AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sous une coupelle de Saké...[Entretien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Mer 20 Aoû 2008, 04:51

Spoiler:
 



Comment est-il possible de décrire un pays plus étrange et plus impressionnant géographiquement parlant que Kumo No Kuni sans avoir le grand besoin de prendre une grande respiration avant de commencer. Ce Pays, à l’allure si noble mais au caractère si dur, semblait être le résultat parfait de l’harmonie du guerrier au repos. Tranquille dans des rues peu animées mais dans une atmosphère douce et délicate, accompagnée de nuages à bas niveau et d’un souffle de vent qui caressait avec douceur chaque centimètre de peau sur le visage, mais également abrupt et sévère dans un décor rigide et militaire, où les lotissements ou bâtiments de pierres et de ciment vêtus semblaient aussi inébranlables que les nombreux pics rocheux qui sillonnaient le Pays de la Foudre. Au loin, un orage tonnait sa rage, alors que de nombreux éclairs se faisaient entendre, frappant de toute leur férocité naturelle les montagnes étranges, ne pouvant toucher l’herbe de la vallée qui ces massifs protégeaient. Avec un sourire de tendresse et de douceur, Arane souriait face à ce Village, qui lui rappelait tant celui d’où il venait. Qu’il soit décidé que ce serait les Villages martyrisés par leur histoire, ou que ce soit ceux qui auraient mal à battre avec la météorologie et la topographie des lieux, la ressemblance frappante qui s’opérait entre Kiri No Kuni, le Village Caché de la Brume, et Kumo No Kuni, le Village Caché des Nuages, n’en était que plus grande. Il y régnait dans chacun d’eux une partie de cette atmosphère paisible et douce, légère et tendre, mais mélangé à quelque chose de lourd et d’imposant, qui planait sur la tête de chaque villageois et Shinobi. Oui, ce Village lui rappelait presque des souvenirs qu’il avait dans sa terre natale. Que de nostalgie dans ce guerrier qui en avait déjà tellement vu dans ce Bas Monde, malgré son âge respectable. Certes, trente ans, ça commençait à annoncer l’expérience et la maturité à coup sûr, mais l’homme ne se cachait pas qu’il lui manquait de nombreuses bases ; la preuve en était ce voyage à but diplomatique, qui venait finalement de s’ensuivre sur une ballade des ruelles et une vue sur les échoppes du quartier. Il n’était pas intervenu au bon moment, n’avait pas fait part de sa venue, s’était imposé dans une réunion. Pas très diplomatique, tout ça. La chose en serait même navrante, mais notre homme espérait bien que la Raïkage du Village ne lui en tiendrait pas rigueur. En ce qui le concernait, il préférait passer son temps à se mélanger au petit peuple, pour se sentir plus proche de son point d’origine, à savoir les bas quartiers de Kiri, plutôt que de rester perché de tout son être et de toute son importance dans ses appartements à attendre un message de la part de la Maîtresse des Lieux. En attendant, il n’aimait pas rester là sans rien faire, et une visite d’un Village peut-être prochainement allié ne serait qu’un meilleur moyen de connaître un peu la mentalité des gens et le moyen de rassembler plus d’arguments afin que ce traité se signe et soit accepté par les deux partis. C’était donc, en somme, avec grand plaisir qu’Arane Tashira avait décidé de se balader en ville, sans même en prévenir les hommes qui l’accompagnaient jusque là.
Il avait pu observer que ce Village vivait bien de commerce et des activités ninjas qui lui étaient confiées. Ces activités, d’ailleurs, semblaient très fréquentes, car bien qu’il vit de nombreux shinobis, il parut qu’il ne put parler à aucun d’entre eux ; ils semblaient bien trop pressés pour qu’il décidé d’interférer dans leurs affaires. Mieux valait ne pas aggraver la situation, tel était son avis. Plus il y pensait, plus il s’avouait que les missions lui manquaient horriblement. Il rêvait de partir en compagnie d’amis à lui, de livrer bataille et d’accomplir son devoir pour le Bien de son Village, ou même pour un autre. Avec son rôle de Mizukage, ce n’était pas souvent qu’il avait été en mission, étant donné que les Sages du Village le cloîtraient presque pour éviter sa mort lors d’une mission, chose qu’il déplorait énormément. Mais il s’était promis de faire une mission dès qu’il serait rentré au Village afin de bien démontrer qu’il était de retour. Continuant sur sa visite, il vit quelques escales où il fit quelque bon arrêt gastronomique, qu’il ne regretta en aucun cas, puis s’amusa avec des enfants après avoir acheté un petit masque de chat au fond blanc et aux moustaches rouges. Riant avec plaisir et réalisant avec aisance que où que ce soit, les enfants seraient toujours de grands gamins, il offrit finalement son masque au plus petit, et se dirigea vers une autre direction. Son casque MP3 toujours sur ses oreilles, ses épais baladeurs perchés, il aimait sentir cette agréable brise qui lui souhaitait presque la bienvenue dans ce sympathique petit Village. Tout semblait si calme et si paisible ; il remarqua au bout d’un moment que nombreux étaient ceux qui avaient les cheveux noirs. Il ne put étouffer un petit air amusé à l’idée de l’effet que devaient avoir ses cheveux couleur soleil et ébouriffés par le vent. Ayant choisi de faire une petite halte, il réfléchit quelques instants et se décida à arrêter un passant qui ne semblait pas être Shinobi dans ce Village martial.


Pardon, mon ami. Pourriez vous m’indiquer un établissement où l’on pourrait se désaltérer et se reposer, s’il vous plaît ?
Voila une façon bien étrange de la part d’un Noble de parler aux basses gens. Mais j’aime ça ! Prends cette rue, petit ! Tu y trouveras une bonne échoppe.
Je vous remercie, Sempaï ! Bonne journée !


Intéressant, la façon dont l’homme l’avait analysé en quelques instants. Il avait tiré des vêtements légers et purs comme la neige que l’homme devait venir d’une classe sociale élevée, certainement de la partie bourgeoise du petit Village. Il n’en était pas vraiment ainsi, mais au moins, l’homme savait qu’il faisait bonne impression dans ses manières. Suivant donc le conseil de l’homme et s’armant d’un sourire redoutable et d’un visage d’ange tombé sur terre, il arpenta donc la ruelle sans la moindre crainte et se retrouva au sein d’une petite place lui laissant le choix sur plusieurs échoppes. Ne voulant pas rendre les patrons jaloux, il n’hésita pas à faire son cinéma habituel, et fit sauter une pièce dans les airs pour savoir dans laquelle il irait. La pièce tombant par terre, elle roula entre les dalles de pierres qui poussaient hors du sol pour retomber, côté pile, devant l’entrée d’une petite taverne. Souriant, il accepta l’invitation providentielle. Pénétrant donc l’établissement, il envoya d’emblée un large sourire agréable au seigneur des lieux et l’interpella d’une voix douce et amicale.

Bonne journée, seigneur ! Je prendrais bien une coupe de Saké !
Qu’il en soit ainsi, l’ami !


Et il ne fallut que quelques secondes de plus, pour que le Mizukage se retrouve assis, paisiblement accoudé à une table, face à une fenêtre d’où il admirait un tableau des plus charmants : un Village s’animant avec des enfants et des parents. Cela s’accompagnait ensuite de quelques Shinobis courant brusquement sur des toits de pierre, pour enfin déboucher sur la vue splendide de lointaines falaises d’où semblait naître quantité monstrueuse de nuages dans un bruit d’éclair et de basse résonnante. Ne pouvant qu’être comblé par cette vision, Arane laissa ses pensées dériver, pendant que sa main levait avec grâce sa coupelle de saké à ses lèvres.
Une chose était désormais sûre : si le traité n’était pas signé, il n’engagerait en aucun cas une guerre avec une terre aussi paradisiaque.
Revenir en haut Aller en bas
Mata Hari
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 33
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 23/06/2008

Fiche Ninja
PV:
335/335  (335/335)
PC:
630/765  (630/765)

MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Mer 20 Aoû 2008, 06:08

De loin notre petit bout de femme suivait cet inconnu habillé si étrangement. Elle ne se souvenait pas que le blanc soit de mise à Kumo, on évitait même plutôt cette couleur au profit de chose plus sobre et passe partout, il apparaissait ainsi presque comme un ange venu répandre la bonne parole pour le peuple. Non pas qu’elle trouvait ça des plus charmant mais elle était naturellement curieuse, c’était d’ailleurs cette curiosité et facilité sociale qui lui avait permis de rencontrer Kenji… C’est en pensant à lui que la jeune kunoichi décida de commencer sa petite traque et de suivre ce ninja –car il en avait clairement l’allure- durant son excursion dans son village. Mata connaissait la majeure partie des habitants même si tous ne la connaissaient pas non plus et lui il n’était pas d’ici, elle ne l’avait pour le moment encore jamais rencontré et ces beaux cheveux de paille lui rappelait étrangement le jeune garçon à qui elle commençait à tenir, les mêmes cheveux… mais beaucoup plus grand et vieux.

