AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une Nouvelle Venue [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une Nouvelle Venue [Libre]   Lun 01 Sep 2008, 14:53

Il faisait frais en ce début de matinée.
Deux silhouettes se tenaient devant les Portes de l'Académie Ninja de Kiri Gakure no Sato, une d'environ 1,83 m et l'autre toute petite. Ces silhouettes se tenaient la main, immobiles devant le batiment qui se tenait face à elles. La grande silhouette était celle d'un homme, fort, costaud et solide, viril dans tous les cas, qui avait la main d'une petite fille adorable dans la sienne. Il se tourna légèrement vers la petite fille, se décidant finalement à s'accroupir devant elle, devenant plus petit qu'elle. Ses yeux emplis d'affection étaient posés sur elle, on ressentait malgré tout un peu de tristesse dans ce regard. Le fin brouillard se détachait du sol pour masquer petit à petit les environs, les laissant totalement seuls, comme coupés du monde. Inquiète, la petite fille leva un sourcil, avant de prononcer ces mots.


-"Dis, pourquoi tu es triste?"

Un long silence suivit cette prise de parole, Fuurinmaru, le Ninja qui accompagnait cette petite fille, se mit à sourire pendant ce temps muet. Il se releva ensuite, sans prendre d'appui au sol avec ses mains, montrant la puissance qu'il contenait dans ses jambes, et posa tout simplement sa main sur la tête de la petite fille. L'espace d'un instant, son regard se perdit dans le vide, mais il revint à ses esprits assez rapidement, juste assez pour lui sortir un autre sourire.

-"Ecoute Aineko. Tu te souviens du livre que tu as lu sur les Grades dans le village?"

-"Oui, j'm'en souviens, c'était marrant !"

-"Alors tu pourrais m'expliquer ce que représente l'ANBU?"

-"Ouiii ! L'ANBU ou Ansatsu Senjutsu Tokushu Butai est une escouade composée de Juunin d'élites dirigée par le Kage du village. Ils sont chargés de sa protection personnelle, ainsi que des missions périlleuses qui sont généralement classées en Rang S....Euh....Ce qui fait leur spécificité c'est...Ah ! Qu'ils portent un masque et prennent un nom d'emprunt afin de garantir leur propre sécurité ! Nyuu !"


La petite Aineko sautilla sur place, toute contente d'avoir pu retenir ce que Fuurinmaru lui avait appris. D'ailleurs, on pouvait remarquer le regard fier de ce Ninja, qui observait sa petite élève devenir grande. Il reposa sa main sur sa tête et lui caressa les cheveux. Il perdit un peu de son sourire, mais tentait toujours de l'afficher en face d'Aineko.

-"Aineko, j'ai été pris dans l'ANBU....Tu sais ce que ça signifie?"

La petite apprentie Kunoichi baissa les yeux, elle comprenait tout a fait ce que ça voulait dire. Son maître étant pris dans cette unité "anonyme" d'élite, cela signifiait tout simplement qu'ils n'allaient plus se revoir. On entend comme un gémissement de chat, un petit chat triste, tek était la plainte d'Aineko. Devant tant de tristesse, Fuurinmaru se rebaissa légèrement pour pouvoir passer ses bras autour de son cou, et pour qu'elle puisse en faire autant. Elle lacha malgré tout des larmes, même si elle savait qu'il serait toujours quelque part, pour veiller sur elle, que ce n'était pas comme s'il était mort. Les adieux étaient faits pour ne pas durer, alors Fuurinmaru lui lança un "Deviens une grande Kunoichi dont je sois fier" et disparut sans laisser trace, laissant la petite fille seule, devant cette Académie. Alors que les larmes coulaient toujours le long de ses joues, elle restait plantée là, devant les portes de ce batiment, inerte, comme vidée de son énergie, reniflant par moment, elle s'en remettrait surement un jour...
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Lun 01 Sep 2008, 15:05

Spoiler:
 


Malgré la Brume épaisse qui sévissait en cette matinée aussi commune que toutes les autres, l’homme qui venait d’être nommé ANBU s’éloignait le plus possible de l’Académie, préférant ne pas rallonger les adieux qui s’étaient déjà si douloureux, sans porter attention au paysage qui se faisait souvent si hostile. Il était né ici et avait eu le temps de s’habituer à ce genre de phénomène que toutes les sciences de la Planète ne sauraient expliquer. De plus, il avait appris avec le temps que le brouillard serait toujours son meilleur allié dans ses missions ; il avait donc peu de raisons de redouter cette masse blanche qui s’avançait avec lenteur et mollesse. Mais il se devait d’avouer que ce n’était pas le froid qui amenait au bord de ses yeux quelques douces et délicates larmes qui allèrent se perdre dans la terre sèche.
Face à lui, une ombre noire se dessina progressivement sans pour autant qu’il la remarque vraiment. L’apparence hirsute et sauvageonne de la personne qui venait face à lui avait de quoi être surprenante, mais c’était particulièrement la musique qui avait de quoi étonner. Bien que ne s’adaptant pas à la situation dans laquelle se trouvait le Shinobi, elle ne changeait pas pour autant pour ses petits soins, et se contentait d’aller au devant de lui, sans freiner ou attendre que ce dernier le remarque. Alors que les deux personnages se croisaient, ils s’arrêtèrent côte à côte, sans se dire un mot ou ne prononcer quoi que ce soit.. . Seule la musique semblait occuper l’aspect sonore qui emplissait les environs, mais il valait mieux que ce soit cela plutôt qu’un vide intense et sombre qui jetterait alors un froid profond sur le duo. Retirant ses énormes baladeurs de ses oreilles, ce qui baissa légèrement la tonalité de la musique sans pour autant qu’elle disparaisse, et une chevelure dorée comme les blés se dressant en l’air comme par magie, une main rugueuse se posa sur l’épaule du nouvel ANBU, et la serra avec sympathie et sincérité. C’était bien là un geste amical, et la voix du second Shinobi s’éleva dans les airs avec un ton de compassion et de réconfort.


Tâches d’accomplir ton devoir. Je m’occuperais d’elle, sois-en certain.
Merci pour cela, Seigneur.


Sur ces mots brefs, les deux hommes continuèrent leurs courses, se croisant et repartant chacun de leurs côtés, alors que l’ANBU adoptait un pas plus léger et plus rapide, disparaissant dans la Brume quotidienne de Kiri No Kuni. De son côté, notre homme continua sa route et pénétra dans l’Académie, parcourant les couloirs avec un rythme tranquille et reposé, ne cherchant pas à se presser. Pourquoi se hâter davantage, alors que la vie garderait toujours sa vitesse normale sans que l’on fasse nous même des excès. Toute son attention était portée sur la musique qu’il écoutait.. Quel plaisir de pouvoir se laisser porter par la vie sans qu’elle ne nous dépêche plus que voulue. Pour lui, rien ne pouvait en être autrement, et il continuait donc à se régaler de tout ce qui pouvait lui faire voler ses oreilles jusqu’au Septième Ciel. Cependant, il marqua un temps d’arrêt et scruta la fin du couloir. Au bout de ce dernier, il savait qu’il trouverait certainement une personne abattue par la nouvelle récente qu’elle venait d’apprendre. Comment réagir, que faire, il ne le savait pas encore. La seule chose dont il avait maintenant conscience, c’est qu’il avait tenu un engagement ; une promesse qu’il se devrait de tenir et de respecter jusqu’au bout. Pourquoi pas.. après tout, ce n’était pas la première fois qu’il s’engageait sur un sujet qui lui était totalement étranger. Mais cette fois-ci, il se devait de reconnaître que les choses seraient bien différentes. Devait-il être réconfortant et amical ? Ou plutôt moralisateur et agressif ? Il n’aimait pas vraiment la dernière solution, qu’il n’employait que rarement. Mais il fallait admettre que dans le cas présent, il ne serait peut-être pas judicieux de s’en prendre à une gamine qui venait d’apprendre que l’un de ses proches allait maintenant risquer sa vie chaque jour de façon plus intensive et plus accrue. Enfin… parfois, il fallait se résoudre à faire son Devoir. Comme il allait maintenant se résoudre à aller voir cette jeune fille.
Elle était là, triste et abattue par la nouvelle qui devait certainement encore être fraîche. Mais elle était belle dans la tristesse, il fallait le dire également. Petite et mignonne pour son jeune âge, ses beaux cheveux longs qui retombaient le long de son corps maigre et mince lui donnaient un air tout aussi charismatique pour son âge. A sa première vue, et en ôtant la peine qui envahissait ses sensations, elle pourrait être une grande Shinobi avec de grandes capacités. Soupirant, mais de tendresse, il se rapprocha d’elle et mit un genou à terre, se mettant ainsi à sa taille. Elle ne parut pas réagir immédiatement, mais Arane Tashira mit cela sur le compte du départ du jeune Fuurinmaru. Tâchant de lui adresser un sourire amical et rassurant, il prit la parole.


Je suis Arane Tashira. Mon nom ne te dit peut-être rien sur l’heure, mais Fuurinmaru m’a chargé de te prendre en charge.

