AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Armurerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Armurerie   Dim 13 Juil 2008, 12:34

Depuis son départ de l'académie, Okita ne pouvait plus pratiquer le kendo pour plusieurs raisons, la plus importante, c'est qu'il n'avait pas d'arme pour pratiquer. Il pouvait bien sûr s'exercer avec une simple branche en bois mais les sensations n'étaient pas les mêmes. Le poids, l'équilibre et la forme restaient différentes d'un véritable katana ; aussi il risquait de déformer les mouvements qu'il avait mis si longtemps à apprendre en utilisant ces substituts.
Mine de rien, le jeune chuunin s'était habitué au contact d'un sabre au cours de son entraînement et plus que tout, ce contact lui manquait. Alors par une belle matinée, il sortit résolu de la maison familiale et partit acheter un katana à l'armurerie du centre-ville de Kumo. D'un pas rapide et décidé, il se rendit dans la boutique et c'est avec conviction qu'il ouvrit la porte.
Le commerçant l'accueilli avec un sourire, Okita lui rendit son salut amical avant de se plonger dans les vitrines.

Le magasin avait tout ce que pouvait désirer un shinobi aussi le jeune homme mit du temps à trouver ce qu'il cherchait. Il parcouru les étals de shurikens à tout allure, s'arrêta quand même devant les équipements de protection mais devant les prix et son faible pécule de deux mille cinq cent ryos, le ninja préféra se concentrer sur l'objet de sa visite, les katanas.
Lorsqu'enfin il parvînt devant la vitirne où était disposé les armes, il déchanta. Il n'avait pas, pas encore, les moyens de se payer de telles lames. Le prix le plus bas était à cinq mille ryos, deux fois ses économies actuelles.
Okita resta longtemps interdit et il dut retenir des larmes d'impuissance tellement il s'était persuadé de pouvoir s'offrir un tel cadeau.
Il réfléchit rapidement à une solution lui permettant de contourner le problème du prix mais personne dans ses connaissances ne pouvait lui avancer une telle somme d'argent. Sa famille en aurait certainement eût les moyens, mais le chuunin se disputait depuis des mois avec ses parents sur leur conception du nindo. Le jeune homme voulait être en mesure de se battre alors que son clan prônait la voie de l'esquive et du soin. Bien que les frictions n'avaient jamais entraîné les Gen'ei a élevé la voix, Okita n'ignorait pas que son père désapprouverait son projet et refuserait de participer à l'achat d'un katana.
Une dizaine de minutes plus tard, il était toujours en train de rêver devant les armes quand son attention fut attiré par un rayon de soleil taquin qui se reflétant lui tapa dans l'œil. Il tourna la tête pour découvrir le plus beau katana qui lui fut donné de voir. La lumière s'était réfléchie dans la lame finement travaillée et polie comme un miroir. En un clin d'oeil, Okita compris qu'il se trouvait devant une arme d'exception. Malheureusement, le prix aussi l'était, quinze mille ryos ; inabordable pour lui et ses revenus actuels. Hypnotisé par la qualité de l'ouvrage, le jeune homme ne pouvait le quitter des yeux. Il cherchait à observer la lame sous toutes les coutures afin de graver l'image dans sa mémoire quand, brusquement, aussi rapidement qu'il était tombé sur le katana, il découvrit l'écriteau :

Danger, cette lame d'exception ne peut être portée que par des maîtres. Débutant s'abstenir.


Intrigué, le ninja se demandait les raisons d'un tel message, en fouillant la vitrine du regard, il découvrit l'explication :

L'équilibre et le tranchant de ce katana en font une arme extrêmement dangereuse pour l'ennemi mais aussi pour son porteur, qui, s'il ne dispose pas d'une maîtrise suffisante, peut se blesser gravement.


Instinctivement, Okita comprit le message. Il avait pratiqué pendant plusieurs années et l'un des commandements des sensei était de toujours se méfier de sa propre lame surtout en combat. Un adversaire attentif pouvait toujours trouver une occasion de retourner l'arme contre son porteur aussi mieux valait ne pas lui faciliter la tâche et rester concentré.
Au bout d'une heure, le chuunin, resté admiré le katana, se décida à bouger. Il fit quelques pas et trouva une vitrine avec, à l'intérieur, des objets dont le coût correspondait à ses économies : les wakizashis.
Le shinobi soupira, il aurait préféré s'offrir un meilleur cadeau mais tant pis. Il devait absolument s'entraîner et faute de mieux, le petit sabre ferait l'affaire.
Il tourna pendant quelques minutes autour de la vitrine puis se décida pour une arme à manche noir et la garde de la même couleur avec une lame mat. Il demanda au marchand s'il pouvait le tenir en main et après quelques mouvements, son choix était fait.
Il passa devant l'armurerier et déboursa les deux mille ryos demandés. L'homme lui donna l'arme et Okita le passa immédiatement à sa ceinture. Le jeune homme se sentit aussitôt mieux comme si l'arme occupait un peu du vide laissé par les doutes qui le rongeaient.
Revenir en haut Aller en bas
 

Armurerie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KumoKumo :: Centre Ville-