AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La petite fille et les loups [Tilika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hydro Inuzuka
Juunin Spé de Konoha
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 27
Village : Konoha
Date d'inscription : 05/07/2008

Fiche Ninja
PV:
570/570  (570/570)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: La petite fille et les loups [Tilika]   Mar 23 Déc 2008, 01:36

"J'veux pas l'savoir !! Paye ou dégage !!"

Retentissant dans tout le centre ville, cette exclamation tonitruante désormais trop connu des voisins du gérant sanguin de "l'Ombre du Nuage", une petite auberge relativement miteuse du centre ville de Kumo, signifiait généralement la sortie en trombe d'un client sans-le-sou pensant à tord trouver un arrangement pour dormir à l'abri gratis. De rares fois la personne en question prenait mal le ton du gérant grassouillet et pensait, à tord encore une fois, graver la marque de ses phalanges sur le visage de l'aubergiste indélicat à défaut de pouvoir rester dormir, donnant au bâtiment la triste réputation de cimetière des clochards.

Vraisemblablement, à en juger par les bruits de pas précipités qui se dirigeaient vers la sortie de l'établissement, le client alors en tord avait choisi la bonne option. Mais tandis que les quelques personnes présentes dans la rue se préparaient à voir s'ouvrir violemment la porte de l'auberge, c'est par là fenêtre grande ouverte qu'on vit s'enfuir un jeune homme âgé de même pas vingt ans, vêtu d'une simple et sobre chemise noir ouverte sur un T-shirt bleu nuit et d'un pantalon de toile noire. Les genoux et les bras repliés, il avait traversé la fenêtre d'un bond impeccable, sans frôler l'encadrure de la fenêtre et ce avec dans le dos un énorme sac de voyage vert. Se réceptionnant sur ses deux pieds nus sans vaciller aucunement, il se releva sans tarder, tout en se retournant, pour une seconde plus tard attraper au vol un jambonneau que l'aubergiste au regard meurtrier lui jetait au visage. Couché derrière des cartons entassés contre la façade du bâtiment, un grand loup noir soupira longuement avant de bailler, de s'étirer et finalement de se lever pour rejoindre l'hurluberlu tout juste sorti qui extirpait alors de son sac un minuscule louveteau blanc, complètement secoué par cette course imprévue. Laissant au petit le temps de se remettre, le trio ne tarda cependant pas à repartir en quête d'un lieu plus hospitalier où passer la nuit, attirant tout les regards. Il était vingt heures passé, et Hydro venait de se faire jeter d'une auberge pour la cinquième fois de la soirée.

Le grand plan d'Hydro, à savoir l'échange "Un jambon contre une nuit", pour lequel il avait chassé dur n'était visiblement pas apprécié à Kumo. Mais persuadé de l'efficacité de ce dernier, Hydro n'avait pas emporté avec lui la moindre piécette, au grand damne du grand animal noir à ses côté, qui, surestimant une fois de trop le système cérébral de son compagnon bipède, n'avait pas pris ses propres économies, préférant les utiliser autrement que pour du tourisme. Il était d'ailleurs farouchement opposé à ce nouveau voyage touristique à Kumo, leur dernier ayant de peu manqué de se terminer dans les geôles du village. Il y avait tout de même eu une amélioration, et bien que comme lors de la visite précédente, Hydro soit parti sans aucune idée de quelle pouvaient être les relations entre Konoha et Kumo, il prit la peine, dans le doute, d'ôter le bandeau de la Feuille qui pendouillait à sa ceinture et de le ranger au fin fond de son sac avec son wakizashi, si bien que lorsqu'on demanda à fouiller cet énorme et donc suspect sac de voyage, on ne plongea pas assez profond parmi les morceaux de viande pour atteindre ces deux objets.

Toujours était-il qu'il était tard, et que les nuages au dessus du village annonçaient tout sauf une joyeuse nuit à la belle étoile. Le trio pressa donc le pas, questionnant de plus belle les passant qui se faisaient de plus en plus rares, d'une part à cause de l'heure tardive, mais également, et surtout, en conséquence de l'intempérie qui se déclencha durant leurs recherches. Mis à la porte trois fois de plus, c'est finalement peu avant vingt trois heures et tout trempés que les trois compères trouvèrent enfin un abri. Contre cinq jambons et la plonge le lendemain matin, certes, les bêtes à la cave, re-certes, mais c'était de loin la meilleure proposition qu'on leur avait faite. Posant ses affaires dans sa chambre, qui avait d'ailleurs plus l'air d'un placard, Hydro se promis de remercier un jour comme il se doit la gentillesse extrême de la tenante de la misérable auberge où il avait trouvé refuge.