Elle l’observa de loin, prenant garde à ne pas être dans son champ de vision car les cheveux si vifs et bleus de la belle se feraient remarquer en moins de temps qu’il ne faut pour les cacher. Commençant alors furtivement à le suivre. Elle connaissait le village caché des nuages par cœur donc il lui était plutôt simple d’échapper à ses yeux et de le suivre discrètement pour voir où il allait. Elle savait déjà que dès qu’elle en aurait l’occasion elle viendrait lui parler comme elle savait si bien le faire. Passant par les toits et l’observant de haut, se cachant comme un chaton derrière les cheminés lorsqu’elle pensait que son regard se faisait dans sa zone. Elle trouvait ce petit jeu amusant. La jeune kunoichi écoutait ses conversations brèves avec les quelques passants lui accordant un peu de temps. Sa voix était si fluide et douce comme dénuée de tout soucie… comme elle ? Non, Mata n’était pas dénuée de tout problèmes, elle les cachait seulement derrière un de ses sourires si tendre qui vous font oublier votre propre question et vous laisse perplexe devant ce charme si enfantin mais en même temps si attirant.

La belle faillit maladroitement tomber sur le sol lorsqu’elle se pencha afin d’observer de nouveau cet homme jetant une pièce de monnaie puis courant après afin de la rattraper pour finalement se stopper devant une des petites auberges où elle-même se rendait très volontiers. Il entra dans une des bâtisses et Mata sauta adroitement du toit en face du bâtiment. Elle s’inspecta durant quelques secondes, époussetant ses habits et replaçant ses longs cheveux qui étaient noués d’une tresse caressant le creux de son dos. Affublée de son éternel petit short marron, d’un t-shirt blanc et de belles bottines brunes. Elle dessina sur ses lèvres son petit sourire et se dirigea là où elle avait pu le voir rentrer une ou deux minutes avant qu’elle ne descende de sa cachette.

La porte coulissa légèrement et notre Mata laissa sa petite tête s’introduire doucement dans l’entrebâillement de la porte, observant comme une enfant l’homme qu’elle suivait depuis tout à l’heure comme un félin court après une proie trop grosse pour lui mais tellement alléchante. Il venait de commander du saké et sur sa table une petite coupelle et une petite bouteille se trouvaient déposer. La jeune femme était une grande férue de saké ses beaux iris bruns se mirent à briller tandis qu’elle observait avec une certaine envie ce qu’il allait porte à ses lèvres…

Elle se faufila alors entre les tables sans un bruit jusqu’à cet homme qui se trouvait de dos et qu’elle allait surprendre comme tant d’autre mais d’une toute nouvelle façon. Ne se demandant même pas comme il allait prendre son geste. La jeune femme se retrouva alors tout près de lui, à sa droite, son épaule contre son épaule et sa main droite venant habilement détourner la coupelle de saké des lèvres du jeune homme pour aller à la rencontre des siennes avec une certaine douceur et délectation. L’alcool coulant doucement dans sa gorge alors qu’elle fermait légèrement les yeux pour en apprécier pleinement le goût. Sa gorge se réchauffant agréablement elle relâcha la main de ce dernier et éternua d’une façon absolument adorable avant de plonger ses prunelles d’écorce dans les nouvelles qu’elle rencontrait.

« Bonjour Gaijin-sama… »

Sa voix était si douce et son allure si douce que même s’il était grippe-sous ou égoïste il ne pourrait pas en vouloir à cette jeune femme lui ayant voler quelques gorgés de saké. Mata se sentait encore plus joviale qu’à l’accoutumé avec cette petite coupelle d’alcool avalée d’un seul coup. Il ne lui fallait pas beaucoup de temps pour que le liquide si fruité lui monte à la tête mais elle bénéficiait d’encore un petit peu de minutes afin de séduire ce jeune homme intriguant et de faire plus ample connaissance. Il lui rappelait tellement ce gosse, s’en était perturbant. Etait-ce d’ailleurs pour cela qu’elle l’avait suivi pour connaître son identité ? Commençait-il déjà hanter son esprit pour qu’elle développe une telle curiosité ? Ou était-ce tout bêtement l’aura si puissante et attirante de cet homme qui avait forcé son corps à le suivre ?
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Mer 20 Aoû 2008, 13:13

La couleur bleue était souvent la teinture la plus appréciée du peuple et des gens en général. Douce, agréable, rappelant le ciel et donc la liberté, elle donnait envie aux hommes de s’envoler et de connaître cette nouvelle sensation que l’évolution de l’homme dans les hauteurs et dans les nuages. Non pas qu’Arane souhaitait évoluer dans la peau de cette jeune femme ! On l’aurait traité de pervers… mais c’était certainement cela que ses cheveux d’une beauté sans égal lui rappelaient. Etant surpris d’avoir été soumis à un mouvement du poignet si raffiné et élégant, bien que la destination de son verre eut échoué dans le chaleureux gosier d’une autre personne, il ne put que répondre par un sourire. Ses premières pensées furent sans le moindre doute les plus simples qui soient : Tiens, voila quelqu’un ! Il ne rejetait au grand jamais la compagnie, surtout celle de l’inconnu. Et bien qu’il sache qu’il devait rester méfiant au cas où il y ait entourloupe, il ne pouvait que répondre par un large et aimable sourire à cette jeune femme qui lui en donnait tant. Avant d’engager la conversation, toujours connaître l’adversaire ; c’était une base. Profitant du manque d’attention que lui accordait la jeune demoiselle en buvant sa coupelle, il laissa ses yeux se balader sur la personne qui venait de l’accoster sans même se présenter. Une belle femme aux cheveux bleutés et au visage doux… une très belle femme même… Arane, réveilles-toi, bordel !! Se dégageant donc de sa vue première, il l’examina un peu plus. Malgré son joli minois, il lui paraissait évident qu’elle était majeure. De plus, sa façon de se vêtir lui semblait bien étrange ; l’éternuement qui s’ensuivit confirma ses doutes. Il fallait être bien téméraire ou bien ne jamais craindre d’attraper froid pour se laisser aller dans les rues humides, à une température telle, avec une si simple tenue. Maintenant, de qui cela pouvait bien s’agir, que ce soit une shinobi, une voleuse ou une simple personne lambda, Arane Tashira l’ignorait complètement. Mais pourquoi y apporter davantage de réflexions ? Elle avait un si joli visage ; ce genre de visage qui vous aspire sans que l’on ne le réalise, vous portant au loin pour vous faire tout oublier, que ce soit bonheur, malheur ou mission. Il n’avait pas eu la joie de trouver quelqu’un d’aussi élégant et jeune dans son propre Village, à part si l’on le voulait la jeune Kiyo avec qui il avait effectué une mission il y avait longtemps de cela. Ne se pressant pas, et ne voyant pas pourquoi il devrait rouspéter pour un simple verre en moins, il se décida d’accompagner quand même la manœuvre et de ne pas rester en retrait quant à l’appréciation de cette délicate liqueur qui l’avait mise en bouche. Ne s’accoudant plus et attrapant directement la bouteille, il la porta à ses lèvres et en goba goulûment une bonne gorgée. Sans pour autant que cela ne le dérange, il sentit la vapeur pénétrer ses narines et il savait pertinemment que cela le mènerait quelques heures plus tard dans une fontaine quelconque du Village. Mais sur l’heure, il était hors de question qu’il reste seul à apprécier l’instant ! S’il voulait boire, il boirait !
Et buvant donc une nouvelle gorgée, il en oublia qu’il ne supportait l’alcool que dans des proportions tout à fait modérées.

Se tournant donc un peu plus vers la jeune fille, il répondit à la petite touche qu’elle venait de lui porter. Gaijin-Sama ? Bien que l’appellation sonne étrangement aux oreilles du Mizukage, lui qui s’était presque cru dans son propre Village Caché de la Brume, il aurait facilement avoué qu’il aimait bien ce petit nom. Pourquoi donner le sien lorsque l’on peut porter un surnom qui ait un tel timbre ? Souriant de plus bel, il adressa à cette jeune femme l’un de ces autres sourires charmeurs et charmé de faire pareille rencontre, preuve qu’il acceptait bien volontiers l’introduction inopinée d’une nouvelle personne dans sa vie.


Un plaisir de vous rencontrer, Ao Tenshi. De par le fait que vous m’affublez d’un pareil surnom, vous êtes certainement de ce Village… Me trompe-je ?

C’était un fait. S’il était étranger pour elle, c’était qu’elle ne l’était probablement pas pour le Village. Et sans vraiment savourer cette petite victoire sur sa perspicacité, il s’accorda de reprendre la main si douce et légère de la jeune demoiselle vers la table, pour que la coupelle touche le bois de la table, lui laissant donc se resservir un nouveau verre. Il souhaitait faire connaissance, sans pour autant donner son nom ; il aimait le nom de Gaijin qui sonnait bien comme l’indiquait sa signification. Mais le ‘Sama’ était peut-être de trop. Comment cette demoiselle avait pu le suivre, cela restait facile à deviner, étant donné son apparence dans une foule qui restait en général sobre et simplement vêtu. Il était même étonnant qu’il n’ait pas été davantage poursuivi par les Shinobis du Village. Mais il ne se doutait pas qu’il passerait si flagrant au milieu de la foule. Il avait caché son aura et s’était fait tout tranquille, ne voulant pas dégager de pression combative. Cette tendre demoiselle devait être très habile, en fin de compte. Restait à savoir quelles étaient ses intentions. Mais il préférait le faire de manière amicale.

Pour boire autant, auriez-vous quelque souci à oublier ou un évènement à fêter, belle dame ?

