AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 °¤ Le Soleil se lèvera à Nouveau sur Suna ¤° ( Libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: °¤ Le Soleil se lèvera à Nouveau sur Suna ¤° ( Libre )   Jeu 23 Oct 2008, 01:57

Invité a écrit:
Spoiler:
 



°¤°L’homme est toujours en quête perpétuelle d’ identité, se rappeler qui il a été, comprendre qui il est maintenant, et savoir qui il sera demain. Comme chaque matin, Keiki se levait avant l’aube, avant même que les ombrelles de l’astre ne déploient leurs ailes. L’homme répétait sans cesse les mêmes gestes habituels qui consistait en un réveil amical et tranquille, préférant regarder au travers de la fenêtre afin de percevoir les prunelles pourpres du ciel. Keiki inspira profondément tout en gardant les yeux fermés, profitant ainsi des premières mèches hivernales qui luisaient sur la vitre. Le shinobi reconnut cette même odeur de gyôkuro de même que celle des osenbei, qui envahissait amoureusement son être d’une douceur agréable. Une tendre présence se fit sentir par ce dernier, qui s’installa alors sur une chaise, détournant son regard de la porte, et retournant à ses occupations. Quelques secondes après qu’il est commencé à écrire, trois coups bien distincts, retentirent harmonieusement sur le bois de la porte. Une personne pénétra la pièce, vêtue d’un vêtement de soie blanc, tenant fermement un plateau, sur lequel se trouvait un bol de Gyôkuro et dans un autre plus petit, des osenbei. La jeune femme inclina légèrement la tête, esquissa un sourire timide et s’approcha du shinobi, qui semblait être son maître. Il lui prit délicatement le plateau des mains et la remercia d’un signe de tête. Koeyo quitta la pièce l’instant qui suivit, laissant l’homme s’abandonner au goût savoureux du thé.°¤°

°¤°Keiki Hosokawa avait rejoint la passerelle du village qui se trouvait au nord de celui-ci, un endroit reculé des terres majestueuses de Suna. Pas l’ombre d’un bruit, pas l’ombre d’une quelconque présence, le shinobi arpentait seul la terre à l’aide de ses pieds nus. Il savourait les caresses subtiles entre sa peau et l’épiderme du sol, recouverte par des milliers de perles sablées. Le regard de l’homme était tourné vers l’horizon, un horizon qu’on voyait apparaître au-delà des interminables collines du village de Suna, un horizon qu’il espérait un jour, pouvoir câliner à l’aide de son cœur. Au moment même où il s’appuya sur le rebord, une onde mélodieuse retentit à quelques mètres au dessus de lui. Il leva la tête et aperçus un oiseau impérial se languissant de sa liberté. Les chants de l’animal résonnèrent dans le sanctuaire, à croire que les mélopées mystiques avaient en quelques secondes, encrées les parcelles de sable et cela, pour l’éternité. Le monde extérieur, le monde qui se meut autour de nous, est parsemé de symboles que l’homme tente de décrypter de jour en jour, mais peu obtiennent des fragments sensés, des réponses véritables. Le vaillant volatile vint à se poser sur l’épaule chaleureuse de Keiki, qui fut surpris de tant de témérité de la part de l’animal ailé. Keiki laissa se dessiner sur son visage empli de fraicheur, un sourire d’espoir. Ses seules et dernières préoccupations furent l’avenir du village, son village natal, un village qu’il n’avait cessé de protéger. Depuis plusieurs décennies, le pays est plongé au cœur de fractures, causées par le conseil et par les interminables révoltes civiles. Bien des hommes accédèrent au siège du Kazekage, mais aucun ne parvint à y rester. Les complots qui ont déchiré lamentablement le village et qui aujourd’hui continuent de s’abattre, laissent derrière leurs passages, des terres stériles, des terres noires qui bercent le jour et la nuit le village caché du pays du vent : Suna.°¤°

°¤° Le soleil n’allait plus tarder à se coucher et Keiki se rendit au Mémorial des Shinobi, non loin de l’endroit où il se trouvait. Le Mémorial représentait plusieurs stèles et existait en tant que lieu de recueillement, un lieu où quelques courageuses âmes persistent encore, un lieu où les souvenirs encrent chaque centimètre de terre. Son père s’était retiré de son rang il y a peu pour cause de maladie, quant à sa mère, elle espérait pouvoir peut être un jour le soigner. Le jeune héritier Hosokawa, sous les ordres de son père, doit continuer son chemin, lever la tête et relever le village (….)°¤°

