AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Brume sereine ( Libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Brume sereine ( Libre )   Sam 04 Oct 2008, 00:22

Des pas détendu et calmes se faisaient entendre dans le village silencieux. Une silhouette semblait avancer dans la rue principale de Kumo no Kuni, cela faisait maintenant plusieurs jours que le jeune homme aux yeux vert ambré n'avait plus eu de mission, et il en profitait pleinement pour se relaxer un peu et a nouveau pouvoir se poser des questions qui lui tenait a cœur. Il était impossible en regardant le ciel de savoir s'il faisait jour ou nuit, la chaleur environnante de la brume laissait présager que le soleil était toujours présent. Shigeki se baladait donc dans le village, c'était un jour de marché pour celui-ci, il était donc normal de voir rarement trois ou quatre personne passer par les rues, le shinobi était d'ailleurs heureux de ne pas être mêlé a l'immense foule qu'il devait y avoir dans la place principale. La chaleur du moment, et ses pas sereins lui faisaient apprécier pleinement le moment qu'il vivait. Les yeux levé vers le ciel plein de brume, l'adolescent était en train de rêver a ce qu'il souhaitait devenir plus tard, sans en avoir réellement l'idée, est ce qu'il aura une spécialité dans ses techniques, est-ce qu'il sera toujours dans le village, est-il possible pour lui de rencontrer de vrais amis avec lesquels il construira des liens solides ? Tant de questions plus ou moins importante, est celle qu'il se posait a ce moment était s'il pouvait commencer a construire cet avenir maintenant, même s'il n'as aucune idée de ce qu'il souhaite devenir par la suite...

* Que me réserve ce putain d'avenir ? *

C'est seulement dans les moments de solitude que la jeune personne se met a penser a ses problèmes et aux questions profonde de la vie, le problème étant qu'en ce moment il en avait bien trop pour arrêter de réfléchir. Mais c'est ce qui lui permettait de ne pas se sentir seul, et de s'habituer plus facilement a cela, comme un vieil ermite, peux-être est-ce ce qu'il deviendra plus tard qui sait. Mais a force de lever la tête et de ne plus regarder ou il marchait, Shigeki renversa une jeune demoiselle un peu moins âgée que lui, ce qui le fit redescendre rapidement sur terre, autant arrêter de se poser des questions et de profiter de ce climat idéal pour faire des rencontres, ou simplement se reposer mentalement et physiquement. Lentement il s'agenouilla au niveau de la jeune femme qu'il avait bousculé, et s'excusa tout en la relevant. Elle ne semblait pas si petite que ça une fois debout, elle devait avoir seize ans, son regard n'était pas bien profond mais l'expression de son visage lui était assez craquant. On pouvait presque faire n'importe quoi pour espérer voir un sourire sur son joli minois. Seulement après l'avoir remercié d'être aussi galant, puisqu' apparemment on était normal quand on laissait la personne tomber et que l'on partait, la grande fille était partie les joues un peu rosies...

Le jeune homme a la chevelure argenté n'avait quand a lui aucune réaction, ce n'était qu'une rencontre brève qui aurait pu seulement aller un peu plus loin, seulement les gens étaient trop terre a terre a présent pour essayer de lire plus loin qu'une rencontre. Ils avaient peur de s'engager dans une relation, ce n'était pas le cas de Shigeki, lui n'avait seulement aucune envie de fonder une famille, le but de la plupart des gens, a quoi cela servait d'avoir son propre foyer, d'avoir une fille ou un garçon, la fierté ? Un mystère qu'il ne comprenait pas, et qui ne l'intéressait pas non plus de toute façon. Apres une léger soupir qui montrait sa petite déception il continua d'avancer dans la même direction, toute les silhouettes qui s'approchaient ne ressemblaient qu'a des ombres aux loin, c'était en s'approchant que l'on pouvait les voir plus distinctement, la brume n'était pas si présente ce jour la. Entre celles qui s'approchaient, l'une des silhouettes semblait être plus présente que les autres, surement une personne ayant un potentiel de chakra, c'est a dire un ninja tout comme lui, l'enfant continuait d'avancer un jetant tout de même un œil...


* Est-ce que cette personne va avoir la même curiosité que moi ? Si c'est le cas nos regards vont se croiser... *
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Ayuna
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 27
Village : Kumo No Kuni
Date d'inscription : 24/07/2008

Fiche Ninja
PV:
240/240  (240/240)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Dim 05 Oct 2008, 19:18

[J'espère qu'il te plaira^^]


Alors que la brume envahissait le village de toutes part, cela ne dissuada pas les villageois de sortir de chez eux pour se rendre au marché. La jeune femme se doutait que c’était plus un lieu de rencontre, histoire de parler tranquillement sans penser au travail, plutôt que de faire des achats. Cependant, cela avait au moins le mérite d’animer le village, dans lequel elle vivait depuis maintenant quatre ans.

Alors qu’elle se faufilait au milieu des passants d’une démarche gracieuse, la Kunoichi n’avait encore bousculé personne ce qui était un exploit étant donné le monde qu’il y avait. Adressant des sourires aux gens qu’elle connaissait, Ayuna disparut bien vite de la place principale pour rejoindre les toits des habitations où elle ne risquait de ne croiser personne. Bien que la jeune femme ne rejetait aucune forme de conversation, sa préférence allait quand même vers la solitude. Réfléchir à son vécu jusqu’ici… Malgré ses 17 ans, cette dernière avait vécu pas mal de choses, une principale étant dramatique et pathétique, qui l’avait anéantie durant un certain temps. Les choses que la vie offraient parfois en tant que cadeaux, dont Ayuna se serait largement passée. Celle-ci avait tout de même accepté son sort, obligée de courber l’échine devant ce destin, cette impression de ne pas avoir le choix de sa propre vie, ne pas posséder son libre arbitre, lui était d’un côté insupportable, la jeune fille tenait tellement à sa liberté, faire ses propres choix et ne pas laisser sa vie entre les mains d’un écrivain dont la plume semblait acide pour son personnage… C’était paradoxal, mais la jeune femme ne savait pas où porter son opinion, être le jouet d’un auteur, ou avoir son libre arbitre.
Un choix qui sans prendre en compte son passé aurait été pour elle, très simple à faire, cependant, rien n’était aussi facile. En effet, alors qu’elle n’avait que 13 ans, on lui avait prouvé que c’était possible de lire dans les verses de l’avenir, on pouvait donc penser qu’il y avait forcément un destin, si quelques rares personnes pouvaient le déchiffrer… Un sujet de conversation qui plaisait sûrement au philosophe puisque dans les deux cas, aucun n’aurait tord, étant donné qu’il n’y aurait jamais de preuve pour dire lequel avait raison…

Ayuna avait eu beau réfléchir à son futur, aucune réponse ne venait à son esprit. Alors qu’elle était encore à Konoha, on lui avait conseillé de vivre ses rêves, toutefois, ce conseil avait disparut en même temps que cette personne au fin fond de son être. Ayuna n’espérait pas cette résurrection d’espoir de revivre le véritable bonheur. Aujourd’hui, cette dernière se laissait dériver sur ce fleuve où un jour ou l’autre, la déserteuse de Konoha se ferait happer par cette eau à la fois protectrice et dangereuse. Un mode de penser qui pouvait être fataliste, mais les évènements qu’elle avait vécu l’avait amené à penser ainsi.

Malgré cela, la Kunoichi connaissait la valeur de la vie, c’était d’ailleurs pour ça qu’elle avait choisit de se spécialiser dans le Medical Nin. Pour éviter que d’autres personnes connaissent la douleur de perdre un être cher, bien qu’elle savait que ces séparations étaient inévitables pour chaque Être Humain, qu’il soit Shinobi ou civil. Néanmoins, cela permettait d’étoffer ces souvenirs de bonheurs, de soulagements, de disputes qui agrémentaient la vie de chaque individus. Après tout, ce qui faisait la vie, ce n’était le fait de respirer et de voir chaque matin le soleil se lever, mais bien ce qu’on vivait. Un fait universel qui mettait tout le monde d’accord.

Alors qu’Ayuna décidait de descendre du toits des maisons pour atterrir en douceur sur le sol, ses cheveux dansant au rythme de ses mouvements fluides, des perles d’eau s’étaient déposées sur sa chevelure noire. Alors qu’auparavant, la jeune fille avait eu du mal à se faire à ce climat qui était complètement différents de celui de Konoha, aujourd’hui, il lui convenait parfaitement : impénétrable et mystérieux.
Toutefois, ce brouillard avait comme toutes choses, un équilibre, les bons et les mauvais côtés. En ce moment, c’était le fait qu’elle n’avait pu voir aucun passant qui arrivait en son sens. Néanmoins, la brume n’empêchait pas de voir les individus qui arrivaient et n‘étouffaient pas les bruits de leur pas, la jeune femme était peut être tout simplement une nouvelle fois plongée dans les méandres de son esprit, comme elle en avait pris l’habitude depuis quelques années déjà.
Alors qu’elle avait repris sa marche vers un endroit non défini mais de préférence à l’extérieur du village, où les chances de croiser du monde étaient minimes, Ayuna ressentit un chakra pas très loin d’elle. Certes, moins puissant que le sien mais plus élevé que celui d’un Genin, la jeune femme conclut donc à un Chuunin. Esquissant un sourire rapide, la jeune femme sentait le regard de ce dernier posé sur elle. Cette dernière se demanda alors brièvement à quoi pouvait bien penser le jeune homme en cet instant.

Échangeant un regard, la Kunoichi lui adressa un sourire bienveillant, sans toutefois montrer cette joie de vivre qui la caractérisait tant lorsqu’elle avait 13 ans. Tout le monde changeait au fur et à mesure du temps, vieillissant, devenant plus sage et plus expérimenté avant de rejoindre la mort. C’était d’ailleurs pour ça que certaines personnes recherchaient cette soif d’éternité, mais qui par la même occasion enlevait la valeur de chaque vie. L’existence n’en valait pas la peine, si elle était éternelle, pour la Kunoichi chaque être humain devait connaître le repos, pour laisser place à la vie…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Dim 05 Oct 2008, 20:14

Spoiler:
 

Maintenant que le jeune homme au regard ambré était redescendu de son petit monde pour regarder autour de lui, il pouvait remarquer le chakra plus important que le sien qui s'approchait peu a peu dans sa direction. Pas spécialement pour se confronter a lui, seulement pour passer dans la direction opposé de cette rue, mais comme l'avait pensé précédemment l'adolescent, il était possible que les regards se croisent par curiosité, il faut dire que les ninjas absent se faisaient si peu rare qu'il fallait beaucoup de chance pour deux shinobis se croisent dans les rues de la brume. Plus la personne s'approchait, plus sa silhouette prenait forme, et il ne fallut évidemment pas longtemps a Shigeki pour comprendre que c'était une femme. Levant un peu le regard vers le ciel, il se demandait si le regards des gens changeaient au niveau de la sexualité des personnes par lesquels ils sont protégés, est il possible que les personne ne pouvant supporter cela existent encore, si c'est le cas, il faudrait se demander pourquoi. Voila que la personne a la chevelure argenté baissait son regard pour apercevoir celle qui pourrait peux-être être sa future interlocutrice si le cœur lui en disait. Elle était belle et avait un beau regard, mais ce qui était le plus sympathique pour le grand enfant était que la passante qu'il voyait en face de lui affichait un sourire, ce qui était rare.

Il est rare de voir une personne sourire par un simple croisement de rue, les gens deviennent tellement machinale qu'ils en oublient de se croiser dans les rues, ils sont presque capable d'être désagréable quand ils sont dérangé dans la rue. Les allées de la ville ne sont plus que pour eux de simple trajet pour aller d'un endroit a un autre, ils ne ressentent pas le besoin de ressentir des émotions entre les deux alors ils rejettent tout sorte de paroles. Et cela s'aggravait surtout pour le monde des shinobis, souvent ils passent par les toits des rues. Ce qui n'es pas grave, c'est seulement pour éviter la foule, mais par excès cela devient un moyen de fuir les gens de ne plus avoir de contact avec eux et cela ne se voyait que trop souvent a Kumo. En effet combien de ninjas ont des réputations a ne pas envier pour simple cause qu'ils sont froid et immoraux avec n'importe qui, Shigeki espérait ne jamais devenir comme ça et le sourire qu'il avait devant lui voulait dire beaucoup. Comme par un réflexe, le petit homme s'arrêta dans la rue pour regarder la belle expression de la demoiselle puis pris enfin la parole...