Il n’y avait pas vraiment de surprises ni de manque de cohérence dans cette question. Etant donné la façon dont la jeune personne avait engouffré le succulent liquide, elle était soit, très fêtarde et heureuse en ménage, soit malheureuse et heure en boisson pour oublier ses problèmes.
Revenir en haut Aller en bas
Mata Hari
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 33
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 23/06/2008

Fiche Ninja
PV:
335/335  (335/335)
PC:
630/765  (630/765)

MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Mer 20 Aoû 2008, 15:26

Le jeu de séduction de Mata allait commencer, elle sentait encore l’alcool caressant sa gorge de la puissance dont il était empreint. Il était un peu plus fort que ce qu’elle n’avait cru et ses prunelles pétillèrent amusées en observant le jeune homme tuer de quelques simples petites gorgées la bouteille qui était sur la table. Il se retourna vers elle et la belle recula son visage pour ne pas se retrouver dans une proximité qui pourrait paraître gênante ou trop entreprenante. Il avait le même sourire qu’elle comme s’il comprenait le petit manège dans lequel il venait de s’embarquer et qu’il acceptait un temps que ce soit elle qui mène le tout. Elle se mit à son tour à l’examiner avec un certain intérêt. Il cachait son corps sous un kimono assez ample et ses cheveux blonds retombant sur son visage témoignaient d’une envie de ne pas offrir à n’importe qui l’intensité de son regard, c’est d’ailleurs pour cela qu’elle ne s’attarda pas sur les yeux du jeune homme, laissant ses beaux iris de balader sur tout le reste du corps de son interlocuteur, n’en venant pas pour autant à faire preuve de non obligeance en le scrutant d’une manière tout à fait incommode mais d’une certaine manière agréable.
Il était plutôt grand, elle pouvait s’en rendre compte rien qu’en étant assise à ses côtés, ses épaules n’arrivant même pas à la hauteur des siennes. Assise assez négligemment, ses jambes sur le côté et repliées, une main sur le tatami lui permettant de se soutenir afin de ne pas tomber par maladresse sur lui et sa main toujours sur la coupelle qui se trouvait encore assez près de ses lèvres, comme si elle avait réussi à bloquer son bras et son mouvement en le surprenant car il était certain qu’il ne devait pas avoir connu pareil rencontre du même type avant elle. Mata était tellement douce et spontanée.

Sa tête se releva légèrement, son visage poupin faisant de nouveau face à celui mûrit de son interlocuteur. Elle ne le connaissait pas mais les traits de sa figure semblaient parler pour lui et avouer une vie dont elle ne s’imaginait pas la moindre saveur. Elle lui fit un sourire à l’évocation du surnom qu’il lui donnait, redressant son dos afin de faire apparaître la longue tresse léchant son dos et la faire passer devant, la caressant du bout des doigts. Ses petits yeux s’élevant vers les siens sa voix si mielleuse et savoureuse s’élevait comme un délectable murmure dans l’air, obligeant le jeune homme à se rapprocher et lui offrir toute son attention afin d’entendre ses paroles.

« Je ne suis pas un ange mais je suis de Kumo. »


Il reposa la petite coupelle vers la table, la main de Mata suivant doucement le mouvement de cette dernière. Il lui intimait de se resservir si elle le désirait. Ses doigts fins et légers quittèrent habilement ceux de son interlocuteur, la petite coupe reposant de nouveau sur le petit meuble en bois alors qu’elle y versait de nouveau un peu de saké d’une main habile et habituée à s’offrir ce genre de petit plaisir. L’alcool était si pratique dans les circonstances qui entouraient son être. Se permettre de plonger dans l’oubli comme si elle n’avait jamais changé ce jour et qu’il ne s’était jamais rien passé et qu’elle était à la maison… Mata tourna la tête vers l’étranger lorsqu’il sembla toucher dans le mille mais au lieu d’afficher une mine étonnée elle lui offrit un autre de ses éternelles sourires qui vous font oublier vos propres interrogations.

« Et vous ? D’où venez-vous très cher Gaijin-sama ? »

Encore une fois ce ton si savoureux et délicieux qui lui permettait habilement de ne pas répondre au jeune homme mais aussi d’en apprendre un peu plus sur lui. Elle attrapa dans ses paumes la main de ce dernier qui tenait toujours la coupelle et la porta à ses lèvres, laissant couler le saké encore plus lentement dans sa gorge déjà bien chaude. Elle n’avala pourtant pas tout et laissa un petit fond tout en éloignant la coupelle de sa bouche humide et satinée passant sa langue sur cette dernière elle se retourna vivement et leva la main tout sourire. A peine eut-elle fait signe à l’homme qui avait servi plus tôt notre étranger qui arrive un grand sourire aux lèvres visiblement heureux de voir Mata à l’une de ses tables.

« Tiens Mata-chan ! »

« Ojiisan. »

Il connaissait la jeune femme depuis déjà pas mal d’années et s’abaissa afin de l’enlacer amicalement comme le faisait beaucoup de gens puisqu’elle était très câline avec eux. Il s’offrit tout de même le petit plaisir de bien déposer ses paumes dans le creux de son dos pour profiter de ses courbes alléchantes. Puis il la relâcha tranquillement, souriant de plus bel, pensant sûrement à ce qui allait suivre, à savoir une Mata buvant à s’en saouler entièrement. Elle lui rapportait décidément beaucoup d’argent cette femme là. Il apporta alors rapidement deux nouvelles bouteilles de saké en faisant à clin d’œil à la jeune femme.

« Cadeaux de la maison. »

Il s’éloigna de la table frottant ses mains entre elles et laissant les deux jeunes gens entre eux. Mata se retourna vers son compagnon de table et lui offrit le même sourire charmeur que lui-même lui avait donné un peu plus tôt et auquel elle n’avait pas répondu. Elle attrapa une autre des coupelles déposées sur la table et la remplissant de nouveau la porta aux lèvres de l’étranger, l’invita de boire de lui-même.

Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Jeu 21 Aoû 2008, 04:01

Une belle journée avec une belle coupe de saké en compagnie d’une belle jeune femme. Quoi de mieux, mes amis ? Acceptant avec joie la coupe que cette jeune demoiselle au charme si envoûtant lui suggérait de ses magnifiques pupilles, le tout avec une élégance et une très séduisante tresse qui descendait le long de son corps de rêve. D’un léger signe de tête en guise d’acquiescement et de remerciement, il sourit agréablement et avec beaucoup de tendresse à cette jeune femme. Sa main quittant la surface lisse et paisible du tatami, ses doigts glissèrent jusqu’à la coupelle, épousant avec délicatesse la main de la magnifique Shinobi, et levant l’ensemble jusqu’à ses lèvres, il laissa le liquide magique couler sur sa langue, pénétrant dans sa bouche et glissant dans son corps avec lenteur. Même si l’alcool commençait progressivement à lui prendre la tête, il ne perdait aucun élément en vue. Et bien que sa tête commence quelque peu à flancher, c’était avec réflexion qu’il parvenait quand même à se remémorer quelques phrases. Ainsi donc, elle avait préféré ne pas répondre à la question posée. Il y avait donc des problèmes à oublier, car pourquoi diable dissimuler une joie que l’on pourrait faire partager avec autrui ? Mais dans le même cas, pourquoi vouloir retenir son interlocutrice dans cette trappe qui ne la mènerait certainement pas à la joie qui s’écoulait en ces lieux, seconde après seconde, n’apportant que davantage de plaisir dans la relation mystérieuse que venaient de tisser ces deux personnages, sans même s’être vraiment parlé. Retirant la coupelle de ses lèvres, il adressa un nouveau sourire qu’il gardait souvent en poche pour faire un maximum de bonnes impressions sur ses ‘victimes’. Se séparant de quelques centimètres de la délicieuse personne qui venait de l’accoster de façon tout à fait spéciale, il s’allongea un peu plus sur le tatami et laissa sa tête basculer en arrière afin que l’effet de la boisson se dissipe un peu plus vite. Mais rapidement, alors. Il n’était pas question de donner mauvaise impression à cette douce créature. Redressant donc son visage et apparaissant à ses yeux presque défoncé au possible, il passa une main sur son visage, cachant pendant quelques secondes ses pupilles d’une couleur aussi étrange que les nuages se troublant au brouillard dans une vallée inconnue. Laissant ses lèvres parler et s’exprimer pour lui, il accompagna quelques agréables paroles couler avec un mignon petit sourire.

Devrais-je comprendre que toute personne étant de Kumo est un ange ? Si chaque personne vous a en égal, ce sera en effet le cas.

Se cabrant pour reprendre un attitude digne et normale, il passa sa main dans ses cheveux déjà en bataille et les ébouriffa derechef, il la fit ensuite glisser dans son coup pour retirer d’un coup soudain et surprenant les écouteurs qu’il portait autour de la nuque et d’où s’échappait une musique douce et claire. Il fit comme une vague avec son bras et d’un rapide sursaut, un étrange boîtier noir effectua un jump en dehors de sa manche pour atterrir dans sa main. Le tournant dans sa paume, il appuya sur un petit bouton, pour croiser les bras et ranger l’instrument qu’il portait continuellement pour chacune de ses activités dans une de sers manches-poches. L’un de traits bien étranges et tout à fait amusant de ce jeune homme qui ne pouvait faire que très peu de choses sans musique dans les oreilles pour le contrôler ou bien pour calmer ses pensées. En attendant, la douce mélodie qui avait pu envelopper ses intentions pendant quelques secondes venait maintenant de s’éteindre des épais baladeurs qui reposaient maintenant sur ses robustes épaules. Passant les mains derrière son cou et les agitant afin d’arranger sa coiffure quelques secondes, il resserra son uniforme blanc et se remit les idées en place. Lorsqu’il reporta de nouveau son attention vers la splendide créature qui l’avait abordé, il ne réagit que peu face à l’arrivée du patron qui offrit sans vraiment attendre deux bouteilles de saké. Avec un air réjoui et agréable, de surcroît. Cette douce demoiselle était elle donc habituée à se plonger de pareille façon dans l’alcool et dans la boisson forte ? Sans vraiment vouloir penser à cela, Arane ne pouvait qu’en être gêné et attristé. Pourquoi diable les plus grandes beautés de ce Bas Monde devaient elle être proies aux maux les plus bas. De mauvaises pensées comblèrent en peu de temps l’esprit de notre ami Shinobi, et il ne put s’empêcher de penser à l’un de ses amis. Mais préférant ne pas laisser transparaître sa mélancolie, il leva la tête avec une belle petite mine et s’appuya légèrement contre le mobilier où se tenaient donc maintenant deux coupelles et deux alléchantes, un air satisfait et presque ravi de plus bel. De nouvelles bouteilles, une ravissante jeune fille et un patron super à l’aise. La journée allait vraiment être …succulente, à vrai dire, si le saké continuait à être ainsi.
Afin de ne pas paraître goujat, le ‘jeune’ Tashira revint à la question qui lui avait été posé un brin de temps plus tôt. Continuant à adopter un air tout ce qu’il pouvait y avoir de plus sympathique, il répondit donc de sa vois agréable et amicale.


