AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une rencontre embarrassante [Pv Arane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kamenchii Kichigaino
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 08/12/2008

Fiche Ninja
PV:
270/270  (270/270)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Lun 12 Jan 2009, 00:00

Ce jour là, la chaleur tapait comme si des flammes minuscules mordillaient la peau pourtant recouverte des habitants de Kumo. L'air était sec et ceux qui n'étaient pas pendus à leur gourde toutes les cinq secondes étaient en train de traîner dans les différents bars et brasseries du village nuageux. Ce temps n'était pas courant dans le village et plus particulièrement dans le pays mais un peu de changement ne pouvait pas faire de mal après tout. Les quelques pavés de la rue donnaient l'air de dégager de la fumée tellement la chaleur se faisait intense, comme si le village entier était pris dans un immense katon dévorant peu à peu ce qui se présentait à lui. Malgré ce soleil et cette sensation suffocante qui assaillait les gens dès qu'ils quittaient un lieu d'ombre, le nombre de gens de sortie était impressionnant. Les rues commerçantes fourmillaient de gens comme une mer de scarabées qui s'engouffrait dans les moindres fissures d'un vieux mur et non content d'être aussi nombreux, les habitants se promenaient pratiquement tous avec une ombrelle ce qui créait souvent des accrochages entre plusieurs de ces outils et qui amenaient avec eux leurs lots de "Mais vous ne pouvez pas faire attention!" et de "Eh ben bravo! Il est cassé maintenant! vous allez m'en payer un autre j'espère!".
Tout cela amusait Kamenchii, qui munit de son grand chapeau, était protégé un tant soit peu de la chaleur. Il trouvait cela paradoxalement convivial, comme si tous ces gens s'étaient donnés rendez-vous pour discuter même si les discussions étaient plus mouvementées que des conversation de bar. Toute cette foule étant quand même assez oppressante, il décida de se poser dans un petit bar pour se siroter un verre de sake tranquillement. Le shinobi retira son masque en entrant dans le bar, il ne savait plus depuis combien de temps il ne s'était pas accoudé à un comptoir pour se poser et ne plus penser à autre chose qu'à ce liquide chaud coulant le long de sa gorge allant combler le vide de son estomac à jeun. Il était déjà la fin de l'après midi quand Kamen' décida de sortir pour aller se remplir la panse comme il se doit après ces quelques verres.......pichets?.....Bof, c'était pas grave le plus important étant de trouver un coin pour manger quelques bonnes boulettes de viandes. Le ninja éméché lança ses recherches comme un chien attiré par l'odeur intense et fumante d'une grosse pièce de viande tout juste cuite et finit par arriver devant un charmant petit restaurant de quartier où il faisait bon vivre. Ce fût ici qu'il mit les pieds sous la table pour se préparer à donner une suite concrète à son désir de saturer son ventre de bonnes boulettes de viandes trempant dans une sauce aux légumes. L'assiette arriva enfin, elle était servie avec des morceaux de pommes de terre "cuites dans l'huile bouillante" lui avait dit la serveuse. Cela avait l'air délicieux, il saisit la brochette tout en humant cette odeur à la saveur dorée, mais une vision lui fit lâcher son met préféré avant qu'il ai pu planter ses dents dedans. Le Mizukage, chef du village caché du brouillard venait d'entrer dans le restaurant. Tous les souvenirs de Kamenchii ainsi que son passé lui revenaient droit dans la figure, ce qui n'était visiblement pas une bonne chose. C'est alors que Kichigaino murmura:

"Eh merde! Allons-nous en, si il nous voit il va nous crucifier sur place."

L'homme aux deux visages posa son chapeau sur la tête, se leva comme si de rien n'était et quitta le restaurant laissant ainsi ses boulettes de viandes sans la moindre trace de dents. Une fois dehors et voyant qu'il n'avait pas été suivit, il inspira et expira lentement pour évacuer le stress des dernières minutes. Le ciel s'était bien assombri depuis tout à l'heure et la nuit commençait à tomber comme un châle de soie noire se glissant par dessus le jour lentement et gracieusement. La fraîcheur avait enfin recouvert la ville et l'homme qui venait de voir son passé ressurgir d'une telle manière décida de se promener dans les rues plus agréables et moins bondées que dans l'après midi. Parcourant tranquillement les rues commerçantes qui n'étaient pas fermées car la nuit ne faisait que commencer, le shinobi se vidait la tête et essayait de penser à autre chose, néanmoins il cacha son masque dans la sacoche qui pendait à sa ceinture pour avoir le moins de chances de ce faire reconnaître au cas où il rencontre une nouvelle fois le Mizukage Tashira. Les idées se bousculaient dans sa tête; Lui ne voulait plus entendre parler de cette histoire mais Kichigaino n'arrêtait pas de lui rappeler de faire attention car il y avait de fortes chances que les deux hommes se recroisent. En plus de cela, il avait la sale impression d'être suivi, mais chaque fois qu'il tournait discrètement la tête pour voir la silhouette qui le harcelait il ne découvrait que de pauvres villageois allant faire des emplettes ou en train jouer au shogi à la faible lueur d'une petite lanterne se mouvant au rythme du vent. Finalement, cette mauvaise impression disparue peu à peu de l'esprit divisé du shinobi et laissa place à un soulagement qui le transporta dans un moment de pur apaisement se sentant enfin en sécurité mais qui fut de courte durée car son ventre rugissait à nouveau implorant de la nourriture à tout prix. C'est vrai qu'il n'avait pas eu le temps de manger tout à l'heure et maintenant son estomac lui rappelait avec violence qu'il n'avait pas été satisfait. l'histoire se répétait, un ninja affamé à la recherche d'une quelconque nourriture, heureusement les restaurants n'étaient pas fermés. Un autre établissement gastronomique attira son regard, l'intérieur était tapissé de velours rouge et les tables taillées de la plus belle des manières. Kamenchii s'installa puis commanda une assiette énorme de boulettes de viande. Lorsque le plat se présenta à lui ses yeux se mirent à briller de mille feux comme si on venait de lui faire le plus beau cadeau de toute sa vie, pendant que sa bouche, elle, bavait à l'idée de croquer ces succulentes boulettes. Ce repas frugal fut l'un des plus bourratifs de sa vie, son ventre ne laissait rien transparaître directement mais une seule boulette de plus lui aurait été fatal, il décida alors de digérer avec un bon verre de sake comme à son habitude, paya et sorti du restaurant. Il reprit sa marche vers sa petite piaule lentement mais surement, se tenant le ventre avec douleur, pendant que son ventre lui transmettait sa satisfaction par de petits bonds joyeux qui risquèrent de lui faire régurgiter toute la boustifaille qui s'entassait plus bas. La rue qu'il était en train de parcourir faisait à peu près 150 mètres de long et pourtant avec tout ce qu'il avait englouti, sa démarche qui le faisait ressembler à un canard le ralentissait énormément. Cette traversée lui parut interminable, un effet qui était accentué par le fait que la rue était redevenue paisible, sans aucun bruit pouvant attirer l'attention. Dans son périple à travers la rue, il ne remarqua pas une pierre qui s'était glissée sur le chemin et qui, avec l'aide de la nuit était invisible parmi les autres graviers qui jonchaient le sol. Cette pierre qu'il ne remarqua pas, vint se placer inexorablement sous son pied au fil du chemin et ce qui devait arriver, arriva. Son pied s'approchait de plus en plus de la pierre pendant que la future victime de cette vile farce de la nature ne pensait plus qu'à aller se coucher, l'esprit et le regard dans les étoiles. Le destin fit que le shinobi gavé, se tordit la cheville sur ce piège naturel et son corps alla lamentablement s'échouer sur les graviers comme si la tête de l'homme avait été, d'un coup, aimantée par le sol. Cette chute eut pour effet de le sortir instantanément de ses rêves, de par la douleur mais surtout par le sentiment d'être complètement et définitivement ridicule, aux yeux des rares passants qui peuvent témoigner de cette incroyable perte de crédibilité publique. Kamenchii se releva aussi lentement que difficilement et repris sa route en boitant de la jambe droite comme un vieux grabataire souffrant d'une vieille blessure de guerre. Il était maintenant totalement réveillé à cause de ce coup du sort qui lui permettait de savourer sa douleur et sa défunte crédibilité, mais se consola en se disant que ça aurait pu arriver en pleine après midi et devant la moitié du village. Il n'avait fait que quelques mètres, lorsqu'un homme l'interpella.
"Monsieur! Vous avez fait tomber votre masque!