Dernière édition par Hydro Inuzuka le Ven 26 Déc 2008, 04:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Ven 26 Déc 2008, 02:57

Un cauchemar parmi tant d'autres; voilà comment l'on aurait pu qualifier le rêve des plus désagréables que Tilika venait de faire. Seulement voilà, pour elle, aucun songe n'était aussi anodin que pour n'importe quelle autre petite fille. Ce qu'elle vivait dans les songes d'autrui, dans lesquels ce don hérité de sa mère la faisait voyager sans trop lui laisser le choix, elle le vivait réellement, du moins, dans un certain sens.

Un trou noir, un silence lourd, pesant, angoissant, et enfin, le réveil. La petite fille se redressa vivement dans son lit, comme essoufflée, les yeux exorbités sous l'angoisse de l'épisode qu'elle venait de vivre. Aucun son ne sortit de sa gorge, muette qu'elle était. Seul son esprit pouvait crier au secours, appeler une aide, un soutien, la main rassurante de quiconque pourrait "entendre" ce message silencieux. Mais elle ne pensa pas plus longtemps à sa propre peur. Vivement, elle releva la couverture de dessus ses genoux, où un agneau se trouvait allongé, tout contre elle. Il gémissait doucement sous la douleur du coup reçu, et c'est avec beaucoup d'inquiétude que l'enfant l'examina sous toutes ses coutures.

*Je n'ai rien, ne t'inquiètes pas. Ce n'est qu'une petite éraflure...*

Eraflure, éraflure, il en avait de bonne, Kiny! Tilika l'examina dans ses moindres détails avant d'accepter de le laisser simplement se reposer. Un soupir de soulagement s'échappa de ses lèvres, et elle sortit de son lit pour jeter un regard au-dehors. La nuit était tombée depuis un moment, déjà. L'infirmière chargée de veiller sur elle n'était pas restée. Un rapide examen de la pièce lui révéla que cette dernière s'était contentée de la veiller jusqu'à ce qu'elle s'endorme, puis l'avait laissée seule avec sa "peluche", pensant sans doute qu'elle dormirait jusqu'au lendemain après tant d'événements traumatisants pour une gosse de son âge. Personne ne veillait sur elle. Personne n'était près d'elle. C'était pourtant de ça qu'elle avait tant besoin.

*Il t'a quand même fait mal. Je le déteste! Je croyais qu'il était gentil... Maintenant, je te protégerai, Kiny! Je ne le laisserai plus nous approcher, je te le promets!!!*

L'agneau sourit. Quoi qu'il arrive à sa si jeune invocatrice, elle ne baissait presque jamais les bras, fonçait, montrait ses petits poings et avançait droit devant, sans jamais reculer. Qu'on la pousse à terre, et en plus de se redresser, elle montrait qu'elle ne se laisserait pas faire par la vie, si dure et injuste se montrerait-elle! Il était fier d'être lié à cette petite fille si courageuse et forte. Mais parfois, la témérité de l'enfant l'effrayait quelque peu... En l'occurrence, Tilika semblait bien décidée à tenir tête à ce Seridan. Or, dans l'état actuel des choses, elle risquait gros, et lui, bien peu, tout chuunin et déjà presque adulte qu'il était. Tilika, elle, n'était encore qu'une enfant, muette, incapable de se battre, ni même de simplement se défendre. Elle agissait, pensait comme une enfant de son âge, même si souvent, la vie la forçait à se montrer plus mature que la majorité des enfants de son âge.

*Tu devrais l'éviter. Il est dangereux, et toi, pas encore en état de lui tenir tête. Tu lui feras manger les pâquerettes par la racine plus tard, d'accord? Promets-moi de ne pas prendre de risques inutiles, Tilika!*

Elle hésita, une moue boudeuse aux lèvres, puis, finit par céder, soupirant et répondant à son ami par un simple hochement de tête, tout en entrouvrant la porte de sa chambre, tout doucement, silencieusement. Il n'y avait personne dans les couloirs, à cette heure, excepté une vieille infirmière, presque trop dodue pour passer les portes, qui semblait absorbée par quelque chose, derrière la baie vitrée qui séparait son bureau du couloir.

*Que fais-tu? Tu devrais revenir te coucher.*

*Je n'ai pas envie. Repose-toi, toi. Je sors un peu. T'inquiètes pas, je vais revenir, et je prendrai pas de risques, promis!*