Contentez-vous donc de m’appeler Gaijin, ma chère Mata, puisque votre précieux nom semble en être ainsi. Je viens d’une petite île dans l’Océan Est, que beaucoup nomment Mizu No Sato. Je suis ici en déplacement pour …disons, affaires ^^ . Et je suis ravi de pouvoir enfin connaître votre nom sonnant si doux à l’oreille des hommes.

Afin de ne pas couper la tradition qui venait de s’installer entre les deux nouveaux amis, il s’empressa de prendre une bouteille et d’en remplir les deux coupelles. En prenant une, il la leva jusqu’au délicat visage de son partenaire de conversation. Encore un peu de saké, peut-être, pour une jeune femme si gracieuse et si belle… .
Revenir en haut Aller en bas
Mata Hari
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 33
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 23/06/2008

Fiche Ninja
PV:
335/335  (335/335)
PC:
630/765  (630/765)

MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Ven 22 Aoû 2008, 16:45

Il en fallait peu pour que la tête de notre jeune shinobi commence à lui tourner, le sourire tracé sur ses lèvres s’intensifiait à chaque fois qu’elle regardait cette homme, prenait des teintes un peu niaises alors que ses joues prenaient elles d’adorable rougeurs sur ses belles pommettes. Encore une fois il venait la complimenter. Elle un ange ? voilà une bien étrange façon que de définir la jeune femme, certes elle était mignonne et spontanée mais est-ce que cela la rendait gentille et inquiète ou encore soucieuse des autres pour autant ? Les vrais anges d’aujourd’hui ce sont ceux qui ce sont tous ceux qui s'intéressent aux autres avant de s'intéresser à eux-mêmes et Mata n’était absolument pas comme ça. Ses envies, son « bonheur » primait toujours sur ceux des autres à leur dépend ou non car pour elle c’était ça être libre, faire ce que bon nous semble sans se soucier des répercussions qu’elles peuvent engendrer plus tard sur les autres ou encore elle-même car au final la belle ne se soucie pas vraiment d’elle non plus…
Elle l’observa attentivement comme éprise à chacun des mouvements qu’il offrait à ses yeux légèrement embués et enjoués par l’alcool qui lui montait doucement mais habilement et surtout durablement à la tête. Son délicieux minois s’approchant du sien afin de mieux le distinguer. Elle recula néanmoins d’un coup lorsqu’il bougea vraisemblablement un peu trop rapidement pour elle, des gestes habiles mais légèrement trop brusque pour la petite Mata qui observait sans réel intérêt l’appareil qu’il tenait en main mais aussi les écouteur prodiguant une musique qui n’était pas pour lui déplaire ni pour lui plaire. Le silence était la plus belle des mélopées à son oreille même si elle aimait tout autant d’autres sons beaucoup plus sensuels…

Mata était amusée de le voir ainsi passer ses mains dans ses cheveux déjà bien hirsutes par rapport aux siens impeccablement coiffés et arrangés. Il était plutôt distrayant comme homme avec ses petits mimiques, habitudes et à vouloir ainsi paraître si mystérieux à ses yeux. Cherchait-il tout bonnement à éveiller la curiosité de notre jeune kunoichi en cachant ainsi son nom ? Et bien si c’était le cas il serait content de savoir qu’elle était piquée d’intérêt et chercherait absolument à pouvoir offrir un nom à ce visage et ses beaux cheveux blonds pas coiffés.

« Gaijin-sama n’est pas un nom très flatteur… »

La jeune femme observa la coupelle qu’il menait vers ses lèvres, l’odeur de l’alcool enroba son nez et elle en prit une petite gorgée l’accompagnant de ses doigts frais. Elle n’avala pas le liquide, le gardant encore dans sa bouche et elle écarta la coupelle d’une main tendre. Son visage s’approchant de celui de son compagnon de table pour aller déposer ses lèvres contre les siennes. La paume de sa main droite venant se placer dans la nuque du jeune homme lui faisant légèrement basculer la tête en arrière alors qu’elle lui offrait un baiser sucré et alcoolisé, partageant en plus de sa langue un peu du doux saké qui imprégnait savoureusement sa bouche et ses lèvres.
Puis elle stoppa l’embrassade d’un seul coup, sa main quittant la nuque et son corps ne se penchant plus avec provocation sur le sien. Son petit sourire toujours sur ses lippes alléchantes elle passa sa langue dessus comme si elle guettait les miettes d’un met savoureux qu’elle venait de manger. Sa voix se fit plus mielleuse alors que ses belles iris brunes se figèrent sur les prunelles d’un gris doux et dur de cette homme.

« Je préfèrerai pouvoir donner une autre nomination sur… »

Elle déposa son index sur ses lèvres en souriant de plus belle, caressant légèrement et avec volupté les contours de ses dernières. Elle rit un peu en l’observant, n’analysant pas une seule minute tout ce que ces gestes pouvaient provoquer chez cet inconnu. Peut-être se révélait-elle un peu trop provocatrice mais après tout elle ne faisait que jouer comme elle l’avait fait de nombreuses fois et de cette façon il lui paierait du saké et elle oublierait de nouveau.

En buvant Mata offrait une certaine faille à son cœur et la mélancolie la menaçait parfois, ses yeux prenaient une teinte si triste… qu’on peinait à y voir la jeune femme qui jouait avec lui juste avant. Seulement avec un sourire on peut tout oublié et tout nier, alors sur ses lèvres fines et douces reprit place son éternel bonheur au goût âcre dont personne n’avait idée. Elle se releva légèrement et enjamba comme un félin la table pour aller s’installer en face de cet homme venu pour affaire comme il lui avait dit. Elle doutait cependant légèrement de ses paroles, il n’avait pas l’allure d’un marchant et si ce n’est ce genre d’homme elle ne voyait pas à quoi il pouvait faire référence en parlant de « faire affaire ».
Souriant toujours elle commença à s’approcher de la table, y déposant ses avant bras, les croisant doucement pour finir par y déposer sa tête tout en ne le perdant pas de vue. Son corps suivant le mouvement s’allongea lui aussi à moitié sur le tatami. Il ne lui manquait plus que les oreilles et la queue d’un chat pour qu’on lui donne le nom de félin. Elle était si petite que même en ayant les jambes totalement dépliées elle n’arrivait pas à gêner le passage, elle les plia cependant légèrement afin de se mettre plus à l’aise, ne le quittant pas des yeux comme un fauve observe sa proie caché dans les fourrés attendant le moment opportun afin de se ruer sur lui. Non pas qu’elle avait pareille intention mais plutôt qu’elle attendait de voir quel genre d’homme il était et de quelle façon il réagirait pour s’adapter ou non à elle. Peut-être fuirait-il, les hommes ne sont que des gros bébés après tout… Elle lâcha un doux soupir et lui laissa apercevoir son doux sourire qui ne perdait pas de cette aura bienveillante et attendrissant qu’elle lui offrait.

Pour tout avouer si Mata commençait à s’allonger comme un chaton sur les tatamis et à moitié la table c’est parce que sa tête lui tournait et qu’elle commençait déjà à peiner pour rester toute droite sans flancher sur un côté ou un autre. De même, elle avait changé de côté afin de ne pas s’allonger sur lui comme une masse totalement inconsciente de ce qu’elle pourrait provoquer. Le patron avait l’habitude de la retrouver dans cet état après tout il ne lui suffisait que de deux ou trois coupelles de saké pour finalement la mettre totalement K.O. comme à l’instant, il la faisait toujours ramener par son fils lorsqu’elle commençait à s’endormir. Elle n’était pas bien lourde et représentait un tout petit gabarit par rapport à n’importe qui d’autre se présentant à côté d’elle. Et son interlocuteur ne faisait pas exception à la règle. Un autre petit soupir, des yeux qui faiblissent mais ne quittent pourtant pas les beaux yeux gris comme un temps nuageux.
Elle se releva finalement, son teint plus coloré la rendait charmante et sa voix était toujours aussi agréable qu’une brise effleurant une joue par un temps de canicule. Elle se pencha légèrement au-dessus de la table pour ne pas lui imposer de parler fort par rapport à la distance à laquelle se trouvait notre kunoichi.

