AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vagues de l'âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaguya Koma
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 123
Village : Kumo
Date d'inscription : 11/04/2009

Fiche Ninja
PV:
110/110  (110/110)
PC:
160/160  (160/160)

MessageSujet: Vagues de l'âme   Mer 29 Avr 2009, 17:59

Musique de Post

L’immensité bleue.
Le point où l’océan et le ciel ne formait qu’une seule aquarelle, lorsque l’horizon n’existait plus. Tout là bas, très loin. Si loin. Par delà les mers il y avait son ancien chez lui. Le regard tourné vers cet horizon lointain, l’enfant debout sur le promontoire que formait la falaise se voyait coupé du monde. Coupé de ce monde nouveau qu’il ne voulait pas découvrir, chérissant les souvenirs de l'ancien.
Les vagues qui se fracassaient contre la roche de la falaise surplombant la mer, l’odeur d’iode du vent marin, le bleu à perte de vue. Il n’avait qu’a fermer les yeux pour se croire encore là bas, loin, très loin de cet endroit, de cet époque et encore un peu en sécurité.

Le pays de l’eau.
L’odeur était la même, la sensation du vent caressant son visage et faisant onduler ses cheveux était la même et même ce paysage avait quelque chose de similaire à son ancien pays. Mais il manquait l’essentiel. Oto ce n’était pas son village. Même si le nom était mélodieux, le village lui-même ne l’était pas. L’air semblait moins pur, vicié par il ne savait quoi. La petite main de l’enfant rejoignit l’emplacement où se trouvait son cœur, ses doigts se crispant sur le haut de kimono qu’il portait.

Ici, ça n’était pas là bas. Là bas on ne lui avait jamais demandé d’apprendre comment blesser une autre personne. Il n’avait jamais apprit à ce battre, n’avait jamais souhaité que cela ce passe autrement. C’était ce qu’on leur apprenait dans cet endroit dans lequel il s’était réveillé. L’académie ninja. Mais lui, il ne voulait pas. Tout au fond de lui restait ce désir enfantin de respecter les préceptes de son tuteur mort par sa faute. Si lui ne les honorait pas, alors qui le ferait ?

Donc, encore une fois, il avait fuit l’académie. Et encore une fois, il n’était pas totalement partie ce ce village.
Il venait juste là, réfléchir, oublier, se souvenir de chose et d’autres qui n’appartenait qu’a lui. Peut être essayait il de trouver une réponse, une aide inespérée dans ce débat permanent empirant chaque jour et le contraignant de plus en plus, l'affaiblissant. Mais où que ses yeux le portaient, aucune lumière ne se profilait à l’horizon.
Ce qui le retenait ici, c’était cette lettre, ce petit morceau de papier qu’il avait trouvé dans cette nouvelle demeure qui n’en avait que le nom. Griffonnée à la va vite, mais écrite pour lui et lui seul. C’était comme le morceau d’un réconfort inaccessible dont il ne savait que faire. Il la gardait toujours avec lui protégée par le mouchoir beige, la relisant parfois mais la connaissant pratiquement par cœur à force d’y chercher à ses trop nombreuses interrogations.

Mais il n’y en avait aucune.Ni dans cette lettre mainte fois relut, ni dans autre chose.
Guji ne viendrait pas pour lui dire ce qu’il devait faire. Il ne reviendrait plus. Plus jamais. Et l’enfant n’avait plus rien à protéger. Plus rien qui lui semblait aussi important que cet être et cette vie qui l’avait fuit.
Les êtres comme lui qui survivaient malgré les malheurs qu’ils engendraient, on les appelait des Monstres. Sans but. Sans existence propre. Fuyant la vie et la mort. Inutile et Dangereux pour les autres.

Et vivre pour un mort, cela semblait tellement inutile à présent qu’il était devant ce nouveau gouffre. Un gouffre plus profond et plus noir encore.
Il ne voulait pas blesser, ne voulait pas tuer et n’avait rien à protéger. Il n’était qu’un fardeau. Kimbly-san aurait dut l’abandonner et ne pas lui donner cette chance qu’il ne parvenait pas à saisir.

