AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Jeu 19 Mar 2009, 14:59

Un éclair qui zèbre le ciel...


L 'endroit était ravagé encore et encore par des centaines de feux célèstes, tombant en rafale comme autant de divinités à présent déchues qu'on avait chassé des cieux car à présent indignes de siéger parmi les immortels du firmament. Une odeur de brûlé emplissait les narines du déserteur alors qu'il avait enfin gravi l'immense falaise cachant les contrées inhospitalières du village des nuages. Plusieurs heures d'une grimpe assidue avaient noués les muscles du jeune homme, qui, malgré la fatigue accumulée et le stress résultant d'une escalade où la moindre chute était synonyme de mort, savourait les plaisirs qui s'offraient à présent à lui, un décor apocalyptique, strié d'éclairs, déchirés par le tonnerre, plongé dans un orage perpétuel. Un monde chaotique s'offrait à lui, alors qu'une perle de sueur traversait son visage de bas en haut. Ici, il pouvait presque prétendre pouvoir toucher les nuages en levant une main vers les cieux. Il lui semblait qu'il pouvait à présent juger les vivants et les morts. Une impression de puissance incontrôlable traversait chaque particule de son corps, pénétrait ses poumons à chaque inspiration.



Akumu fit quelques pas sur la plaine sur élevée cachée par d'immenses falaises de pierres. Oui, ici , tout était beau, magnifiquement beau, mais également détruit. Des ruines s'amoncelaient çà et là, signe d'une ancienne activité tribale. Des murs lézardés à présent envahis par la végétation, noircis par les impacts incessants de la foudre sur la pierre. Hakkyou s'enfonca encore plus dans l'endroit et, bientôt, au des ruines imposantes s'ajoutèrent un relief rocailleux, irrégulier. Des cratères de profondeurs différentes et rarement égales constellaient la Plaine Foudroyée, les rochers se dressaient de manière anarchique, parfois d'ailleurs en un doigt inquisiteur dressé vers le ciel, comme défiant l'ancienne croyance selon laquelle la foudre ne tombait jamais deux fois au même endroit. Mais Akumu savait, oui il savait qu'ici, la foudre était reine, il savait qu'au village des nuages, la foudre représentait la vie, ou la mort. Il savait que si tel était son bon vouloir, elle retomberait sur vous, encore et encore, jusqu'à ce que vous demandiez grâce. Mais il était rare qu'après avoir reçu un tel impact, les gens se soient relevés encore pour voir si la légende était réelle ou pas.


Au loin, sur une falaise opposée, se dressant sur un immense ensemble de piques, se dressait deux portes d'une taille admirable. Il semblait que la foudre avait choisi cet endroit comme niche, car, toujours, d'immenses éclairs s'écrasaient sur l'immense barrière, et toujours, après chaque assaut de la nature, la construction de l'homme résistait, se relevait, mettant en doute la puissance destructruce de la nature. Ses portes étaient un défi à la plaine foudroyante, un défi qu'elle s'employait à relever encore et toujours. Un défi perpétuel comme il en existe tant entre la nature et l'homme. Niché derrière ces immenses éclairs se nichait le village des nuages. Le village de Kumo no Sato. Le village des nuages était connu comme étant un village neutre, ne cherchant grief nulle part. Un village n'ayant aucune embrouille connue. Mais tout de même en proie à la même engeance que n'importe quel autre: la désertion.

Hakkyou s'assit sur une pierre et observa la beauté du village des nuages. Il entendait la foudre s'abattre près de lui, et même souvent très près. Que venait-il faire ici? La réponse se trouvait dans son état. Déserteur, il recherchait une nouvelle terre d'accueil, mais personne ne devait connaitre son passé. Non, personne.


Personne, pas même la personne qui venait de surgir de nulle part, à quelques mètres de lui. Hakkyou ne bougea pas d'un cil, son long manteau noir dansant au gré du vent, ses cheveux blancs volant au gré des alizées. Le déserteur n'avait aucun grief contre le village des nuages, aussi, il ne tenta rien, préférant laisser un dialogue se placer. Il lanca alors:



Ami ou ennemi?


Ecoutant sur ses deux oreilles la réponse, il ne quittait pas du regard le village de Kumo no Sato.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Jeu 19 Mar 2009, 18:08

{ Chapitre III

Journée étrange dans la plus étrange des vie. Pourquoi ne pas vivre normalement, contrôler son destin, être libre de ses actions et contrôler son corps comme on le désir, la courte rencontre que venait de faire la jeune femme venait de la perturber, elle ne connaissait rien à cette Mata Hari mais elle avait réussie à semer le trouble dans sa conscience, par ses gestes de tendresse qui ne semblait pas être réfléchit, cette inconnue était bien étrange et révélait une facette de la personnalité d’Anthalya qu’elle-même ne connaissait pas, elle avait sentit ses joues bruler après le baiser qu’avait déposé la jeune femme sur sa joue, pourquoi avait elle réagit de la sorte ? Ca ne lui ressemblait pas du tout, elle qui était toujours froide et distante avec les personnes qu’elle rencontrait alors pourquoi se moment de faiblesse ? Les questions déferlaient dans l’esprit de la jeune mais le spectacle qui s’offrait à elle balaya toutes ses questions…

La foudre tombait, encore et toujours sur les plaines foudroyantes, un orage comme elle n’en avait vu que trop peu souvent ces dernières années, obligée de se rendre dans d’autres pays pour remplir ses missions qui pouvaient durer des mois entier rien que pour espionner sa cible et s’imprégner de sa vie, de ses habitudes, de ses goûts, pour mieux le piéger… La foudre… Une puissance explosive qui s’abattait sur ceux qui se trouvait sur son passage, elle n’avait aucune pitié et foudroyait autant les arbres, les cailloux ou encore les humains. Certains appelez ça le châtiment divin, du fait que les éclairs tombaient des cieux, mais ces personnes ne connaissaient en rien au phénomène et à ce qu’était réellement un éclair. Un sourire s’afficha sur le visage de la jeune femme qui pensait à tout ces incultes, ces ignares qui ne méritaient qu’une seule chose… la mort.

