AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Poseidon ! Mon Dieu [ Entraînement ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mayuri Kurotsuchi
Employeur
avatar

Nombre de messages : 126
Age : 25
Village : Ame no Sato
Date d'inscription : 11/04/2009

Fiche Ninja
PV:
300/300  (300/300)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Poseidon ! Mon Dieu [ Entraînement ]   Jeu 28 Mai 2009, 23:03

Objectif: ->

♦ Suiton - Daibakuryuu no Jutsu ♦



Traduction: Grand courant éclatant
Zone

Description:Le ninja crée un tourbillon dans l'eau, aspirant tout ce qui se trouve à sa portée et le coule au fond de l'eau. L'adversaire reste sous l'eau en fonction du niveau de l'eau présent.

S'il se situe dans une mer ou océan : 10 tours.
S'il se situe dans une rivière ou cour d'eau classique : 5 tours.
S'il se situe dans un terrain rempli d'eau grâce au Bakusui ou autre : 2 tours

Pv: 40 puis 5PV par tours sous l'eau. Provoque l'effet "Noyade"
Pc: 60

_____________________________________________________________
_____________________________________________________________


    ♦ Le soleil, un astre plutôt énigmatique qu'aucun humain avait osé approcher. C'était plutôt une étoile, une étoile qui comparée aux autres s'illuminait le jour et s'éteignait la nuit. Une étoile dotée d'une puissance thermique impressionnante, plus qu'impressionnante, surhumaine. La chaleur qu'il provoquait sur Terre était déjà des plus chaudes en été, mais pourtant, le soleil était si loin de la Terre... Si un petit garçon de quelques mois se mettait à marcher en direction du soleil, il mourrait de vieillesse bien avant de l'avoir atteint. Même une vie entière ne représentait pas la distance qu'il y avait entre cette étoile et la planète Terre. Et même si quelqu'un réussissait à l'approcher assez pour en connaître la taille, il mourrait dans la micro seconde, déshydraté comme pas possible, tout son corps se mettrait à fondre en un rien de temps. Pourtant, malgré cette puissance thermique, les rayons de soleil ne figuraient pas parmi les quatre éléments naturels. L'eau, le vent, le feu, la terre. Quatre éléments qui méritaient leurs places dans la grande famille de mère Nature. Pour certains, chaque élément était associé à un dieu. Et pour Uryû, le seul Dieu dont il avait connaissance et dont il avait envie de croire, était Poseïdon, le dieu de la mer et des océans, la divinité de l'eau. L'eau avait une puissance destructrice bien supérieur au soleil ou à tous les autres éléments naturels. Le jeune homme aux cheveux noirs était un fidèle adorateur de Poseïdon et un grand manipulateur d'eau. Une capacité étonnante qui hisserait chacun des ninjas possédant se pouvoir vers le cieux. Certes il était impossible pour un simple humain mortel d'égaler la puissance de Poseïdon, mais il pouvait s'en approcher. C'était ça, le véritable but d'Uryû, s'approprier une puissance quasi-divine dans l'utilisation de l'eau. Aujourd'hui même, il se trouvait sur une falaise, près de la mer se trouvant sur une des côtes du pays du riz. Le soleil se levait doucement, mais sûrement. Un ciel d'une couleur fantastique, un mélange de bleu clair parfumée de touches roses et d'un bleu nuit qui disparaissait peu à peu. Un spectacle magnifique, comme les aimaient Uryû. Une âme paisible dans un village de brut assoiffé de sang et de pouvoir. Le pouvoir, Uryû en était aussi assoiffé, il était justement venu à Oto pour le pousser à en chercher, car dans un village comme celui du son, un manque de puissance se résumait par une mort certaine la semaine suivante. L'apparence paisible en enfantine d'Uryû lui avait déjà valu des combats provoqués par des personnes avec un physique immonde qui voulait simplement « Défigurer la gueule d'Ange d'Uryû ».