Laissant un vide remplir le temps en espérant qu’elle se calmerait, il en profita pour de nouveau retirer ses écouteurs, sans pour autant les éteindre. Se frottant les yeux, il se laissa porter à la réflexion, et rouvrit les yeux, fixant avec détermination la gamine.

Je sais que le départ de l’un de tes proches est douloureux, mais dis toi que plus tu t’acharneras à progresser, plus vite tu avanceras. Et plus vite tu avanceras, le plus de chances tu auras de le voir. Que choisis-tu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Dim 07 Sep 2008, 16:31

Perdue. Elle était totalement perdue. Complètement inerte, sans vie, tenant debout par le simple fait qu'il n'y ait pas encore eu de vent assez fort pour la faire tanguer. Elle était comme déconnectée, comme vidée. Elle reprit ses esprits quand elle entendit des pas sonner derrière elle, des pas lents mais légers, accompagné d'un drole de bruit méconnaissable. Elle se retourna légèrement, snas précipitation, torp émue pour être appeurée ou surprise. Elle vit cet homme aux cheveux d'or, un homme qu'elle n'avait jamais vu avant. Il avait des petits trucs mettaliques près des oreilles, elle ne savait pas ce que ça pouvait être, peut être une arme inconnue et dangereuse. Par méfiance, elle recula d'un pas, sans pour autant garder tut son équilibre, le geste typique de l'incertitude jouant chez elle, le poing presque fermé près du coeur. Elle fixait l'homme qui s'avançait vers elle, qui s'arrêta une fois arrivé en face d'elle. Il s'agenouilla devant elle, elle ne savait pas quoi faire, alors elle ne fit rien. Il lui adressait un sourire tout ce qu'il y avait de plus serein et chargé de bonnes intentions. Ce fut à cet instant qu'il brisa ce silence pesant.

-"Je suis Arane Tashira. Mon nom ne te dit peut-être rien sur l’heure, mais Fuurinmaru m’a chargé de te prendre en charge."

Au nom de "Fuurinmaru", elle sursauta légèrement, ne comprenant pas exactement la phrase de son interlocuteur. Elle était comme terrifiée, mais cette expression disparut quand elle repensa aux mots qu'il avait prononcé. Elle n'eut pas un grand moment de réflexion, car il enchaîna à nouveau.

-"Je sais que le départ de l’un de tes proches est douloureux, mais dis toi que plus tu t’acharneras à progresser, plus vite tu avanceras. Et plus vite tu avanceras, le plus de chances tu auras de le voir. Que choisis-tu?"

Elle ouvrit grand les yeux face à ces mots, repensant à la dernière phrase que Fuurinmaru lui a sorti : "Deviens une grande Kunoichi dont je sois fier". Elle fit le rapprochement avec le "Et plus vite tu avanceras, le plus de chances tu auras de le voir" de l'homme accroupit devant elle. Le tilt se fit, son regard devient ferme et déterminé, elle allait le faire ! Elle fixa l'homme devant elle, avec ses yeux farouches, se rappelant du même coup du nom de Tashira Arane.

-"Hai ! Je deviendrais une grande Kunoichi pour protéger mon village ! Comptez sur moi, Mizukage-sama !"

Elle se mit les deux genoux au sol et posa son visage contre terre, en guise d'un grand respect envers son Kage. Fuurinmaru avait bien fait son travail instructif, lui parlant même de l'identité du Mizukage, ce qui était un point très important à connaître pour une potentielle Aspirante.
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Dim 07 Sep 2008, 21:25

Spoiler:
 



Les paroles de la jeune demoiselle étaient claires et très douces. La beauté qui émanait d’elle rappelait au Mizukage une connaissance qu’il avait fait il y avait peu…et également de lointains souvenirs. Que ce soit un signe du destin ou non, la plupart des femmes qu’il rencontrait ces derniers mois arboraient toutes une délicate couleur bleutée dans leurs cheveux, tous souvent très longs et soyeux. Le signe d’un passé qui lui rappelait qu’elle serait toujours là à ses côtés ? Peut-être… . Il aimait que son cœur se noie seul dans cette possibilité amenée par la providence. Et un léger sourire aux lèvres, il profita que la jeune demoiselle ait la tête baissée et le visage contre terre, pour attraper avec gentillesse une boucle de cheveux et la tâter entre ses doigts ; sentant la structure capillaire et ses pensées restant concentrées sur cette splendide chevelure, il relâcha son emprise sur eux pour rapidement essuyer une faible larme qui venait de se former au coin de son œil. Se redressant, il prit aise de son immense taille, qui dominait ainsi la gamine qui lui prêtait tant de respect ; un respect qui le gênait presque. Certes, la plupart des gens qui avaient un grade si bas le saluaient de pareille façon, et on pouvait voir que la culture et l’apprentissage basique de cette jeune demoiselle ne serait pas à refaire ; déjà un très bon point. Souriant gentiment à la jeune fille, il lui intima l’ordre de se relever et se retourna pour faire quelques pas en arrière, le temps qu’il aille chercher quelque chose qui l’aiderait à avancer dans l’entraînement de la jeune et petite personne. Le temps qu’il revienne, elle était certainement déjà debout. On pouvait encore voir des traces de tristesse dans ses yeux ; une tristesse que Arane avait déjà connue. Lorsque l’on est Shinobi depuis plus de vingt printemps, et après être passé par tous les grades qui pouvaient constituer l’échelle hiérarchique des Villages Ninjas, notre vie a déjà eu la possibilité et le malheur d’endurer toutes les expériences possibles, même la mort de proches à qui l’on tenait énormément. Cette pensée noircit le cœur du Mizukage qui n’avait pas pu mettre la main sur certains assassins envers qui il vouait une haine tenace. Il avait été désespéré, puis furieux, pour enfin devenir sage. Trois étapes qui l’avaient souvent poussés à bout et l’avaient portés jusqu’au bout de sa témérité et de sa force, lui permettant de s’améliorer et de prendre plus au sérieux les engagements qu’il avait envers le Village et ses habitants. Comme il venait de le faire comprendre à un autre Aspirant Ninja, Myjasu Hebimiyasashii, il fallait parfois avoir une raison personnelle enfouie au plus profond de notre cœur pour pouvoir être plus utile au Village et plus puissant encore. De nombreux Shinobis suivaient cette voie chaque jour, certains revenant mutilés, d’autres mourrant pour ce genre de cause personnelle. Et il savait alors pertinemment que si cette jeune demoiselle persistait à vouloir revoir Fuurinmaru, elle saurait alors aller jusqu’au bout de ses convictions et se donner au maximum pour progresser. D’après les derniers registres qu’il avait pu enregistrer, Arane Tashira avait compris qu’un passage de grade pour devenir Chuunin aurait bientôt lieu… . Si cette petite fille pouvait y participer et déjà devenir Genin… . La chose était tentante.
S’approchant d’elle, il tenait en main une feuille de papier. Mais ce n’était pas un papier ordinaire, très sensible au chakra. Généralement, ce test n’était fait qu’à partir du grade de Chuunin. Mais Arane avait besoin de ce papier pour enseigner maintenant quelque chose à la jeune fille. Restant dans la brume, qui s’écartait un peu, formant presque un cercle où elle se trouvait plus douce et même réconfortante, les lieux perdaient progressivement leurs apparences si hostiles et inquiétantes. Arane revenant donc près de la jeune fille, se mit accroupi afin d’être à la même hauteur que la petite Yuujin, et fit un geste étrange autour de sa tête, attrapant au passage les écouteurs gigantesques qui se trouvaient sur sa tête. Il les posa à terre, et une douce musique classique, tranquille et légère fut être perçue par la jeune Aspirante Shinobi. C’était avec cela que notre ami Mizukage vivait au quotidien. Mais il n’en ressentait aucune gêne. Présentant une des petites feuilles qu’il avait en sa possession entre lui et sa jeune disciple, il prit la parole.


Si Fuurinmaru a fait ton éducation, il doit t’avoir dit que le corps contient en lui deux flux. Le premier est le sang, celui qui fait vivre un corps humain. Le second est le chakra, un flux parallèle aux veines sanguines permettant l’exécution de certaines techniques ou prodiges. Ce papier est sensible au chakra. Et selon le chakra que tu contiens, il réagira de plusieurs manières. Mais nous allons commencer par prouver l’existence de ce chakra. Regardes.

Fermant les yeux et concentrant son esprit, il se laissa emporter par le sérieux et la force qui émanait de lui. Il plongeait soudainement dans son corps, se rendant à la base de toute chose. Semblant glisser dans ses veines de chakra, il sentit progressivement l’agitation qui prenaient ces veines de court, les activant, leur insufflant l’ordre d’aller de l’avant, de couler de façon plus fluide et plus rapide. Et avant qu’il ne puisse ouvrir les yeux, il sentit un tremblement certain sur son bout de papier. Rouvrant les yeux, il pouvait maintenant apercevoir la jeune demoiselle dans une large fissure, qui coupait nettement le papier en deux, de façon clair et net. L’affinité Fûûton. Il ne l’avait découvert que lorsqu’il arrivait à la fin de sa période de Chuunin. Il faut dire qu’il avait toujours été très mauvais en ce qui concernait le chakra. Et il n’avait pris conscience de son existence que lorsqu’il était presque au grade de Juunin. Entre temps…hé bien, il s’était spécialisé au corps-à-corps. L’une des grandes raisons pour laquelle son Senseï l’avait méprisé pendant tant d’années… . Souriant car il avait réussi le test, il froissa sa feuille de papier et la glissa dans sa manche, pour en tendre une à la jeune demoiselle.