Elle continua de marcher, son entrainement avait été interrompu par l’arrivée de cette Mata Hari qui l’avait littéralement surprise est prise au dépourvu, elle s’était exercé à ses techniques si particulières qu’elle aimait énormément, elle s’amusait énormément à les créer mais il ne fallait surtout pas oublier qu’elle était elle aussi une détentrice de l’affinité Raiton et de se fait il fallait qu’elle s’entraine aussi à la maitriser. De plus sa double affinité Raiton-Suiton lui permettait de lier deux techniques pour les rendre bien plus destructrices, elle ne pensait pas pouvoir en faire des armes de destructions massives mais l’entrainement était la meilleur solution pour devenir plus forte, elle ne devait pas relâcher son attention, Kuro lui avait bien montré sa faiblesse, il était nécessaire qu’elle devienne plus forte…

Elle savait se qu’il lui restait à faire, persévérer et s’améliorer encore et encore, ce n’était pas plus compliqué que ça. Lentement elle avançait sur la plaine foudroyante, le foudre tombait et un vent plutôt frais faisait frissonner la jeune femme simplement vêtue de sa robe et de son haut, pour ainsi dire elle n’était pas vraiment couverte. Il n’y avait personne à cette heure ci, mis à part une personne qu’elle remarqua à quelques mètres d’elle, un homme aux cheveux blancs, comme à son habitude elle n’y prêta aucune attention, continuant à marcher jusqu’à ce que le son d’une voie lui demander si elle était amie ou ennemie ? Drôle de question… Sans poser ne serait ce qu’un regard sur l’inconnue elle lui répondit d’un ton froid et détaché comme elle le faisait si souvent.

« Il ne serait pas à votre avantage que je sois votre dit ennemie. »


Elle ne se retourna toujours pas, laissant son regard mauve contempler les éclairs dansants dans le ciel obscure, beaucoup de monde détestait se spectacle, trop dangereux, trop obscure, mais pour elle qui été née dans ces contrées, qui y avait passé une partie de sa vie et qui avait arpentée le monde elle pouvait sans nul doute dire que ce spectacle était des plus magnifique, elle ne s’en lasserai jamais, même pour tout l’or du monde. Dans sa main droite elle tenait toujours son souffleurs, réfléchissants quelques instants à la façon d’utiliser sa affinités Raiton avec cette arme… c’était une épreuve bien compliquée qui ne serait pas assez intéressante et trop contraignante, il semblait qu’il lui faudrait utiliser son autre arme pour utiliser les techniques Raiton.

« Quelque chose vous fait peur pour poser une question pareille ? »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Jeu 19 Mar 2009, 19:38

Présomption ...



Le mot avait jailli de lui même. Trop fort pour ne pas être entendu, trop lourd pour ne pas être chargé de reproches. La quiétude en ce lieu avait été troublé. Non, la froudre qui s'abattait, une fois de plus sur la plaine vide de vie, n'en était pas la cause. Cette quiétude avait été troublée par un sentiment de ressentiment ayant jailli du fin fond de la gorge du déserteur. Au son de la voix qu'il avait entendu non loin de lui, son nouvel interlocuteur était une femme. Une femme dont la voix, ayant toute la douceur du velours crachait autant de venin qu'une misérable vipère. Le ton avec lequel elle avait parlé avait été froid, péremptoire et chargé d'antipathie. Bref, il était clair que cette jeune femme ne cherchait guère à se faire des amis. Ou sinon c'était là une bien étrange façon de déclencher la sympathie parmi ses pairs. Une façon qui ne lui avait sûrement pas valu que des amitiés au sein de son village. Akumu en était sûr.


Hakkyou laissa une seconde le silence planer entre eux. Préférant réfléchir à ses mots et essayer de trouver une issue pacifique. Ce qu'il avait précédemment lancé avait été une perche pour les intentions guerrières, si jamais cette jeune femme en était dotée. De toute manière, le déserteur était prêt. Le combat ne lui avait jamais fait peur. Toutefois, se battre contre une femme ne lui était jusque là jamais venu à l'idée. Son clan avait toujours été un clan réputé pour sa galanterie, et être obligé de combattre une femme, la simple idée de lever la main sur une femme répugnait Akumu au plus haut point. Néanmoins, si les circonstances montraient qu'ils devaient combattre, alors il n'hésiterais pas un instant. Survivre était le but de son existence pour l'instant. Survivre, à défaut de vivre pleinement. C'était l'inconvénient inhérent à l'état de déserteur. Mais la liberté relative dont il jouissait en contrepartie lui donnait toutefois une certaine compensation.



Le vent soufflait fort. Le déserteur se leva, lentement, ne prêtant aucune attention à son manteau qui, au gré du souffle d'éole, virevoltait de plus en plus fort et de plus en plus haut. Il était à présent debout sur la pierre et sentait son visage balayé par des souffles puissants, glacés, qui le contraignaient à garder les yeux fermés tant qu'il l'aurait de face. Derrière lui, la jeune femme avait arrété de parler, méditant sur une quelquonque utilité à sa venue se disait le jeune homme. Lui se laissait aller au silence. Mais, après tout, si cette jeune fille se trouvait si forte pourquoi ne pas lui accorder ce qu'elle était sans doute venue chercher ici? Et par la même, lui donner l'occasion de prouver sa prétendue puissance?


I l éclata de rire, un rire tonitruant et descendit de son piédestal, fesant face à un dos aux formes magnifiques, et à sa chevelure bleue surement soyeuse. Toutefois, si il était impressioné par la beauté saisissante de son interlocutrice, Hakkyou gardait tout de même à l'esprit que cette jeune femme pouvait être un danger potentiel. Dès lors, tout affrontement qui s'en suivrait était potentiellement mortel. Le vent s'engouffrait à présent depuis son dos et balayait avec une force colossale la plaine. Tout ce qui était léger s'était mis à voler en tous sens. Le tonnerre c'était mis à gronder. Les éclairs de plus en plus proches.
Les cheveux des deux combattants volaient à présent en tous sens. Akumu savourait pleinement l'orage qui approchait. Un combat apocalyptique dans un décor apocalyptique.


Que rêver de mieux...?


Penses tu être à la hauteur pour m'affronter jeune femme? Ou alors ta présemption n'est que la seule chose par laquelle tu puisses t'imposer?


I l sourit à pleine dents. Un sourire carnassier...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Ven 20 Mar 2009, 19:33

Un visage encore inconnu, elle ne connaissait pas énormément de gens mais elle avait une bonne mémoire visuelle. Un seul regard lui suffit pour retenir le visage d’une personne, rien qu’un seul, celui qu’elle avait à quelques mètres d’elle ne lui rappelait rien, ces derniers temps elle avait arpenté le village de Kumo pour mémoriser le plus grand nombre de visage mais celui-ci ne lui revenait décidément pas. Peu être avait il été en mission durant tout ce temps ? Possible… Mais ce n’était pas ce que ressentait la jeune femme, de un elle n’avait vu aucun bandeau aux emblèmes de Kumo se qui signifiait qu’il ne devait pas en faire partit ou alors qu’il n’en portait pas, mais cela n’avait aucune importance car le simple fait que cet homme lui demande si elle était un ami ou un ennemi lui avait mit la puce à l’oreille. Cet inconnu ne faisait pas partit du village… Ces cheveux et ces yeux blancs… N’étaient pas originaire de Kumo.

