AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Ven 05 Déc 2008, 01:37

¤







En route vers le Bureau du vieux Ridcull, homme étrange, surement taciturne et stupide, trop sénile pour faire autre chose qu'être cloitré dans un bureau, Orochimaru se laissa tenter par une visite de Kumo.

Observer un pays était le meilleur moyen de déterminer comment l'attaquer, ou que tirer de lui, quoi imiter, voir ce qu'il fallait améliorer... Avec Kumo, la leçon architecturale était belle : en dépit de la violence du climat qui regnait dans le pays de la foudre, des paratonnerre de fort bonne qualité évitaient au village d'être la proie de violents orages déstructeurs. Observant avec lassitude la grande tige qui permettait de faire office de protection, Orochimaru restait un instant songeur sur ce que ce type de technique pouvaient lui apporter... Probablement pourrait t'il utiliser le même principe grâce à la lame Kusanagi et aux serpents qu'il sait produire ?

Une idée naquit, idée de création de technique, que Sasuke allait permettre de développer grâce à sa maitrise de la foudre. Si Orochimaru parvenait à contrer les pouvoirs du Raiton, alors il serait en mesure de faire face à ses plus grands utilisateurs... Parmi eux, un ninja restait inscrit dans les souvenirs sombres du sanin, en tant qu'Empereur incontesté de la foudre. Celui ci eut infligé dans la jeunesse du serpent une défaite cuisante mémorable, et ce vieil homme habitait apparemment toujours à Kumo, et avait même donné naissance à un fils prometteur... Les Pommes ne tombent pas loin de l'arbre, disait t'on, et les fils ont souvent les attraits de leurs aïeux... Ici, il était question d'une maitrise surprenante et... Oh ?

Le regard du serpent s'affina à mesure qu'il regardait une jeune fille trainasser autour de lui, comme une mouce perturbante. Que lui voulait t-elle ? Allait t-elle lui parler ? Le serpent n'en savait rien, et il n'avait pas encore eut le temps d'employer le Shousagan pour changer de visage et d'apparence... Peut être que la vue d'un serpent allait effrayer la jeune fille, peu importe ce qu'elle allait bien vouloir.

Le soleil brillait parfois, mais l'amas de nuages orageux ne faisait que trop de poids devant les rayons lassants du soleil, comme trop épuisés de trop éclairer. La foudre venait de temps en temps s'abattre, comme le battement d'un métronome rythmé. Ils tonnaient comme le temps qui défilait, sans jamais laisser place au paisible ciel bleu qui pourtant luttait pour paraitre... Peut être que la timide jeune fille allait faire office de rayon pour la vieille peau du serpent songeur...



¤
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 19
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Ven 05 Déc 2008, 12:54

La visite guidée de l'académie ninja fut finalement plus courte que prévue, et de retour à l'hôpital, Tilika s'était faite grondée de tant d'imprudence. Une enfant seule, de cinq ans, haute comme trois pommes, et étrangère au village n'avait pas spécialement le droit de se promener ainsi où elle le voulait, sans prévenir qui plus est! Mais l'enfant avait écouté le sermon sans broncher, et sans répondre. Les questions avaient pourtant fusé, mais Tilika n'avait tout simplement pas eu envie de répondre à la moindre d'entre elles. Où elle était allée? Visiter le village et l'académie. Avait-elle croisé des gens, parlé à certains? Oui. Elle s'était fait un nouvel ami en la personne du jeune Nage Anaki. Elle avait également croisé Sarian Seridan, pour la énième fois depuis la veille. Décidément, elle le trouvait sur son chemin partout, lui...

Jusqu'à la veille au soir, elle le prenait pour un ami, lui aussi... Mais après ce rêve en commun avec le genin, et cette rencontre avec lui cette après-midi, Tilika n'avait qu'une envie: le fuir, et devenir assez forte pour se défendre contre lui! Quel genre d'homme était-il donc pour s'en prendre ainsi à une gamine aussi jeune et faible qu'elle, fut-ce en rêve? Bien sûr, à la base, Seridan ignorait que la Tilika qu'il attaquait dans son rêve était plus réelle qu'un simple reflet de son imagination. Il ne pouvait savoir que ce qu'il lui ferait dans ce songe pourrait l'affecter réellement. Mais elle s'était trahie cette après-midi, et à présent, il exigeait de la revoir. Seulement voilà, elle n'avait aucune envie de le revoir, elle! Qu'il dévoile son secret à d'autres? L'idée paniquait l'enfant, mais sa raison et sa logique rattrapèrent rapidement ses craintes; qui donc le croirait? Quelles preuves aurait-il pour prouver ses dires, s'il annonçait à qui que ce soit que l'orpheline étrangère pouvait pénétrer les songes d'autrui? Sans doute aucune. Et d'après ce qu'avait observé Tilika, Seridan n'était pas fort aimé dans son village. Personne ne le croirait, sans doute.