A toi. J’ai augmenté la sensibilité au chakra sur cette feuille, car l’exercice est normalement très dur. Concentres-toi et ressens le flux qui existe au plus profond de ton corps. Si tu parviens à faire ce test, tu pourras alors progresser très rapidement, car il faut savoir faire preuve d’un large réservoir de chakra pour faire cela. Essayes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Lun 08 Sep 2008, 00:20

La détermination qui brillait dans ce regard innocent était toujours présent, malgré le fait qu'elle soit complètement à terre, et que personne ne pouvait le voir. Elle voulait le revoir, elle voulait ressentir cette assurance qui émanait de son corps, tout en Fuurinmaru l'inspirait. Elle ferait tout pour le revoir, elle ferait tout pour qu'il soit fier d'elle. Pour commencer, il faudrait qu'elle soit parmi les meilleurs, pour qu'elle puisse scander le nom de "Fuurinmaru", pour montrer à quel point il était fort. Etendre la réputation de Fuurinmaru, c'était une assez bonne idée. Le tout est de pouvoir montrer qu'elle était capable de faire de grandes choses. Elle entendit des pas et releva légèrement la tête, c'était Mizukage qui s'en allait. Il lui demanda de se relever, ce qu'elle fit sans attendre, en profitant pour se dépoussiérer. Le Mizukage revint peu après, elle essaya de montrer qu'elle pouvait garder une expression neutre, même si le souvenir de Fuurinmaru la hantait à cet instant précis. Il s'accroupit de nouveau en face d'elle, et fit un geste qu'elle ne comprit pas sur le coup, mais elle avait remarqué que les deux "trucs" bizarres avaient bougé et dégageaient un son qui la fit se reculer. Vu le sourire du Mizukage, cela ne semblait pas être quelque chose de dangereux. Peut être était-ce un dispositif marqué d'un sceau qui amplifait le chakra, et peut êre qu'il s'en servait pour s'entraîner sans faire beaucoup d'efforts et accroître dans la foulée ses réserves de chakra. Elle était maintenant admirative, plutôt qu'effrayée, quoique totu de même méfiante vis-à-vis de la puissance que ça pouvait dégager. Son attention fut captivée ensuite par les petites feuilles que tenaient l'homme qui lui faisait face. Elle savait ce que c'était, il s'agissait de feuilles pouvant capter la nature du chakra et réagir de cinq manières différentes, selon la nature. Elle souriait, elle en savait des choses finalement. Le Mizukage prit totu de même la parole.

-"Si Fuurinmaru a fait ton éducation, il doit t’avoir dit que le corps contient en lui deux flux. Le premier est le sang, celui qui fait vivre un corps humain. Le second est le chakra, un flux parallèle aux veines sanguines permettant l’exécution de certaines techniques ou prodiges. Ce papier est sensible au chakra. Et selon le chakra que tu contiens, il réagira de plusieurs manières. Mais nous allons commencer par prouver l’existence de ce chakra. Regardes."

Bien que sachant effectivement toutes ces informations de base, Fuurinmaru ne lui avait pas donné d'exemple, elle ne savait donc pas de quelle affinité il était. Par contre, elle voulait bien savoir de quelle affinité était le Mizukage, même si dans sa tête elle pensait dors et déjà qu'il possédait l'affinité Suiton. Il se concentra, mais l'instant d'après, elle put voir la feuille se couper en deux. Elle était stupéfaite. Bien que Fuurinmaru lui ai apprit beaucoup de choses, mais qu'il ait aussi fait son entraînement physique, il ne lui avait montré absolument aucune technique ou aucune manifestation évidente du chakra. Pourquoi?... Quoiqu'il en soit, elle n'eut pas le temps de penser plus longtemps, car elle voyait déjà la main du Mizukage tendue vers elle, avec une feuille en son creux.

-"A toi. J’ai augmenté la sensibilité au chakra sur cette feuille, car l’exercice est normalement très dur. Concentres-toi et ressens le flux qui existe au plus profond de ton corps. Si tu parviens à faire ce test, tu pourras alors progresser très rapidement, car il faut savoir faire preuve d’un large réservoir de chakra pour faire cela. Essayes."

Se concentrer pour ressentir ce qu'il y avait au fond d'elle, ça elle savait le faire. Elle avait eu beaucoup de mal à comprendre pourquoi Fuurinmaru lui demandait de faire ça, mais elle avait constaté la différence quand elle sautait d'arbres en arbres, avec une souplesse et une réponse nerveuse plus fluide, plus rapide. Mais là, il s'agissait de l'autre flux. Il fallait qu'elle se concentre pour faire ressortir du chakra cette fois. Comment faire? Ave le sang, c'était simple car il suffisait de bouger un muscle pour diriger le sang dans cette direction, mais la, il ne fallait meme pas qu'elle bouge. Ah mais oui ! Voila ! Avec une idée en tête, Aineko prit le papier et ferma les yeux. Elle faisait mine de se concentrer, avec un air serein. Tout ce qu'il fallait qu'elle fasse, c'était faire croire au cerveau qu'elle allait bouger ses doigts, snas bouger les doigts. Elle resta bien cinq minutes dans la même position, à tenter sa manoeuvre, sans bouger, jusqu'à ouvrir les yeux. La feuille devint tout d'un coup humide, très humide. Elle savait ce que ça voulait dire. Elle était d'affinité Suiton. Elle était donc typique à Kiri Gakure no Sato, qui prone l'élément Suiton, mais elle était surtout d'une affinité différente de celle de son Kage, qui devait s'occuper d'elle en plus. Un sourire mitigé se dessina sur ses lèvres, se demandant bien ce qu'il allait dire...
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Lun 08 Sep 2008, 14:59

Spoiler:
 



Le test était concluant et la feuille, trempée jusqu’à sa dernière fibre, devenait peu à peu lourde et transparente. Il était maintenant clair pour Arane Tashira que sa disciple serait plus tard d’affinité Suiton. Un élément bien prisé dans ce Village, qui s’était spécialisé et mystérieusement calqué sur le nom de son Pays, Mizu No Sato, le Pays de l’Eau. Le Mizukage, aussi étonnant que celui puisse être, était d’affinité Fûûton, une affinité qu’il avait découverte et dompté en quelques mois, mais qu’il avait eu du mal à employer étant donné son passé. Ce n’était qu’ensuite qu’il avait pu réalisé son affinité Suiton et de nouveau rallier une nouvelle affinité à son listing. Il détenait maintenant trois affinité, car étant passé à la sculpture du chakra et à l’assemblage des chakras communs, il était parvenu après de lourds et longs entraînements à faire influer son chakra Fûûton sur son chakra Suiton, refroidissant l’eau afin de la rendre glaciale…et même glacée : c’était ainsi qu’il avait enfin obtenu une affinité rare que peu détenaient, le Hyouton, la Glace. Mais tout cela n’était qu’une autre histoire. Il était content de constater que la jeune fille avait réussi ce passage avec brio. Il allait donc pouvoir passer à la suite, ayant démontré devant elle l’existence de ce pouvoir bien étrange qu’était le chakra ; se levant, le Mizukage se tint droit face à elle et lui fit signe de s’éloigner quelque peu. Il était temps qu’il donne davantage d’explications sur le chakra. Son visage était clair et simple, affublé d’un sourire gentil et d’une paire d’yeux qui donnaient une magnifique invitation à quiconque de les regarder. D’une couleur neige et argent des montagnes, ses pupilles étaient vraiment attirantes, preuve de la particularité qui émanait du personnage dirigeant le Village de Kiri No Kuni.
Une fois la jeune demoiselle écartée à quelques mètres, il se décida à prendre la parole. Gonflant peu à peu sa consommation de chakra pour en faire une expulsion brute progressive, il s’entoura progressivement d’une aura blanche qui semblait parcourir l’ensemble de son corps, une texture très étrange qui prenait possession de son profil et de la forme de ses muscles et de son faciès. Rayonnante et presque brillante même autour de l’effigie du Kage du Village Caché de la Brume, elle semblait se faire également plus insistante, plus forte, alors que ce dernier commençait à donner des explications concernant la nature brute et contrôlée du chakra chez chaque individu. Ce cours, il ne l’avait appris qu’au grade de Chuunin, mais la découverte fondamentale qu’il avait fait ce jour là l’avait tellement choqué qu’il s’en était rappelé toute sa vie. Et à l’exemple de ce que son Senseï avait fait à l’époque, il se plaisait à reproduire les mêmes faits et gestes, en son honneur, et pour le remercier de lui avoir accordé tant de patience, et pour lui pardonner également la rancœur qu’il avait envers lui. Mais il savait qu’il était important pour un gakusaï de savoir comment contrôler son chakra ; car les techniques qu’il effectuerait plus tard n’en seraient que moins coûteuses et plus facilement réalisables. L’aura qui l’entourait s’intensifiant constamment, il se contentait de garder son sourire éternel et imperturbable. Il était confiant et ne craignait pas le phénomène qui l’entourait. En tout cas, il savait qu’il avait bien fait de laisser la jeune fille reculer pour faire cette démonstration. Son vieux têtu de Senseï ne lui avait pas fait ce cadeau, et Arane Tashira s’en était tiré avec une énorme bosse qu’il cachait toujours dans son épaisse chevelure d’ailleurs. Prenant la parole, ses explications commencèrent.


