si cela était pour se retrouver de nouveau face à de pareils monstres. Il fallait croire que chaque génération dépassait la précédente, et se devait d’être battue par la suivante. Puisse cette logique protéger à jamais le Monde et ses bienfaits … car il existe moult dangers dans cette atrocité vivante qui peuvent mettre en danger une paix fragile… .

N’ayant guère de temps libre, il semblait que les paroles de l’ancien Raïkage étaient interceptées, analysées, puis échangées contre d’autres par la jeune et splendide femme qui lui portait assaut. Après lui avoir arraché la Lumière, et lui avoir ôté le Chant et la Voix, n’importe qui aurait pu devenir fou, plongé dans cet abysse sans fond et sans possibilité de remonter à la surface. Mais gardant son calme, la présence de ses doubles apportait une sorte de réconfort à Raïtei ; le Monde ne s’effondrerait pas pendant sa cécité et sa surdité. L’utilité d’une paire de clones était on ne peut plus valable.
Mais cette déficience ne satisfaisait certainement pas notre interlocuteur de coups, car la contre-attaque de l’Empereur paraissait avoir éveillé en lui une rage des plus grandes et une détermination à aller plus loin, sans attendre plus longtemps. Acceptant la remarque qu’il lui avait faite, mais y trouvant une réponse des plus justes, elle venait à nouveau d’effectuer un Jutsu avec cette même vitesse qu’il avait notée précédemment, et un léger vent prit place sur les lieux, observateur des évènements. Rien ne semblait avoir changé. Mais l’électricité s’embrasait soudainement autour du corps de Raïtei, s’intensifiant et se faisant plus agressive que jamais ; au point que sa peau le chauffait brutalement et une vieille cicatrice sur la main droite se rouvrit automatiquement. De quoi ? Cette Foudre, qui avait dévoré son âme pendant tant d’années et qu’il était enfin parvenu à contrôler, reprenait sa sauvagerie et sa rage afin de me dévorer entièrement. Lui qui avait réussi à la dompter, voila qu’il perdait ce contrôle ? Il devait y avoir anguille sous roche. Augmentant sa dépense de chakra afin de mater cette rébellion interne, il tentait de reprendre le dessus par la même force que celle qui s’opposait à lui. Aucun résultat ???
Se pourrait-il que … .

- Le Genjutsu est une création digne des pires tortionnaires … Ils peuvent engendrer la terreur dans l’esprit de l’opposant, et le mettre à terre sans avoir bougé d’un pas… .
Me priver de Ninjutsu alors que je ne présente aucun bon point pour le reste … quel Jutsu terrifiant … . –


Le simple fait de présenter ainsi la chose semblait presque renversant de simplicité et de stupidité. Qui pourrait bien rester calme en ayant perdu la vue et l’ouïe, et se retrouvant maintenant coupé de toute chance de vaincre ?! Cette tendance à conserver son calme était-elle ce qui avait permis à notre Empereur de la Foudre de survivre jusque là ? Peu probable, même si cela avait du y contribuer. Mais qu’est ce qu’un Seigneur de la Tempête sans la Fureur du Ciel ? Si ce n’est qu’un Empereur déchu de son trône et condamné à la faiblesse, observant son propre royaume s’effondrer… .
Laissant aux clones la garde de son corps et de l’environnement qui l’englobait, l’illuminé au sens figuratif – bien évidemment – concentra le chakra qu’il avait, afin de former un nouveau flux qui s’agitait déjà dans ses entrailles. Il ne pouvait pas utiliser de Ninjutsu, mais tant que l’on n’avait pas bloqué son chakra, il pouvait l’utiliser sous une forme pure afin de briser la barrière qui avait été implanté dans son cerveau. Laissant le flux couler en lui et le parcourir de fond en comble, il trouvait enfin où le piège mental avait été posé. Mais il était bigrement puissant, et alors qu’il tentait de forcer son entrée, il ressentait pour la première fois depuis longtemps l’épuisement et la fatigue que cela apportait à son corps relativement chétif. De plus, l’assaut de la Foudre qui dominait et englobait son être était loin de désirer coopérer avec lui. Accentuant son chakra et sa concentration sur ce seul point qui lui faisait obstacle, il réalisait maintenant ce que cela sous-entendait d’être pris sous un Genjutsu. A un tel niveau, il ne pourrait pas briser le second : il allait falloir passer à la suite … . Et très rapidement. Se libérant enfin de cette enclave qui lui avait été apposé, la première chose qu’il faisait était de réactiver cet équilibre vital à sa survie, condensant enfin l’énergie qui dominait son corps.

La stratégie adverse était loin d’être idiote ; on pouvait même l’applaudir. Avec moins de trippes que ca, briser un tel niveau de Genjutsu aurait été impossible. Dur de pouvoir lutter face à un pareil talent … . Il allait falloir manœuvrer en vitesse afin de rééquilibrer l’ordre des choses… .
Comptant sur les informations qui lui accordaient ses clones, notre homme fléchit ses genoux et appuya ses pieds contre la terre, prêt à partir à la course … et disparut en un instant. Sur le sol qu’il venait de quitter en un éclair, rien si ce n’était cette étrange bosse qui s’était dressé de terre, formant un appui particulier à la figure d’un starter. Quoi qu’il en soit, elle s’était nettement allongée et sortait même de terre, se présentant comme une colonne carrée s’étant étirée sur un peu moins d’un bon demi-mètre. La raison de son apparition ? Aucune idée, mais c’était là la seule trace qu’il y avait du passage de Raïtei. La seconde d’après, notre homme reprenait forme visible, sous la garde de la charmante demoiselle, un genou à terre et l’autre plié – se présentant comme ayant dérapé au sol. Appliquant sa main à plat sur le ventre de la personne qu’il affrontait, il laissait un flux d’énergie parcourir sa paume et glisser délicatement d’une personne à l’autre, avant qu’il ne recule lui-même d’un seul bond en arrière afin de marquer ses distances. En agissant ainsi, il s’assurait qu’il ne perdrait pas la partie sans qu’il n’y ait eu bataille … .

- Nisadoo. –




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Mar 13 Oct 2009, 01:02

    Ma technique avait bel et bien fonctionné, mais pas dans le sens que j'avais osé imaginer. Au lieu de voir cesser toute activité électrique sur son être, tout ceci sembla s'emballer, comme une brusque surcharge d'électricité. Je m'attendais presque à le voir se transformer en légume ou bien imploser, la résistance que pouvait constituer son cerveau grillant à cause de la trop haute tension. Je reculai ma jambe droite, me mettant de la sorte en garde, en laissant mon bras gauche devant mon thorax. Je ne pouvais prédire la suite, je ne m'appelais guère Irma, pas encore. Un sourire plissa mon visage en entendant ses paroles, et je lui répondis succinctement en écho. "Et nombreux sont ceux qui pensent que le Genjutsu suffit à abattre une personne, et en périssent ensuite les premiers. Chaque affinité possède sa faille, il suffit de savoir jouer là-dessus." C'était pour cette raison en partie que je mettais un point d'honneur à ne pas négliger le corps à corps. Jouer avec les neurones d'une personne est une chose, et lui taper dessus une autre. Je trouvais que les deux formait un assemblage parfait, mais ce Raitei causait quelques troubles dans mon esprit. Je ne pouvais que l'atteindre en Genjutsu, le Taijutsu était à proscrire, à moins d'être masochiste au point d'aller chercher une bonne décharge par ses propres moyens. L'autre solution aurait été d'avoir des bons gants en caoutchouc afin de s'isoler un tantinet, mais je me baladais rarement avec ce genre d'artifice sur moi. Il me permit de prendre conscience que je ne devrais peut-être pas autant lâcher le Ninjutsu, et m'y remettre un peu pour me retrouver dans un équilibre parfait, la combinaison des trois arts me permettait de réduire au maximum la faille siégeant dans mes capacités. Mais en cet instant, la question n'était pas là. Je devais me servir essentiellement de mon art favori, bien que je n'avais pas prévu qu'il réponde à son tour. Mais c'était tant mieux, cela rendait le labeur bien plus agréable...