      ■ Te voilà enfin... Ishidâ
      ■ Désolé de t'avoir fait attendre
      ■ Ne t'excuse pas, le paysage était si beau que je n'ai pas vu le temps passer

    ♦ L'intonation de la voix du shinobis à la veste bleu réduisait toujours la personne à qui il parlait au silence, sa voix était d'une douceur infinie. Ses paroles caressaient le vent alors que le son de sa voix charmait les oreilles. Son compagnon aux cheveux rouges comme toute autre personne fut obliger d'écouter tendrement les dires d'Uryû avant de pouvoir reprendre la parole. Cependant, il fit cette fois-ci envoûté par le regard du shinobi qui regardait le ciel et ses couleurs ainsi que le soleil en pleine émergence. Ishidâ au lieu de lui ordonner le début de l'entraînement, resta bouche bée en regardant le paysage épaule à épaule avec son camarade du son. Le ciel rosé était vraiment magnifique, c'était l'un des évènements les plus magnifiques que provoquait inconsciemment mère nature. Les deux amis contemplèrent ce paysage pendant quelques minutes avant qu'Ishidâ qui n'était pas aussi patient qu'Uryû se tourna vers lui en l'observant observer le ciel. C'était vraiment impressionnant quand l'on n'était pas habitué. Pas un sillage, même pas un clignement des paupières, ses yeux bleu azur étaient plongés dans la rosée du ciel matinal. Mais, malheureusement, même s'il aimait regarder ce spectacle avec son compagnon, Ishidâ était là pour une raison bien précise qui était l'entraînement de son camarade du village caché du Son. L'homme aux cheveux rouges se déplaça donc vers Uryû et claqua soudainement ses mains devant le visage d'Uryû. Etonné, celui-ci eu un petit mouvement de la tête, il avait pris peur, car il ne s'était vraiment pas attendu à ce que son camarade aux cheveux rouges fasse ça. Uryû par la suite, secoua un petit peu la tête de gauche à droite pour reprendre ses esprits et se reconcentrer sur son objectif avant de suivre Ishidâ qui se dirigeait lentement vers l'océan présent devant les deux shinobis. Ishidâ força sur ses jambes et d'un bond rejoint les eaux de l'océan tout en forçant son chakra à le maintenir à la surface de l'eau. Tout bon shinobis savait marcher sur l'eau. Il en était de même pour le membre du défunt clan des Kootaro. Encore en haut de la plaine, il effectua un saut suivit d'un salto avant avant de retomber parfaitement sur ses jambes, à quelques mètres de son compagnon du son. Un regard à gauche et Uryû vit son camarde aux cheveux rouges marcher dans une direction inconnue. Motivé et obligé, Uryû suivait simplement ses pas en regardant son dos vêtu d'une veste rouge comme ses cheveux. Il était vrai que la carrure d'Ishidâ lui permettait d'être un grand et puissant shinobis, un précieux élément pour le village du son et l'armée d'Oto.

      ■ C'est bien la technique du Grant Courant Eclatant ? C'est bien ça ?
      ■ Oui...