Après le sermon, les infirmières et autre personnel médical chargé de veiller sur elle en attendant une quelconque décision de la Raikage quant à qui devrait la prendre sous sa tutelle, Tilika se vit servir un repas bienvenu. On l'avait ensuite invitée à faire une sieste, pensant qu'elle aurait besoin de sommeil après tant d'événements traumatisants en si peu de temps. Mais Tilika n'avait pas sommeil, et bien d'autres projets, à présent qu'elle était "libre", que celui de se reposer.

* Je dois m'entraîner, devenir grande et forte le plus vite possible, sinon je ne pourrai pas me défendre face à monsieur Sarian. Et puis, je veux aller à Kiri et retrouver mon papa, s'il est vivant. Et sinon... *

Et sinon quoi? Elle n'en savait encore rien. Ces buts lui suffisaient pour l'instant. Aussi forte, endurante et courageuse fut-elle, du haut de ses cinq ans, Tilika restait une enfant, et très jeune, encore. Son esprit focalisé sur ces deux objectifs suffisait à lui faire mettre de côté sa peine, sa douleur et sa détresse d'avoir tout perdu en si peu de temps, ainsi que ses craintes face à ce monde trop vaste et fourbe pour elle. Seridan n'était sans doute qu'une première épreuve parmi bien d'autres. Déterminée, la petite fille avait simulé une sieste pour ensuite fuguer à nouveau de l'hôpital, bien décidée à ne pas se reposer sur ses lauriers. Après une visite rapide du village, l'enfant s'en était écartée, se dirigeant vers cette zone étrange où trônaient d'impressionnants paratonnerres. Ainsi, voilà donc ce qui protégeait le village des éclairs qui semblaient ne jamais vouloir cesser d'attaquer ce pays?

* C'est grand... *

S'approchant de l'un d'entre eux, la petite fille l'observa sous toutes ses coutures, intriguée. Elle n'avait pas remarqué la présence du serpent. Elle se croyait seule, après un rapide coup d'œil aux alentours. Silencieuse, elle se déplaçait de pylône en pylône, les observant, curieuse. Mais ce petit manège ne dura pas longtemps; observer, c'était important, mais pour l'heure, elle avait mieux à faire. Entre autre, se décider à accepter ou non l'ultimatum lancé par Seridan. Devait-elle se rendre chez lui, ou pas? Prenant le bout de papier sur lequel il avait inscrit son adresse, dans sa poche, l'enfant hésita, puis, fronçant les sourcils, déchira le morceau de papier, en tout petits morceaux, qu'elle lança ensuite en l'air, faisant virevolter une myriade de confettis blancs dans le vent qui balayait ce lieu.

* J'ai pas envie de le revoir! Qu'il dise ce qu'il veut, on le croira même pas!!! *

Une moue boudeuse aux lèvres et ses fins sourcils toujours froncés, elle s'assit sur un bout d'herbe, au pied d'un pylône, appuyant son dos contre ce dernier, tandis qu'elle entourait de ses bras ses jambes repliées contre elle, et posait son menton sur ses genoux. Pensive, elle resta un moment ainsi, puis, releva son petit minois vers le ciel, sombre et continuellement zébré d'éclairs. Malgré sa faiblesse apparente, sa petite taille, son jeune âge et son air presque chétif, la petite fille semblait animée d'une profonde détermination et d'une espèce de force intérieure impressionnante. La foudre qui ne cessait de tomber autour d'elle ne l'impressionnait pas. Elle l'intriguait, tout au plus, et son regard, fixé sur le ciel, semblait presque envieux, soudain. Envieux de quoi? D'une liberté plus réelle que celle qui venait de s'offrir à elle? Pas tout à fait...

* Je veux devenir comme ce ciel. Je veux être forte et qu'on ne puisse pas m'atteindre. Le ciel, il ne peut pas parler non plus. Mais il envoie des éclairs, de la pluie, du vent, des nuages... On l'admire et on le respecte. Moi aussi je veux qu'on me respecte, et pouvoir me défendre... *

Beaucoup d'enfants de son âge auraient trouvé un tel ciel plutôt effrayant. Pas elle. Pour Tilika, ce ciel était davantage rassurant qu'effrayant, encourageant plutôt que menaçant. Oui, un jour, elle deviendrait comme ça: forte et inébranlable, respectée, mais pas méchante non plus. Une force tranquille comme celle de la Nature, mais qu'il ne faudrait pas provoquer. Et pendant que l'enfant rêvassait quant à son futur, l'ombre d'un homme, ou d'une créature, se profilait derrière elle, sans qu'elle ne l'eut remarquée...