Le shinobi se retourna tranquillement jusqu'à ce qu'il croise le regard de l'homme qui venait de lui ramasser l'objet lui appartenant et c'est à ce moment précis que son cœur faillit sortir de son corps par la surprise et l'effroi de sa découverte. La personne qui le regardait maintenant droit dans les yeux n'était autre que le Mizukage Arane Tashira. Un moment Kamenchii n'arriva pas à croire qui il avait en face de lui, mais cette allure, ces cheveux, ce visage, cela ne pouvait être que lui. Le ninja était pétrifié de stupéfaction; En effet, pendant plusieurs années il avait échappé à ses poursuivants mais c'est le chef du village qui l'avait enfin retrouvé par le plus grand des hasard dans le village qui l'abritait aujourd'hui. D'autant plus que le Kage qui le fixait savait déjà en ramassant ce masque unique, à qui il appartenait. Ayant compris cela le shinobi décida d'affronter son destin et saisit son masque avant de le poser sur son visage et attendit la réaction de l'homme qui lui faisait face.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sanctuary-no-teki.com/dossiers-de-kumo-f172/dossier-d
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Mar 13 Jan 2009, 02:50


Spoiler:
 



Pendant un court séjour à l’étranger, il était plaisant parfois de pouvoir se reposer un peu. Il avait déjà fait de bonnes rencontres dans ce Village, et plus il passait de temps à côtoyer les habitants de ce charmant Pays, plus notre homme se disait qu’il pourrait avec plaisir faire de plus amples connaissances avec ceux qui composaient ce Village. Kumo No Sato, derrière ses airs militaires et son faciès très spartiate, restait un lieu très accueillant qui marquait à la fois de nombreux points de ressemblances avec Kiri No Sato mais aussi une certaine différence dans l’ambiance qui y régnait. Ceux qui avaient vécu suffisamment longtemps dans le brouillard constant du Pays de l’Eau connaissaient cette sensation étrange et glaciale qui pesait sur cet inconnu à quelques mètres de soi, dans un voile gris qui cachait tout aux yeux de tous et ne rendaient les choses que plus difficiles. Même si une bonne entente pouvait parfois régner sur le marché ou sur la Place principale, c’était toujours cette atmosphère maussade et gênante qui prenait effet, quels que soient les circonstances. Dans les terres hospitalières et éclairées par les armes du Ciel de Kumo No Sato, il restait quand même une certaine convivialité, une certaine pesanteur qui rendait le climat plus léger et plus distrayant. Ayant slalomé avec grâce et légèreté entre les gens afin de ne pas se faire trop imposant, circulant entre les passants et les commerçants, notre Shinobi étranger n’avait pour l’instant pas à se plaindre de son périple. Certes, il aurait souhaité voir ses deux compagnons être plus présents et se manifester afin qu’ils puissent discuter ensemble ; mais il leur avait laissé le champ libre et les avait encouragé à faire ami-ami avec la populace. Selon lui, le contact avec le peuple était le meilleur moyen de forger une alliance solide et digne de ce nom. Mais en cette heure, il redoutait surtout deux choses : que Anùko soit allé dormir dans son coin, et que Taiyou se soit attiré des ennuis. Ce genre de schémas était tellement courant que certains faisaient planer l’histoire d’une malédiction sur le Village Caché du Brouillard. Etait-il vraiment un aimant à tous les malheurs et problèmes qui pouvaient se trouver sur Terre ? Face à de pareilles balivernes, Arane Tashira préférait sans équivoque la musique qui sortait de ses écouteurs gigantesques, laissant un bref mais aimable sourire s’adresser sans différenciation à toute personne qui posait son regard sur sa personne. Il devait certainement avoir l’air étrange, et certains devaient le considérer comme un Rônin : armé d’un katana tout à fait particulier, à la garde en forme de fleur de nénuphar, il laissait ses bras cachés dans les manches ballantes de son kimono à teinture de nuit, noir et gris, cet ensemble en contraste total avec son visage ensoleillé d’un pareil sourire et d’une chevelure des plus flamboyantes, à la teinture d’or et de flammes, alors que dans cette coiffure ébouriffée et mal ficelée, un casque énorme laissait apparaître deux écouteurs ronds faire disparaître intégralement les oreilles de notre homme mystérieux. Il était bien conscient de l’effet qu’il avait sur les gens, mais se disait qu’il ne devait pas être le premier étranger de la région ; et sans vraiment craindre une réaction étrange ou des ennuis administratifs, il se dépêchait de circuler entre les différentes personnes afin de ramasser ce qui venait de tomber derrière quelqu’un.

***

En cette fin de journée, notre homme s’était enquit de passer une petite visite des lieux avant de passer au Temple de la Raïkage, lieu où il lui serait aisé de discuter avec la Représentante du Village des Nuages. Ayant fait quelques petites boutiques et rigolé avec quelques passants en demandant son chemin, il ne s’était pas chargé d’achats, se contentant d’un simple sachet à herbe de tabac et d’une nouvelle paire de sandales selon la nécessité d’un long voyage de retour. Aussi pénible que cela pouvait être, il allait bine falloir s’en retourner aux diverses tâches administratives et rentrer à son Pays natal en espérant que tout s’était passé sans dommages. Sur l’heure, il préférait laisser parler la voix du ventre plutôt que la voix de la Sagesse, et après avoir brièvement discuté avec des inconnus qui avaient bien voulus le renseigner, il s’était dirigé en toute hâte vers un restaurant non loin. Ayant passé sa main furtivement dans ses cheveux afin d’en enlever la poussière possible d’une longue marche, ne les rendant que plus en bataille que jamais, il ne tardait pas à pousser ce double volet qui lui laissait libre accès dans un lieu à l’apparence douillette et à l’accueil chaleureux. Il n’avait pas eu le temps de faire trois pas qu’une jeune demoiselle avait eu la gentillesse et la politesse de se mettre à son service. Haaaa noble établissement que voila… et très joli brin de fille, par ailleurs ! Se donnant une claque mentale et secouant sa tête comme un prunier afin de revenir à ses esprits, le Mizukage adressa son plus beau sourire à cette belle femme et acceptait de la suivre à une table sans trop la faire attendre. Mais alors qu’il allait se mettre à table et prendre un peu de repos bien mérité en cette journée, c’est avec un froncement de sourcils quelque peu particulier qu’il constatait la sortie d'un individu de façon bien étrange ; il ne paraissait pas précipité, ni inquiet. Mais comment expliquer la présence d’un repas aussi attrayant encore chaud et délicieux sur la table à peine consommé ? Le personnage avait-il ne serait-ce que payé pour cette nourriture ? Non, cela n’était pas vraiment logique. Et se levant de façon presque soudaine, Arane Tashira regardait de la fenêtre ombragée la silhouette prendre refuge dans une rue plus loin, s’éloignant du tripot. Gardant les sourcils froncés et une moue sur son visage qui laissait voir son sérieux et sa curiosité naissante. Ne perdant pas encore de vue les mystérieux sujets de sa vision couleur glace et neige, il allait sortir que la ravissante petite dame vint à sa rencontre, un air plutôt dérouté et incompris gravé sur le visage.


Seigneur … ?
Veuillez m’excuser … je dois y aller … prenez cela ne dédommagement pour le dérangement et pour faire faux bond à votre délicieuse cuisine. Et pour payer cette table-ci. Au Revoir, Ma Dame.


Et n’ayant eu le temps de faire qu’un tour sur lui-même pour plonger sa main dans sa manche et en ressortir une quantité de pièces qui avait certainement de quoi payer au moins deux voire trois repas, il adressa un dernier sourire à l’assistance et au personnel avant de revenir sur sa trajectoire et de sortir précipitamment du restaurant sous quelques regards ébahis, courant sur quelques pas à l’extérieur. Mais trop tard ; sa cible avait disparu. Néanmoins, il était sûr à 85% d’avoir reconnu un élément qui était loin de lui être étranger. Un masque au modèle étrange, mais qui n’était en aucun cas métèque aux affaires de son pays. Quelle était donc encore cette Histoire ? Aurait-il croisé là un ancien membre de Kiri No Sato ? Son séjour risquait de se compliquer, car si cette histoire était bien la bonne, les choses risquaient de changer de trajectoire. Mais il n’avait maintenant plus la moindre preuve, si ce n’est cette vision qu’il avait eu de la personne. Et maintenant, il était tellement simple de croire que son imagination lui avait joué des tours ; il n’était plus très frais, ayant eu une journée des plus éprouvantes. Sans un mot de plus, il en oublia son ventre et préféra se laisser aller au gré d’un vent nouveau et joueur, suivant la brise qui s’offrait à lui en ce début de soirée.
Alors qu’il avait arpenté les rues de Kumo et s’était de nouveau laissé porter par ce qu’il voyait et entendait, c’est le bruit curieux de l’éclat de rire d’un gosse et d’un affalement soudain qui le fit tourner sur sa gauche. Là, alors qu’il s’était décidé à oublier toute cette histoire et de prendre plaisir à ce moment de détente si rare pour quelqu’un de son rang, il avait été interpelé par le son d’une chute quelque peu violente. S’élançant vers ladite malheureuse personne et constatant de son état, l’ensemble ne semblait pas trop grave et l’homme ne paraissait pas avoir quoi que ce soit de cassé. Certainement une petite erreur de parcours, ou un obstacle dont l’individu ne se serait pas rendu compte. Lançant vers le gamin un regard amusé mais quelque peu conseiller, le gosse finit de rire en courant au loin, afin de ne pas se moquer davantage. Il n’était guère sage de rire des mauvaises prises d’autrui, et cet homme devait être plus d’humeur à grogner qu’à rire. Posant son regard sur le sol, le visage du Mizukage se fit plus sombre et grave : il s’agissait bel et bien du masque qu’il avait vu au restaurant, quelques minutes auparavant. Effectuant trois pas sur le côté et ramassant l’objet, il se retourna pour le tendre à celui qui semblait être un Shinobi de cette contrée.


Monsieur ! Vous avez fait tomber votre masque… .

Le laissant reprendre son dû de plein droit, il restait cependant méfiant et songeur. S’agissait-il de la personne à laquelle il pensait ou n’était-ce qu’une pure coïncidence pour cette fois ? Non, il ne fallait jamais se fier à ce genre de mauvais coup, et ce masque n’était pas répandu que cela. Il était donc difficile de jouer une carte au goût du hasard, pour cette fois.
Laissant l’homme se remettre de sa chute, Arane Tashira se décida à reprendre de concert la discussion qui pour l’instant n’avait été que dans un sens ; il pensait tenir une piste, mieux valait ne pas la laisser partir. Adressant une légère tape dans le dos de l’homme afin d’épousseter sa veste crasseuse, notre Shinobi de Kiri No Sato lui accordait maintenant un sourire amical et ouvert, les yeux simples et le cœur léger, désirant faire plus ample connaissance avec cette nouvelle énigme du jour. Et l’entraînant presque avec robustesse avec un café qui se trouvait non loin, il lui portait quelques mots avec ce même engouement caché qui laissait planer entre les deux hommes une atmosphère légère bien que détenant sa part d’ombre.