Le chakra est aussi important que les veines dans ton corps, car ils canalisent une puissance qui peut s’avérer gigantesque au fil du temps. Bien sûr, plus on est jeune, plus il est difficile de prendre conscience de cette existence dans son corps. Cependant, il est important de savoir que le chakra influe nos actions de tous les jours.
La chose la plus importante pour commencer est de savoir faire usage de ce chakra mais avec calme et sérieux, pour qu’il n’arrive pas de surdépenses ou de gaspillage dans ces ressources. Un peu pour éviter …


* BAM *

Ça.

Le chakra du Mizukage venait littéralement d’exploser, soufflant une bonne partie du sable de combat se trouvant au sol et le rejetant en arrière, alors que la jeune aspirante se trouvait prise dans une bourrasque importante et incontrôlable. L’atmosphère était soudainement lourde et agressive, alors que le sol tremblait par endroits, laissant paraître qu’une force puissante et repoussante venait de submerger du fin fond de la Terre. Les arbres non loin ne purent retenir leurs feuilles qui s’arrachèrent pour aller s’envoler au loin, détachées par un vent des plus violents. Le sol semblait presque se déformer, bien qu’il n’en était rien. Mais tout ce qui entourait les lieux venait de changer brusquement, la tension étant à son maximum et un vent assez puissant pour repousser la brume ambiante s’étant créé à l’emplacement même où Arane Tashira se tenait. Ce dernier, englobé d’une aura blanche à en rendre aveugle des passants, se trouvait au centre de toute cette agitation, restant calme et silencieux, alors que son chakra bouillonnait dans les environs, balayant tout ce qu’il pouvait trouver sur son passage. C’était comme un torrent enfin relâché du barrage n’ayant attendu qu’une seule chose dans sa vie : cette ouverture des portes afin de fuir au loin. De son côté, le Mizukage tâchait de rester calme et de laisser s’échapper progressivement son chakra. Il devait cependant faire attention, car il n’était pas sage de vider toutes ses réserves aussi rapidement. Mais ce qui l’entourait et qui flottait autour de lui, s’adaptant à ses formes et à ses mouvements, le suivant sans relâche comme pour le posséder. Le chakra… cette puissance monstrueuse qu’il avait ressentie tout au long de sa vie sans savoir l’utiliser. Levant les bras paume au ciel de chaque côté, ses yeux fermés, il aimait en fin de compte ressentir ce genre de sensation si extrême dans des cas si rares. Peu à peu, il ressentit une égratignure sur sa main. Peu importe ; il connaissait les risques qui incombaient pareille expulsion de chakra hors de son corps. Mais il restait serein, alors que le reste du paysage semblait balayé autour de lui. Ses cheveux, d’un naturel sauvage, luttait maintenant contre une brise qui les emportait vers le haut, les laissant vibrer avec la puissance, les rendant encore plus amazones et agités, la musique à ses côtés ne faisant que rajouter un effet de stupeur devant de spectacle.
Ouvrant ses yeux et l’air vide et tranquille au milieu de cette agitation, le Mizukage tendit la main en avant, l’air paisible mais concentré. Et sans qu’il ne paraisse faire tant d’efforts que cela, une boule aqueuse ne tarda pas à se former sans la moindre difficulté, tournoyant dans la paume de notre homme, bien que sa surface crépitait sous la pression. Dans bouger, le Shinobi s’adressa à son élève.


Le chakra, lorsqu’il est libéré à son maximum, peut certes avoir de graves conséquences sur le corps. Mais il est utile pour tout ce qui fait de nous de puissants Shinobis. Que ce soit pour la technique…

Pouf ! Le Mizukage disparaissait pour que la pression réapparaisse, toujours aussi effrayante mais juste derrière la jeune Aspirante, qui allait certainement être propulsée au loin sous la force de frappe. Le personnage venait d’arriver derrière elle en l’espace d’une seconde ! sa voix enchaînant… .

Ou bien pour des choses aussi simples que la vitesse et le déplacement. Mais maintenant.

Effectuant un signe du Tigre, il ferma les yeux et sembla se concentrer. Et peu à peu, la pression atmosphérique disparut, s’évaporant alors que l’aura du personnage se perdait dans les méandres du Monde, sans que rien n’intervienne en dehors. Paisible et tranquille, les choses revinrent au stade où elles en avaient été à l’origine. Jusqu’à ce que plus une once de chakra ne puisse être ressentie. Ouvrant les yeux, le Mizukage soupira de soulagement ; il s’en tirait avec une simple égratignure sans gravité. Plongeant son regard devenu sérieux sur sa gakusaï, il croisa les bras.

L’important, cependant, est de savoir contrôler et maîtriser son chakra. Tu ne dois pas bien être habituée à l’employer. Aussi, je veux que tu te concentres et que tu laisses l’énergie qui t’inonde se libérer pleinement. Mais une fois cela fait, tu devras tenter de prendre possession de ce flux, de le ressentir partout dans ton corps et de le contrôler à ta guise, pour finalement que pas une seule goutte de chakra ne soit expulsée sans attention.
Tentes donc, je te regarde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Sam 20 Sep 2008, 23:06

Aineko attendait bien sur la réaction du Mizukage face au résultat qu'elle venait d'effectuer. Son affinité était belle et bien celle du Suiton, la plus prisée de Mizu no Kuni. Elle réfléchissait déjà à toutes les possiblités auxquelles elle avait accès avec cette affinité, elle qui préférait une offensive directe, plutôt que distancielle. Celui-ci se releva et se tint droit face à elle. Etait-il un peu déçu de la découverte de son affinité? S'attendait-il à voir une enfant aux pouvoirs extraordinaires? Tout cela travaillait le petit esprit de la jeune future Kunoichi. De plus, il lui fit un signe de recul. Lui disait-elle de partir? Elle se mordit la lèvre inférieure et posa une main sur son coeur, qui était serré par l'incertitude et la peur de décevoir le grand Mizukage. Elle fit quelques pas en arrière, les yeux humides, les jambes tremblant légèrement. Elle n'arrivait pas à y croire. Ca ne pouvait pas être ça, vu qu'il souriait avec une pureté la plus simple qui soit, il n'avait pas le visage de quelqu'un qui était déçu, ou même répugné.

Alors qu'elle s'enfonçait dans ses pensées obscures et tristes, elle sentit que le chakra du jeune dirigeant de Kiri Gakure no Sato commençait à croître à une vitesse folle. D'un coup, une aura blanche l'entourait, comme s'il était un ange. Un ange perdu dans ses pensées, tandis que la pression du chakra qui le recouvrait devenait plus forte, plus intense. A ce moment-là, devant tant d'énergie, elle comprit pourquoi il lui avait demandé de reculer. Finalement, il allait lui apprendre autre chose, et l'entraîner. Ce qui voulait dire qu'il était quand même heureux de l'affinité de la petite fille. Une pensée que l'on dirait simpliste, mais importante pour cette petite gamine qui était encore sous le choc du départ de son tuteur. Un instant après, le Mizukage prit la parole, pour commencer sa leçon. Elle savait déjà de quoi il allait parler, les livres qu'elles avaient lu étaient remplis d'illustrations, à l'image d'un Sensei qui avait bien choisi les ouvrages pour une petite fille de six ans, à l'époque.


-"Le chakra est aussi important que les veines dans ton corps, car ils canalisent une puissance qui peut s’avérer gigantesque au fil du temps. Bien sûr, plus on est jeune, plus il est difficile de prendre conscience de cette existence dans son corps. Cependant, il est important de savoir que le chakra influe nos actions de tous les jours.
La chose la plus importante pour commencer est de savoir faire usage de ce chakra mais avec calme et sérieux, pour qu’il n’arrive pas de surdépenses ou de gaspillage dans ces ressources. Un peu pour éviter …"


Depuis le début, elle était pendue à ses lèvres, mais elle forçait un peu plus pour pouvoir regarder en face le Mizukage, qui devenait de plus en plus brillant, l'aveuglant peu à peu. Il n'eut même pas fini sa phrase que son chakra se relacha telle une explosion, qui repoussait tout sur son chemin. En une bourrasque, le payage semblait fuir de force leur état initial, et Aineko était balayée à son tour. Elle prit appui sur un arbre non loin de là, pour résister à la puissance déferlant sur elle. On pouvait voir la totalité de son front, ses cheveux forcés de virevolter vers l'arrière. Quelle énergie. Elle voyait la différence de niveaux qu'il y avait entre elle et son nouveau Sensei, elel était tranchée entre l'admiration et la stupeur. Il ne fallait pas l'énerver en tout cas, elle le saurait dors et déjà. Ce pouvoir, il disparaissait au fur et à mesure, laissant l'opportunité à Aineko de pouvoir reposer ses pieds au sol. Elle tremblait un peu, ayant toujours l'impression de se faire bousculer par ce flux de chakra. Après tout ça, le jeune homme se contenta de placer sa main vers l'avant, pour former ensuite une bouleu d'eau en son creux. Il avait encore du chakra, alors qu'elle avait senti une déferlante qui donnait l'impression qu'il avait libéré tout son chakra. C'était impressionnant.