" C'est rare et agréable de voir un sourire dans la rue. J'espère qu'il es également sincère, ça me rassurerais qu'une personne comme toi ne fais pas ca machinalement. "


Ce qu'il fallait comprendre dans cette phrase ? C'est qu'il es heureux de croiser dans la rue une personne comme elle qui es encore capable de sourire même s'ils ne se connaissent pas, et qu'il espère que cette expression es sincère, car cela lui permettra de savoir qu'au fond d'elle cette belle femme es aussi heureuse. C'était un peu déplacé de dire une phrase de la sorte pour une personne qu'il n'avait jamais croisé auparavant cependant il n'était pas attaché a ce sentiment qu'il faut etre seulement proche des personnes qu'on connait, ainsi on se permettrait des grossièretés avec des personnes tout simplement parce qu'on as des liens avec eux, et on ne pourrait se permettre de donner des mots gentil a ceux qui n'en ont pas ? Shigeki n'était pas d'accord et il montrais ici la différence qu'il avait par rapport au peuple du village de la brume. Il avait cependant un doute qui lui trottait dans la tête et espérait qu'il partirait bien vite...

* Si cette shinobi est attaché aux formalités sentimentales du peuple, il se peux qu'elle me refoule tout simplement parce que je lui parle en pleine rue. Ça ne me rendrait pas triste, non. Mais je serais déçu, après un si beau sourire. *

C'est donc avec une certaine crainte que l'adolescent attendait une réaction de la part, il se pouvait aussi qu'il n'y en aurait aucune. C'en était presque gênant de devoir attendre une réaction sans rien pouvoir faire pour qu'elle ne vienne. Mais accroché a quelques espoirs qui étaient apparu quand il avait vu ce sourire, il espérait même une petite réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Ayuna
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 27
Village : Kumo No Kuni
Date d'inscription : 24/07/2008

Fiche Ninja
PV:
240/240  (240/240)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Ven 10 Oct 2008, 20:46

[dsl pour le temps, je suis pas là en semaine^^"]



Sur un simple sourire, cet inconnu à ses yeux, avait réussit à lancer une conversation. Quelque peu étonné, cependant Ayuna n’en montra rien. La jeune fille avait rencontré toutes sortes de personnalités dont elle s’était plus ou moins attachée. La plupart de ces gens qu’elle avait rencontrés avait été pendant des missions en tout genres. Cette dernière n’était plus vraiment surprise d’une quelconque remarque qu’elle soit agressive, étrange ou mystérieuse. Cela n’avait aucune importance, au contraire, cela avait au moins le mérite de l’aider à analyser le caractère d’une personne et ainsi ne pas faire d’erreur de comportement ce qui lui avait maintes fois servi, lorsque la situation semblait compliquée, surtout lorsqu’elle était en infiltration. Ayuna ne se trouvait pas calculatrice, néanmoins, lorsqu’on était un Ninja on ne pouvait guère se permettre d’être un chevalier blanc sans reproche. Il fallait être lucide, ces choses là ne se trouvaient que dans les contes pour enfants. Le Bien ne gagnait pas toujours, les ténèbres pouvaient engloutir n’importe quel être, même si ce dernier avait une forte volonté pour s’en tirer. On ne lavait jamais complètement ses pêchés. Toutefois, on pouvait faire en sorte de se faire pardonner du mal qu’on avait crée.
Le meurtre n’était ni plus ni moins que ce qu’il voulait dire. Que cela soit pour la paix ou pour la guerre, cela revenait au même. L’assassin porterait à vie le sang de ses victimes. Et la Kunoichi ne faisait pas exception à la règle. Ayuna avait bien vite perdu cette innocence et cette pureté qu’elle laissait à penser de part son physique frêle, et ce caractère qui semblait si doux. Celle-ci avait deux facettes comme chaque personnes qui se découvraient grâce aux années qui exposaient tous individus. C’était un fait immuable, personne ne pouvait être complètement bercé par la lumière ou complètement plongé dans les ténèbres. Les jugements humains seraient alors trop facile. Il y avait toujours un leitmotiv pour chaque personnes pour accomplir tel ou tel acte, sans pleinement réaliser ce discernement qu’on pouvait avoir lorsqu’on prenait du recul.

Le jeune homme qui lui faisait face, semblait avoir son âge, pourtant son regard était bien différents du sien. Certes à la surface il semblait être le même. En effet, ce dernier avait vécu des choses bien différentes d’elle, ce qui en soit était tout à fait normal. Cet étranger semblait rêveur, peut être même doux. Il était indéniable qu’il possédait du charme, cependant, Ayuna bien qu’elle n’était pas non plus insensible au charme masculin était loin d’avoir éprouvé une quelconque attirance pour un homme depuis bien longtemps lui semblait il. De toute façon quelle importance, la Shinobi se laissait volontiers transporter telle une feuille bercée au gré du vent. Ses états d’âmes étant tout de même présent, simplement, elle faisait en sorte de les cacher derrière une carapace indestructible. Alors que les expressions extérieures soient sincère cela n’avait aucune importance pour la jeune femme.

La Kunoichi avait l’impression de capter une certain appréhension de la part du jeune homme qui semblait plus grand qu’elle maintenant qu’elle le regardait de plus près. Ses yeux noirs croisèrent ceux de couleurs verts ambrés imperceptiblement. Les personnes alentours grognaient devant ces deux Shinobis qui semblaient ne pas vouloir bouger malgré le monde qui affluait de plus en plus par les rues adjacentes. Néanmoins, cette populace semblait se taire lorsqu’ils la reconnaissaient. Ayuna était loin d’être crainte au contraire, au service des villageois lorsque cela s’avérait nécessaire, la jeune femme avait acquit un certain respect.


-Quelle valeur cela a… N’est il pas plutôt primordial de s’intéresser au résultat ?

Un sourire énigmatique apparut sur son doux visage, empreint d’un apaisement qu’elle n’aurait jamais dû avoir pour son jeune âge. Ayuna ne savait pas vraiment pourquoi elle réagissait ainsi avec cet inconnu. En fait, tous êtres qu’elle rencontrait la rendait différente à chaque fois, jusque là tout était normal, cependant, son empathie jouait beaucoup sur elle, tout comme les ambiances, il était donc devenu difficile de cerner son véritable caractère, elle-même n’étant sûre de rien. Néanmoins, c’était bien en rencontrant les autres qu’on connaissait la nature de sa personnalité.

Son sourire, la Kunoichi savait très bien qu’il avait fait plaisir à ce Chuunin qui l’avait abordé pour elle ne savait quelle raison, mais elle penchait pour la spontanéité. Une qualité qui avait au moins le mérite d’apporter une brise tiède à la Shinobi, elle ne pouvait le nier.
Arrivé à un certain grade, ce genre de comportement était de plus en plus rare, le sérieux primant toujours sur les caractères téméraires. D’ailleurs en étant Juunin ceci était complètement idiot de laisser ses sentiments prendre le dessus, la principale était qualité était bien entendu la raison. On était responsable d’une équipe, et on devait faire en sorte qu’elle reste en vie coûte que coûte, tout en réussissant la mission à 100% ce n’était donc pas avec les émotions qu’on réussissait. Enfin c’était le point de vue de la jeune femme en ce moment. Peut être que par la suite, cela changerait, bien qu’Ayuna en doutait fortement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Lun 13 Oct 2008, 18:45

[Je me permet de vous rejoindre avec l'accord de Shigeki Smile, j'espère me montrer à la hauteur de votre niveau.]

On pouvait percevoir le doux son de l'acier qui tournait tel une hélice autour du doigt d'un jeune homme âgé d'une vingtaine d'année, il semblait grand et fort aux yeux de Sachiyo qui pourtant trouvait que ce dernier ne devait pas être très intelligent de jouer avec un kunaï en sautant de toit en toit. Il suffirait qu'il glisse lamentablement sur une tuile affaibli par le temps, prête à céder, pour que l'homme se retrouve à l'hôpital la jambe dans le plâtre ainsi qu'une lame dans l'épaule. Cette pensée se dissipa rapidement alors que le shinobi disparaissait dans la brume presque quotidienne qui envahissait le village caché fréquemment. L'adolescent ne savait pas vraiment quoi faire, allait-il se fondre dans la masse, au marché , dans cette immense foule bruyante ou s'isolerait-il dans une ruelle , seul les mains dans les poches, l'air insignifiant , dans ces pensées en espérant que quelque chose d'intéressant lui arrive. Celui-ci , qui ne connaissait pas encore très bien tout les recoins de la cité, prit la décision de laisser décider le hasard, de toute façon s'était mieux ainsi. Peut-être rencontrerait-il quelqu'un pour lui indiquer le chemin de la bibliothèque de la ville, il pourrait ainsi étudier l'art des illusions une nouvelle fois. Dans tous les cas, il trouverait bien une activité à pratiquer pendant la journée. La patience est mère de sûreté dit-on , c'est donc dans le plus grand calme qu'il marcha paisiblement dans les ruelles, étroites par moment, la tête baissait laissant entendre qu'il parlait à sa conscience comme beaucoup de monde le fait lorsqu'on se retrouve en solitaire. Certains qualifieraient cela d'une sorte de seconde personnalité, qui ferait surface uniquement dans ce genre de situation, d'autres parleraient d'un état d'âme. Peu importe comment on pouvait nommer cette chose, le fait est que pendant ces moments de solitude on se laisse bercer par l'imaginaire , le rêve , ou l'interrogation au point qu'il arrive qu'on ne fasse pas attention à ce qu'il se passe autour de soit ni de ce qu'il y a devant soit. Soudain, le jeune homme perçut les miaulements désespérés d'un chaton à la recherche de sa mère, sans en connaître la raison, ces appels le touchait énormément lui qui pourtant masquait ces émotions, les plonger tout au fond de son être. Son pelage blanchâtre tel la neige éternel des montagnes de Yuki no kuni combiné à ses yeux bleu comme l'océan le rendait irrésistiblement mignon . Sachiyo ne pu s'empêcher de le prendre dans ses bras et de chercher aux alentours un de semblables qui lui ressemblerait. Qui mieux qu'un chat pourrait s'occuper de ce petit être fragile , sans défense ? Cependant , la brume qui paraissait si sereine pour l'adolescent ne pouvait être que l'ennemi de toute personne recherchant son chemin. De plus, l'égarement du chaton n'avait rien d'étonnant , ce brouillard avait probablement fait perdre la trace de sa créatrice au jeune animal à la vision abstraite du à son jeune âge. A chaque fois qu'il croisait le regard de la bête qu'il avait entre les mains, une volonté inexplicable d'aider ce dernier s'emparait de lui. Presque exaspérait de ne trouver aucune piste, l'air impartial, l'adolescent se mit à inspecter rapidement chaque parcelle de terre qu'il franchissait, malheureusement il n'y avait rien à faire, pendant qu'il se déplaçait la mère du petit se mouvait probablement. Au bout d'une petite demi-heure de recherche acharné il rata son atterrissage sur la branche d'un arbre humidifié par la météo provoquant irrévocablement sa chute vers le sol, grâce à ses réflexes il arriva à amortir cette dernière , tout en serrant dans bes ras le chaton effrayé, il fit une magnifique et presque spectaculaire roulé boulé qui s'acheva aux pieds de deux personnes en train de discutailler. Du sang se mit à couler au niveau du bras droit de Sachiyo à cause de la peau qui s'était enlevé avec le choc, on ne pouvait pas dire que le pavet du village était doux comme du coton, loin de là. Honteux de son entrée en scène qui semblait attirer tous les regards vers lui, que se soit celui des villageois de passage dans la rue ou des shinobis se situant à moins d'un mètre de lui. Ninja qu'il avait reconnu étrangement à l'aide d'un pressentiment d'infériorité envers eux, pour les personnes dotés de chakkra il n'était pas rare d'avoir ce genre de réactions lorsqu'ils croisaient quelqu'un dont le pouvoir était supérieur au sien bien que son niveau actuel ne lui permit de s'en rendre compte qu'une fois à coté d'eux. Il se releva alors machinalement sans laisser apparaître d'émotion particulière mise à part son regard évasif habituel, la seule chose qui lui importait n'était autre que le destin de cette bestiole aux poils blancs se qui trahissait son air indifférent à toutes choses. Après s'être rapidement passer un coup de main sur ses habits pour retirer la poussière ainsi que la saleté qui aurait pu se poser sur eux, il prit la parole en espérant ne pas se faire repousser à coup de jurons pour les avoir interrompu.

"Hum...bonjour...excusez-moi, n'auriez-vous pas vu récemment un chat féminin ressemblant à ce petit passer par là?"

