AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Lun 30 Juin 2008, 16:46



Spoiler:
 


Guerres, luttes, morts… C’étaient là des thèmes qui étaient toujours de mèche avec la dure et périlleuse carrière d’un Shinobi. Et afin de limiter cela ou bien de s’assurer que ces facteurs seraient sous son contrôle dans son propre Village, Arane Tashira avait déjà prit la lourde décision de devenir Mizukage de Kiri No Kuni, le Village Caché de la Brume. Il devrait désormais veiller à la sécurité, à la paix, à la justice et à l’action de ses hommes. Ce rôle, il l’avait endossé avec sérénité et assurance, mais le lourd poids des institutions lui avait rapidement rappelé à quel point le corps humain était fragile. Il avait dirigé les troupes, avait du se soumettre à l’évaluation de ses hommes, réunir les Oi-Nins pour lancer la traque des Déserteurs perfides du Village ou même des autres Pays afin d’assurer la puissance tout comme la sécurité de Mizu No Sato, et devait maintenant se précipiter vers l’Académie Ninja où deux Shinobis au rapport lui avaient rapportés des mouvements anormaux. Inquiet, soucieux, Arane Tashira n’était pas du genre à laisser les évènements arriver, car là encore, ils n’étaient pas sous son contrôle. Il avait donc pour habitude de se rendre sur place afin de voir s’il pouvait porter secours à qui que ce soit. Après avoir testé Nadiro et rejoint son bureau où il avait reçu plusieurs rapports sur les dernières activités du Village et du Monde, il avait convoqué des représentants marchands qui souhaitaient obtenir un accès pour le marché des pêcheurs. Après avoir signé un accord commercial qui serait avantageux pour Kiri No Kuni, le brave Mizukage avait donc été informé de ces activités suspectes dans le Bas-Village. Ce qui l’avait alarmé d’autant plus, c’était les informations comme quoi des Shinobis de Kiri se rendaient sur place pour constater de la chose.
Ayant appris cela, notre homme s’était empressé de se saisir de son casque à musique ainsi que d’un vêtement lourd, tout en crachant un juron, sous la crainte d’apprendre de mauvaises nouvelles. S’étant jeté en dehors du Temple, il avait effectué un bond gigantesque, atterrissant lourdement sur un toit de maison et se précipitant sans attendre, le vent frappant violemment son visage, pendant qu’une musique de l’une de ses récentes découvertes, Linkin Park, lui mettait de plus en plus de pression, lui faisant ainsi accélérer le pas. Ses bras en arrière, son corps penché dangereusement en avant, son visage gravé sur l’aspect du sérieux et de l’anxiété, il redoubla de vitesse, volant entre les toits, comme pour marcher sur les nuages et surfer sur la Brume ambiante de Kiri No Kuni. Quelle était cette sensation ? Généralement, il avait confiance en ses hommes. Il les savait capables et animés d’une férocité de combattre pour défendre cet endroit qui les avait vu naître. Mais il ne pouvait pas rester là à attendre la conclusion des choses. Il avait reçu la charge de défendre chacun des hommes qui vivraient, tant que sa musique serait jouée. Sautant d’un toit pour marcher le long d’un mur, puis réaliser une roulage aérienne et retomber en pleine rue pour se glisser furtivement entre les nuages de fumée chaudes, il continua sa route, se rapprochant de plus en plus des lieux de la bataille. Ses cheveux luttant furieusement contre la brise qui s’intensifia avec densité, sa musique poussée à bloc, rien n’aurait pu maintenant l’arrêter. Ce mauvais pressentiment. Enfer ! Il pressa encore une fois le pas.
Arrivé en vue de l’Académie, il fit un dérapage sur le toit, laissant quelques tuiles partir dans tous les sens. Observant la scène, il ne tarda pas à voir de loin les uniformes aux nuages rouges et à la sinistre signification. L’Akatsuki était à Kiri !