°¤° Le soleil déclina lentement dans l’immensité aux couleurs agrumes, laissant en surface des pétales de chaleur. Keiki déposa genoux à terre et inclina la tête en signe de respect. L’homme murmura des paroles quelque peu tremblantes, mais non dépourvues de beautés.°¤°

< Une Promesse de Félicité naquit en mon coeur,
Libère ton Ame déchirée, son poison coule dans tes veines ensablées
Tes yeux ne voient plus mais somnolent de peur
Ma paume est la clé, c'est elle qui te portera à la lumière >

L'or du soleil couchant se changeait en pourpre royal, baignant les dunes du désert de Suna de mille et un reflets chatoyants, tandis que Kahera se laissait aller à quelque rêverie. Sa journée d'entraînement en compagnie de son cousin et enseignant, et de son compagnon d'entraînement, l'avait épuisée. Shitatsumaki s'était juré de faire d'elle une shinobi digne de ce nom, capable de se battre, sans doute, et s'y employait chaque jour en excellent professeur qu'il était. Legaia, quant à lui, s'entêtait à vouloir toucher la demoiselle fantôme, en vain. Kahera sourit à ces pensées. Elle ne pouvait satisfaire le souhait de l'un sans renoncer à son propre nindô. Quant au second, à moins de le laisser l'attraper, ce qui bafouerait son honneur de shinobi à lui, elle savait qu'il était encore bien loin de pouvoir rivaliser en vitesse avec la fille du vent qu'elle était. Malgré tout, elle s'entraînait, jour après jour, auprès d'eux. Elle appréciait d'autant leur présence qu'ils étaient, au final, pour elle, la seule famille et les seuls amis qu'elle avait à Suna, depuis qu'elle avait atterri au village caché du sable.

*Kiri… me manque… C'était plus facile, quand je ne me souvenais de rien…*

Elle soupira, tandis que son regard, d'or comme le sable doucement illuminé par le soleil couchant, s'assombrit un instant. A son arrivée à Suna, elle revenait de loin, et avait perdu la mémoire. Elle avait tout recommencé, s'était recréé des liens avec des gens, trouvé des occupations, et cherché à se retrouver. Chose faite à présent, mais à son grand dam, ce qu'elle avait pu apprendre ces dernières semaines n'avait rien de bien réjouissant, et n'avait fait que compliquer sa situation. Elevée par un couple de Kiri, elle avait grandi au village caché de la Brume, et était devenue shinobi, là-bas. Elle y avait toujours vécu jusqu'il y a peu, et connaissait du monde et sans doute, des secrets, aussi, de là-bas. Kiri la considérerait-il comme nukenin, si elle ne revenait pas, à présent?

Soupirant, elle baissa son regard à ses pieds, fermant ensuite les yeux quelques secondes. Inspirant profondément, elle tentait de se calmer, d'apaiser son esprit troublé. L'air chaud et sec qui emplit ses poumons n'avait rien de vraiment rassurant pour elle. Il ne la dérangeait pas, et c'était même presque agréable, comme sensation. Mais angoissant, car inconnu, d'une certaine manière. Pas habituel. Pas par rapport à son passé, à sa vie jusqu'il y a peu. Se plaisant à s'imaginer dans ce dit passé, l'espace d'un instant, elle sentit l'humidité brumeuse de Kiri l'envahir, l'entourer tel un manteau protecteur, et la fraîcheur de cet élément liquide ôter d'elle toute impureté.

*J'ai fait ce qu'il fallait. Je ne vois pas de meilleure solution. Si je quitte Suna pour rentrer à Kiri, je serai nukenin de Suna, et je ne pourrai de toutes façons pas revivre comme avant à Kiri. Ma place est ici, auprès du clan de mon père, quand bien même l'auraient-ils assassiné. Je sais que telles sont les lois des shinobis. Et je ne veux pas attirer d'ennui à mes parents adoptifs par égoïsme de ma part. Oui, vraiment, rester à Sun est la meilleure des solutions, pour tout le monde.*