« Qu’est ce que je dois faire… ? »

Sa tête se baissa.
« Pourquoi est ce que tout est si compliqué… Si cruel…»


Seules les vagues déchainées répondirent à son mal-être.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sanctuary-no-teki.com/dossiers-de-kumo-f172/dossier-d
Zomeru Souken
Civil
avatar

Nombre de messages : 321
Age : 26
Village : Oto
Date d'inscription : 15/04/2009

Fiche Ninja
PV:
135/135  (135/135)
PC:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Vagues de l'âme   Sam 16 Mai 2009, 02:27

Le jeune Zomeru vennait à peine d'être intégré au village d'Oto qu'il commençait déjà à en étudier la topographie. Il se baladait carte en main près d'une falaise en essayant d'y rechercher une quelquonque configuration spaciale qui pourrait lui permettre de s'entrainer. Rien en ce lieu n'attirait cependant son attention. Ce n'est que par hasard qu'il se rendit enfin compte qu'il se trouvait tout proche de la mer.Il ne l'avait plus vu depuis son départ du village des artisans, et ce n'est qu'en la revoyant sous cette aspect qu'il se rendit compte qu'elle lui avait tant manqué. Cependant, ces flots semblaient quelques peu différents de ceux qu'il avait connu: ils semblaient êtres agités par quelque chose de surnaturel, comme s'ils cherchaient à briser la roche pour s'engouffrer dans le village.

Après plusieures expéditions, il se rendit compte qu'un garçon encore plus jeune que lui trainait aussi dans les parages. Il était vraiment très petit, il ne semblait pas dépasser la barre des 12 ans, et était vétu d'un long kimono. Après quelques petites enjambées, Zomeru fut presque au niveau du jeune garçon. la mine renfrognère qu'affichait ce dernier semblait lui faire porter sur ses frèles épaules tout le poids du monde. Zomeru, n'étant pas quelqu'un de doué pour remonter le moral, se contenta de l'observer attentivement en esquissant un sourire. Il était peut-être bon pour lui de se faire un ami dans le village d'Oto qui sait?

Une légère brise soufflait du Nord vers le Sud, soulevant par la même occasion la chevelure de Zomeru. Voyant clairement le jeune garçon empreint par ses démons, il ne put se résoudre à le laisser là, tout seul. Cependant, il était désormais un ninja du village d'Oto, et par conséquent ne devait se soucier que de son bien personnel. Mais il n'avait pas été éduqué avec le même esprit qu'un habitant de ce village. Il ne pouvait pas voir quelqu'un souffrir et passer son chemin comme si de rien n'était. Il fit donc quelques pas en direction du petit garçon et adressa à ce dernier quelques mots:


"Euh.. Excuses moi de te déranger mais..ça te dérange si on parle tout les deux un moment?"
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Koma
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 123
Village : Kumo
Date d'inscription : 11/04/2009

Fiche Ninja
PV:
110/110  (110/110)
PC:
160/160  (160/160)

MessageSujet: Re: Vagues de l'âme   Sam 16 Mai 2009, 16:06

Qu’est ce qu’il cherchait au fond, dans le bleu de l’océan qui lui faisait face ? Qu’est ce qu’il désirait tant trouver…
Là, en face de lui, la mer agitée était si grande, si puissante et immuable. Rien ne changerait pour elle. Toujours, ses vagues se jetteraient contre les mêmes falaises s’érodant un peu avec le temps. Les changements étaient invisibles pour des yeux d’hommes, mais l’océan gagnerait sur la terre, humblement. L’eau continuerait d’avancer. Toujours.
Et lui, comme une petite statue ballotée par le vent marin, il restait là, le regard tourné vers une ancienne vie qu’il aurait souhaité gardé encore un peu plus longtemps entre ses doigts mais qui c’était désagrégé. Qui avait fuit avec la brise.