Avant même de lui laisser le temps de lui répondre, elle avait refermé la porte derrière elle et avait filé, chipie qu'elle était. Kiny ne pouvait que prier pour qu'elle ne s'attire pas d'ennui, tandis que l'enfant passait sans être vue devant le bureau de l'infirmière de garde, assez petite pour ne même pas devoir se baisser. Sa chambre se situant au rez-de-chaussée, elle n'eut pas trop de mal à trouver la sortie du bâtiment, et malgré le froid et la pluie, elle sortit, bien décidée à braver ces intempéries. Après tout, face à celles vécues ces dernières 48 heures, pour elle, qu'était-ce donc qu'un peu d'eau et de vent offerts si généreusement par le ciel? Armée de son courage, d'une chemise trop grande pour elle en guise de vêtement et de chaussons aussi trop grands pour seules armes face au temps, la petite fille haute comme trois pommes s'enfonça dans le village endormi, cherchant après ce qui ressemblait le plus à un palais, ou quelque chose dans ce goût-là. Cette "Madame Rakaïge" semblait être la dirigeante de ce village; elle devait bien habiter dans un endroit imposant et bien gardé, après tout, non? Et le but de Tilika en cet instant était avant tout de chercher ce palais et de noter son emplacement dans sa mémoire, après quoi elle rentrerait sagement à l'hôpital, comme promis à Kiny. A cette heure, de toutes façons, toutes les lumières ou presque étaient déjà éteintes; elle ne pourrait parler à cette dame que demain.

*Ah, tiens, y a encore des gens qui dorment pas...*

Quelques rares lumières illuminaient encore la grande salle d'une auberge, ou la chambre d'une personne avide de lectures, voire encore le bureau d'un étudiant révisant ses cours théoriques pour un éventuel contrôle surprise, le lendemain, à l'académie... Et parmi ces lumières, celle d'un jeune touriste venait de s'éteindre non loin de là, permettant à ce dernier d'apercevoir, dans la rue sombre et trempée de cette pluie incessante en ce pays de foudre, l'ombre d'une petite fille qui semblait perdue, ou en tous cas, à la recherche de quelque chose...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Hydro Inuzuka
Juunin Spé de Konoha
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 27
Village : Konoha
Date d'inscription : 05/07/2008

Fiche Ninja
PV:
570/570  (570/570)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Dim 28 Déc 2008, 04:10

Décidément, il faisait pas bon d'être dehors à Kumo en cette horrible soirée pluvieuse. Le regard vide et quelque peu amer de se retrouver à plus de cinq mètres de ses compagnons à quatre pattes, Hydro, accoudé à la fenêtre de sa chambre placard, laissait vagabonder son esprit dans le paysage qui s'offrait à ses yeux, ne prêtant pas la moindre attention à sa bougie mourante. Les lumières de la ville s'éteignaient, les unes après les autres, la sienne également, laissant l'obscurité s'étendre pour, associée à la pluie torrentielle qui tombait toujours, plonger le village dans une atmosphère sombre, triste, froide... atmosphère qui n'était pas pour plaire au jeune juunin. Car Hydro n'aimait pas la pluie... même si, depuis le temps, il ne savait plus exactement pourquoi. Cependant, il se surprenait souvent lors de moments semblables à la regarder longuement tomber, sans raison apparente, sans véritablement penser à quoi que ce soit. Il aurait pu passer toute la nuit ainsi, à laisser la pluie envahir son esprit et fouetter son visage, si une petite boule de poils blanche n'avait pas surgit de sous la fenêtre pour se faufiler sous le bras d' Hydro et rentrer dans la pièce.

Le petit Heis n'avait pas le droit d'être dans la chambre, et il le savait. C'est pourquoi il couru à toutes pattes se cacher sous le lit, espérant ne pas avoir sortit l'humain de sa transe, tout en y croyant pas trop. Il faisait froid à la cave, et le louveteau préférait de loin le confort du sac de voyage, qui berçait habituellement son sommeil de l'agréable parfum de la viande qui y était conservée. Malheureusement pour lui, Hydro avait réagi à son arrivée. Soupirant tout en souriant, il se détacha de la fenêtre pour plonger sa main sous le refuge de la petite bête et l'en ressortir deux secondes plus tard, sa poigne refermée sur la cible convoitée. Ne prenant même pas la peine de subir les vains efforts d'apitoiement de l'animal, qui prenait alors son plus beau regard de chien battu, le juunin alla reposer la bestiole sur le rebord de la fenêtre, lui laissant le soin de redescendre. S'asseyant sur son lit du côté opposé à la fenêtre, il sortit ensuite de son sac une grande serviette de toilette et entama de se sécher le bras et le visage.

Mais il en fallait plus pour décourager Heis, qui tenta à nouveau de s'infiltrer dans la pièce, avançant le plus silencieusement possible vers l'intérieur de la chambre. Il savait pertinemment que Hydro le repérerait à l'odeur, mais sa ténacité et la fragrance envoutante émanant du sac l'emportaient sur la raison. Sentant effectivement que le louveteau ne se dirigeait pas dans le bon sens, le ninja leva les yeux au ciel et se retourna d'un geste vif, le bras tendu, pour montrer à l'animal la direction à prendre. Malheureusement, il avait surestimé la taille de la chambre, et sa main frappa de plein fouet la pauvre petite créature. S'envolant majestueusement à travers la fenêtre, Heis s'offrit un long et magnifique vol plané pour s'écraser à cinq mètres à peu près d'une petite fille de cinq ans, roulé-boulant ensuite sur plusieurs mètres pour terminer sa course dans l'espace sombre séparant les deux maison d'en face. Seul, immobile, le bras tendu, Hydro fixait la fenêtre ouverte où aurait du se trouver un petit louveteau blanc.