On lui avait apprit à ne pas se fier à l’habit des gens, même, d’en jouer pour abuser ses adversaires, elle avait donc adoptée des tenues qui la mettait en valeur pour attirer l’œil des autres, même une fraction de seconde… Tout en elle était fait pour déconcentrer, elle n’était pas forte mais elle le compensait rapidement avec ces diverses techniques et artifices. Elle avait été et est toujours une assassine, quelqu’un se battant au corps à corps, assenant des coups bien placés pour en finir rapidement, ses armes de prédilections n’étaient pas vraiment connues car elle ne les utilisaient que très rarement, préférant attendre les affrontements ou personne ne pourrait la voir en pleine action, certes elle aimait que l’on admire sa danse, une danse des plus sensuelles et dangereuses, mais il fallait qu’elle garde cet atout pour elle.

L’inconnu se redressa… Sa cape noir claquant dans son dos, le vent d’une intense puissance prenait le contrôle sur tout ce qui ne tenait pas au sol, emportant chaque brindille, chaque branche, chaque pierre ne pouvant résister à cette force de la nature. La tempête approchait, cela ne faisait aucun doute… Peu être les éléments se déchainaient ils à cause de cette rencontre des plus inattendus ? Le vent et la foudre représentant les deux jeunes gens sur cette plaine désertique. Des éclats de rire parvinrent aux oreilles de la kunoichi, ceux de cet homme au cheveux blancs, rigolait il de la phrase qu’elle avait sortit quelques instants plus tôt ? Le mettant en garde gentiment ? Ca devait certainement être ça, lui qui n’était pas de se village n’avait pas peur de rire devant une kunoichi de Kumo, il semblait sur de lui.

Et il le prouva… Un sourire carnassier avait suivit une phrase pleine de bon sens… Se sentait elle à la hauteur ? Voila bien la preuve qu’il ne connaissait pas les histoires de Kumo, un sourire sans joie et sans émotions apparu sur le visage de la jeune femme, les conditions climatiques étaient idéales pour la jeune femme qui n’aurait pas énormément de difficultés pour utiliser ses techniques. Il se tourna légèrement face à cet inconnu, tenant son souffleur dans sa main, prêt à être utilisé. Bien entendu il était évident qu’il ne devait avoir aucune idée de ce qui pouvait être cet objet dans les mains de la jeune femme, qui se baladerait avec un bout de métal percé en son centre ? La pluie vint s’ajouter au vent, venant s’écraser sur le corps de la jeune femme, la trempant de la tête au pied, ses vêtements venant se coller à sa peau bronzée, l’eau… Un élément qu’elle adorait, la pluie ne ferait qu’embellir sa danse pour la rendre bien plus mortelle et attrayante.

« Danser est bien plus agréable lorsque la pluie accompagne mes mouvements dans un rythme effréné, le vent me pousse à me surpasser, à atteindre le paroxysme de l’extase et la foudre sublime mes mouvements… »

Elle fit tourner son souffleur entre ses doigts, les bulles ne seraient que plus puissantes avec ce temps… Danser… Danser… qu’elle douce sensation que de sentir son corps partir dans une effrayante tornade de mouvement clair et doux, elle aimait danser, peu être ferait elle partager sa passion à cet inconnu… Peu être.

« Vous semblez bien sur de vous dans cette tempête qui vous oppresses, qui vous accule de toute sa puissance… Ce pays est le mien, ce village est le mien, cette tempête est mienne… Pensez vous être à la hauteur pour vous mettre mère nature à dos ? Résisterez vous comme les chaines centenaires ou vous plierez vous face à sa puissance ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Ven 20 Mar 2009, 20:22

La nature déchaînait ces éléments. Déployant, avec une intensité peu banale, le feu célèste qui, dans un grondement assourdissant, venait s'écraser sur les Plaines magistrales dans les falaises situées dans ce creux, non loin du village des nuages. Là, se jouant de la mère nature, se riant des éléments et des avertissements d'un environnement courroucé par la venue de deux inconnus venant troubler sa douce quiétude, deux inconnus réciproques se fesaient face. L'un, jouissant d'une liberté sans faille donnée par les conséquences de ses choix, observait avec avidité la jeune femme ayant eu l'audace de se dresser contre lui. A présent, la tempête s'était faite reine, obligeant toute force, quelle qu'elle soie à se plier devant les gages de ses possibilités. Un immense bruit se fit entendre, se répercutant pendant une infinité de secondes dans les Plaines Foudroyées. Au loin, l'on pouvait deviner qu'une falaise, lasse de se dresser contre des cieux montrant une telle colère s'était effondrée. Le vent soufflait de plus en plus fort, et la pluie avait joint ses efforts pour créer un environnement digne des plus belles représentations d'un champ de bataille.


Ombre d'une ancienne vie, les ruines, sous cet immense déluge, reprenaient vie. A présent, pendant chaque éclair tombé du ciel, les ruines se mouvaient, allaient où bon leur semblait, reprenant, pendant le temps d'un orage, le temps d'un souffle, la vie passée. Sombres fantômes d'un temps aujourd'hui révolu, la lumière divine diffusait, le temps d'un battement de cil, des sihlouettes incertaines, guerrier déchainé, femme amoureuse aux formes voluptueuses, jeune enfant gambadant joyeusement le long d'une rivière de lumière. La vie qui, depuis longtemps avait quitté ces lieux, revenait s'épanouir sous la vue des vivants présents. Passé, présent et futur n'avaient à présent plus aucun sens.Le temps perdait alors ses droits sur la plaine. Seul comptaient les gouttes d'eau tombant en trombe sur les idiots choisissant de rester dans un pareil endroit en pareil temps.


Les cheveux au vent et la cape virevoltant, le déserteur regardait, face à lui celle qui se vantait alors d'être une dompteuse des éléments. A l'entendre, la nature ne lui était que fadaises. A l'entendre, foudre, vent et eau n'étaient que des pas calculés. Fruits de la réflexion, d'une recherche élaborée. Une chorégraphie morne et sans vie que le dernier des idiots pouvait maîtriser sans aucun effort. La beauté qu'il avait en face de lui arborait une tenue mettant en valeur ses courbes sensuelles. La main de la pluie, sous un effort vain pour dénuder la jeune femme, avait réussi à la tremper. laissant deviner, sous ses vêtements à présent collant à sa peau, une plastique plus qu'enivrante. Une beauté rare que des yeux froids et des paroles gelées gachaient misérablement.