_________________


Dernière édition par Tilika le Mer 24 Juin 2009, 18:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Ven 06 Fév 2009, 18:04

L'air, le vent, la foudre, les sons, le sol, les maisons, les gens.

Tous avaient de commun leur matérialité légère, comme si le pays entier était un nuage aérien et onirique. Si le serpent avait eut vent de certaines individualités intéressante à éliminer ou engager, Kazumi, Takeo, Mata Hari, et surtout Mecha Ichimori; il avait surtout pris conscience de la possibilité qui s'offrait à lui de prendre le village sans craindre de réelle résistance. Il n'y avait aucun garde, aucune sentinelle pour l'empêcher d'entrer ou contrôler les sorties. C'était facile, donné, gratuit, comme voler une sucette à un bébé.

En parlant de bébé, de chose petites et fragiles, Tilika devint une source de questionnements pour le vieil Otokage.

Extirpant de force l'homme de ses pensées, cette petite fille intriguait étrangement le sanin qui en temps normal n'aurait même pas pris le temps de remarquer son existence même. Elle contemplait les éclairs, sans même sursauter d'effroi devant les cris poussés par le tonnerre. S'approchant d'elle comme s'il s'approchait d'une énigme, il lui dit :

"Tu aimes le spectacle de ces éléments déchainés ? Habituellement, les enfants de ton âge n'apprécient pas la foudre et se cachent dans les jupettes de leur mère ... Tu n'as donc pas peur ?"

Orochimaru n'était pas spécialement doué pour parler aux gamins. Du moins, pas ceux qui n'avaient pas visiblement tout perdu. Son air un peu livide transporté par son visage originel qu'il n'avait pas couvert avec le Shousagan pouvait peut être leur faire peur. Et encore, même si sa jeunesse éternelle lui donnait des airs de bel homme, il préférait imaginer ne pire pour ne pas être décu. Les enfants ont en plus toujours tendance à parler tout haut de leurs pensées, sans craintes sociales, immédiateté qui caractérise l'enfance et sa beauté traitresse. Orochimaru appréciait parfois ce trait inhérent aux enfants, tout en trouvant pathétique ce degré de compréhension et d'appréhension du monde.

Autour de lui, l'air semblait étrange. Les habitants de Kumo étaient tous si communs, et cette jeune fille qui semblait sortir du lot en fixant le ciel... Ca avait quelque chose de fascinant. Retournant dans ses pensées, sans vraiment attendre la réponse de la jeune fille même si son air bienveillant pouvait en espérer une, il resongeait à nouveau à Kumo, au travers de pensées stratégiques. Il imaginait comment il allait mettre la main sur leur Raikage, comment il allait établir son règne discret dans le grand pays des dieux de la Foudre.



¤
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 19
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Dim 22 Fév 2009, 18:11

"Tu aimes le spectacle de ces éléments déchaînés? Habituellement, les enfants de ton âge n'apprécient pas la foudre et se cachent dans les jupettes de leur mère... Tu n'as donc pas peur?"

Sursautant légèrement lorsque l'étranger s'était adressé à elle, Tilika le fixa ensuite avec de grands yeux ronds, surprise. Le sommeil l'avait finalement gagnée, alors qu'elle appuyait son dos contre ce pylône, sous ce ciel pourtant menaçant et qui aurait fait fuir n'importe quel autre enfant qu'elle. La petite fugueuse aux cheveux pastels et au regard sombre était d'une toute autre trempe. Ce ciel, elle ne le craignait pas: elle l'enviait. Sa puissance, sa force tranquille contre laquelle personne ne pouvait rien la fascinait. Mais pour l'heure, ce qui la fascinait, c'était davantage les yeux de cet homme étrange qui venait de s'adresser à elle, et qu'elle n'avait pas remarqué auparavant, toute endormie et dos à lui qu'elle était... Presque effrayée sur le coup, elle serra l'espèce de grosse peluche en forme d'agneau qui gisait près d'elle dans ses bras tandis qu'elle fixait Orochimaru droit dans les yeux.