Une seconde passa, et le juunin ne bougea pas un cil, réévaluant mentalement la situation. Une autre seconde s'écoula, et Hydro du se rendre à l'évidence : il venait de d'envoyer planer Heis avec un coup pouvant assommer un homme normalement constitué. Cependant, il fallu attendre trois secondes au total pour qu'enfin les trois neurones du dangereux bonhomme se décident à entamer une réaction.


"HEIS !!"

La main gauche accroché à sa serviette, Hydro termina de se retourner avant de plonger littéralement par le même chemin qu'avait pris le louveteau. Chutant tête la première de deux étages, il se réceptionna de son seul bras droit pour d'un geste de ce dernier se propulser de manière à, suivant une magnifique pirouette, se rétablir sur ses deux jambes. Ne parvenant pas à se fier à son odorat à cause de la pluie et l'excitation, il balaya la rue d'un coup d'œil et aperçu une fillette aux vêtements bien trop grands pour elle. Lui lançant un regard inquiet et très légèrement affolé, le juunin s'adressa à elle sans tarder, ne prenant pas la peine de s'étonner de la présence d'une gamine de cinq ans en pleine rue, au beau milieu de la nuit et par un temps pareil.

"Eh petite, t'as pas vu Heis ??"
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Lun 29 Déc 2008, 02:24

La rue semblait tellement sombre que même une lanterne n'aurait pu percer cette obscurité, et la pluie battante qui ne cessait de tomber n'arrangeait rien à l'affaire. Pourtant, Tilika avançait, cherchant après ce fichu palais de la "Rakaïge", comme elle le "disait", n'ayant pas bien compris le terme de Raikage. Les intempéries et la nuit tombée depuis longtemps ne semblait pas l'effrayer malgré son jeune âge, et quand cette boule blanche non identifiée avait déboulé devant elle à toute allure, elle n'avait qu'à peine cillé. A dire vrai, la surprise l'avait clouée sur place davantage que la peur, et d'ailleurs, quand Hydro déboula à son tour face à elle pour lui demander si elle avait vu un dénommé Heis, elle mit un moment avant de réagir, secouant alors négativement la tête, doucement, de gauche à droite. Heis était un nom totalement inconnu pour elle, et elle ne pouvait savoir qu'il s'agissait de cette chose qu'elle avait à peine eu le temps de voir passer.

*Qui c'est, lui? Et son Heis, qui est-ce? Et ce truc qui est passé devant moi...? C'était son Heis, peut-être?*

Perplexe, elle prit alors la main du shinobi, doucement, et l'attira dans la direction dans laquelle elle avait vu disparaître, disons, "l'objet volant non identifié"... Atteignant l'entrée de la ruelle, encore plus sombre que les autres, dans laquelle avait atterrit le pauvre louveteau, la petite fille lâcha la main d'Hydro et s'avança vers le petit animal, inquiète en reconnaissant la forme étalée à ses pieds. Le pauvre petit, sonné, semblait bien mal en point, et dans un réflexe presque maternel et inné, l'enfant ramassa le louveteau dans ses bras, le mettant à l'abri de la pluie sous la chemise trop grande qu'elle portait, l'ayant préalablement entrouverte.

Tilika se retourna ensuite vers Hydro. Elle ne pouvait lui parler, du moins, pas oralement, mais son regard s'exprimait pour elle. Et un garçon aussi proche des bêtes que devait l'être ce jeune maître des loups devait pouvoir comprendre ce qu'exprimait son regard.

*Il faut l'enmener quelque part où il fait chaud et sec, et le soigner, le pauvre!*

Les questions qui se bousculaient dans l'esprit de l'enfant se poseraient plus tard. Pour l'heure, il n'était pas question de demander à ce jeune homme qui il était, ni qui était cette boule de poils blancs que la petite fille prenait sans doute pour un chiot davantage que pour un louveteau. Il fallait surtout s'occuper de la créature sonnée et qui savait, peut-être même blessée. Tilika ne les connaissait pas, ni l'un, ni l'autre, mais pour elle, l'évidence était là. Hydro pouvait tout aussi bien être un ennemi, elle ne s'en souciait pas le moins du monde, portant presque précieusement le louveteau contre son cœur, à l'abri de sa chemise. Mais sous cette pluie incessante, son corps et ses vêtements ne feraient pas longtemps office de protection valable...