Imperceptiblement, la jeune femme avait sorti un petit objet métallique. De là où il était , Hakkyou ne pu distinguer l'objet, mais concentra son attention. Le brouhaha environnant le mettait dans un état de transe. Un état second qui permettrait sûrement à sa part négative de surgir au grand jour. Une part de son histoire se dévoilerait alors à cette jeune femme. Son regard, bien que froid, montrait une implacable résolution. Ils étaient là, face à face, choisissant chacun de garder ses distances pour éviter de se mettre à nu face à un inconnu qui aurait tôt fait de le poignarder. Du moins, là était l'idée du déserteur.


Ce pays est également le mien, comme celui d'à coté. Je ne suis pas. Je ne vis pas. Je ne suis qu'une ombre. Je vais là où mes pas me portent. En revanche, cette tempête n'est pas mienne. Pas plus que ce cours d'eau qui descends le long de ma joue ou de ma manche. Je ne cherche pas à défier la nature, car là n'est pas ma place. Je suis un simple vagabond allant de village en village, de pays en pays, en recherche d'une terre où déposer mes fardeaux.


Il retira son manteau, dévoilant des bras fins, pâles et mince, presque squelettiques. Le contact de la pluie gelée avec sa peau le fit frissonner. Il le lança négligemment à quelques centimètres de lui.


Quand à votre question...la réponse me semble d'une évidence déconcertante. Je ne suis pas de taille à affronter celle qui m'a enfanté. Je ne suis pas de taille, et n'ai aucune envie de me frotter à celle qui me nourri, celle qui, en son sein m'accueille toute les nuits, et à sa table m'invite quand la faim me guette. Mais vous, qui êtes pour pouvoir prétendre dompter l'indomptable? qui êtes vous pour prétendre pouvoir enfermer le vent, à dompter le feu céleste pour qu'il vous accompagne en ridicule caricature de danseur?


Il passa la main dans ses cheveux, redressant ceux ci, qui, à présent mouillés, restèrent à leur place. Hakkyou dévoilait à présent son visage, pleinement. Ses yeux blancs fixaient la femme qui lui faisait face, une mèche rebelle retombant sur son nez fin.



Mais plus encore, que tout,quelle est donc cette amertume que je ressens à chaque parole que vous prononcez? à chaque souffle que vous expiez...? Je ne cherche pas la bataille. MAis si vous souhaitez en arriver là, je me soumettrais totalement à votre bon vouloir. Dès lors, qui vivra verra. Mais pourriez vous s'il vous plaît d'abord répondre à cette question? L'amertume que je ressens en vous semble, au fil des années, s'être développée jusqu'à former une solide carapace dont vous vous servez pour repousser quiquonque vous aborde. Vous sers elle vraiment?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Sam 21 Mar 2009, 17:32



La pluie agressait sa peau, la pénétrant jusqu’au plus profond d’elle-même, pas la peine de tenter quoi que ce soit pour se protéger, elle ne pouvait que subir. Subir le couru de la nature, son amie depuis sa naissance, pouvant être clémente mais aussi cruelle. En quelques instants la jeune femme était totalement mouillée, ses cheveux noir aux teintes mauves volants dans son dos au grès du vent. Lui fouettant son délicat visage, l’obligent à fermer les yeux pour ne pas se mutiler elle-même. Le temps se déchainait et ce n’était pas pour déplaire à la jeune femme qui aimait cette sensation de peur primaire déferler dans ses veines. Elle ne pouvait que subir, encore et encore son châtiment divin, elle ne lui en voulait pas, elle acceptait et en redemandait, d’une certaine façon elle tentait de dompter cette puissance encore inviolable, apprendre d’elle et l’utiliser.

Anthalya n’était pas une personne amicale ou bien tout simplement gentille non. Personne n’avait jamais eu d’attention particulières pour elle alors pourquoi en donnerait elle après tout ? Elle était se qu’elle était, une cracheuse de venin, quelqu’un qu’il ne faut pas prendre à la légère. Elle déversait toute sa tristesse et sa rage sur les autres, un moyen de se venger de se qu’elle avait vécu. De plus elle était devenue d’elle-même cette jeune femme au corps attirant qui n’avait que pour but d’attirer l’œil et les convoitises. Certaines personnes la prenait pour une personne froide et sans cœur… Ils avaient bien raison, tout ce qui l’intéressait n’était autre que la survie de son village, elle n’aurait aucune pitié pour ceux qui oserait profaner le nom de Kumo.

L’inconnu était donc une personne ne faisait pas partie de se village, elle en était sur à présent. Maintenant elle se demandait si ce n’était qu’un simple vagabond ou bien un déserteur d’un autre village. Qu’elles pouvaient bien être ses intentions… Il disait qu’il cherchait un lieu ou il pourrait enfin déposer son fardeau. Anthalya ne connaissait rien de lui, ne croyant que se qu’elle voyait, cet homme semblait lasse de ses voyage et ne tentait même pas de se protéger de la pluie et du vent, il acceptait la puissance des éléments, fièrement, sans broncher, seul sa cape ainsi que ses cheveux qui ne pouvait que subir cette puissance.

« Ce vagabond n’a donc pas encore trouvé son chez sois on dirait… »

Kumo était un pays assez différent des autres, il n’était pas facile d’y vivre à cause des éclairs et autres tempêtes dont les dieux s’amusaient depuis des décennies à abattre sur ces terres. Les ruines ici présente étaient une preuve flagrante de cette rudesse, eux qui avaient battit une citée à la mesure de leurs espoirs pour finalement la délaisser aux mains des vents froids et de l’incroyable puissance de la foudre. L’inconnu retira son long manteau, laissant voir à la jeune femme son corps plutôt frêle et fétiche devant ses yeux mauves et pleins de colères. Elle n’éprouvait pas forcement de la colère envers cet inconnu non, mais son sang bouillait en elle, les éléments présents la mettait hors d’elle, son tempérament de feu ne se décuplant que plus rapidement sous l’effet des bourrasque de vent. Un sourire s’anima sur son visage angélique, la réponse de cet homme était celle qu’elle espérait.

« Qui suis-je ? La réponse me semble plutôt simple, je suis une fille de Kumo, depuis ma tendre enfance bercée par ces vents fastidieux et implacables, ma berceuse n’étant autre que le grondement de la foudre. Nous nous sommes côtoyés durant de longues années et aujourd’hui nous ne somme plus qu’une et même entité cherchant à nous amuser des autres. Qui suis-je ? Je suis Anthalya, celle qui ose cracher au visage du dieux de la mort. »

Elle aimait en rajouter, si cet homme avait connu la petite histoire de la fillette dansant sur le champs de bataille il reconnaitrait surement en Anthalya cette petite danseuse de moins de trois ans. Sa vie n’avait pas été simple mais chaque éclair, chaque goute lui rappelait son pays qu’elle désirait plus que tout protéger, comme ses parents l’avaient fait au par avant. Elle ne savait s’exprimer que d’une seule façon… La danse. Aussi chaotique qu’une tempête, aussi imprévisible qu’un éclair s’abatant sur un arbre, aussi irritable que le vent… L’inconnu reprit la parole une fois de plus, lui rappelant qu’il ne cherchait pas à se battre mais qu’il n’hésiterait pas à se défendre si elle décidait de l’affronter. Elle ferma quelque instant les yeux, réfléchissant à une réponse appropriée.