*Des yeux... de serpent...? Il est bizarre, ce monsieur...*

L'enfant déglutit, serrant un peu moins le pauvre Kiny, tandis que l'une de ses mains cherchait déjà après son carnet et son stylo, dans sa poche. Malgré ce genre de traitements, et bien qu'il sut déjà qu'ils se trouvaient actuellement dans un songe, Kiny restait immobile, jouant à merveille son rôle de peluche, peu désireux de dévoiler à de parfaits inconnus le don de kushyose de sa jeune invocatrice. De son côté, la dite invocatrice venait de trouver ce qu'elle cherchait, et se mit à rédiger sa réponse sur son petit carnet pour répondre au monsieur, lui tendant alors la feuille sur laquelle elle venait d'écrire.

- J'ai plus de maman, monsieur. Et j'ai pas peur. Vous êtes qui? -

Et d'incliner la tête sur cet air interrogatif et presque comique qu'ont parfois les enfants ou même d'autres personnes lorsqu'elles se posent des questions ou se retrouvent face à quelque chose d'étonnant. Des yeux de serpent. Ce simple détail semblait intriguer Tilika bien davantage que ne semblaient l'effrayer les dits éléments naturels ou même, la présence de cet inconnu qui pouvait très bien représenter un danger. Mais non, Tilika n'avait pas peur. Ses interrogations surpassaient le sentiments premier de surprise et d'angoisse ressenties lorsqu'elle avait entendu Orochimaru s'adresser à elle et surtout, lorsqu'elle avait croisé son étrange regard. De quoi aurait-elle pu avoir peur? La vie s'était chargée, déjà, d'offrir tant de scènes horribles à son regard innocent et tellement juvénile, qu'il en fallait plus qu'une présence étrange ou un ciel voilé et orageux pour la faire réagir... Dans sa naïveté, Tilika ne pouvait se douter du danger que pouvait représenter cet homme. Et même si elle n'avait pas encore compris qu'elle se trouvait dans le songe de ce même homme, dans lequel il avait tout pouvoir et elle aucun, elle se savait accompagnée de Kiny, qui veillait toujours discrètement au grain, et avec qui elle pouvait communiquer par télépathie au moindre soucis.

Quant à Orochimaru lui-même, avait-il compris la nature de l'endroit où il se trouvait? Savait-il être en plein rêve, et connaissait-il le pouvoir du Rêveur qu'il y possédait? Sans doute pas. Les personnes consciente de leur pouvoir sur leurs propres songes et capables de modifier ces derniers à leur convenance étant plutôt rares, Tilika et Kiny ne s'inquiétaient que rarement de ce dont un Rêveur pourrait faire. Seridan l'avait vite compris, et ils en avaient bien souffert, mais c'était un cas parmi des centaines. Rien ne pouvait prévoir ce qui s'était alors passé. Et dans le cas présent, si Tilika ignorait se trouver en plein songe, Kiny en avait conscience, et tout en jouant son rôle de peluche inanimée, il surveillait cet homme étrange et inquiétant...

_________________


Dernière édition par Tilika le Mer 24 Juin 2009, 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Ven 20 Mar 2009, 01:15

¤



Le regard enfantin de cette créature minime attitra l'attention du serpent qui pourtant n'avait pas l'habitude de s'adresser aux gens qui n'avaient rien à lui donner d'intéressant.

"La guerre ne provoque que des maux lourds, pénibles, transportant le fardeau des linceuls comme le poids avilissant du deuil. Oh, excuse moi, peut être que ta mère est morte autrement ?"

Pourquoi parlait t'il ainsi à cet enfant ? Savait t'elle ce qu'était un linceul, le deuil, des maux ? Peut être pas, non. Pour sûr, elle avait vécu toutes ces choses, mais pouvait t'elle y mettre déjà une image, un mot ? Qu'avait t'il à faire de la vie de cette petite fille ? Tandis que le serpent parlait, il s'approchait toujours peu à peu de Tilika sans pour autant en faire trop et la faire reculer. Exerçant son pouvoir séduisant sur elle, il ne cherchait rien de plus que percer les mystères qui entouraient la vie d'une créature aussi banale et pathétique que pouvait être une petite fille parmi tant d'autres, qui pour satisfaire sa différence observait des éléments furieux avec passion.

"Peut être as-tu d'autres sources d'effroi, comme nous tous. Même les plus grands ont peur, car ce sentiment ne trouve jamais de repos, même lorsque la paix plane. J'espère toutefois que la paix de ton pays sera assez durable pour que tu savoures ce qu'est la faiblesse agréable des temps de paix..."