Sans se soucier de cette chaleur qui lui piquait au niveau des blessures de son bras, il avait questionné ces étrangers pour continuer sa quête. Une pensée lui vint inéluctablement en tête, si jamais il ne retrouvait pas la promotrice de cette boule de poils qu'allait-il en faire? Le laisser mourir de froid, seul et affamé dans la rue avec la fatalité de son destin ou allait-il s'en occuper? Chose qui semblait impossible à ses yeux verts feuille qui laissait entendre qu'il en serait incapable même s'il le désirait, en l'occurrence la cause principale de ce sentiment était son devoir de shinobi, celui de défendre son village et de réaliser des missions aux comptes de celui-ci. S'il venait à s'absenter plusieurs jours, le chaton devrait se débrouiller seul, livré à lui-même...Pour mettre toute les chances d'une réponse positive de la part des individus à qui il avait demandé quelque chose, il laissa apparaître un petit sourire sincère pour une fois, les laissant lire en lui tel un livre ouvert. De part cette action, il n'était pas difficile de dresser la psychologie complexe du jeune homme mais qui pourtant se résumait brièvement. Qu'en penseraient-ils? Se ferait-il ignorer par ces derniers? Personne ne pouvait le savoir, chacun est libre de ses actes, de ses paroles et de ses choix.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Lun 13 Oct 2008, 23:01

La réaction gestuelle de sa future interlocutrice faisait comprendre a Shigeki, qu'il n'allait pas se faire refouler. En effet celle-ci s'était arrêté devant lui, elle semblait d'abord réagir intérieurement avoir de vouloir lui parler. Evidemment comme il s'y attendait, la réponse n'était pas particulièrement chaleureuse mais le fait qu'il ne soit pas ignoré montrait un peu le genre de personne a qui il avait affaire. Le jeune homme a la chevelure argentée leva alors son regard ambré vers le ciel, caché par la brume environnante, s'intéresser au résultat. L'adolescent savait exactement ce qu'allait donner sa réponse...

" Le résultat n'es fait que pour les simples d'esprits qui se contentent de cela, ca n'es pas mon cas... "

Que voulait-il dire par les simples d'esprit, tout simplement les gens qui regardent le sourire, qui le rendent machinalement histoire de détendre l'ambiance mais qui au fond d'eux s'en foutent complètement. Tout permettait de suivre ce cycle de vie débile et inhumain, le petit homme était d'ailleurs heureux de savoir qu'il avait survécu a cette époque. Lui était plutôt le style a regarder une personne, et as se demander pourquoi elle possédait tel ou tel expression sur le visage. Ou as se poser indéfiniment des questions sur la vie et ne pas se contenter de simple hypothese, ce qui emmenait a revenir souvent sur de même thèmes dans des versions différentes. Comme pour lui donner un gout de ce qu'il appelait un vrai sourire, Shigeki en fit un, montrant la joie qu'il éprouvait de pouvoir discuter avec une personne a présent. Mais alors que ses lèvres affichait un mince sourire, un vacarme presque assourdissant se faisant entendre aux cotés des deux ninjas de la brume, une personne semblait être debout tant bien que mal un chat dans les bras, la poussière qui se relevait autour de lui, et les yeux des civils qui semblaient écarquillé et braqué sur lui faisait comprendre qu'il ne s'était pas rétabli simplement, surement une acrobatie obligatoire qu'il avait du effectuer...

Enfin les yeux de cette personne se posa sur les deux shinobis qui avaient entamé une conversation, si l'on pouvait appeler ça comme ça. D'après la question qu'il venait de poser, il semblait rechercher la mère du chat, c'était en tout cas ce qu'avait finit par comprendre le chuunin. Enfin il se mit a lui répondre en premier...

" Si tu veux je peux t'aider a la chercher... "

C'est vrai quoi, pourquoi ne pas aider ce jeune homme a l'allure sympathique qui avait semblé hésitant sur sa question comme si lui aussi avait eu peur de se faire refouler, il était pret a s'approcher de lui pour regarder de plus près le chat, d'ailleurs celui ci avait un pelage éclatant et des yeux bleu bien profond, qui ne faisait que plus ressortir grâce a ses poils blanc. Mais avant il se retourna vers la demoiselle pour lui poser la question avec le sourire...

" Et toi ? Tu veux faire quoi ? "

( Désolée, j'avais pas la motivation et j'ai fais avec ce que j'ai pu, mon rp est presque ridicule et je m'en excuse )
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Ayuna
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 27
Village : Kumo No Kuni
Date d'inscription : 24/07/2008

Fiche Ninja
PV:
240/240  (240/240)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Dim 19 Oct 2008, 16:49

[Dsl pas trop d'idées XD]


Lorsque le jeune homme répondit à sa question, Ayuna afficha un sourire remplit de douceur. Les simples d’esprits… Pour la jeune femme, seul le résultat comptait, et pourtant, elle ne se considérait pas comme une simple d’esprit. Cependant, chacun avait sa propre opinion et ne pouvait pas lui en vouloir, chaque caractère se forgeait grâce au vécu, la vie offrait une redoutable expérience dont certaines tragiques. Mais tout le monde se relevait et c’était le plus important, que cela soit pour se prouver la force qu’on possédait, soit pour les autres, pour ne pas qu’ils s’inquiètent pour vous. La Kunoichi ne dérogeait pas à la règle, et au fur et à mesure des années, la jeune femme avait conclu que lorsqu’on rassurait quelqu’un, autant le faire, l’autre ne s’intéressait à vous simplement parce que vous vous occupiez de lui. Ce n’était en rien une perte d’espoir pour Ayuna. Au contraire, cela avait au moins le mérite de ne pas la plongée dans sa propre tristesse. Peu d’individus étaient capable de voir véritablement une personne, de part sa gestuelle, ses expressions orales, les regards, les sourires… L’Être Humain était complexe, dont chaque personne avait sa part d’ombre.

Cependant, elle n’eut pas le loisir de lui répondre, qu’ils furent interrompus par un Shinobi dont elle avait senti sa présence venir, mais elle n’avait sûrement pas prévu qu’il tomberait aussi maladroitement d’un toit. Un sourire amusée s’afficha sur son visage serein, en imaginant que lorsqu’elle était encore Genin, elle-même était aussi maladroite, voire même, plus. La jeune Kunoichi avait très facilement deviné le niveau de ce dernier, ce qui n’était pas bien difficile pour une Juunin. Celui-ci avait aussi l’air d’avoir à peu près son âge, bien qu’il soit légèrement plus grand qu’elle, ce qui en soit n’avait rien d’étonnant à ses yeux. Ayuna distingua alors un petit chat d’un pelage blanc neige, aux yeux bleus ; un sourire intérieure, elle-même aurait craquer devant cette petite boule de poil. Son air indifférent se détrompait grâce à, ou à cause de ce chaton. Les apparences étaient souvent biens trompeuses, la Kunoichi le savait très bien, puisque lors de certaines missions, cette dernière jouait parfaitement bien la comédie, ce qui était essentielle lors de ses infiltrations sur l’ordre de ses supérieurs. Mal joué un rôle, cela lui revenait à mourir, et Ayuna en était bien consciente. Néanmoins, si cela pouvait protéger Kumo No Kuni, elle prenait sans hésiter le risque. Malgré que cela ne faisait que quatre ans, qu’elle avait élu domicile dans ce village, elle s’y était attachée, malgré quelques difficultés d‘adaptation, bien qu‘elle n‘avait pas vraiment fait des efforts. En effet, la jeune femme préférait éviter trop d’attachement à une personne, un choix comme un autre, pour pouvoir se préserver.

Alors que les passants déambulaient désormais comme ci rien ne s’était passée quelques secondes plutôt avec le nouveau venu, la jeune femme l’observa rapidement : une blessure se faisait voir grâce à la liqueur vermeil sur son bras droit, ce qu’il s’était sûrement fait lors de sa chute. En soit, cette dernière n’avait rien de grave, cependant, il était toujours désagréable de souffrir d’une petite hémorragie surtout lorsqu’on était pas en combat. Il était facile de passer outre, mais lorsqu’on pouvait faire autrement, pourquoi ne pas en profiter ?
Toutefois, le jeune homme demanda s’il n’avait pas vu une féline dans les parages, sûrement la mère du chatons si on lisait entre les lignes. Cependant, un chat ne ressemblait pas forcément à génitrice, un regard dubitatif s’inscrivit sur son visage. Ayuna se demanda comment il comptait trouver sa mère. En cherchant dans tout le village ? Cela ne servait à rien, Kumo était bien trop grand. Passant outre sa question, Ayuna pointa du doigt le bras ensanglanté.

-Tu es blessé… Je peux t’arranger ça. Ce sera toujours plus agréable.

S’approchant du jeune homme d’un pas fluide et gracieux, Ayuna lui prit délicatement le bras dans ses mains souvent qualifiées de douces. Ce qui en soit était normal puisqu’elle faisait très rarement des combats. D‘ailleurs, elle n’avait aucune qualification pour les batailles, cette dernière se contentait de soigner les blessés. Une voie qui n’avait rien de risqué, mais qui n’en restait pas moins importante. Formant des signes avec ses mains, la jeune femme entreprit une technique de faible niveau.

-Shousen no Jutsu

Un halo de lumière verte apparue, enveloppant sa paume de part et d’autre. Pendant que son Chakra guérissait sa blessure, le regard fixer sur cette dernière, la Kunoichi se demandait toujours comment il comptait faire.

-Tu as une idée de la façon de t’y prendre pour la retrouver ?

Une voix calme et emplie de douceur, Ayuna ne voulait pas que sa question sonne comme un reproche aux oreilles de son interlocuteur. Cependant, ça ne servait à rien de ratisser une ville pour chercher quelque chose dont on ne savait même pas à quoi cela pouvait bien ressembler, surtout en plein brouillard. De plus, ça se servait à rien de foncer tête baisser sans réfléchir. Partager la ville en trois secteurs, cela ne servait à rien, et prendrait bien trop de temps. Seule une mère pouvait reconnaître son petit.
La Kunoichi se tourna vers le jeune homme qui lui avait demander ce qu’elle voulait faire. Un regard sérieux et profond s’inscrivit sur son visage.

-Tout dépend de comment vous comptez vous y prendre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Lun 20 Oct 2008, 21:23

Les regards tournaient vers Sachiyo se dissipèrent rapidement, du moins pour les passants. A peine avait-il posé sa question que l'adolescent ,qui semblait avoir un ou deux ans de plus que lui, lui répondit de manière très sympathique qu'il pourrait l'aider à la chercher s'il le souhaitait. Cependant, lorsque ce dernier s'adressa à la Kunoichi à ses cotés, elle prit du temps à répondre. Avant qu'elle ne fasse quoi que se soit, son égratignure le piquait un peu mais il avait déjà vu pire. Selon Sachiyo, qui eut le temps de l'examinait brièvement, elle ne ressemblait pas vraiment à une personne qui se battait. En effet, quand elle prit son bras avec ses mains étrangement douce, avec l'attention d'une personne dont la présence était réconfortante, le jeune homme se sentit beaucoup mieux. Cette façon d'être faisait penser à une mère ou bien une grande sœur se souciant de ses petits soucis plutôt qu'à une shinobi expérimenté. Alors que la lueur verte refermait la blessure légère au niveau du coude qu'il possédait. Ce dernier tenta tant bien que mal de ne pas trop rougir, s'était la première fois depuis bien longtemps qu'une femme s'occupait de lui avec autant de gentillesse, pour lui s'était presque déconcertant. Peut-être que cette attitude chaleureuse était commune aux ninjas ayant choisis la voix du médical nin. La réponse à cette question s'obtiendrait surement si Sachiyo lui demandait mais il n'osa pas le faire.Soudain, la Kunoichi lui posa une question très pertinente au quel il n'avait pas vraiment réfléchi en se lançant à la recherche de la génitrice du chaton. Il baissa la tête ne savant pas quoi répondre dans un premier temps. Puis son regard évasif croisa les yeux marrons de cette femme décrivant l'ampleur du sérieux qu'elle pouvait avoir. Face à cela, l'adolescent fut incapable de dire : "je ne sais pas" alors il trouva une autre manière, indirecte, d'expliquer qu'il ne savait pas trop comment si prendre mais avant cela, il se mit en tête de la remercier pour son attention.