" Teme…

Auster était en difficulté. Face à lui, et pour l’instant seul, se tenait deux redoutables Nuke-Nins, tous deux venant de Village différent. S’il avait été membre des Oi-Nins, il aurait rapidement pu identifié Yui Hiroharu, membre de l’Organisation de la Lune Rouge et Déserteuse de Konoha No Sato. L’autre homme, à l’aspect androgyne, semblait confiant et fort. De loin, Arane Tashira était parvenu à trouver du regard le jeune Juunin et observait els lieux tout en s’apprêtant à partir à la rescousse. Il allait se passer quelque chose, il le savait et il se devait d’intervenir. Voyant subitement le sourire avide et vicelard sur els lèvres du Nuke-Nin d’Iwa, il redouta une action terrible. Il prit son élan et se lança en avant… .

Spoiler:
 

Wolfgang Fitz Auster ne devait certainement pas se douter de tout ce qui lui arrivait dessus. En une fraction de seconde, une bestiole étrange lui apparut en plein visage, sous l’apparence d’une araignée, souhaitant l’agripper pour quelque sombres desseins. Alors que la créature allait commettre son abominable forfait, un bruit soudain de bois frappé accompagné d’un léger TAC put être furtivement perçu. Et dans un mouvement éclair et inaudible, un Auster fut soudainement attrapé par la petite bête qui explosa sous le regard avide et satisfait du terroriste à l’uniforme couleur annonciatrice de malheur. Cependant, cette explosion soudaine et violente fut accompagnée d’une explosion aqueuse étrange qui aurait pu attirer l’attention du membre de l’Akatsuki. En effet, alors que le Mizu Bunshin disparaissait dans la vapeur de l’explosion et dans le souffle de l’action, deux silhouettes s’extirpaient de ce nuage dense de fumée, l’une soutenant l’autre. Arane Tashira avait pu remplacer avec vitesse et précision le jeune Juunin de Kiri par l’un de ses clones aqueux, qui n’avait hélas pas eu le temps de lui dire à quel point il détestait ce rôle. Mais le Mizukage savait qu’il n’y aurait certainement pas le temps de s’amuser davantage à cache-cache. Sa légendaire vitesse lui avait permis d’intervenir avant que l’irréparable soit fait, mais il ne devait surtout pas perdre cette initiative. Tournant pendant quelques courtes secondes son regard vers Auster, il lui fit un hochement de tête en guise de salut et afin de lui donner confiance. Il n’était pas question qu’il les laisse tomber dans une situation pareille ; le Village de la Brume était attaqué, et en tant que Défenseur du Village et de sa population, il saurait intervenir.
Ayant retourné ses pupilles en direction de l’aggressif Nuke-Nin, il ne tarda pas à visualiser la suite de la fête, alors que l’individu tendait ses bras en avant pour porter certainement une seconde attaque. Ne préférant pas connaître la sauce de celle-ci ni son goût aux promesses piquantes, il se posa avec rapidité, et se tenant devant son acolyte, il effectua une série de signes très rapides et facilement réalisable, avant de tendre ses mains en forme de triangle vers deux serpents de terre blanche qui semblaient se jeter avec soif de sang sur lui. Ses bras tremblant comme s’il éjectait une partie de lui-même dans les airs, il laissa sa voix faire irruption pour crier le on de la technique qu’il employa là.


" Tsubame Fubuki !! "

De ce triangle invisible, une volée sauvage et blanche comme la plus pure des neiges ne tarda pas à prendre son envol de toute beauté pour se précipiter sur les deux reptiles d’argile. Tournoyant dans tous les sens, rendant leurs trajectoires incalculables, les fins oiseaux firent leurs survols de toute magnificence autour de la création de Deidara, tranchant de leurs becs et de leurs ailes de glace les corps fin et fragiles des serpents d’argiles. Continuant leur route furieuse et animale, elles se précipitèrent sur l’individu qui continuait sa lancée sur une autre stratégie ; le fourbe ne tarda pas à s’élancer dans les airs, survolant alors le village sur un étrange animal qu’il venait de créer. La réalisation des techniques avait été si rapide qu’il n’y avait eu que très peu de temps entre les deux tâches réalisées.
Soufflant rapidement, Arane Tashira pensait alors prendre une pause. Mais un son étrange lui parvint, comme venant face à lui. Dans la Brume présente, il ne parvenait pas à distinguer sa provenance. Mais il ne tarda pas comprendre ce qui venait face à lui. Se tenant droit, les bras et jambes écartés, devant le jeune Wolfgang Auster, il baissa la tête, attendant la suite des évènements.