Il s'installa à côté de Tilika, s'asseyant où il pouvait, sans pour autant faire mine de squatter, de s'imposer, d'être de trop dans le paysage qui dans la sphère du songe ne s'étendait pas plus loin que ce qu'on voyait. Si aucun dragon puissant n'émergea, montés par de ravissantes déesses aux corps nus prêtes à s'offrir aux désirs primaires d'un homme, c'était bien parce que ce songe avait quelque chose de différent. Qui rêvait ? Qui était passif, qui était actif ? Quelle trace ce songe laissera t'il ? Car nombreux sont les rêves qui meurent dans l'oubli et ne laissent aucune trace dans la mémoire consciente, le doute pouvait subsister.

Posant une main lourdement sur la surface sur laquelle il se tenait, le sanin maintenait son regard charmant sur la jeune kunoichi encore innocente et candide.

Se rendant compte qu'il avait ignoré une question qui lui était posée, Orochimaru joua la surprise qui sied fort bien aux oublieux. Se tenant la tête dans une théâtralité qui ne lui convenait pas, il s'annonça avec prestance, tout en reprenant son naturel charismatique qui suffisait en tant que tel :

"Je suis ... une grande personne ... très importante ... qui se balade discrètement, alors silence, d'accord ?"

Cet exercice était difficile. Probablement aurait t'il pu donner un faux nom, s'annoncer sous n'importe quels traits. Mais en l'occurrence, le Sanin mettait en pratique l'art du non-dit, délicatesse convenable pour ne pas mentir tout en ne disant rien de problématique.

"Mais tu peux m'appeler Nanashi, si l'envie te prend. Comme ça, je pourrais te répondre tout en te laissant dans le mystère de mon identité."

Nanashi, ou celui qui n'a pas de nom. Ainsi, Orochimaru jouait sur la carte de la complicité en jouant sur le principe du secret tout en maintenant une distance suffisante entre la petite fille et les faits qui seraient des informations bien trop lourdes à porter pour d'aussi petits bras.
Profitant de cette apparente confession, il lui retourna la question avec délicatesse, puis en profita pour lui poser la question qui pourrait être source d'intérêt pour lui. Des informations sur Kumo seraient superflues. Une fille si petite dans son armée une risée potentielle. Tout ce qui pouvait être tiré d'elle, c'était une sorte de sondage sans forme, aux apparences innocentes, histoire de savoir ce qu'elle voulait faire plus grande.

"Qu'attends-tu de ta vie ? Que désires-tu le plus ?" Lance Orochimaru, s'improvisant conseiller d'orientation-pédopsychiatre.

La mort de ses parents avait amené Orochimaru à transcender les frontières du vivant, à se dépasser lui même, à rompre des Liens trop fort avec des attaches pitoyables et affaiblissantes. Jiraiya, Tsunade, et même son sensei devenaient petit à petit des entraves à sa quête de savoir, frustration perpétuelle d'un esprit torturé par la mort prématurée de deux sources d'équilibre manquantes.

Pour Tilika, peut être que la mort était un moteur poussant vers la puissance, comme elle l'était pour le sanin. A vrai dire, cela suffisait pour mettre à l'épreuve ses désirs, ses rêves, et occuper un instant l'espace le plus personnel qui soit : celui de l'esprit. Or, ici, il était bien difficile de savoir qui était vraiment entrain de scruter l'esprit de qui.



¤
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 19
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Mer 15 Avr 2009, 18:26


Evening - Naruto

Sans sembler vouloir spécialement imposer sa présence à la petite fille, Orochimaru s'était habilement glissé à ses côtés, s'asseyant à son tour dans l'herbe presque humide entourant le paratonnerre. Sans doute était-il plus aisé ainsi de discuter avec la fillette, d'en apprendre plus sur cette intrusion étrange dans ses songes, lui qui ne devait effectivement pas souvent rêver de gamins en culottes courtes, comme on dit... D'autant plus aisé lorsqu'il s'agit de communiquer de cette façon, à parler à la petite, pour ne recevoir en réponse que des bous de papiers couverts de mots. Muette de naissance, Tilika ne pouvait lui répondre autrement, fut-ce en songe, à moins que, conscient de son handicap, le Rêveur n'ait assez de force psychologique pour agir sur son propre songe, le modifier, en changer certains paramètres au gré de ses envies, comme par exemple donner la possibilité à cette mioche de s'exprimer oralement plutôt que par écrit, comme elle le faisait sans doute dans sa vie de tous les jours, dans cette réalité qui lui imposait un silence éternel... Mais pour l'heure, Orochimaru semblait davantage préoccupé par la raison d'être de cette gosse dans l'un de ses songes à lui, ainsi que par ce qui l'intéressait, elle, dans la vie, se doutant sans doute de la réalité de sa petite personne, même s'il avait pertinemment conscience d'être en train de rêver...