    Je portai l'index de ma main droite à ma bouche pour mordiller mon ongle, étant revenue dans une position moins défensive. Il semblait tenir le cap, sans ne vouloir attaquer pour le moment. J'avais l'impression d'avoir mis un sacré dawa chez lui, ce qui me laisser le temps de voir venir une attaque prochaine, et me préparer psychologiquement à recevoir une nouvelle attaque foudroyante. La situation n'était pas identique à celle des combats, s'assimilant bien plus à un entrainement. On donne, on reçoit, on donne, etc. Pas tenter de dominer à tout prix son assaillant, du moins ce n'était pas le but que je recherchais. Je pensais bien à relancer le même genre d'attaque si jamais il se défaisait de cette illusion le gênant grandement, mais ce ne serait pas amusant. La variété, il n'y avait que ça de vrai dans la vie. Alors là que j'en avais l'occasion, je comptais bien en profiter, ressortir tout ce que je détenais dans mes manches de Joker. Je sentais l'atmosphère se métamorphoser un tantinet, comme si les ondes de chakra et de foudre qui émanaient de lui étaient perceptibles de la sorte, tant l'énergie qui circulait en lui était immense. Je sus qu'il en était sortit à l'instant même où tout redevint comme avant, et je sus également qu'il fallait que je songe de nouveau à me remettre en garde. Je ne voulais pas me prendre un sale truc en travers de la tête pour un peu de négligence, d'autant plus que je haïssais son art tout au fond de moi-même, alors que nous étions dans le pays même de la foudre. Cependant, il n'avait fait qu'un kai, je ne mis pas longtemps à le deviner. Si je voulais avoir un peu plus de contrôle sur lui, il fallait que je me débarrasser de ses clones, bien qu'il pourrait en refaire par la suite.. Mais cela lui prendrait un peu de temps, temps sur lequel je sauterais sans ne lui laisser aucun répit. L'échauffement était terminé, je m'apprêtai à m'y mettre un peu plus à mon tour.

    A force de réfléchir, j'en finis par perdre le fil de la situation. Il lança son offensive, avec une vitesse qui me surprit. Je ne le voyais plus, mais je savais qu'il fonçait sur moi. Sans attendre, je relevais ma main droite, prête à lui poser sur le front pour me défendre grâce à l'une de mes parades. Mais je n'en eu guère le temps, Raitei ayant déjà posé sa main sur son ventre. Je serrais les dents et plissait les yeux, sure et certaine de me mettre à trembler à cause d'un puissant courant circulant dans mon être. Mais non, rien. Je le fixai dans les yeux, incrédule. "Je sais pas ce que tu mijotes, mais maintenant, je suis sure de l'identité du véritable Empereur..." En réalité, je sentis quelque chose d’étrange agissant dans mes veines, et dans tous mes tissus, comme si autre chose circulait dans mon corps aux cotés de mon chakra. Mes sourcils se froncèrent, tandis que mes yeux se rivèrent sur le sol. Rien à foutre, qui vivra verra. Et je comptais bien vivre et voir, et ne pas me laisser influencer de la sorte, et laisser un instant de faiblesse propice à mon adversaire. Pour le moment, je ne voulais pas le blesser, pas encore, pas violemment. Mon principal objectif était l’extermination des clones, pour le priver définitivement de ses sens entravés. Autant qu’il en créerait ensuite, et autant j’en détruirais, peu importe. Je me concentrai à nouveau, sans ne lâcher ses yeux vides du regard. Je voulais le plonger dans un cauchemar, similaire à ce qu’il aurait pu vivre auparavant. Cette technique le paralyserait quelques instants si mes calculs s’avéraient exact, en me laissant tout juste le temps d’agir à ma guise. Emplie de bonne volonté, je lui fis de nouveau croire qu’il était privé de sa capacité à émettre du Ninjutsu, à la différence prêt que toute l’énergie circulant autour de lui échappait totalement de son contrôle, et se mettait à croître de manière exponentielle. Douleur intense que cela pouvait lui procurer, pour terminer par l’explosion pure et radicale de son être, le réduisant à néant, devant un nombre infini de sourires ravis de le voir enfin mort.

    Je n’étais pas sadique, mais à en juger les ragots qui pouvait arriver jusqu’à mon ouïe, il n’était pas vraiment désiré dans ces lieux, pour une raison qui m’échappait. Cette pensée pourrait peut-être le perturber cérébralement, et mon but était de le rendre plus endurant mentalement, apte à recevoir les pires sévices. Mais je n’avais pas le temps de contempler mon œuvre, il me fallait faire vite. D’un geste rapide, je passai à coté du shinobi, m’abattant de la sorte sur le clone qui se situait auparavant à sa droite. D’un mouvement ample, je cherchais à lui octroyer un coup de pied dans la tête, sans ne chercher particulièrement à forcer. Ce n’était qu’un simple clone à mes yeux, je ne pensais pas qu’il ait rajouté une petite spécialité dedans. Alors, ce simple geste suffirait de lui ôter son infâme existence. Sans attendre de voir le résultat de mon attaque, je me tournais vers l’autre, prenant une profonde inspiration, puis recracher sous forme de flammèches quatre boules de feu à son encontre. Je me réceptionnais ensuite quelques pas plus loin, hâtive de connaître le résultat de mon offensive. J’osais espérer que Raitei avait bien été pris au piège, autrement j’aurais bien eu du souci à me faire. Mais généralement, ce genre d’attaque ne s’esquivait pas avec un Kai. Et encore une fois, j’aurais l’espérer. J’étais toujours bien trop impatiente, à balancer des coups à droite à gauche. Là, il y avait une stratégie dessous, mais je ne m’étais peut-être pas assez assurée de la véracité de ma tentative.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Jeu 15 Oct 2009, 03:28


La première offensive – avec un véritable but, évidemment – venait enfin d’arriver à maturité, et après de nombreux efforts et de multiples calculs pour trouver une erreur dans le système d’attaque et de défense adverse, il avait finalement réussi à caser sa technique la plus basique pour prolonger la suite de cet échange. Et bien qu’il vienne tout juste de poser ses électrons personnels chez sa future victime, ce qui ne paraissait pas être bien énorme mais qui était capital pour la suite des évènements, il s’était retrouvé en un rien de temps à quelques centimètres du corps de la jeune Kunoïchi, ce qui aurait pu lui permettre de s’en prendre directement à elle et de frapper le plus sauvagement possible pour marquer des points et avoir de l’avance. Mais ce n’était pas sa personnalité, et il n’aimait guère user de ses mains pour brutaliser autrui. Après tout, rentrer au corps-à-corps, afin de gravir le corps adverse de ses membres, le harcelant et le mitraillant d’assaut, n’était vraiment pas ce qui correspondait à son profil. Bien que le résultat soit le même, il avait davantage la Volonté d’être écarté du drame qui se produirait, et dont il serait responsable. De la lâcheté ? Peu probable ; il s’agissait surtout de sa considération pour la Vie Humaine, dont il plaçait le prix à haute valeur. Être coupable d’avoir accaparé le rôle de Dieu n’était pas sa tasse de thé : il avait suffisamment de remord et de conversation avec sa propre conscience pour avoir à se préoccuper d’autres problèmes éthiques ou moraux.
Quoi qu’il en soit, bien que cela ne paraisse n’être qu’un mouvement aussi classique et surprise qu’un autre, notre cher Amano Raïtei marquait ici un premier point qui valait tout l’or du Monde à ses yeux. Car même si son adversaire n’en avait pas la moindre idée, lui prenait note de l’ampleur de cette réussite. En inscrivant dans le corps de son ennemie du jour des électrons qui seraient sensibles à son chakra, il pourrait de nouveau œuvrer en toute sûreté et sans avoir à venir au corps-à-corps ou à prendre d’autres risques tout autant nécessaires que dangereux. Il se retrouvait finalement, après quelques échanges, sur le même échelon que Ilyena Raï, qui semblait cependant bien plus chevronnée et ne se présentait pas comme perturbé que quelqu’un ait pu franchir ses défenses avec une telle aisance. La confiance en soi … chose qui semblait ne point manquer chez cette Raïu au service du Village, alors que c’était une chose qui s’interprétait davantage comme une lacune chez l’Empereur de la Foudre. L’ancien Raïkage avait donc certes marqué un point, mais cela ne voulait pas dire en avoir ôté un à l’adversité. Et de ce fait, il fallait redoubler de vigilance pour ne pas faire échouer son plan.