    ♦ Encore ce son incitant le silence... Un simple mot suffisait à choquer Ishidâ. Bien qu'ils étaient amis depuis pas mal de temps maintenant, à chaque fois que l'homme à la veste bleu ouvrait la bouche, Ishidâ subissait un étonnement quasi-identique. Cela avait le don de l'énerver, car il se déconcentrait dès qu'il ouvrait la bouche. Mais cette fois-ci il n'avait rien dit à Uryû. D'habitude, Ishidâ le critiquait toujours sur sa façon d'être, sa façon d'être assez mou. Surtout dans un village comme celui du son om la puissance, le combat et la mort étaient les maîtres incontestés. A Oto, la politique ne marchait que très peu, l'argent encore moins. Seul la puissance et le combat régnaient sur ce village au triste passé et au sombre futur. Mais pour le moment, là n'était pas la question. Uryû était là pour l'apprentissage d'une technique Suiton. Cette technique se nommait Daibakuryûu Jutsu aussi appelé comme l'avait prononcé Ishidâ, la technique du grand courant éclatant. Cette technique avait une conception assez simple, mais une puissance sans égal. C'était une technique cataloguée de rang B. Elle consistait simplement à ce que l'utilisateur de la technique pose une main au sol et en envoyant du chakra dans l'eau, effectue un léger mouvement circulaire avant d'envoyer une dose assez importante de chakra. La forme donnée du chakra servirait à donner la forme à la technique. Cette fameuse forme circulaire donnerai naissance à un tourbillon d'eau qui avale tout ce qui se trouve sur son territoire et qui entraîne ce qu'elle avale dans les tréfonds de l'océan. Dans une situation comme celle-ci, combattre dans un océan et utiliser cette technique était une aubaine et un gain de puissance pour l'utilisateur du Suiton. C'était d'ailleurs pour ce bonus qu'Ishidâ avait choisit ce terrain pour l'apprentissage de la technique. La première véritable étape pour l'apprentissage d'une technique, s'était de comprendre son fonctionnement et d'écouter les explications concernant cette dite technique. C'était parfaitement ce que faisait Ishidâ, agenouiller sur l'eau, l'homme aux cheveux rouge avait sortit une sorte de parchemin sur lequel figurait des explications sur absolument toutes les techniques Suiton connu dans le monde entier. Un parchemin d'une grande valeur vu ce qu'il contenait, des explications sur un pouvoir destructeur. Pendant que son compagnon lui expliquait avec détails les états et les sceaux de la technique, Uryû lui avait son esprit ailleurs et regardait l'océan, comme s'il voulait que son regard traverse la pénombre de l'abysse avec comme folle idée de découvrir un monde magnifique, un monde hors norme, inconnu de tous et des toutes. Un monde où le bonheur se vivait sans avoir à le chercher. Ce monde...

      ■ Regarde bien Uryû !

    ♦ Cet ordre tira brutalement le jeune shinobis du Son de son rêve éveillé. Quand il releva la tête, son regard se posa sur son camarade qui venait de se redresser. Que comptait-il faire ? Pourquoi Uryû devait-il le regarder ? C'est alors que son camarade aux cheveux rouges se plia en deux puis effectua un saut en arrière pour se retrouver plusieurs mètres plus loin de son endroit initial. Bien que le shinobis à la veste bleu n'avait pas écouté les instructions de son ami, il avait entendu et cela lui était bien suffisant. Uryû avait aussi cette capacité à connaître sans écouter, entendre simplement ce qu'il était censé écouter lui suffisait. S'il se couchait et que quelqu'un parlait à côté de lui, le lendemain, Uryû pouvait s'il le désirait sortir tout ce qui avait été dit la veille, alors qu'il dormait paisiblement. Ishidâ allait donc passer à la deuxième étape de l'apprentissage d'une technique : la démonstration. Le soleil continuait son avancé dans le ciel alors que son compagnon composait une série de sceaux. Le chuunin d'Oto se redressa à son tour en se tenant sur ses genoux pour l'aider à se relever. C'est qu'il se faisait vieux... Toujours les yeux braqués sur Ishidâ, une délicieuse odeur se glissa sous ses narines. Mais, étrangement, il ne cilla pas d'un sourcils et resta concentré sur son compagnon aux cheveux rouges. Celui-ci venait de terminer sa série de sceaux, s'agenouillant d'un seul coup, Ishidâ la paume de sa main gauche sur la surface de l'eau en y envoyant son chakra. Il avait maintenu la pose pendant quelques secondes avant d'ouvrir les yeux et de faire un bond en avant afin de ne pas être la victime de sa propre technique. Un petit trou se forma alors sur la surface de l'océan, ce dit trou s'agrandissait de plus en plus jusqu'à prendre des dimensions importantes. Etendu sur quelques mètres, Uryû sentait bien qu'il se faisait aspirer par ce tourbillon d'eau alors qu'il n'était même pas dans le champ d'action. Son regard visait la fin de ce tourbillon, un concentré de chakra, une grosse dose avait été introduite dans cette technique, mais les effets étaient surprenant. Puis tirer de sa torpeur, Uryû sentit quelque chose s'abattre violemment et à toute vitesse sur son dos. C'était Ishidâ qui d'un coup de pied avait projeté Uryû en direction du tourbillon. Maintenant dans le champ d'action du tourbillon, Uryû lança un regard étonné à son camarade qui venait de le précipité dans sa technique. Un simple sourire... Ishidâ affichait un sourire sincère et profond, cela était suffisant à Ishidâ pour se laisser prendre dans la technique sans même se débattre. Une fois arrivé au fond, il sentait la pression lui déchirer peu à peu ses vêtements. Il sentait que l'air venait à lui manquer. Une douleur moyenne l'atteint alors aux deux jambes. C'était donc ça la puissance de cette technique ? Hors d'atteinte et à court d'oxygène, Uryû remonta à la surface.

