AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hebimiyasashii Myjasu
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Village : Kiri no Kuni
Date d'inscription : 19/08/2008

Fiche Ninja
PV:
120/120  (120/120)
PC:
405/405  (405/405)

MessageSujet: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Sam 06 Sep 2008, 05:44

L'atmosphère d'une salle de classe change du tout au tout lorsqu'elle est vide ! Si une salle de classe occupée respire l'énergie, l'attention, parfois l'intelligence voire même l'énervement, une salle de classe vide n'inspire qu'un silence presque surnaturel ! Myjasu soupira, tout en regardant à nouveau la lettre qu’il avait reçue. Oui, c’était bien ici, salle 209, le numéro se trouvait sur la porte. S’il ne s’était pas trompé, alors pourquoi donc la salle était sans élève, sans professeur, sans ninja… Bref, avec juste des chaises et des tables ? Ah oui, et aussi une armoire et un tableau blanc. Bref, une salle de classe banale, sans aucun signe de vie quelconque. Regardant la pendule à l’intérieur de la classe, il remarqua qu’il avait 5 minutes d’avance, et donc s’assis sur un des sièges au premier rang. Jetant un ultime coup d’œil à son nouvel équipement, il se posa encore une fois la question de savoir quel serait le motif de sa présence ici… Et surtout, pourquoi était-il seul ? L’annonce avait été des plus rapides, il n’avait eut que deux heures de flottement entre l’au revoir avec Kenji-senseï et la convocation avec… Ben avec qui d’ailleurs ?

***


Peu après que Ryûzoji Kenji et son élève aient atteint Kiri, le professeur prit congé de Myjasu en lui souhaitant bonne chance pour la suite. Et en quelques secondes, il avait disparu du champ de vision de l’aspirant, qui était toujours impressionné par cette vitesse ! Ce dernier se mit alors à réfléchir à ce que pourrait donner son après midi, sachant qu’il n’aurait absolument rien à faire. Il avait plusieurs choses à faire en réalité : il devait tout d’abord remplacer le rouleau vide qu’il avait emprunté à ses parents. Ce rouleau, se trouvant dans sa poche, contenait les informations sur le chemin qui l’avait conduit à ce qu’il avait appelé la "clairière du marais", un nom qui manquait d’originalité, certes, mais qui avait le mérite d’être simple à retenir. Il y était noté des informations en pagaille : nature du sol, taux d’humidité, topographie de la zone, qualité de l’eau et ses constituants, faune et flore… Il y avait même des conseils à propos de ce qu’il fallait porter dans la zone pour faire un entrainement sans finir totalement boueux.

Cette boue d’ailleurs qui lui collait à la peau et aux vêtements commençait sérieusement à l’agacer. Il lui fallait avant toute chose prendre une bonne douche, et changer ses vêtements afin de ressembler à quelque chose de potable, et non à un gamin couvert de boue et empestant l’eau croupie ! Il faut dire que si l’eau était loin d’être limpide, la vase et la boue, elles, étaient plus que collantes, ce qui finalement avait rendu crasseux ses habits, et avaient même sérieusement abîmé ses chaussures, qui n’auraient jamais été prévu pour une telle balade. En même temps, si on l’avait prévenu, Myjasu serait sorti de chez lui avec des bottes, ce qui aurait entravé son déplacement. Il lui fallait donc trouver une paire de chaussure adaptée à sa nouvelle vie, sans doute au magasin où il irait pour remplacer le rouleau ?

Mais une troisième donnée fit se décider le jeune homme, et cette donnée fut… Le bruit qu’effectua son ventre alors qu’il s’imposait ses différentes déductions. Aucune déduction n’aurait pu changer cet avis comme étant le plus important, après tout ventre affamé n’a pas d’oreille ! Celui-ci avait d’ailleurs achevé la décision de Myja : Il était grand temps de retourner à la maison, étant donné que six heures s’étaient plus ou moins écoulées en compagnie de Kenji-senseï, et que par conséquent, le repas devait être servi chez les Hebimiyasashii ! Avisant une maison toute proche, et concentrant son chakra comme il avait pu l’apprendre avec son professeur, Myja grimpa sur le toit, et ainsi, avança à grandes enjambées en direction de son repas et de sa douche ! Très vite, il se rendit compte de l’avantage certain à emprunter les voies célestes en lieu et place des chemins cloués au sol : les toits ne comportaient pas de détour sinueux, et il suffisait d’aller tout droit, ce qui lui faisait gagner du temps !

En effet, c’est au bout d’une dizaine de minutes que son doux foyer lui apparu dans sa ligne de vue. Accélérant la cadence grâce aux ailes que lui procurait l’euphorie de rentrer chez soi, il descendit jusqu’à sa porte, sous l’œil ébahit de Cahouette, qui ne comprenait pas comment son maître pouvait développer autant d’agilité, lui qui la regardait béat d’admiration le matin même. Ouvrant la porte, et s’annonçant, il n’eut pas le temps de faire deux pas que sa mère lui ordonna d’enlever ses chaussures pour ne pas salir alors qu’elle venait de lessiver le sol. Oui, vous avez bien lu, je parle de lessiver et non de laver le sol. Si une telle propreté existait dans la maison de Myjasu, c’était que son frère de trois ans son cadet, Caïne, avait, par le passé, eut des problèmes d’asthmes plutôt conséquents, qui nécessitaient une attention et une hygiène toute particulière. Et la mère de Myjasu, Maria, étant à la base un peu maniaque, décréta des mesures draconiennes d’hygiène, qui perdurèrent au grand dam d’Elvis, l’Oi-nin chef de famille, qui, sans aimer la saleté d’une quelconque manière, trouvait que sa femme se tuait à la tache avec toutes ces corvées ménagères. Myja obéit donc sans vraiment broncher, supportant même sans réagir pour une fois les sempiternels sermons de sa mère au sujet de l’état horrible dans lequel il était. A vrai dire, à force de pester contre le naturel nonchalant de la famille, elle en avait accumulé, des sermons, même si c’était plutôt rare qu’elle s’en serve réellement.


- Dis, tu m’écoutes, Mymy ?
- Je vais à la douche, Kaasan, prévenez moi quand le repas est prêt !