Son regard sombre toujours plongé dans celui d'Hydro, Tilika attendait sa réponse. Il devait bien avoir un endroit où mettre au chaud et en sécurité son Heis. Car au vu de la façon dont le jeune homme regardait le "chiot", il s'agissait sûrement du Heis qu'il cherchait un instant plus tôt. Et à première vue, Hydro se souciait aussi peu du fait que la présence d'une mioche seule et haute comme trois pommes en ce lieu, en cette heure et dans cette tenue que la mioche elle-même. La question essentielle pour les deux individus semblait se résumer à l'état du petit animal...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Hydro Inuzuka
Juunin Spé de Konoha
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 27
Village : Konoha
Date d'inscription : 05/07/2008

Fiche Ninja
PV:
570/570  (570/570)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Mer 31 Déc 2008, 05:17

La première réponse de la fillette eut un effet marquant sur l'état d'affolement du juunin. Ainsi, cette petite fille, parfaitement située pour avoir vu passer le louveteau volant, n'avait rien aperçu. Hydro avait-il frappé assez fort pour envoyer Heis par dessus les bâtiments voisins ?? Ou bien s'était-il échoué sur les toits ?? Ou encore avait-il été pris en vol par un charognard affamé ?? Ou alors... Rien, la petite main fraiche de la gamine venait de se refermer sur la sienne, le sortant de son délire. Ne sachant dans tout les cas pas où aller, il se laissa entraîner par la môme qui se dirigeait d'un pas relativement sûr vers une petite ruelle près d'eux. Une poignée de seconde plus tard, ils tombaient sur le petit Heis, inconscient et visiblement mal en point. D'un rapide coup d'œil, Hydro su que le petit allait s'en tirer avec une patte bien abîmée, peut-être cassée, mais il n'eut gère le temps de l'examiner plus, car la fillette à ses côtés saisissait alors l'animal pour le mettre à l'abri sous sa chemise étrange, qui se mit à rougir légèrement du sang du louveteau, méchamment écorché par endroits. Habituellement, Hydro supportait mal qu'on touche à son petit protégé, mais dans le cas présent, il se dit que le petit serait plus en sécurité dans les bras d'un enfant attentionné, fusse-t-il parfaitement inconnu, que dans ses grosses mains indélicates.

Avoir trouvé Heis venait de faire lourdement tomber la tension qui touchait Hydro. Cependant, ce dernier était loin d'être décontracté, et ne pourrait l'être que lorsque Heis serait complètement remis. Pour l'heure, il fallait se mettre à l'abri, la rue n'étant pas le lieu idéal des premiers soins, surtout la nuit et sous un déluge comme celui qui tombait alors. Ouvrant à peine la bouche pour s'exprimer, il tomba sur deux grands yeux violets étonnamment expressifs qui semblaient à peu de choses près exprimer les pensées du juunin. Il avait l'habitude d'utiliser avec ses deux compagnons le langage du regard, mais bien qu'elle fut humaine, lire dans les yeux de cette petite fille ne lui posait pas plus de problème que pour n'importe quel animal. Ayant l'habitude de discerner des émotions, des sentiments, il pouvait là presque déchiffrer des mots. Ne gâchant pas son temps en paroles inutiles, il indiqua alors d'un geste l'auberge qu'il venait de quitter et une espèce de préau qui abritait la façade de l'entrée.


"Va te mettre la-dessous, je vais vite chercher de quoi m'en occuper. On ira au chaud juste après."


En effet, toutes les affaires qu'il pouvait utiliser pour aider quelque peu au rétablissement de la bestiole amochée se trouvaient dans l'énorme sac de voyage du touriste amateur, sac qui trônait alors au milieu de la seule pièce de la rue à la fenêtre ouverte.

Ses confrontations avec des enfants étant plutôt rares, Hydro ne savait pas vraiment comment réagir avec eux, et voulait autant que possible éviter d'avoir à porter la gamine jusqu'à sa chambre. Personnellement, il aurait détesté ça. Refusant également de réveiller ou tout du moins de déranger la femme qui lui avait si généreusement ouvert ses portes en frappant à ces dernière, il ne restait plus que la cave où aller se réfugier. La présence de Sin là-bas n'était pas non plus pour déplaire au shinobi et avait quelque peu influencé son raisonnement. Toujours est-il qu'il s'élança vers la façade de l'auberge, au pied de laquelle il bondit s'accrocher à sa fenêtre, pour d'un mouvement athlétique s'engouffrer dans sa chambre, bien plus fraiche et humide que lorsqu'il en était sortit. Il aurait bien indiqué la direction de la cave à la jeune protectrice de louveteau, mais il ne la connaissait pas lui même, l'aubergiste ayant elle-même amené les deux bêtes à leurs appartements, tandis que l'humain du trio montait à son placard. La petite fille se retrouvait ainsi seule, pour quelques secondes ou minutes tout au plus, avec un Heis dans les vapes contre la poitrine, pouvant presque sentir sur elle le regard perçant ou presque d'un grand loup d'un bon mètre vingt au garôt, tout juste réveillé, au pelage plus foncé que la nuit qui l'entourait, s'avançant silencieusement à travers l'obscurité dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Jeu 01 Jan 2009, 16:27