" Ne bouges surtout pas !!"

A peine avait-il eu le temps d’achever son avertissement, qu’il se retrouvait sous l’emprise et la frappe violente d’une pluie d’attaques fines et coupantes, comme s’il se trouvait sous les balles d’une arme à feu. Grinçant des dents et gardant sa position, il soutint la technique qui s’abattait sur lui, lui coupant les vêtements et la chair, tranchant tout sur son passage, et lui arrachant même par endroit quelques mèches sauvages de sa coupe frénétique. Ne pouvant supporter indéfiniment la douleur, il ne put que rester sur place pour protéger le Juunin, laissant par moment échapper quelques faibles cris de souffrance, qu’il endurait sans broncher et sans bouger. Mais il restait droit et ferme ; la musique, qui jouait désormais avec frénésie et force, lui apportait espoir et concentration à la fois. Il lutterait. Il résisterait et respecterait sa propre politique ; tant que sa Musique jouerait, il tiendrait, avec son Village. Endurant alors toute souffrance avec la satisfaction de pouvoir accomplir sa tâche de façon sérieuse et noble, il recevait chaque coup en espérant que ce serait le dernier. En peu de temps, la technique achevée, il redressa la tête, essoufflé. Par les Dieux, la chose n’avait pas été une mince affaire ! Voila quelques secondes qu’il avait mis pied dans la bataille et il en était déjà fatigué. Mais il gardait la tête à sa tâche, faisant toujours barrière de son corps devant le jeune Auster afin de le préserver d’une autre attaque qui pouvait intervenir à tout moment. Levant la tête, il observa quelques secondes la jeune femme qui devait avoir positionné cette technique, et prononça, haletant.

" Il va en falloir plus pour me mettre à bout. Mais vous ne toucherez pas davantage au Village de Kiri No Kuni…"

Percevant un bruit derrière lui, il comprit sans besoin de se retourner que des renforts étaient arrivés. Souriant à moitié, il se contenta de faire un signe de la tête pour montrer la fameuse Yui, membre de l’Akatsuki, qui se tenait face à lui.

" Occupez vous de l’homme qui est dans les airs. Il semble utiliser les bombes comme Jutsu. Faites attention à lui. Je me charge d’elle… ."

S’élançant en avant, il passa avec grande vitesse devant la jeune femme, plongeant quelques secondes son regard dans le sien, une rapide invitation à le suivre ? Il partit un peu plus loin dans l’Académie, afin de séparer les combats et de ne pas impliquer la population… .
Après s’être éloigné des lieux, l’homme porta son regard sur un terrain d’entraînement qui paraissait vidé de ses élèves. Certes, l’école avait été évacué avant qu’il n’y ait davantage de blessés, et cela démontrait au moins que le système de sécurité du Village était digne de confiance. Prenant pied dans cette petite cour, Arane Tashira attendit de voir arriver son adversaire pour l’étudier un peu plus sérieusement. Il s’agissait là d’une belle jeune femme, qui semblait être particulièrement douée pour la création de pièges, étant donné que l’attaque précédente venait certainement d’elle. Préférant se mettre en garde avant d’être pris par surprise, il laissa sa main droite glisser le long de ses hanches, refermant sa poigne sur le pommeau de sa fidèle Toushuu, et la tirant de son fourreau, gardant un œil sévère et droit vers la jeune demoiselle.
Tranchant l’air de sa lâme pour la faire pivoter, il la porta sur son flanc droit, se montrant prêt à combattre. Quelles étaient les intentions de ces envahisseurs ? Il n’en avait pas la moindre idée. Mais il savait qu’il ne devait pas perdre de temps, et aussi recueillir des informations sur la raison de leurs présences. S’adressant sans ménagement à la jeune Shinobi, il laissa sa voix claire et masculine porter sur la distance qui les séparait.