Cette réaction jeta le trouble sur la mère de famille, qui eut tout de même un sourire et retourna aux fourneaux aider son mari à préparer le repas du midi. Car si on pestait pour les tâches ménagères, pour la cuisine, dans cette famille, c’était une autre histoire. Mais bon, il n’est pas nécessaire de révéler tout les secret de cette douce famille de Kiri, juste de poursuivre le parcours du jeune homme durant le peu de temps qu’il avait passé loin de l’académie en ce jour béni. Entrant directement dans sa chambre, il récupéra des habits propres et du linge de toilettes afin de pouvoir se diriger vers la salle de bain, et fermer la porte derrière lui. Jetant au sol ses habits du matin, il entra donc dans la cabine de douche et commença à faire couler l’eau afin d’atteindre la bonne température. L’eau était fraiche, et c’était un bonheur de passer ce filet sur son corps endolori par l’entrainement intensif. Profitant de ce moment de pur bonheur, Myja se demanda s’il n’allait pas aller voir son frère qui était encore en classe à l’académie lui cet après midi, et qui mangeait à la cantine ce midi, dont le jeune aspirant avait été dispensé à cause de ce cours avec Kenji. Heureusement qu’il ne souffrait pas d’allergie alimentaire, pensa-t-il alors en riant, le pauvre aurait été interdit de cantine ! Maria était une bonne mère, il le savait. Un peu trop protectrice envers eux, mais c’était comme cela que devait être toute les mères non ?

Sortant de la douche totalement ragaillardi, et propre comme un sous neuf, il prit un peu de temps pour bien sécher son corps, et s’habilla de nouveaux habits souples et noirs. Il avait pris ces habits car ils étaient sur son chevalet, sans doute ce qui venait d’être repassé par sa mère. Constatant que ces vêtements seraient parfaits pour ses nouvelles capacités, il descendit à table manger avec ses parents. Le repas se passa sans aucun événement troublant, Myjasu racontant son entrainement et ce qu’il avait pu apprendre. Rassurés et enchantés, ses parents allaient chacun de ses compliments, son père le félicitant pour sa vitesse d’apprentissage, et sa mère, pour sa lucidité dans une telle situation. Lorsqu’arriva le chapitre du rouleau, son père lui assura qu’il n’avait rien à payer : le rouleau étant destiné à Myjasu pour justement prendre des notes sur ses entrainements ninjas ! En entendant cela, le jeune homme soupira de bonheur et de soulagement : quelle chance d’avoir des parents compréhensifs et soutenants leurs enfants !

Une fois le repas terminé, Myja débarrassa la table et pris congé de sa famille pour se diriger rapidement vers leur voisin, qui tenait une échoppe d’équipement ninja plutôt fournie. Demandant de voir son stock, le jeune aspirant mit la main sur une paire de gants ninja à sa taille, ainsi qu’une paire de sandales suffisamment légères pour ne pas l’encombrer en marchant, tout en offrant une bonne protection, et en tenant bien le pied pour ne pas les perdre. Les montrant au marchand, celui-ci lui dit alors de les prendre sans payer, mais Myjasu insista pour faire comme n’importe quel ninja, sans aucun traitement de faveur. Le marchand accepta à la seule condition que s’il changeait de pointure où de taille de main, l’aspirant reviendrait échanger gratuitement son équipement. Le marché fut donc conclut, et Myja échangea ses 2500 Ryos d’économies contre les deux objets qu’il avait aperçu. Les deux paires d’équipement étaient bien évidemment noires également : ça va avec tout, disait le marchant en riant. Mais alors qu’il allait retourner chez lui, son père arriva au magasin, une missive à la main.


***


La missive en question était la lettre qu’il avait à la main actuellement, lui indiquant qu’il devait se rendre en salle 209 à l’académie vers les 15h. Regardant sa montre, il remarqua alors que cela faisait plus de dix minutes qu’il attendait. Il allait se lever quand un homme d’entretien arriva devant la salle…

- Ben ? Que faites-vous ici ?
- J’ai reçu l’ordre de venir ici, Monsieur…
- Faites moi voir ça ? … Mais non, c’est pas ici la salle 209 ! Je leur ai dit bon sang de réparer la porte !! Ici, c’est la salle 206 ! La salle 209, elle est un peu plus loin !
- MAIS ALORS JE SUIS EN RETARD ???
- Et bien, oui…
- Merci beaucoup monsieur !


Ne prenant pas la peine d’écouter la réponse de l’agent de surface, il se précipita vers la salle indiquée et entra dans la salle en courant !

_________________
Narration / - Discours (de Myja) / *pensées*
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kiri-f139/
PNJ 2
Clan des Dieux
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 28/05/2008

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Sam 06 Sep 2008, 19:12

Arrivant dans une salle vide, où les estrades se suivaient les unes les autres mais sans qu’un élève ne soit assis aux rangs. La salle de cours 209 semblait bien vide, et aucune trace que quelqu’un présent pour attendre notre jeune aspirant qui devait passer en cette heure son examen. Son retard lui avait-il donc joué le tour le plus vil et le plus cruel de l’histoire d’un Shinobi en apprentissage ? Pas un bruit, pas un mot… . Prendre le risque de rester ici de nouveau quelques minutes, en espérant que le Shinobi surveillant serait lui-même en retard ? Il y avait de quoi avoir des doutes. Mais quitte à se donner un peu d’espoir en attente d’un entretien qui allait déterminer la suite de son existence, cela ne valait-il pas le coup ? On peut donc espérer que notre ami Myjasu aurait la présence d’esprit de faire au moins un pas dans cette pièce. Un seul pas.
Le pied frappant le sol, un bruit énorme et soudain fit trembler la troisième rangée, alors que le son d’une chute mal accueillie faisait trembler la salle ! Suivi d’une série de «Aïe » et de « Et merde », c’est une petite tête complètement à la masse qui apparut au dessus des bureaux de la troisième rangée. Sa chevelure en bataille, l’air totalement crevée et d’épaisses cernes criblant ses yeux d’une couleur indescriptible, un jeune homme au visage séduisant et à la chevelure hirsute, battayant dans tous les coins pour cacher les preuves d’une récente chute. Une belle coiffure à la couleur vin ocre. C’était rare de voir pareille teinture, mais la question n’était pas vraiment là… . Que diable pouvait faire un homme ici ?? Et qu’y faisait-il !
Le personnage, vêtu d’une chemise battante des plus élégantes, un peu de sa poitrine virile et douce visible, s’étira tout en baillant et sortit des rangs pour descendre avec beauté et tranquillité le long de l’escalier, posant son regard à moitié endormi sur le jeune aspirant. Il dormait… cet homme s’était endormi sur les bancs de l’Académie ! Quel culot ! Ou bien était-il ici pour une raison bien précise. Se rapprochant du jeune homme, il plongea sa main dans sa chemise, pour en ressortir une feuille, visiblement contenant un exercice dessus. La tendant au futur Shinobi, il parla tout en baillant, sa voix claire et douce, bien qu’assommée parvint aux oreilles de notre jeune ami.




Ton nom est bien Mysaju.. heu…Majusy.. bon. Tu as bien été convoqué pour un examen, non ? Alors prends cette feuille, vas t’asseoir où tu veux. Tu as une heure pour remplir. Tâches de ne pas tricher, je suis là pour observer… .