« Pourquoi devrais je vous répondre vagabond ? Je suis une kunoichi de Kumo et en tant que telle je ne peux laisser une personne telle que vous aussi proche de mon village sans en s’avoir plus sur vos intentions… J’ai été formé pour défendre mon village, je ne fais qu’appliquer les enseignements que j’ai reçu… »

Depuis qu’elle était petite elle ne désirait qu’une seule chose, protéger son village même si son chemin avait prit une tournure obscure depuis qu’elle était devenue genin, mais à présent son chemin était illuminé par ces éclairs. Elle ne faisait confiance à personne et surtout pas à cet étranger aux cheveux et aux yeux anormalement blancs… Elle se tourna complètement vers lui, ses vêtements lui collant à la peau, une sensation des plus désagréables pour la jeune femme. La pluie était froide et des frissons apparaissaient sur son corps à l’allure fragile.

« Cette carapace comme vous dites est la pour me rappeler tout ce que j’ai vécu… Que comptez vous faire à présent étranger ? Parlez franchement, les conséquences ne seront que plus rapides. »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Sam 21 Mar 2009, 19:09

Douce mélodie des vents et de la foudre, s'harmonisant pour former un tout d'une puissance rare et d'un potentiel de destruction unique. Triste spectacle que ses vestiges laissés pour morts. Déjà, sous les assauts incessants de la pluie et de la foudre, sous la pression du vent destructeur, les anciens démons avaient refait surface, jouant une énième fois la mort d'un village. La pluie s'était faite torrent, la foudre c'était faite épée au tranchant affuté, le vent s'était fait hurlement de promesse de mort dans le chaos dle plus total. Là, devant eux se rejouait la tragédie ayant coûté la vie à tout un village. Là, sous les ombres indistinctes des murs frissonant sous la peur du retour ce celle qui les avait faits plier déjà une fois, bougeaient les fantômes. "Elle" était revenue hanter ce qui restait de cet endroit. "elle" était revenues prendre leur dû. Glissant lentement d'ombre en ombre, murmurant avec le vent les noms des défunts, jouant avec la foudre, à présent inapte à les toucher là où elle était. Se glissant magnifiquement sous les feuilles, traversant toute cuirasse, "elle" était invincible. Se glissant avec une virtuosité inégalée sous la moindre faille, "elle" nidifiait dans le coeur même des gens, apprivoisant leur puissance, leur égo, aspirant jusqu'à la dernière goutte tout espoir de se sortir vivant de cet enfer. "Elle" enserrait le coeur, comme un serpent étreint sa victime dans sa dernière heure. Suprême jouissance au moment où celle ci rend les armes.


La peur.


La peur, souveraine invaincue, seule maladie incurable en ce monde. Elle distillait dans le coeur et l'esprit des gens un venin si puissant, si malsain. Le guerrier le plus habile, le ninja le plus puissant, nul ne lui resistait. Elle bénéficiait, en son royaume, d'un nombre incalculable de victimes. La peur. Peur de cette foudre qui pouvait, à tout instant, élire domicile en notre corps. Anéantissant par là tout espoir de survie, toute vie. La remplacant par une quiétude d'une rare beauté. D'une rare plénitude.


Hakkyou savourait à présent cette courtisane indomptable. Il la sentait parcourir sa poitrine, il la sentait serrer ses jambes, ses bras. Fesant frisonner ses membres, et lui donnant des sueurs froides malgré la pluie torrentielle qui se déversait actuellement sur la plaine Foudroyée. Il sentait le venin lui parcourir les veines. Il sentait la peur l'étreindre. Oui, il avait peur. Mais pas de celle qui lui faisait face. Il avait peur de celle qui était partout. Il avait peur de celle qui, par delà le temps et l'espace, avait tout pouvoir, quelque soit son adversaire, quelque soit la tâche à accomplir. Il avait peur de cette nature sauvage. HAkkyou savait qu'à tout moment, la foudre pouvait décider de s'abattre, sur lui ou sur celle qui lui fesait face. Et cette considération ne le mettait pas dans un état de confiance... Loin de là.


Les mots de la femme avaient été durs.Pourtant, sa réponse allait l'être encore plus.

Vous dites avoir été entrainée pour défendre le village des nuages. Soit. Faut il que votre village soit froid et insipide pour vous avoir formée ainsi.Vous voulez des réponses? Soit, la voici: je ne suis ici que pour admirer la superbe vue. Vous voulez connaitre mes intentions? Vous dites oser cracher au visage du dieu de la mort. Il réclame son dû. Réjouissez vous Anthalya. Car aujoud'hui, vous allez avoir l'occasion de me montrer ce que vous avez appris.


Il se mit en position de combat. Ramenant son bras gauche à hauteur de ses côtes et mettant ses pieds en une position de Kata spécifique.

J'aurais voulu en apprendre plus sur vous jeune femme. Mais tant que cette carapace existeras, toute tentative sera inutile. Aussi, je vais être obligé de de la réduire à néant...


Aussitôt, de nombreuses ombres sortirent du sol, bougeant au gré du vent, se déplaçant qui à droite, qui à gauche. Le déserteur était partout, et pourtant nulle part. Des répliques de lui se déplacaient en tous sens, et se mirent à attaquer la jeune femme sans sommation. Caché en leur sein, le vrai attendait son heure. Plusieurs secondes s'écoulèrent. Chacun des clones était en mouvement perpétuel, empêchant leur adversaire de distinguer l'original. Mû par des dizaines de voyages et rompu au déplacement silencieux pour échapper aux chasseurs de déserteurs, Hakkyou se déplacait avec une vitesse surprenante, mais, alliée à cela, avec une discretion sans faille. Ne laissant entendre que des bruissements feutrés cachés par le tumulte de l'orage. Les clones, pures répliques de l'original, se déplacaient aussi vite, empêchant tout contact visuel ou tout repérage utilisant l'ouïe. Soudain, par une volonté unique et chronométré par des entrainements poussés à l'extrême, les clones attaquèrent. Tous ensemble, l'original dans le même mouvement. Un timing parfait pour une attaque dévastatrice, ne laissant aucun répit à l'adversaire. Un mouvement répété encore et encore durant des inlassables entrainements. Et que la présence des clones rendait totalement inévitable.


