AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zomeru Souken
Civil
avatar

Nombre de messages : 321
Age : 26
Village : Oto
Date d'inscription : 15/04/2009

Fiche Ninja
PV:
135/135  (135/135)
PC:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)   Lun 29 Juin 2009, 15:41

Le jeune Zomeru venait d'intégrer le village d'Oto que depuis très peu de temps, et, après avoir terminé la carthographie des environs, il déçida qu'il était temps pour lui de visiter ce qui semblait être la "capitale économique" d'Oto. Ryoshu no Sato, la cité du riz, mais aussi la cité de la peur ou encore de la débauche car elle représentait pour un grand nombre des shinobis d'Oto, une sorte de défouloir où ils pouvaient assouvir leurs diverses pulsions. Dès qu'il fut entré dans cette fameuse cité, il fut frappé par la dimension de cette dernière, elle semblait être habitée par des milliers, voir des dizaines de milliers d'habitants. Toutes les rues dans lesquelles il vagabandait sans ordre apparent étaient bondée de monde, et il fut bousculé à de nombreuses reprises, mais parvint à s'extraire de cette cohue bohue en sautant sur le toit d'un des bâtiments. Une solution qui lui sembait être assez radicale puisqu'il s'affichait ainsi comme un shinobi d'Oto, et s'exposait ainsi à diverses menaces, surtout de la part d'autres shinobis véreux qui pouvaient être à la recherche d'argent facile. Une fois encore, la paranoïa de Zomeru semblait faire des siennes, et il décida qu'il serait mieux pour lui de se faire un peu bousculer plutôt que de se faire agresser.

Le temps passait, et il semblait être à présent nécéssaire pour le jeuen Zomeru de se restaurer. Il se mit donc en route d'une quelquonque taverne, et ce bien sur dans l'optique de s'y restaurer. après quelques minutes de recherches, pendant lesquelles il dut rattrapper un jeune vouleur qui avait profité d'une seconde d'inattention pour lui voler sa bourse, mais aussi la tentative surprenante qu'avait effectué d'une vieille femme pour lui voler cette même bourse, il finit par trouver un point de restauration: l'auberge du poney qui tousse. Son nom n'avait franchement rien de clinquant ni même d'attrayant, mais la fin était plus forte que tout, et il dut se résoudre à s'y restaurer.
Il entra donc dans cette auberge et alla s'asseoir au comptoir. Il y commenda un simple bol de riz ainsi q'un verre d'eau. C'est alors qu'un parfum délica vint titiller ses narines, l'obligeant à se retourner vers la porte d'entrée de l'auberge: une splendide jeune fille à la cheveulure brune venait d'y faire son apparition, et Zomeru ne semblait pas être le seul à avoir remarqué l'entrée presque enchanteresse de la demoiselle.


Dernière édition par Zomeru Souken le Mer 05 Aoû 2009, 15:43, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)   Lun 29 Juin 2009, 23:45

~¤*Cité des Corbeaux*¤~


Spoiler:
 