Inspirant une dernière fois une grande bouffée d'air, elle l'expira ensuite, et se mit en chemin vers le village, ramassant avant ses affaires d'entraînement. Shitatsumaki et Legaia étaient rentrés depuis un moment, déjà. Elle avait besoin de s'isoler, de méditer un peu, et c'était à présent chose faite. Il ne lui restait plus qu'à rentrer. Mais avant, elle souhaitait passer dans un lieu qu'elle n'avait pas encore osé visiter depuis le retour de ses souvenirs perdus… Son père y avait-il seulement eu sa place, après avoir déserté Suna? Elle en doutait fortement. Et pourtant… Et si jamais on lui avait malgré tout fait cet honneur? Le doute la rongeant, elle se mit en marche, et se rendit au mémorial des shinobis de Suna.

"A… ah… Désolée."

Il y avait déjà quelqu'un sur place, malgré l'heure. Le soleil se couchait doucement, et chacun était rentré chez soi pour manger, seul ou en famille. Elle avait espéré que ce lieu fut désert en cette heure, mais il ne l'était pas. Confuse, elle s'excusa auprès du jeune homme qui semblait en plein recueillement sur l'une des stèles. Comme si elle n'avait pas le droit de se trouver ici en même temps que lui. Et ce malgré qu'elle ignorât le rang du dit jeune homme. Après tout, elle n'était à Suna que depuis quelques mois à peine, et le kazekage n'était pas le genre de personne qu'elle croisait régulièrement.

"Veuillez me pardonner, monsieur. J'ignorais que quelqu'un fut ici en plein recueillement. Je repasserai plus tard."

Semblant réellement confuse d'avoir "osé déranger le jeune homme dans son recueillement", la jeune fille aux longs cheveux couleur sang et au regard d'or s'inclina très respectueusement devant le kazekage, avant de faire demi-tour et de s'éloigner. Pourquoi le fuyait-elle ainsi? A cause e son rang? Non; elle ne l'avait pas cité, sans quoi elle aurait sans doute dit "Kazekage-sama" plutôt que "monsieur". Ignorait-elle donc qui il était? D'ailleurs, elle-même, qui était-elle? Certes, le kage lui-même, aussi intéressé par son peuple fut-il, ne pouvait pas connaître chaque visage, chaque nom, mais pourtant… Cette demoiselle, on en avait parlé il y avait peu, une affaire compliquée. Fille de nukenins, recueillie à Kiri, puis à Suna, on avait décrété qu'ici était sa place, car ici résidait le clan de son défunt père, Keichirô Kamikaze. Et ce clan possédant un don héréditaire, même si la demoiselle ne semblait pas l'avoir, par précaution, les Kamikaze avaient demandé à ce qu'elle soit obligée de rester parmi eux, comme le voulait la tradition et les lois des clans possesseurs de techniques héréditaires. De toutes façons, ils étaient la seule famille réelle qui lui restait, le seul lien de sang qui la rattachait à un village. Le fait qu'elle ait grandi à Kiri no kuni, qu'elle y ait famille adoptive et amis, n'entrait pas en jeu dans ce genre de décision, pas plus que ses sentiments, à elle. Ainsi, elle était donc "prisonnière" du village du sable, en quelque sorte… C'était à peu près tout ce qui était mis sur le rapport qu'avait pu lire le kage sur la jeune fille. Il avait tant d'affaires à traiter, aussi; comment donc pouvait-il tout retenir?

* J'aurais du attendre la nuit… J'espère que je ne l'ai pas gêné. Il semblait tellement… pris dans ce qu'il disait… dans ce qu'il faisait. Sans doute se recueillait-il sur la tombe d'un parent ou ami…*

Avec un sourire amer, tout en s'éloignant le plus silencieusement possible pour ne pas le déranger davantage, Kahera se prit à penser qu'au final, il y avait bien peu de chance pour qu'elle trouve en ce lieu la tombe qu'elle était venue y chercher. Un nukenin n'avait certainement pas eu sa place dans un tel sanctuaire, un mémorial d'honorables shinobis. Sans doute devrait-elle orienter sa recherche du côté du cimetière privé du clan. Mais bien malgré elle, et malgré ses efforts pour s'intégrer un minimum au sein de ce dernier, elle ne pouvait s'empêcher de fuir toute présence Kamikaze, à l'exception de celle de son cousin et premier ami à Suna, Shitatsumaki. Malgré ses efforts pour se dire que telles étaient les dures lois et réalités de l'univers des clans de shinobis, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'ils avaient fait assassiner ses parents, juste parce qu'ils avaient désiré vivre ensemble et s'aimer, envers et contre tout et tous… Malgré tous ses efforts pour accepter ce fait, la douleur et même, un peu de rancœur demeurait au fond de son cœur, meurtri par tant de violence et de cruauté. Elle avait beau se montrer sage et soumise, souriante et docile, gentille et serviable… et même porter le manteau frappé du symbole du clan Kamikaze… elle ne serait sans doute jamais réellement l'une des leurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: °¤ Le Soleil se lèvera à Nouveau sur Suna ¤° ( Libre )   Ven 31 Oct 2008, 02:12