"La guerre ne provoque que des maux lourds, pénibles, transportant le fardeau des linceuls comme le poids avilissant du deuil. Oh, excuse moi, peut être que ta mère est morte autrement ?"

Effectivement, sa mère avait trouvé la mort dans d'autres circonstances. Mais en quoi cela pouvait-il bien importer à ce monsieur bizarre, que la façon dont sa maman était morte? D'ailleurs, il lui donna aussitôt la preuve de son désintérêt pour la question en continuant de parler sans lui laisser réellement le loisir de répondre à cette première question. Son carnet et son stylo toujours en mains, l'enfant l'écouta sans répondre, tout en griffonnant régulièrement quelques mots sur le papier tandis que ses oreilles continuaient de suivre le monologue du sanin.

"Peut être as-tu d'autres sources d'effroi, comme nous tous. Même les plus grands ont peur, car ce sentiment ne trouve jamais de repos, même lorsque la paix plane. J'espère toutefois que la paix de ton pays sera assez durable pour que tu savoures ce qu'est la faiblesse agréable des temps de paix..."

- Maman est morte tuée par des méchants. Mais je ne crois pas que c'était la guerre. Après je suis arrivée à Kumo. Et je crois pas non plus qu'il y ait la guerre ici. -

Tuée par des méchants... La petite fille, qui n'avait perdu sa mère une trentaine d'heures plus tôt à peine, ne réalisait même pas exactement ce qui leur était arrivé. Des bandits, des guerriers, des pirates, des shinobis, que lui importait? Tout ce qu'elle savait, c'était que ces hommes avaient tué sa mère, et que pour cela, ils étaient méchants. Elle ne tendit cependant pas sa réponse à Orochimaru, comprenant qu'il allait continuer de parler. Tilika lui donnerait la feuille une fois qu'il aurait terminé, sa maman lui ayant toujours appris qu'il était impoli d'interrompre quelqu'un, fut-ce par écrit.

"Je suis ... une grande personne ... très importante ... qui se balade discrètement, alors silence, d'accord ? Mais tu peux m'appeler Nanashi, si l'envie te prend. Comme ça, je pourrais te répondre tout en te laissant dans le mystère de mon identité."

Nanashi. Etrange nom, se dit l'enfant, mais pas moche. Quant au silence... Que pensait-il qu'une gosse muette comme elle puisse dire, et à qui? De plus, dans les circonstances actuelles, Tilika n'avait franchement personne à qui faire de quelconques confidences...

"Qu'attends-tu de ta vie ? Que désires-tu le plus ?"

Reprenant la rédaction de sa réponse, l'enfant relut ce qu'elle avait déjà écrit, avant de poursuivre.

- Maman est morte tuée par des méchants. Mais je ne crois pas que c'était la guerre. Après je suis arrivée à Kumo. Et je crois pas non plus qu'il y ait la guerre ici.

Je ne dirai rien si vous voulez. De toutes façons, je ne peux pas parler. Et puis, je crois que c'est un rêve, là. Et je ne dois parler de mes rêves à personne, maman a dit.

Je ne sais pas ce que je veux, pas encore. Je crois que je voudrais surtout trouver quelqu'un. Et devenir très forte. Je suis trop petite. Je veux devenir très grande et très forte, comme ça on ne pourra plus me forcer, je ferai ce que je veux, et je pourrai me débrouiller sans l'aide des grands et aller où je veux. -


Réfléchissant, Tilika se relut une dernière fois, puis, tendit la page arrachée à son carnet, afin qu'il puisse lire ses réponses à ses différentes questions et affirmations. Naïve mais franche et honnête, l'enfant respectait tant bien que mal les consignes de sa défunte mère, mais ne pouvait s'empêcher de trahir certaines choses, du haut de son jeune âge... Ne parler de ses rêves à personne? N'était-ce pourtant pas ce qu'elle était en train de faire avec ce Rêveur, parfait inconnu, étrange et même, inquiétant? Kiny n'avait pu lire la réponse de sa petite invocatrice, mais bien qu'il fit de son mieux pour rester immobile et donner ainsi l'air de n'être qu'une grosse peluche, l'agneau ne put réprimer un frisson quand Orochimaru s'était assis auprès d'eux, inquiet, pas vraiment à l'aise sans qu'il ne sache néanmoins pourquoi... Et quand il pensait que l'étranger ne pouvait pas le voir, il lui lançait quelques regards furtifs, comme pour tenter de comprendre ce qu'il voulait, ce qu'il cherchait, ce qu'était réellement cet étrange Rêveur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Ven 31 Juil 2009, 04:37

    Spoiler:
     