Sa empestait comme un champ de bataille. Sur les places, l'odeur était désagréable, mais lorsqu'on gravissait les étroites rues sinueuses vers les quartiers supérieurs, on croyait traverser un abattoir illuminé à la bougie. Ryoshu avait été construite sur un bout de coté élevé du pays du riz. Le site s'était au départ limité à une poignée de tours menaçantes dominant de vastes rizières mais, au fil des années, la ville s'était déployé sur les coteaux et la plaine qui encadrait la colline. Commes toutes les citées, elle était un véritable dédale de rues et ruelles étroites et sinueuses, pour mieux désorienter les intrus. Des bâtiments hauts et exigus faisaient converger les envahisseurs au fond d'impasses et de cul-de-sac ou ils se retrouvaient à la merci des résidents qui les attendaient juchés sur leurs balcons de bois. A l'excpetion de quelques avenues destinées au commerce et aux parades, nulle voie n'était assez large pour accueillir une escouade de ninja en formation de front, et souvent moins. les rayons du soleil s'insinuaient rarement dans ces allées claustrophobes et, même de jour, une maison sur deux était illuminée par une lampe métallique à la conception sophistiquée, suspendue à la lourde porte d'entrée en chêne. En arrivant à Ryoshu, Indara s'était retrouvée dans le quartier commerçant de la ville. Les volutes de brouillard tourbillonnaient autour d'elle tandis qu'elle marchait le long des entrepôts et au travers du marché public jonché d'ordures. Elle enchaîna avec le quartier des esclaves, avec ses vastes places et ses cages métalliques. Le premier des nombreux sanctuaires de la cité se dressait juste à la lisière du quartier, et ce fut là que la ninja perçut les premiers signes de corruption. Elle ne pouvait s'empêcher de s'interroger sur le nombre de trafiquants qui arpentaient la ville et les colossales rentrées d'argents, fruit d'activités illégales. Les rues étroites du quartier des marchands sinuaient au-delà des sanctuaires et plus loin encore, on trouvait les maisons des plaisirs et les arènes sanglantes du quartiers des divertissements. Chaque auberge, chaque taverne était prises d'assaut, les perrons jonchés de mendiant ou d'ivrogne. Indara rêvait d'un bain, d'une bouteille de saké et d'un lit confortable dans une pension, mais le vacarme du quartier venait soudain calmer ses ardeurs. Au-delà des auberges et des tavernes, la route commençait à gravir la vaste colline. Les maisons hautes et miteuses des roturiers se dressaient autour d'elle et la voie devenait plus ardue. Ses poils se hérissèrent lorsqu'elle s'engagea dans ces rues étriquées. Les étroites fenêtres étaient closes et les balcons qui les dominaient, vides, mais elle avait la nette impression d'être observé. Les scènes de la pauvreté se suivaient et sa méfiance s'accentuait. Un corps encore fumant gisait là contre la porte d'une maison aux vitres éclatées, ce qui laissait penser que les tueurs n'étaient pas loin. L'idée de devoir affronter une meute de fanatiques sur leur propre terrain n'était pas pour la rassurer. Elle savait, d'après les conversations avec les voyageurs, que les quartiers des seigneurs se situaient vers le sommet de la colline, mais elle n'était pas sûr de savoir comment les atteindre. Combien de temps pourrait-elle errer dans ces ruelles labyrinthiques sans tomber sur une bande armée en quête de nouveaux trophées à empiler à leur porte ? Le bandeau de sninjas d'Oto suffirait-il à les arrêter ? Rien ne lui permettait de le savoir. Rien de ce qu'elle avait vu jusque-là ne lui semblait cohérent. Pour la première fois depuis le long et exténuant voyage de retour du pays de la neige, Indara se sentait vulnérable et exposé. Ce n'était pas comme si elle pouvait aller de porte en porte pour demander son chemin. Aux yeux d'Indara, le bord des toits en bois semblaient s'agiter et frétiller d'une vie invisible. Puis poussant un croassement réprobateur, un énorme corbeau fit battre ses lourdes ailes pour émerger des ombres et planer au-dessus de sa tête, avant de se poser au sommet d'un toit. Le charognard porta un regard impétueux vers Indara, puis redressa sa tête lisse pour contempler son festin écarlate resplendissant. El l'espace de quelques minutes, les rues étaient noires de corvidés, battant des ailes et se hélant les uns les autres tandis qu'ils plongeaient dans la ville. Ils passèrent si près d'Indara qu'elle sentit le vent soulevé par leurs ailes sur son visage, et ils ne semblaient aucunement craindre la silhouette féminine. Le commérage des oiseaux dérangeait Indara. Certains lui croassèrent même quelques mots : Crânes! Crânes! dit l'un. Ames et sang! Ames et sang! crailla un deuxième. Leurs yeux brillaient d'une lueur cruelle tandis qu'ils s'acharnaient sur la chair déchirée de leurs becs tranchants. Toutes les maisons paraissaient identiques : murs sales et cramoisis, porte en chêne noir renforcées de fer. A chaque angle de rue, Indara optait pour l'ascension, provoquant la dispersion de nuées d'oiseaux braillards. Par pure chance, ou par malchance, elle ne pouvait se décider, la rue ascendante suivante la mena directement à une auberge. Les rues commençaient à s'animer ; la population émergeaient des demeures menaçantes pour quelques commissions au marché ou peut être pour renflouer le compte en banque après une nuit de débauche. Les serviteurs se déplaçaient sans perdre de temps, les épaules voûtées et les yeux vers le bas, sans jamais croiser le regard de leurs égaux. Indara évoluait avec grâce parmi la population, et se tenait à une distance respectueuse des corbeaux gras et présomptueux. Elle frappa du poing à la porte de l'auberge puis entra et son premier regard à l'intérieur en accrocha un autre. Un ninja d'Oto à première vue, un compatriote en somme. l'idée la fit sourire un court instant car elle ne se réclamait plus du village caché et elle trainait avec des Nukenins qui ne demandait pas moin que la chute d'Orochimaru. Aozora Nodoka, Yukinari...et peut être Element Emishi, ceux-là emprunteraient surement la route sanglante qui était la sienne. Indara se dirigea vers le ninja et commanda elle aussi un bol de riz tout en continuant à le regarder fixement, un sourire pervers aux lèvres.