Le recul qu’il avait pris était – selon ses observations via ses clones ou même lors de la première prise de paroles entre eux – absolument vital pour sa survie. Effectivement, la guerrière du Village Caché des Nuages semblait apte à se prendre en charge et à se défendre. De plus, sans chercher à lui faire offense et sans dire qu’elle était herculéenne ou encore hulkesse, ses formes musculaires lui avaient paru assez bien développées pour ne pas tenter le Diable et lui présenter son menton rasé et tendre. L’accueil n’aurait certainement pas été jovial, d’où ce recul précipité. En fin de compte, cet échange allait lui apprendre bien plus qu’il ne l’espérait ; et s’il devait éviter le corps-à-corps, il n’hésiterait pas à en faire ainsi. De toute façon, étant donné ses prédispositions de catcheur professionnel, l’affaire aurait été entendue au premier coup de poing. Bref ! Il avait cependant bien en tête que s’il se tenait hors de portée d’un coup direct, il ne pourrait probablement pas échapper à une classique et habituel Genjutsu, qui irait même le chercher jusqu’au bout du Monde s’il le fallait. Face à ce Jutsu-type, il n’y avait guère de choses à faire pour notre Amano Raïtei en termes d’esquive ou de parade quelconque. Il avait aisément pu le ressentir avant, contrecarrer un Genjutsu d’un niveau aussi élevé et face à un candidat si prompt à cette capacité revenait à l’exploit, et notre jeune électric-man n’était point héros ou autre chose du même calibre.
Aussi, lorsque l’attaque vint, toujours aussi subitement et étrangement, sans même qu’il ne puisse voir les signes incantatoires pour la réalisation de la technique, celui qui avait autrefois été le Nidaïme fut soudainement téléporté à l’autre bout du Village, sur la place publique du Village, sans qu’il ne puisse comprendre les raisons de sa présence en ces lieux. Un Jutsu spatio-temporel ?? La chose ne serait pas étonnante ; effrayante conviendrait mieux à cette description ! Mieux valait supposer que cela vienne de la technique de Ilyena Raï ; c’était bien plus rassurant. Quoi qu’il en soit, et quitte à se retrouver prisonnier dans un autre Monde, autant voir quels effets il pourrait bien avoir sur le personnage à la chevelure sur ardente et blanchie par la foudre corporelle. Les environs restaient ceux qu’il avait connu par le Passé, peu de choses semblaient hors de leur contexte ; certes, çà et là, quelques éléments un peu intriguant, mais mis à part cela, il se retrouvait bel et bien dans une copie conforme et parfaite de son Village natal. Cependant, il pouvait aisément comprendre qu’il se retrouvait dans son passé, sa propre histoire ; les deux ou trois enfants courant dans la rue avant de disparaître étaient de ses anciennes connaissances et ils n’avaient pourtant pas bougé d’un pas. Mais l’atmosphère semblait extrêmement pesante, même ingérable et impossible à amputer. Sentant un intense frisson, Raïtei se retournait brusquement pour faire volte face à la personne qui séjournait dans son dos.

La stupeur le noya et le scotcha sur place, alors que l’immense Ombre à la chevelure brillante comme de l’or se contentait d’avancer dans cette place centrale, descendant les marches qui menaient habituellement au Temple du Raïkage. Cette figure si familière, si nostalgique et effrayante à la fois pour cet ancien déserteur, semblait à la fois sévère et très doux ; exactement l’image qu’il avait connu de lui étant gamin. Ces souvenirs vinrent lui ravir avec avidité quelques larmes qu’il eut du mal à retenir, alors que la silhouette si proche et chère à son cœur continuait sur son avancée, le fixant presque comme pour voir à travers. Son pas rythmé et lent, cet aura qui l’englobait et se mariait avec son allure noble et presque chevaleresque, le Shinobi le plus Puissance de son ère prit place à côté de lui … et continua sa marche sans ajouter un mot. Toujours éberlué par la présence de cette âme qu’il avait vu partir vers les Cieux pour ne plus jamais revenir dans l’âme des vivants, Raïtei fermait les yeux et se secouait la tête afin de se réveiller. Il n’était pas idiot, savait pertinemment qu’il s’agissait d’un Genjutsu ! Mais comment pouvait-il y résister, lui qui avait attendu cela pendant si longtemps ! Lui qui n’avait désiré toutes ces années que rencontrer cette personne afin d’avoir une dernière discussion et savoir si le Pardon pouvait lui être attribué … ! Se tournant de nouveau vers ce visage si fort et pâle à la fois de par cet élément fugace et sauvage qui s’éternisait sur son corps, à l’exemple de son rejeton, l’individu s’était baissé afin de soigner un jeune enfant qui venait de se blesser. Ce dernier se redressant rapidement, sourire gamin sur ses lèvres, il laissait en tête à tête les deux personnages.



- Je sais que j’ai eu tord, mais … -
Mon rôle est de protéger ce Village, qui m’est si cher et tendre à mes yeux, ainsi qu’à ceux de mes amis … et de ma famille … . Raïtei, tu as trahi le Village … . Tu dois être puni de ta vie.
- Père, attends ! –


La frappe qui vint lui percer la poitrine, foudroyante et brûlante, séchant d’un seul coup tout son corps et s’emparant de son être l’envoya valser en arrière et le projeta au sol, le ramenant à la réalité. Se mettant à quatre pattes et ne prenant même pas compte de ce qui l’entourait, ni de la destruction des deux clones qui venaient d’encaisser les terribles coups de la Sandaïme Raïu, Amano se penchait en avait, crachant son sang par la bouche buccale et toussotant pendant quelques secondes.
Se retournant vers son adversaire, il avait du mal à gober l’assaut qui venait de lui être infligé … et devait obtenir un bref instant de pause pour se remettre de cette douloureuse situation. Braquant ses mains l’une contre l’autre, il s’enfonça dans la terre avant de réapparaître, se confondant avec plusieurs dizaines de doubles, de la même corpulence et étendue que lui, lui ressemblant comme deux gouttes d’eau. Cette affinité Doton, qu’il avait autrefois tant haï, allait finalement lui être plus utile que ce qu’il n’avait jamais pensé. Avec cette retraite fortuite, il pourrait peut-être se remettre les idées en place et supporter un court instant ce qui venait de lui être fait … .



Désolé pour la longueur un peu redondante, je tâcherais de passer à l'essentiel lors du prochain post Neutral


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Jeu 15 Oct 2009, 16:01

    Je m’étais attendue à une quelconque esquive d’au moins un des deux clones, apte à relancer une offensive une fois chose faite. Mais non, mes coups étaient arrivés à destination, et les entités s’étaient évaporées juste après. Une affaire de réglée, au moins je ne risquais plus de confondre l’Empereur avec l’une de ses copies conformes. Je m’attendais bien évidemment à revoir paraître sous peu d’autres reproductions électriques, cette technique n'était pas mauvaise dans le sens qu'elle était bien moins couteuse qu'un kai. Mon jutsu était durable, ainsi j'étais sure qu'il ne recouvrirait pas la vue avant un moment, sauf si j'en décidais autrement avant la fin de notre entrainement s'assimilant bien plus à un combat qu'autre chose. Une pensée me traversa l'esprit l'espace d'un instant, à la vue de la réaction de mon adversaire une fois retournée, est-ce qu'il voyait réellement ce que je venais de créer de toute pièce ? Ou bien possédait-il l'un de ces esprits si compliqués qu'il voyait son propre cauchemar ? J'avais eu l'occasion de croiser plusieurs personnes de cet acabit, certaines au mal-être tellement prononcés que le châtiment ne pouvait venir que d'elles-mêmes, sans que personne ne puisse comprendre les rouages de leur réflexion. Je me dois de dire qu'en fin de compte, cela ne m'importait que très peu, puisque seul le résultat comptait chez moi, peu importe les étapes intermédiaires tant que la fin était identique à celle recherchée. J'avais eu tout le temps voulu afin de détruire les clones sans ne trainer la moindre petite seconde, cela aurait pu m'être fatal. Tourner le dos à un adversaire aussi redoutable que celui-ci -je ne parlais pas en connaissance de cause, juste le cœur légèrement serré par la peur de l'élément qu'il semblait manier avec perfection, bien que je n'en avais eu qu'un bref échantillon depuis le début de notre querelle amicale.

    Je restai cependant perplexe face à ce que je venais de voir, et contemplait les environs le sourcil droit relevé. C'était comme si Raitei venait de se prendre un coup de poing, sauf qu'il n'y avait strictement personne en dehors de nous deux dans les environs. De plus en plus étrange ce shinobi... Sans ne bouger un pouce, je le regardai effectuer sa petite mascarade à cracher du sang à terre -chose qui ne semblait en aucun cas feinte-, les bras ballants le long de mon corps. Mon attaque semblait lui faire grand effet, mais je ne pouvais guère en profiter pour négliger ma garde. Lorsqu'il se retourna vers moi, j'étais prête à me défendre, puis à relancer un assaut en contre-attaque. Ma jambe droite parti vers l'arrière pour me retrouver de profil, les deux mains adverses venant d'être plaquées l'une contre l'autre. C'était reparti, du moins ce que je pensai l'espace de quelques microsecondes. Lorsque je vis le nombre ahurissant de clones prenant place à proximité immédiate, je ne pus empêcher un long soupir bruyant s'échapper de mes lèvres. "Je suis déçue..." Un ton emplie de lassitude, comme si toute l'énergie retrouvée par la boule prise précédemment s'était miraculeusement évanouie. Mes yeux n'avaient pas quitté l'emplacement où l'original s'était enfoncé sous terre, mais je n'étais plus sure à présent qu'il s'agisse du composé de chair et d'os. Je gardais tout de même mes iris flamboyant sur cette personnalité là, tout en continuant de faire vibrer mes cordes vocales, encore immobile à cet instant là. "C'est donc ça, l'Empereur de la Foudre tant craint, ancien Raikage de ce village ?" J'avais demandé quelques renseignements sur l'expéditeur du courrier, et il en était ressorti ces brefs mots avant qu'il ne disparaisse de nouveau dans la brume.