Le chakra, lorsqu’il est libéré à son maximum, peut certes avoir de graves conséquences sur le corps. Mais il est utile pour tout ce qui fait de nous de puissants Shinobis. Que ce soit pour la technique…

Soudainement, Aineko se sentait plus légère, mais ce n'était que de courte durée. Elle sentit une présence dans son dos, mais son cerveau lui n'en était pas encore conscient, et son corps encore moins. Il fallut attendre que le Mizukage réapparaisse et que la pression revienne pour qu'elle constate que celui-ci était passé derrière elle en une seconde à peu près, puis pour qu'elle se retourne et pour subir l'onde de choc de ce déplacement fulgurant. Elle fit une roulade arrière, accompagnant la bourrasque qui s'était elevée. Elle se retrouva assise, les cheveux ébourrifés de partout, sans aucune force pour se lever.

-"Ou bien pour des choses aussi simples que la vitesse et le déplacement. Mais maintenant."

Sous les yeux ébahis et terrifiés de la petite Aineko, le Mizukage effectua le signe du Tigre, alors, de peur, elel ferma les yeux, se préparant à recevoir une autre salve d'ondes de chakra. A sa grande surprise, elle ne sentit plus rien, plus aucune pression, elle pouvait respirer normalement. Sa vue se troublait presque, son coeur battait à cent à l'heure, ça y est, elle était marquée à vie. Plutôt brutal comme démonstration, elle en tremblait encore.

-"L’important, cependant, est de savoir contrôler et maîtriser son chakra. Tu ne dois pas bien être habituée à l’employer. Aussi, je veux que tu te concentres et que tu laisses l’énergie qui t’inonde se libérer pleinement. Mais une fois cela fait, tu devras tenter de prendre possession de ce flux, de le ressentir partout dans ton corps et de le contrôler à ta guise, pour finalement que pas une seule goutte de chakra ne soit expulsée sans attention.
Tentes donc, je te regarde."


Alors qu'elle venait à peine de se remettre de ses émotions, elle était déjà sollicitée à exécuter un exercice. Elle sera releva tant bien que mal, reprenant doucement son souffle. Elle finit par se calmer et se redresser, les yeux fermés, pour faire le vide dans son esprit. Elle expira grandement, avant de rouvrir grandement les yeux. Bon, là elle pouvait réfléchir à ce qu'il venait de lui demander tranquillement, calmement. Elle se rappelait des mots de Fuurinmaru, qui lui disait qu'elle possédait une incroyable fluidité de circulation dans son corps, mais elle ne comprenait pas ce que ça voulait dire. Elle referma les yeux, et joigna les mains, en formant le signe du Tigre, en imitant le Mizukage. C'est parti.

Spoiler:
 

Elle écarta légèrement les jambes, pour bien prendre appui sur le sol. Elle savait déjà comment uiliser le chakra, mais là, c'était une toute autre histoire. Il fallait le faire circuler sans qu'aucune goutte de chakra ne déborde. Elle faisait appparaître son flux, progressivement, de plus en plus intensement, bougeant dans tout son corps. Elle frétilla légèrement, et perdt un peu de concentration, mais au moment où elle reprit son attention, elle força un peu trop et commençait déjà à expulser beaucoup de chakra continuellement, à l'exemple de l'explosion de celui de son Sensei, mais en bien plus petite quantité. Elle serra les dents et commença à gémir sous sa propre pression. Elle tenta de reprendre le contrôle, sans éliminer sa concentration, même si ça paraissait bien plus simple comme ça. Le dégagement d'énergie se faisait de moins en moins continuellement, et on pouvait percevoir que son chakra s'échappait de moins en moins facilement également, à l'image de la concentration retrouvée de la petite Aineko. Elle finit par trouver le bon dosage et fit simplement parcourir son chakra en elle, pendant un court instant. Elle laissa s'échapper le chakra qu'elle avait concentré en elle, pour tomber à genoux, les mains au sol, essoufflée. Elle avait trop subi le chakra de son Sensei pour stabiliser le sien en ce moment. Cependant, était-il satisfait de sa prestation?...
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Sam 27 Sep 2008, 03:50

Spoiler:
 


Tombant à genoux, l’air exténuée, la jeune Aspirant semblait avoir abusé de ses forces. Peu étonnant, car elle venait d’être durement soumise à une série d’épreuves qui n’étaient pas des plus simples, entre le départ d’une relation proche, la démonstration du Mizukage et les talents qu’elle avaient déployé afin de réaliser l’exercice, il était tout à fait concevable qu’elle fasse désormais preuve de faiblesses. Mais elle avait amplement répondu aux besoins requis dans la pratique exigée par son nouveau Senseï. Ayant fait usage de ses dernières forces, elle se trouvait maintenant à terre, respirant lourdement et avec fatigue et quelques gouttes de sueur glissant sur ses joues comme de l’eau qui s’évade délicatement du paysage sur la valse d’un torrent. Restant là à la regarder sans dire un mot, Arane ne put retenir le petit sourire qui se dessinait maintenant sur ses lèvres. Halala… ce genre d’épreuve lui rappelait avec tendresse son passé qui avait pourtant été si ardu. Et dans ses yeux aussi clair que la douce brume de Kiri No Kuni par un matin d’été, se reflétait l’image d’un gamin à la chevelure noire et ébouriffée, arborant de larges écouteurs, se tenant dans la même position que la jeune demoiselle en cet instant.

Et oui… il y a de cela des années, alors que notre personnage de Kiri préféré avait atteint le rang exceptionnel de Chuunin dans une époque qui se révélait sévère et difficile, il en avait enfin été amené à apprendre l’existence du chakra, pour lui qui avait jusque là était toujours un combattant en Taïjutsu et livrant bataille en fonction de son humeur souvent joyeuse et de sa musique, qui lui traversait les tympans de jour comme de nuit. Il n’avait jamais eu vraiment connaissance du chakra, bien que son esprit le lui faisait utiliser mais inconsciemment. Des dizaines d’années plus tard, alors que l’un des nouveaux nommés en tant que Oi-Nin était venu à sa rencontre afin de lui demander de l’aider, il s’était alors souvenu de l’entraînement plus que monstrueux que lui avait imposé son Maître, devenu vieux et isolé désormais. Ce dernier lui avait également fait passer l’épreuve de la feuille, chose sur laquelle notre jeune homme s’était alors acharné pendant des jours. Et avait par ailleurs reçu de nombreux coups de la part de son Maître, à cause de sa lenteur. Mais c’était finalement avec une explosion de chakra conséquente et surprenante qu’il avait déchiré cette feuille en confettis par la dose de chakra qu’il avait placé dans cette entreprise. Il était enfin parvenu à effectuer la première étape, qui consistait à savoir de quelle affinité il était… . Et la feuille s’était réduite à l’état de cendre. Il va de soi que pour avoir fait exploser son chakra d’une façon aussi stupide, inutile et barbare, son Maître avait mis en place les moyens pour lui apprendre à vivre. Avoir appris ensuite à contrôler à la perfection de chakra était quelque chose qui lui avait prit bien des années de son existence, et s’il ne l’avouait à personne, il avait tendance parfois à s’entraîner de son côté et seul pour s’assurer qu’il savait mesurer sa puissance et la manipuler à sa guise. Et évidemment, chaque tentative qui échouait lamentable signifiait pour lui un passage à tabac à l’époque. Oui, votre Mizukage était maltraité quand il était jeune. Mais jamais, au grand jamais il n’en avait tenu rancœur envers son Senseï. Et jamais n’avait-il planifié de l’humilier. Car il savait ô combien ses conseils et son entraînement de béton l’avaient mené sur le chemin de la perfection et de l’Art Shinobi. S’il en était là en ces jours, c’était bien parce qu’il avait eu comme tuteur un des hommes les plus terrifiants de Kiri, et qu’il avait chaque jour pratiqué ses entraînements et appliqués ses stratégies et conseils. Il n’en serait certainement pas arrivé là sans un homme pareil.
Aussi, la vue d’une jeune Kunoichi qui parvenait à extraire avec une telle facilité était pour lui un véritable plaisir ainsi que de profonds regrets. Il aurait tant souhaité pouvoir sauté à cette étape, ne pas avoir à endurer moult souffrances sous le regard brûlant de colère de son Vieux Maître. Il aurait tellement aimé ne pas autant risquer sa vie en étant jeune parce qu’il ne savait pas maîtrisé cette substance si étrange et invisible dans le corps des hommes. Observer de jeunes gens qui parvenaient à faire en une fois ce que lui avait mis des années à effectuer était donc une pleine joie : le Village caché du Brouillard avait de beaux nuages, qui sauraient plus tard protéger le Village de la Brume. Et se rapprochant de son élève tout en décroisant les bras, il fit une halte juste devant elle, s’accroupissant et lui tendant la main, paume ouverte, lui présentant deux petites billes rondes. L’une était jaune, d’un jaune comme le cœur d’un œuf ; l’autre était rouge, aussi écarlate qu’un rouge pur. Gardant un sourire et apparaissant confiant et sûr de lui aux yeux de sa gakusaï, le Mizukage la laissa observer avec curiosité ces pilules et prendre la parole.