Pour quelles raisons particulières vous introduire dans ce Village ? Qu’y cherchez-vous ?
Revenir en haut Aller en bas
Compte Fondateur
Civil


Nombre de messages : 2220
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Lun 30 Juin 2008, 19:25

Spoiler:
 

Deidara semblait préférer faire équipe avec lui même, peu m'importe, de toute façon, si les fidèles du Mizukage succombaient à ses attaques, je ferai marche arrière et en finirais moi même avec lui. Tout cela avait été bien entendu,calculé depuis le début. Lors de mon arrivée au repaire, le chef avait pactisé avec moi, me faisant jurer par le sang que je ne trahirai jamais Akatsuki, mais il se trouva que j'en eusse décidée autrement. Pour pouvoir survivre dans ce monde impitoyable et dément, trahir semblait chose naturelle. Tout shinobi qui choisit la voie des ténèbres, sait qu'il a très peu de chance d'en sortir vivant. Mes réflexions et mes choix m'ont permis de franchir un cap, celui d'écrire ma propre histoire. En désertant le village de Konoha, je quittais le monde des anciens et poser pied à terre dans le nouveau monde. Pourtant, encore aujourd'hui, beaucoup de shinobi qui eurent la chance ou pas de me connaître, se posent toujours cette question, aux couleurs sentinelles :"Pourquoi avoir quitter le village ?". Pour répondre à cette question, j'allais devoir remonter aux sources d'un passé qui continuer de s'éterniser dans les pages profondes de mon livre, elles mêmes, source d'un lourd secret. Je suis née au pays de Yuki, un pays réputé pour ses liens avec le village de Konoha. Pendant plusieurs années, j'ai vécu au sein d'un groupe lié par les liens sacrés d'un clan connu sous le nom "Yamaneko". Je n'avais que très peu de souvenirs de mes parents et j'en avais pas pour autant souffert. Kiyoshi fut alors mon maître. Tout comme Atsuhiko et Hotaku, Kiyoshi faisait parti de l'élite de Yuki, connue pour ses principes éternels et oisifs. Huit ans passèrent sans que je n'eusse la chance d'apprendre à mieux connaître celle qui m'avait permis la vie, une première page se tournait déjà. Mon maître reçu l'ordre de m'accompagner au village caché du pays de la feuille : Konoha. Une fois arrivés sur place, il changea brusquement d'avis et resta à mes côtés, sans doute pensait il que c'était la meilleure et dernière chose qu'il pourrait faire dans sa vie. Je fis alors la connaissance de Yoshi, qui devint avec le temps un ami fidèle et loyal. Lui et moi étions inséparables, mais surtout passionnés. Tout comme Kiyoshi, Yoshi me protégeait, et cela lui coûta la vie. Après tant d'épreuves et tant de moments passés ensemble, celui que je voyais comme mon futur compagnon, s'éteignait sous un ciel de larmes ensanglantées. Je me souviens encore des derniers battements de son cœur sous cette peau qui était encore si tiède et si douce. Il me regarda alors dans les yeux tout en m'offrant son dernier sourire, un sourire si parsemé de richesses, et là, sous les ondes funestes de la divinité céleste, il prononça ces dernières paroles, qui ne cessent de s'animer continuellement en mon âme : "Yui..ai shiteru". Konoha, une terre de richesses mais surtout de souvenirs, il était temps de tourner une nouvelle page.