~Je suis assez surprise de trouver un ninja dans cette ville. Alors comme sa on a perdu son équipe ?~
Revenir en haut Aller en bas
Zomeru Souken
Civil
avatar

Nombre de messages : 321
Age : 26
Village : Oto
Date d'inscription : 15/04/2009

Fiche Ninja
PV:
135/135  (135/135)
PC:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)   Mar 30 Juin 2009, 11:27

Cette jeune demoiselle, après avoir fait une apparition plus que remarquée, s'avança vers Zomeru et commanda elle aussi un bord de riz. Le regard que lui portait cette dernière lui glaça le sang. Il n'avait jamais été aussi intimidé de sa vie. De cette fille se dégageait un aura si intolérable qu'il eut du mal à ne pas sortir de la pièce en courant. Il était tout nouveau à Oto, il ne connaissait encore rien des "coutumes" que pouvaient avoir les ninjas entre eux. Peut-être que ce sourire pervers n'était en réalité que l'expression basique du visage de la jeune fille. Ces ninjas étaient tellement habitués à dissimuler leurs émotions que certaines émotions moins naturelles, plus bestiales, avaient tout simplement prit leur place. Il était tout aussi envisageable que son interlocutrice soit une sadique en puissance. Elle se rapprocha davantage de Zomeru et lui dit:

Je suis assez surprise de trouver un ninja dans cette ville. Alors comme sa on a perdu son équipe ?

"Alors comme sa on a perdu son équipe?", cette phrase résonnait dans la tête de Zomeru. Ce dernier n'avait pas d'équipe, il était seul, affreusement seul. Cependant, elle laissait entendre par cette question qu'elle n'était pas seule. Que les autres membres de son équipe étaient caché quelque part de la taverne, ou encore dans la rue. Mais il était aussi possible qu'elle soit venue seule, dans ce cas précis, la jeune demoiselle ne serait pas venu parler à Zomeru dans l'optique de le déposséder de tous ses biens, mais plutôt de faire connaissance: Mais l'expression qu'elle affichait n'avait rien de bienveillant, elle devait probablement vouloir se moquer de lui, histoire de faire passer le temps.
Zomeru avait besoin d'être confronté à des personnes telles que la jeune fille, il en avait besoin pour apprendre à comprendre les eusses et coutumes d'Oto, les lois qui régnaient à Oto, et toutes les ficelles qui permettent de survivre à Oto.

Il attendit quelques instants avant de répondre à le jeune shinobi, il ne voulait pas passer pour un moins que rien, surtout dans un endroit pareil: sa "réputation" en prendrait un coup. Encore eut-il fallut que suffisamment de gens le connaissent pour lui en faire une.
Il commença tout d'abord par ralentir son souffle, il ne voulait pas risquer de s'emporter de de dire une énormité qui le ferait passer pour un raté. Et il ne voulait surtout pas montrer le moindre signe de faiblesse. Il fit mine de se concentrer exclusivement sur son bol de riz, et de faire comme s'il ne s'intéressait pas à la jeune fille. Cette solution lui permettait de ne plus croiser le regard de la jeune fille, mais aussi de lui cacher son manque évident d'assurance, tout en faisant mine d'être quelqu'un de "puissant".

Je viens d'arriver à Oto, je n'ai pas encore été assigné à une équipe. Et je ne connais donc pas vraiment bien le coin, je cherchais juste un endroit où manger.