"Merci... pour ce que vous avez fait... Pour le chaton, je pensais que je pourrai demander aux passants s'il n'avait pas vu une féline au comportement anormal dans le coin. Après quoi je vérifierai si c'est bien elle... en posant le chaton à coté et en observant la réaction. Autrement, il est possible aussi d'aller vérifier dans les endroits favoris des chats, il doit bien y avoir ça dans ce village... vous savez un lieu où les chats aiment se rassembler..."

Bien qu'on pouvait sentir de la gratitude dans ces paroles ainsi qu'une solution potentiel à la question de la Kunoichi, son ton hésitant le trahissait encore une fois. De plus, on pouvait voir qu'il n'était pas très à l'aise avec les gens car il utilisait constamment le vouvoiement avec presque tout le monde. Même un mendiant aurait reçu cette marque de respect dans ses paroles envers lui. Peu à peu Sachiyo reprit son calme et son air indifférent pendant qu'il caresser la bête aux poils couleur neige qui lui inspirait tout un tas de sentiments positif. Au fur et à mesure que les secondes passés entre sa réponse et celle qu'exprimerait bientôt ses interlocuteurs, probablement, il lui vint l'idée qu'il ne retrouverait peut-être jamais la mère du petit au quel cas il pourrait s'en occuper. Pourquoi un shinobi ne pourrait-il pas avoir de compagnon animal? Le jeune homme aurait juste à l'élever de façon à ce que le chaton soit débrouillard, indépendant et sagouin. De cette façon le petit blanc serait capable de s'assumer lorsque l'adolescent viendrait à s'absenter. Pourtant, il ne pouvait se résigner à laisser tomber les recherches ainsi, surement à cause du fait que lui aussi avait perdu de vue ses parents lorsqu'il n'était qu'un "gosse" de quelques années. Serait-ce son premier acte pour que le monde devienne meilleur mais sans l'utilisation de techniques? Qui pouvait bien avoir la réponse à cette interrogation?Le destin lui-même est instable, en perpétuel changement tel le corps de quelque chose n'aillant pas encore atteint sa taille adulte. Une seule chose était sûr avec le futur de tout Homme:Au début poussière il était, à la fin poussière il sera. Cet unique détail qui faisait l'importance et l'utilité de chaque vie, à quoi bon être immortel? Chacun était libre de ses actes, de ses pensées et de la manière dont il vivrait ce laps de temps parmi ses semblables avant de ne faire plus qu'un à nouveau avec la nature.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Mar 28 Oct 2008, 14:34

L'adolescent a la chevelure argenté avait posé cette question simple a la femme qu'il avait en face de lui, fixant un léger moment sa chevelure raide et ténébreuse, il savait que ses paroles n'avaient qu'un but, celui de permettre a la shinobi au sourire d'accepter tout simplement. Au moment ou il venait de proposer au grand enfant de l'aider a chercher la mère du chaton, il vit la kunoichi se diriger vers lui avant de faire apparaitre de ses mains une lueur apaisante qui permit au nouveau venu de guérir. C'était donc une de ces personnes qui étaient faites pour soigner les gens, une sorte de pacifiste. Il faut dire qu'en la regardant on pouvait sentir son aura apaisante qui faisait comprendre ce style particulier qu'elle avait. Enfin ce regard ampli de douceur devint rapidement sérieux, elle n'accepterais que si les deux compères masculins auraient une idée de la façon a laquelle il devrait s'y prendre. Réfléchissant rapidement a ce moyen, toute les idées basique du ninja lui vient en tête, celle de faire des clones, pour permettre de rechercher plus rapidement. Seulement cela ne permettrait que de rendre la recherche bordélique, le chat semblait trop faible pour pouvoir les guider. Peux-être que l'odorat d'un animal permettrait en sentant le félin a rapidement les diriger vers la pro-créatrice de cette petite boule de poil. Mais alors que son cerveau calculait les nombreuses hypothèses qui permettrait de trouver l'objectif de la façon la plus rapide et efficace qui soit, le genin sembla retrouver la parole pour commencer par remercier chaleureusement l'attitude des personnages qui étaient déjà présent sur les lieux. Demander aux passants, pourquoi n'y avait-il pas penser plus tôt ? L'idée de retrouver la féline dans un lieu ou les chats se rassemblaient étaient une moins bonne idée mais praticable tout de même s'ils n'y arriveraient pas. Enfin le ninja spécialiste du feu prit la parole...

" Le comportement félin, quel mystère tout de même. Peux-être qu'on pourrait également mettre un contact un des chats que l'on croiserait dans la rue avec celui que tu tiens dans les bras, il pourrait alors nous guider dans sa direction. Bien que les chances qu'il nous emmène dans la bonne direction soit mince... Une autre idée ? "

Bien d'autre idée fusaient dans sa tête, mais toutes les déballer une a une ne servirait a rien, a rien d'autre que faire son intéressant. Non, ici Shigeki désirait ardemment connaitre les idées de ses camarades, pour voir leur façon de penser, et leur manière de réfléchir également. S'approchant également du nouveau venu, il regarda le chaton avant de le caresser rapidement. Il ne fallait pas essayer de s'amuser a chercher un animal du même trait physique que celui ci, car tout le monde savait pertinemment que ça n'était pas parce que la féline était parent de cette boule de poil qu'elle devait lui ressembler. En levant ses yeux émeraudes vers le ciel, le jeune existentialiste réfléchissait en soupirant...

* Les seules idées qui sont sorti pour l'instant nous oblige a demander de l'aide autour de nous, n'y as t'il aucun moyen de nous débrouiller sans déranger personne ? *


Les mains du shinobi de la brume s'éloignèrent finalement de l'animal pour retourner dans ses poches. Sans que l'on sache pourquoi, la même personne fit deux pas en arrière sans se retourner pour regarder s'il bousculait quelqu'un, et admirait le paysage devant lui, autour de ces personnes qui ne faisaient pas attention a ce qui les entourait, au gens qui se limitaient a la définition des trajets qui étaient pour eux seulement une sorte de petit contre-temps leur permettant d'aller du point A au point B. Il y avait deux êtres humains, ou trois plutôt qui s'entraidaient sans raison, dialoguaient entre eux et affichaient presque des sourires communicatifs. Poussant un soupir de satisfaction bien bruyant, le jeune philosophe les regardait sans vouloir expliquer ce qu'il avait, se retournant alors sans rendre de compte aux autres, il balaya son regard de droite a gauche, pour regarder s'il y avait des animaux abandonnées autour d'eux, les personnes sans véritable conscience et peu de vie n'était plus ce qui l'intéressait. Il y en avait trois, difficilement distinguable, l'un se trouvait derrière un panneau de restaurant semblant être une liste des hors d'œuvre. Et les deux autres sur les toits, le dernier ne se voyait presque pas, mais un petit bout de museau semblait se voir vers le fond de la rue, revenant auprès de ses deux camarades, il ne leur adresse pas un regard, et regardait de ce coté la de la ruelle brumeuse et chaleureuse ou il se trouvait...

Cette fois ci il semblait y en avoir seulement deux, l'un se trouvant contre un mur, recevant l'affection innocente d'une gamine qui s'amusait avec lui et l'autre en plein centre dans la rue semblait avoir les yeux posé sur... Eux. Pourquoi cet animal les regardait de façon aussi insistante, il n'avait rien de plus intéressant a faire ? Peux-être connaissait-il l'animal recherché en question et pourrait les guider, mais un simple regard ne permettait pas de croire cela. Peux-être que s'il réussissait a faire éloigner les shinobis se trouvant a ses cotés en reculant et lui par la même occasion, il définirait si ce félin est apte a les aider ou pas. Car s'il les suivrait, cela ne serait que plus sur. Revenant sur terre, et regardant les deux ninjas il prit a nouveau la parole...

" Ce chat qui nous observe derrière vous. Il semble être apte a nous guider, si nous nous éloignons et qu'il nous suit, l'hypothèse qu'il connait le chaton que tu as dans les bras pourra être envisageable. Et celui qu'il connaisse donc sa mère également... Mais je m'emballe un peu, sinon vous vous appelez comment ? "


Regardant tour a tour l'homme et la femme il les regardait avec un grand sourire, il es vrai qu'il ne savait pas comment les deux personnes s'appelait, et le fait de leur demander lui permettrait de les connaitre un peu mieux. Et de pouvoir mettre un nom sur ces visages sympathiques, a présent ce qu'attendait le chuunin existentialiste, c'était de connaitre l'identité de ses interlocuteurs. Et de connaitre leur avis sur le chat qui semble les observer...
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Ayuna
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 27
Village : Kumo No Kuni
Date d'inscription : 24/07/2008

Fiche Ninja
PV:
240/240  (240/240)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Mer 29 Oct 2008, 19:08

Il n’y avait pas un seul souffle de vent dans le village des nuages. Simplement une brume épaisse, dont les cristaux des nuages se déposaient sur sa chevelure ébène. Cette météo donnait l’impression à Ayuna que le village était prisonniers du temps, dans une éternité feinte. Pourtant chaque secondes précipitaient tous êtres devant la mort, s’inclinant devant cette faucheuse qu’on le veuille ou non. Parfois, lorsqu’elle sentait cette plénitude s‘emparant peu à peu d‘elle, telle une illusion, la Kunoichi pensait que la vie était bien différente, que dans d’autres lieux, d’autres personne mourraient sous les guerres ou les maladies. Mais, elle ne pouvait rien y faire, la jeune femme devait se contenter des limites de ses aptitudes humaines, alors autant faire son maximum pour rendre le sourire à des personnes, même si elle ne les connaissait pas. C’était d’ailleurs pour ça qu’elle ne tuait que en cas d’absolu nécessité, faire souffrir une personne innocente, très peu pour elle, c‘était pour cela qu‘elle avait choisi la voie du Medical Nin, en plus des missions d’infiltrations qu’elle effectuait lorsque cela était important pour la survie de son village adoptif.

Alors qu’elle sentait une douce chaleur envahir sa paume, comme un halo protecteur, pendant qu’elle guérissait le jeune Genin, elle vit du coin de l’œil que ce dernier n’avait pas vraiment l’habitude qu’on s’occupe de lui ainsi, grâce aux apparitions rouges qui coloraient ses joues. Ayuna fit comme si elle n’avait rien vu pour ne pas ajouter à son malaise, bien qu’elle affichait un petit sourire intérieur qui n’avait cependant rien de moqueur, simplement face à cette constatation, qui ne l’avait pas vraiment surprise. La jeune femme avait décidé de ne pas s’attarder sur ça, préférant lui demander comment il comptait faire pour retrouver la mère du chaton, qu’elle trouvait d’ailleurs de plus en plus craquant devant ce regard bleu intense.
Le regard d’Ayuna croisa brièvement celui du jeune homme, un regard évasif ornant les traits de son visage pourtant agréable à regarder, alors que le regard de la Kunoichi était tout autre, sérieux, bien que cette douceur constante ne la quittait jamais, faisait briller légèrement ses yeux noirs. En bref, la Shinobi exprimait bien plus de sentiment que son interlocuteur, malgré son aura mystérieuse que parfois, certaines personnes distinguaient. Lorsqu’il la remercia, Ayuna lui adressa un sourire et hocha imperceptiblement la tête, pour signifier que ce n’était rien.

Lorsque ce dernier expliqua comment il comptait procéder, la Juunin écouta attentivement ses paroles. Cette dernière n’avait qu’une seule idée lui venant à l’esprit, et c’était bien l’odorat, à condition que cette petite boule de poil ne soit pas imprégner de l’odeur des humains. Cependant, elle n’avait aucune qualification pour ce qui était de suivre les traces d’un être vivant ni dans celle des invocations. Devant les idées des deux Ninjas, la Kunoichi afficha un regard dubitatif, demander aux villageois, ou… aux autres chats. Fronçant les sourcils, Ayuna ne put s’empêcher de prendre la parole :


-Demander aux passants… en admettant qu’ils aient fait attention, ce qui seraient étonnant en soit, à la limite peut être les enfants, mais ce serait très aléatoire. Quant aux autres chats… ces animaux sont très indépendants des uns des autres, ils ne se déplacent jamais en groupe, alors il vaudrait mieux éviter de compter sur ça…

La jeune Kunoichi adressa tout de même ce perpétuel sourire pour rassurer le Genin, puisqu‘elle avait remarquer son ton hésitant. Reportant son attention sur le petit chat, cette dernière se disait qu’au pire des cas, quelqu’un pourrait s’occuper de lui, il n’aurait aucun mal à trouver un maître au vu de cette petite tête.