Croisant ses doigts derrière sa nuque, il se dirigea toujours en baillant vers le bureau de l’enseignant et en tira la chaise, prenant place tout en observant les faits et gestes du jeune gamin. Il passait l’examen à cet âge ? Un gars précoce ou trop studieux, sans doute. Il devrait plus souvent… plus souvent… trop tard. Les jambes croisées sur le bureau et se balançant en arrière, le shinobi de Kiri, responsable d’examination, venait de s’endormir profondément, un léger ronflement peu perturbant s’élevant dans l’espace sonore largement disponible.


De son côté, le jeune aspirant ninja de Kiri pouvait lire une série de 10 questions :



Citation :
1/ Quelle est la légende sur la création de Kiri No Kuni ?

2/ Combien y-a-t-il d’épées légendaires à Kiri ?

3/ Combien d’épées sont manquantes au Village à l’heure actuelle ?

4/ Quelle technique de base permet de distraire l’adversaire sans pour autant être un Genjutsu ?

5/Combien de PC faut-il dépenser pour réaliser un Kawamiri No Jutsu ?

6/ Est-il possible de marcher sur l’eau ? Si oui, comment ?

7/ La déformation d’un obstacle peut-il vous empêcher de marcher dessus (arbre déraciné, mur bombé) ?

8/ Un adversaire arrive face à vous. Quelle stratégie employez-vous pour gagner du temps ?

9/ Que sont les Oi-Nins ?

10/ Quels sont vos aspirations pour devenir Genin de Kiri No Kuni ?
Revenir en haut Aller en bas
Hebimiyasashii Myjasu
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Village : Kiri no Kuni
Date d'inscription : 19/08/2008

Fiche Ninja
PV:
120/120  (120/120)
PC:
405/405  (405/405)

MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Sam 06 Sep 2008, 20:17

Myjasu était entré dans la salle avec une surprise énorme d’entendre de tels sons, et d'apercevoir ainsi une âme dans la salle 209. De toute évidence, il devait être son examinateur. Il était pour le moins impressionné de voir qu'il s'était endormi aussi rapidement à l'attendre, il n'était pas pourtant si en retard ! Peu importait finalement, le principal était qu'il n'avait pas perdu patience et était parti courroucé que le jeune aspirant soit à la bourre ! Écorchant son prénom de prime abord, il ne lui laissa même pas le temps de corriger celui-ci, et lui tendit un énoncé contenant une dizaine de question ainsi qu'une feuille de réponse qui lui permettrait de répondre. S'installant à une table juste devant son examinateur, la première qu'il avait donc, il commença à jeter un regard sur les différentes questions du questionnaire.

Il lui fallu 45 bonnes minutes afin de répondre aux différentes questions du questionnaire, la première question et la dernière lui donnant le plus de fil à retordre, pour la première parce qu'il avait à se rappeler de tout les moindres détails de l'histoire de Kiri, et la question finale, parce que même s'il avait déjà sa réponse, il était difficile de plonger dans son nindo. Son envie était de rendre service à son village, et par dessus tout, d'aider ceux qui avaient eu moins de chance que lui dans leur enfance. Se levant, il rendit sa copie à l'examinateur.

- Pardonnez moi, j'ai été un peu long il me semble...

Citation :

1/ Quelle est la légende sur la création de Kiri No Kuni ?
On dit que les Montagnes Bleues au Nord de l’Île sont le repère du Grand Dieu-Loup qui mit fin à la Grande Guerre des shinobis de Mizu no Sato en l’échange de la vie d’un jeune paysan dont l’histoire n’a pas retenu le nom, venu en ses terre pour trouver la paix, et la donnant à tous ses confrères. On dit également que le Dieu-Loup épargna la vie d’un jeune homme de 11 ans, qui allait devenir plus tard le « Borgne Fou », Shodaï Mizukage du village de Kiri No Kuni.


2/ Combien y-a-t-il d’épées légendaires à Kiri ?
Il existe un total de 8 épées légendaires, l’une d’entre elle est alloué au Mizukage et porte le surnom de « sabre fleuri », les 7 autres sont la panache des 7 épéistes de Kiri !

3/ Combien d’épées sont manquantes au Village à l’heure actuelle ?
Trois épées sont actuellement introuvables, ou alors possédé par des Ninjas déserteurs de Kiri. La première est Sora Ken, qui est totalement introuvable. On dit que celui qui l’a volé est mort à l’heure actuelle. La seconde épée, c’est Samehada, la lame qui est dite faite de peau de requin. Cette arme a été emportée par son seul possesseur légitime au sein de l’akatsuki, Kisame Hoshigaki. Quand à la troisième épée perdue, elle est la possession d’un ancien Epéiste de Kiri, ayant tenté un coup d’état s’étant soldé par un échec, Zabuza Momochi. Cette épée se nomme Kubikiri Houcho.

4/ Quelle technique de base permet de distraire l’adversaire sans pour autant être un Genjutsu ?
Des techniques que j’ai appris, j’en connais deux permettant de distraire l’adversaire, mais autant que faire se peut, je sais que le Bushin est un début de Genjutsu. Par conséquent, j’imagine que la technique demandée est le Henge no Jutsu.

5/Combien de PC faut-il dépenser pour réaliser un Kawamiri No Jutsu ?
Il faut 10 PC pour réaliser un Kawamiri No Jutsu.

6/ Est-il possible de marcher sur l’eau ? Si oui, comment ?
Il existe une technique pour marcher sur l’eau que j’ai appris, qui se nomme Suimen Goroshi No Jutsu.

7/ La déformation d’un obstacle peut-il vous empêcher de marcher dessus (arbre déraciné, mur bombé) ?
Le Kinobori no Jutsu permet de marcher sur toute surface dure. Je suppose que si la technique ne souffre pas de lacunes durant l’apprentissage, la déformation passée d’un obstacle n’intervient pas. Par contre, si l’obstacle est déformé pendant que l’on marche dessus, cela pourrait affecter la concentration, et à la longue, empêcher l’utilisation du Kinobori.

8/ Un adversaire arrive face à vous. Quelle stratégie employez-vous pour gagner du temps ?
Si l’adversaire arrive face à moi, tout porte à croire qu’il m’a vu. Dans une telle circonstance, impossible de m’enfuir, ni d’utiliser un Henge pour se fondre dans le décor. La seule solution qu’il me reste est d’utiliser le Bushin No Jutsu, afin de créer des illusions de moi-même permettant d’abord de me cacher dans les alentours, ce qui me mettrait en position de force, et après, si la situation me permet, de frapper l’adversaire au corps à corps tout en masquant qui je suis vraiment. Encore que la seconde proposition serait un peu suicidaire, étant donné la fragilité des clones !