Avait-il fait une erreur? Il ne le savait pas, il aurait du prendre plus de temps pour trouver les mots justes: confier à la première personne qu'il était sans défense n'était peut-être pas la meilleure des choses à faire. Quoi qu'il arrive, il ne devait en rien montrer qu'il avait peur, il devait se montrer digne d'être un ninja d'oto.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)   Mer 01 Juil 2009, 00:26

~¤*Conspiration*¤~


Spoiler:
 


Elle fit un geste vers l'un des hommes armés, qui s'inclina avant de traverser la cour au pas de course, jusqu'à une volée de marches qui donnait dans l'auberge à proprement parler, puis elle mit un doigt devant sa bouche avant de faire signe à Zomeru de la suivre. Ils arrivèrent devant une porte blanche immaculée. Plusieurs minutes passèrent, Indara finit par entendre le bruit d'un loquet qu'on tire, puis le judas s'ouvrit. Un œil noir et morne les observaient.

*¤~Salutation, mon frère. Je viens de loin pour répondre à l'appel des fidèles. On m'a dit que je pourrai être accueilli ici.~¤*

L'œil les considéra encore quelques instants, puis le judas se referma brusquement. Des loquets plus imposants raclèrent dans leur logement, puis la porte s'ouvrit. Une jeune femme vêtue d'une toge d'un blanc éclatant se tenait dans l'entrée. Une longue et fraiche entaille dessinait une ligne rouge sur sa joue, le sang en suintant encore. Son expression était étrangement sereine.

*¤~Bienvenue, sainte sœur.~¤*

La voix mesurée la fit hésité. Dois-je entrer ou dégainer un kunai, se demandait -elle. Indara opta pour la première solution. Engagé dans l'entrée, elle se retrouva dans une petite cour close, rempli d'hommes armés. Ils portaient tous une toge blanche comme celle de la femme, et peu ou pas d'armure, mais chaque homme avait une lame nue dans la main. Ils scrutèrent les arrivants avec une hostilité tout juste voilée. Indara prit soin d'éviter les regards de l'assemblée pour se concentrer sur l'expression étonné du ninja qui l'accompagnait. La femme les conduisit jusqu'à une grande chambre vide au dernier étage de la maison et leur demanda d'attendre. Un assortiment de sabres, de couteaux était suspendu sur trois des murs de la pièce et le sol avait été recouvert de talc. La salle servait manifestement pour l'entrainement et peut-être aussi pour la méditation, bien qu'il fût étrange de la trouver au dernier étage avec les quartiers du maître. Nulle cheminée ne réchauffait ce grand espace et la femme n'avait pas offert la moindre nourriture ou boisson aux deux ninjas. Transi de froid, affamé et profondément déconcerté, Indara s'approcha de la haute fenêtre qui dominait le mur nord de la pièce et posa les yeux sur les rues de la cité, en contrebas. Elle eut le regret soudain de ne pas être l'un de ces maudits corbeaux, avec leurs ailes noires et lisses. A cet instant, elle voulait s'enfuir de Ryoshu aussi vite qu'elle le pouvait. Elle se retourna subitement vers Zomeru qui affichait un regard étrange et quand elle s'apprêta à parler, leur guide revint précipitamment. Elle parcourut le couloir sur quelques mètres pour les mener devant une tapisserie. Sans préambule, elle tira la tenture, révélant une étroite ouverture et un autre escalier grimpant dans l'obscurité. La femme s'inclina légèrement et lui fit signe de passer devant. Indara fronça les sourcils et s'engagea dans l'encadrement pour jeter un oeil. Une pâle lueur filtrait sous une autre porte au sommet d'une courte volée de marches. Ils gravirent prudemment les marches en bois, sentant le craquement sous ses chaussures à talons. Un souffle d'un puissant chakra lui caressa le visage, hérissant ses cheveux noirs et lui picotant les joues. Un déclic surgit à l'intérieur de sa tête, sa folie se lova douloureusement contre son cerveau et ses froides mailles quittèrent les extrémités d'Indara, se retirant comme la marée dans sa tête. Cette soudaine absence se traduisit par un malaise dans tout le corps. Depuis quand ne percevait-elle le mal qui la rongeait que par son absence ? Que restera-t-il quand elle s'en sera débarrassé ? Elle marqua une pause en haut des marches et effleura le loquet froid et métallique de la porte du bout des doigts. Une autre vague de chakra la caressa, invisible comme le vent. Cela lui rappelait les techniques de son clan. Oto n'est pas la seule puissance de ce monde, se souvint-elle, et quand l'âme fait défaut, la haine est là pour m'alimenter. Armé de la haine, tout devient possible. Indara fit glisser le loquet et poussa la porte, ouvrant les vannes d'un soleil froid et mordant. La porte donnait sur le toit de l'auberge, offrant une vue panoramique du quartier des seigneurs. Un bloc de basalte noir poli trônait précisément au centre du toit. Le sommet et la base en étaient orientés respectivement vers l'est et l'ouest. Le corps d'un homme était étendu dessus. Son visage blême était maculé de sang noir et ses mains enveloppaient le pommeau d'un sabre rutilant. Son corps était vêtu des habits dans lesquels il était mort : une simple toge blanche, du même type que celle des autres hommes, si ce n'était que la sienne était imbibée de rouge par la plaie béante qui allait de l'épaule à la hanche. Trois femmes dansaient lentement autour de la dépouille, leur épaisse chevelure blanche gonflant comme une bannière au vent. Chacune portait une coiffe noire et leur corps nu était soyeux et voluptueux. La sueur luisait sur leur bras puissants et glissait froidement sur leur gorge blanche et leur seins lourds, tandis qu'elles tanguaient au gré d'un rythme qu'elles étaient les seules à entendre. Leurs yeux étaient comme des puits de ténèbres sans fond et leurs lèvres charnues murmuraient des mots de pouvoir qu'Indara sentait palpiter contre sa peau.