« Aurai-je le droit de le connaître ? »

Elle ne lâcherai pas l’affaire tout de suite, curieuse et envieuse de connaître quelque chose qu’on lui cachait volontairement. De toute façon il avait appris le sien donc il devrait bien lui avouer son nom à lui ou était-ce si important que cela qu’il reste un simple étranger, un inconnu à ses yeux ? Mata se connaissait, elle chercherait parmi les membres du village pour savoir qui il était et elle gagnerait.
Soudain son cerveau fit un petit tilt comme si elle venait de comprendre quelque chose, s’il lui cachait ainsi son identité et qu’il était si en affaire… c’était peut-être pour des raisons diplomatiques… Elle l’observa de nouveau sans montrer d’avantage d’intérêt, juste une petite lueur de malice dans ses prunelles comme si elle se sentait tout près de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Ven 22 Aoû 2008, 20:25

Il fallait avouer que la journée avait été longue en surprises. Ayant certes eu la bêtise d’interrompre un rendez-vous important pour la Chef du Village, il s’était alors décidé de se balader pour découvrir un Village tout à fait extraordinaire et très semblable au sien ; et pour finir, il se retrouvait face à face avec une demoiselle magnifique et très sociable, qui lui accordait, avec étrangement d’ailleurs, de son temps sans vraiment paraître avoir d’exigences. Ayant déjà bu de nombreuses coupes de saké, l’alcool devenait peu à peu part de leur corps, et on pouvait dire que pour certains, ou plutôt UN certain, son liquide céphalorachidien devenait peu à peu remplacé car le liquide incolore. Mais malgré ce degré d’alcool dans le sang, il était encore plus surprenant pour Arane de toujours être conscient de ce qui pouvait l’entourer. A la vérité, il s’étonnait lui-même. La dernière fois qu’il avait bu, c’était avec son vieux maître pour fêter sa nomination à son rang actuel. Et cependant, la seule chose dont il s’était souvenu de cette soirée, c’était pour commencer deux ou trois coupes de saké, et pour finir une longue et douloureuse série de coups de pieds et de poings, où son vieux maître lui avait appris à s’endormir bourré lors d’une fête. Evidemment, le point dominant de la soirée avait été un prodigieux trou noir dont il ne pouvait faire part à personne car plus rien n’allait ensemble. En attendant, en cette heure, il n’était pour sûr pas garanti de pouvoir se contrôler entièrement. En tout cas, si pour l’instant il n’avait pas besoin de se battre, il consommait un maximum de son chakra pour pouvoir contrôler le flux alcoolique qui faisait furieusement du kayak dans son système sanguin. Drôle d’utilisation, d’ailleurs.
En attendant, le soudain baiser que la jeune Mata venait de lui accorder avait eu de quoi le faire presque sursauter. Chose qu’il n’avait évidemment pas fait, peu surprenant pour quelqu’un qui se fait embrasser. Drôle également de ressentir le saké couler dans sa gorge en un tel moment, mais pas regrettable, car cela ne lui donnait que plus de goût. Apprécier ce doux moment qui prenait possession de sa vie pendant quelques secondes n’était que pur plaisir ; il n’y avait d’ailleurs pas assez de vocabulaire, quel que soit la langue, pour décrire ce moment aussi doux et désirable. La douceur des lèvres de cette chère kunoichi aurait calmé n’importe quel fou et les sensations qu’on pouvait y éprouver aurait rendu la mémoire à toute personne prétendant la perte de souvenirs. Comment raconter pareil délice, dans un instant qui est si court et qui pourtant paraît si long lorsque l’on en est le premier acteur. Combien de temps ce merveilleux rêve avait-il duré, trop tard. Cela était déjà fini, et la belle demoiselle se cabrait de nouveau, relevant le défi pour la suite. Elle semblait encore plus belle qu’auparavant, ses cheveux lisses et soignés presque en bataille la rendaient maintenant presque sauvage et farouche ; même sa stresse semblait vagabonde et ses pupilles brillaient d’une certaine malice qui ne l’a rendait qu’encore plus ravissante. Il resta assez admiratif sur le reste de ses mouvements, tous aussi élégants et gracieux qu’ils étaient. Mais il restait encore songeur sur sa demande. Elle souhaitait avoir un autre nom que l’étranger. Dommage, cela l’aurait amusé que l’on l’appelle comme cela un jour. Conformément à sa demande, il se grata la tête d’un air gêné et se rendit un gentil sourire afin de lui répondre.


Bon…Le surnom de Flèche de Glace vous suffit-il ?

La jeune femme, face à lui, s’installait de l’autre côté de la table, et s’allongeait sur elle de façon emportée et souple, prenant ses aises. Aucun doute, les effets de l’alcool devaient être encore importants sur elle ; et cette pensée amusa notre ami qui ne put retenir un petit rire joueur. Finalement, même si elle semblait souvent venir boire ici, assez pour que l’on lui offre deux bouteilles gratuitement et offertes par la maison, elle ne paraissait pas vraiment tenir aussi bien que cela. Un peu plus et il allait certainement devoir la raccompagner chez elle pour être sûr qu’elle dorme bien.
Mais sur le coup, il restait de nouveau étonné. Malgré le fait qu’il ait donné son surnom, celui que tous connaissaient à Kiri No Kuni, la jeune demoiselle semblait vouloir obtenir satisfaction à tout prix. Il ne pouvait cependant pas dire que la chose l’arrangeait. Au mieux, il aurait encore une fois dû donner son nom pour calmer les opinions. Au pire, la jeune fille devinerait son identité et changerait de caractère. Chose à laquelle il ne tenait plus du tout, car il aimait voir les gens comme ils étaient normalement, et non pas comme ils se transformaient par respect pour autre ou pour toute autre courbette. Seulement, s’il n’acceptait pas de répondre de son nom, elle risquait de ne pas plus apprécier que ça. Cherchant dans sa tête un moyen de s’en sortir pour s’en sortir, il n’entrevit presque pas son interlocutrice qui tentait de se lever malgré son état et qui se penchait vers lui pour lui parler. Cependant, craignant les effets de l’alcool, elle risquait une chute. Et bien que le tatami sur le sol soit agréable à la sensation des pieds, la table de bois, elle n’était pas garantie de lui faire du bien. Ne voulant pas attendre la réponse de savoir si elle risquait de tomber ou pas, il posa immédiatement sa main sur le bord de la table et plia un peu les genoux.
L’instant d’après, il se retrouvait derrière elle, la tenant par les bras solidement mais avec un doigté de gentillesse, s’assurant qu’elle ne tomberait pas. Il avait usé de sa vitesse pour prémunir sa nouvelle amie de tout bobo, mais maintenant, il n’avait fait qu’augmenter les soupçons sur sa nature. Bref, il n’y avait plus vraiment le temps de jouer les devinettes. Dessinant un fin sourire sur ses lèvres, et l’air assez gêné, il tenta d’être le moins bredouillant possible et se fondit tout aussi rapidement en excuses.


Désolé si je viens d’apparaître un peu brusque. Je ne voulais pas que vous vous fassiez mal. Puisque vous y tenez tellement, je suis Arane Tashira. Ne me faites plus de frayeur telle, Mata.

Un petit sourire attendrissant. Peut-être se contenterait-elle de cela. Avec un peu de chances, elle lui pardonnerait également son intervention quelque peu rapide et un poil déplacée.
Revenir en haut Aller en bas
Mata Hari
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 33
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 23/06/2008

Fiche Ninja
PV:
335/335  (335/335)
PC:
630/765  (630/765)

MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Ven 22 Aoû 2008, 22:54

Au-dessus de la table Mata allait poser le bout de son doigt sur le bout du nez du jeune homme lui faisant face, elle tanguait très légèrement mais semblait tout de même amusée par son propre état d’ébriété qui lui offrait une jovialité toute simple et naturelle comme elle savait les fabriquer. Son index s’avançant doucement vers le visage de ce drôle de personnage qui relevant sa tête vers elle bougea légèrement s’approchant presque d’elle mais à peine eut-elle cligné des paupières qu’il avait disparu. Ses yeux papillonnèrent très vivement alors qu’elle prenait une frimousse abasourdie, avait-elle trop vu au point de ne plus voir clair ? Seulement déjà derrière elle, la belle sentie une poigne rigoureuse sur ses bras menus sans pourtant provoquer de trace sur ses avant-bras. Surprise plutôt oui même beaucoup, tellement qu’en tournant la tête vers lui elle eue un vertige. Elle ne l’avait même pas vu bouger ! Elle ne savait même pas s’il était passé au-dessus de la table ou simplement à côté. Etait-elle déjà saoule à n’avoir qu’une médiocre perception ?! Non ça ne pouvait être le cas et puis réfléchissons qu’avait-il juste avant… ah oui « flèche de glace », il s’agissait bien la d’un surnom qui devait qualifier ses qualités à première vue physique.
Tout d’abord fortement surprise comme le témoignait son visage, un large sourire découvrant ses dents fendit d’un seul coup sa frimousse. Elle était comme une enfant totalement conquise et il faut bien avouer que l’alcool venait largement augmenter son état d’euphorie et les sentiments présent qu’elle ressentait. Puis le nom du jeune homme résonna à ses oreilles comme un délice, finalement il avait craqué au bout de très peu de temps, un simple baiser et connaissait son identité. Puis elle reprit comme son air tout à fait normal gardant toujours son sourire qui se faire plus doux et de sa petite voix toujours aussi savoureuse sembla rassurer les inquiétudes de ce dernier.