    Les membres relâchés, je commençais à marcher à droite, puis vite retourner vers la gauche, parallèlement à la masse ardente de piles, mon mouvement décrivant une ellipse plus ou moins réussie. "Je m'attendais à mieux qu'une partie de cache-cache. Mais en fait, je me retrouve face à un shinobi qui a l'air d'avoir perdu ses couilles pendant son exil, c'est tout ce que tu sais faire ? Te cacher et attendre comme un lâche ?" Cela relevait plus de la provocation pour le stimuler un peu à son tour de mon point de vue, mais lui devait prendre cela comme de la méchanceté pure et gratuite. Je voulais qu'il attaque, un peu plus qu'une boule minime qui ne me causa pas grands dégâts. J'ignorai s'il m'entendais -puisque ces clones ne semblaient pas relever de ce que je connaissais de base, j'en ignorais donc les caractéristiques-, et je m'arrangeais pour garder ma tête dirigée vers l'assemblée, de manière à ce que Raitei me voit parler, et peut-être lise sur mes lèvres les paroles piquantes que je déversais. Autrement tant pis, je lui ferais comprendre d'une toute autre manière plus tard. Je m'arrêtai soudainement, les yeux relevés vers le ciel. "A moins que tu n'ai peur d'une simple femme, Amano." Mes mains s'unirent l'une à l'autre pour n'exécuter un seul signe, suite de ce que j'avais récité mentalement. J'avais juré de me débarrasser de tous les clones, mais là, grosse flemme. Flemme de tout attaquer rapidement, je voulais pouvoir prendre mon temps, et mes intentions futures n'étaient pas mauvaises, de quoi débloquer la situation, et rendre ce combat moins chiant que ce qu'il était devenu. Je te vois, tu me vois plus, très peu pour moi. Je voulais l'individu constitué de sang en face de moi, l'homme électrique, et qu'il me fasse autant bouffer que ce que je lui infligeais, ou pas. A cet instant, la lassitude était si élevée que la peur s’était envolé, jusqu’à la prochaine attaque certainement. Mais je le cherchais, et j’étais persuadée que je finirais le trouver au point de m’en mordre les doigts de mon être électrocuté.

    "Bonne nuit."

    Mes yeux s'étaient abaissées à leur niveau, et des plumes tombèrent du ciel. Un Genjutsu de zone très grossier, mais au moins je n'avais pas à dépenser une petite fortune de chakra afin d'être sure de toucher le bon. De la sorte, il lui fallait un Kai pour s'en sortir, l'affaiblissant d'avantage. Il terminerait à l'état de Ramsès II à ce rythme, vidé de toute énergie vitale. En réalité, je voulais qu'il tombe sous mon courroux, que je puisse faire mon possible pour rendre la suite plus intéressante. Autrement, je risquai fort de me décrocher la mâchoire à bailler, pour au final m'endormir. Concentrée que j'étais, je me demandais si j'allais voir tous les shinobis me faisant face tomber les uns après les autres comme des mouches, ou bien si tous disparaitraient pour ne laisser qu'un unique élément assoupi au milieu de l'arène.

    Alea jacta est.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Dim 18 Oct 2009, 20:36


Suite à un pareil assaut, il était difficile de se relever indemne et de partir vers l’avant, en espérant y voir un avenir plus brillant. Seriez-vous capable de rester droit et fier, lorsque votre Passé n’est que peu digne et vous place soudainement face à votre Père qui vous dénie plutôt que de vous entendre vous expliquer ? Dans ce genre de cas, il n’y avait guère de quoi être en forme, surtout après avoir subi tout le reste. Après tout, qui pourrait avoir la motivation d’aller au combat lorsque l’on ne voit même pas l’adversité, et que l’on s’est vu dédaigné et rejeté par son propre Passé ? L’Homme n’est rien d’autre qu’une enveloppe, ne restant que la mémoire d’elle-même ; ôter lui ses espoirs et ses Joies, que devient-il alors, si ce n’est qu’une Ombre flottante qui vogue au fil du Vent, sans but ni avenir. Ayant eu le droit à son pire cauchemar, Raïtei ne pouvait plus tenir sur ses jambes ; mais maintenant qu’il était bel et bien revenu à lui, il savait qu’il était important qu’il reprenne ses esprits, avant que la prochaine frappe ne soit décisive. Visiblement, le silence qui répondait à ses appels désespérés pour des informations ne semblait guère possible ; ses clones avaient du être amochés lors d’un assaut secret porté par Raï. Ces créations illusoires ne pouvaient agir efficacement que si le créateur lui-même était en état d’agir conformément à ce qu’il souhaitait ; sous l’emprise du précédent Genjutsu, agir librement lui avait été hors d’accès, ce qui expliquait clairement que ses clones n’aient pu se tirer d’affaire. Il avait été trop imprudent, et devait à tout prix se sortir de cette situation. Il avait encore bien un As de Cœur dans sa main, mais une seule tête ne pouvait pas faire le poids face à une avalanche de Rois et de Dames, sans compter que le manque total d’informations dont il disposait sur la surpuissante Shinobi qui se trouvait face à lui signifiait probablement qu’elle détenait quelques As dont il n’avait aucune connaissance. Il fallait absolument qu’il diversifie son jeu de cartes, qu’il s’accorde une autre défense, ou encore qu’il trouve de nouvelles cartes maîtresses.
C’est pourquoi, afin d’allier une nouvelle retraite suite au traumatisme mental et pour gagner un peu de temps et de meilleures cartes, il était impératif de trouver un trou où se reposer pendant quelques secondes afin de récupérer. Lâche ? Et un homme fier et mort, ca fait quoi dans sa vie ? Peu importait la réputation qu’il avait, il savait depuis longtemps qu’elle était entaché suite à sa désertion. Quitte à devoir tomber plus bas, la Sagesse d’un Homme ne lui commanderait-elle pas de ne pas hésiter ?

La technique Doton dont il venait de faire usage pourrait lui accorder quelques minutes avant la prochaine attaque. Il devait se ressaisir et trouver une nouvelle ouverture. Il venait de prendre un valet ; mais celui-ci devait lui être utile, car il ne présenterait aucune utilité face à un trop grand panel de techniques chez l’ennemi. Il avait déjà ses électrons ; il aurait préféré conserver l’élément de surprise, mais la chose ne semblait plus trop possible sur le long terme. S’il n’en faisait pas usage au plus vite, il se retrouverait bientôt mélangé avec ceux qui reposaient sous cette même terre. Il allait donc devoir y prendre recours. Il avait espéré contenir cet avantage pour plus tard, mais les choses étaient trop risquées pour qu’il le tente. Par la suite, s’il pouvait tirer avantage de cette nouvelle technique utilisée, il n’hésiterait pas une seule seconde. Mais avant tout, reprendre ses esprits, se concentrer et se calmer.
Son Père était mort, de maladie. Il n’y avait aucune chance qu’il puisse l’avoir vu ; et il savait pertinemment qu’il s’agissait d’un Genjutsu. Mais le choc avait été de taille, et se retrouver une nouvelle fois confronté à la Toute-Puissance de son géniteur, qui n’avait rien à voir avec celle qu’un Shinobi pourrait un jour obtenir. Cette froideur dans l’assaut, cette tristesse dans le regard d’un homme bon qui n’avait jamais aimé se battre … cela avait de quoi provoquer des frissons, de se retrouver face à quelqu’un si majestueux et dont on était si proche. Cependant, il fallait parfois croire que l’on ne pouvait faire tout ce que l’on souhaitait. Et reprenant sa respiration, l’Empereur de la Foudre revenait petit à petit de son choc, profitant de ce court répit pour réaliser sa situation actuelle et trouver une issue de secours. Sa respiration haletante ralentissait, se muant dans le tic-tac d’une horloge au ralenti. Il était de nouveau lui-même, et savait ce qu’il avait à faire. Il prenait enfin conscience de son rôle ici même et savait que dans un Futur proche, même si la Mort l’attendait, il se devait de se montrer fier du nom qu’il portait. Il se devait de réagir, et de ne pas flanquer face au plus grand cauchemar ; car la vie, aussi courte soit-elle pour lui, ne serait guère douce à son égard. Se redressant lui également parmi ses clones, son cerveau tactique et son esprit fugace et stratégique se mettaient de nouveau en place ; face à un Jutsu de ce type, la sage kunoichi ne se donnerait certainement pas assez de peine à foncer dans le tas afin de frapper à tout va jusqu’à trouver le bon. Utiliser un Jutsu de Feu aurait été une option, mais quelque chose lui disait qu’elle ne restait que novice dans ce domaine, et elle ne se risquerait pas à mettre en flammes un lieu aussi symbolique et sacrée que le Cimetière du Village Caché des Nuages. Une seule et dernière option – un bon vieux Genjutsu, qui aurait un effet tout aussi souhaitable.