Je vous reconnais ! Vous êtes partis rapidement du restaurant et avez oublié de payer votre assiette. Je me suis acquitté de votre dû. Payez moi donc un verre en échange, cela vous va-t-il ?


Revenir en haut Aller en bas
Kamenchii Kichigaino
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 08/12/2008

Fiche Ninja
PV:
270/270  (270/270)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Mar 13 Jan 2009, 19:18

Je vous reconnais ! Vous êtes partis rapidement du restaurant et avez oublié de payer votre assiette. Je me suis acquitté de votre dû. Payez moi donc un verre en échange, cela vous va-t-il ?

Ces mots résonnèrent aux oreilles de Kamenchii comme l'écho d'un cri dans les montagnes, tout devenait incompréhensible, il aurait pu s'attendre à n'importe quoi mais pas à ça! Pourquoi? Pourquoi ne l'avait-il pas déjà attaqué et réduit en miettes? Ce n'était pas normal, le chef du village où, durant l'époque pendant laquelle son cœur ne réclamait que vengeance, le shinobi s'était introduit clandestinement et avait assassiné un ninja à l'intérieur même de ses murs et en avait massacré trois autres lors de sa fuite. Celui là même qui avait envoyé pendant près de deux ans enquêteurs et ninjas spécialisés dans la traque et l'élimination de cibles à ses trousses. C'était cet homme qui se tenait devant lui et qui lui proposait d'aller boire un verre en affichant un sourire des plus rayonnants au lieu de venger ses hommes. Comment se faisait-il qu'il ne lui avait toujours pas sauté dessus pour racheter la mort de tant de ses compatriotes? Était-ce un quelconque stratagème pour l'attirer dans un piège? Avait-il quelque chose derrière la tête? Mais surtout, comment le savoir? Tout se chamboulait dans l'esprit de Kamenchii et plus rien ne lui paraissait logique, il était totalement déstabilisé. Kichigaino lui, ne comprenant pas non plus ce qui se passait, essayait tout de même de trouver une explication à ce qu'il venait d'entendre. Toutes ces questions défilaient dans sa tête à la vitesse de la lumière, il n'arrivait toujours pas à trouver une réponse cohérente à ses questions. Pourtant ce qui prédominait était une impression de piège. Après tout, le Mizukage se devait d'être un homme intelligent ce qui faisait de l'hypothèse du piège une réponse logique mais sans réponse au pourquoi. D'un coup, le shinobi décida de se ressaisir en s'infligeant un choc mental pour se rafraichir les idées, l'homme avait juste eu à lui dire une phrase pour le déstabiliser, ce qui ne faisait pas très sérieux pour un expert en genjutsu sensé avoir un mental extrêmement affuté. L'hypothèse du piège restant celle qui paraissait la plus logique, un doute persistait tout de même pour Kamen'. En effet, étant énormément doué pour différencier les gens étant sincères envers lui de ceux ne l'étant pas, une chose le dérangeait. Cette chose, c'était le ton employé par Tashira ainsi que son sourire qui eux, étaient bien sincères et pour le shinobi il n'y avait aucun doute là dessus. Soit il cachait très bien son jeu, soit il ne se souvenait pas de lui. Il valait mieux faire comme si de rien n'était et jouer le jeu tout en gardant cette méfiance à l'égard de ce personnage étrange mais pourtant très amical.
Je regrette sincèrement que vous ayez eu à régler pour moi tout à l'heure, ce serait un honneur et un plaisir de partager un sake avec le Mizukage.

Tashira le traîna vers un bar tout prés de l'endroit fatidique de sa chute. Pendant le court chemin qu'ils firent, Kamenchii remarqua que le Kage était songeur et ça ne présageait rien de vraiment bon car cela voulait certainement dire qu'il n'allait pas tarder à se rappeler de lui, dans le cas où il ne l'aurait pas reconnu du premier coup. L'homme au masque boitait toujours et esquissait un rictus de douleur à chaque fois qu'il posait le pied par terre, il se sentait comme un ancien combattant à la retraite, ce qui ne l'aidait pas du tout dans la situation actuelle.
Ils étaient enfin arrivés, le chemin ayant été ralentit par le traîne patte, dans un cossus petit bar très sympathique à l'ambiance très conviviale où des hommes dans un état proche de fous enfermés dans une cellule étaient en train de chanter à tue tête des chansons de leur village natal, une montagne de verres de sake et des cadavres de bouteilles jonchant leur table à tel point que l'on ne pouvait plus ne serait-ce que poser la main dessus.
Les deux hommes s'installèrent pour attendre qu'on vienne prendre leur commande et presque instantanément une magnifique serveuse se présenta à eux, vêtue d'un kimono vert pâle, des fleurs de sakura le parcourant de part et d'autres. Même sous ses habits on pouvait deviner des formes parfaites, son visage lui, semblait être celui d'un ange. Cette beauté permit à Kamen' d'oublier pendant quelques secondes la situation dans laquelle il était. Et à première vue, Tashira aussi, la seule différence étant que le Mizukage ne pouvait plus en détacher son regard. Voyant cela, le shinobi demanda alors un pichet de sake tout en déposant quelques ryos sur la table. La scène se concentrait maintenant sur les deux protagonistes et était nettement plus silencieuse que quelques mètres plus loin. Les regards des deux ninjas se croisaient, puis se détachaient de temps à autres. Le boiteux enfin assis observait tranquillement l'homme qui se tenait devant lui et se demandait toujours pourquoi il n'agissait pas, fait très étrange pour une personne connue sous le nom de flèche de glace. Cependant il savait que son interlocuteur silencieux le connaissait et était parfaitement au courant de qui il était, mais il avait l'air de ne plus s'en souvenir, est-ce que cela faisait partie de son plan ou était-ce tout simplement qu'il ne s'en souvenait plus? Kamenchii en doutait et Kichigaino ne croyait pas vraiment en l'ignorance de Tashira. A quoi pouvait-il bien pens...... Tout d'un coup, la serveuse vint poser le pichet sur la table, ce qui mit fin à ce spectacle assez ennuyeux pour quelqu'un qui n'aurait pas su quelles pensées tournaient dans leur têtes. Le ninja aux deux visages décida qu'il était temps de savoir ce qui se tramait dans le crâne du Kage en entamant la discussion et lui dit sur un ton calme:

"Bon, jouons carte sur table Tashira. Pourquoi m'as tu fait venir ici tout en sachant qui j'étais?"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sanctuary-no-teki.com/dossiers-de-kumo-f172/dossier-d
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Ven 16 Jan 2009, 02:38



Un homme bien intéressant que celui-là, qui acceptait bien malgré lui de suivre un personnage nouveau qui prétendait avoir payé un repas pour lui et qui l’invitait à lui payer son dû. Rien ne pouvait affirmer que c’était bel et bien le cas, et qu’il n’avait pas affaire là à un excellent escroc qui souhaitait jouer un mauvais tour à un passant. Mais il fallait croire que ce cher Kamenchii était doté d’une crédulité sans fond… ou d’une peur sans limites. Que pouvait-il bien y avoir entre ces deux hommes pour que l’un soit si troublé par la proposition du second ? Conservant en mémoire et bien en avant les soupçons que notre Mizukage avait fondés quelques minutes auparavant, il restait maintenant en alerte à toute information qui pourrait le confirmer dans sa voie et lui apporter plus d’éléments. S’il se trouvait, il n’y aurait aucun mal à prendre un verre avec un membre des Forces du Village Caché des Nuages. Mais si ses idées étaient bien concrétisées dans les minutes à suivre, il se pourrait qu’il ait à agir d’une façon ou d’une autre, qui ne serait probablement pas en accord avec ses principes pacifistes. Quoi qu’il en soit, le reste de cette soirée allait être chargée d’une certaine tension qui laissait à espérer du meilleur … comme du pire. Mais il n’en laissait rien paraître, préférant songer à la première hypothèse qui ne lui demanderait que de passer un bon moment avec une personne qui semblait un brin stressé. Rien de mieux qu’un verre pour détendre l’atmosphère ! Et même si le coût total serait loin d’égaler le prix qu’avait payé le Shinobi de Kiri pour les nombreuses assiettes, il se contentait de se dire que les informations et l’amitié n’avaient pas de prix. Esprit simpliste que voila, qui lui avait d’ailleurs valu de nombreux reproches auprès du Haut Conseil de son Village et parfois même des réprimandes familiales. Mais comment expliquer ce qui habitait l’esprit de ce grand enfant, qui ne rêvait que de voir autour de lui s’épanouir la tranquillité et une paix tant souhaitée par beaucoup, sans qu’une goutte de sang n’ait à être versée… . Sûr, c’était une utopie que mêmes les philosophes les plus grands et les généraux les plus doués auraient été incapables de mettre en place ; mais alors que notre corps physique ne nous appartient pas dans le Monde Ninja, la seule chose qui nous soit accordée n’est-elle pas cette capacité à penser et à espérer ? A rêver d’un jour meilleur ou à la ligne d’arrivée de son objectif ? Ainsi vivaient les hommes, aussi étranges créatures pouvaient-ils être.