Invité a écrit:
Spoiler:
 

°¤°Un papillon blanc volait un peu plus loin et Keiki le regardait avec beaucoup d’attention. Tout comme l’animal ailé, l’homme aspire à la liberté, à l’innocence, à l’éternité. Le temps est une force complexe, mais surtout puissante ; l’animal lui, ne pressent pas l’avenir, ne prend en aucun cas en considération le présent, et ne se souvient pas, ce qui fait d’une certaine façon, défaut au genre humain, qui possède une mémoire et qui, par conséquent, est en mesure de revivre un instant passé, quelque soit son intensité. Autrement dit, il sent la douleur, une douleur qui ronge ses entrailles. Keiki retrouva ses esprits, soupirant silencieusement. Il vit que le papillon avait disparu, emporté par une soudaine vague de sable, son existence avait alors pris fin. Ce fut, aux yeux du shinobi des sables, comme un message venant des profondeurs terrestres, à croire qu’il venait de prendre soudainement conscience de la préciosité de la vie.°¤°

°¤°Le bel Apollon resta en contact avec la terre ferme, gardant une main posée sur l’une des stèles. Très vite, il sentit une présence se rapprocher, une ombre féline fredonnait non loin de lui. Il ne se retourna pas, ferma les yeux et imagina la fine silhouette qui se dressait dans son champ de vision opposé. Il se figura très précisément dans son esprit, le physique charmant de la jeune femme. De taille moyenne et de corpulence ténue, elle avait de longs cheveux soyeux de couleur cerise qui lui descendaient en bas du dos. Son visage, fin et bien dessiné, masquait une profonde mélancolie et prêchait toute forme de bonheur. Cependant, bien qu’il fût en mesure de la dessiner plus harmonieusement dans son esprit, se reposer dans les yeux d’une femme n’était possible que par un échange réel entre deux êtres.°¤°

_Veuillez me pardonner, monsieur. J’ignorais que quelqu’un était ici en plein recueillement. Je repasserai plus tard.

°¤°Je me retournai alors, profitant encore de l’écho de sa voix, qui résonnait solennellement en mon âme. Le vent câlina ses algues luxuriantes qui dansaient autour d’elle et fit frissonner la belle. Ses yeux, berceau de l’Aurore hivernal, m’initièrent alors au désir. Mon cœur n’avait plus désiré depuis cette fameuse nuit où tout avait basculé, où les sens avaient respiré l’odeur de la mort. L’immensité vermeille laissa place aux constellations diamantées, le crépuscule de la nuit s’émancipa alors. Les constellations dansèrent timidement au regard de cette femme purement et symboliquement féerique. Je me redressai alors et inclinai la tête par simple respect mutuel. J’hésitai à me rapprocher davantage, car la distance, aussi parfaite soit-elle, m’offrait une perspective des plus artistique. Le sol se mit à trembler sous mes pieds…Onôki, l’une de mes invocations, arpentait « harmonieusement » les profondeurs des sables. Essayant de prendre sur moi-même pour ne pas étouffer de rire, car l’instant n’y prêtait pas, je contemplai une fois encore, la nymphe songeuse. Elle semblait si fragile, si voluptueuse, mais comme toute femme, tellement ténébreuse.°¤°

_Permettez moi de me présenter...Je fis une courte pause et regardai une nouvelle fois le ciel. Keiki Hosokawa déclarais je lentement.

Je levai alors ma main, paume retournée en direction du sol.

_Onôki, lève toi, et viens saluer notre charmante compagnie !