-Personnellement, je n’ai pas vraiment d’idée, à part celui d’utiliser l’odorat, mais je n’ai pas de compétence dans les invocations et je possède encore moins le flair d’un quelconque animal…

Sachant pertinemment qu’elle ne serait pas d’une grande utilité dans ces recherches, où les chances de réussite était improbable, Ayuna avait décider de rester… pour voir quelle tournure cela prenait tout du moins. La jeune femme observa alors le Genin, son air de franche indifférence avait reprit le dessus, pourtant, la Kunoichi ne put s’empêcher de penser que ce chaton apaisait en quelque sorte ce dernier. Un sourire légèrement amusé, et doux s’afficha sur le visage d’Ayuna.

-Tu pourras t’en occuper si on ne retrouve pas sa mère au pire, non ?

Entre temps, l’autre jeune homme s’était légèrement éloigné d’eux, pour observer les alentours, dont Ayuna ne savait pour quelle raison, et revint pour parler de sa théorie. Un chat les observait de loin, la Kunoichi trouvait cela plutôt étrange. Mais ce n’était sûrement pas un chat qui aurait pu les aider, à moins que ce soit la mère du petit, cependant, dans ce cas là, il y aurait sûrement eu un comportement beaucoup plus agressif. Les chats étaient loin d’être comme les êtres humains…
Lorsque le jeune homme demanda leurs noms, Ayuna venait de se rendre compte qu’en effet, elle ne connaissait aucun des deux protagonistes.


-Nanahara Ayuna

Adressant un sourire doux à ce dernier, la jeune femme était bien curieuse de savoir qui ils étaient, bien que sur son visage, cela ne se voyait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Mer 29 Oct 2008, 23:04

Alors que Sachiyo venait de répondre à la jeune femme qui se trouvait à coté d'eux, l'adolescent à la chevelure argenté exprimait une théorie sur les chats. Celle-ci parut bonne d'après lui, en effet ce chaton devait bien avoir croisé d'autres chats par le passé qui eux-même avaient du rencontrés sa mère, peut-être que ,comme les humains , ils étaient dotés de ce genre de sentiments. C'est-à-dire, celui d'aider ses compagnons en difficulté, seulement la Kunoichi lui fit remarqué tout d'abord qu'étant donné l'attitude des habitants de Kumo et du comportement des chats, leurs solutions pour la retrouver seraient probablement irréalisable ou tout simplement inutiles. En gros, essayer de trouver la mère de cette boule de poils s'était pareil que chercher une aiguille dans une botte de foin. Le Chuunin s'écarta d'un ou du mètre de leur petit groupe tandis que l'adolescent restait d'apparence pensive et indifférente. Une chaleur inconnue l'envahit peu à peu au fil des secondes pendant lesquels ils se trouvaient avec ces charmantes personnes, le jeune homme n'avait pas ressentit cette dernière depuis bien longtemps. Serait-ce le sentiment de ne plus être seul? Ou bien celui de rencontrer des gens sur lesquels on peut compter? Plein de questions vinrent torturer l'esprit de Sachiyo qui pourtant semblait apaiser à chaque fois qu'il regardait le chaton. On aurait pu croire que les yeux bleu de cette bestiole faisait voyager quiconque y plonger son regard, ainsi il serait bercé par le doux tulmute des vagues se brisant contre la roche accompagné d'une brise estivale rendant l'atmosphère générale paisible. Lorsque l'adolescent redescendit sur Terre , il se mit à réfléchir sur les derniers propos de la Juunin, invoquer un animal ninja? se servir de leur odorat? S'était malheureusement impossible. D'un coté Sachiyo ne connaissait rien en matière de Kuchyose, d'un autre la Juunin non plus sinon elle aura déjà tenté quelque chose et pour finir la touffe de cheveux argenté y aurait surement pensé également. Alors que faire? Tel était la question qui les tourmentait tous à première vue bien qu'à la surprise de Sachiyo, la jeune femme proposa qu'il s'en occupe.

"Euh... je ne sais pas... est-ce que la vie que je pourrai lui offrir sera convenable?"

Certes il avait déjà imaginé ce scénario mais il ne pouvait se résoudre à abandonner si facilement car cette éventualité était la plus simple à réaliser. De plus, il ne connaissait rien au chat, leur nourriture, leurs petites habitudes, leur façon d'être... l'adolescent ne savait rien de tout ça. Il arrivait déjà à s'assumer tout seul, se nourrir convenablement et être autonome, cependant serait-il assez "responsable" pour gérer la vie de cette bestiole aux poils blanc? Se fut cette phrase qui le plongea profondément une fois de plus dans ça tête, ne se préoccupant plus vraiment de ce qu'il l'entourait avant d'émerger, à nouveau ,dans la discussion lorsque l'autre homme du groupe se remit à parler de sa théorie. Il remarqua alors le sourire au rôle rassurant que la Kunoichi possédait depuis un bon moment en l'occurrence. Puis son regard qui prit du sérieux , pour une fois, se détourna vers le chat dont le Chuunin semblait parler. Puisque aucunes autres idées n'étaient réalisable, pourquoi pas suivre celle de du jeune homme aux cheveux argentés. Soudainement , ce dernier leur demande quels étaient leurs noms. Il attendit que la Kunoichi daigne se présenter avant de le faire lui aussi.

"Akimoto Sachiyo."

Se présenter? D'après Sachiyo, du moins ce qu'il en pense, c'est le premier pas vers une relation durable entre un ou plusieurs être. En effet, il est impensable de devenir l'ami, voir plus, de quelqu'un sans même connaître son identité. De cette logique, on pouvait aussi dire qu'une fausse identité fait également de sa nature un mensonge, c'est une sorte de trahison envers les autres mais c'est parfois nécessaire. C'est pour cette raison qu'il se fit connaître avec une touche de "sincérité" dans le ton utilisait pour répondre. Pourtant, il reprit rapidement son air songeur à cause du prénom de la jeune femme. C'est la première fois qu'il rencontrait une personne dénommait "Ayuna" et ce nom semblait doux et sérieux à la fois. Peut-être était-ce le son "yu" qui lui faisait penser cela ou peut-être pas... Seulement quelque chose d'autre lui traversa la tête, il s'adressa donc à la personne concerné.

"Hum excuse-moi, mais quel est ton nom?"

N'est-ce pas un peu impoli de demander le nom d'autres personnes sans se présenter soi-même? Bref cette pensée ne le préoccupait pas réellement mais maintenant qu'il avait donné son nom, il désirait connaître aussi celui qui lui était encore inconnu. Après tout, l'identité d'une personne est également le reflet de sa personnalité dans certains cas ou plutôt celui de ses parents. Pendant leur discussion sereine comme la brume qui les entourait , quelques villageois passèrent devant eux sans leur adresser ne serait qu'un seul signe d'intérêt ni même pour le chat d'ailleurs... Sachiyo perçut tout de même la mélodie sifflante d'un petit oiseau du pays, probablement en provenance de l'arbre du quel il était tombé ou d'un toit environnant. Un petit "blanc" s'installa entre eux et pour y remédier l'adolescent leur proposa de tester l'idée du Chuunin, peut-être que cela marcherait après tout, et puis cela leur donnerait l'occasion de faire plus amples connaissance durant cette période de recherche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Sam 01 Nov 2008, 19:45

Doucement l'idée que la personne ayant trouvé l'animal puisse l'adopter semblait effleurer délicatement les trois shinobis. Se pourrait-il que les deux autres aient déjà abandonné l'idée de retrouver le chat ? Non, sans le savoir il choisissait le moyen de facilité qui leur venait a l'esprit sans vraiment réfléchir aux conséquences. C'était un peu normal d'avoir cette idée, et l'adolescent qui avait prit un peu de recul pour réfléchir a cette question l'avait remarqué mais préférait ne pas se prononcer sur cette idée la. Il était donc en présente d'Ayuna et de Sachiyo, c'était bon de connaitre l'identité de ces deux personnes, au moins il pourrait avoir quelques lien avec ceux la si bien sur ils le permettraient. Levant les yeux lentement vers le ciel et poussant un soupir, voila que le petit homme aux cheveux argentées avait deux personnes avec qui discuter, il semblait que cela arrive bien vite quand on se permettait de devenir sociable. Enfin le jeune garçon portant le chaton dans les bras fit remarquer a l'existentialiste qu'il ne s'était pas encore présenté, il avait complètement oublié de le faire en effet. Bah, il ne trouvait pas cela impoli d'avoir demandé de le faire avant de le faire car cela restait correct tant qu'il se présenterait dans la discussion. Mais il s'exécuta rapidement avant qu'on ne lui fasse une réflexion...

" Je me suis oublié, Moi c'est Shigeki Kurashima ! "

Pas besoin de donner son rang professionnel aux deux personnes présente puisque leur discussion ne s'avéraient que relationnel et de plus, Shigeki qui semblait au milieu de la marge n'avait pas de mal a deviner ceux de ses deux compagnons. Lui qui semblait bien aimer discuter, le voila qu'il se mettait a trouver un autre moyen de trouver ce chat la, rêvassant un peu, il remarquait qu'il semblait bien évasif face aux deux personne alors qu'il semblait avoir été celui qui avait mené a cette confrontation d'idée ou d'avis. Bien évidemment il n'essayait pas de s'échapper, mais il s'investissait a fond dans la recherche et apprenait une nouvelle fois ce qu'on lui avait souvent dit sur sa propre personne, son principal défaut est celui de toujours trop réfléchir aux point de parfois se torturer l'esprit. Il n'aimait pas vraiment entendre ce genre de réflexion car il préférait son monde plein de questions, de raisonnement frais et de question plutôt que le véritable, qui résidaient a travers les relations parfois froide ou douteuse des gens. On ne pouvait pas devenir grand chose sans les gens, il fallait les rencontrer pour qu'on se fasse une idée de vous pour qu'on parle de vous. Le rêveur avait toujours fait en sorte de ne pas se faire une réputation, peu de personnes a part son maitre et ceux avec qui il avait un véritable lien le connaissait, même ses parents ne savaient pas vraiment comment il était depuis qu'il les avait quitté mais leur sort ne l'intéressait pas. Revenant rapidement a la réalité, il voyait que rien ne semblait bouger...

Aimant bien discuter avec les deux personnes déjà présente, Shigeki pensait leur proposer un moyen de pouvoir chercher le chat une derniere fois avant de laisser Sachyio finalement s'en occuper si c'était vraiment ce qu'il voulait, mais avant tout cela, il désirait dévisager un peu ces deux shinobis pour pouvoir s'en rappeler et les reconnaitre. Ayuna avait un physique assez simple pour une fille, une longue chevelure et des traits fins, mais son regard semblait bien lui appartenir et ça ne serait pas dur de le reconnaitre entre plusieurs personnes. Quand au genin, malgres ses éraflures, il semblait avoir un visage soucieux, c'était un bon moyen de le faire sembler unique. En s'attachant a de petits détails, il était facile de reconnaitre ses amis, et le ninja dit classe espérait bien pouvoir s'en faire des amis sur lequel il pourrait compter et qu'ils pourraient compter sur lui en retour. Soupirant sereinement dans la brume chaleureuse il se mit finalement a parler...

" J'aime bien discuter dans cette brume sereine avec vous. Que diriez vous de se balader un peu tout en discutant, ça nous permettra de chercher du regard sans réellement s'en rendre compte et de pouvoir mieux se connaitre aux fur et as mesure que nous avançons. Et si nous ne trouverons pas la mère de ce chaton, en dernier recours, tu le gardera Sachyio... "

Il fallait a présent attendre la réaction des deux personnes ici présente, est ce que cette idée serait la bienvenue ou pas...?
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Ayuna
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 27
Village : Kumo No Kuni
Date d'inscription : 24/07/2008

Fiche Ninja
PV:
240/240  (240/240)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Mer 05 Nov 2008, 19:20

Les évènements semblaient de pas vouloir évoluer, ou tout du moins ne pas aller dans son sens. En effet, Ayuna n’avait pas prévu ces rencontres pour le moins improbables, mais plutôt de s’exiler durant quelques heures du village pour avoir la possibilité de profiter de sa solitude qu’elle ne croisait que très rarement ces temps ci. En effet, ses missions, et travailler à l’hôpital prenait souvent une bonne partie de son temps, et le soir, la jeune femme semblait complètement épuisée à cause du flux de Chakra qu’elle laissait courir d’un corps à un autre. Cependant, aujourd’hui, cette dernière avait pris une journée… une journée à pouvoir flâner sans une quelconque responsabilité en tant que gradé du village. Néanmoins, que ces plans soient ainsi déviés, ne la dérangeait pas plus que cela, au moins, cela avait le mérite de ne pas la laisser happer par les ténèbres de la solitude, ou du passé, ce dernier étant maintes fois fuit.
Ceci, simplement à cause d’un chaton qui semblait poser quelques problèmes aux trois Shinobis du pays des nuages parce qu‘il avait perdu sa mère. Une pensée bien amère mais réelle naquit dans son esprit, ce dernier avait peut être été abandonné ; après tout, ce n’était pas impossible, au contraire, les mères de portées nombreuses avaient plutôt tendance à renoncer à certains de leurs chatons car ces dernières ne pouvaient pas s’occuper d’eux. Un sort cruel pour les laisser pour compte, mais la nature était faite ainsi ; il n’y avait pas que des bons côtés. L’équilibre régissait tout, tel le ying et le yang.