Tout autre enfant aurait probablement paniqué dans de telles circonstances, mais pas Tilika. Du moins, jusqu'à présent, elle réagissait simplement avec instinct et logique. Qui que soient ces individus, l'humain ne semblait pas lui vouloir de mal, paraissant au contraire se fiche pas mal d'elle, tandis que le petit animal, blessé, avait besoin de soins au plus vite, bien inoffensif qu'il était, surtout dans son état actuel. Tilika ne voyait donc aucune raison d'avoir peur. Le fait même qu'elle se promène en pleine nuit, dans ce village inconnu et nouveau pour elle, sous cette pluie battante, et seule, démontrait soit d'un grand courage, soit d'une totale inconscience de sa part.

*Ne t'inquiète pas. Ton ami va revenir et prendre soin de toi, petit chien.*

Un chiot, voilà ce que l'enfant voyait en cette boule de poil qu'elle tenait avec précaution dans ses petits bras. Difficile, aussi, d'imaginer quelque cette petite créature blessée, toute mignonne et si fragile put être un loup. Dans l'esprit de Tilika, sans doute qu'il fallait une bien plus grosse carrure, un poil sombre, de grands yeux jaunes perçants et des crocs respectables pour passer pour un loup. Mais pendant qu'elle tentait de réchauffer Heis de son corps, le gardant toujours précieusement contre sa poitrine, après s'être abritée sous le préau de l'auberge, un autre animal avait fait son entrée en scène, sans qu'elle ne le remarque, silencieux et sombre comme la nuit qu'il était...

Si Kiny était là, il aurait ressenti jusqu'au fon de son âme elle-même la présence de cette créature inquiétante, tout agneau qu'il était. Cependant, si Tilika n'avait guère repéré le loup qui s'approchait d'elle, c'était surtout parce que la petite fille ne prêtait plus aucune attention à ce qui l'entourait. Seul l'état du petit être qu'elle protégeait de son mieux, tout contre son cœur, lui importait.

*Courage, faut tenir bon. Tu... n'as rien de grave, j'espère... Tiens bon, d'accord???*

Toujours ce même langage des yeux. Sous cette pluie torrentielle, de nuit, quel autre moyen de communiquer possédait-elle, sinon celui des gestes et du regard? Et puis, tout animal sur Terre se montre bien plus réceptif à ce langage qu'à celui des mots utilisé par ces mammifères se pensant supérieurs aux autres, à savoir les humains. Tilika, muette de naissance, avait depuis longtemps déjà dépassé ce stade de communication. N'ayant pas toujours de quoi écrire sous la main, et les gestes ne pouvant pas tout mimer quand il s'agissait d'expliquer ce qu'elle voulait exprimer, seul lui restait le langage des yeux. Et dans ce monde superficiel où même les mots les plus clairs semblaient parfois difficiles à se voir comprendre par ses interlocuteurs, Tilika savait que d'un seul regard, elle pouvait exprimer bien davantage que par nombre de mots futiles, surtout si son interlocuteur n'était pas humain, mais animal. Les bêtes, elles, comprennent l'essentiel bien avant les hommes, et sans avoir besoin de mots, eux. D'ailleurs, même sans regard, leur perception des choses était à nulle autre égale, et l'enfant savait que même s'il n'était pas en état d'entendre ou de voir quoi que ce soit, Heis pouvait, fut-ce dans sa plus profonde inconscience, sentir qu'il n'était pas en danger, sentir que quelqu'un veillait sur lui et allait s'occuper de son bien-être.

Et pendant ce temps, Hydro fouillait son placard à la recherche de quoi soigner son jeune ami, et d'autre part, son autre compagnon avançait vers la petite fille, qui ressentit soudain comme un frisson, sans trop savoir pourquoi exactement. Relevant les yeux vers l'obscurité qui l'entourait, son regard croisa celui du loup. Pas de cri, pas de geste, rien. Juste deux paires d'yeux, plongées l'une dans l'autre, sans crainte ni agressivité aucune, du moins de la part de l'enfant. Tilika cherchait juste à comprendre qui elle avait en face d'elle, et ce qu'il lui voulait, lui ouvrant son âme et ses intentions sans crainte au travers du violet sombre de ses grands yeux d'enfant, encore pure et tellement innocente qu'elle était, encore incapable de voir le mal ou le danger sans d'abord avoir analysé et cherché à comprendre. Elle faisait partie de ces trop rares personnes préférant communiquer, comprendre, dialoguer avant de juger, de se méfier, d'avoir peur ou d'attaquer. A quoi bon se défendre sans même savoir si l'être qu'on a en face de soi nous veut du mal ou pas?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Hydro Inuzuka
Juunin Spé de Konoha
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 27
Village : Konoha
Date d'inscription : 05/07/2008