Le regard du garçon s’éteignit en même temps que le fil de ses pensées rejoignait cette conclusion.
Il le savait parfaitement. Depuis des mois il le savait et s’en accablait, chaque pas l’ayant éloigné de son foyer le faisant plus souffrir qu’il ne pourrait le dire ou simplement l’imaginer. Il avait encore parfois du mal à se rendre compte que tout ça était réel, et non pas un horrible cauchemar duquel il se réveillerait. La réalité était plus dure. Cruelle.
Et lui il était fatigué.
Juste fatigué de se battre contre un monstre invisible, tapit en son propre corps et qui semblait tant intéresser les autres, ses professeurs. Son débat intérieur ne se faisait que plus trouble encore, sa conscience se révoltant contre les deux solutions qu’on lui avait offertes. Il ne voulait pas se battre et blesser, mais…comme l’avait signifié Kimbly-san, fuir ne réglerait rien. Qu’avait il a protéger plus que ses souvenirs qu’il chérissait comme la prunelle de ses yeux ? Et puisque les souvenirs étaient le contraire de la bataille dans laquelle on voulait le pousser, que lui restait-il à faire ?

Perdu, l’enfant vacilla un instant, pris d’un vertige qui le secoua et rendirent ses pensées que plus décousus encore. Sa main glissa sur son front sur lequel perlaient quelques gouttes d’une sueur froide. Il inspira et expira l’air marin en s’astreignant à un exercice de concentration que lui avait enseigné son tuteur pour calmer l’esprit. C’était dur, mais il fit de son mieux pour chasser les questions que lui imposaient sa conscience et ainsi reposer son esprit fatigué.
Il voulait que cela cesse. On l’obligeait à entrer dans une voie qu’il ne voulait pas prendre et son âme se rebellait contre la contrainte, l’ordre.

Koma n’était pas un enfant rebelle. Au contraire, il était plutôt d’un naturel obéissant, mais là, les ordres lui faisaient trop mal pour qu’il les accepte sans rien dire, simplement en baissant l’échine et en acceptant avec un sourire. Là, c’était différent. Dans cet endroit où les autres ne semblait rien de plus que des ombres effrayantes qui déambulaient dans les rues en agissant comme des croc mitaines pour aspirer les rêves et espoirs des autres. Et si peu semblait en avoir…
Ce n’était qu’un jeu de force et de peur dans lequel on ne savait que faire, englué comme une libellule dans la toile d’une araignée invisible. A Oto, ils parlaient plus de serpent que d’araignée, mais il n’avait jamais vu le Serpent lui. Il en avait juste entendu parler avec peur ou fascination, admiration ou respect.
De nouveau ses pensées galopèrent dans sa tête.

Et puis il sursauta violement lorsque une voix s’adressa à lui. D’un mouvement maladroit, l’enfant se tourna vers cette personne qui l’avait tant surpris en bafouillant vaguement des mots incompréhensibles pour toutes oreilles humaines. Il n’avait remarqué aucune présence, pas plus qu’il n’y avait pris garde en réalité, encore une fois plongé dans des pensées qu’il aurait préféré oublier à jamais. Il observa le jeune homme, beaucoup plus grand que lui et plus vieux également. Des cheveux blond baladés par la brise marine, l’enfant lui sourit gauchement, pas encore tout a fait remis de sa surprise, le cœur battant un peu trop fort dans sa poitrine.

Il rougit malgré lui en baissant la tête et se sentant particulièrement ridicule. Ce n’était pas une nouveauté. Inspirant une nouvelle goulée d’air, Koma redressa un peu la tête pour répondre à l’adulte – plus que lui.

« Ça ne me dérange pas. »


Sa voix était douce, comme ce qu’on aurait put s’attendre d’un petit garçon si jeune et semblant si frêle.
Il se demanda un instant de quoi l’autre homme voulait parler avec un enfant de son âge, se sachant parfaitement inadapté parfois même si il avait sans doute plus de conversation qu’un enfant normal.

« Je…Je peux vous demander qui vous êtes ? »


Le gamin curieux, ne remarqua pas immédiatement son audace et surtout son impolitesse. Il rectifia celle-ci rapidement en bredouillant de nouveau mot un peu plus compréhensible cependant pour son interlocuteur, en agitant les mains pour réparer sa gaffe.

« Excusez-moi ! Ce n’est pas polit de demander son nom a quelqu’un sans se présenter avant ! Je m’appelle Koma…Juste Koma. »
finit il un peu gêné et hésitant sur ce qu’il devait dire, comme à chaque fois lors de présentation.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.sanctuary-no-teki.com/dossiers-de-kumo-f172/dossier-d
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vagues de l'âme   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vagues de l'âme

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: HebiHebi :: Falaise du Couchant :: Côte Maritime-