Tout shinobi ,quel qu'il soit, espère un jour voir accomplir son nindo; et tout comme eux, je suis en marche de ma propre quête, celle de retrouver Yukio,celle qui me permettrait d'ouvrir les portes de tant de secrets. Au pays de Yuki tout comme à Konoha, j'ai subi toutes sortes d'entrainements intensifs, coordonnés par les directives des deux forces. J'étais, d'après eux, l'élément clé d'une nouvelle ère, qui sans doute, finirait un jour, par prospérer. Aoko, le chef des Yamaneko, fut présent le jour de ma naissance, la vision de ses iris agrumes ne cessait d'être un souvenir, certes, une image du passée, mais fort plaisante. Depuis ce jour, il ne me quitta pas des yeux, m'assurant protection et surtout, réconfort. Or, même en raison de nombreux entrainements, l'objectif ne semblait pas atteint : la maîtrise totale du sceau. Cette maîtrise était totalement fondamentale, d'ailleurs Kiyoshi ne cessait de me le répéter. Rejoindre Akatsuki devint alors la seule solution. Tout semblait si confus dans mon esprit, et pourtant, désarmée et faible que j'étais, j'ai pris ce risque. Madara m'ouvrit l'antre des ténèbres que je franchis avec ténacité. L'ombrelle du destin se dressa au sein de mon âme. Peu de temps après mes entraînements, ce fut la rencontre avec le jeune héritier d'un clan déchu : Itachi Uchiha, le jeune homme au coeur obscur et pourtant si pur. Le Yin et le Yang s'unissaient de nouveau pour ne faire qu'un, respectant des règles ancestrales,ainsi que des fondements, trouvant leurs racines dans les profondeurs de Mère Nature.


Spoiler:
 



Des voluptés de douceur sortirent de ma bouche, laissant derrière elle une certaine intensité. Cette puissance vint à effleurer les sens d'Itachi, histoire d'adoucir une haine sanguinaire. Les palpitations de son cœur refroidirent, ses membres se raidirent, seul ses yeux semblaient dominer la fertile vérité. Cette vérité n'était pas une vérité éphémère mais éternelle; car toute vérité, quelle qu'elle soit, en est ainsi. Jamais plus nous ne pourrions revenir en arrière. Il l'avait désiré, mon corps avait été sien tout comme mes propres désirs. Ce fut le temps d'une nuit, une nuit où passion et souffrance ne firent qu'un, un nuit où notre existence prit un tout nouvel horizon. Sa main vint caresser ma joue et au même moment, une brise légère s'anima autour de nous, formant ainsi un cercle protecteur. Un instant féerique, mystérieux et pourtant....nous avions donné la vie à un nouvel être.

Cette nuit était fait d'un rose et d'un bleu mystique et pourtant, la déesse de la Mort scrutait leurs âmes. Deidara disparut de la zone sur laquelle nous avions commencé l'assaut, sans pour autant cesser de jouir de son art. Plusieurs secousses se firent ressentir, à croire que les entrailles de la terre fussent touchés admirablement par ce dernier. Comment avait il osé blesser le cœur de Mère Nature ? A présent que je me trouvais en territoire ennemi mais d'une certaine façon "libre", il me serait enfin propice de me révéler sous les audacieuses et perpétuelles lumières. A travers cette tempête burlesque, l'élixir de la vie apparait sous la forme d'immortel. L'horizon noir se dresse chaleureusement mais bientôt, d'une caresse sanguinaire, je rétablirai l'allitération délicieuse qu'est la vie. Alors que mon sceau continua de me faire succomber de douloureux et langoureux plaisirs, je pus sentir la présence d'un puissant chakra, qui s'évertuait à quelques à peine de l'endroit. Une voix, hautaine et sure trôna dans l'atmosphère sanguinaire :

" Occupez vous de l’homme qui est dans les airs. Il semble utiliser les bombes comme Jutsu. Faites attention à lui. Je me charge d’elle… ."