La bête se réveilla, faisant une nouvelle fois trembler les dunes du village. La jeune femme regarda autour d'elle à plusieurs reprises, à croire qu'elle s'attendait à se faire attaquer à tout moment. Onôki apparut sous mes pieds, se dressant de tout son être. Les épaisses fumées de poussières trônèrent autour de nous. Je pris une légère impulsion et atteris sur le sol, un peu plus loin, là où elle s'était déplacée.

_Veuillez m'excuser pour..comment dire..pour cela. Onôki n'est pas du genre très stylé..Sur le moment, je me suis demandé si elle n'allait pas se foutre totalement de moi, ou ne rien dire. Onôki, accueille la demoiselle s'il te plait. Mes invocations étaient en réalité des immenses tortues..et non des monstres.

_Mes hommages mademoiselle..n'écoutez pas mon jeune disciple..Keiki n'est rien d'autre qu'un Kage complètement fou. Il m'exaspère d'ailleurs toujours autant !

_Onôki, tiens ta langue...ou je te propose un simple billet..tu connais la route par coeur non ?

_Tout à fait Keiki...tout à fait ! Mais te préocupe pas de moi. Occupe toi plutot d'elle si tu ne veux pas te créer une mauvaise réputation..

D'un air déboussolé et totalement mal à l'aise, je cherchai de nouveau le regard de la demoiselle afin de lui demander son nom.

_Je peux connaître votre nom ?

"M... mon... nom...?"

La demoiselle avait stoppé sa démarche et fait volte-face, pour répondre à l'inconnu qui l'avait apostrophée. D'abord surprise, puis intriguée, puis à nouveau surprise par cet étrange jeune homme et sa drôle d'invocation, Kahera se vit rapidement partagée entre stupéfaction, prudence et envie de se laisser aller au fou rire qui la titillait depuis l'apparition de la tortue. Le dialogue qui s'ensuivit entre l'animal et son invocateur n'arrangea pas les choses, et elle eut toute la peine du monde à ne pas éclater de rire. Mais d'autant plus qu'elle sut à présent son rang, elle ne voulait pas qu'il pense qu'elle osa se moquer de lui! Le kazekage en personne? C'était bien la dernière personne qu'elle pensait et voulait croiser dans ce village!

"Je..."

Elle déglutit, tentant de s'exprimer calmement au lieu de bafouiller de la sorte, et de reprendre son calme, par la même occasion. Ne pas rire. Ne pas paniquer. Rester calme, présentable, et digne. Toute sa vie, à Kiri no kuni, on lui avait enseigné l'art de se présenter, de se tenir. Et voilà qu'aujourd'hui, en de telles circonstances, et face à telle personnalité de haut rang qu'était ce jeune homme, elle perdait tous ses moyens, surprise et amusée par la situation qu'il avait créée! Il fallait à tout prix qu'elle se reprenne. S'inclinant très respectueusement devant Keiki et son invocation, elle inspira un bon coup, et, ayant repris son sérieux et un air digne, elle répondit enfin.

"Kahera, monseigneur. Kahera... Kamikaze. Du clan Kamikaze."

Sa voix, douce et presque apaisante, avait marqué une brève pause – ou hésitation? – au moment de lui dire son nom de famille, puis, elle avait enchaîné. Elle parlait sans accroc, d'un ton posé, à présent, malgré un léger sourire qu'elle n'avait pas réussi à dissimuler suite aux péripéties du dénommé Onôki et de son invocateur. Se redressant, cette fois bien en face du kage, elle s'adressa encore à lui, avec tout le respect dont elle devait être capable, se tenant bien droite, bien que détendue, ayant à première vue un maintien parfait, dans son élégant, mais simple kimono couleur sable. Peu de jeunes filles de son âge se vêtaient encore de façon si traditionnelle. Sa tenue, comme son maintien, était impeccable, pour une kunoichi. Si tant est qu'elle le fut; après tout, si Keiki ignorait son identité, il pouvait imaginer qu'elle ne fut que simple civile. Surtout dans cette tenue, la demoiselle allant même jusqu'à porter des geta.

"Je vous demande pardon de vous avoir dérangé. Je rentre de mon entraînement, et je souhaitais juste vérifier une chose en ce lieu de recueillement avant de rentrer chez moi. Mais je repasserai."

S'inclinant à nouveau, elle salua Keiki et sa tortue, toujours aussi humble et respectueuse.

"Enchantée d'avoir fait votre connaissance, Kazekage-sama, ainsi que la vôtre, Onôki-sama."