Akumu frappa, caché par les clones qui accompagnaient son attaque fulgurante. Tous atttaquèrent en même temps. Tous avaient la même cible: la shinobi de Kumo. Mais tous attaquaient d'un angle différent, le coup était inesquivable... Ils frappèrent avec la même Maestria, qui depuis le haut, qui depuis le bas, qui depuis la gauche, qui depuis la droite. Des dizaines de Tsukio Karageki fusèrent de tous sens.
Dans un même mouvement, ils enchainèrent. Coup maintes fois répétés. Comme une lame affutée. Une précision infinie, une puissance démentielle. Se reprenant sur leurs bras, après une pirouette sur le sol, ils décochèrent un coup depuis le sol. Qui depuis la droite, qui depuis la gauche. Caché, Hakkyou était parmi eux, et son pied était l'un de ceux volant droit sur la jeune femme. Mais lequel?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Mar 24 Mar 2009, 19:19

La pluie, le vent, la foudre, Anthalya et cet inconnu.

Elle se sentait en paix avec elle-même, son corps se détendait alors qu’il devrait se tendre au contact de ces éléments déchainés qui s’amusaient de la jeune femme, la pénétrant jusqu’au plus profond d’elle-même, la poussant à sa limite, testant sa résistance face à eux.

La pluie, de grosses goutes d’eaux venaient s’écraser sur son corps pour rapidement rendre ses vêtements totalement humides, ses cheveux se collèrent à sa peau comme une limace ce qui n’était pas forcement la meilleur des sensations qu’elle pouvait sentir. Ses vêtements eux aussi collèrent à sa peau, cela ne la gênait pas dans ses mouvements car le tissus n’était pas vraiment épais mais elle devait bien avouer que ces changements d’états n’était la que pour contrarier la danseuse. Elle était obligée d’avoir les yeux mi clos pour ne pas se prendre les goutes de pluie dans les yeux, ce qui ne pourrait que la déranger plus en encore. De plus le vent soufflait de plus en plus fort, emportant toutes les paroles, tout les sons que les deux inconnus pouvaient prononcer, ils étaient donc presque dans l’impossibilité de s’entendre l’un l’autre sauf Anthalya qui arrivait à lire à moitié sur les lèvres de cet inconnu qui n’était autre qu’un vagabond à la recherche d’un foyer. La foudre s’abattit une nouvelle fois non loin d’eux et d’énormes flac d’eaux se formaient autour d’eux. Kumo n’était pas un pays qui manquait d’eau, loin de la, chaque tempête pourrait permettre au village de subvenir à leurs besoins pendant une année entière. Et ces tempêtes se produisaient souvent… trop souvent même.

L’inconnu au cheveux blancs se tourna vers Anthalya tout en la regardant, ses lèvres remuèrent pour former plusieurs sons, plusieurs mots pour communiquer avec la jeune femme, mais rien ne lui parvint, aucunes notes, aucunes syllabes… Le vent avait tout balayé sur son passage, emportant peu être des informations cruciales pour Anthalya… Mais celle-ci s’était tourné vers son adversaire, lisant sur ses lèvres des mots qu’elle attendait depuis quelques instants. Ses phrases avaient fait mouche, elle n’avait pas directement cherchée à l’affrontait mais par ses paroles supérieurs elle l’avait invitée ou provoquée, tout dépendait des points de vue. De se qu’elle comprit… L’inconnu dit que le dieu de la mort réclamait son dut et qu’elle allait devoir lui montrer se qu’elle avait apprit et que pour découvrir qui elle était il devrait casser la coquille, la carapace qu’elle s’était forgée au fil des années pour se protéger des autres. Anthalya en rigola, pour qui se prenait il ? Pensait il vraiment être à la hauteur ou capable de ne serait qu’ébrécher cette carapace qu’elle avait durement construite au fil des ans ? Non, personne ne pourrait la lui briser, jamais elle ne pourrait devenir une gentille fille et s’ouvrir facilement aux autres. Sa rencontre avec cette Mata Hari avait peu être été un moment de faiblesse mais elle ne se laisserait plus abusée de la sorte. L’inconnu se mit en garde…

Et la tempête se déchaina…

Sans crier garde le vagabond au cheveux blancs utilisa une technique plutôt adéquate pour un début de combat, des clones sortirent de nuls part, entourant la jeune femme par dizaines, tous identiques, aucunes marques ne laissait penser qu’un tel pouvait être le vrai, de parfaites petites répliques, un genjutsu parfaitement utilisé par son maître. Aucuns moyens pour Anthalya d’écouter quel clone pouvait faire du bruit, le grondement du tonnerre, la souffle indomptable du vent l’en empêchait… Surement était ce une bonne chose pour son adversaire qui était tout autour d’elle, bougeant dans tous les sens, un s’approchant d’elle avant de reculer, l’autre sautant de gauche à droite. Tous en mouvements pour empêcher que la jeune femme puisse prendre un repaire quelconque. Au premier abord la jeune femme ne bougeait pas et semblait perdue, mais son cœur était en paix et son sang bouillonnait, elle attendait qu’il se décide à l’attaquer, elle attendait quelques secondes, puis tous ensembles ils obliquèrent vers elle. Tous unis, l’un deux étant le vrais, un seul coup parviendrait à la toucher… ou pas…

« Kai »

Le souffleur entre ses dents, les deux mains forment le signe incantatoire du tigre, le genjutsu se dissipa sous les yeux de la jeune femme, une partie des forces de la jeune femme ayant été consumé par l’utilisation de la technique. Tout les clones disparurent le vrais apparut aux yeux d’Anthalya, décrivant un mouvement clair et rapide. Elle ne pouvait ne nier, son adversaire était rapide, bien plus qu’elle. C’est pour celle qu’elle ne resta pas plantée face à lui pour tenter de parer l’attaque, d’un mouvement fluide et gracieux elle fit un saut en arrière, laissant son adversaire fendre le vent de son coups de pied, un sourire aux lèvres Anthalya était déjà en train de faire les signes incantatoires de la technique qu’elle allait utiliser. Son souffleur était à sa ceinture et elle n’allait pas encore l’utiliser. Non… Pas pour le moment…
Le chakra déferla dans la jeune femme et lorsqu’elle toucha le sol humide elle relâcha sa technique dans l’eau.

« Suiton, Daibakufu no Jutsu »

Un cercle d’eau se forma autour de la jeune femme avant qu’une colonne d’eau déferla vers son adversaire qui n’était qu’à quelques mètres d'elle.