*¤~Ne sont-elles pas magnifiques ? Ce sont de véritables ninjas de sang. Bourey'Shikyo, les
Gardiennes des morts, personne, pas même Orochimaru, ne savait qu'il en existait encore.
~¤*

Indara se retourna vers Zomeru et plongea son regard dans le sien avant de prendre une nouvelle fois la parole.

*¤~Ce que tu contemples ici sont les derniers vestiges d'un clan autrefois disparu, autrefois pourchassé puis abattu par le traitre qui se réclame Otokage. Il se passe des choses à Oto, une rumeur rien qu'un murmure sur le destin des ninjas les moins gradés. Ces prochains mois vont être décisif à nous genin mais aussi chuunin, une nouvelle trahison se prépare et je doute que ce qu'ils considèrent comme de la piétaille offre une résistance digne de ce nom. Tu es ici à Oto depuis peu de temps, c'est pourquoi je t'offre...un soutient, une proposition. Range toi à nos cotés, j'ai déjà le soutient de plusieurs Nukenins puissants en dehors du village mais aussi à l'intérieur. Que décide tu ? Suivant ta réponse, je serai peut être contrainte de mettre fin à ta petite carrière en tant que Shinobi.~¤*

*¤~Ce choix t'appartient désormais.~¤*
Revenir en haut Aller en bas
Zomeru Souken
Civil
avatar

Nombre de messages : 321
Age : 26
Village : Oto
Date d'inscription : 15/04/2009

Fiche Ninja
PV:
135/135  (135/135)
PC:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)   Jeu 02 Juil 2009, 14:19

La jeune fille, quelques secondes après que Zomeru lui ait répondu, lui indiqua qu'il fallait qu'il la suive. Elle le mena tout dabord devant une porte blanche, Zomeru se demandait où elle voulait en venir, et pourquoi elle l'avait emené içi. Une porte secrete dans une auberge lugubre, quoi de plus rassurant? Quelques instants plus tard, quelqu'un fit irruption derrière la porte. A ce moment précis, la jeune fille à côté de Zomeru lança à l'égard de la personne qui les observait à travers le trou dans la porte:

Salutation, mon frère. Je viens de loin pour répondre à l'appel des fidèles. On m'a dit que je pourrai être accueilli ici.