9/ Que sont les Oi-Nins ?
Membres éminents de Kiri, ils sont les hommes de mains du Mizukage, et participe aux missions les plus périlleuses. Ils sont comparables aux Juunins, si ce n’est qu’ils portent un masque pour rester anonyme, et n’ont aucun élève. Le type de mission le plus courant, et dont ils sont les seuls d’ailleurs à posséder, est la traque et l’exécution des Nukenins, ninjas déserteurs des villages, et en première vue les déserteurs de leur propre village. Ils ont également la responsabilité de faire disparaître les corps de leurs victimes, afin qu’aucun secret ne soit percés sur leur corps !

10/ Quels sont vos aspirations pour devenir Genin de Kiri No Kuni ?
La question peut être retournée dans tout les sens, il me serait difficile d’y répondre sans impliquer une raison personnelle. A vrai dire, je tiens avant toute chose à protéger mon village, mais la personne que je veux par-dessus tout protéger est mon frère, Caïne. Il n’a pas eu la chance de naître en bonne santé, et si aujourd’hui il est capable de poursuivre les enseignements de l’académie, je sais qu’il est encore très fragile. Je ne supporterais pas de le voir mourir à cause de la guerre, et si mon engagement au sein des shinobis permet de d’offrir une vie heureuse à tout les enfants et adolescents comme mon petit frère, alors j’aurais l’impression d’avoir été utile à quelque chose dans ma vie !

_________________
Narration / - Discours (de Myja) / *pensées*
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kiri-f139/
PNJ 2
Clan des Dieux
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 28/05/2008

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Sam 06 Sep 2008, 21:24



L’élève ayant achevé son test, notre ami inconnu posé tranquillement au bureau de l’enseignant ouvrit l’œil. Evidemment ! Pensiez-vous vraiment qu’un Chuunin de Kiri No Kuni, diplômé pour surveiller les épreuves d’un examen Genin se serait bêtement endormi face à un élève, lui laissant la possibilité de tricher ou de copier sur des pompes ? Certainement pas ! Shikiatame était bel et bien resté prudent, espionnant d’un œil attentif et précautionneux les moindres faits et gestes de notre cher Myjasu Hebimiyasashii , ne perdant rien de ses activités. Laissant avec lenteur son œil se fermer… doucement, lentement… il faillit sursauter en se rappelant son devoir ! Il se devait de tenir le coup ! Il n’avait pas dormi depuis deux jours, ce qui ne lui rendait pas la tâche facile ; mais il avait juré de surveiller les examens qui détermineraient qui ferait partie de la future élite du Village Caché de la Brume. Cessant alors de faire semblant de dormir, il attendit que le jeune homme toujours en train d’écrire vienne à sa rencontre et lui tende la feuille. Trois quarts d’heure : un temps raisonnable pour un test écrit. Faisant un geste de la main pour inciter le garçon à aller s’asseoir, il se remit d’aplomb sur le bureau et fit virevolter son stylo dans les airs pour le rattraper et se mettre à lire avec assiduité et sérieux ce qui avait été marqué sur la feuille. Certaines réponses étaient intéressantes, d’autres l’étaient moins. Passant en revue ses propres connaissances, il analysait chaque réponse avec concentration et réflexion. Celle-ci était-elle acceptable ? Oui, pourquoi pas. Il n’y avait pas de mauvaise idée dans ce fond. Celle-ci ? Oui, aucune faute, pas de problème. Cela lui faisait un point posé et assuré. Celle-là également ? Ha…non. Entièrement fausse. Cochant d’un V rouge au côté des réponses correctes et acceptés, il barrait avec frénésie et sans le moindre remord celles qui s’avéraient fausses. Rien de bien grave, d’après ce qu’il pouvait voir sur la feuille d’examen. Inscrivant la date, le numéro du dossier et le score, il retourna la feuille et la posa au coin de la table, croisant les bras et fermant les yeux, plaçant un index sur les lèvres pour faire signe de silence.
De longues minutes passèrent. On aurait cru que tout s’était arrêté. Il y avait de quoi être inquiet, car notre jeune Aspirant ne connaissait toujours pas sa note. Quelle pouvait-elle bien être ? Si l’homme lui avait intimé le silence, il devait certainement avoir ses raisons. Et lorsqu’un supérieur imposait le silence, la moindre des choses était d’obéir aux ordres. Et les minutes succédèrent à d’autres minutes. Le Soleil eut le temps de passer d’un carreau à l’autre de la pièce, avant que le Shinobi ne rouvre les yeux et ne se lève. Marchant en silence jusqu’à la porte qu’il tira avec douceur et solennité, il fit deux pas en arrière et se pencha bien en avant, saluant avec un immense respect l’homme qui allait rentrer.


Alors ? Quelles sont les conclusions ?
Il a obtenu 8/10, Seigneur Tashira.
Ce n’est pas un mauvais score. Merci de t’être dérangé pour moi.

Sans un mot de plus, le jeune homme tourna son regard d’un bleu couleur des océans profonds et dangereux, et se contentant d’adresser un petit signe de tête au jeune aspirant, il quitta la pièce pour ne plus jamais y reparaître.
L’homme qui fit son entré laissa son épaisse chevelure blonde l’annoncer, alors que son corps tout entier, svelte et léger traversait la porte avec un mouvement des plus silencieux. Un kimono noir bordé de blanc, une coiffure dégantée comme il avait l’habitude de l’avoir, d’épais écouteurs sur les oreilles, dont une musique agitée s’en évadait pour résonner contre les murs de cette petite salle de corps. D’un signe de la main, l’homme aux yeux couleur de la neige grise de l’hiver indiqua au jeune Myjasu de s’approcher, alors qu’il se déplaçait avec ce même silence vers le bureau où il prit place avec soin, déposant sur l’angle du bureau une arme splendide, dont le pommeau prenait l’apparence d’une fleur de cerisier en train d’éclore. S’emparant de la feuille d’examen et parcourant les questions posées ainsi que les réponses, un petit sourire émergea sur ses lèvres et il retourna de nouveau la feuille. Tournant son regard vers le jeune enfant, un certain attrait émanait de lui. Un calme certain dont il faisait preuve sans la moindre. Il était Shinobi, aucun doute. Mais on ne pouvait ressentir aucune pression atmosphérique, ni même la moindre pression dûe à un chakra important. Croisant les doigts et posant son menton sur ses mains, il se pencha en avant légèrement.


Tu es donc Myjasu Hebimiyasashii. Pour l’instant, les résultats de tes cours sont très concluants. Pourrais-tu me faire un Bunshin No jutsu et enchaîner en faisant un Henge qui prendrait mon apparence, s’il te plaît… .