L’homme s’étant bien relevé et ayant donc accepté sous la contrainte l’invitation forcée de notre ami, ces derniers dires résonnaient dans le liquide céphalorachidien de l’étranger, laissant un masque souriant se dressant malicieusement et avec un certain vice apparaître sur son visage. Chose qu’il s’empressa certes de dissimuler, mais qu’il n’ôtait pas de son esprit. Il connaissait sa position hiérarchique, alors qu’il était encore un total inconnu pour les habitants de Kumo No Sato. Sa visite n’étant pas même officielle et son entrée ayant été des plus discrètes, avec seulement deux amis en tant que protecteurs et compagnons de route, il avait débarqué et s’était immiscé dans la vie des concitoyens du Village sans vraiment que l’on note sa différence avec les autres passants habituels d’un petit marché timide restant simple dans un décor des plus spartiates et des plus anormalement normal. Que ce nouvel acteur dans sa vie, théâtre où toute personne était invitée en tant que brillant comédien, sache déjà qui il était et quel était son statut entraînait la disparition de bien des questions : le Shinobi de Kumo était bel et bien l’homme originaire de Kiri No Sato, dont il avait lu un rapport. Pour commettre une bourde pareille, cet homme relâchait vraiment bien rapidement la pression face à une situation aussi peu commune. Stressante certes, lorsque l’on prend conscience que l’on a face à soi un Seigneur de Pays et qui plus est peut s’avérer être un redoutable ennemi en cet instant, mais de là à en perdre ses moyens de la sorte, cela paraissait presque navrant pour Arane Tashira, qui pensait avoir face à lui un homme doué dans l’assassinat. Ne préférant rien dire et se contentant d’aller dans l’évènement présent, il était cependant sûr désormais de l’identité de l’homme.
Pénétrant dans ledit lieu de décontraction et de boisson, ils prirent tous deux place à une petite table quelque peu à l’écart. Intentionnel ou pas, telles étaient les choses. Soupirant tout en déposant son noble derrière sur cette chaise qu’il jugea en un instant comme étant fort confortable, il accueillit d’un sourire léger et amical l’aspect anxieux et gêné de Kamenchii qui pour l’instant n’avait presque pas pipé mot. Ne voyant pas l’intérêt de dire quoi que ce soit, le membre de la Famille Tashira joua le jeu et attendit quelques secondes qu’une belle et agréable serveuse les remarque, se déplaçant vers eux avec une certaine finesse qui était appréciée à sa juste valeur par notre Mizukage. Non, il n’était pas un pervers !! C’était un homme, sans plus !! Et lorsque l’on détient certaines vertus mâles, n’est-il pas normal de rechercher la Beauté, qui en cette heure avançait vers eux vêtue d’une superbe robe qui épousait avec Amour et Tendresse ses prunelles aussi pures que les braises encore chaudes d’un feu de camp. Les fleurs de cerisiers se balançant avec un magnifique déhanché semblait montrer une pluie de fleurs se détâchant de l’arbre maternel pour accepter l’invitation du Seigneur Eole et danser dans la brise nouvelle. Ô Être sublime, me laisserais-tu être ton Guide jusqu’au Septième Ciel ? Houlaaaaa !! Bref … Debout !! Et vite !! Réveillé par les piécettes et tiré de son somnambulisme éphémère, il retournait son regard vers le Shinobi de Kumo, et ne le quitta alors plus des yeux. Son sourire avait disparu, mais l’air sérieux qu’il avait habitude de prendre en échange ne fit aucune apparition sur sa mine. Restant au repos, tranquille et calme, il se saisit du pichet déposé, se servit un verre et le souleva légèrement en avant, y ajoutant un signe de tête en direction du Ninja, pour en boire le contenu avec saveur et plaisir. Avalant goulûment cette gorgée fraîche et vivifiante, il redéposa le récipient, ne perdant pas son air intriguant lorsque son interlocuteur reprit enfin la discussion. Bieeen ! Il avait enfin compris que sa situation n’était pas des plus simples pour lui, et préférait jouer franc jeu plutôt que de décider de croire ou non au bluffe de l’ennemi. Souriant d’un air malicieux mais également vicieux, l’homme à la chevelure éparpillée et voltigeuse prit à son tour la parole tout en se servant un nouveau verre.


Je vois que tu es enfin conscient de la situation et que tu acceptes d’en parler. Ta question est intéressante, car tu as bel et bien raison : depuis que nous marchons et buvons ensemble, tu es tel une marionnette dansant dans ma paume… . Je peux te tuer à n’importe quel moment.

Reposant le pichet un peu plus fort sur la table, assez pour pouvoir attirer l’attention de deux grands-pères qui restaient face à leurs thés chaud au gingembre, le visage du Mizukage s’était soudainement durçi et rassemblé dans un air inquiétant. Non pas terrifiant comme ce visage de l’homme qui souhaite donner la Mort et répandre la Justice par le Sang, mais ce regard intense et flamboyant d’un fauve guettant sa proie, déterminé à lui bondir dessus au moindre faux mouvement. Tout était dans cet instant unique : qui allait agir, et qui était maître de la situation. Confiant et sûr de lui, le Seigneur de Mizu No Kuni savait maintenant qu’il avait le dessus, et n’hésiterait pas à faire usage de ses talents pour mettre un terme à toute tentative déraisonnable de la part de notre cher déserteur. Gardant un visage dur et un air supérieur au niveau mental, il adressait cependant un certain sourire vers celui qui l’accompagnait dans cette dégustation. Portant de nouveau la coupe à ses lèvres, il en sirota le liquide délicieux qu’il contenait, sans perdre des yeux son homme. La reposant calmement sur la table, il mit le terrain à son avantage cette fois-ci.

Mais voyons les choses sous un autre angle … pourquoi, selon vous, est-ce que je ne vous achève pas sur le champ, tout déserteur et traître que vous êtes aux yeux de Kiri No Sato ?



Revenir en haut Aller en bas
Kamenchii Kichigaino
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 08/12/2008

Fiche Ninja
PV:
270/270  (270/270)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Sam 17 Jan 2009, 02:54

Ce n'est qu'après avoir prononcé la phrase, qui avait débloqué la situation plus que tendue depuis plus d'une dizaine de minutes que Kamenchii se servit un verre de sake. Cette boisson, pensait-il lui permettrait de calmer son esprit troublé quelques minutes plus tôt et serait un bon onguent pour cette anxiété qui le rongeait. En portant le verre à ses lèvres il remarqua sur le visage, pourtant durcit de son interlocuteur, une pointe de satisfaction et dans ses yeux une lueur qui trahissait l'ignorance de certains points sur le shinobi de Kumo. Le liquide qui coulait désormais en travers de la gorge du traîne patte, était un brin relaxant et lui donnait maintenant la possibilité de réorganiser ses idées pour pouvoir mieux appréhender la discussion qui allait suivre de même que les réactions du Mizukage qui lui faisait face. Malgré la légèreté dont faisait preuve Tashira, il était bel et bien sérieux et s'apprêtait à intervenir à la moindre erreur de l'homme maintenant piégé. Notant cela il fit comprendre mentalement à son voisin d'esprit qu'il devrait, à partir de maintenant, le laisser faire et ne pas le déranger, ce que l'entité accepta sans rechigner. Puis, ce fut au tour de son compagnon de bar de s'exprimer.

"Je vois que tu es enfin conscient de la situation et que tu acceptes d’en parler. Ta question est intéressante, car tu as bel et bien raison : depuis que nous marchons et buvons ensemble, tu es tel une marionnette dansant dans ma paume… . Je peux te tuer à n’importe quel moment."


Maintenant, il ne pouvait plus y avoir aucun doute sur les intentions de l'homme lui faisant face. D'un côté, cela rassura Kamenchii qui ne s'était pas trompé sur le compte de Tashira. Il était un ninja intelligent, vif et puissant et n'usurpait donc pas, son rang. Cependant, bien que le Mizukage semblât d'un coup, agressif et près à étriper la personne qui se tenait devant lui, il était intéressé par les raisons des méfaits commis par le passé du ninja aux deux visages. Cet aspect de la personnalité d'Arane était des plus plaisant. En effet, il n'était pas du genre à massacrer toute personne envers qui il éprouvait un quelconque sentiment de haine ou de colère. C'était un homme calme et réfléchit qui n'attendait qu'une seule chose et ce n'était pas de massacrer le shinobi de Kumo. Contre toute attente, la personne qui aurait assez de raisons pour le mettre à mort sur le champ, voulait savoir ce qui se tramait dans le crâne du shinobi et n'avait pas encore décidé du sort de celui qui était à sa merci. Dans ses yeux, on pouvait lire son amour pour la vie et en particulier pour les êtres vivants ce qui paraissait paradoxal pour un ninja. Mais cet amour pour les choses vivantes n'était pas anormal pour un combattant, loin de là. Surtout venant d'un homme comme Tashira, qui, malgré le fait qu'il vienne d'un village renommé pour ses membres dénués de sentiments, il prouvait par ce trait de caractère, qu'il méritait son titre de Mizukage. En effet, cet attachement envers les autres êtres doués de vie était en entre autres la cause de beaucoup de conflits, les uns menaçant la vie d'amis, de familles ou de frères d'armes d'autres qui auraient donnés leur vie pour les défendre. C'est en ce point que le caractère de Kamenchii rejoignais celui d'Arane et il espérait pouvoir le lui faire comprendre pendant leur discussion. A peine avait-il finit de prononcer ces mots, que son interlocuteur engloutit ce qui restait d'alcool dans son verre pour se resservir une coupe fraiche. Puis, il ajouta:

"Mais voyons les choses sous un autre angle … pourquoi, selon vous, est-ce que je ne vous achève pas sur le champ, tout déserteur et traître que vous êtes aux yeux de Kiri No Sato ?"