      ■ Le meilleur moyen de connaître sa technique est de la subir. A toi maintenant...

    ♦ Ishidâ avait donc volontairement poussé Uryû à l'intérieur de la technique ? C'était très dangereux certes, mais c'était aussi la preuve qu'il reconnaissait la force d'Uryû. L'homme aux cheveux rouge n'avait pas douté un seul instant sur la fait qu'Uryû pouvait ou non s'extraire de lui-même de cette technique. Ou bien voulait-il le tuer... Mais cela était improbable, sinon il s'y serait pris bien autrement. Mais peu importait réellement, car Uryû avait confiance en son compagnon comme il avait confiance en lui. Ils se connaissaient depuis très peu de temps, mais dans un village aussi brutal que celui du son, s'était forgé une amitié solide basé sur la confiance et la présence l'un pour l'autre. Uryû allait maintenant passer à la dernière étape de l'apprentissage d'une technique, la mise en pratique des deux étapes précédentes. Le vent caressait la peau du visage du shinobis à la veste bleu, la délicieuse odeur qui avait tenté de le faire dévier de son objectif était encore présent et emplissait les sens d'Uryû d'un bonheur extrême. Le ninjas aux yeux azur savait très bien ce qu'il attendait, quand il commencerait à effectuer la technique, toutes ces délicieuses tentations disparaîtraient comme rapidement qu'elles étaient venues. Même si l'envie n'y était pas, il fallait bien le faire. Le jeune chûunin du village caché du son se plaça lentement sur un terrain propice à son entraînement, il se tenait droit et respirait à plein poumons. C'était le moment, Uryû allait tenter pour la première fois de réaliser parfaitement la technique du grand courant éclatant que venait de lui montrer son camarade. Instinctivement, il ouvrit les yeux et se mit à composer les mudras avec une vitesse impressionnante, c'était donc ça la graine de shinobis. Bien que plus puissant qu'Uryû, Ishidâ avait toujours éprouvé une sorte de jalousie envers son camarade d'Oto. Quand il y réfléchissait bien, il était vrai qu'il avait tout pour lui, un physique assez charmeur, une puissance qui était bien supérieure à la sienne quand il était à son niveau, une mélancolie constante qui le laissait s'exprimer librement, mais surtout, bien plus important que toutes autres choses, lui n'était pas comme Ishidâ, il n'était pas enchaîné au village d'Oto. Uryû vivait selon ses désirs et son humeur. Là où son coeur lui dit d'aller il ira ! C'était ça, le véritable sens de la liberté. Ishidâ lui était enchaîné à Oto par des liens invisibles pour les autres, visible pour lui. Des liens si puissant qu'il était impossible pour lui de s'en défaire, le moment où il en serait libéré, serait au moment de sa mort.


Dernière édition par Uryû Mô le Ven 29 Mai 2009, 16:21, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Mayuri Kurotsuchi
Employeur
avatar

Nombre de messages : 126
Age : 25
Village : Ame no Sato
Date d'inscription : 11/04/2009

Fiche Ninja
PV:
300/300  (300/300)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Re: Poseidon ! Mon Dieu [ Entraînement ]   Jeu 28 Mai 2009, 23:11