Pendant que le Chuunin s’éloignait de quelques pas d’eux, Ayuna proposa au deuxième jeune homme que dans le pire des cas, il pourrait garder sa trouvaille. Ce regard apaisé ne lui avait pas échappé, et un sourire amusé apparut sur son visage calme. Toutefois, le jeune homme ne semblait pas bien sûr de lui pour pouvoir s‘en occuper. Pourtant, retrouver la féline du petit relevait pratiquement à de l’impossible sans odorat, et encore si le chaton n’avait pas perdu l’odeur de sa mère, sans quoi, cette dernière ne le reconnaîtrait sans doute pas.


-Les chats sont assez indépendant par nature.

Ayuna ne disait pas ça dans le vent. Elle-même avait eu un chat lorsqu’elle était encore à Konoha avec sa mère et son oncle. D’ailleurs, une curiosité naturelle l’avait poussé à fréquemment se demander ce que sa famille était devenue aux cours de ses quatre dernières années loin d’eux. Certes, quitter son village natal avait été lâche, cependant, nécessaire si la jeune femme avait voulu se reconstruire le plus vite possible. Un objectif pas encore totalement atteint, néanmoins son sentiment de protection s’était renforcé autour de son cœur, devenant pratiquement inaccessible, telle une forteresse impénétrable, malgré les apparences qu’elle laissait entrevoir.
Voyant le jeune homme plonger dans ses propres pensées, Ayuna ne prit pas la peine de l’en sortir. Cette dernière constata que ses deux interlocuteurs semblaient plutôt rêveurs ou réfléchis ; elle-même ne se posait jamais une infinité de questions, s’interroger sur le sens de la vie alors qu’on ne pouvait pas avoir de réponse clair et précise la laissait de marbre, de plus si c’était pour avoir un mal de tête par la suite, il n’y avait vraiment pas de quoi se poser des questions existentialistes. Sans doute son côté scientifique qui prédominait. En effet, la Juunin ne croyait que ce qu’elle voyait, après tout c‘était tellement simple de faire supposer quelque chose à quelqu’un, il suffisait d‘un simple manque d‘information...

Lorsque la jeune femme déclina son identité, elle n’avait pas eu d’autre choix que de mentir sur son nom. Le vrai étant désormais prohibé par Ayuna, Kotori n’existait plus que dans son passé et ne reviendrait jamais à la surface. Un sorte de nouveau départ qu’elle s’était accordée il y a quatre ans. Bien heureusement, mentir ne lui avait jamais posé problème. Pour la Kunoichi, la fin justifiait parfois les moyens, sans être pour autant, trop ambitieux. Après s’être présentée devant les deux jeunes hommes, ces derniers en firent de même. L’un s’appelait Akimoto Sachiyo et l‘autre, Shigeki Kurashima. Malgré que ce dernier c’était présenté avec un petit temps de retard, Ayuna n’avait jamais été extrêmement à cheval sur la politesse, elle-même étant souvent étourdie. Bref, cette dernière n’avait jamais entendu parler de ces deux Ninjas, sûrement parce que la plupart du temps, elle restait avec des Shinobis du même grade que le sien, puisqu’ils étaient souvent amenés à travailler ensemble pour différentes raisons. Cela avait toujours été ainsi, même lorsqu’elle était Genin, ou Chuunin.

Se sentant dévisagée par Shigeki, la Kunoichi sentit quelques peu de l’irritation monter en elle. En effet, cette dernière appréciait moyennement qu’on reste la regarder de la tête aux pieds. Cependant, la Juunin des nuages ne fit aucun commentaire, preuve pour la jeune femme, qu’elle avait grandit depuis ces quatre dernières années, puisqu’elle était devenue moins téméraire. Ayuna décida de mettre de côté son irritation, concluant que ça n’en valait pas la peine, et que le jeune homme n’avait sans doute pas eu cette intention.
Alors qu’il soupirait paisiblement, Shigeki proposa de faire un bout de chemin ensemble. Bien que la jeune femme n’ait pas abandonné son idée de s’isoler durant quelques heures, rester avec ces deux individus ne la dérangeait pas. Après tout, ils semblaient discret de prime abord, ce qui l‘arrangeait. Ayuna n’aimait pas vraiment être au centre des foules, mais plutôt dans les ombres où personne ne faisait attention à vous, les compliments la mettant souvent mal à l’aise, et lorsque tous les regards étaient posés sur elle.
Jetant un bref coup d’œil au ciel, comme si, cela l’aiderait à savoir quand la brume se dissiperait. Bien qu’elle n’ait rien contre ce temps, la jeune femme préférait toujours le soleil qui remontait le moral de la plupart des personnes. De plus, ayant passé ses 13 premières années à Konoha la Juunin avait pris l’habitude de ces rayons lumineux.


-Pourquoi pas ? Je n’ai rien à faire aujourd’hui…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Ven 14 Nov 2008, 20:40

[Désolé d'avoir était si long à répondre :s]

L'atmosphère général de la scène semblait devenir plus amicale qu'à l'origine. Tout cela était arrivé à cause de ce chaton errant, peut-être que cette rencontre avec lui était une bénédiction. En effet, avant de croiser Ayuna et l'homme, dont l'étrange couleur de cheveux faisait se poser des questions à Sachiyo, qui ne s'était pas encore présenté, l'adolescent ne connaissait pas grand monde dans le village. Cette confrontation pouvait être aussi le fruit du hasard, mais dans ce cas là le jeune shinobi serait chanceux. Cet évènement avait bouleversé quelque peu le quotidien d'un homme au destin incertain, ces deux personnes venaient d'ajouter des briques au bâtiment qui semble avoir des plans qui ne cessent de changer. Il est vrai que ce que l'on est, n'est autre que le résultat de son vécu. Bien que l'idée de retrouver la mère de la boule de poils ne voulait pas disparaître de sa tête, la phrase de la Kunoichi le rassura. Même si d'un autre coté, cette dernière venait à faire penser à Sachiyo , de façon inéluctable, que le petit avait été tout simplement abandonné par sa créatrice. Cette pensée était dur à accepter mais après-tout, le monde actuel était ainsi. Alors que la brume avait l'air de perdre de l'épaisseur, le Chuunin se présenta comme étant "Shigeki Kurashima". Un nom plutôt dur à retenir et tout aussi étrange que ces cheveux d'après l'adolescent, cependant il n'aurait pas de mal à le reconnaître. Le jeune homme ne s'attarda pas sur ce détail longtemps, quelque chose le préoccupait plus que cela et son objectif de cette journée était loin d'être atteint. S'il ne se trompait pas, l'heure du déjeuner n'allait pas tarder à faire son apparition alors que la foule se dissiperait, on pouvait dire que s'était probablement une aubaine. Effectivement, le marché se déroulait généralement la matinée et bien que Sachiyo ne soit pas complètement sur de l'heure qu'il était, son ventre l'aidait un peu à le situer dans le temps. Seulement, le fait est qu'eux aussi doivent se rassasier de temps en temps, cela implique de faire une pause dans les recherches et éventuellement une séparation. Rien ne prouvait que ces deux compagnons allaient l'aider l'après-midi également, se serait peut-être abuser de leur temps. De plus ils avaient surement autre chose à faire que d'arpenter les rues avec lui, du moins c'est ce qu'il pensait. Quelques instants plus tard Shigeki leur proposa de simplement chercher avec les yeux pendant un moment, apparemment s'était pour faire plus amples connaissances. Pourquoi pas fut la première chose qui traversa l'esprit du jeune homme mais il décida de reformuler ça réponse différemment en voyant qu'Ayuna avait répliqué une phrase semblable à celle à laquelle il réfléchissait. Réfléchit avant de parler pouvait paraître idiot mais cela pouvait aussi vous évitez de graves ennuis, son grand-père lui a toujours appris à tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant de parler en lui assurant que ça l'aiderait à ne pas dire de bêtises.

"Ça me va, euh... Shigeki-kun."

Une hésitation se fit ressentir sur l'emploi d'un suffixe après le prénom de l'adolescent aux cheveux argentés, pourtant Sachiyo l'ajouta tout de même. Cela ne pouvait être que bénéfique dans cette situation, avoir l'air sympathique et sociable était souvent primordiale pour nouer des relations plus profondes même s'il laissait pas ses émotions le submergeait. Le suffixe -kun semblait approprié à Shigeki et le fait de l'utiliser montrer déjà la naissance d'une amitié potentiel entre eux. Il n'était pas rare qu'une personne en appréciant une autre continue de se voir que se soit pour le travail ou juste pour s'amuser. Bref, le fait est que l'adolescent commençait vraiment à apprécier ses deux personnes assez discrète de nature même si l'un semblait à avoir un don de la parole plus développé que l'autre. Dans tous les cas, ils feraient mieux de retrouver rapidement la génitrice du chaton avant que l'heure fatidique arrive mais pas uniquement. L'adolescent à l'air indifférent aurait bien voulu payer le restaurant à ces deux personnes pour l'avoir aidé, cependant il n'en avait plus les moyens. Toute son argent avait déjà été déboursé pour son logement et ce dont il avait besoin pour vivre, peut-être une prochaine fois si jamais il réalisait quelques missions supplémentaires pour se le permettre. Pourtant, il une autre idée, il pourrait éventuellement les invités à manger chez lui. Mais est-ce que ceux qui leur servirait serait assez bon pour eux? Lui-même ne pouvait pas le savoir ne connaissant pas leurs goûts gastronomiques et si sa façon de cuisiner était la bonne. Il serait honteux et ferait mauvaise impression de leur donner quelque chose d'immangeable. Quant à l'autre facteur qui devait les faire se dépêcher, s'était l'odeur. Sachiyo avait pris son temps avant d'y penser mais le fait de porter le chaton dans ses bras aussi longtemps avait surement déjà eu pour conséquence d'imprégner le pelage de la bête de son odeur. Comment sa mère pourrait le reconnaître après cela? L'instinct maternel pourrait remédier à ce problème idéalement, mais qui était-il pour prétendre s'y connaître en vie animale?C'est bien de là que provient l'origine du problème, il n'est qu'un simple adolescent, presque ordinaire, qui a vouer sa vie à la protection du village. Ni plus ni moins. Le jeune homme se demanda ce qui allait se dérouler dans les heures avenir alors que Shigeki semblait le dévisager un peu tout comme la Kunoichi. Il décida simplement de ne pas y faire attention et de se replonger dans son subconscient en attendant les réponses de ses interlocuteurs. *Rien n'est éternel dit-on...mais des liens bien forgés peuvent-ils être rompus par le temps?*
C'est sur ce dernier songe que l'adolescent afficha un sourire sincère, presque imperceptible, qui s'effaça futilement en même temps qu'il changeait de thèmes dans son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Dim 16 Nov 2008, 14:11

En regardant le ciel, on pouvait bien facilement se demander s'il était possible pour le soleil de pouvoir perforer cette épaisse couche de nuage grise pour laisser passer ne serait-ce qu'un rayon lumineux. Mais alors que le maitre du feu restait a observer ce paysage assez grisonnant, l'iris de celui-ci se contracta, sa vison semblait devenir sans qu'il ne le sache plus flou qu'a l'état normal. Rien de bien grave, le simple signe qu'il était encore en train de rêver en ne regardant qu'un simple point fixe pour ne plus se soucier du monde extérieur. Après tout, la discussion des trois personnages semblaient se faire assez calme, pas de pression, aucune panique, il fallait apprendre a se connaitre en douceur. Ils pouvaient très bien être ailleurs et continuer cette discussion sans aucun soucis, en y réfléchissant elle était presque stéréo-typées et rien ne sortait vraiment de banal au final, une rencontre entre trois personnes. Le petite homme a la chevelure argentée aurait bien voulu la rendre plus original en se fichant des réactions de ses camarades, puisqu'il s'en foutait de la réaction de ses gens, mais par quelle manière, il n'allait non plus réfléchir a cela, la discussion deviendrait presque lourde puisque personne ne s'y intéresserait franchement, ou presque pas. Un simple battement de paupières combinées a la voix douce et chaleureuse par nature de la demoiselle, tous ces détails firent finalement revenir l'adolescent sur terre, dans cette rue ou ils discutaient avec ce garçon semblant généreux par nature, et cette femme semblant quelque peu détaché de certaines forme de sentiments par on ne savait quel moyens...