« Merci… Arane-kun. »

Elle se dégagea de l’étreinte qu’il exerçait sur elle, se retournant doucement la belle passa ses bras derrière le cou du jeune homme les faisant doucement retomber sur le sol. Elle a genoux le serrant tendrement dans ses bras, l’enlaçant avec une douceur certaine. Sa joue contre la sienne, les frottant l’une contre l’autre comme le ferait un félin affectivement. Puis elle relâcha son étreinte en soupirant doucement, souriant toujours, assise sur ses pieds presque trop heureuse d’avoir obtenu ce qu’elle recherchait. Ses mains étaient reposées sur ses cuisses mais cela n’allait pas durer car Mata n’était pas du genre à rester inactive en attendant de voir ce qui allait se passer et puis il venait d’attiser encore un peu plus sa curiosité. Un homme qui refuse au premier abord de révéler son identité, qui se dit en voyage d’affaire et qui fait d’une rapidité phénoménale… ça donne un bon petit cocktail à savourer.

Enivrer par l’alcool que son corps portait et se fichant des regards les observant peut-être Mata déposa ses mains sur le torse de son compagnon de beuverie le parcourant doucement tout en remontant vers son visage, lui offrant pour toute réponse la profondeur de ses yeux. Attrapant alors la mâchoire entre ses doigts fins et habiles, elle fit délicatement descendre son petit museau vers le sien. Elle frôla son nez du sien, le laissant ensuite glisser tendrement sur sa joue pour finalement aller tout près de son oreille. Son souffle doux et légèrement parfumé d’alcool venant caresser la nuque du jeune homme alors que son ton si attractif ne faiblissait pas en sensualité.

« Tashira-sama serait-il un shinobi en mission à Kumo… ? »

Mata pouvait se révéler d’une perspicacité toute particulière lorsqu’elle le voulait et qu’on lui offrait assez d’indice pour cela, or c’est ce que Arane venait de faire en très peu de temps et la jeune femme ne laissait en général échapper aucun détail. Sa main droite se perdant doucement dans le coup du ninja, l’autre sur son torse, elle eue un léger et adorable rire presque inaudible. Encore une fois elle s’amusait des situation qu’elle créait et celle-ci n’était tout particulièrement pas pour lui déplaire.
Tournant son visage elle déposa une bise tout ce qu’il y a de plus innocent sur la joue du jeune homme, n’éloignant de lui que son visage alors qu’elle se retrouvait assise entre ses jambes. Et avant qu’il n’est eu le temps de répondre ou non à sa question elle posa son index sur ses lèvres comme pour intimer de se taire. Encore un peu de saké il n’aurait vraisemblablement plus aucun secret pour elle.

Tournant légèrement son buste elle attrapa une des bouteilles de saké à laquelle ils n’avaient tout deux pas encore touché. Il semblait plutôt bien protéger contre l’alcool contrairement à elle, pour preuve, elle petit réservoir à chakra sur patte commençait à peiner de cacher le gouffre de cette essence dont elle disposait en grande quantité. Retournant son visage vers lui, provocante presque, elle secoua légèrement la bouteille. Elle porta cette dernière à sa bouche en bu une gorgée puis une autre plus petite qu’elle n’avala pas alors qu’elle reposait doucement la bouteille sur la table, de son index passant sur la gorge d’Arane, puis au niveau de sa glotte pour finalement se nicher sous son menton en le faisant légèrement avancer vers son visage. Lui offrant la loisir de s’abreuver à ses lèvres s’il le désirait alors que ses beaux yeux commençaient déjà à le plonger dans un abysse doucereux voir peut-être dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Sam 23 Aoû 2008, 03:03

Visiblement, son déplacement avait eu un effet assez surprenant sur la jeune personne qui, sous les effets de l’alcool, réagissait à présent de façon assez amusante. Sans vraiment savoir quoi dire, mais n’étant pas pour autant fâchée d’un mouvement aussi brusque et soudain, elle continuait plutôt à sourire de façon amusée, comme si tout cela ne l’avait pas vraiment étonnée. Il fallait dire que l’alcool avait certainement eu une force assez puissante sur elle, ce qui devait réduire sa perception des choses. Et plutôt que de repousser l’homme ou de paraître inquiète par sa réaction, elle préférait maintenant se tourner pour se retrouver dans ses bras et continuant à lui lancer cet éternel sourire, toujours aussi charmeur et envoûtant, qu’elle usait avec si peu de difficulté. N’importe qui serait tombé immédiatement sous le charme de cette petite fée du Pays des Nuages, surtout dans son état actuel. Mais pour Arane, qui était venu ici en ami, il n’était peut-être pas recommandé de faire de bêtise pour cette journée. Soudainement, ses yeux se plongèrent dans les siens et elle répéta son nom comme pour l’essayer. Il craint alors qu’elle ne connaisse son nom et sa réputation. Si elle réalisait quel était son rang et son grade, peut-être changerait elle alors complètement de comportement, chose à laquelle il ne tenait surtout pas. Attention, aucune pensée déplacée dans sa tête ! mais la simple envie de voir les gens comme ils étaient, avec leurs défauts et leurs qualités, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Chez cette chère Mata, il était indéniable que l’alcool était un défaut considérable. Mais il avait au moins l’avantage de la faire découvrir telle qu’elle était et non de présenter une personne montée de A à Z comme le faisaient tant de gens. Arane Tashira n’en faisait pas partie ; et quitte à en décevoir certains, même beaucoup comme pour son maître qui l’avait sans cesse rejeté pour ce qu’il était, il ne faisait qu’être heureux pour ce qu’il aimait être et ce qu’il montrait aux autres. Pour lui, pas besoin de colifichet ou de cachette dans laquelle on cachait son identité. Il ne dissimulait jamais sa personnalité, et au contraire, la mettait en avant devant tous sans hésiter ! La preuve formelle, avait-il cessé d’écouter sa musique dans ses hauts parleurs intégrés aux oreilles après avoir atteint le sommet de l’échelle hiérarchique de Kiri No Kuni ? Même le Conseil des Sages avait dû se faire à cet aspect de son identité, au grand damne des anciens radiaux d’ailleurs.
Pour ce qui était de l’instant présent, il n’avait pas vraiment grand-chose à faire ; la jeune kunoichi semblait d’ailleurs bien entreprenante. Mais pourquoi ne pas laisser la chose couler pour voir où elle mènerait ? La vie n’était elle pas faite d’imprévus ? Soulagé de voir qu’elle ne faisait que répéter son nom pour voir quelle texture il avait, il se laissait couler comme une petite rivière de montagne jusqu’au tatami, et se contenta de sentir sur l’heure la présence de la jeune shinobi qui se faisait de plus en plus osée. Il fallait avouer que l’introduction par ce baiser bien étrange était toujours gravée dans la mémoire de notre ami. Il semblait que la Flèche de Glace avait percée la curiosité de quelqu’un. Rapprochant son visage au sien, leurs délicats minois se touchèrent avec douceur, et leurs visages passèrent l’un à côté de l’autre, partageant ensemble une agréable odeur de saké qui envahissait leur peau toute entière. Elle se glissant à son oreille, lui surfant sur la magnifique peau douce et claire de ses épaules, elle lui posa une question qui navigua sur les ourlets de son oreille. Mais lui était presque ailleurs, car il palpait maintenant de son pouce et de son index droit la délicate chevelure qu’arborait avec grâce et magnificence la belle Mata, la sublime Shinobi de Kumo No Kuni. Cette texture si douce dans ses cheveux, cette couleur si unique. Son toucher dans sa paume et les frissons qu’il en tirait. De cette sensuelle expression féline et attendrissante, des images percutèrent sa mémoire et le frappèrent de douleur. Il fit comme un sursaut en arrière, mais face à lui ne restait que la jeune kunoichi, qui posait avec malice et un rictus coquin sur ses lèvres un index sur ses lèvres pour l’intimer de ne rien dire. Portant alors auprès d’eux une bouteille pleine de saké, elle l’agita et agita quelque peu la bouteille comme pour attiser le feu ardent de l’alcool passionnel du jeune guerrier qu’elle semblait vouloir séduire.
Souriant à ce geste, Arane se fit une réflexion et même une raison. C’était vrai ; pourquoi diable rester sur le passé et ne pas avancer vers le futur, comme il l’avait toujours fait jusque là. Cette jeune femme lui permettrait peut-être de s’amuser et donc d’oublier davantage ces souvenirs et ses mauvais rêves. Admirant cette magnifique créature buvant le liquide si précieusement gardé entre ses mains, il la vit agiter un doigt sur son corps, ayant posé sa main à la peau si attirante sur son poitrail. Ayant jusque là conservé ses mains derrière comme pour le soutenir, et ayant maintenant la jeune beauté fatale sur ses genoux, il émit un rapide sourire angélique et se fournit un petit élan pour se rapprocher et se stabiliser dans sa position. Passant une douce main dans le dos de la jeune demoiselle et caressant sa joue du dos de sa main gauche, il laissa ses lèvres épouser les siennes et apprécier cette douceur nouvelle, alors que le liquide coulait en faible quantité dans sa bouche, lui procurant un léger frisson qui lui parcourut le système sanguin pour avertir le flux de saké précédent que la relève arrivait. Laissant ce nouveau baiser s’éterniser, il laissa sa main glisser le long de son dos et la rapprocha un peu de lui, pour s’assurer que la moindre goutte de la liqueur ne lui échapperait pas. Il pouvait maintenant sentir les belles rondeurs de la jeune demoiselle contre lui, ne fit qu’en apprécier davantage cette journée. Et sa main glissa de nouveau dans ses cheveux… .
Il mit fin au baiser avec un sourire presque gêné aux lèvres. Devant ses yeux, un portrait vint le percuter de plein fouet. Et devant l’apparition d’une jeune femme aux longs cheveux noirs, il ne put que sembler des plus désemparés. L’expression sur son visage venait brusquement de se transformer. Passant maintenant une main sur sa face, il posa une nouvelle main dans son dos comme pour le soutenir.