Il était temps de voir si la connaissance était au même niveau que la pratique. Mais Arane Tashira n’en doutait pas tellement, étant donné le rapport que Kenji lui avait apporté à son sujet. Si un examen pour passer Genin était obligatoire, il était rare que certains échouent. Place à la preuve de la réussite de Myjasu.
Revenir en haut Aller en bas
Hebimiyasashii Myjasu
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Village : Kiri no Kuni
Date d'inscription : 19/08/2008

Fiche Ninja
PV:
120/120  (120/120)
PC:
405/405  (405/405)

MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Dim 07 Sep 2008, 04:18

Myjasu apporta donc sa copie à son examinateur en bredouillant ses quelques excuses, puis retourna aussitôt à sa place, sans un bruit, sans un mot. Il se doutait bien que son avenir était en jeu avec ce test, mais il n’avait aucun regret, ayant fait tout son possible sur ce test écrit. Comme il le songeait, la correction était faite en direct, et il aurait donc les résultats presque immédiatement. Dans un sens, ça le rassurait, car finalement, il n’aurait pas à attendre une missive lui annonçant s’il devait recommencer ou non. Mais ce qu’il ne savait pas, c’est qu’il allait subir une attente encore plus éprouvante en lieu et place de celle du bachelier attendant la lettre de délivrance ou le coup d’assommoir ! En effet, il n’avait pas prévu d’attendre qu’une relève arrive pour son examen, bien qu’il se doute que l’examen comportait une épreuve théorique et une épreuve pratique !

La correction de sa copie fut brève, lui-même s’en rendit compte alors que son examinateur ajoutait du rouge sur une copie couverte d’encre bleue et noire, suivant la couleur des réponses de Myja ou des questions de l’examen. Personne n’ignorait qu’un professeur ne laissait d’encre rouge sur la copie que s’il apercevait une bêtise ou une erreur dans la copie de son élève, et au vu de la manière dont la plume de l’examinateur peinait à toucher le papier, le score de l’aspirant ne devait pas être des plus mauvais, loin s’en fallait. Quelques minutes après avoir entamé la lecture de sa copie, le chuunin se trouvant en fasse de Myja la posa face retournée sur le bord.

L’instant d’après, il croisa les bras, ferma les yeux, et plaça son index sur la bouche, comme pour indiquer à l’aspirant de se taire. Un silence de mort emplit alors la salle, qui d’ores et déjà ne voyait le calme troublé que par le grattement d’une plume sur du papier, peu importe la couleur de l’encre. Mais maintenant, plus aucun bruit ne filtrait, et c’est dans un tel silence que le jeune aspirant aurait volontiers piqué un petit somme, si seulement l’enjeu n’était pas aussi important pour lui. Mais c’est un autre bruit qui brisa allègrement le silence, et ce bruit, personne dans la salle n’aurait pu l’attendre. En effet, un ronflement émanait des sinus de l’examinateur, ronflement prouvant la nuit agité qu’il avait pu avoir avant d’attendre Myjasu Hebimiyasashii.

L’aspirant aurait voulu le réveiller, mais il hésita beaucoup avant de finalement se raviser. En effet, trois idées, trois façons de concevoir ce ronflement lui donnait raison de le laisse dormir : Premièrement, il pourrait s’agir d’un test, voire si Myja était capable de faire acte de silence malgré le sommeil de son supérieur ; Deuxièmement, il pourrait s’agir d’un piège, et au moment où Myja lui aussi ferait semblant de dormir, l’examinateur dirait à ses supérieurs que leur jeune aspirant n’arrivait pas à faire un test facile sans être obligé de dormir un moment ; Et enfin, la troisième raison était qu’il ne voudrait pas être réveillé de la sorte par les gens autour de moi.

Mais finalement, les ronflements s’estompèrent à mesure que Myja entendait monter des bruits de pas étouffés d’un homme, pensait-il. Ces bruits en question réveillèrent le chuunin, et celui-ci se dirigea devant la porte qui l’ouvrit afin de s’entretenir avec ce qui semblait être le prochain examinateur. Mais l’aspirant était loin de se douter que le Mizukage avait fait le déplacement pour voir ses prouesses, où alors qu’il serait son examinateur pour l’examen pratique. Dévoilant une note écrite de 8/10, le premier examinateur reçu donc l’autorisation de sortir de la pièce, ce qu’il fit après un dernier coup d’œil à l’aspirant ninja, qui lui souhaita du regard « bonne sieste ».

L’homme qui avait discuté avec son examinateur entra alors dans la pièce. Le chuunin sortant avait nommé cet homme « Seigneur Tashira » et Myjasu avait beau se creuser les méninges, il lui était totalement impossible de retrouver à qui appartenait ce nom… Dans tout les cas, il semblait que le nouveau venu était plus calme et plus détendu son ancien examinateur. Les cheveux en bataille, un kimono noir bordé de blanc, un casque d’écouteurs sur le crâne, tout ceci contrastait d’ailleurs avec la dureté et la pureté de ses yeux couleur de neige. Faisant signe à Myjasu de se rapprocher, tandis que celui-ci posait son arme au sol, un sabre qu’il aurait reconnu entre mille ! En effet, ce légendaire sabre fleuri n’appartenait qu’à une et une seule personne vivante : le Mizukage.

C’était un petit peu sa marque de fabrique, ses habitudes. C’était impressionnant de le voir si calme malgré le solennel de la chose, et de se rendre compte qu’il considérait cela comme une simple formalité. En effet, Arane demanda à son aspirant d’exécuter un Bushin qu’il changerait ensuite grâce au Henge, lui faisant prendre l’apparence du Mizukage. Ne souhaitant pas vraiment aller à l’encontre de la volonté d’Arane, il commença par créer un Bushin tout ce qu’il y avait de plus normal. D’ailleurs, plus il faisait cette technique, et moins c’était difficile de diffuser le chakra. Etait-ce donc son élément que le Genjutsu ? Une fois le Bushin effectué, le clone utilisa le Henge, et Myjasu utilisa sa malaxation du chakra pour lui donner pratiquement la même apparence que le seigneur Tashira.

A bien regardé, la seule chose qui manquait était les gros écouteurs, remplacés par un casque d’une bonne qualité musicale. D’ailleurs, on pouvait voir qu’il s’agissait d’une amélioration des écouteurs d’Arane, étant donné que c’était la même marque et seul la forme changeait... Une fois ceci réalisé, il essaya d’ouvrir la bouche :


- Je sais que vous n’avez pas un tel casque d’écoute, mais j’ai procédé à l’amélioration sur mon clone de l’émission de la musique.