    HRP: Désolé la longueur du message était hors norme =S

    ♦ Revenons en donc au shinobis aux yeux azur. La série de mudras terminé, il s'agenouilla brutalement pour poser sa main gauche sur la surface de l'eau, tout comme l'avait fait son compagnon aux cheveux rouges. C'était la copie parfaite d'Ishidâ. Les yeux fermés, son chakra concentré dans sa main, il envoya une faible dose pour donner la forme voulue à son chakra, mais la vitesse du courant provoqua une sorte d'explosion aqueuse alors qu'Uryû venait d'augmenter la dose de chakra introduit dans sa technique. L'explosion était des plus brutales, Uryû qui était agenouillé fut alors propulsé à quelques mètres plus loin avec une légère douleur à l'estomac. A la surface de l'eau, couché sur le ventre, le corps maintenu à la surface grâce au chakra émis dans l'eau, Uryû patientait quelques minutes afin que sa douleur à l'estomac diminue pour finir par disparaître un peu plus tard. Cet entraînement n'était pas de tout repos, mais contre toute évidence, tous les entraînements étaient un risque pour un shinobis. Chacun pouvait y laisser la vie, une fausse manipulaiton, une technique nocive pour le corps et plein d'autres raisons pouvaient pousser le shinobis à périr lors d'un entraînement. Heureusement pour lui, le Chuunin à la veste bleu n'avait pas introduit assez de chakra dans sa main gauche pour que l'explosion ne lui provoque des dégâts plutôt important. Se redressant tant bien que mal, Uryû recommença une nouvelle fois, gonflé à bloc, les mudras de la technique suivit d'un dosage de chakra dans la main avant de l'émettre dans l'eau. Une sorte de petit tourbillon aqueux se forma devant lui. Face à cet exploit, Ishidâ eu le sourire et encourageait moralement Uryû à continuer la route qu'il venait d'empreinter. C'était le bon chemin. Mais un dosage assez faible entraîna Uryû à l'intérieur de sa micro-technique. L'avantage, c'est qu'à chaque essaie, Uryû accumulait l'expérience des échecs et recommençait en les prenants en compte. Cette fois-ci, il fallait donc introduire une faible dose de chakra dans l'eau pour lui donner la forme, et plus la technique grandissait plus il fallait introduire de chakra. Mais alors, comment Ishidâ avait réussi à poser sa main au sol, reculer en rompant la technique ? Alors que la technique s'était formé après qu'il est reculé ! Un mystère qui serait très rapidement résolu. Ce nouvel essaie se conclua par un nouvel échec. Mais le shinobis aux yeux azur n'abandonnait pas. Il essaya encore, encore et encore. Sa progression était visible à l'oeil nu, bien que plus de trois heures s'étaient maintenant écoulées. Puis, les yeux fermés, le shinobis à la veste bleu se concentra et posa sa main au sol. Introduire une faible dose de chakra au démarrage, donner la forme de la technique, puis... Bomber la chakra. Les yeux grandement ouverts, Uryû introduisait une quantité incroyable de chakra dans sa technique, plus même qu'il n'en fallait. La technique une fois formée prit des proportions inouïe. Même les tréfonds de l'océan étaient visibles. Si l'adversaire tombait dans cette technique à l'instant même, il en mourrait. Ishidâ créa un clone d'eau qui se posta juste à côté de lui. Uryû effectua un bond arrière pour ne pas se faire prendre bêtement dans sa propre technique. Mais l'entraînement était un succès.
Revenir en haut Aller en bas
Mayuri Kurotsuchi
Employeur
avatar

Nombre de messages : 126
Age : 25
Village : Ame no Sato
Date d'inscription : 11/04/2009

Fiche Ninja
PV:
300/300  (300/300)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Re: Poseidon ! Mon Dieu [ Entraînement ]   Ven 29 Mai 2009, 16:21

Objectif ->

♦ Suiton - Teppoudama ♦



Ne Nécessite pas d'eau au préalable.