    Tandis que la jeune fille parlait, les choses semblaient affirmer leur caractère troublant, comme quand les rêves finissent enfin par se présenter comme tels, après un long moment d’une mascarade où ils font figure de réalité. L’œil fin posé sur la jeune fille, il tentait de lire le contenu de ce qu’elle portait entre ses doigts fins, ne remarquait rien, comme si tout était embrumé dans un nuage insondable de douceur, propre aux songes délicats mais menteurs. Interrogatif, il s’avance dans une pensée qui le dépasse lui-même :

    « Tu dis, dans un rêve ? Que veux-tu dire par là ? Quant à ton rêve de puissance… »

    Son regard se pose sur l’enfant tandis qu’il génère un serpent de son bras, pointé vers le ciel comme l’accusateur des cieux qu’il se révèle souvent être. Le serpent quitte la main d’Orochimaru, semble, infiniment long, mais semble ne pas pouvoir atteindre le ciel qu’il briguait dans sa folie reptilienne.
    Soudain, il ouvre une gueule béante laissant sortir une lame infinie, la lame légendaire Kusanagi, qui ne semble n’avoir de fin et vient aussitôt à être frappée par la foudre sauvage et rebelle. La foudre épouse la lame, détruit le serpent dans sa fureur, mais reste tout de même attachée à l’épée qui continue sa route jusqu’à atteindre les nuages. Elle retombe lourdement sur le sol, puis reprend la forme originelle d’un serpent.

    Comme une vision prophétique hébraïque, la jeune fille pouvait voir devant elle s’exprimer la puissance du Sanin qui transcendait même les cieux.

    « Tu vois, jeune fille, mon pouvoir atteint les cieux et déchire le ciel. Or, ce pouvoir n’est pas uniquement à moi… Toi aussi, si tu sais faire les bons choix, tu peux obtenir ce type de pouvoir, et répondre au tonnerre lorsqu’il gronde d’une seule voix… »

    Laissant la vision faire son effet, celle de sa démonstration de puissance, il toise Tilika, comme dans l’attente d’une réaction vive et passionnée :

    « La puissance, je peux te la donner, et le choix, tu l’as alors aujourd’hui, en ce jour… Je ne te promet pas d’être là, derrière ton dos, et je crois que c’est ce que tu attends de ton avenir, non ? Il y aura nécessairement une contrepartie, mais si tu cherches la puissance et est prête à tout pour l’obtenir, sache qu’à mes côtés, rien ne pourra jamais t’empêcher de scinder le ciel… Car derrière les nuages gris et épais se cache toujours un ciel bleu et ensoleillé, la brume de ton cœur laissera place à la radiance de la puissance, bénédiction offerte par mon pouvoir seul…

    Crois en moi, viens à moi, et tu auras tout. »


    Le Sanin avait parlé. Discourir faisait partie de ses facultés essentielles, car tout leader devait logiquement pouvoir parler à une foule et la galvaniser sans crainte ou doutes. Ici, il avait probablement induit quelque chose chez la jeune fille, quelque chose qu’elle ne s’attendait surement pas à trouver dans cette discussion. Toutefois, le principe de rêve eut don d’inquiéter un peu le sanin : pourquoi lancer ce serpent si haut n’avait nécessité aucun effort ? Comment la lame à t’elle pu retomber aussi justement, elle, si grande, sans rien détruire, en reprenant parfaitement une forme de serpent sans qu’il en soit l’agent ? Comment surtout avait t’elle pu toucher les nuages, situés dans une réalité scientifique bien plus haut que ce qu’un homme peut atteindre de ses mains ?

    Trop de coïncidences, trop de principes qui dépassaient largement la réalité tangible. Les pièces se recollant peu à peu, le sanin se rendait peu à peu compte qu’il vivait quelque chose qui dépassait la réalité matérielle du monde hostile et froid : il était lové sans s'en rendre compte dans la douceur éthérée du monde des songes...






¤
Revenir en haut Aller en bas
Moana Tilika
Genin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 19
Village : Kumo
Date d'inscription : 08/07/2008

Fiche Ninja
PV:
260/260  (260/260)
PC:
275/275  (275/275)

MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Ven 04 Déc 2009, 13:43

Plutôt méfiante de nature, la fillette considéra les actes et paroles du sanin avec attention, mais précaution. Ces serpents, cette épée, ces mots, bien des choses en ce songe, émanant de cet étrange personnage, ne lui disaient rien qui vaille. Pourtant, il avait touché une corde sensible... La puissance! Il pouvait lui offrir la toute puissance? Plus forte que le ciel lui-même?! Était-ce vraiment possible?