Elle ne pouvait leur donner l'impression de vouloir les fuir. C'aurait été bien grossier et irrespectueux de sa part. Alors, sagement, elle attendait qu'ils lui permette de se retirer. Sans doute Keiki n'avait-il jamais rencontré autant de respect et de discipline, de maintient et de docilité parmi ses sujets, fussent les plus loyaux. Cette fille semblait avoir été éduquée comme une suivante, et de la vieille école, encore! Cela pouvait le faire rire, ou l'impressionner. Toujours était-il que cette façon d'être rendait la demoiselle aux regard d'or tout à fait charmante, dans un sens. Telle était Kahera. Elle ne jouait aucun cinéma, ne cherchait à se moquer de personne. Elle était tout simplement emplie de respect, de douceur, et de grâce. Avec n'importe qui, d'ailleurs, alors combien plus l'était-elle face au Kazekage!

*Ce n'est pas mon kage. Mais c'est un kage. Celui de mon clan. Celui de Shitatsumaki senseï. Dans tous les cas, qu'importe.*

Qu'importait, en effet? Telle qu'était sa situation actuelle, Kahera appartenait à Suna. Ce kage était donc le sien, de gré, ou de force, d'une certaine manière. Elle l'aurait respecté, qu'importe la situation, mais sa condition de pseudo prisonnière du village caché du sable lui rappelait néanmoins l'amertume de ce fait. De cette condition. Du fait qu'elle appartenait à deux villages, à deux clans, deux familles. Du fait qu'ici, quoi qu'elle dise ou fasse, jamais elle ne pourrait être shinobi libre et respectée comme à Kiri. Ici, on se méfiait d'elle, qui n'avait de lien avec le village que le sang de son père qui coulait dans ses veines. Malgré elle, et sans vraiment qu'elle ne s'en rende compte, son sourire avait disparu, et son regard s'était quelque peu assombri, tandis que, toujours inclinée face au kage, elle attendait qu'il daigne la congédier...
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
Tashibana Kahera
Rokudaïme Mizukage
avatar

Nombre de messages : 334
Age : 26
Village : Kiri - Suna
Date d'inscription : 15/10/2008

Fiche Ninja
PV:
390/390  (390/390)
PC:
605/605  (605/605)

MessageSujet: Re: °¤ Le Soleil se lèvera à Nouveau sur Suna ¤° ( Libre )   Mer 12 Nov 2008, 17:14

Invité a écrit:
Cette même attitude, cette même voix, ce même regard.

Keiki Hosokawa avait été promu par les membres de sa famille et une cérémonie avait alors eu lieu. Cependant, le temps ne se vouait plus aux festivités mais à la guerre incessante qui ruisselait non loin de là dans l'immense désert du village de Suna. L'ange des sables faisait parti de la seconde escouade, commandée par un certain Mako. Quatre d'entre elles avaient été envoyées au quatre coin des dunes, espérant ainsi traquer l'organisation Shinu-Dantai, une organisation qui ne cessait de semer la terreur partout où elle apparaissait. Les ordres donnés par le Kazekage furent les suivants : Tuez les tous, sans exception, vous avez carte blanche. Une mission périeuse mais palpitante, comme Keiki les aimait. Son escouade était composée de six ninja, tous progressés en formation "étoile" afin de protéger toutes perspectives d'attaques. Le jeune shinobi se trouvait à l'aile Sud, précisement à l'angle numéro 6. Lui et ses coéquipières continuèrent de foncer vers leur objectif, voilà à présent une heure qu'ils affrontaient l'impérissable chaleur ainsi que la poussière, des conditions difficiles qu'ils bravaient avec ténacité. L'un de ses coéquipiers positionné à la tête de la formation, s'évanouit sur le haut d'une dune, laissant ses coéquipiers dans l'incompréhension totale. Les autres stoppèrent leur course et vinrent le rejoindre, Keiki garda le menton relevé et analysa les alentours.

_Mako est mort déclara Raiyoko

_Qu'est-ce qu'on fait ?

_On ne bouge pas d'ici, ils nous encerclent totalement annonça soudainement Keiki

_C'est impossible ! On a pas pu commettre d'erreur, nous avions travaillé toutes les failles possibles avant de nous lancer ici... on les aurait vu s'ils étaient là !