A vrai dire, rien que ses simples dires laissaient imaginer ce détachement, seulement, comme on lui avait dit bon nombre de fois, Shigeki n'avait pas a juger les gens seulement par les attitudes et les traits de caractères comme il le faisait. Bien sur qu'on le pouvait, mais par son habituel inconvénient a se perdre dans son esprit, il était facile d'imaginer la personnalité ou le caractère d'une personne par un simple dire ou même un geste significatif. Et dans ces moments la le grand enfant pensait toujours avoir raison, ce qui pourtant semblait le plus étonnant, c'est qu'il n'était jamais loin de la vérité, seulement il ne connaissait pas pour l'instant assez la personne en face de lui pour pouvoir se permettre de faire une confirmation. Mais le fait que celle-ci argumente sa réponse positive par une telle excuse laissait comprendre que c'était vraiment parce qu'elle n'avait rien a faire, une réaction typique du genre de personne qui ne voulait pas s'attacher ou qui désirait construire une forteresse impénétrable autour de soi. Quand au second camarade qui mit un temps court et incertain pour réfléchir a sa réponse après avoir entendu celle d'Ayuna, il ne se montra pas plus enthousiaste que la spécialiste du soin mais montrait qu'il semblait apte a construire une relation amicale avec le ninja de moyenne classe, et le simple suffixe qu'il ajouta au prénom le fit comprendre. A moins que ça ne soit encore l'existentialiste qui laisse son esprit faire des siennes. Après tout cela rendait l'ambiance encore plus agréable de savoir qu'il pouvait y avoir une sorte de lien entre eux seulement verbale alors qu'ils ne se rencontraient que pour la première fois, et il répondit finalement a cette initiative agréable de la part du plus jeune par un sourire avant de finalement parler aux deux personnes présentes...

" Bien, alors allons y... "

C'est alors qu'il se mit a marcher dans la rue attendant ses compagnons, espérant également qu'ils aient un sujet de conversation a faire parvenir autre que la pauvre situation du chaton...

( Désolée, ce n'es pas bien long ou exploitable et je m'en excuse. J'espère que ça vous plaira tout de même... )
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Ayuna
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 27
Village : Kumo No Kuni
Date d'inscription : 24/07/2008

Fiche Ninja
PV:
240/240  (240/240)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Sam 29 Nov 2008, 20:14

[dsl vraiment ridicule T_T]

Pratiquement midi, Ayuna pouvait le constater en regardant brièvement sa montre. Et pourtant, le temps n’avait pas l’air décidé à libérer les habitants de ce nuage opaque qui laissait traîner des particules d’eau sur les chevelures des individus, telle des perles lumineuse, si le soleil arrivait à se montrer pour dévoiler ce trésor éphémère. L’atmosphère humide ne la dérangeait pas, au contraire, la jeune femme éprouvait mieux ce sentiment de sécurité qu’elle recherchait inconsciemment. La solitude la protégeait des maux extérieurs, personne pour venir perturber cette bulle qui semblaient être impossible à faire éclater et devenant de plus en plus difficile à faire disparaître avec les années qui s’écoulaient lentement.
Alors que la pluie lui donnait l’impression de n’être qu’une projection de son de cœur qui pleurait un être aimé, le soleil la rendait tout aussi maussade à cause de ses souvenirs à Konoha No Kuni, souvenirs des jours heureux qu’elle avait passé, souvenirs de son état d’insouciance… Ces perles pures qui tombaient en période hivernale la rendait aussi étrangement dépressive, la couleur blanche lui étant pratiquement insupportable à cause de ces même souvenirs. Seuls, le vent et la brume faisaient un bon compromis sur son moral lorsqu’elle se laissait à l’observer, comme si elle espérait y retrouver un résidus de son passé et qu’il suffisait de tendre la main pour pouvoir y retourner.

Se rendant brusquement compte qu’elle s’était plongée dans ses sombres pensées, la Shinobis revint sur terre rapidement. Il n’était pas vraiment conseillé de se laisser happer dans son propre esprit alors qu’il y avait du monde autour d’elle. La Kunoichi n’avait pas l’intention d’être de mauvaise compagnie, on lui avait appris la politesse lorsqu’elle était enfant et tenait bien à la respecter, bien qu’il n’y avait plus personne depuis longtemps pour la surveiller. Malgré son caractère renfermé, elle ne parlait jamais pour ne rien dire, et restait dans le stricte minimum, sauf lorsqu’elle soignait les gens. D’un caractère tout autre dans son travail, elle respirait une joie tranquille et apaisante, et Ayuna se sentait bien plus confiante puisque cette dernière savait qu’on ne lui poserait jamais de question dans ses affaires personnelles et qu‘il était simple d‘esquiver une interrogation si jamais une personne se montrait plus indiscrète que d‘autres.

Regardant rapidement les deux autre Shinobis, son éternelle expression d’apaisement ne l’avait pas lâché et ne partirait sans doute jamais. Ayuna aimait prendre soin des autres, quitte à ne plus penser à elle-même. Être médecin était sa vocation, elle en était certaine, malgré son caractère parfois téméraire qui avait trouvé un équilibre avec ses missions d’infiltrations. A croire qu’elle n’était qu’un outil pour Kumo et qu’elle se considérait ainsi. Ce qui était complètement faux, certes, elle faisait tout pour le bien être de son village adoptif, puisqu’il lui avait offert un foyer. Cependant, Ayuna faisait la distinction entre servir et obéir. Ses sentiments n’étaient pas oubliés, simplement anesthésiés jusqu’à ce qu’elle se sente capable de les ressentir complètement, et limitait donc ses rencontres et le nombre de proches. Contrairement aux deux autres Ninjas des nuages qui semblaient vouloir s’attacher à quelqu’un, ce qu‘Ayuna enviait quelque part. Ne pas avoir peur de s’attacher aux individus, et sans songer aux blessures probables que ces personnes pourraient faire. Après tout, les Shinobis avaient souvent pris la mauvaise habitude de mourir jeunes plutôt que vieux, laissant souvent des blessures vives aux rescapés, puisque ces derniers songeaient obligatoirement à la vie que les victimes auraient pu avoir s’ils n’avaient pas été tués.

Néanmoins, aucun geste dans son comportement ne trahissait ses songes, mise à part ce regard mélancolique qui ne la quittait jamais, et laissait entrevoir une blessure qui peinait à se refermer. Un regard que la Kunoichi avait essayé maintes fois de masquer, mais en vain, si bien que cela ne choquait plus personne à présent et ne posait plus la moindre question, sur ce regard énigmatique.
Regardant de nouveau sa montre, la Juunin constata qu’il était plus de 12H30. Un sourire aux lèvres que cette dernière adressa au Genin et au Chuunin, Ayuna prit la parole de sa voix douce.


-Je propose qu’on aille manger avant. Si vous voulez, je vous invite au restaurant, ça me dérange pas.

La Shinobi des nuages avait de quoi payer puisqu’elle travaillait à l’hôpital quotidiennement en plus des missions qu’elle faisait, celle-ci n’était donc pas en pénurie de monnaie. De plus, les inviter lui faisaient plaisir.


Dernière édition par Kotori Ayuna le Dim 07 Déc 2008, 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Dim 30 Nov 2008, 13:44

Un souffle rafraichissant, une atmosphère humide et une brume aux couleurs des nuages rendaient le plus jeune tous azimut. La présence de personnes avec de bonnes intentions troublés quelque peu le genin qui ,malgré son indifférence apparente, ne savait pas comment réagir à leurs paroles chaleureuses. Chaque sentiments semblaient être énumérés de tel sorte qu'ils se succédaient à un rythme infernal. Tant tôt il pensait être froid, tant tôt il se croyait brûlant et par moment entre les deux. Ce mélange de sensations y compris celle que l'environnement provoquait, était-ce le signe d'une existence clairement établie? Sachiyo se serait-il trompé en pensant que l'indifférence était la solution pour ne se voir souffrir, lui et les autres personnes qui l'entourent? Tout était confus en lui, son cœur lui-même ne savait plus quoi répondre. Probablement à cause de la vie qu'il avait vécu, le dos tourné à ce dernier en s'enfermant dans son monde où le bruit est d'or et non pas le silence. Cependant, le subconscient de l'adolescent fut d'accord sur le fait de ne pas se livrer sans avoir une réelle confiance envers quelques uns. Bon nombre de personnes apparaissent fort sympathique...mais à la fin se révèle être tout autre, comme un acteur dans une pièce de théâtre qui joue le rôle de quelqu'un qu'il n'est pas. L'histoire n'est qu'un évènement perpétuellement répéter, la vie n'a été que trop souvent injuste avec les justes. Tout semblait régit par un équilibre entre le bien et le mal, par moment l'un d'eux devenait plus pesant que l'autre sur la balance de la vie provoquant miracles ou catastrophes.

Un miaulement fin tel un flocon de neige, chaleureux de même que les dires des shinobis ici présent agrémenté d'une touche personnel retentit jusqu'aux oreilles de Sachiyo. La petite boule de poils devaient avoir faim, il en était de même pour le jeune homme au ventre gargouillant. Par chance, il réussit à ne pas se faire entendre. Seulement, ce n'était pas grâce à lui mais plutôt en rapport avec l'état d'esprit de ces camarades. En effet, ceux-ci, tout comme lui, semblaient avoir de courtes "absences" probablement due à la nostalgie du passé ou quelque chose d'autre. Un simple geste pouvait parfois en dire plus que les mots. Par exemple le sourire que Shigeki réalisa envers l'adolescent à l'écoute de sa phrase prouvait une certaine approbation ou bien un sentiment partagé en vue du contexte. D'ailleurs ce dernier laissa entendre qu'il était temps de continuer leur chemin pour retrouver la mère de l'égaré. Sur ce point là, il n'avait pas tort et l'Indifférent tenta de sourire, chose qu'il n'avait pas faite depuis qu'il était tout petit. Seulement, le temps passé vite en charmante compagnie et bien qu'il aurait aimé continuer ce périple jusqu'au soir, ils devaient penser à se rassasier mais comment? Il ne pouvait pas les inviter et s'il les laissait là ce n'était pas sûr qu'ils se revoient un jour. Encore un problème auquel il lui fallait trouver une solution, dans le pire des cas lui pourrait sans trop de problème sauter un repas même si ce n'était pas conseillé. C'est alors que sans le vouloir, son regard évasif remarqua quelque chose d'étrange chez la Kunoichi. Une expression apaisante, certes cela semblait naturel, mais comment pouvait-on avoir en même temps une vision si mélancolique. Encore une fois, le jeune homme se résolu à ne pas chercher d'explications, après tout si quelque chose de terrible lui était arrivée, de quel droit aurait-il le droit de le savoir? De cette logique il se replongea dans ses songes les plus noires où se trouvait deux parties de son passé en éternel compétition. Pourtant, Sachiyo n'y resta pas longtemps contrairement à son habitude, la vitalité de cet être qu'il portait le préoccupait bien plus que tout ce qui avait pu lui arriver dans le passé. Après tout ne dit-on pas qu'il faut laisser le passé là où il est?

La brume ne donnait pas l'impression de vouloir se dissiper pour laisser place au soleil, d'autres parts le temps, lui, semblait faire appel à la foudre. Effectivement, l'air s'était quelque peu réchauffait, or beaucoup de monde sait très bien qu'une atmosphère froide qui en rencontre une chaude provoque souvent des précipitations. Soudainement, Ayuna regarda l'heure, au début l'adolescent pensait qu'elle avait quelque chose à faire et que cela ne pouvait pas attendre. Mais, à sa plus grande surprise, la Kunoichi leur souriait et d'une voix douce les invita à manger. Son grand-père, lorsqu'il n'était encore qu'un enfant, lui avait appris la galanterie lui expliquant que s'était l'une des choses les plus importantes à connaître pour vivre pleinement sa vie avec honneur et fierté. Par conséquent, ça aurait plutôt était à lui des les inviter au restaurant ce qui le rendit quelque peu honteux. Ce qui bien sûr, l'adolescent camoufla une fois de plus derrière son visage sans émotions. Il envisagea éventuellement d'accepter, après tout il se trouvait dans un monde moderne où l'égalité entre Homme et Femme était censé exister. Il prit la décision d'agréer à la proposition avec comme justification qu'Ayuna était leur sempaï bien qu'il laissa entendre dans son ton un certain malaise.