*Yui..ne craind rien mais reste sur tes gardes* *T'en fais pas pour moi Aoko*

Tel un léopard des neiges, il surgit de nulle part et me frola légèrement la peau sous son passage ailé. Il se retourna de manière élégante et m'échangea un regard divin. Cet homme était comme entouré d'une aura marine et charnelle. Ce regard était si pénétrant que n'importe quelle femme en serait la complice sensuelle, mais surtout emportée, destinée à suivre cet homme où qu'il irait. Il fonça dans la direction qui était totalement opposée -sans doute craignait il une quelconque attaque de ma part, pouvant causer des dégâts trop importants au village-, qui se trouvait de l'autre côté de l'Académie Ninja. Un terrain immense apparut derrière un amas de fougères en tout genre, mais la présence d'une végétation abondante faisait toujours source de réconfort. Cela faisait plusieurs minutes que je le poursuivais sans qu'il ne dédaignât regarder derrière lui, à croire qu'il était sur de lui. Mon adversaire atterrit au sol, laissant apparaitre au fil de ses pas, un nuage de poussière. Cette fois ci, il n'hésita pas une seule seconde et dégaina le katana qui se trouvait dans son dos avec rapidité et précision à l'aide de sa main droite, la faisant glisser amoureusement au niveau de ses hanches.Le village de Kiri était constitué d'épéistes de légende, certes..et ce n'était pas pour rien, que d'une certaine manière, j'étais aussi originaire d'ici. Kiri était le village que je connaissais le plus, pour y avoir passer tellement de temps, que ce soit pour accomplir une mission, pour méditer ou pour en savoir plus.

Un second regard échangé puis le Mizukage fit jaillir sa lame céleste, histoire de donner un nouveau rythme à cet enchaînement suicidaire. Il se mit en position d'attaque, prêt à riposter si je l'attaquais de front, ou prêt à attaque si je ne dédaignais pas répondre à ses avances rêveuses. Je levai discrètement l'index gauche et prononça quelques paroles :


Spoiler:
 

_Chi No Shuin (...) A peine finissais je prononcer cette incantation qu'il dédaigna enfin parler.

*Pour quelles raisons particulières vous introduire dans ce Village ? Qu’y cherchez-vous ?*


Toujours les mêmes paroles...celles des Kages. Vouloir à tout prix savoir. L'homme est en souci de vérité, en quête perpétuelle de cette absolue. Existait il pour autant une vérité digne de ce nom ? Cependant, j'étais tout de même en mesure de répondre à ces attentes, mais surtout d'encrer mes racines chaleureuses au sein de ce village. J'ai abaissé le regard au niveau de mon ventre nu et regardai alors le cœur de ce dernier. Ma main droite caressa lentement la peau comme l'avait fait le père de cet enfant qui ne cessait d'hanter continuellement mes pensées. A l'aide de mon autre main,je dégainai à mon tour l'un de mes deux katana qui se trouvait enroulé dans un foulard. Je fermai les yeux et me laissai guider par Mère Nature. *Si telle est ta décision, Alea Jacta Est*. Il fit le premier pas et au moment même où il décolla le pied gauche du sol, qui se trouvait être son pied d'attaque, je le rejoignis au centre du terrain où nous entamâmes un premier combat. Attaque, esquive, attaque, position arrière, feinte et attaque. C'était toujours le même rythme, chevaleresque et épique. Nous continuâmes de nous regarder mais je savais , au plus profond de mon être, que ce combat n'était que parjure nébuleuse. Je pris une impulsion au sol, afin de rejoindre la zone arrière, me mettant sans doute en danger, mais je devais tout d'abord reprendre mon souffle, qui commençait à fatiguer après plus de trois quart d'heure d'art martial -à proprement parlé- Je le vis dans son regard, il faisait tout pour cacher son souffle qui ne cessait de s'accroître chaque seconde. Un sourire se dessina sur mon visage et une nouvelle fois je fermai les yeux, me laissant aller, afin de rejoindre l'essence divine. Mon genoux droit se posa à terre et j'inclinai la tête légèrement. Je mis mon katana au niveau de mon front et laissai s'évertuer ces paroles :