Et, quelques instants plus tard, la porte fut ouverte par une jeune habillée d'une toge blanche. Cette dernière était balafrée au visage, mais ce qui troubla le plus Zomeru, c'est que du sang coulait encore de cette blessure. Qu'est-ce qui vait bien pu se passer derrière cette porte blanche?
Leur nouvelle interlocutrice se contenta de leur dire avec un large sourire:

Bienvenue, sainte sœur.

Zomeru ne savait plus quoi faire ni penser, pourquoi devrait-il suivre une fille dont-il ne connait même pas le nom? Quel intérêt pouvait-il trouver dans un endroit pareil? Une fois de plus, le jeune ninja du se résoudre à satisfaire sa curiosité. Le mystère qui planait autour de ce lieu tenait en haleine toute l'imagination de ce dernier: quel genre de secret pouvait bien abriter cet endroit? était-ce une secte secrète? Un groupe extrémiste? Peut-être même une bande de contrebandier? Il se mit alors à suivre les deux femmes à travers une sorte cour remplie par de nombreux hommes armés. Leur tenue était la même que celle de la femme qui les conduisait on ne sait où. A la différence que ces derniers portaient tous une arme dans la main. Zomeru semblait tétanisé, il ne s'était jamais aussi senti menacé, son regard regardait alternativement sa gauche, puis sa droite, comme s'il cherchait à débusquer le moindre risque d'agression. Lorsqu'il eurent dépassé la cour, il arrivèrent dans une grande chambre située au dernier étage de la bâtisse. Zomeru ne prêta pas la moindre attention à la pièce en elle-même, il fixa la jeune fille tout le temps où ils se trouvèrent dans la salle ; à l'instant où elle s'était approchée d'une fenêtre, jusqu'au moment où leur guide revint les chercher. Ils marchent de longues minutes, pendant lesquelles ils traversèrent un long dédale, puis ils finirent pas arriver sur le toit de l'auberge. La haut, un horrible spectacle attendait Zomeru, un homme mort, sanguinolent, semblait dormir sur un énorme bloc de pierre noire. Autour de lui dansaient trois femmes nues. Le seul "vêtement" qu'elles arboraient était une sorte de coiffe noire. Zomeru était horrifié, cela dépassait tout ce qu'il avait pu imaginer. La jeune fille qui l'accompagnait lui dit à ce moment précis:


Ne sont-elles pas magnifiques ? Ce sont de véritables ninjas de sang. Bourey'Shikyo, les
Gardiennes des morts, personne, pas même Orochimaru, ne savait qu'il en existait encore.


Et puis quelques secondes plus tard, elle se retourna vers lui et le fixa du regard:

Ce que tu contemples ici sont les derniers vestiges d'un clan autrefois disparu, autrefois pourchassé puis abattu par le traitre qui se réclame Otokage. Il se passe des choses à Oto, une rumeur rien qu'un murmure sur le destin des ninjas les moins gradés. Ces prochains mois vont être décisif à nous genin mais aussi chuunin, une nouvelle trahison se prépare et je doute que ce qu'ils considèrent comme de la piétaille offre une résistance digne de ce nom. Tu es ici à Oto depuis peu de temps, c'est pourquoi je t'offre...un soutient, une proposition. Range toi à nos cotés, j'ai déjà le soutient de plusieurs Nukenins puissants en dehors du village mais aussi à l'intérieur. Que décides-tu ? Suivant ta réponse, je serai peut être contrainte de mettre fin à ta petite carrière en tant que Shinobi.
Ce choix t'appartient désormais


Zomeru commençait à regretter de s'être réveillé ce matin, s'il était resté dans son lit quelques heures de plus, jamais il ne se sertait retrouvé dans une pareille situation. D'un côté, il risquait de se faire éliminer par Orochimaru, de l'autre, par une fille à l'allure charmeuse. Dans les deux cas, il y restait. Après quelques minutes de réflexion, durant lesquelles il imagina de quelle façon il se ferait éliminer par les deux camps, il décida qu'il serait préférable pour lui de suivre le jeune fille: qui sait, peut-être aillaient-ils survivre en fin de compte.


Je suis votre homme. Mais, j'ai une ou deux petites questions à te poser. Que dois-je faire? et, qu'allez-vous faire pour nous "sauver"?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre inattendue (Indara pv Zomeru)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: HebiHebi :: Auberge du Poney qui Tousse-