Fiche Ninja
PV:
570/570  (570/570)
PC:
165/165  (165/165)

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Jeu 01 Jan 2009, 22:26

Le couvre chef de l'hokage sur la tête, assis devant une carte stratégique sur un piton rocheux surplombant un champ de bataille titanesque où s'affrontaient deux camps de ninjas aux pouvoirs impressionnants, Sin évaluait calmement l'avancée du combat, plaçant et déplaçant de temps en temps un ou plusieurs pions sur la carte étalée à ses pieds, affectant comme par magie ses troupes qui bougeaient en conséquence. La situation semblait à son avantage et tout se déroulait comme il le prévoyait. Malheureusement, arrivèrent à ses oreilles trop sensibles l'exclamation affolée de l'un de ses deux compagnon de route, qui venait d'envoyer voler le second au loin. Sorti de ce rêve agréable par la voix tonitruante de Hydro, Sin se leva donc à regret, balayant la pièce où il se trouvait de son regard embrumé. Heis, qui devait en toute logique se trouver avec lui dans la cave ne s'y trouvait vraisemblablement pas.

*Mais qu'est-ce qu'ils foutent encore ??*


Le grand loup noir avait l'habitude que Hydro et Heis s'attirent des emmerdes, mais la nuit était censé être un moment tranquille où les deux affreux roupillaient sereinement. Exprimant son désagrément par un grognement presque inaudible, le grand animal s'approcha de la porte de la cave, dont il fit se rabattre l'un des volets d'un violent coup de tête. L'entrée à son dortoir étant à peu de chose près horizontale, il eut le plaisir intense de se faire rafraichir par le déluge du dehors. Grognant de plus belle, il sortit, refermant le volet derrière lui d'un coup de patte. Il lui fallait maintenant rejoindre les fauteurs de trouble et apprendre la raison pour laquelle Hydro gueulait le nom d'Heis en pleine nuit. Longeant le mur du bâtiment pour rejoindre la façade de l'entrée, il tomba non pas sur Hydro, mais sur une toute petit fille trempée tenant contre elle ce qui semblait ni plus ni moins être Heis. Il ne lui fallu alors pas longtemps pour deviner que son compagnon était blessé à la très légère odeur de sang qui s'en dégageait et à son manque de réaction.

*Allons bon... et où est passé l'autre abruti ??*

Gardant son sang froid, il continua de se rapprocher doucement vers la gamine, ne comprenant pas trop pourquoi c'était elle et pas Hydro qui tenait le louveteau dans ses bras, lorsque la-dite gamine releva les yeux dans sa direction. La logique aurait voulu qu'un cri strident retentisse alors, résultat de l'effroi que pouvait inspirer l'imposante bête à un enfant de cinq ans seul dans la nuit, mais la réaction de la petite fut tout autre. Ses grands yeux violets allèrent se plonger au fin fond de ceux du loup, qui stoppa net son mouvement, surpris. Parvenant sans problème à déchiffrer l'absence d'agressivité dans le regard de la petite, Sin afficha un léger rictus, presque imperceptible. A son âge, Hydro aurait déjà pris la fuite et mouillé son pantalon, mais cette humaine minuscule, elle, préférait attendre là, développant un dialogue muet, avançant son regard vers les deux yeux orangés de la bête plutôt que de s'en détourner pour détaler. Toujours est-il que c'était à lui de maintenant rassurer la gamine quant à ses intentions.

*T'inquiète petite, je vais pas te manger*


Un message clair et loin d'être difficile à comprendre, même pour un humain. Mais si Sin était persuadé que son interlocutrice ne voulait aucun mal à Heis, il se demandait néanmoins pour quelle raison cette petite humaine se trouvait dehors par ce temps et cette heure. Le loup était loin d'être aussi insouciant et irréfléchi que l'humain qui l'accompagnait et savait pertinemment que la fillette ne se trouvait pas à sa place. Il n'eut néanmoins pas le temps de se pencher plus sur la question, un énorme sac vert venant s'écraser juste à sa droite. Relevant immédiatement la tête, il aperçu Hydro qui coinçait habilement de l'extérieur la fenêtre de sa chambre avec un os de poulet, ses deux pieds adhérants à la paroi du bâtiment. Deux secondes plus tard, il se laissait tomber près de l'animal, vers lequel il se tourna immédiatement.