Ce sont des pilules de l’Armée. Elles permettent de récupérer plus rapidement de ses forces. Prends d’abord la jaune, puis la rouge. Après cela, reprend l’exercice.

Après avoir prononcé ces simples paroles, il laissa les fins et petits doigts de l’apprentie s’emparer des deux draguées, se redressa et fit demi-tour pour s’écarter et laisser un peu d’espace libre pour la jeune fillette. Les pilules de l’armée… . Il n’était pas vraiment prudent de trop en utiliser, car certains en étaient devenus accros, risquant leurs vies dans l’utilisation de ce genre de petites draguées qui allaient puiser dans les infimes réserves qu’il pouvait rester chez un individu, pouvant lui rendre une santé admirable, ou un chakra des plus monstrueux. Il venait certes d’en donner deux, de type différent. Mais il avait confiance et savait que cela n’aurait pas de conséquences sur la jeune demoiselle. Lui, de sa vie, avait été interdit de consommer ce genre de substance de par la réserve de chakra déjà colossal qu’il avait en lui. La pilule jaune…. . Allant chercher les premières réserves internes de chakra, elle agissait directement sur la Porte de la Vie, permettant au Shinobi de recouvrir un peu de son énergie et de sa forme physique et mentale. Cette petite pilule était souvent utilisée après des combats pour des soins d’urgence. La pilule rouge… dite ‘boule de piment’. Celle-ci, bien plus offensive, plongeait dans le corps du consommateur pour aller stimuler l’écoulement du chakra, forçant l’individu à une surconsommation et faisant exploser son chakra. L’utilisation de ce petit médicament serait un moyen idéal d’aller jusqu’au bout.

L’élève semblait assidue et sérieuse. Tant mieux… Arane Tashira allait passer à la vitesse supérieure dans peu de temps… .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Dim 28 Sep 2008, 00:26

Morte.
C'était le mot pour désigner le niveau de fatigue de la petite Aineko. Elle s'était totalement épuisée, elle avait même du mal à respirer, c'est comme si elle s'était complètement vidée de toutes ses forces. Son corps gisait totalement au sol, ses cheveux éparpillés autour d'elle. Le brouillard s'épaississait à son regard, c'était surtout sa vision qui se troublait davantage. Elle était tentée de fermer les yeux et se de laisser emporter par cette lourde fatigue, ce serait peut être mieux ainsi. Alors qu'elle s'apprétait à succomber à l'appel du sommeil, elle vit le Mizukage s'accroupir face à elle et lui tendre la main. Elle fit un petit effort pour remonter sa tête légèrement au-dessus du sol, tout en tremblant comme une feuille qui résisterait vainement face au vent, pour regarder ce qu'il y avait dans la paume de cette main. Elle vit deux petites boules colorées, mais elle ne saurait se souvenir qu'elle avait pu voir, car elle venait de laisser retomber sa tête, amortie par l'épaisse couche de cheveux se trouvant en-dessous de son crâne.


-"Ce sont des pilules de l’Armée. Elles permettent de récupérer plus rapidement de ses forces. Prends d’abord la jaune, puis la rouge. Après cela, reprend l’exercice."

Elle n'eut même pas le temps de finir de l'écouter qu'elle soupirait déjà. Reprendre l'exercice alors qu'elle ne pouvait plus bouger le petit doigt. C'était peut être le Mizukage, mais il y allait quand même un peu fort. Et puis c'est quoi cette histoire de récupérer des forces plus vite avec juste deux pilulles? Quoi qu'il en soit, elle prit la pilulle jaune, juste pour la manger, ça lui ferait du bien. Cependant, elle ouvrit grand les yeux et se redressa pour se retrouver assise. Elle regarda ses mains puis son Sensei, l'air ébahi. C'était comme si rien ne s'était passé, elle était "comme neuve". Elle se releva en faisant un petit saut puis s'étira pour vérifier si elle avait mal quelque part. Non, rien. C'était magique ! Elle regarda la pilulle rouge, puis à nouveau son Sensei, avant de n'en faire qu'une bouchée. Elle sentit tout son chakra circuler en elle, au point où elle se mit à lever la tête et à se tenir le visage. Elle frissonnait de toute part, c'était comme si ses veines se remplissaient de nouveau de sang. Elle se sentait froide et fourmilleuse, comme si elle allait perdre connaissance sous toute cette affluence massive d'énergie. On voyait son chakra d'une couleur bleue claire la recouvrir petit à petit, mais finalement, elle poussa un grand cri et tout ce chakra se libéra en une petite bourrasque, juste un petit vent qui souffla un peu de poussière et quelques feuilles qui trainaient. Elle baissa ensuite sa tête, puis regarda encore ses mains. Elle aurait du faire plus attention en prenant la deuxième pilulle. Elle regarda son Sensei et s'inclina devant lui, ses cheveux touchant le sol et masquant par la même occasion son visage.

-"Sumimasen Mizukage-sama ! Sumimasen Mizukage-sama !! Sumimasen Mizukage-samaaa..."

Ses yeux étaient devenus humides, et elle gémissait en gardant le son dans sa bouche, comme un bébé qui s'apprétait à pleurer. Elle s'en voulait de pouvoir décevoir son Sensei ainsi, alors qu'il venait à peine de la prendre sous son aile.
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Dim 28 Sep 2008, 10:34

Spoiler:
 



Un éclat de rire retentit dans la cour de l’Académie. Un rire qui n’était pas méprisant et agressif, non. C’était un rire chaud, chargé en animosité apprivoisée et contenant presque un aspect paternel, protecteur.
Le Mizukage cachait la partie inférieure de son visage, tachant de cacher le fait qu’il riait à pleines dents à son élève, de peur de l’attrister. Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas vu la réaction souvent incontrôlable d’un jeunot sous l’influence de ces fameuses pilules militaires. Certains devenaient incontrôlables et faisaient exploser un chakra dont ils ignoraient l’existence. D’autres parvenaient en quelques secondes à prendre possession de ce flux qui les parcouraient jusque dans leurs trippes les plus oubliées de leurs corps ; c’était souvent ceux qui seraient un jour destinés à faire partie de l’élite des Elites, devenant Oi-Nin ou même avec grand honneur Epéiste de Kiri No Kuni. Enfin, certains avalaient cette pilule et avaient la même réaction qu’un éternuement : ils ressentaient en eux quelque chose de violent qui remontait à la surface, l’expulsait extérieurement et avec force, puis se trouvaient épuisés par la suite. Tout à fait le cas de la jeune Aneiko, qui s’efforçait maintenant à s’excuser envers le Kage du Village Caché de la Brume. Chose inutile, après tout ! Certes, elle avait échoué à l’entraînement. Mais cela ne signifiait pas qu’elle avait apporté la honte sur qui que ce soit, ni qu’elle ne réussirait jamais cet exercice. Etouffant progressivement son rire et toussotant pour se clarifier la gorge, Arane fit réapparaître ce lumineux visage, doux et tranquille, un petit sourire amical et paisible se glissant le long de ses joues. Il était temps de montrer qu’il n’y avait aucune raison de lui en vouloir. Après tout, elle allait bien s’y remettre ! Même si elle avait expulsé ainsi une bonne quantité de chakra, elle n’était pas pour autant fatiguée après avoir avalé une pilule de Santé. Et tendant une main à plat, paume ouverte et dirigée vers la mignonne petite Yuujin, il laissa sa voix lui échapper pour mettre fin à des excuses qui lui paraissait tout à fait inutiles.


Allons, allons. Cesses donc, va. Ce n’est pas bien grave, d’avoir échoué la première fois. Tâches de faire mieux après.