_C'est sur le terrain qu'on est en mesure de voir les choses pas sur un bout de parchemin !

La colère et la fatigue semblaient s'être animées au sein des cinq derniers membres de l'escouade. Keiki s'efforca de garder son calme et regarda une nouvelle fois autour de lui. Il n'arrivait pas à comprendre comment cela avait été possible, à moins qu'un des siens avait commis une erreur de calcul. Après quelques secondes de reflexion, Keiki regarda le sol.

_Ils sont sous nos pieds...

_Quoi ? Mais qu'est ce que tu (...)

Des têtes enroulées dans des toges noires et blanches jaillirent du sol, seules les pupilles de ces hommes étaient visibles. La situation telle qu'elle apparaissait semblait comme sortie d'un cauchemar, à croire que des cadavres se trouvaient là, à demi-mort. Tout se déroula très rapidement. Les anbu de Suna pris par surprise et en totale effervescence furent incapables de se défendre. Des coups vifs et précis au niveau du coup de ses bras shinobi, aucune chance de s'en sortir. Deux corps tombèrent à la renverse dans un bruit lourd et apocalyptique. Keiki et ses deux compagnons se retirèrent vers l'arrière, choisissant la retraite mais une fois encore, leurs ennemis de par de leur effectif arrivèrent à les encercler. Pas l'ombre d'une voix, pas l'ombre d'un bruit, leurs yeux blancs respiraient la mort et la terreur.

_Qui sont ces types putin ?!

_Awaji, ferme la !

C'était la première fois que Keiki perdait son sang froid, d'ailleurs qui serait capable de faire face à la mort comme s'il affrontait la beauté subtile d'un paysage ? Personne..à moins d'avoir un sang froid d'acier et une sagesse infinie (...) Les trois compagnons d'arme eurent le temps de s'échanger un dernier regard sous les flots célestes, attirés par le sang. Les lames légendaires explosèrent de leurs fourreaux, tels l'envol d'un phoenix !
[ ... ]

Le sol qui d'habitude était couleur de miel, se noyait au coeur d'un berceau ensanglanté. L'odeur de sable chaud apprivoisait celle de cavdavre luisant et le ciel miroitait des sons pourpres et moroses. Keiki vit ses deux coéquipiers giser au sol de même que les corps de ses ennemis. Le shinobi de Suna affrontait les délectations morbides de l'insant et souffrait en silence. Il se traina au sol et vit au loin, la main d'un de ses adversaires bouger. La curiosité était telle, qu'il rejoignit l'endroit. Il releva la toge monstrueuse et découvrit le visage angélique d'une femme aux cheveux soyeux. Il posa son doigt sur son cou et sentit les prémices d'un poul abattu qui se languissait de ces derniers instants de vie. La jeune femme écarquilla avec peine ses deux paupières et libéra la couleur de ses iris enchantées.

_Je peux connaître.. ton nom ? demanda t-il

_Mon.....nom ? Elle laissa échapper un faible murmure. Je...
[....]

Le regard de cette femme, il n'a jamais pu l'effacer de son esprit et aujourd'hui encore, il somnole dans ces rêves inconscients espérant trouver une réponse à cette question. Ce jour là, il savait que rien ne pourrait la lui faire oublier, elle restera graver à jamais..quelque part, dans un coin de son coeur.

_Onôki, je t'ordonne de quitter les lieux !

_"Kahera, monseigneur. Kahera... Kamikaze. Du clan Kamikaze." "Je vous demande pardon de vous avoir dérangé. Je rentre de mon entraînement, et je souhaitais juste vérifier une chose en ce lieu de recueillement avant de rentrer chez moi. Mais je repasserai." "Enchantée d'avoir fait votre connaissance, Kazekage-sama, ainsi que la vôtre, Onôki-sama."

_Dozo yoroshiku. Je vous sens très pressée, je ne vous retiendrai pas. Si vous dédaignez partir, allez y. Vous savez où se trouve le palais principal, venez ce soir au coucher du soleil, je vous attendrai.

Il mis une nouvelle fois un genoux à terre et déposa sa main sur la stèle. C'était là où la jeune inconnue reposait depuis une vingtaine d'années. Il tremblota légèrement, à croire que l'endroit ne lui était d'aucun secours.

_Pardonnez moi ma faiblesse, je suis juste fatigué. Ne m'oubliez pas ce soir, je serai le premier à vous attendre...