"Sin !! Tu tombes à pic, faut aller à la cave en vitesse pour soigner Heis."


La première chose que le loup eut alors envie de faire fut bien sur d'interroger Hydro sur ce qui s'était passé, mais il était patient et savait bien, malgré qu'il n'ait pu évaluer l'état du louveteau, qu'il était plus urgent de veiller à la santé du petit que de papoter inutilement. De plus, au fond de lui, il devinait que la raison de tout cela relevait plus d'un accident stupide lié à l'attitude déraisonné de l'un ou de l'autre que d'un fait dont il fallait réellement se préoccuper. Se retournant, Sin se dirigea donc vers la cave dont il venait de sortir, tandis que Hydro mettait sur son épaule son grand sac de voyage. Amenant le groupe à destination, le loup ouvrit une fois de plus la porte de sa chambre d'un coup de patte, faisant d'un mouvement de la tête signe aux humains de descendre dans ce qui était une belle réserve de vin, et où, à défaut de faire chaud, il faisait bien meilleur qu'à l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 18
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Dim 04 Jan 2009, 01:41

Sin, voilà quel était son nom, à ce gros loup noir qui venait de toiser Tilika, la gamine lui rendant bien son regard. S'il avait voulu l'attaquer, il aurait pu le faire, aussi l'enfant fut-elle vite rassurée quant à ses intentions. Les deux animaux étaient donc les compagnons de l'humain. D'abord figée dans le doute d'un éventuel danger, la petite fille avait ensuite souri timidement au loup, comme pour lui dire qu'elle avait compris qu'il ne lui voulait pas de mal, et qu'il n'avait rien à craindre non plus de vilain de sa part à elle.

*Si Kiny était venu avec, il aurait sûrement eu très peur...*

L'idée l'amusa malgré elle. La situation avait beau être des plus angoissantes - du moins l'aurait-elle été pour tout autre mioche que Tilika - la petite fille trouvait encore matière à sourire. Sa petite invocation, son compagnon de tous les jours n'était autre que l'animal craignant sans doute le plus au monde la gente lupine: un mouton. D'ailleurs, si le dénommé Sin s'était retrouvé face à Kiny, comment aurait-il réagi, lui aussi? Tilika n'eut pas longtemps le temps de se poser la question, invitée à entrer dans cette espèce de cave à vins dans laquelle le jeune homme semblait vouloir soigner son petit compagnon.

*Pourquoi il ne l'enmène pas dans sa chambre, en haut? Y a même pas de lumière, ici, il n'y verra rien pour le soigner...*

Bah, sans doute avait-il quelque lampe ou autre moyen de s'éclairer assez que pour soigner convenablement le petit Heis, du moins Tilika l'espérait-elle. Le portant toujours avec précaution dans ses petits bras d'enfant, elle entra donc dans le sous-sol à la suite du garçon dont elle ignorait toujours le nom, et de Sin. Son jeune âge et sa naïveté faisaient d'elle une proie facile, surtout en pleine nuit, en pleine rue, seule, sans compter le mauvais temps qui faisait rage, comme trop souvent en ce pays d'intempéries continuelles, et pourtant, elle était là, ne paniquant pas malgré la situation, sans un mot, rien. Hydro ne se souciait apparemment pas de ce genre de "détails", amis son ami à quatre pattes, bien... Sin avait déjà compris que la situation de la mioche n'était pas normale, et sans doute son sixième sens animal l'avait-il déjà prévenu que l'enfant ne dirait pas un mot, qu'elle ne le pouvait pas. Son ami à deux pattes, moins futé et attentif, semblait ne même pas avoir remarqué que Tilika était muette. Rencontrer l'enfant dans pareilles circonstances ne l'avait pas fait tilter, ni le manque de terreur de la petite face à son loup, alors qu'il devait probablement en faire pisser plus d'un dans sa culotte, de mioche, quand il en croisait...

Mais qu'importait? Pour l'heure, le seul souci de Tilika consistait à protéger la petite boule de poils blancs déjà trop tachés de rouge à son goût. Une fois qu'Hydro aurait allumé une quelconque lumière dans cette pièce obscure, et serait prêt à prodiguer à Heis les soins dont il avait besoin, elle le lui remettrait, sagement, doucement, avec précaution, pour ne pas le blesser davantage, oubliant un instant la maladresse habituelle des enfants de son âge, ou ne souffrant peut-être pas de cette dernière, particulière comme elle semblait l'être, cette petite fille perdue dans la nuit...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   Jeu 09 Sep 2010, 23:41

Citation :


°¤ Evaluation ¤°

Tilika : 7 points
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La petite fille et les loups [Tilika]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La petite fille et les loups [Tilika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Centre Ville-