Une fois après avoir dit une telle chose, les écouteurs redevinrent exactement tel ceux d’Arane. Il avait eu un mal de chien à maitriser ses techniques et maintenant, il se retrouvait ici, se demandant ce qu’il allait se passer ensuite…

_________________
Narration / - Discours (de Myja) / *pensées*
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kiri-f139/
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Dim 07 Sep 2008, 22:39

Spoiler:
 


Restant assis et sûr de lui, le regard couleur brume de Kiri de notre cher Mizukage se faisait attentionné et tendre. Il aimait pouvoir donner des cours à des enfants qui souhaitaient destiner leurs vies et leurs futurs au Village. D’un certains sens, cela assurait la continuité et la force du Village qui se faisait grandissante. Cependant, il ne pouvait s’empêcher de ravaler sa salive à la simple pensée qu’un jour, ces jeunes gens devraient connaître un élément qui serait bien sévère pour eux et déterminants dans leurs vies : c’est la Mort. La Mort, qui emportait un quart des Shinobis au front d’une bataille. La Mort qui venait sans prévenir parfois pour vous prendre dans le dos, symbolisée par une arme au tranchant vulgaire, ne provoquant que davantage de douleur. La Mort, qui jouait souvent à cache-cache et qui avait déjà torturé notre connaissance Arane Tashira en ôtant des proches de sa vue, le forçant à les enterrer et à leur dire au revoir pour toujours. Il souhaitait que pareille chose n’existât jamais ; mais il n’était pas assez puissant pour pouvoir influer sur le devenir des gens. Gardant malgré tout l’esprit attentif sur les actions du jeune homme, il vit que celui-ci n’avait aucun mal à pouvoir exécuter cette technique qui devenait vraiment affiné. Il ne lui avait fallu que très peu de temps pour créer un double de lui-même. Mais le Shinobi remarquait encore certaines petites touches non gravissimes à améliorer. A commencer par l’expulsion peut-être un peu trop violente de chakra dans l’air, afin de créer un Bunshin. En effet, fabriquer un Bunshin était en somme expulser une quantité assez faible de chakra et la modeler pour que celle-ci se calque sur l’image de son créateur, prenant son apparence et imitant ses gestes. Cependant, il ne s’agissait que d’une simple illusion. Certes pouvant paraître ridicule mais s’étant avérer souvent très utile dans certains cas de combat. En attendant, il restait une petite critique à faire à cette jeune personne. En effet, il parvenait sans trop de difficulté à faire la technique ; cependant, on pouvait ressentir que certaines quantités de chakra allaient se perdre dans les airs, voguant au gré de l’atmosphère pour retourner à la nature. Si de la concentration était nécessaire pour réaliser ce genre de technique, trop de concentration pouvait mener la technique à un surcoût qui était ensuite gênant car à force de combattre et de dépenser du chakra dans ses techniques lors d’une bataille, on finissait par ne plus en avoir et à regretter les petits morceaux que l’on avait gaspillé sans y avoir prêté attention. Mais Arane Tashira mit cela sur le compte de l’inexpérience encore récente de ce jeune Shinobi qui n’avait pas eu l’occasion d’expérimenter cette technique en temps réelle. Peu à peu, et en en faisant un usage fréquent et régulier, celle lacune disparaîtrait pour qu’aucun gâchis ne soit permis lors de la réalisation de cette technique. La première étape était donc satisfaisante.
La suite plut certainement davantage au Mizukage, alors qu’en peu de temps, un double de son être lui faisait face. Pour être franc, et tel qu’il se le disait intérieurement, cela lui évitait de se regarder trop souvent dans un miroir. Il avait vraiment une coiffure pareille ?? Il ne risquait pas d’emballer les filles s’il ne prenait pas l’habitude de soigner ses cheveux amazones. Par contre, il était toujours aussi fan des fringues qu’il portait. Prouvant un certain respect pour les temps anciens et pour les coutumes ancestrales, il aimait voir des gens posséder un costume identique qui rappelait l’époque où les samouraïs régnaient sur Terre. Bref, passons. Le Henge No Jutsu était une pure réussite. Souriant de plaisir à la vue d’un nouvel élément ayant de grandes capacités pour le Village dans le futur, il était presque garanti que notre jeune ami aurait obtenu son grade de façon sûr. Prenant la parole, il fit sa voix amicale et accueillante.


Je suis content de voir que tu as bien appris tes techniques de base et que tu les maîtrises sans trop de difficulté. Je pense donc qu’il n’y a pas beaucoup de raisons pour te refuser un grade officiel de Genin au sein de notre Village Caché de la Brume. Cependant… .

Se levant, il garda le silence. Il aimait entretenir de légers suspens comme celui-ci, qui mettait la pression à un aspirant qui avait hâte de savoir s’il devenait Genin ou pas. Se dirigeant vers la porte, il faisait celui qui se trouvait sur le point de partir. Il avait envie de tendre un petit piège. Un piège à sa façon. Se tournant vers le jeune aspirant, il lui fit une mine qui indiquait la malice dont il faisait preuve. Il aimait par-dessus tout la ruse, et pouvoir constater si le jeune homme avait réussi ou non son test nécessitait encore un point important. S’il était, oui ou non, assez malin et apprenant pour pouvoir suivre la voie pour laquelle il était prêt à donner son avenir au Village. S’appuyant sur le dos au cadre de la porte, le Mizukage plongea une main dans l’une de ses manches et en sortit un objet qu’il lança en direction du jeune aspirant. Une fois cela en main, le personnage pouvait constater qu’il s’agissait d’une bête ampoule pour éclairer les pièces en tout genre. Rien de très compliqué. Mais Arane voulait voir si l’aspirant devinerait ce qu’il attendait de lui. Lui indiquant le plafond, il pointait du doigt un emplacement avec une ampoule. Qui était noire. Une ampoule claquée. Avec un petit sourire amusé, le Mizukage présenta la chose simplement.

En voulant devenir Shinobi, tu as décidé de donner ta vie et le temps qu’il t’est imparti. Afin de servir le Village, pourrais-tu commencer par changer l’ampoule de cette salle, s’il te plaît ?

En observant bien la pièce, il était aisément possible d’atteindre l’objectif en se mettant debout sur le bureau de la quatrième rangée. Qu’allait donc faire le jeune Myjasu, à votre avis ?
Revenir en haut Aller en bas
Hebimiyasashii Myjasu
Chuunin de Kiri
avatar

Nombre de messages : 365
Age : 28
Village : Kiri no Kuni
Date d'inscription : 19/08/2008

Fiche Ninja
PV:
120/120  (120/120)
PC:
405/405  (405/405)

MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Lun 08 Sep 2008, 15:10

Alors que le double éclatait au grand jour aux yeux du Mizukage, celui-ci eut une sorte de grimace de surprise, comme s’il venait de voir quelque chose de désagréable. L’aspirant eut un petit temps d’interrogation, se demandant si c’était à cause de son double, s’il était mal fait, s’il avait fait quelque chose dans la technique qui lui coûterait son examen. Mais il remarqua alors qu’Arane était en train de comparer ses cheveux à ceux de son clone, ce qui d’une le rassura, et de deux le fit légèrement tomber des nues : Le Mizukage, chef du village de Kiri, en train de se coiffer à partir d’un Bushin ? Enfin, ce dernier récupéra son sourire rapidement en regardant le reste du clone, ce qui rassura Myjasu.