Description: Un tir d'eau puissant craché par l'utilisateur.
Tirs Max : Vitesse/5

Pv: 15
Pc: 10

______________________________________________________
______________________________________________________


    ♦ La technique du grand courant éclatant que venait d'effectuer Uryû engloutissait absolument tout sur son passage, le clone de son camarade s'enfonçait peu à peu, on pouvait voir les nombreuses tâches de sang qui se dessinaient sur les vêtements du faux Ishidâ avant de disparaître en devenant eau. Uryû avait la main gauche près de la surface de l'eau, il avait une position étrange, le souffle haletant et des gouttes de sueur qui dégoulinaient sur ses deux joues. La technique du grand courant éclatant était donc acquise. Cinq heures s'étaient lentement déroulées pendant que le jeune chuunin à la veste bleu s'entraînait ardemment à l'acquisition d'une grande technique de l'art de manipuler l'eau. Le soleil avait déjà parcouru un bon bout de chemin dans le ciel, midi était déjà dépassé depuis quelques temps maintenant alors que l'entraînement perdurait encore et toujours. Malheureusement, les nombreuses et vaines tentatives d'Uryû pour accomplir parfaitement cette technique de rang B l'avait vidé de son chakra et de ses forces physiques. Les jambes tremblantes, a bout de force le shinobi aux yeux azur s'écroula dans un grand « Splash » quand son corps entra en contact avec la surface de l'eau. Son corps sans énergie sombrait dans la pénombre de l'océan. Une petite expiration d'air dégagea de la bouche d'Uryû quelques petites bulles de dioxygène pour retrouver son élément en remontant en surface avant d'exploser en signe d'arrivé. Le champ de vision d'Uryû rétrécissait lentement, il entrait là où les rayons de soleil eux ne pouvait pas passer. Là où les pires prédateurs marins l'attendaient pour pouvoir finir leurs gouteux repas. L'abysse de l'océan l'attendait, mais il savait... Il connaissait le sort qui lui était réservé s'il se laissait couler comme cela jusqu'au fond de l'océan, il allait mourir à coup sûr, soi dévoré par un prédateur carnivore, soi noyé par manque d'oxygène. Mais ce n'était pas la fin dont il rêvais. « L'homme ne choisit pas le lieu de sa naissance, mais peu choisir celui de sa mort ». Un proverbe que trop vrai, il n'avait pas choisit le lieu de sa naissance, ça, c'était certain, mais il voulait choisir celui où il allait mourir. Uryû voulait mourir au combat, il voulait mourir assez vieux tout de même, il voulait mourir après avoir instauré la paix dans le monde. Usant de ces dernières forces, Uryû lutta pour tenter de remonter à la surface, mais alors qu'il allait atteindre la surface, l'air qui lui manquait, ses yeux se fermèrent alors que son corps sans vie re chutait. Mais des bras agiles et puissants se placèrent sous les aisselles du shinobis du son pour l'extirper de l'eau. Venant tout juste de perdre conscience, Uryû en reprenant connaissance cracha une quantité assez importante d'eau avant de s'abandonner aux bras de son compagnon.

      ■ A bout de force ? Tien ! Prend cette pilule militaire et passons à la technique suivante. On va faire facile pour finir la journée, ton corps n'est pas encore habituer à ce genre d'entraînement intensifs.