Il allait devoir faire face à cela, et se tenant droit au milieu de ses clones, notre Amano Raïtei se préparait déjà à l’assaut qui allait lui être porté. Faire de nouveaux des clones pour en apprendre davantage aurait été puéril, et même s’il ne percevait pas les paroles insultantes et provocatrices de sa collègue Ninja, il serait resté de marbre face à pareil affront. L’honneur, la Gloire, la Renommée… sa désertion était le signe même s’il n’avait jamais désiré cela de sa vie. Mais il avait son propre honneur, qu’il n’aurait daigné abandonner. Il avait donné une raison à sa Vie : la Justice. Et pour cette même raison, il avait accepté la Mort en se rendant aux lieux du Passé qu’il avait pourtant fui, acceptant le Glaive de l’Aveugle se poser sur sa nuque. Il ne tournerait pas les talons à son Nom. A celui de l’Empereur.
Son regard aux pupilles closes fixait le sol, ne cherchant pas à trouver son adversaire à travers ce brouillard noir qui obstruait sa vision. Son ouïe encore meurtrie par un choc indolore le sauvegardait des injures, mais ne l’aidait pas non plus pour savoir où agir. Il fallait dire d’un autre côté qu’il n’avait plus vraiment besoin de savoir où se trouvait son opposant. Il se devait d’agir avant que la prochaine attaque ne tombe. Son bras se tendait sur le côté, un faisceau électrique s’agitant avec sursaut de son poignet pour glisser entre ses doigts et disparaître. Puis réapparaître et danser de plus bel pendant quelques milisecondes. Il était maintenant identifiable parmi tous les autres, mais il s’en moquait. Il devait agir rapidement, alors d’une pression nouvelle venait toucher son esprit. De la fatigue ? Un nouveau sort, sans le moindre doute. Vite, agir avant les effets néfastes !




- Foudre, toi qui m’est restée fidèle depuis toutes ces années, … entends ma détresse où que tu sois et réponds à mon Appel … -

La fatigue commençait à le dominer, à tel point qu’il dut mettre genou à terre. S’il n’infligeait pas quelque dégât avant de perdre, il ne pourrait plus ressortir de ce combat en vainqueur. Bien que cela n’ait pas été son intention. Mais il savait que l’adversité ressentait le danger. Car les électrons posés un peu plus tôt dans le corps commençaient à s’agiter, leur polarité s’intensifiant et préparant quelque communication avec le Monde des Cieux. Certains allaient même se loger dans les nombreux lobes du cerveau de Raï, commençant à s’exciter pour une raison qui devait encore paraître inconnue à notre Genjutsu-Master.
Avant de sombrer dans le Repos qui pourrait être éternel, la voix grave et sévère d’Amano Raïtei résonnait entre les tombes alors que son bras s’abaissait, ses doigts claquant en même temps que le ciel ne se zébrait de nouvelles couleurs brillantes et étincelantes.




- Réponds à mon Désir de Justice et acceptes d’être l’Instrument de ton Empereur ! –


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Mer 21 Oct 2009, 23:48

    Je me voyais déjà susceptible de prendre un peu de repos, le temps de laisser l’Empereur dormir un peu, et me permettre de le retrouver parmi toutes ses copies conformes. Je comptais simplement lui retirer le genjutsu l’entravant, histoire qu’il n’ait plus à user de ces maudits clones. Nous aurions ainsi été gagnants tous les deux dans cette histoire. Ce n’était pas lâcheté de ma part puisque je le tenais déjà. Je pouvais aussi bien l’abandonner ici, mais j’avais depuis appris à faire la différence entre un combat d’entrainement et celui où on lutte pour vivre et éliminer l’autre –ou encore pou s’en servir afin qu’il réponde à nos attentes dans le sens de nos intérêts-. Mais je n’avais guère perdu de ma rancœur envers cet homme m’ayant fait venir, au fond sa technique n’était pas mauvaise, mais il était indéniable qu’il finisse par se faire avoir à un moment ou à un autre. Et puis cette attitude m’exaspérait plus que tout, il valait mieux qu’il cherche à récupérer au moins l’usage de la vue plutôt que de se cacher inutilement, en puisant dans ses réserves. Je voulais qu’il m’attaque, me fasse souffrir, mais cela semblait impossible à mes yeux puisqu’il ne pouvait cibler ses attaques. Je pouvais paraître étrange aux yeux des autres, vouloir me prendre de la foutre dans les dents alors que seul un orage suffisait à me mettre hors de moi. Qui sait, mon esprit me criait de combattre le mal par le mal, alors pourquoi pas.

    Mais une fois de plus, je me trompais. Alors que je pensais le voir s’écrouler immédiatement accablé par un sommeil forcé, du mouvement commença dans mon corps. Cette chose qu’il m’avait injecté quelques temps plus tôt circulant aux cotés de mon chakra ainsi que de mon sang s’agitait. Je voulais faire stopper cette sensation, mais je me trouvais totalement impuissante face à ce qui m’arrivait. Je ne comprenais pas, il n’était pourtant pas sensé me voir. Et pourtant, le ciel au dessus de ma tête se déchira, prêt à me tomber sur la tête. Avant même de pouvoir tenter quoi que ce soit afin de m’assurer un minimum de protection, une atroce douleur inouïe me traversa de part et d’autre. Un long cri s’échappa de ma gorge, plus assimilable à un râle empli de souffrance. Ma voix s’était faite rauque sous le coup de l’action, bien plus que ce que ma nature propre aurait du me permettre. Cependant, on ne pouvait pas me confondre avec un homme, une petite touche aiguë subsistant malgré tout. Je mis genoux à terre, mon corps tremblant refusant de me répondre. Secouée de spasmes, je tentai malgré tout l’espace de quelques secondes de me redresser sur mes jambes. Je ressentis de nouveau l’intrus agir sur moi, en me faisant choir à terre, totalement paralysée.

    J’étais perdue, enchainée dans ma propre enveloppe corporelle entravée. Le paradoxe même était ancré en moi, mon corps s’agitant sans limite d’un coté, et de l’autre le fait que je ne puisse commander aucun mouvement. Je me sentais misérable à terre, à ne plus savoir que faire. Je ne pouvais pas me concentrer, et mes yeux refusaient de quitter la vision du sol. J'avais envie de dormir, d'oublier ma douleur, et de trouver un semblant de paix. Je me mis à toussoter, du sang s'échappant par petites gerbes de ma bouche. Moi qui voulait avoir mal, je fus véritablement servie sur un plateau d'argent serti de pierres précieuses. "... 'Foiré..." Pour le coup, je crevais d'envie de lui rendre son coup à la puissance mille. Soudain, je sentis un poids se libérer de mon corps, me laissant me déplacer comme je voulais -enfin pas tout à fait, puisque les secousses dues à l'éclair étaient toujours là pour me rappeler à l'ordre-. Je pus tout de même redresser la tête suite à maints efforts, et constater que tous les clones s'étaient dissipés, en laissant à terre un blondinet assoupit. La belle au bois dormants version masculine, vous connaissez ? Et bien maintenant oui, je fus un rouet tout à fait acceptable.