Seigneur, je voudrais bien une bouteille d’eau des montagnes, si cela est possible.

De suite, mon ami.


En peu de temps, une bouteille au liquide couleur cristal fut laissée au bout du tatami, à une portée de bras de là. Et Arane l’attrapa d’un petit geste sec pour en boire une légère gorgée. Se tournant de nouveau vers sa jeune et belle amie, il lui offrit un nouveau sourire comme pour s’excuser d’avoir triché en buvant de l’eau pour couper légèrement les effets de la boisson dont il avait déjà abusé auparavant. Prenant lui-même la bouteille de saké que notre jeune Mata avait jalousement conservé pour elle, il la porta à ses lèvres et en avala goulûment une gorgée, en gardant une seconde dans sa bouche. Passant son doigt sur le goulot de la bouteille, il l’imbiba du fameux produit et laissa ce doigt glisser avec tendresse et défi sur les délicates lèvres de la Shinobi. Une provocation ? Une invitation ? Un moyen de se faire pardonner pour sa retraite de quelques secondes dans l’eau minérale ? D’un air malicieux, il n’oublia à pas de répondre à notre délicieuse amie.

Et si j’étais effectivement en mission, que feriez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Mata Hari
Juunin de Kumo
avatar

Nombre de messages : 216
Age : 33
Village : Kumo no kuni
Date d'inscription : 23/06/2008

Fiche Ninja
PV:
335/335  (335/335)
PC:
630/765  (630/765)

MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Sam 23 Aoû 2008, 05:25

Finalement Arane ne rechigna pas le nouveau baiser qu’elle lui proposait à quelques centimètres à peine de sa bouche, la sienne. Il s’en approcha doucement et pourtant on pouvait lire et sentir dans ses gestes l’avidité avec laquelle il contemplait ces lèvres si charmantes qui s’offraient à lui. Il prolongea le baiser à son plus grand plaisir, profitant du goût fort et sucré de la langue du jeune homme qui valser avec une certaine sensualité contre la sienne, se frôlant, apprenant à se connaître, se goûtant… Leur joute alléchante se ponctuant de délicates caresses se nichant dans le creux de son dos, effleurant délicieusement sa joue avec une douceur peu commune. Elle eut presque de la peine lorsque le baiser pris fin et s’il n’avait pas mis sa main devant son visage comme en proie à une puissante migraine elle se serait sûrement de nouveau jeter sur ses dernière afin de les savourer encore un peu, elle cru presque distinguer une douleur tout autre sur sa frimousse mais se chargea d’oublier cette idée qui lui paraissait grotesque. Elle n’était plus vraiment en mesure de pouvoir vraiment réfléchir posément et d’avoir des réflexion pertinente à présent. Son cerveau se laissait doucement aller par l’alcool enrobant ses veines et coulant chaleureusement dans son sang.

Les mains du ninja quittèrent son corps, l’une se plaçant dans son dos afin de ne pas tomber en arrière avec maladresse, l’autre cachant son visage avant qu’il ne finisse par se saisir d’une bouteille d’eau qu’il venait de commander au gérant. Il ne tenait donc pas beaucoup l’alcool ? Le sourire de Mata se traça de nouveau sur ses lèvres alors qu’elle venait s’imaginer des choses totalement n’étant pas des plus innocentes, mais la jeune femme à défaut de pouvoir satisfaire son esprit d’amour le satisfaisait des plaisirs de la chair. Là était la seule chose réellement capable d’accorder à son esprit torturer le calme et le bonheur apparent de son adorable visage si charmeur.

Le doigt humide qu’il déposa sur ses lèvres chaudes et donc maintenant mouillées la surprit quelque peu, son regard se posant de nouveau sur lui après s’être perdu au loin dans ses pensées. Elle entrouvrit alors la bouche laissant l’index d’Arane entrer dans sa bouche et y déposant un petit coup de langue, le fixant avec une certaine intensité le laissant langoureusement ressortir d’entre ses adorable lippes attrayantes.

« Je te dirai que tu as des biens étranges manières pour effectuer une mission… »

Encore une fois sa voix coulait de sa gorge comme un affreux et séduisant liquide. Elle se rapprocha de nouveau de lui, s’appuyant de ses mains sur son torse. Son nez frôlant le côté du sien pour venir caresser sa joue. Elle fixait tour à tour les iris si gazeuses de son interlocuteur comme subjuguée par ce qu’elle essayait d’y déceler.

Un nouveau sourire sur son doux visage enfiévré par l’alcool mais tout autant par le corps qu’elle surplombait Mata déposa sur la joue du shinobi une délicate bise du bout de ses lèvres, descendant languissamment vers sa bouche elle pouvait humer l’odeur si agréable du saké à peine ingurgiter. Une fois sur ses dernière elle y déposa une dernière bise. Puis sa langue s’échappant d’entre ses dernières lécha les dernières gouttes se trouvant sur celle du jeune homme avant de finalement s’y introduire avec volupté et douceur. Elle n’avait pas besoin de forcer le passage, il n’attendait que ça, il l’y invitait et elle faisait de même depuis tout à l’heure.
La jeune kunoichi aimait d’avantage ce genre de relation où son compagnon était absolument réceptif à tous ses mouvements vers lui. Elle repensa à Kenji qui ne restait muet et abasourdi devant ses baisers si doux, qu’il était amusant… puis elle se remémora ses dernières paroles pour lui. Elle stoppa son baisser et une mèche tomber devant ses yeux afin de les cacher tandis qu’elle venait coller son front bouillant contre le cou du jeune homme visiblement fatiguée.

« Tashira-sama… »

La jeune femme était brûlante de fièvre et ce n’était sûrement pas l’alcool qui était complètement responsable de cet état de cause, elle avait bien éternué juste avant de commencer à ainsi jouer avec lui. Mata était du genre à se cacher elle-même sa constitution physique si faible préférant paraître toujours au mieux de sa forme devant les autres mais l’accumulation de fatigue ainsi que l’alcool ainsi ingurgité ne l’aidait pas vraiment.
Ses poings serrés contre l’habit du jeune homme se délièrent progressivement du kimono, son corps perdant de sa raideur pour laisser place à la souplesse et la mollesse dont il était capable. Elle commença alors à s’affaisser pour finalement tomber sur sa droite, les yeux clos. Sa respiration était quelque peu violente tandis que la transpiration de son front n’assurait pas un bon état physique. La pauvre chérie avait finalement attrapé froid avec la tenue qu’elle portait à longueur de journée sans se soucier plus que ça du froid de dehors. On aurait pu la croire tout simplement endormie sur le tatami si elle n’était pas parue en si mauvais état…
Revenir en haut Aller en bas
http://sanctuary-no-teki.forumsactifs.com/dossiers-de-kumo-f172/
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Sam 23 Aoû 2008, 07:17

Un doux moment encore à passer entre ses deux ou trois embrassades. Comment ne pas savourer ce genre de plaisir qui peut se révéler parfois si unique au monde ? Et le sourire charmeur d’une demoiselle qui semblait bien étonnante de minute en minute. Mais malgré son comportement farouche et attirant, notre homme n’y voyait pour l’instant que la beauté d’une femme et la gentillesse d’une personne qu’il chérissait maintenant beaucoup. Ce n’était pas seulement une jeune femme qu’il venait de rencontrer il y avait moins d’une heure ; tous deux semblaient comme en symbiose, ayant les mêmes gestes et ne bougeant que d’un seul corps. L’échange dans les coupelles de saké le prouvait, et le lien qu’il avait tissé avec elle maintenant était quand même assez intense. La jeune femme se penchant sur son buste, et s’y appuyant de ses mains, la douceur qu’il pouvait ressentir de ses mains était si intense qu’il les aurait mangés sans même poser de question. Cette gentillesse qu’il éprouvait dans chaque geste qu’elle faisait à son encontre, qu’il s’agisse de caresses, de doux baisers aux délicieux goûts d’amande ou d’alcool, ou de petites questions et réponses qui ne faisaient que susciter son intérêt pour cette jeune personne. Où la route finirait-elle, c’était une bonne question ; même si dans ce genre de schéma, il n’y avait pas beaucoup de possibilités de changement de plan. Et la chose, qu’Arane avait quelque peu facilement deviné, ne lui déplaisait certes guère. Bien évidemment, il tentait de réfléchir au pour et au contre aussi bien que possible ; entretenir aussi rapidement une relation quelconque qui s’avère trop proche avec une jeune femme du Village, qui plus est une Shinobi de Kumo No Kuni, n’était-il pas source de risques pour notre ami qui était venu en mission diplomatique ? Malheureusement, pas facile pour lui de réfléchir maintenant vu son état et vu le niveau d’alcool qu’il avait certainement dans le sang.
Il ne put qu’oublier ses pensées actuelles lorsqu’il sentit l’extrémité de son doigt glisser avec douceur sur les lèvres de Mata, la langue de celle-ci ne s’attardant pas longtemps sur son index. Retirant son doigt avec lenteur, il lui sourit et lui accorda un petit baiser rapide pour la complimenter sur ce petit geste. La voix délicieuse de notre jeune demoiselle s’éleva, pas bien forte, mais chargée en douceur et avec humour. A sa réponse, il ne put s’empêcher de ricaner ; un rire gentil, aimable, où il manifestait sa joie et son bon plaisir.