Reprenant sa main pour la glisser dans ses longues et pendantes manches, il fit quelques pas en avant pour se retrouver un peu plus près de la jeune demoiselle. Elle semblait essoufflée… pas très étonnant après l’accumulation de haut et de bas qu’elle venait de supporter. Être sous l’oppression du Mizukage pour ensuite revenir à la normale avec un système de circulation de chakra en ébullition, puis gaspiller tout son chakra pour ensuite le recouvrir d’un coup et entièrement par une pilule de l’Armée… . Difficile de mieux déstabiliser le chakra d’une personne. Mais Arane Tashira avait bien compris cela. A l’intérieur d’elle, son chakra se débattait comme une bête féroce, voulant se libérer de l’emprise d’un corps charnel, souhaitant se dégager d’une limite qu’on lui imposait dès le départ. Il était temps de prendre le dessus sur ce monstre qui s’agitait bien trop de petit matin.
Etant maintenant à quelques centimètres de la jeune fille, il glissa une main sur son épaule et la plaqua contre son corps massif, sa tête atterrissant dans contre le buste du Mizukage. Sans un mot, il la laissa là, presque dans ses bras, pendant que sa main droite allait se débusquer au dessus de sa tête et se poser sur cette belle chevelure dont la Nature lui avait fait cadeau. Fermant les yeux et sans ajouter un mot de plus, il laissa son corps se perdre dans le lointain, communiant peu à peu son chakra à celui de la jeune fille, leurs deux essences se mélangeant et se livrant une bataille intérieure afin de savoir qui aurait le contrôle d’un aussi petit corps, jeune, frais et chétif. Mais Arane Tashira n’avait que peu de doutes sur la bataille ; réchauffant ainsi la frêle stature de Yuujin, il mettait en échec son chakra et lui transmettait un peu plus de forces en calmant son chakra et en lui imposant un contrôle simple et solide. Après quelques secondes, le flux interne de la belle petite Aneiko semblait s’être apaisé, devenant plus simple à utiliser et à exploiter à sa guise. Effectuant un pas en arrière et laissant glisser sa main sur la joue de la gamine alors que sa main gauche restait sur son épaule, il se tint agenouillé face à elle, avec dans ses yeux comme une étincelle qui lui ordonnait d’avoir confiance en elle et en ses forces. Sa voix, rassurante et même encourageante, siffla dans le vent pour aller toucher directement les tympans de la kunoichi… ainsi que son cœur.


Concentres-toi. Penses à Fuurinmaru. Fais le pour lui… .

Après avoir prononcé ces paroles, le Mizukage se redressa et repartit en arrière pour se retourner et de nouveau plonger ses bras dans ses manches, se tenant droit, noble et attentif aux efforts qu’allait faire la jeune demoiselle. Il n’y avait rien de plus stimulant, de plus encourageant que la pensée d’un proche qui avait toujours été là pour soi. Et dans son fort intérieur, Arane se remémorait… .
La jeune fille aspirante allait-elle faire des miracles ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Dim 28 Sep 2008, 21:46

Elle continuait de s'excuser sans cesse.
Elle ne vit pas le Mizukage avancer vers elle, et s'accroupir ensuite devant elle. D'un seul coup, elle ne réalisa pas tout de suite ce qui s'était passé. Son Sensei avait posé une main sur son épaule, puis il l'avait ramené contre lui, se plaquant ainsi l'un contre l'autre, son autre main atterrissant sur sa longue chevelure bleue ciel. Il la serrait dans ses bras, le plus simplement possible. Elle n'en pouvait plus, c'était le moment de craquer. Elle paraissait tellement mature, mais elle était encore une petite enfant. Elle passa ses petits bras autour du cou de son Sensei et laissa ses larmes couler. Elle poussa ensuite de gros sanglots, se lachant totalement dans les bras du Mizukage. Tout ça, c'est trop pour ce petit être, qui enchaînait les évènements les uns à la suite des autres. Elle avait revu sa famille, elle était rentrée avec Fuurinmaru, ilo lui annonçait qu'ils ne se reverraient plus pendant un très long moment, elle venait de rencontrer le Mizukage et elle a subi des instabilités internes au niveau du Chakra lors de l'entraînement. Le petit tableau était bien rempli, mais elle n'avait pas encore acquis la suffisance d'esprit nécessaire pour assimiler toutes ces choses en un court instant.

Ce qui était étrange, c'est qu'elle se sentait de plus en plus à l'aise dans les bras du Mizukage. Etrange parce qu'elle ressentait de plus la présence de celui-ci, comme s'il lui pénétrait le corps de toute part. Elle se serra contre lui un peu plus, elle ne voulait pas que ça s'arrête, elle était fatiguée moralement d'endurer tout ça. Elle voulait se laisser s'échapper au pays des rêves en toute sécurité et en toute quiétude. Cependant, le Mizukage se redressa, en faisant un pas en arrière, tout en faisant glisser sa main le long de sa joue. A ce moment-là, elle poussa une plainte ressemblant au ronronnement d'un chaton qui réclamerait du lait. Elle dut se contenter de ces quelques mots.


-"Concentres-toi. Penses à Fuurinmaru. Fais le pour lui..."

Elle fronça légèrement les sourcils, elle était à bout. Elle ferma les yeux et le flux de chakra circulait dans tout son corps. Concentrée, elle fit une petite danse traditionnelle, une danse que lui avait apprit une Kunoichi qu'elle avai rencontré du temps où elle vivait avec Fuurinmaru. A chaque fois qu'une main était tendue, le chakra affluait vers elle, avant de reprendre normalement son cours. Sa chevelure virevoltait alors que ses mouvements souples se mariaient avec les passages du vent. Ses larmes coulaient toujours, la petite Aineko rongée par le souvenir de cette vie qu'elle a mené. Après trois bonnes minutes, elle s'arrêta, en plaçant un bras devant ses yeux pour cacher le fait qu'elle pleurait, avec son pull large au niveau des manches, du col et de la longueur. Elle n'en pouvait plus, elle avait besoin de respirer, d'encaisser correctement tout ça.

-"Go...Gomeeeeen....."
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Mer 08 Oct 2008, 21:14

Spoiler:
 



La petite avait abusée de ses forces, et malgré les pilules militaires qu’elle venait de consommer afin de retrouver ses forces et l’intégralité de sa réserve de chakra, le tout semblait l’avoir bien assez bouleversé pour la journée. Et sans que son corps ne crie garde, une pluie fine et personnelle s’abattait sur ses joues alors que de lourds nuages se reflétaient dans ses iris. Et de chaudes larmes commencèrent à parcourir ses joues le long de son beau visage. Soupirant de gêne, Arane Tashira se grattait la tête, regardant sur le côté pour ne pas avoir à affronter ce paysage si triste. Il n’aimait pas beaucoup voir les gens pleurer, et tâchait en général d’éviter la chose. Ce n’était jamais une partie de plaisir de consoler les gens, même s’il en avait prit l’habitude. Mais s’il y avait bien une chose qu’il aimerait faire, ce serait la perdre d’ailleurs. Car automatiquement, cela signifierait qu’il n’y aurait plus de problèmes et donc plus besoin de consoler les gens. Ce serait qu’il n’y aurait plus de problèmes… et notre Mizukage préféré se laissa porter quelques secondes de côté, pensant à ces doux rêves de paix et de tranquillité. Ce qu’il ferait ? Il resterait toute la journée sur le toit du Temple, à regarder les nuages et à fumer un peu de tabac, tranquillement et simplement, le tout accompagné d’un ami et d’une bouteille de saké. Voire l’un dans l’autre d’ailleurs. Le meilleur ami de l’homme ne pouvait-il pas parfois être la bouteille ?

Quoi qu’il en soit, il reporta de nouveau son attention à la petite demoiselle. Certes, il était parfois beau de rêver, mais il était également plus important d’avoir els pieds sur terre. Se grattant toujours la tête, son visage adoptait une mine désemparée et embêtée. Il avait déjà fait de la garderie ! Ca, pas de problèmes ! Mais il n’en était pas pour autant un baby-sitter. Et il avait espéré ne pas tomber sur un apprenti qui soit chargé d’une trop grosse dose de sentiments.
Mais tous les Shinobis ne pouvaient devenir des machines à tuer. Même si lui maintenant était capable de tuer sans la moindre trace de sentiments, il savait que chaque mort était une cicatrice de plus à son cœur, et on ne pouvait pas attendre de la part de tous de ressentir exactement la même chose. Telle était la Nature humaine ; certains tuaient car cela faisait partie du Devoir de Shinobi et qu’ils n’avaient pas d’autre option. D’autres tuaient pour le plaisir, aimant la vue du sang et faire souffrir les autres. Les derniers étaient ceux qui se laissaient emporter par leurs sentiments … et qui se trouvaient être le plus souvent les premiers morts d’une équipe lors de missions dangereuses. C’était étrange et presque cruel, mais il en était ainsi ; on ne pouvait se lancer dans le risque sans être prêt à tenter le diable afin de mieux le vaincre. Oui. Devenir Shinobi demandait de quitter une partie de son identité. De devenir une simple machine exécutant les ordres. Oui. C’était bien triste. Mais pour certains intérêts, chacun d’entre eux avait un prix. Et ce n’était pas un cas particulier, car chaque Shinobi avait mis de côté sa conscience, avait caché ses larmes dans les océans et avait bombé le torse pour cacher sa tristesse et sa déception. Le Monde Shinobi pouvait être bien dur et cruel. Mais tel était le Chemin qu’empruntaient tant d’hommes et de femmes. Pour des idéaux, pour la liberté ou par tradition. Peu importe. Au bout de ce Chemin, peu de débouchés. La vie, la Mort… . La Gloire ou la Défaite… . Pas d’autres issues.
Se penchant sur la petite Shinobi, notre Mizukage tentait vainement d’oublier ces sombres souvenirs et posait une main rassurante et calme sur la longue chevelure aux couleurs vives de notre petite Yuujin. Lui tapotant la tête comme pour la calmer, sa voix souffla dans le vent comme une sombre remarque. Pourtant bien chargé de vérité et de déception, il fallait se l’avouer.


Yuujin… un jour, tu vas mourir.