    Avec énormément de précaution, je parvins à me hisser sur mes jambes, et à maintenir un équilibre précaire. Maintenue par une sépulture de marbre, je reprenais doucement mon souffle, la tête rejetée en arrière et les paupières closes. Je sentais mon corps battre à tout rompre, chacune de ses pulsations revenant douloureusement cogner contre mes tempes. J'étais terrifiée, et je mourrais d'envie d'hurler pour éliminer tout le stress venant de s'accumuler en mon âme. Je me retins, par pure fierté, et je pensais que les personnes alentours avaient déjà suffisamment profité de mes vocalises pour la soirée. Lorsque j'en fus enfin capable, je fis quelques pas en avant pour me retrouver aux cotés de Raitei, pour me laisser tomber mollement à genoux à coté de son crâne. Je posai ma main droite sur sa tête, pour ôter les effets infligés par le genjutsu. Je ne restai pas longtemps ainsi, de peur de me reprendre une nouvelle décharge vu la nature de ce qui l'entourait. Puis je me relevai, en me penchant au-dessus de lui pour le voir ouvrir les yeux une première fois, puis de m'éloigner ensuite de quelques pas, trois ou quatre tout au plus. La santé était à peu près revenue, bien que je ne voulais encore tenter le diable sur l’instant. Je préférais conserver un minimum de distance, puis je laissais ma voix embaumer les lieux dans un ton glacial. "Tu as récupéré toutes tes capacités, pour le moment. J'en ai marre de jouer à cache-cache, alors je préfère encore que tu me foudroies une fois de plus." Je jure que je sentis une goutte de sueur froide quitter ma nuque à ces paroles, et achever sa route dans l'un des plis de mon pantalon après avoir effectué une longue traversée le long de ma colonne vertébrale.

    "A toi de voir si tu veux continuer, ou si on s'arrête ici pour aujourd'hui."



    Citation :
    Pv : 620 - 90 + 24 : 554
    Pc : 557
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Jeu 05 Nov 2009, 17:17



Le silence total, sans interruption ni gêne. Rien ne semblait pouvoir entrer en contact de notre Princesse au Cimetière Dormant, qui sommeillait là, suite au Genjutsu qui avait fait emprise sur son corps. La fatigue l’avait rapidement pris, la résistance au premier Jutsu avait été dur, bien qu’il y soit parvenu ; la suite avait été éprouvante, entre les coups qu’il avait du enduré et même le calme qu’il avait s’efforcé de garder afin de ne pas sombrer dans la panique et le désespoir suite à sa cécité. Il avait erré dans le Noir le plus total jusque là, mais savait qu’il était encore bien vivant. On ne pouvait lui faire croire qu’il respirait, qu’il avait touché l’ennemi, qu’il pouvait comprendre ce qui l’entourait. Il était toujours maître de lui-même, et même si on lui arrachait les membres, il en gardait conscience et savait qu’il n’était pas perdu. Il pouvait continuer à lutter, même contre la Monstruosité et le Chaos, et ce malgré ses pertes et ses blessures.
Mais là, la chose était différente. Rien à voir avec ce qu’il avait subi jusque là, d’ailleurs … . Ce n’était que le néant. Un vide sidéral sans rien qui puisse combler le trou dans lequel il gisait. Plus de plumes, plus de tombes autour de lui. Rien d’autre que le Grand et Puissant … Rien. Ouvrant ses yeux brillants dans cette zone d’ombre, il ne perçut autour de lui rien qui puisse lui indiquer où il se trouvait. Etait-il toujours en plein rêve ? La nuit était-elle donc aussi sombre au dessus du Village Caché des Nuages lors de l’absence de Lune ? Peu de chances. Certainement qu’il était enfermé dans une pièce. Et il avait mal au crâne, notre ami avait visiblement fait une mauvaise chute. Une bosse ? Il en aurait certainement plusieurs, mais ses idées n’étaient pas là, pour l’instant. Se redressant avec difficulté – d’abord à quatre pattes, puis sur ses pieds, bien que restant dangereusement penché vers l’avant. Il avait bel et bien mal au crâne, et son liquide céphalorachidien avait certainement été transformé par du formole. Où pouvait-il bien être ? Il n’y avait rien autour de lui qui lui permette d’avoir un repère ? Non, si ce n’est ce bruit de fond qui voulait le tirer d’outre-tombe. Peut-être était-il déjà sous terre, et que sa Vie s’était éteinte dans son sommeil.

Cependant, il avait recouvert la Vue dans cette obscurité, et une voix lointaine semblait le tirer de son sommeil. Progressivement, ce fond obscur s’éclairait pour laisser une fine lumière pénétrer dans cette couche aveuglette et pourtant non lumineuse. Son corps reprenait toute sa lourdeur et sa tête recommençait à tourner : les effets secondaires d’un Genjutsu déjà subi et difficile à oublier de si tôt. Mais une silhouette s’illuminait à côté de lui. Venait-on le tirer des ténèbres ? Se trouvait-il finalement bien vivant … l’un ou l’autre, le choix ne lui appartenait certes pas pour l’heure, et il s’en désintéressait. Qu’il meurt en cette minute, il n’aurait fait qu’écourter sa présence au Village. Après tout, lui qui restait un prisonnier devant passer en jugement face au Seigneur de cette contrée. Et qui plus est, il pouvait même partir en paix, rassuré de voir que le Village des Nuages détenait en son enceinte bien assez d’hommes et de femmes valables qui sauraient défendre les fondements mêmes de l’Art Ninja sur cette partie du Monde.
Mais on ne lui laisserait pas cette chance. Ouvrant enfin les yeux pour y voir une lumière brève mais toujours obscure de par le temps pourri qui régnait sur ces lieux, le détail du décor retrouvait sa précision et ses effets mélancoliques, alors que notre Shinobi électrique prenait lui-même conscience de son retour à la normale. Evanoui ? Fort probable étant donné le Jutsu qu’on lui avait fait endurer. Mais plus étrange que ce retour à la vie était la perception par tous ses sens – et ce sans en oublier un seul – de l’environnement qui l’entourait et de ses familiarités. Il n’était donc plus soumis aux contraintes apposées sur sa personne par la redoutable Raïu ? Secouant la tête, il restait assez sonné par les derniers évènements, tentant de se remémorer les derniers éléments du combat. Il avait frappé grâce aux électrons encore présents dans le corps de l’adversaire, mais n’avait aucune idée de l’efficacité de cet assaut. De plus, la foudre avait certes fracassé le sol, mais il n’y avait toujours aucune garantie que notre kunoïchi n’ait pu échapper à cette technique venue des cieux. Percevant ainsi les premières paroles de Ilyena Raï, notre cher Amano clignait encore des yeux pour revenir à lui et se tenait à quatre pattes, favorisant sa lente et pénible ascension sur ses pieds pour se redresser comme un être humain. Il avait mis en un rien de temps en piteux état, mais ses dernières années l’avaient mis en difficulté et depuis son retour au Village, il n’avait pas daigné mettre en place un entraînement qui aurait pu le rendre inquiétant aux vues d’un Village qu’il avait déjà trahi. Il s’était affaibli, et devait maintenant revenir à un niveau acceptable pour quelqu’un de son rang. Face aux déclarations et questionnement de sa compatriote, le jeune homme soufflait et affichait un sourire peiné et essoufflé sur ses lèvres. Il se tenait encore debout, mais ses mains appuyaient sur ses genoux afin de soutenir le propre poids de son corps. Cela revenait à loin, la dernière fois où il avait fait un pareil affrontement ; et il n’était pas prêt de retrouver son statut d’autrefois, ni sa puissance qui l’avait hissé au plus haut rang à l’âge de douze printemps.


- Je dois admettre que vous me donnez du fil à retordre, Raï-Dono. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été ridiculisé de la sorte … . Mon Passé doit me tourner le dos, devant ma propre impuissance … . –

Cette affirmation était pour lui évidente : seul son Père, après toutes ces années, était parvenu à lui faire mordre la poussière au sens réel du terme. Et ses défaites n’étaient que peu nombreuses ; mais il fallait croire que celle-ci figurerait parmi ses multiples échecs. Après tout, il était bien venu là pour en baver. Mais devait-il continuer ?
Depuis le début de cet échange, il n’avait pas vraiment obtenu ce qu’il avait tant attendu. Une période de cauchemar intense, où il devrait affronter ses pires peurs. Evidemment, la vision de son Père lui reprochant ses tords avait eu sur lui un effet des plus troublants. Et c’était bien là ce qu’il avait espéré : il voulait être puni par les coups plutôt que par la Justice, car celle-ci semble tellement éphémère et faible dans un monde en guerre perpétuelle… . Mais après tout, pourquoi s’arrêter là ? Soit il obtiendrait ce qu’il attendait de cet échange nouveau, soit il pourrait tenter de dépasser ses limites et d’accomplir quelque chose de bien avant qu’un terme ne soit mis à son existence. Se dressant face à la jeune et splendide femme, il lui adressait maintenant un sourire, qui n’était ni joyeux ni triste. Un de ces sourires sans réelle vérité derrière. Renforçant sa position en armant et renforçant son corps, notre jeune homme se plaçait, prêt à endurer les coups à venir.