"Dozo yoroshiku. Je vous sens très pressée, je ne vous retiendrai pas. Si vous dédaignez partir, allez y. Vous savez où se trouve le palais principal, venez ce soir au coucher du soleil, je vous attendrai."

Pressée? Pas spécialement. Kahera avait toute la soirée devant elle. Elle avait terminé sa longue et dure journée d'entraînements avec Shitatsumaki et Legaia, et s'apprêtait simplement à rentrer se reposer chez elle quand la curiosité l'avait finalement amenée en ce lieu de recueillement. Seulement, comme toujours, la jeune fille fuyait tout contact, toute relation avec le peuple de ce village qu'elle ne parvenait pas à accepter comme étant le sien. Si elle s'attachait à des gens d'ici, cela n'empirerait-il pas sa situation, après tout? Elle ne se sentait déjà que trop tiraillée, partagée entre Kiri et Suna, et ne tenait pas à compliquer davantage la situation.

"Je... ne suis pas pressée, non."

La jeune fille déglutit difficilement, détournant le regard. Elle s'était redressée, mais n'osait plus regarder son interlocuteur en face. Le kazekage lui-même, qu'elle venait de rencontrer, l'invitait en son palais, ce soir. Désorientée, Kahera tentait vainement de trouver une excuse valable qui lui permettrait de refuser ce rendez-vous sans offusquer le seigneur du village du Sable, mais rien ne lui vin à l'esprit.

*C'est juste que... Je ne souhaite me lier à personne, ici. Surtout pas au kazekage lui-même! Comment pourrai-je rentrer à Kiri en ayant alors deux villages, deux kages, deux peuples en mon cœur? Je ne pourrai plus choisir. Je ne saurai plus à qui me vouer...*

Maladroite, elle baissa à nouveau le regard. Keiki, lui, s'était agenouillé devant la stèle, à nouveau, et semblait perdu dans ses pensées, dans ses souvenirs, tandis qu'il ajouta:

"Pardonnez moi ma faiblesse, je suis juste fatigué. Ne m'oubliez pas ce soir, je serai le premier à vous attendre..."

Ces dernières paroles clôturaient le dialogue. Elle n'avait plus qu'à le laisser se recueillir en paix et obtempérer. Il lui avait donné un rendez-vous, et il était el kazekage en personne. Qu'importait donc le but de cette rencontre, elle devait se plier à la demande du seigneur de ce village sensé être le sien. Du moins était-ce celui de son clan, et Kahera se doutait qu'un refus n'était pas possible; ce serait outrer le kazekage, et si l'on apprenait qu'elle avait envoyé balader ce dernier, aussi poliment fut-ce, les représailles ne tarderaient sûrement pas. Le peuple de Suna ne lui faisait pas confiance. Le clan kamikaze non plus. Autant ne pas en rajouter, donc. Bien qu'il lui tourne le dos, elle s'inclina à nouveau, pour lui répondre, d'un ton des plus respectueux:

"Bien, monseigneur. Je vous y attendrai."

Le temps du rendez-vous était déjà venu, en effet; le soleil se couchait depuis un instant, déjà. Sans doute les souvenirs qui hantaient actuellement l'esprit du jeune kage l'avaient-ils distrait assez que pour qu'il ne s'en rende pas compte. Se redressant, Kahera fit demi-tour et quitta les lieux, laissant Keiki se recueillir tranquille sur cette tombe...

============

[Arrow Le Rendez-Vous du Kazekage Arrow]
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-suna-f171/
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: °¤ Le Soleil se lèvera à Nouveau sur Suna ¤° ( Libre )   Ven 03 Sep 2010, 20:16

Citation :


°¤ Evaluation ¤°

Kahera =) Je regrette encore mon geste, c'était prévu que je continue à jouer Keiki mais avec la période d'examens ca m'a pas mal destabilisée. Merci pour l'échange en tout cas, ca m'a permis de jouer differement et de passer un bon moment ^^

Arrow 8 Points chacun x/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: °¤ Le Soleil se lèvera à Nouveau sur Suna ¤° ( Libre )   

Revenir en haut Aller en bas
 

°¤ Le Soleil se lèvera à Nouveau sur Suna ¤° ( Libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: SunaSuna :: Les quartiers Yuufuku et Fujiyuu-