Cette question fit sourire le boiteux, pas un sourire de moquerie mais plutôt un rictus d'autosatisfaction car il attendait cette question avec impatience et son compagnon de bar venait de la lui poser avant toute autre. Maintenant qu'il avait pu se rafraichir les idées et se calmer, Le shinobi de Kumo pouvait parfaitement reprendre une discussion d'envergure avec un homme d'un telle clairvoyance. Cette question confirmait ce que le ninja aux deux visages avait remarqué auparavant. Le Mizukage ne connaissait pas très bien le personnage et préférait savoir le pourquoi du comment avant de décider quoi que ce soit qui pourrait mettre fin à leur dialogue dans la violence. Le regard de l'homme fraichement démasqué étant extrêmement bien entraîné, il continua à lire dans ses yeux pour trouver la soif de savoir que Tashira éprouvait au sujet des raisons du massacre causé il y a plusieurs années au village de la brume. Même si le Kage n'avait pas posé la question de cette manière, c'était bien sur là où il voulait en venir. Les chants provinciaux s'étaient maintenant éteins et avaient été remplacés par des bruits de bouteilles vides, s'entrechoquant dans le sac, que le serveur avait utilisé pour nettoyer la table de derrière. L'ambiance était maintenant, nettement plus propice à l'échange verbal et le dialogue pouvait continuer en toute tranquillité. Cette discussion était pour le moins étrange, les deux hommes lisaient mutuellement dans leur jeu et semblaient ne pas en être dérangé. Le Mizukage avait pu prendre l'avantage en déstabilisant notre shinobi mais Kamenchii ne le voyait pas du même œil. Il voulait pouvoir parler franchement et non dire ce que Tashira voulait entendre.

"C'est en effet, une très bonne question, mais je pense que vous en connaissez vous même la réponse. A mon humble avis, je suis persuadé que ce n'est pas cela que vous cherchez à savoir. En conséquence je vais vous expliquer mes actes. Tout d'abord, je suis originaire de Suna. Lors d'une attaque de votre village, un shinobi a tué ma femme et causé la mort de ma fille. J'ai plus tard décidé que je devais déserter le pays du sable pour venger la mémoire des deux amours de ma vie. C'est pour cette raison que j'ai assassiné un de vos hommes. Les autres victimes sont ceux qui ont tentés de me poursuivre et ceux que vous avez envoyés pour m'éliminer. C'est tout ce que je peux vous dire."


Ses paroles étaient empreintes de sincérité, mais aussi de beaucoup d'émotions refaisant surface de par le souvenir de la perte de ses deux amours. Une larme vint perler à sa joue qu'il coupa dans son élan afin de ne pas montrer de faiblesse devant ninja aussi puissant. Il était bien conscient que ces raisons ne pouvaient pas racheter ni justifier la mort de tant de shinobis de Kiri et pourtant c'était là, la seule explication qu'il pouvait fournir à celui qui voulait tant en savoir. Ses souvenirs douloureux ne lui faisaient pas de bien, cependant, ils étaient nécessaires pour faire comprendre son point de vue à un personnage tel que Tashira.

"Je ne vous demande pas de me pardonner et je ne vous implore pas à genoux de m'épargner. Si j'ai fais ce que j'ai fais, c'est parce que j'ai senti au plus profond de moi même que cela pourrait me guérir de la douleur due à la perte des deux soleils qui illuminaient ma vie. Je ne me suis aperçu que trop tard de mon erreur. La seule chose que je désire aujourd'hui, c'est de rejoindre ma femme et mon enfant dans l'au-delà et finir par extirper mon esprit du Yaminokuni. Pour cela j'ai choisi de mourir noblement en donnant ma vie pour protéger ce village qui m'a permit de me repentir afin de rendre un ultime hommage à mon amour et ma chair."


Désormais, Kamenchii parlait avec son cœur, chose qu'il n'avait fait qu'avec la petite Tenshi. Il était conscient que ce qu'il disait était effroyablement égoïste, mais il n'était qu'un simple humain après tout. Pas un héros ni un monstre, pas un sage ni un ignorant, mais simplement un être humain baignant dans le mélange du bien et du mal, ne les séparant pas, les deux concepts étant indissociables pour garantir un équilibre dans la vie. Le shinobi ne prétendait pas détenir la vérité, seulement jusqu'à maintenant il avait fait ce qui lui semblait juste. L'homme aux deux âmes était sur que Tashira comprendrait cela malgré les crimes dont il était coupable. Il n'avait fait cela que pour apaiser sa souffrance et pouvoir rejoindre les êtres aimés, pourtant ce n'était pas aussi facile.

"Je peux lire dans vos yeux Arane et ce que je lis n'est pas de la haine mais de l'incompréhension. Si vous jugez que votre lame doit poser sa morsure sur mon coup ce soir, je pourrais le comprendre. Pourtant, je suis sur que ma mission dans ce monde n'est pas terminée. Dans tout les cas, la décision vous appartient et je ne pourrai rien faire, votre puissance me surpassant de loin."


Le shinobi de Kumo se leva calmement de sa chaise et alla poser un genoux à terre en se posant à côté du Mizukage. La scène était plutôt triste à voir, l'homme avait décidé d'affronter le jugement du puissant personnage qui était resté assis plus loin et qui le regardait avec insistance. Il était seul, personne ne se dresserait entre lui et son bourreau aujourd'hui et personne n'aura plus à souffrir à cause de lui. Si Tashira décidait de lui laisser la vie sauve, il pourrait tenter d'accomplir la mission qu'il s'était fixée et dans ce cas, retrouver sa femme et sa fille dans l'au-delà. Mais si en revanche, il jugeait normal de devoir éliminer quelqu'un ayant fait tant de mal, Kamenchii accepterait son destin amplement mérité et sombrerait définitivement dans le Yaminokuni.

"Aujourd'hui seigneur, vous avez le choix de venger vos hommes comme j'ai tenté de le faire pour mes amours ou choisir de me laisser en vie. Cependant, mon honneur m'interdisant d'implorer votre pardon, je vous demanderai donc de ne pas prendre en compte ce que je vous ai dit et de faire à votre guise"


Avant d'accepter son sort, le ninja fouilla dans sa sacoche et en extirpa son masque, puis le plaça sur son visage, ceci n'étant pas une manière de refuser de voir la vérité en face mais de l'affronter le plus honorablement possible avec le visage qu'il portait lorsqu'il commit ses méfaits à Kiri.

Spoiler:
 


Dernière édition par Kamenchii Kichigaino le Dim 18 Jan 2009, 14:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sanctuary-no-teki.com/dossiers-de-kumo-f172/dossier-d
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Dim 18 Jan 2009, 14:16




Avez-vous déjà joué au jeu du chat et de la souris ? C’est un passe temps assez amusant, où il faut savoir ruser, être rapide et agile, savoir se déjouer des pièges adverses : un véritable petit bonheur à jouer… sauf lorsque l’on est la souris. Et dans ce cas précis, il fallait admettre que le rat de Kumo No Sato n’avait pas de quoi se sentir à l’aise. Face à lui, un très haut représentant du Village qu’il avait fui. Entre eux, une simple table avec deux coupelles et un pichet de saké ; boisson qui s’était avéré encore une fois excellente et qui réchauffait désormais le système digestif de notre ami, parcourant son corps tout en le réchauffant et en y installant une sensation de fraîcheur à la fois. Un véritable délice, si vous souhaitez l’avis d’un connaisseur qui aimait pouvoir chaque jour tester un peu les offrandes de chaque pays ; le Pays de la Foudre ne l’aurait pas déçu en ce point. Le rapport avec la discussion qu’ils avaient en cet instant ? Absolument aucun, je vous l’accorde. Mais que voulez-vous… ; fallait-il s’attendre à autre chose de la part d’un homme qui était maintenant dans les hautes sphères militaires et politiques, mais qui conservait sur son chemin ce petit caractère titilleur et gamin, homme encore attaché au Passé comme à ces écouteurs énormes qui séjournaient constamment sur ses oreilles, lui balançant des musiques selon son humeur et ses goûts, que ce soit une douce mélodie ou la caisse lourde d’un DJ. De son vivant, notre Mizukage préférait largement ses opinions et avis musicaux que les cris âgés et inutiles des Membres du Conseil du Village qui vociféraient pour se faire entendre, chose absolument sans fondement pour notre ami Shinobi qui savait garder son calme et son sérieux, sachant quand devait intervenir la partie ‘Ninja’ et quand la partie ‘Homme’ devait reprendre le dessus. Nul besoin de se prendre la tête pour cela. Mais il arrivait que ces deux fonctions s’unissent et forment un alliage indécelable, une mixture que l’on avouait toucher avec des pincettes tellement l’équilibre entre ces deux personnalités étaient instables. D’un côté le Devoir pour son Village, de l’autre la Morale de l’homme qu’il était : face à Kamenchii Kichigaino, on se retrouvait bel et bien dans cette situation où son Devoir lui commandait la Justice alors que sa Morale lui conseillait le pardon. Et dans ce genre de situation, que choisir. Y-aurait-il ici un indice qui puisse faire changer la rivière de cours et la forcer à grimper la montagne plutôt que la descendre ? Peu de chances, car s’il n’y avait bien qu’un seul fleuve qui se laissait aller de bas en haut dans cet établissement à l’allure coquette et à la décoration cependant très attrayante, c’était bien ce liquide alcoolisé et chaud dans le corps d’un homme qui partait du sommet de la gorge pour aller se glisser doucement dans son œsophage et descendre le long du mont humain, fournissant à chaque pierre de cet édifice biologique la force de se revitaliser, de se revigorer de nouvelles forces afin de perdurer. Le corps humain était finalement comme toute chose : soumis aux règles de la Nature, bien qu’il prétende avoir mis la main dessus et l’avoir détrôné de sa position de Dominant des autres choses de cette Terre. Mais comme tout un chacun le sait, l’être humain était égocentrique et vantard. Et il en faudrait pourtant bien peu pour que d’un éclair un seul, la Nature rappelle qui a de l’autorité sur qui. Quoi qu’il en soit, le buveur alcoolique dont nous cacherons le nom mais qui était fortement reconnaissable par sa coiffure éclatée vers l’horizon et d’une couleur faisant pâlir l’or et les rayons du Soleil par sa brillance restait maintenant bien partagé entre ses deux avis. S’il lui était demandé de mener ici une exécution, il ne pouvait agir sans justice, étant alors contraire à l’éthique. Aussi, il lui fallait écouter l’histoire de l’homme qui avait autrefois déserté pour savoir si la Mort était un jugement approprié, bien que la Mort de 4Shinobis lui semble être chose raisonnable et répartie équitable quant à la condamnation à la peine capitale. Mais sans chercher à brusquer les choses, notre Kage aux yeux pales se servait donc une nouvelle coupe de saké, prêt à se faire attentif et à oublier pour quelques secondes la délicieuse musique qu’il chérissait dans sa tête à cet instant même. Après tout, que la Mort de l’adversaire soit retardée de quelques minutes ou non, quelle serait la différence… ; s’il parvenait à le convaincre, ce serait toujours ça de gagné.