"Merci Ayuna... sempaï."

Une fois de plus, les mots avaient du mal à sortir, s'était plus ou moins normal pour quelqu'un qui fut associable durant plusieurs années. Sachiyo espérait simplement qu'ils n'allaient pas se moquer de lui, dans le cas contraire il préférait qu'il le raille intérieurement car il se sentirait moins blessé par leurs réactions. Sans savoir pourquoi, ses songes le transportèrent là où son subconscient n'avait encore jamais mit le pied...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Mar 02 Déc 2008, 00:19

Plus le temps passait en compagnie de ses deux camarades qu'il apprenait a apprendre de plus en plus, et plus ses paupières semblaient vouloir se fermer plus longtemps a chaque seconde, l'atmosphère de cette influence chaleureuse combiné a la brume sereine le rendait un poil trop reposé. Il semblait pouvoir s'endormir soudainement contre un mur, se secouant la tête tant bien que mal pour se réveiller, Shigeki observait la réaction de ces amis quand a l'idée d'avancer un peu pour donner une sorte de recherche plutôt agréable. Seulement en observant furtivement son jeune ami, il pouvait ressentir comme un gêne, il y avait quelque chose qui n'allait pas mais celui ci s'empressa bien rapidement de cacher sa découverte, au concerné comme a la belle demoiselle. Posant une nouvelle fois son regard vers le ciel pour marquer une nouvelle absence de sa part, le rêveur existentialiste se demandait a quel points les trois personnes qui se trouvaient ici pouvaient cacher leurs souffrances, bien évidemment l'adolescent savait que pour lui il n'avait pas eu beaucoup de souffrance dans sa jeunesse, car ce qui aurait pu paraitre triste ou marquant avait été pris par le personnage au second degrés, et il l'avait finalement bien pris. Comme quoi il pouvait paraitre bien décalé par rapport aux autres. Mais les deux autres avaient du surement souffrir bien plus que lui au final, a moins que ces temps d'absences ne soient également du au fait qu'ils réfléchissaient sur ce qui les entourait du manière que peu de gens s'accomplissaient a faire. Ca n'était surement pas le cas, mais souvent le maitre des flammes aimait a croire qu'il n'était pas le seul dans ce cas, pour essayer de ne pas se sentir obligatoirement différent même s'il fuyait souvent la banalité...

Soupirant lentement en s'étirant lentement chaque membre comme s'il se réveillais d'un sommeil morale, le ninja regardait un a un les deux camarades se trouvant a ses deux cotés. Enfin son regard émeraude se posa sur la touche féminine du groupe, en effet celle ci finit par mettre fin a ce nouveau blanc pour proposer aux deux garçons d'aller manger un restaurant, détail qui avait son importance, elle les invitait. Le rêveur aurait aimé pouvoir plutôt le faire lui mais il n'avait pas les moyens pour cela, en tout cas son idée semblait le réjouir et ça devait être de même pour son camarade, en effet on put entendre un petit remerciement de sa part, accroché a un nouveau moyen de créer un lien avec une personne. D'ailleurs Shigeki eu un sourire automatique après la phrase de celui-ci, il était facile de croire qu'il pouvait facilement être appréciable, il fallait vraiment être de mauvaises foies pour ne pas vouloir devenir un ami ou avoir un lien avec celui ci. Soupirant l'enfant regarda avec un sourire la belle Ayuna et répondit a son tour...

" Tu as eu une très bonne idée. J'accepte également avec plaisir Ayuna "

Malheureusement pour lui, le jeune homme a la chevelure argentée n'avait pas pas l'habitude d'utiliser des suffixes de ce genre pour s'approcher des gens et préférait des manières plus subtiles que cela. Comme la simple idée de se connaitre peu a peu en se rencontrant souvent, en se confiant des choses qu'on ne puisse confier a personne d'autre, des souvenirs, comme vous l'avez compris il fallait du temps a celui-ci pour qu'une personne ne devienne un véritable ami. Mais il savait que tout y étais pour que les deux personnes présente puisse facilement le devenir. La modernité de leur époque faisait que ça n'était pas particulièrement étonnant que ce soit la femme qui invite les deux brumeux aux restaurant, seulement Shigeki ayant eu un maitre lui ayant donné une éducation d'une ancienne école, il avait quelque comportement assez gentlemans, et dans ce cas il savait que ça le gênait de voir la demoiselle leur proposer cela. Certes, ça ne devait surement pas la déranger, mais s'il y aurait eu un moyen de faire en sorte de pouvoir ne serait-ce que partager la somme, il aurait fait en sorte que cela arrive, seulement il n'en avait même pas l'occasion, il se contenta juste de confirmer d'un signe de la tête ce qu'il venait de dire et enchaina pour avoir plus de précision sur l'endroit ou ils pourraient se nourrir.

" ...Tu es vraiment sympa de nous le proposer, tu as un lieu de préférence ? "

A présent il ne manquait plus qu'a attendre une réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Kotori Ayuna
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 80
Age : 27
Village : Kumo No Kuni
Date d'inscription : 24/07/2008

Fiche Ninja
PV:
240/240  (240/240)
PC:
435/435  (435/435)

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Dim 07 Déc 2008, 23:07

Au final, la jeune femme avait fini par les inviter, Ayuna avait vu leurs gênes dans leurs regards ce qui ne fit que la faire sourire de plus belle. En effet, ces deux Shinobis auraient sûrement préférés payer à sa place, comme quoi, les traditions ne s’oubliaient pas si facilement. Ce n’était pas la première fois que cela arrivait. Dans le monde des Shinobis, il y avait une large majorité d’hommes, et ils qui avaient gardé ces même réflexes, ce qui amusait toujours autant la Kunoichi de 17 ans, qui avait vu beaucoup de choses dans sa courte vie.
Un trop jeune âge pour ce qu’elle dégageait, un air mature qui l’enveloppait, de grande sœur, et un calme trop bien maîtriser, si bien que personne ne lui donnait son âge actuel. Il manquait à Ayuna cette vitalité de sa jeunesse, cette étincelle de joie qui aurait pu faire pétiller ses yeux, et ce sourire communicatif... Cependant, cela appartenait au passé et Ayuna ne faisait pas beaucoup d’effort pour oublier ces évènements qui l’avaient poussé à abandonner ses proches quand qu’elle vivait à Konoha. Elle n’avait pas envie de se battre dans une lutte qui lui paraissait encore vaine. Aujourd’hui, elle se demandait si elle était recherchée par ses paires, ce qui au final n’avait pas réellement beaucoup d’importance. La jeune femme se laissait bercer par le courant tel une branche d’arbre attendant des eaux plus mouvementés pour se briser contre un rocher. Ces obstacles que posait la vie comme si c’était nécessaire pour évoluer correctement. Comme si, c’était grâce à la souffrance qu’on apprenait, ou du moins plus vite, tel un maître d’école tapant sur les doigts de ses élèves à chaque écart de conduite.

Sentant une brise réchauffer l’atmosphère, Ayuna n’eut que pour seul réflexe de lever le regard vers le ciel, pendant que l‘un se replongeait dans ses pensées, et l‘autre s‘étirait comme si il venait de se réveiller. Cependant, tout semblait aussi impénétrable qu’avant, puisque la brume empêchait les habitants de voir le ciel, à moins d’aller dans les hauteurs, et encore… Un orage semblait se profiler à l’horizon, il n’y avait pas besoin d’être un Ninja haut grader pour le comprendre. Au moins, peut être n’auraient ils plus l’air de spectre vengeur dans ce brouillard épais s’il venait à disparaître à cause de la tempête qui semblait apparaître discrètement. Un temps qu’elle trouvait plutôt malsain, et qu’elle appréciait guère de voir. En général il était plutôt rare de voir un orage à Kumo, puisque les températures étaient trop basses, surtout durant cette période. La Kunoichi des nuages préféraient trouver un abris le plus rapidement possible pour ne pas être trempée jusqu’aux os.

Lorsque la Kunoichi entendit le suffixe « sempaï » à son prénom, elle sursauta légèrement, ne s’y étant pas attendue. Les rares fois qu’il avait été utilisé devant elle avait été par des personnes bien plus jeunes que lui, puisqu’ils étaient des enfants. Là, le jeune homme en question était plus grand qu’elle, et semblait avoir à peu près son âge. Ayuna trouvait cela un peu bizarre, bien qu’il y avait de la logique. D’un grade plus élevé, la jeune femme possédait plus d’expérience, mais cette dernière avait l’impression que ce n’était pas très chaleureux. En effet, loin d’aimer les marques de différence entre tel ou tel personne, la Kunoichi préférait la familiarité.


-Pas la peine de m’appeler sempaï, Ayuna suffira, ou Ayuna-san, et Ayuna-chan, comme tu préfères.

Elle lui adressa un sourire chaleureux pour ne pas le gêner encore plus. Sachiyo ne semblait pas avoir l’habitude de rencontrer des gens, et par conséquent il était un peu timide dont peut être l‘importance de ne pas rire, même si cela n‘avait rien de méchant. Il était un peu le contraire de la jeune Kunoichi qui avait toujours été vers les autres, surtout petite en parlant avec des étrangers au grand détriment de ses parents lorsqu’ils étaient encore tous les deux vivants. Toutefois, cette dernière ne s’était jamais dévoilée pour ne pas se remémorer des souvenirs encore trop vifs et ne pas voir ces visages si compatissants.
Ayuna tourna son regard vers Shigeki en lui adressant ce même sourire chaleureux, lorsqu’il lui demanda si elle avait une idée d’un restaurant quelconque. A vrai dire, la Kunoichi n’avait pas vraiment ses chouchous dans ces magasins, elle-même préférant cuisiner comme sa mère le lui avait appris, malgré les nombreuses protestations qu’elle avait autrefois émit. La Juunin aurait pu leurs préparer aussi un repas, cependant, elle mettait toujours un temps fou à faire quelque chose de bons sans qu’elle n’ait honte de le montrer.


-T’inquiètes pas, ça me fait plaisir de vous inviter… Non, je n’ai pas vraiment de préférence, mais l’important serait de trouver un établissement qui accepte les animaux.

Elle se pencha vers le petit chaton et lui caressa doucement la tête. Avec ses miaulements plaintifs, il n’était pas bien difficile de comprendre qu’il réclamait de la nourriture.

-On a qu’à prendre le premier qui arrive qui l’acceptera

Ayuna regardait toujours le petit félin dans les mains de Sachiyo, c’était difficile de ne pas craquer devant cette petite boule de poil blanche comme la neige. La Kunoichi avait toujours aimé les chats, ils avaient une grâce et une indépendance qui n’appartenait qu’à eux, tout en montrant de l’affection à leurs possesseurs. Personne ne pouvait se vanter de faire obéir un chat, ce qui plaisait à la jeune femme. Les félins gardaient leurs liberté, sûrement la chose la plus importante pour la Kunoichi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   Ven 03 Sep 2010, 20:34

Citation :

°¤ Critères d'Evaluation ¤°

Arrow orthographe, style, soin
Arrow type de RP ( relationnel )
Arrow enchaînement des RP
Arrow vue d'ensemble

°¤ Evaluation ¤°

Un RP sympathique mais surtout très chaleureux. Une bonne harmonie au coeur de cet échange, unissant vos personnages dans un noyau de lumière. Trois styles différents mais qui semblent se marier parfaitement.

Sachiyo =) deux petits conseils à te donner : pense à mieux structurer tes RPs Wink , la lecture ne pourra être que meilleure. De plus, pense à alléger un peu tes phrases qui ont tendance à s'essouffler de par leur longueur.

Shigeki =) Je relève surtout des fautes d'orthographe, ton expression est parfois mitigée, tendance à vouloir courir courir courir..et oublier de respirer un peu Rolling Eyes. Relie toi à haute voix de temps en temps Wink

Ayuna =) Belle performance dans cet échange, arrête de te dévaloriser à chaque fois. Tes RPs sont très bons, tu as un bon niveau qui n'attend que de monter encore et encore.

Arrow 14 pour Ayuna / 10 Pour Sachiyo / 11 Pour Sshigeki
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brume sereine ( Libre )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Brume sereine ( Libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Centre Ville-