Un long silence prit place. Quelle phrase choquante et frappante pour une jeune fille qui était complètement dépassé par les évènements. Arane Tashira faisait-il preuve d’un totale manque de conscience ? Ou avait-il prit le malin plaisir de torturer son élève ? C’est possible. Mais à chaque torture, à chaque défaite, on retenait la cause de son échec et si l’on était assez fort pour cela, on continuait à avancer dans le but de réussir la prochaine fois. Quitte à ce que son élève pleure, qu’elle ne le fasse qu’une fois. Et si ce qui lui disait lui détruisait le moral, c’est qu’elle ne serait jamais faite pour être Shinobi. Parfois, sauver la vie de quelqu’un pouvait consister à le faire changer de voie. Et dans ce cas, Arane Tashira, Mizukage de Kiri No Kuni ne mettrait pas les gants.

Un jour, tu vas mourir. Mais pas tout de suite. Cela commencera par ceux qui t’auront enseignés. Comme moi. Ou d’autres grands shinobis du Village. Cela suivra avec des personnes avec qui tu as été très proche. Fuurinmaru… Des camarades d’équipes ou de combat… . Et puis, ce sera ton tour.
Yuujin, la Vie du Shinobi est une course vers la Réussite jusqu’à ce que son opposant soit la Mort. Si tu ne te prépares pas à cela, tu ne seras jamais une Grande Kunoichi.


Se relevant et portant ses bras le long de son corps, semblant trifouiller à droite comme à gauche pour chercher quelque chose, il fit remonter un fil le long de son kimono qui était jusque là plaqué contre son buste, à l’intérieur même de ses vêtements. Et sautillant sur place pour forcer l’objet à sortir de tout son attirail, il parvint enfin à retirer ce qu’il tenait jusque là en main. Il n’avait presque jamais ôté cet objet de sa vie, et avait toujours rêvé avec. Ces écouteurs et ce walk-man… . Il y avait là toute sa jeunesse, sa vie comme ses combats. Ses amours comme ses tristesses. Arane Tashira n’était jamais vraiment parvenu à les retirer complètement, faisant presque tout avec. Ils ne les avaient jamais quittés, car ils faisaient partie de sa force, en fin de compte. Cette musique qui prenait possession de son corps l’avait continuellement mené à la victoire depuis lors. Et cette fois, il allait devoir faire un sacrifice pour le Bien de quelqu’un. Quelle misère, pensa-t-il… .
Posant l’instrument sur les oreilles de la gamine, sans pour autant que le moindre son n’en ressorte, il plongeait son regard dans le sien, sérieux et calme, très concentré sur ce qu’il s’apprêtait à dire.


Prends ta journée et reposes-toi. Apprends à contrôler ton chakra et une fois cela fait, essayes de marcher contre un arbre en malaxant ton chakra et en le concentrant sous la plante de tes pieds. C’est un exercice assez difficile, mais très gratifiant. Une fois que tu y seras parvenu, viens me trouver. Tu me rendras mes écouteurs à ce moment là... .

Sur ce, il appuie sur un bouton, se releva en laissant le walk-man à terre et l’Aspirant sur place, quittant les lieux. Ce qu’il était incapable de faire, la musique s’en chargerait… .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Lun 13 Oct 2008, 02:11

Les mots étaient durs.
Elle encaissait sans broncher les dires du Mizukage, même s'ils étaient aussi puissants que des coups de lames transperçant sa poitrine. Elle s'était accroupie, laissant son corps succomber à la force de la gravité, pour giser lamentablement au sol tel un cadavre inerte en décomposition. Elle avait les écouteurs du Mizukage sur ses oreilles, la musique ne sortant pas encore. Avec ses yeux entreouverts, elle vit son Sensei appuyer sur l'objet qu'il avait laissé prêt d'elle avant de disparaître simplement, sans bruits. En même temps, ses yeux se fermèrent, la musique n'ayan pas eu le temps de s'infiltrer dans ses oreilles, son esprit étant déjà parti pour le pays des rêves. Ce fut ainsi qu'elle s'endormit, en face de l'entrée de l'Académie, sans la moindre once d'une présence pour la déranger.

Trois longues heures d'inactivité, trois longues heures de sommeil. Pendant ce temps, la pluie avait déjà eu le temps de s'en aller, comme si un peu plus tôt elle n'avait pas désiré se déferler sur la petite fille allongée sous ces nuages gris et tumultueux. Mais après tout ce temps, ce ne fut pas le soleil qui réveilla Aineko, mais la douce brise qui portait le brouillard dans tout le village, comme à son habitude. Les yeux entrouverts, elle se redressa lentement, en observant le paysage qui s'était à nouveau dessiné devant elle. Elle regarda les écouteurs sur ses cuisses repliées, ils avaient du tomber de ses oreilles lorsqu'elle s'était redressée. Personne à l'horizon. Cependant, la petite Aineko allait mieux. Il fallait bien un peu de repos pour qu'elle puisse assimiler tout ce qu'elle avait vécu en un jour. Elle se releva, et prit l'appareil posé au sol dans le même mouvement, pour le ranger dans sa poche à kunais. Elle soupira un moment, avant de lever la tête, son regard tombant directement sur l'immense arbre qui jonchait la cour de l'Académie. Elle s'en voulait. Elle avait déçu son Mizukage, elle l'avait forcé à lui sortir des mots crus et durs concernant la vie d'un Shinobi, elle s'en voulait. Tout en fixant l'arbre en face d'elle, sa concentration ne cessait d'augmenter, son chakra se réunissant sur ses jambes. Elle fronça les sourcils, sa puissance s'accroissant de plus en plus, sans pour autant se manifester.


-"K'soooo !!"

Elle se mit ensuite à courir droit vers l'arbre, en posant ensuite son premier pied sur le tronc, pour continuer ainsi sa course le long de celui-ci. Elle courrait vite, tout droit vers le sommet, mis à part quelques slaloms et petits sauts de branches qu'elle devait faire pour y arriver. Elle esquissa un sourire, du premier coup elle avait déjà réussi ce que lui demandait son Sensei. Alors que cette pensée joyeuse trottinait dans sa tête, un de ses pieds glissa, son chakra s'envolant sous sa perte de concentration. Elle commençait dors et déjà à tomber, en se prenant quelques branches dans le dos, quelques éraflures un peu partout, lui déchirant au fur et à mesure son unique vêtement, son pull. Le sol était presque atteint, mais à ce moment, elle réussit à se retourner pour se présenter ventre face au sol, les bras et jambes écartés. Son atterissage fut brutal, mais sans trop de dégats, vu qu'elle avait concentré du chakra dans ses mains et ses pieds pour amortir le choc. Elle se laissa ensuite totalement étendue à terre, reprenant son souffle. Elle avait bien eu peur. Qui n'aurait pas eu peur en faisant une chute de 20 mètres de haut? Néanmoins, elle réussit à garder son sourire, elle avait assimilé le truc. En position assise, elle sortit des bandages de sa poche à kunais, et se banda les bras, pour ensuite enlever son pull, le torse totalement nu, n'ayant presque rien à montrer à personne, vu que l'endroit était désert. Elle se banda aussi le torse, couvert de quelques coupures dues au bout des branches. Dans sa tenue actuelle, le bandage lui recouvrant toute sa poitrine, elle refixa l'arbre et tenta alors de marcher simplement. Elle n'eut pas trop de mal à ajuster la bonne quantité de chakra sous son pied pour qu'il puisse rester accroché, avant d'entamer cette marche défiant les lois de la physique. Elle alla se poster sur une branche pas trop haute, la tête à l'envers. Ses bras pendaient, elle l'avait fait volontairement. Les yeux fermés, elle se concentra à nouveau, tout en se remontant, comme pour faire des abdos, mais à la différence de cet exercice, elle posa juste ses mains à plat sur la branche où étaient postés ses pieds. Elle relacha le controle du chakra sous ses pieds pour le concentrer sur ses mains. Ca fonctionnait ! Sans grande difficulté, elle se laissa retomber.

Elle ramassa puis renfila son pull, avant de se diriger ensuite vers ses quartiers, afin de changer de vêtements. Elle titubait, il fallait qu'elle se réhabitue au sens du sol. Maintenant, il ne manquait plus que quelques techniques à apprendre, histoire de tout faire en même temps. Elle allait se surpasser pour se rattraper aux yeux du Mizukage, il le fallait absolument.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ 2
Clan des Dieux
avatar

Nombre de messages : 66
Date d'inscription : 28/05/2008

Fiche Ninja
PV:
0/0  (0/0)
PC:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   Ven 07 Nov 2008, 21:44

~~ Intervention d'un Membre du Clan des Dieux ~~

¤Evaluation¤

Un post intéressant, qui a tout son intérêt pour l'introduction d'une jeune demoiselle dans un forum et au sein même de son Village. Content d'avoir lu enfin l'un de ces RPs simples et basiques où l'on retrouve toute l'origine d'un Ninja. Je n'ai repéré que très peu de fautes de syntaxes, et j'ai pu voir deux personnalités qui bien que différentes s'accordaient bien, ce qui n'a fait qu'en améliorer le style.

Vous recevez donc tous les deux 10Points ! Bien joué et bonne continuation pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une Nouvelle Venue [Libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une Nouvelle Venue [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KiriKiri :: Académie des Ninja-