Remarquant qu’Arane se tournait vers lui, il ouvra grand les oreilles, prêt à recevoir la sentence, tel un futur condamné à mort… Non, n’exagérons rien ! Disons que l’aspirant était vraiment attentif, ayant hâte d’en finir ! Le seigneur Tashina pris bien le temps de prononcer chaque mot, sans doute pour que Myjasu comprenne bien, mais également sans doute parce qu’il aimait la situation actuelle ! Ceci dit, le ton se voulait calme et bienveillant, sans vouloir brusquer le jeune homme…


- Je suis content de voir que tu as bien appris tes techniques de base et que tu les maîtrises sans trop de difficulté. Je pense donc qu’il n’y a pas beaucoup de raisons pour te refuser un grade officiel de Genin au sein de notre Village Caché de la Brume.

Durant cette longue tirade, Myjasu progressivement se détendit. Il semblait ravi d’entendre le chef de son village prononcer cela, puisqu’il était presque en train de faire son intronisation. Mais quelque chose clochait dans sa phrase, et il le sentait. Pourquoi avoir dit « pas beaucoup » ? Mais Arane n’avait pas terminé sa phrase…

- Cependant…

« Cependant » ? Ce mot fit l’effet d’un électrochoc dans la tête du pauvre Myjasu, qui était pratiquement certains d’avoir réussi son grade ! Qu’avait-il bien pu faire de mal, Myjasu était en train de se le demander ! Peut être qu’il avait mal réalisé la technique du Bushin ? Ou alors qu’il fallait avoir plus de 8/10 au test ? Arane se leva de son siège, et fit mine de partir. Et alors Myjasu se détendit un peu plus. Quel Mizukage partirait sans prendre le sabre fleuri en le laissant à la portée de l’aspirant devant lui ? Il lui faisait suffisamment confiance pour ne pas imaginer que Myjasu le prenne et attaque Arane. Bon, en même temps, c’est pas vraiment comme s’il faisait le poids, hein !

Se retournant, Myjasu put voir un sourire malicieux sur le visage de son examinateur, et Arane put voir un sourire mi-calme, mi-malice sur le regard de son futur Genin. Ainsi, Arane était aussi blagueur que Kenji ? Cela ne faisait maintenant aucun doute au jeune aspirant, qui, sachant qu’il se trouvait en terrain connu, se détendait de plus en plus. Kenji lui avait fait une farce avant l’entrainement, il s’en souvenait bien… Est-ce à dire que le Mizukage était de la même trempe ? Fermant la porte en la poussant avec le dos, il s’y accouda tout en fouillant dans une des poches de son ample kimono noir. Myjasu était curieux de savoir ce qu’il allait se passer ensuite, et n’allait pas être déçu !

Le Mizukage sortit de sa poche un objet qu’il lança à son aspirant. Myjasu rattrapa l’objet et se rendit compte qu’il s’agissait d’une ampoule. Une simple ampoule, telle qu’on pouvait en trouver dans cette salle. Tiens d’ailleurs… Toutes les salles étaient équipées en lampe-tube, plus pratique car donnant plus de lumière. C’était donc pour cela qu’il se trouvait en salle 209 ? La phrase du Mizukage prit alors tout son sens, et illumina l’esprit du jeune aspirant, tout en lui assenant une nouvelle épreuve…

- En voulant devenir Shinobi, tu as décidé de donner ta vie et le temps qu’il t’est imparti. Afin de servir le Village, pourrais-tu commencer par changer l’ampoule de cette salle, s’il te plaît ?

Le jeune homme prit cette phrase comme un second électrochoc, et baissa lentement la tête. Un truc aussi simple, serait-ce encore un test que le Mizukage assénait à Myjasu ? La tête basse, il regarda l’ampoule en question… Etait-ce absolument la même que là-haut ? Il n’y avait qu’une seule façon de le savoir. Après tout, il pourrait changer une ampoule facilement en montant sur le bureau de la 4ème rangée, et cela serait terminé. Mais que voulait dire ce regard. Le clone du Mizukage se rapprocha de Myjasu et celui-ci jeta un coup d’œil tout en gardant la tête basse.

Seul deux portes permettaient l’accès à la salle, la porte d’entrée était fermée par le Mizukage, tandis que la porte de sortie, habituellement fermée à clef, était ouverte. Toutes deux possédaient un interrupteur à proximité, sans doute pour permettre d’allumer la lumière quand on rentrait, ou de l’éteindre lors de la sortie. La lumière était allumée aujourd’hui, chose qui s’expliquait par le fait que la lumière éblouissante des quinze heures avait obligé l’examinateur précédent Arane de fermer les rideaux, afin de ne pas gêner le jeune aspirant. Lui et son clone se dirigèrent vers la seconde porte, la tête basse…

- Je ne suis pas ici pour être le chien de mon supérieur, ce n’est en tout cas pas ainsi que je vois mon rôle de ninja…

Se retournant vers le Mizukage, un sourire de la même malice que le seigneur Tashina pouvait se lire sur son visage. Il éteignit alors la lumière et un nuage de fumée l’entoura, dû à la disparition du clone. L’instant d’après, deux Myjasu s’élancèrent : le premier sauta sur le bureau de la 4ème rangée tandis que le second sauta sur le mur puis sur le plafond afin d’atteindre la lampe. En deux secondes, ils atteignirent et mirent la main en même temps sur l’ampoule, et tous les deux dévissèrent la lampe en même temps. Leur deux mains se touchèrent presque alors pour envoyer la lampe vers Arane, afin qu’il l’attrape au vol. Celui du bas lança alors l’ampoule à celui du haut pour que celui-ci visse l’ampoule dans l’emplacement devenu vide.

Tout ce passait avec naturel, ce qui aurait pu donner l’illusion de voir double à un non-initié aux arts shinobis. Mais pour un maître ninja tel qu’Arane, il était simple de voir qu’il y avait utilisation du Bushin pour faire croire à un double de lui-même, du Kinobori pour marcher sur le plafond et le mur, et enfin du Henge pour faire croire que sa main était vide alors que son clone lui passait l’ampoule. Tout avait été bien orchestré selon la volonté de Myjasu, qui s’étonnait même de sa facilité à effectuer un tel tour de passe-passe.

Une fois l’ampoule fixée, les deux Myjasu revinrent à l’endroit d’où ils étaient partis, et alors qu’ils se rencontraient, un second nuage de fumée se forma dû à la disparition du clone inconsistant dont le jeune aspirant avait eu recours. Rallumant la lumière, il dit alors cette phrase en croisant le regard d’Arane, toujours avec ce sourire de malice, mais avec un regard plus sérieux et plus déterminé :

- Mais chaque action compte, alors même si la tache peut être considérée comme ingrate, alors je le ferais pour mon village et mon frère !