C’est après avoir perçu et intégré les mots de son interlocuteur à son appareil d’écoute que notre cher Kage de l’ile de Mizu No Kuni s’accorda une main songeuse allant gratter avec doutes et hésitations une petite barbichette naissante qu’il n’avait pas encore eu la délicatesse et le soin de raser. Une affaire sentimentale… pour avoir été dans un cas similaire, Arane Tashira connaissait bien ce genre d’émotions qui pouvait pousser un homme au pire des actes comme à la plus grande douceur du Monde. Un pouvoir bien étrange que celui de l’Amour. Ce qui n’aurait du en rendre le cas que plus complexe. Mais pour le Mizukage, la question n’était pas là. Il était d’accord que toute mort faisait partie du cycle de la vie et se présentait souvent de façons que l’on n’aurait jamais souhaitée. Mais il restait sur cette bonne vieille Terre quelques principes basiques chez l’Homme qui prédominait les sentiments et la Passion : la Raison. Fervent défenseur du néoplatonisme et du stoïcisme, Arane Tashira prenait quotidiennement en compte la notion du Bien et du Mal, remettait en cause leurs fondements et préférant le sens de la Justice à tout prix, comme le signait Pic de la Mirandole, à toute tentative de vengeance qui avait tendance à finir en affaire corse et corsée. Aussi, bien qu’il puisse comprendre les sensations qui avaient alors animés les bras vengeurs de notre ami devenu Shinobi de Kumo, il n’y avait là aucun pardon qui soit possible pour les hommes qu’il avait tué par la suite. Certes, c’était sa vie contre la leur ; mais dans des missions où l’on devait s’engager à devenir plus fort et à aller de l’avant pour s’améliorer, l’une des épreuves les plus importantes d’un homme étaient alors le calme, être magnanime, faire preuve de tactique et de contrôle ; vaincre l’ennemi sans le tuer. Tel était le chemin que se devait un jour d’emprunter le Shinobi qui souhaitait trouver son Art et le développer au summum de sa puissance.
L’homme semblait préférer faire preuve d’humilité et de réflexion. Il était maintenant bel et bien conscient de ses fautes, et comprenait qu’elles n’étaient ni pardonnables ni effaçables. Reconnaître ses tords était toujours un pas en avant dans les qualités d’un homme, mais cela était cependant bien rapidement mis de côté lorsque l’on avait tué des hommes. Et des personnes qui n’avaient faits qu’accomplir leur Devoir de Shinobi et tenter d’empêcher la désertion. Le Mizukage au visage doux mais aux pensées tumultueuses était donc bien gêné par de telles explications. Le comportement était en soi logique, mais irrationnel. Et bien que la Raison était en partie du côté du Nuke-Nin de son Village, il se devait de faire la Justice. Dilemme bien troublant que celui qu’affrontait Arane en ce soir. En attendant de prendre une décision, notre homme prenait maintenant tous les dires en considération. Y-avait-il de la flatterie dans les dires du Shinobi de Kumo. Si tel était le cas, ce n’était pas le moment ; car avant de penser à sa propre personne, notre Ninja à la chevelure blonde comme la crinière solaire pensait vraiment à autre chose qu’à lui-même. Que l’on puisse lire dans ses yeux ? Quel poète ! Mais en cette heure, ses yeux exprimaient le même sentiment que celui de la glace éternelle qui recouvraient les sommets et les pics des Montagnes Bleues au Nord de son Pays natal : de l’attente et de la froideur. Il n’était pourtant pas d’apparence agressif ou colérique, mais cette conversation était bien plus qu’une discussion entre amis autour d’un verre. Ne préférant rien dire pour l’instant, il se pencha légèrement en avant et s’empara avec douceur et lenteur de la bouteille de saké, se servant avec calme un nouveau verre qu’il porta à ses lèvres et but de moitié. Laissant une égale distance pour la coupe entre la table et sa bouche, il ne la reposa pourtant pas.


Ton raisonnement est certes sage, mais malgré toutes tes explications, la Justice triomphe toujours. Quelles que soient tes excuses, tu ne pourrais jamais faire revivre les hommes que tu as tué, comme tu venger n’aurait jamais pu ressusciter ta compagne et ton enfant. Prends en bien conscience, tu as été le seul en tord dans cette histoire, et il n’y a personne d’autre à blâmer.

Une nouvelle gorgée… . Puis il reposa la petit coupe sur la table, se versant un peu plus de cette liqueur forte mais agréable pour tout homme pouvant supporter un brin l’alcool.

La plus importante raison qui explique aujourd’hui le fait que tu puisses respirer et mélanger ton air à celui du Village est que je suis ici en mission diplomatique afin de former une alliance solide entre nos villages respectifs. Kumo No Sato a toujours été mis à l’écart, et je reste persuadé que l’on peut accomplir de grandes choses. Tuer un Shinobi du Village avant le début même des négociations serait condamner cette mission à l’échec… .

Il but une gorgée, sembla hésiter, puis l’acheva d’une traite. Il n’y avait vraiment rien de meilleur que le saké. Mais là n’était pas la question. Ayant vidé sa coupe, il la reposa délicatement sur la table et croisa les bras, adoptant un air sérieux et réfléchi. Il savait maintenant quoi faire, mais hésitait quand même à confier pareille tâche à cet homme. Serait-il à la hauteur, et malgré tous les pardons et excuses qu’il avait adressé au Mizukage, restaient-elles sincères ? Le cœur d’un homme était si mystérieux et si plein de ténèbres que l’on ne pouvait écarter pour voir à travers… .
Autant tenter l’affaire. Les conséquences n’en seraient que peu désastreuses, en fin de compte.


Puisque tu tiens à rechercher le pardon pour tes crimes, et que j’ai un Devoir de Justice sur ton corps, voila ton châtiment. Tu devras servir ce Village et t’y dévouer corps et âme. Si le Village est attaqué, tu dois être le premier à m’en tenir informé par faucon messager. Tu dois être sur les premières lignes, prêt à défendre chaque vie mise en danger. Quoi qu’il advienne et peu importe le nombre de vies que tu sauveras, cela ne fera qu’alléger légèrement ta dette. Sacrifies donc ta vie à aider les autres pour effacer tes tords. Là sera ta condamnation : la servitude et la dévotion que chaque Shinobi doit à son Village.
Mais si j’apprends ta désertion ou encore tes nouvelles fautes, saches que je serais le Capitaine d’équipe qui partira dès l’instant de Kiri No Sato pour se livrer à ton exécution sans sommation. Suis-je assez clair ?



Revenir en haut Aller en bas
Kamenchii Kichigaino
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 77
Age : 27
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 08/12/2008

Fiche Ninja
PV:
270/270  (270/270)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Dim 18 Jan 2009, 19:13

Des paroles dures sur un ton doux. Voilà une chose de plus qui trahissait l'état intérieur du Mizukage. En effet, il était maintenant clair que Kamenchii avait vu clair dans son interlocuteur. Il ne s'était pas trompé, Tashira était bien un homme qui haïssait les bains de sang et voulait éviter à tout prix une boucherie au milieu d'une place publique. Cependant, il était tiraillé entre ce sentiment d'amour envers les êtres vivants et son devoir qui lui imposait d'exécuter sur le champ l'homme qui lui faisait face. L'hésitation du maître du village de la brume était justifiée de par son caractère et cela n'étonnait point le shinobi de Kumo. Attendant le verdict, mais voyant qu'il ne venait pas, celui qui offrait sa tête sur un plateau d'argent, se redressa et regarda dans les yeux son futur exécuteur. Il pouvait à présent comprendre bien plus de choses en fixant ses yeux qu'en ne l'écoutant simplement. Il pouvait maintenant comprendre que le Mizukage n'avait toujours pas saisi que notre ninja ne venait pas de Kiri, mais bien de Suna. Qu'importe, de toute manière cela n'aurait eu que peu d'importance pour la suite. Les yeux du puissant ninja qui se dressait devant lui ne cessaient de lui révéler des informations sur le monologue intérieur qui avait lieu en ce moment même. C'est d'ailleurs à ce moment là qu'il vit que l'homme en question n'était pas sur de pouvoir faire confiance, ce qui était tout à fait justifié pour un ancien déserteur. Tashira prenait en compte les dires du repenti et décida qu'il était bien plus judicieux de ne pas le massacrer sur le champ sachant qu'il était là pour une mission diplomatique. Pourtant, Kamenchii qui avait été franc et avait ouvert ses souvenirs ainsi que son cœur à son interlocuteur ne se satisfaisait pas des raisons données par le Mizukage et voyait clairement qu'il cachait les vraies raisons de cette retenue. Sous cet aspect formel, il ne voulait pas montrer, tout humain qu'il soit, qu'il pouvait comprendre ce qu'avait ressenti le shinobi de Kumo sans pour autant cautionner ses actes. Il admirait le tempérament du chef de la brume et éprouvait un immense respect pour cet homme qui lui avait accordé un pardon, formel mais profond. Il savait que celui qui se resservait maintenant un verre s'était fait violence afin de prendre sur lui et de se montrer magnanime en dépit de son devoir. En effet, si il l'avait souhaité, il aurait pu expliquer au Raikage la situation sans avoir à le tuer lui même. Cependant, il n'en avait rien fait et se contentait de donner une raison logique mais pas assez justifiante à son goût. Après la deuxième phrase prononcée par son interlocuteur, Le ninja aux deux visages esquissa une réponse aussi discrète soit-elle.