« Crois en moi, viens à moi, et tu auras tout. »

Tu auras tout. Tout. Mensonge d'adulte pour appâter la petite fille naïve qu'il devait voir en elle, ou...? Ou bien cet homme possédait-il réellement cette puissance, et acceptait-il de la lui partager? Et surtout, en échange de quoi? Tilika était très jeune, innocente et encore, effectivement, bien naïve sur certains points,mais pas stupide ni aussi crédule que la plupart des enfants de son âge. La vie avait fait d'elle une enfant 'adulte avant l'âge', mature prématurément, dans certains domaines du moins. Et s'il y avait bien une chose qu'elle savait, c'était qu'elle ne pouvait faire confiance en personne, et surtout pas aux adultes: la plupart ne tenaient jamais leurs promesses. Cet homme masqué qui l'avait sauvée antan, par exemple, l'avait laissée avec Seridan, finalement, au lieu de revenir la chercher comme il l'avait promis... Sa maman, elle, lui avait promis qu'elle serait toujours là pour elle. Mensonge, encore une fois. Ainsi, Tilika toisa Orochimaru de haut en bas, puis, fixa son regard sombre dans celui, reptilien, du sanin. Elle resta ainsi quelques secondes, comme pour bien appuyer ses prochains mots manuscrits, et signaler à l'adulte de ne pas la prendre pour une gosse débile. Elle ne se laisserait pas faire s'il tentait de profiter de sa jeunesse, de son ignorance, ou de sa naïveté...

- Et vous voulez quoi, en échange? -

Simple et concis, encore une fois. Elle allait droit au but, sans détour. Il lui avait bien dit, après tout, qu'il y aurait une contrepartie... Alors quoi? Laquelle? Quel prix lui demanderait-il de payer en échange de ce qu'elle convoitait? Sans compter qu'elle avait bien vu ses réactions, à cet homme... il était intelligent. Et à première vue, il avait compris, que quelque chose dans ce rêve n'était pas normal. Il savait, qu'il parlait réellement à une petite fille, quelque part dans le même univers que lui, mais au travers de ce songe. Il ignorait sans doute ce qu'elle y faisait, dans son rêve à lui. Mais il devait se douter qu'il s'agissait là d'un don, ou d'une technique... de quelque chose d'intéressant et dont il pourrait peut-être se servir...?

Un pacte... Il fallait qu'il garde secret ce qu'il avait compris ce soir, dans ce rêve, ça, c'était certain. Mais aussi, Tilika désirait acquérir cette puissance dont il lui parlait. Sa maman l'avait bien mise ne garde de préserver ce don secret, de ne jamais dévoiler ce dernier sous peine de risquer d'attirer des convoitises et autres problèmes... Mais quoi? A quoi bon garder secret, indéfiniment, ce truc qui au final lui pourrissait la vie plus qu'il ne lui servait? Combien de nuit avait-elle passé à ne pas dormir suite aux cauchemars des autres? Si encore la petite fille pouvait choisir où attérir, dans les songes de qui, etc, cela lui aurait paru agréable et intéressant, comme don. Mais là... Si ce type prétendait avoir assez de puissance pour l'aider à se débarrasser de ce don, qu'elle considérait davantage comme une malédiction, ou en tous cas, s'il pouvait lui apprendre à le maîtriser, tout en lui apportant la puissance... Quel prix serait alors trop cher à payer pour obtenir la paix, ainsi???

Tilika ne le saurait pas, du moins, pas cette fois-là, au final. Avant que le sanin n'ait pu répondre, son personnage s'effaça lentement, tout comme le paysage... Quelque chose, dans sa réalité, venait le le tirer du sommeil. Son rêve, ainsi que tout ce qui en faisait partie, disparut donc, et Tilika se retrouva seule, dans son lit, dans le noir, et avec ses interrogations en tête pour toute berceuse avant une prochaine tentative de repos...

=======

[Idem, désolée pour le retard. Ai eu besoin d'une grosse pause, mais me revoilà! A toi, donc! Razz]

[Edit: Je rajoute un paragraphe de clôture et je termine donc ce rp, ayant appris que l'Orochimaru avec lequel je le faisais ne le continuera plus. ^^ RP clos, donc. T_T]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   Lun 13 Sep 2010, 07:57

Citation :


°¤ Evaluation ¤°


>> Tili =) comme je te l'ai dit sur msn, je vais sélectionner certains topics à commenter, donc t'étonne pas si une partie sont vides Razz

Arrow Tilika : 8 points
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une Rencontre Inattendue, Trace du Serpent face à la Foudre [PV : Tilika]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Le Paratonnerre-