- Je suis prêt pour un second acte. A vous de lancer l’offensive, si vous désirez continuer de votre côté … ! –




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Ven 13 Nov 2009, 01:37

    Sociopathe... J'observai cet homme avec un certain désintérêt, le visage fermé à tout sentiment humain. Je n'avais plus véritablement envie d'un affrontement, j'étais même blasée en cet instant. Blasée de ce que j'avais vu, sentiment décuplé par le souvenir de la foudre parcourant mon corps. Dieu que je détestais cette sensation, toujours accablée par une peur de l'orage inexpliquée. Je me reculai d'un pas tandis qu'il débutait sa longue ascension afin de ressembler de nouveau à un homme campé sur ses jambes. Mes bras vinrent se croiser dans mon dos, laissant mes articulations craquer. "Ce n'est qu'une question de temps, il finira bien par vous rattraper... Un jour, certainement." Je m'étais mise à le vouvoyer de nouveau, trouvant que l'autre forme afin de l'interpeller obsolète, vu tout ce que j'avais pu entendre à son propos. Et pourtant, je ressentais un goût de pas assez. "Il vous faut reprendre vos marques, rien de plus. Et une fois le moment venu, l'empereur brillera de nouveau de mille feux." Mon pied droit frappa le sol, tandis que mes mains revinrent sur le devant mon corps. Je devais me tenir prête à n'importe quel assaut, sans ne jamais relâcher ma garde. Je ne comptais pas me laisser avoir une nouvelle fois, bien que la lassitude commençait à prendre possession peu à peu de mon corps fatigué.

    "Qu'il en soit ainsi..."

    Débuter l'offensive était une chose, mais savoir que faire une autre. Je n'avais plus d'idées de techniques, tellement obnubilée par l'idée de ne pas me faire marcher sur les pieds, que je n'avais pas favorisé l'apprentissage de d'avantage de techniques dites utiles en combat. Mes yeux croisèrent ceux de Raitei, je ne pouvais pas le rendre fou, chose qui aurait été bien trop dangereuse à mon goût. D'autant plus qu'en apprenant la Folie, je m'étais jurée de ne l'utiliser qu'en cas extrêmes. Un soupire s'extirpa de mon nez tandis que je repris la parole. "J'imagine que vous ne vouliez continuer qu'en Genjutsu de ma part, et peut-être un semblant d'affinité élémentaire, mais pas de corps à corps ?" L'idée de me jeter sur lui en lui balançant mon pied dans la tête me paraissait séduisante, et pourtant mes pulsions ne prirent pas le pas sur mon esprit. J'étais une femme de parole avant tout, et je ne déshonorerais pas ma parole de mon plein gré -même sous torture pour tout avouer, tête de mule que je pus être-. "Je n'ai plus autant d'idée qu'au début pour vous torturer les neurones Raitei, certainement quelques uns des miens qui ont grillé avec la foudre..." Excuse bateau, bidon, et tout ce que vous voudrez. Je ne savais même pas pourquoi je tentais une quelconque justification, et remuai la tête pour effacer cette idée de mon esprit.

    Mes cheveux humidifiés par le temps brumeux se collèrent à la peau de mon visage, et je fis de nouveau un pas en arrière, commençant à enchainer quelques signes de mouvements lents. Je détenais un petit plan bien enfoui sous ma tignasse, prêt à être mis en place à la moindre occasion. Pour le moment, je n'allais que me contenter de mon maigrelet ninjutsu, ne sachant que faire d'autre. Lui relancer une technique déjà subie me semblait idiot, d'autant plus qu'il était ici pour renforcer sa maitrise contre le genjutsu, alors relancer une attaque déjà faite... De toute manière, je voulais relancer d'une manière soit-disant douce pour recommencer. Mes poumons se gonflèrent, et je soufflais de toutes mes forces afin de propulser une énorme boule de feu vers mon interlocuteur. Je restais campée sur ma position suite à cette attaque, bien curieuse de voir ce que son esprit avait pu concocter comme offensive directe, ou bien sa simple réaction face à une chose à laquelle il ne s'attendait pas forcément.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Dim 29 Nov 2009, 08:00


C’était l’heure de la dernière manche.
Après avoir échangé tactiques et effets plutôt gênants pour nos deux personnages qui se retrouvaient en un jour aussi lourd et pesant dans un cimetière, il n’y avait plus beaucoup de doutes quant à la clotûre de cette pièce de théâtre dans les plus brefs délais. Bien qu’ayant pu infliger quelque dégât à son adversaire aux talents physiques et combattifs surprenants et même inquiétants, ceux-ci étaient restés minimes et lui-même s’était presque retrouvé à la merci de la nouvelle Raïu. Il était définitivement temps qu’il se remette à jour s’il souhaitait être utile d’une quelconque façon pour le Maître du Village. S’il était mis à mort, après tout, qu’il en soit ainsi. Mais s’il devait survivre et être rendu utile au Village qu’il avait autrefois quitté, s’exécuter en restant dans la faiblesse ne revenait pas à grand-chose. En d’autres termes, il ne perdait pas vraiment son temps, et quitte à avoir entamé, autant achever les choses. Et ses yeux rivés sur la belle Raï, Amano se permettait pour la première fois depuis bien longtemps de dessiner un croissant positif sur ses lèvres, signe qu’il avait vraiment pris plaisir à cet échange. La terreur d’avoir revu son Père l’avait glacé, mais c’était maintenant estompé. Il étant temps de rejeter les lamentations et l’illusion, pour pénétrer dans l’atmosphère du Pardon et de sa Poursuite. S’il restait là à attendre le signe céleste, il ne risquerait pas d’évoluer et de se rendre utile comme il l’avait souhaité. Mais ce combat lui en avait appris beaucoup ; et il était même heureux d’avoir été mis minable par une personne qu’il n’avait pas connu auparavant alors que lui portait le Passé d’un Raïkage. Le Village était en sécurité, qu’il soit là ou on. Restait maintenant à savoir s’il pourrait quand même ramener son glorieux Souvenir vers le Présent, afin de regagner l’estime de ses confrères et l’amour d’une Nation pour laquelle il donnerait bien plus que cher.
En tout cas, l’action n’allait pas tarder, car après un léger dialogue qui devait s’être perdu dans la brume et dans les inspirations saccadées et haletantes, le paysage devait être vivifié par quelque couleur nouvelle alors que la Juunin Spéciale de Kumo No Sato relâchait de ses entrailles une flamboyante énergie avec un désir charnel brûlant, de multiples boules de feu souhaitant toucher cible s’emparaient du terrain et prenait en ligne de mire le Shinobi électrique.
Grinçant des dents, notre ami n’avait pas encore pu prévoir sa stratégie d’attaque et se voyait déjà confier le mauvais rôle. Il n’était déjà pas joyeux d’ordinaire, mais se laisser constamment dépasser sur le terrain devenait plus que déprimant ! Il se devait d’esquiver, et de trouver une ouverture chez l’adversité. Partant sur la gauche, il semblait clair qu’il ne pourrait pas échapper à sa destinée calcinée.



Son image se dissipa entre les sphères ensoleillées, laissant le terrain vide de toute présence humaine … pour ce qui était en tout cas dans le champ de vision d’Ilyena Raï ! Car la silhouette qui se formait à la vitesse de l’éclair arborait bien les mêmes traits qu’Amano Raïtei, avec une chevelure plus blonde que les blés en été et des yeux pétillants d’une couleur plus scintillante que le Soleil. Ayant fait usage d’une technique qui lui permettait de se déplacer à une vitesse quasi-divine, il en avait profité pour faire d’une pierre deux coups et éviter l’attaque adverse tout en se rendant sur les lieux du prochain sinistre à venir. Son regard brillant d’une détermination à n’en point douter, et son faciès des plus sérieux ayant abandonné temporairement son air mélancolique de chien battu, le plus inquiétant en fin de compte était sans doute la posture recroquevillée de notre ami, qui comptait bien frapper fort avant de s’en prendre plein la figure … .