Ma belle Mata, tu as vraiment de magnifiques répliques. Tu es vraiment adorable, tu sais …

Elle était si belle comme ça. Et alors qu’elle rajoutait quelques caresses, il ne put s’empêcher de glisser un petit bisou romantique au creux de son oreille. Comment se faisait-il d’ailleurs qu’il n’ait jusque là jamais songer à se marier ? Les filles le fuyaient-elles ? Ou bien était-ce lui qui ne s’était jamais pardonné le passé ? Certainement un peu des deux. Après tout, la poisse parfois pouvait avoir de bien étranges répercussions sur la vie d’un homme. Mais qui sait…peut-être la quittait-il un jour pour aller gêner la vie d’un autre et le libérer de ses souffrances ? Cela était probablement l’opportunité de Arane Tashira de se séparer de cette malédiction qui le poursuivait depuis 4 ans.
La belle femme posa son front sur le torse de notre jeune ami, et peu à peu se laissa glisser, la sueur qui l’huilait l’accompagnant dans sa chute sur le tatami, lente et progressive. Si étrange et presque mélodramatique que le Mizukage mit un certain moment pour réaliser que la jeune femme n’allait à la vérité pas fort. Avant même qu’il ne le comprenne, la Shinobi de Kumo se trouvait allongée sur le tatami du troquet, n’ayant prononcé que deux faibles mots à peine audibles. Secouant sa crinière de lion, Arane tourna la tête vers celle qui l’avait jusque là si bien accompagné dans sa journée. Fronçant les sourcils, il la contempla les yeux fermés, ses cheveux en partie rabattus sur son visage d’ange et s’évadant sur le sol, comme pour tenter d’attraper une issue de secours. Il ne fallut finalement que peu de temps pour le Shinobi de Kiri No Kuni pour réagir ; après tout, il connaissait cette situation, puisque c’était souvent lui que l’on ramassait à la fin des soirées ou des fêtes. Il savait donc aisément reconnaître les symptômes. Jurant un clair « Et merde », il secoua de nouveau sa tête comme un possédé, et se dressa de sa lourde masse, titubant un peu jusqu’au comptoir, où le patron était arrangé à nettoyer des coupelles où avaient bus d’autres usagers. Se dirigeant vers lui et s’accrochant désespérément au tableau, il fit une petite frayeur à notre aimable patron, qui l’observa d’un œil surpris et inquiet. D’une voix balbutiante et vibrante d’alcool et de souci, Arane s’adressa à lui avec ce qu’il avait comme restant de voix après tant d’émotions.


Rebonjour, l’ami. Je te propose un marché tout ce qu’il y a de plus honnête ; tu me colles un pain sur l’heure et tu me verses ensuite de l’eau sur le visage pour me ranimer si besoin, et je double le tarif des bouteilles de saké qui viennent d’être posées sur cette table.

Avant même qu’un marché semble conclu, une masse brutale et violente s’abattit sur son visage, s’enfonçant vers son œil et l’assommant d’un coup comme un nain que l’on écraserait avec une montagne. Notre ami kirien ne prit même pas le temps de comprendre que le barman était d’accord, il recevait déjà un poing capable de le renvoyer auprès de Mata. S’affalant de tout son poids sur le tatami, il grogna de douleur et de surprise. Et il se promit d’éradiquer toute personne osant dire que l’alcool réduisait les sensations et donc aidait à ne plus avoir mal en cas de blessures. Ou bien le patron venait de se saisir d’une masse pour accomplir sa requête. Retombant donc lourdement contre le sol et sa tête heurtant violemment le tatami sur lequel juchait déjà Mata Hari, il n’eut même pas le temps de perdre connaissance qu’il recevait déjà une quantité d’eau assez glaciale sur le visage pour en invoquer des morts. Hurlant sous la sensation étrange et désagréable du froid externe comparé à la chaleur interne qu’il avait à cause du délicieux saké qu’il avait tant bu, il trembla quelques secondes, puis, observant Mata, il secoua la tête comme un vulgaire chien pour jeter l’eau ailleurs, ne pouvant empêcher quelques gouttes de retomber sur le front de Mata. Mais au moins, il était parvenu à atteindre ce qu’il recherchait : il lui faudrait un bon moment avant d’être de nouveau pris par l’alcool. Se retournant rapidement tout en remerciant le patron qui ne saisissait toujours pas cette étrange demande, il se pencha vers la jeune kunoichi pour écouter son cœur et constater qu’elle n’allait pas très bien. Le patron percutant enfin sur la manœuvre, il s’empressa de partir et de revenir avec une serviette froide. Il la passa à Arane qui la déposa avec délicate sur le front de sa compagne d’un jour, essuyant la sueur et changeant de côté pour que la serviette trempée fasse baisser la température. Vérifiant son pouls, il vit qu’il était toujours irrégulier, mais se faisant déjà un peu plus stable. Ne voulant pas vraiment attendre, il ne lui en avait pas fallu beaucoup pour comprendre que la tenue de la jeune demoiselle n’était pas des plus appropriées par les temps qui couraient au galop. Réfléchissant autant qu’il le pouvait, il se tourna vers le chef de l’établissement.

Vous savez où elle loge habituellement ?
Evidemment, c’est mon fils qui la ramène quand elle est dans cet état. Prenez à droite, tout droit, prenez le sentier en terre battu, et passez devant toutes les maisons. La maison de Mata se dessine après un tout petit bois derrière des grand mur de pierre.
Merci, mon ami. Je suis une connaissance à elle. Je repasserais demain pur payer votre dû, comme promis.
Bon, ok. Vous avez l’air réglo, prenez-en soin !


Chargeant en très peu de temps la belle demoiselle sur ses épaules, il prit la direction de la porte, et salua de façon très élégante malgré sa charge sur le dos, le patron qui avait prit la peine de l’accueillir et de lui laisser la porte ouverte. Tout cela sur un beau sourire. Sortant de l’établissement, il fallait en fait avouer que ce jour n’était pas génial. Sous un coup de foudre qui sembla ne pas frapper loin, et éblouissant le ciel de son trait lumineux et divin, il prit alors conscience qu’il pleuvait. C’est pas vrai ! En fin de compte, la poisse ne l’avait pas vraiment quitté pour ce jour. Soufflant de désespoir et réfléchissant à deux fois sur la meilleure chose à faire, il se résolut à faire ce pour quoi il n’aurait vraiment rien voulu faire. Mais il s’agissait d’un cas d’urgence, il fallait l’admettre. Réalisant une série de signes à une main, et croquant son pouce, il ouvrit brusquement son kimono, laissant la pluie battre son corps musclé de ses gouttelettes d’argent, et il plaça le pouce ensanglanté sur un tatouage qui se dessinait sur son bras au niveau du bas de l’épaule droite. Plaçant cette marque entre les crocs de l’animal, il frappa soudainement le sol tout en conservant son amie sur son dos ; mais la pluie se faisait plus forte. Quelle merde ! Le sceau d’invocation ne tarda pas à se tracer sous ses pieds et face à lui, dans un fin nuage de fumée, un épais animal blanc aux pattes épaisses et au regard perçant apparut, grognant à la vue de son invocateur.

~~ Qu’est ce que tu me veux, Arane ? C’est vraiment important ? ~~
Tu dois porter cette jeune femme, Ookama…
~~ ET PUIS QUOI ENCORE ! CHUIS PAS UN TAXI !! ~~
Je me battrais sans mon épée Toushuu la prochaine, ok ?
~~ Trop simple comme marché, ça, mon gars ! Tu me prends pour un louveteau ? ~~
Alors, sans utiliser de Jutsus ?
~~ Ca marche déjà mieux comme ça. Charges là et bouges-toi, crétin d’humain… ~~


Posant délicatement Mata sur le dos d’Ookama, il tâcha de ne pas trop la brusquer. Si elle était malade, lui donner des bleus ne serait pas d’un grand réconfort en prime. Reculant de deux pas, il regarda le convoi. Mais la pluie battait toujours son plein, et la chevelure bleutée de la délicieuse personne était maintenant entièrement trempée. Son corps ne tardait pas à en faire autant. Soupirant, Arane savait qu’il n’avait pas le choix, et d’un air tracassé, il prit son kimono et le tira d’un sec après avoir légèrement desserré sa ceinture, jetant le vêtement sur elle et l’entourant de sa ceinture épaisse et bleu brun, la ceinturant à la Créature Sacrée qui grogna sur le coup, mais qui avait maintenant toute son attention portée sur l’homme. Il ne lui restait presque plus rien, si ce n’était un habit qui ressemblait fort à un tablier de forgeron, de couleur noir-cuir et qui descendait jusqu’à ses chevilles, de même style derrière mais restant ouvert sur les jambes dans le côté. Il était même pied nu !

~~ Arane, qu’est ce que tu fous !? ~~
Qu’est ce que t’attends pour courir ? Allez, suis-moi !
~~ Mais tu sais, c’est dingue comme t’as l’air con comme ça ! ~~


lui envoya l’animal en lui courrant après dans les rues flottées du Village Caché des Nuages.
Revenir en haut Aller en bas
PNJ Kiri
Admin
avatar

Nombre de messages : 1167
Village : Kiri 4ever!!!
Date d'inscription : 30/12/2008

MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   Ven 03 Sep 2010, 17:17

Citation :
~~ Intervention d'un Membre du Clan des Dieux ~~

¤Evaluation¤


Voila 5 beaux posts que je me suis bien plu à relire. Une belle orthographe et une très bonne syntaxe. Des évènements aussi provocateurs qu'intriguants et délirants. Oui, franchement, ce RP m'a bien amusé! ^^

Vous recevez donc tous les deux 12 Points ! Bien joué et bonne continuation pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous une coupelle de Saké...[Entretien]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sous une coupelle de Saké...[Entretien]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Centre Ville-