"Votre bonté n'a d'égal que votre puissance, Mizukage."


Cela pouvait avoir l'air d'une flatterie de prime abord, mais ce ne fut que les mots qui décidèrent bien de dépasser ses lèvres. Une expression non contrôlée devant l'admiration qui envahissait le cœur de Kamenchii devant la force d'esprit qu'il fallut à Tashira pour retenir sa lame. Devant la formalité de sa réponse, le shinobi de Kumo s'était dit qu'il avait réussi à le convaincre, chose difficile quand c'est l'ombre de la brume qui se tient en face de vous. La discussion n'étant pas terminée, il attendit que le Mizukage lui adresse à nouveau la parole comme si il n'avait lui même plus rien à dire. Bien sur, ce sentiment n'était pas fondé, il aurait voulu pouvoir raconter son histoire en détail à son interlocuteur mais il ne le pouvait maintenant, il se devait d'écouter l'homme tant magnanime. Malgré tout cela, les idées continuaient de fuser dans son esprit, "Qu'allait-il faire ou dire après cela?" ou "Comment cette situation allait-elle se conclure?". Tant de questions auxquelles il ne pouvait répondre. Les quelques secondes pendant lesquelles Tashira portait la coupe de saké à ses lèvres lui paraissaient durer des heures compte tenu de ses pensées qui étaient en ébullition. Son esprit bouillonnait et allait à cent milles à l'heure, c'était un moment presque insoutenable jusqu'à ce que la voix douce du Mizukage retentisse à nouveau dans ses oreilles. Cette voix lui infligeait comme punition pour ses crimes une dévotion sans limites pour son nouveau village ainsi que le rôle de messager envers le maître de Kiri. Cette parole réchauffa le cœur de Kamenchii qui ne voyait absolument aucune contrainte dans cet ordre dans la mesure où il s'était déjà prêté serment à lui même de mourir en protégeant ce village. L'homme acquiesça à la demande par un hochement de tête avant de s'exprimer.

"Ce sera un honneur pour moi que de dévouer ma vie au village qui m'a recueilli alors que j'étais un simple inconnu. Ce châtiment sera pour moi une manière de prouver ma bonne foi et mon désir de préserver ce village. Après avoir été accepté par les villageois, je me suis juré à moi même de mourir en protégeant cet endroit ainsi que tous ceux qui s'y trouvent. Le rôle que vous me confiez aujourd'hui m'honorera jusqu'à ma mort j'en fais le serment devant vous. Je me dévouerai autant pour le rôle de messager que vous m'octroyez que pour aider ce village en cas de problème de toute manière que ce soit."


Kamen' attrapa un kunaï dans sa sacoche et s'entailla la main droite afin de cette manière, signer le contrat oral que les deux hommes venaient de passer. Cet acte paraissait barbare mais c'était la seule façon, pour le shinobi de donner un tant soit peu corps à ce pacte. Le ninja de la foudre n'avait que rarement été aussi sincère, il éprouvait énormément de fierté d'avoir été choisi pour une telle mission par l'homme qui aurait du le tuer. C'était une manière plus formelle d'accepter sa mission envers Kumo. Sur ces entre-faits, Kichigaino se réveilla et fit comprendre à son voisin d'esprit qu'il voulait dire un mot à Tashira, puis Kamenchii déclara:

"Seigneur Mizukage, je vais me retirer quelques instants car un de mes amis voudrait s'entretenir avec vous."


L'expression de surprise sur le visage de son interlocuteur amusa Kamen' puis son corps s'effondra, comme si il s'était endormi d'un coup. Ce n'est qu'une demi seconde plus tard qui réouvrit les yeux, qui au grand étonnement de Tashira, avaient changés de couleur et étaient devenus rouges sang. Le corps de l'homme se releva mais il semblait ne plus être le même. Tout dans son attitude, sa manière de bouger, et l'impression qu'il dégageait était différent.Une seule chose était sure pour Arane, l'homme qui se tenait maintenant en face de lui n'était plus celui avec qui il discutait depuis tout à l'heure. Il ne savait pas par quel stratagème il en avait été ainsi mais c'était bien le cas. Le nouvel arrivant, pourtant là depuis le début paradoxalement, se retourna tranquillement pour aller se rassoir délicatement sur sa chaise. Il se prit le pichet et fit couler ce qui restait de saké dans son verre, avant de faire signe à la serveuse de leur en apporter un deuxième. Il porta le verre à ses lèvres sans quitter le Mizukage du regard. Décidément, ce liquide frais était vraiment un bonheur à ingurgiter. Par soucis d'économie et de plaisir de dégustation, il ne s'arrêta qu'à la moitié du verre. Les yeux de celui qui partageait le pichet avec lui continuaient d'exprimer énormément de choses et notamment ce qu'il pensait sur le moment. Il voyait parfaitement que ce changement soudain avait quelque peu déstabilisé son interlocuteur. La serveuse apparut toute aussi magnifique que tout à l'heure et leur servit le pichet. Cette fois-ci le shinobi de Kumo envoya un regard charmeur vers la jeune femme, qui le lui rendit par un sourire gêné et pourtant flatté. Il observait sa chute de rein, pendant qu'elle s'éloignait de la table en agitant majestueusement bien le bas de son dos. Mais l'heure n'était plus au reluquage de croupion, il se devait répondre aux questions qui défilaient sur le visage de Tashira. Il se saisit du pichet et remplit le verre du Mizukage puis le sien, les deux n'étant pas remplis jusqu'au sommet. Ce n'est qu'après avoir bu une nouvelle gorgée de saké, qu'il se décida à répondre aux interrogations de celui qui lui faisait face.

"Je vous présente mes plus plates excuses pour cette entrée en matière si peu orthodoxe seigneur, mais c'est la seule manière pour moi d'apparaître directement. Je me nomme Kichigaino, je suis en quelque sorte le voisin de Kamenchii. Je tenais à vous remercier moi même de nous avoir épargner pour nous permettre d'accomplir notre but. Cependant, je voulais aussi éclaircir un point avec vous en ce qui concerne notre passé à Kamen et moi. En effet, il faut que vous sachiez que lorsque sa femme, Shousan, fut emportée par un de vos compatriotes, c'est moi qui ai permis à mon ami de se sortir des ténèbres qui avaient envahies son cœur et son esprit. C'est aussi moi qui lui ai suggéré de se venger, pensant à l'époque que cela apaiserai ses souffrances. Ainsi, si vous devez blâmer quelqu'un, pour la mort de vos hommes, blâmez moi et non Kamen'. Ce n'est qu'un pauvre homme qui était perdu et qui cherchait un remède au mal qui le rongeait de l'intérieur. Je n'ai été à ce moment là de notre vie, que l'instrument de sa vengeance. En aucun cas vous ne devez penser de lui qu'il est un être vil et dénué de sentiments, je suis la seule personne que vous devriez considérer comme telle. "


Kichigaino venait tout juste de prouver par ces aveux, qu'il n'était pas simplement qu'un esprit vengeur vicieux et foncièrement mauvais. Cet acte symbolisait l'amitié qui l'unissait à son voisin d'esprit, attestant du fait que lui aussi était humain et pouvait ressentir des sentiments envers quelqu'un, ne serai-ce que le possesseur originel de ce corps. Maintenant, il était possible de voir que Tashira avait compris plus ou moins qui il était et aussi surprenant que cela puisse paraître, son expression permettait de comprendre que cela ne l'étonnait guère d'apprendre une telle chose. Le troisième protagoniste esquissa un sourire en s'apercevant que le Mizukage était vraiment un homme de valeur à ne sous estimer en aucun cas. Son surnom de flèche de glace ne désignait pas seulement sa vitesse physique, mais aussi sa vitesse d'analyse et de réflexion. C'était vraiment impressionnant d'observer un Kage en action que ce soit en combat ou en pleine réflexion.

"Je vois que cela vous dérange de ne pas pouvoir vous adresser à nous deux en même temps, aussi permettez moi de vous inviter chez nous. Vu votre rang cela ne vous impressionnera pas, mais je préfère que vous sachiez que je ne vous veux aucun mal afin que vous ne preniez pas cela comme une attaque."


Kichigaino plongea son regard dans celui du Mizukage. Bientôt, les pupilles du shinobi de Kumo enveloppèrent Tashira entièrement et l'homme fut aspiré au fond des yeux qui atteignaient maintenant par leur taille les recoins du bar. Puis, en un éclair, les deux hommes étaient de nouveau en face, mais cette fois, Arane se tenait en face de Kichigaino et de Kamenchii. Ils étaient toujours dans le même bar mais tout le monde avait disparu et les lumières n'illuminaient plus que les trois ninjas. Comme l'avait prévu l'auteur du genjutsu, le Kage n'était pas impressioné et n'avait pas bougé d'un centimètre. Kichigaino qui souriait maintenant, regarda Kamen' qui lui, accueilli le nouveau venu en faisant une révérence par respect et lança:

"Je suis désolé maître Mizukage, je ne pensais pas qu'il aurait le culot de vous faire venir ici, veuillez l'en excuser, il est un peu trop familier."