_________________
Narration / - Discours (de Myja) / *pensées*
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kiri-f139/
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Lun 08 Sep 2008, 17:53

Spoiler:
 



Arane Tashira avait observé avec un large sourire la réaction du jeune aspirant qui semblait on ne peut plus déçu par la requête de son Seigneur. D’ailleurs, il lança une phrase en ce sens en direction du Mizukage, en se dirigeant avec son clone vers la porte de sortie. Le jeune aspirant aurait-il un caractère de chiottes, ne supportant pas de faire les tâches les plus simples du Village ? Il fallait pourtant savoir que les fonctions les plus simples pouvaient souvent être attribuées à des Shinobis même expérimentés. Lorsqu’un Village vit, ou plutôt survit, aux dépends des missions qui lui sont confiés, il n’y a pas vraiment d’intérêt à faire le difficile. Car ne pas effectuer une mission, aussi ridicule et déshonorante soit elle, ne faisait que signifier moins d’argent pour le Village et donc les Shinobis qui y travaillaient pour gagner leurs vies. Le comportement de Myjasu Hebimiyasashii était-il aussi gamin ? Il fallait croire que certains étaient nés avec un désir d’aventure et de découvertes fantastiques… . Ils seraient bien déçus de la chute qui serait sévère lorsqu’ils réaliseraient les véritables devoirs et attributions auxquels un preux Shinobi avait droit.
Quoi qu’il en soit, la réaction du jeune aspirant semblait néanmoins exagérée. Car la vie d’un Shinobi n’était que soumission aux règles qui lui étaient imposées : qu’on le veuille ou non, personne n’était libre. Mais ce fut avec surprise que les yeux du Mizukage suivirent avec attention et une douce touche de plaisir le mouvement des deux Myjasu Hebimiyasashii, qui se propulsaient soudainement, de deux côtés différents, vers le plafond, afin de rejoindre leur cible commune. Arrivés là, un véritable travail d’équipe se mit en place, alors que l’un dévissait l’ampoule usée et inutile désormais, et la lançait vers le Seigneur de Kiri No Kuni, pendant que le second s’attardait à fixer l’ampoule, les deux êtres restant accrochés au plafond grâce au chakra qui leur servait d’effet ventouse. C’était bel et bien une parfaite réalisation du Kinobori, technique banale mais très sollicitée dans la vie d’un Ninja, lui permettant de se tenir droit et accroché à tout type d’objet en rattachant la plante de ses pieds avec l’objet en question par le biais d’une condensation de chakra qui servait alors d’aimant entre les deux éléments. Que l’original puisse faire ce genre de prouesses était déjà un bon point, qui le montait à un niveau certain. Mais que son Bunshin No Jutsu puisse également le faire était une surprise supplémentaire pour Arane Tashira, qui ne prêtait presque pas d’attention à l’ampoule qui se ruait sur lui avec frénésie et attraction terrestre. Se contentant de prononcer un petit « ha » comme s’il venait de réaliser l’existence de ladite ampoule, il élargit sa bouche et l’objet s’y enfonça, se bloquant au niveau des lèvres, sans que le Mizukage n’ait eu à bouger ou à décroiser les bras. Devait-on s’attendre à ce que la source de lumière s’allume ?? Non, quand même pas ! Certes, le Mizukage était un homme puissant dans son Village, mais ce n’était pas un magicien pour autant. Et soufflant bruyamment, il recracha l’ampoule pour la rattraper dans une main et la ranger dans une de ses manches retombantes. Souriant au Shinobi accroché au mur qui se laissait tomber au sol pour atterrir avec agilité, il se remit droit et lui adressa un agréable regard de ses prunelles magnifiques. Le jeune homme lança une affirmation qui ne pouvait que lui donner davantage de bons côtés. Contrairement à ce qui avait semblé être, il était prêt à se dépenser entièrement au Village et à se vouer à sa cause sans la moindre hésitation. Voir une telle détermination et une acceptation à se plier à ce genre de contraintes qui, même pour Arane Tashira, étaient des plus lassantes était un excellent signe. Et portant son regard sur l’ensemble du petit Shinobi qui se tenait face à lui à présent, le Chef de Kiri No Kuni plongeait son regard perçant dans le futur afin de voir ce que pourrait un jour devenir ce jeune homme. Si le destin le voulait bien, un futur combattant hors pair verrait le jour. Arane ne pouvait que souhaiter cela, de toute façon. C’était donc à son tour de répondre à l’appel du jeune homme. Tout en s’avançant, il laissa ses longs bras pendre aux côtés de son cœur, gardant un air serein et calme.


Parfait. Je suis content de voir que tu as choisi la Voie du Shinobi, plutôt que celle de la facilité. Et c’est bien pour cela que je t’accorde le grade que tu es venu chercher aujourd’hui. Te voici Genin de Kiri. Tu as toutes mes congratulations.

Souriant avec allégresse, il était toujours joyeux pour le Mizukage de voir quelqu’un réussir et progresser quotidiennement. S’approchant avec lenteur et calme vers le nouveau Genin du Village Caché de la Brume, son image sembla se troubler un instant, mais non. Il était bien là. Etant proche du jeune homme, il plia les genoux pour se mettre accroupi, relevant ainsi sa taille à la sienne. Fouillant sa manche, il trouva enfin ce qu’il avait en tête, et sortit un pli de sa manche, qu’il tendit vers le jeune Myjasu. Il s’agissait d’un ordre de mission, ainsi que d’une feuille à la texture bien étrange. Elle semblait beaucoup plus légère et faible qu’une feuille de papier ordinaire. Il lui adressait un sourire insaisissable et inégalable, comme à son habitude. Lui remettant le tout, il lui fournit quelques dernières explications, qui semblaient absolument nécessaires pour le jeune garçon.

Cette petite feuille est très réceptive au chakra d’autrui. Si ta Voie sera celle du Ninjutsu, cette feuille particulière te permettra de connaître ton affinité. Si tu souhaites t’orienter vers un autre domaine, elle te sera inutile. Voici un ordre de mission ; rejoinds cette équipe quand tu seras entraîné. Entraînes-toi ! Découvres de nouvelles techniques ! Tu deviendrais un grand Shinobi.

Se relevant, le Mizukage jeta un œil par la fenêtre. Pour observer dans la Brume du jour deux silhouettes en train de se parler. Son élève suivant était arrivé à l’Académie, semblait-il. Il était temps pour lui de quitter les lieux. Souhaitant une dernière fois bonne chance au jeune bambin, il tourna les talons et s’apprêta à quitter les lieux. Myjasu aurait pu le rappeler pour l’avertir qu’il oubliait son Katana si mythique. Mais non : le sabre avait disparu, et un son métallique, celui d’une épée illustre rebondissant sur les hanches d’un homme brave résonnait dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   Ven 03 Sep 2010, 16:19

Citation :
8 pts chacun
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Evaluation et Grade [A la demande du Mizukage]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KiriKiri :: Académie des Ninja-