    ♦ L'homme aux cheveux rouges plongea lentement sa main dans sa poche avant d'en ressortir une sorte de minuscule boule rouge qu'il glissa avec précautions entre les dents d'Uryû. Après avoir mâcher plusieurs fois dans un bruit croustillant, les yeux azur du shinbois à la veste bleu s'ouvrirent d'un seul coup puis du chakra en masse émana de son corps. Une sorte de flamme bleuâtre sortait de toutes les parcelles de son corps. Ayant repris conscience, l'ancien membre du clan Kootaro se releva aisément en s'aidant de la force de ses deux bras. Un regard à droite, un regard à gauche, un regard à Ishidâ avec un léger sourire, un sourire intensément émotif qui voulait tout dire, à la fois un remerciement profond pour l'avoir soutenu au lieu de le laisser crever au fond de l'océan, puis un sourire qui signifiait que la réussite de la technique le rendait plus qu'heureux. Un rayon de soleil vint se poser sur le visage d'Uryû, ce qui rendait son sourire encore plus intense, si chaleureux. Face à ce visage d'enfant, Ishidâ ému resta à le regarder sans bouger d'un pouce. Comment un homme comme lui pouvait être dans un village comme celui du son ? Ou même comment pouvait-il être un combattant ? Tans de question auquel Uryû ne répondrait jamais. Ishidâ en lui posant la question par le passé s'était heurté à un mur de silence. Mais penser à ça, Ishidâ ne le pouvait pas, car le shinobis aux yeux azur venait de lui demander tendrement et toujours avec sa voix aussi douce de lui montrer comment procédé pour apprendre la deuxième technique. Cette technique était aussi une technique de Ninjutsu d'affinité Suiton. Mais c'était une technique bien moins complexe pour l'apprentissage, une technique cataloguée de rang C, le rang le plus facile, enfin presque... Ne pouvant lui refuser quoi que ce soit, l'homme aux cheveux rouge s'exécuta sans perdre de temps. Teppoudama jutsu. Une technique qui consistait à expulser une sorte de boule aqueuse de la bouche, une grande quantité d'eau avec une grande force de pression. Une technique pas bien compliqué, comme le Kaihodan qu'il avait appris en compagnie de ce même personnage. Ishidâ se mit à composer les sceaux qui devaient être composés pour l'utilisation de la technique, une fois les sceaux terminés, Ishidâ pris une grande inspiration et recracha en direction d'Uryû, tout le chakra qu'il avait stocké et transformer avec le chakra de type eau. Une grosse boule d'eau se dirigeait à présent vers Uryû. D'un mouvement, Uryû évita la boule en dessinant sur ses lèvres, un sourire amusé.

      ■ A toi...

    ♦ Le shinobis aux yeux azur se concentra autant qu'il le pouvait, maintenant que sa forme physique et son chakra lui était revenu, c'était son tour ! Les yeux fermés comme à son habitude, Uryû se mit à composer les mudras propres à cette technique. Une grande inspiration, une faible dose de chakra et une grande vitesse de régurgitation. Une grosse boule d'eau sortit alors de la bouche d'Uryû avant de se diriger vers Ishidâ. L'homme aux cheveux rouge avait les yeux fermés, il écoutait le bruit du vent et sentait venir la boule d'eau dans sa direction à pleine vitesse. Au dernier moment, sa main droite plongea dans son étui à kunai, puis arme à la main, il le plaça juste devant lui. La boule d'eau vint s'écraser sur le kunai puis exploser sans avoir touché Ishidâ, pas le moindre dégâts. Comment cela se faisait-il ? Mais même avant que la question ne soi posé, Ishidâ venait d'y répondre. D'après lui, même si c'était une technique qui provoquait de faible dégâts à l'adversaire, il ne fallait pas limiter le chakra qu'il fallait introduire dans la boule d'eau, sa boule était tellement faible en chakra qu'une simple arme blanche pouvait la faire éclater comme un ballon de baudruche. Il fallait donc mettre plus de chakra ? Okey ! En deux temps, trois mouvements, Uryû avait recomposé les sceaux et envoya après une grande inspiration une grosse boule de chakra où il avait introduit trois fois plus de chakra à l'intérieur de la boule. Une nouvelle fois, Ishidâ plaça son arme devant lui dans l'espoir ou pas de faire éclater le ballon la boule comme un ballon de baudruche. Mais cette fois-ci, lui et son bras furent propulsés en arrière après avoir encaissé les dommages de la technique. La technique de la boule aqueuse était donc acquise.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Poseidon ! Mon Dieu [ Entraînement ]   Ven 10 Sep 2010, 00:08

Citation :


°¤ Evaluation ¤°

Tout simplement superbe : que ce soit au niveau du contenu, ou de la forme.
Bien travaillé et bien approfondi. J'aime le caractère de tes RPs, c'est assez accrocheur.
Que dire de plus, à part entraînement validé ? Rolling Eyes

Arrow Techniques validées + 6 points +2 de Bonus
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poseidon ! Mon Dieu [ Entraînement ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Poseidon ! Mon Dieu [ Entraînement ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: HebiHebi :: Falaise du Couchant :: Côte Maritime-