"Tout va bien Kamen', ne t'enflamme pas, j'ai prévenu notre invité que ce n'était pas une attaque, j'ai fais ça car il avait l'air gêné de ne pas pouvoir nous parler en même temps. Je vous souhaite la bienvenu chez nous seigneur."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.sanctuary-no-teki.com/dossiers-de-kumo-f172/dossier-d
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Mer 21 Jan 2009, 20:27




Les récentes paroles de Kamenchii laissèrent un agréable sourire se dresser sur le visage d’Arane Tashira, entraînant le relâchement des traits du Kage qui se laissa couler dans son siège, prenant plaisir à sentir son dos se reposer sur ce doux dossier qui lui fournit dans l’instant une sensation de calme et de sérénité. Cela faisait tellement longtemps maintenant, qu’il n’avait pas senti le contact du vulgaire tissu brièvement réalisé à l’attention de son point d’appui dans son propre Bureau à Kiri, bureau lui-même assez sommaire et réalisé avec un manque total de travail et de raffinement. Mais notre personnage atypique était loin de se soucier de ce genre de détail, même si cela allait à l’encontre de son confort et parfois même de son efficacité dans son travail. Pour lui, ce qui comptait dans le Bureau, c’était bel et bien ce qui était fait dessus et non ce à quoi il ressemblait. Mais cependant, il se devait de reconnaître que l’apaisement ne pouvait attendre son summum et son paroxysme que dans le côté moelleux et douillet d’un coussin agréablement bon au niveau des hanches et grâce à une souplesse sans précédent. Ayant fermé les yeux pendant une seconde ou deux, il les rouvrit subitement, comme prit par une stupeur grandissante. Mais qu’est ce qu’il fichait, nom d’un barbu ?? Clignant rapidement des yeux comme pour avoir des flashs qui le rappelleraient du bon côté de la Lumière, il se débarrassait du confort dans lequel il s’était si tendrement enfoncé, et se penchait en avant, le dos légèrement courbé en avant, les mains croisés, son attention de nouveau rivé sur son interlocuteur. Quoi qu’il ait pu se passer dans ce laps de temps qui n’avait du prendre que quelques secondes, il se devait d’avouer qu’il était maintenant content de voir que celui qui avait laissé un nom tant chargé d’encre et de négation était désormais quelqu’un de droit et d’honnête, qui était prêt à prendre sa tâche de Shinobi au sérieux. Mais par-dessus tout, notre Mizukage pouvait remarquer la bonne volonté dont il faisait preuve ; il lui avait ouvertement dit qu’il était ici pour des raisons diplomatiques, ce qui lui interdisait de faire usage de la force. De plus, il lui avait intimé un ordre à son attention afin de développer les relations entre les Villages, chose à laquelle son compagnon de beuverie lui avait répondu positivement, alors que notre Lion à la Crinière hirsute n’était pas dans sa juridiction et n’avait aucun ordre à donner à qui que ce soit, pas même à un homme qui avait déserté son Village pour se retrancher ailleurs. Quel plaisir de voir que le déchet humain n’était pas présent partout, et que certains hommes connaissaient le Chemin qui se dirigeait vers la Lumière du Soleil plutôt que celui qui menait vers l’Ombre de la Lune. En cette soirée si enjolivée par cette conversation qui semblait toucher un point de plus en plus culminant vers l’amitié selon notre Kage étranger, il valait bien la peine de lever son verre pour boire à cela et de fêter la chose.

Face à notre ami qui se voulait de plus en plus joyeux, chose probablement accentuée par l’alcool qui devait commencer à être en quantité assez dense dans son sang et son estomac, le Shinobi de Kumo semblait rester encore assez apaisé malgré l’effet du saké qui devait certainement commencer à peser un peu sur la sensibilité organique de nos deux jeunes gens. Mais dans un élan assez étrange, et suite à une déclaration des plus originales, Kamenchii sembla prit d’un lourd sommeil, avoir prétendu que quelqu’un souhaitait s’adresser au Shinobi de Kiri et s’affaissa d’un coup un seul. S’était-il écroulé sous l’’effet de la boisson ou d’un cruel manque de sommeil ? Visiblement pas, car notre personnage se redressait vivement quelques secondes plus tard, mais présentant un aspect bien étrange et non familier de son corps. L’air bien plus confiant et sombre, ses pupilles brillants d’une couleur écarlate, c’était bel et bien le même homme… mais sans vraiment être le même. Face à cela, le Mizukage avait adopté un air relativement grave, restant sérieux, comme si toute cette bonne entente pouvait se transformer en un véritable champ de bataille. Qui était-il donc, à présent ? Et quel était ce nouveau phénomène qu’il n’avait jusque là jamais observé chez ses compatriotes ou chez d’autres personnages qu’il aurait rencontré au cours de sa vie de Ninja ? C’était finalement un mystère entier et solide comme une muraille qui entourait ce personnage, et bien qu’il aurait souhaité que ce soit le cas, cela ne semblait pas être une blague puisque le corps en soi de l’individu avait subi quelques changements facilement décelables au cours de cette sieste d’une demi-seconde. N’osant pas se moquer du Shinobi, il attendit une réflexion, un petit mot de sa part, et ce fut chose faite qui le laissait certes sur place dans son esprit mais sans réaction apparente sur son visage : une double personnalité !
La chose était vraiment originale, car on avait coutume dans son Pays de l’Eau d’infliger un examen mental et physique à toute personne souhaitant désormais s’engager dans le rang. Sans doute n’en était-il pas ainsi dans les autres Villages, mais il savait qu’avec ce genre d’aspect psychologique, il valait parfois mieux faire bien attention. Sans un mot, il laissait celui qui s’était présenté comme Kichigaino lui expliquer la situation dans laquelle lui et Kamenchii se trouvaient. C’était une chose intéressante et assez surprenante, qui avait mobilisé toute l’attention et l’écoute de notre Kage. Et sans dire un mot, il se laissait entendre les excuses et arguments du nouveau personnage qui lui faisait face. Il se disait directement responsable des erreurs du Déserteur ; une relation bien subite et controversée pour Arane Tashira qui écoutait de nouveau des excuses. Et malgré l’invitation et le désir de rendre sa place à Kamenchii, l’homme aux yeux couleur glace et océan leva une main tout en fermant ses pupilles comme pour exiger une pause qui lui laisse le temps de réfléchir. Relevant un peu la tête, il prit la parole afin de faire bien comprendre un point qui lui tenait tout particulièrement à cœur :


Comprends bien, Kichigaino, que votre situation est très spéciale et que je peux comprendre les écarts vers lesquels nous poussent les sentiments. Il n’y a pas toujours besoin de responsables, si ce n’est les circonstances qui nous entourent. Puisque tu es désolé pour ce qu’a du enduré Kamenchii, tâches dorénavant de lui venir en aide et de le diriger vers le Droit Chemin … pour l’intérêt de tous, et tout particulièrement du vôtre.

Des mots qui pourraient avoir une connotation lourde de sens, mais qui n’en avaient pas vraiment, à la vérité. De son côté, Arane Tashira avait voulu s’assurer que les choses étaient maintenant bien claires et que cet homme à la personnalité bien changeante serait bien au courant de sa pensée et des actions qu’il saurait entreprendre contre lui s’il dérogeait à sa promesse. Baillant bruyamment et soupirant tout en se grattant l’arrière de la tête, il sourit aux dernières suggestions de Kamenchii qui était revenu à lui, et se releva tout en faisant craquer son cou et en arrangeant légèrement son kimono. L’air était frais dehors, il avait pu le sentir suite à une porte ouverte donnée au départ d’un client. Ils n’étaient maintenant plus très nombreux, et bien que notre pervers du quartier aurait souhaité avoir un rendez-vous galant avec la serveuse au si magnifique kimono vert, il n’en fit rien et passa sa main dans ses cheveux, les rendant on ne peut plus bagarreurs et ébouriffés.

L’invitation aurait été avec joie, jeune homme. Mais j’ai envie de prendre l’air, et je vais donc m’accorder une douce promenade à la vue des éclairs qui zèbrent si souvent cette contrée. Ce fut, malgré ce que l’on en dira, un plaisir de te rencontrer, et j’espère ainsi pouvoir compter sur toi à l’avenir.
Mais il va de soi que tu payes la boisson. Ja nee !


Avec un beau sourire qui faisait éloge de toute la sympathie que notre cher et agréable Arane Tashira pouvait témoigner pour cet homme, il fit craquer sa colonne vertébrale dans un râle d’ankylose douloureuse, et fit quelques pas en direction de la porte. Il ne pleuvait pas, et il semblait faire frais dehors ; exactement ce qu’il recherchait. En avant ! La soirée allait être longue, mais assez distrayante, il en était sûr.


Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   Ven 03 Sep 2010, 21:24

Citation :

°¤ Evaluation ¤°

Dans ce magnifique échange, on retrouve les valeurs d'un shinobi et la politique pure et dure d'une vie shinobienne.
Ces RPS sont animés d'intensités, de vérités et d'une tension qui prend part au corps de ce texte. C'est un des meilleurs échanges que j'ai pu lire sur NTS, et j'espère que d'autres lecteurs se sont autant plaisir que moi à la lecture. J'ai hate de voir ce qui va advenir pour Kichi et peut être revoir ces deux hommes face à face .. qui sait Rolling Eyes /

Arrow 12 points chacun
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre embarrassante [Pv Arane]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre embarrassante [Pv Arane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Centre Ville-