- Retsudo Tenshou !! –

La pierre commençant soudainement à trembler sous les pieds de notre Juunin Spéciale, les mains du Shinobi électrique n’avaient pas été posées là par hasard ou fantaisie. Et pendant que le terrain s’accidentait dangereusement et prenait par traîtrise la Spécialiste du Genjutsu, notre garçon ne semblait pas vouloir perdre sa chance de pouvoir couper tout moyen de défense ! Enchaînant sans plus attendre, sa main allait chercher en arrière s’il pouvait attraper quelque chose pour frapper de nouveau.
Mais cela se présenta à lui sans même qu’il ne le demande, alors qu’une boule électrifiée se chargeait en puissance électromagnétique et s’arrondissait sous sa forme la plus menaçante. La technique réalisée et formée sans imperfection, elle ne tardait pas de prendre son élan pour quitter la paume durcie de l’Empereur de la Foudre, pour aller toucher en pleine colonne vertébrale la Raïu du Village Caché des Nuages. Face à cette dernière action, qui serait sans le moindre doute la dernière de ce combat, il savait parfaitement qu’il ne pourrait plus tenir longtemps. Passant sa main sur son front en sueur, il venait de donner ses dernières ressources pour poser un ultime assaut qui – il l’espérait bien – aurait causé quelque dégât. Mais certaines kunoïchis ont la peau dure, et la vie coriace. Celle-ci semblait correspondre au profil, et à vrai dire, la sévérité de notre Raïtei disparaissait rapidement pour figurer la peine et la gêne : il avait même réussi à ennuyer son adversaire. Sa faiblesse était encore une source d’échec : quelle Pitié, pour un homme qui fût autrefois Raïkage … .

Se courbant légèrement en avant, en signe de salut vers la position de la Ninja qui ne tarderait pas à se relever ou à se présenter sous son vrai jour, Amano souhaitait vraiment faire preuve de son humilité et de son remerciement envers cette personne qui avait accepté de lui venir en aide, malgré son faible potentiel et son passé chargé.


- Je suis navré de vous avoir déçu, et tâcherais de vous intéresser davantage, à l’avenir … . –


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ilyena Raï
Civil
avatar

Nombre de messages : 361
Age : 28
Village : Kumo
Date d'inscription : 04/06/2008

Fiche Ninja
PV:
770/770  (770/770)
PC:
920/920  (920/920)

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Ven 04 Déc 2009, 01:54

    Burn in hell... Mais non. Tout d'abord, je cru l'avoir touché, mais je déchantais rapidement en voyant ma boule enflammée s'exploser mollement contre une pierre tombale. Le feu se dissipa en diverses flammèches, avant de mourir par le manque de foyer. Si la brume n'avait pas été là, les herbes brunes alentours se seraient probablement embrasées, bien que cela ne fût que le dernier de mes soucis. Les morts s'en foutent que ça crame au dessus de leur tête. Non, le problème était que j'avais perdu le blondinet de vue. Il s'était dissipé à une telle vitesse que mes yeux furent incapables de ne distinguer qu'une simple petite indication quant à la direction empruntée. S'était-il enfui ? J'en doutais, même si son nom ne me faisait pas éprouver autant de frayeur que cela aurait du, il se devait d'avoir une dignité pour ne pas partir de la sorte. D'autant plus que cela n'était qu'un entrainement à la base, qu'il m'avait lui-même demandé. Bon d'accord, à la base je pensais que je n'allais qu'à devoir lancer deux ou trois genjutsu avant de pouvoir retrouver mon doux foyer, mais tout s'était passé autrement que ce que mon esprit avait pu imaginer. Lui m'attaquait, une chose que je ne pensais pas au départ. Même si cela rendait la chose la plus intéressante, il n'en demeurait pas moins que je me sentais comme la seule abrutie à devoir souffrir, puisque mes illusions n'étaient que d'ordre mental. On peut facilement détruire quelqu'un par la pensée, mais la douleur physique ne me laissait pas indifférente, surtout qu'il s'agissait de foudre dans le cas présent.

    Je compris trop tard lorsque sa voix se fit entendre. N'y connaissant pas grand chose en Ninjutsu, et encore moins dans les affinités autres que le Katon, je ne pus qu'écarquiller les yeux en sentant le sol trembler. Il n'avait vraiment pas que la foudre dans sa manche, visiblement le Doton faisait également partie de ses éléments de prédilection. La terre se mit à trembler, et le sol s'affaissa de manière exponentielle. Il avait voulu me mener un peu à l'écart du cimetière, c'était pour faire ça ? Il allait toucher des tombes là de toute évidence... Cela ne me faisait rien, je ne connaissais personne de morte ici. Mais pour les familles aux proches enterrés là, dans de belles sépultures leur ayant surement couté les yeux de la tête. Mais le moment était de tenter de parvenir à rester debout, chose qui, à mes yeux, relevait de l'exploit. Je dus tenir quelque chose comme cinq secondes, à la manière d'une alcoolique ayant terminé sa troisième bouteille de Tequila de la soirée. Puis je tombais sur les fesses, les pieds endoloris, et la douleur ne s'arrêta pas là. Pour sur, je vous épargne les détails, mais la souffrance remontait dans ma colonne vertébrale en diverses impulsions. Les doigts serrés sur des mottes de terre tout juste sorties de sous le revêtement, je luttais pour ne pas me laisser emporter par ce flot terrestre. Mourir étouffée sous des tonnes de gravats et petits animaux peuplant nos sous-sols ? Hors de question. Une chose me fit me relever d'un bond. Une chose qui fit se mettre au garde-à-vous tous les poils peuplant mon corps. Une saleté de boule électrique dans mon dos, qui m'extirpa un cri de douleur que je tâchai de noyer le plus rapidement possible au fond de ma gorge. Je haïssais montrer aux autres ma douleur, qu'ils sachent ce que leur attaque avait provoqué sur moi, ou tout simplement démontrer le moindre signe de faiblesse.

    Gisant au sol, les membres tremblant, je tentais vainement de reprendre mon souffle. Ce dernier, saccadé, me faisait horriblement souffrir à chaque inspiration, comme si l'électricité continuait de s'émerveiller dans mon corps à la moindre bouffée d'oxygène. Je toussotai, une fois, deux fois, puis me relevai avec difficulté. La terre fendue me faisait mal, à s'enfoncer à moitié dans mes chairs dénudées. Je m'étais arraché un sacré lambeau de tissu lors de la première attaque, sans comprendre comment. Certainement une pierre un peu trop aiguisée, mais le fait était que ma tenue laissait bien peu de place à l'imagination en ce qui concernait le haut, sans pour autant être vulgaire. Je me retournai vers l'homme, avant d'entreprendre une lente marche vers lui. Je venais d'entendre ses paroles, et pourtant je n'y répondis pas dans l'immédiat. Une hargne avait prit le contrôle de mon esprit, rien que l'orage avait le don de me foutre hors de moi. Alors me prendre plusieurs décharges au cours d'une même journée, cela se passe de commentaire. Mes pas se stoppèrent à coté de lui, et mon pied gauche frappa dans le sol meurtri, de manière à laisser une décharge de chakra profiler dans les alentours. Je voulais l'immobiliser, qu'il ne puisse pas s'enfuir. Certes, je ne devais user que du Genjutsu, à la base. Mais il était injuste que je sois la seule à souffrir, et de toute manière, il fallait que je me défoule. Juste un coup, un seul. Mon pied droit fila dans l'air, visant à atteindre l'homme dans le flan. Je ne retins pas mon coup, y mettant la puissance nécessaire pour qu'il le sente largement passer, et peut-être même sentir le goût métallique qui s'était insinué dans ma bouche.

    "Vous me décevez oui, vouloir vous faire pardonner de la sorte. Je ne vois pas ce que les autres craignent de votre part, ancien Raikage ou non. Alors au lieu de faire vos yeux de cocker battu, tâchez de reprendre le dessus sur vous même, je serais ravie d'affronter en un meilleur jour cette putain de foudre. Vous me comprenez, je hais votre élément, plus que tout au monde, sans n'en connaître la raison. Alors croyez-moi, vous m'intéressez."

    Je devais être masochiste, mais je mourrais d'envie de l'affronter une nouvelle fois, dans un jour où ses capacités se trouveraient à leur summum. Une journée où je m'en prendrais plein les dents, bien plus qu'en cette fin d'après-midi brumeuse. Sans un mot, je lui tournais le dos puis m'effaçai du paysage, en prenant garde qu'il ne puisse me suivre. De toute manière, il m'avait semblé à bout.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   Lun 13 Sep 2010, 06:18

Citation :


°¤ Evaluation ¤°

Amano/Rai =) Désolée, je pensais avoir postée, surtout que je l'avais mentionné à Rai sur la box >_<
--

Excellent topic. Vous faites un bon duo ! Je ne saurais en dire davantage, les commentaires c'est surtout quand il y a des points négatifs ^^

Arrow Amano/Rai : 14 points
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Remords et Terreur |PV|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Remords et Terreur |PV|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Le Cimetière-