Spoiler:
 

Citation :


{ Nom: Kai
{ Traduction: Rupture

{Description : Permet de rompre les Genjutsu.
{PC: 5

==> Esquive Gratuite ( 1/3 )

{ Action 2



Citation :


{ Nom: Suiton, Daibakufu no Jutsu
{ Traduction: Technique de la Grande Cataracte
Zone

{ Description: Le ninja compose une multitude de signes puis malaxe son chakra dans l'eau afin de former un cercle d'eau. En relâchant son chakra, une forte colonne d'eau est projeté sur l'ennemi qui est emporté à trois tours de distance.
Provoque l'effet "Noyade".


{ Pv: 100 - Emporte à trois tours de distance.
{ Pc: 80 de Zone



{ Anthalya

{ Utilisation Kai face à Gen : 21x3=63 PC
{ Technique Ninjutsu : 80 PC

63+80=114 PC
{ 245-114= 131 PC restant.

PV(150/150)
PC(131/245)

¤ ¤ ¤

{ Akumu
- 245PV
{ Technique Ninjutsu : -100PV

PV restant : 245-100=145 PV

PV(145/250)

PC(190/300)





Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Jeu 26 Mar 2009, 16:46

Et le tonnerre fit trembler l'onde glaciale. Là, sous l'eau, il ne sentait plus rien. Il pouvait voir, par transparence, le ciel s'illuminer. Encore et encore, pendant quelques secondes. Au loin, le bruit encore, mais cette fois étouffé. Presque inaudible. Hakkyou demeurait là, coulant dans l'onde gelée. Il ne pouvait voir le sol. Si quelqu'un débarquait à ce moment là, il verrait un un cristal d'eau claire s'élever emporter un corps inerte au loin. Cette fois ci, Hakkyou avait fait chou blanc. Il ne pouvait plus distinguer la belle jeune femme ayant, une fraction de seconde auparavant, créé une trombe d'eau claire qui avait emporté le déserteur loin d'elle. Tout cela avait duré une fraction de seconde.

JUste avant de recevoir le coup de pied frontal, qui aurait normalement dû lui coûter la victoire, la jeune femme avait réussi, par quel miracle? à distinguer le véritable Akumu de ses clones. L'exploit en lui même était sidérant. Comment avait elle pu les distinguer les uns des autres? Le déserteur avait pris toutes les précautions possibles et imaginables! Dès lors elle n'avait plus eu qu'à se glisser gracieusement hors de la portée de son coup de pied. Et avait décoché une attaque impressionnante, emportant le corps de son adversaire dans un cercueil liquide.


Impressionnant, oui, il n'y avait pas d'autre mot...


[color=darkred]Largement insuffisant...


Envoyant le chakra dans ses pieds, Hakkyou avait réussi, avec une facilité déconcertante, à quitter la trombe d'eau. Il soufflait fort, reprenant son souffle, après quelques secondes d'apnée forcée. Si il n'avait presque aucune séquelle physique, son thorax lui fesait un mal de chien... Il le brûlait, et avait du mal à prendre sa respiration sans que son abdomen lui brûle. Mais, par delà toute blessure physique, sa fierté de combattant avait été bafouée. Elle avait reussi sans mal à esquiver ses coups de pieds... Mais cela ne se reproduirait plus. Il s'en fit le serment. Il allait recouvrir son honneur de Taekwondo peut importe ce que cela lui coûterait.

Hakkyou mordit sa lèvre inférieure, et afficha un sourire. LA distance qui les séparaient était assez importante. Une distance assez grande qui ne pourrait être comblée en une seule technique. Et cela, il allait l'utiliser à bon escient. Ne pouvant s'en empêcher il lanca:


Tes techniques sont vraiment intéressantes jeune fille! Franchement, je n'aurais pas cru que tu puisses esquiver mes coups aussi facilement. J'avoue t'avoir sous estimée, Anthalya de Kumo! A présent, permets moi de te montrer ma véritable maitrise du combat...


Il malaxa son chakra et des dizaines d'autres répliques de lui apparurent aussitôt. Ni une ni deux, ils vinrent tourner autour de l'original, qui se joignit à leur danse et, après quelques pas, ils s'assirent tous d'un coup. Dissimulation parfaite, impossible de le repérer... Hakkyou était parmi eux, et attendait son heure...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Ven 27 Mar 2009, 20:30

La technique frappa implacablement son adversaire, aucune chance pour lui d’esquiver son attaque à bout portant. Elle n’utilisait pas de genjutsu mais du ninjutsu et de ce fait ses techniques touchaient directement l’adversaire au lieu de faire apparaitre des illusions. Son adversaire qui n’avait pas encore de nom ne put esquiver et se prit de front le mur d’eau, celui-ci l’emportant à plusieurs mètres d’Anthalya pour qu’elle puisse se remettre en place pour la seconde partie du combat. Autour d’eux les éléments se déchainaient toujours autant, comme nourrit par l’envie de combattre des deux personnes. Comment ne pas résister à cette joute ? Comment rester impassible devant une affrontement ? Le vent devenait encore plus fort, la pluie était plus rude, la foudre tombait plus souvent… Ils en redemandaient encore et toujours…

La kunoichi réfléchit rapidement, cherchant la prochaine technique qu’elle pourrait lancer face à cet adversaire qui semblait se battre qu’en utilisant le taijutsu. Ainsi repoussé il était loin d’elle et devrait parcourir la distance qui les séparaient tout deux. Anthalya n’était pas folle, elle n’avait pas l’intention d’attaquer son adversaire de front non, elle n’en avait pas la force ni la vitesse. Seules ses techniques pourraient lui permettre de s’en sortit vivant et elle n’allait pas s’avancer vers cet adversaire. L’homme s’adressa à elle, de loin elle ne voyait pas assez clairement sa bouche pour pouvoir lire sur ses lèvres mais elle put tout de même comprendre qu’il allait surement lui montrer sa véritable maitrise du combat. Avec un petit sourire aux coins des lèvres Anthalya regarda son adversaire se décupler de nouveau pour finalement s’assoir, elle ne savait pas qui était l’originale et décida de ne rien tenter pour le trouver. Sa technique de Kai lui demandant trop de chakra.

« J’espère que votre dite technique de combat ne consiste pas à attendre bien sagement assit que je vous attaque ! »

Avec un petit sourire elle ferma lentement ses yeux.

« Champs de bulle. »

D’un geste souple Anthalya attrapa son souffleur et le fit tournoyer entre ses doigts comme elle le faisait lorsqu’elle était à l’académie. L’objet imprégné de la mixture qu’avait préparée la kunoichi vint se placer entre les deux lèvres de la demoiselle et il ne lui resta plus qu’à concentrer son chakra et à souffler pour faire apparaitre des bulles de plus d’un mètre de diamètre. Elle n’en fit que six pour garder encore un peu de chakra en réserve. Le chakra tournait plus ou moins vite dans ses bulles et n’attendait qu’une seule chose… Exploser. Les six créations d’Anthalya se mirent en rond autour de la jeune femme à plusieurs mètres d’elle pour ne pas la blesser en cas d’explosion. Une technique lui permettant à la fois d’attaquer mais aussi pour se protéger… Enfin… du point de vue de ceux qui ne la connaissait pas car ce champs de bulle est surtout la pour déranger les utilisateurs de taijutsu, ceux-ci devant réfléchir avant d’attaquer la jeune femme.

« Suiton, Mizuame Nabara. »

Une liquide plutôt visqueux sortit en trombe de la bouche de la jeune femme, liquide qui se rependit tout autour d’elle comme pour la protéger. Cette substance était surtout la pour empêcher son adversaire d’approcher difficilement d’elle. Elle n’était pas la plus résistante des kunoichi mais elle compensait avec ses techniques de soutient. Avec un sourire elle se mit en garde et invita son adversaire à approcher.

Spoiler:
 

{ Anthalya

{ Utilisation du Champs de bulle : 70 PC
{ Technique Ninjutsu : 20 PC

70+20=90 PC
{ 131-90= 41 PC restant.

PV(150/150)
PC(41/245)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Sam 28 Mar 2009, 19:51

* Elle m'épate de plus en plus...*


Les clones s'étaitent à présent relevés. Et se tenaient immobiles, alors que l'original se mouvait en dehors de leur relative protection. Les cheveux au vents et le regard dans le vide. IL tournait la tête vers le ciel, s'étendant à perte de vue, devant et derrière lui. Au fond, qu'était il vraiment? Les nuages noirs se mouvaient, tantôt lentement, tantôt comme épris d'un souhait de rejoindre au plus vites des zones plus calme, après s'être vidés de leur chagrin sur le village des nuages. Car oui, si les grondements, les éclairs et le vent semblaient crier au monde une colère longtemps retenue... Les larmes, les cris étaient eux un signe évident de tristesse...

Pour autant, si eux étaient tristes... que diraient-ils de ceux qui sont coincés sur l'immensité qu'ils avaient en dessous d'eux? Pour, eux, pis de retenue, pis de règles. Ils étaient épris de liberté..Capables de se rendre où bon leur semblait, et quand il leur plaisait. Et pourtant, eux ne ressentaient guère ce qui enserrait le coeur du déserteur de Kuza.

Lui aussi épris de liberté, il avait fait le choix de vivre comme eux. Jeune, contrairement aux autres enfants qui jouaient à être samourais, ninja et autres guerriers de ce genre, Hakkyou lui, préférait explorer les environs, chaque recoin du village, chaque rue, ruelle ou impasse du village de Kuza. Et, lorsque le petit village ne contenu plus aucun secret pour lui, il se surprenait à rêver des plus grands pays. Des pays dont la réputation avait dépassé la frontière, dont la réputations des combattants avait fait frissonner de peur bien des gens. Simple marchand au chef de bande de voleurs. Akumu rejoignait souvent les murs de son village, et restait là des heures, contemplant l'horizon derrière la grande prairie de Kuza no Sato. Perché sur les plus hautes tours du village de l'herbe. Il se voyait arpenter les chemins, grimper des falaises, rencontrer des gens et peut etre même, rencontrer celle qui partagerait un jour sa vie, une fois qu'il se serait lassé de cette vie d'aventures.


Mais la vie lui avait offert d'autres surprises...

Lentement, les clones se dissipèrent.
Le vent se fit brise douce.
Chose rare en cet endroit, la foudre se calma. Et pendant quelques minutes, un silence complet s'installa.
Debout dans cette plaine vide de toute vie si ce n'est lui et cette kunoichi, il balayait le ciel du regard.
Un léger frisson lui parcouru l'échine.
Le murmure du vent vint se glisser dans son oreille, entra en lui et enserra son coeur sur un seul mot:


Liberté...


Il souria et se tourna vers la jeune femme, la tempête s'étant calmée, sa parole résonna clairement:

Bravo Anthalya de Kumo. Tu a décroché la victoire. Je déclare forfait. Le combat n'a pas lieu d'être. Nous sommes subtilement du même niveau. Inutile de continuer cette bataille. Elle risque de durer éternellement. Je te laisse donc à ton village Anthalya, puisse tu trouver la paix, et abandonner un jour cette carapace...


Il commenca à bouger lentement, un reflet arc-en ciel sur son visage, provenant des bulles derrière lesquelles Anthalya s'était abritée...

...et montrer au monde que la beauté que tu arbore extérieurement est le reflet de celle que tu caches sous tes airs froids.
J'ai choisi d'être libre, de ne m'attacher à aucun port, quel qu'il soie. Mais pour cela, j'ai dû faire des sacrifices. Rares sont ceux qui accpetent quelqu'un comme moi. Toi tu as une patrie, des frères. Ne gâche pas l'amour qu'ils te portent en te montrant si froide...


Il commenca, un pas après l'autre, à quitter le village des nuages.

Pour la première fois, la plaine avait trouvé une sérénité perdue depuis l'aube des temps...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   Jeu 09 Sep 2010, 21:11

Citation :

° Evaluation ¤°


Antha =) J'ai pas envie de parler de défaut, ca n'a rien de péjoratif d'ailleurs, mais comme Kakashi, tu te laisses comme envahir par tes émotions. Du moins, je le perçois comme ca, et ce n'est pas pour déplaire. Un mélange d'émotions ressenties par toi et ton personnage, qui sont totalement incontrôlés. Encore une fois je peux me tromper, mais en voyant ses longues phrases essoufflées, on sent cette pulsion émotionnelle. C'est intéressant et même beau. Essaye de gérer ces flux, afin d'alléger ton expression dite "papillon". Autrement dit, canaliser cette énergie et ainsi améliorer la qualité de tes textes. Mais ce "débordement" n'est pas continue, il se manifeste à des moments précis dans tes rps, ca contraste alors énormément avec le reste.
Il y a quelques fautes, surtout de conjugaison. ( qui se corrigeront avec le temps )

Akumu =) J'ai surtout apprécié les passages où ton personnage parle, surtout la fin. C'est très profond, ca donne des frissons.
Tu as une écriture très fluide, légère, un peu comme une caresse océanique, c'est apaisant.
Tout comme Antha, quelques fautes, et là encore surtout de conjugaison ( notamment des imparfait, à la 3eme perso avec un "s" Rolling Eyes )

Arrow Antha : 10 points / Akumu : 11 points
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et la foudre s'abattit encore... [ PV Anthalya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Plaines Foudroyantes-