_Maître Mizukage....sans doute vous ne vous attendiez pas à cela, j'en suis pleinement consciente.
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Mar 01 Juil 2008, 13:12




Spoiler:
 


Arès et Athéna. Deux figures divines, Etres dont la Guerre était l’activité intarissable. Leurs combats étaient légendaires dans bien des histoires… . Mais comment ne pas réduire leurs épopées face au combat au sabre qui opposait maintenant le Mizukage Arane Tashira à un membre féminin de l’Akatsuki, connue sous le nom de Yui Hiroharu. S’étant tous deux posés dans cette petite cour qui serait alors leurs champs de bataille, Arane n’avait pu recevoir comme réponse à sa question que le son du vent qui frappait maintenant avec acharnement sur les deux personnages. La belle jeune femme ayant tiré son katana au clair et ayant présenté son tranchant, il n’y avait plus beaucoup d’options. L’idée de combattre était, certes, gênante pour le Mizukage ; mais la sauvegarde de son Village passerait bien avant ses principes personnels. Ayant présenté face à son visage la fameuse Lâme des Mizukages de Kiri No Kuni, Toushuu, il l’avait abaissé, avait faiblement plié le genou droit, et s’était propulsé en avant, brandissant son sabre sur le flanc gauche. Le combat commençait.
Frappant rapidement, il y avait rapidement eu parade de la part de la belle Nuke-Nin, qui avait renchérit le jeu en répondant à l’assaut par un coup d’estoc. S’étant courbé en arrière, Arane y avait laissé quelques mèches qui s’étaient envolés avec grâce dans le vent, tout en criant vengeance. Continuant sur leurs lancées, les deux Shinobis avaient échangés leurs coups sans relâcher leurs vigilances. Rendant techniques sur attaques, esquivant le fil de l’épée, détournant la trajectoire de la lâme, bloquant le tranchant menaçant au dessus de leurs têtes, le combat devenait peu à peu un échange amical et guerrier, plus qu’une lutte pour leurs idéaux personnels. Ne mettant pas toute sa vitesse dans le combat, Arane ressentait peu à peu un plaisir qu’il ne ressentait que rarement. Chaque stratégie, chaque échange de coup, chaque contre anticipé et réalisé afin de sauver sa propre vie… . La musique qui envahissait son ouïe le portait à la vérité de plus en plus loin, l’entraînant dans une transe étouffante de plaisir et de bonheur. Le son des lâmes qui s’entrechoquaient. Les vibrations ressenties dans les pommeaux des armes. Le frisson qui parcourait ses mains entièrement et se prolongeait dans ses bras. Cet ensemble de sensations fortes qui prenaient peu à peu possession de son chair, léchant avec délice et gourmandise chacun de ses sens, était chose relativement peu courante pour lui, qui se laissait généralement guider par sa musique uniquement. Mais cette fois-ci, la chose n’était plus la même. Il ne s’agissait plus de combat, mais de la perte de contrôle de son corps pour l’abandonner tout entier à cette lutte artistique, à cet échange métallique et empli de grâce. Il ne faisait plus qu’un avec la musique, le laissant guider par son son, par son flow, par le rythme qui en ressortait, calquant ses coups sur la batterie, copiant ses cris et ses enchaînements sur la voix du chanteur, d’un air acharné mais également comblé, de pouvoir mener pareil combat avec un adversaire de marque.

Marquant un ton en arrière, il dérapa sur le sol, et regarda la jeune femme qui semblait quelque peu essoufflé. Mais il en était de même pour lui, en vérité. Les deux Shinobis avaient répartis déjà de nombreuses stratégies afin de toucher l’adversaire, mais sur l’heure, aucun n’y était parvenu. Affichant un sourire tendre et amical, Arane Tashira déposa son katana sur son épaule et sourit à la dénommée Yui, sa voix s’échappant de la prison de ses lèvres pour glisser jusqu’aux oreilles de la Déserteuse de Konoha.


Passionnant comme combat, n’est ce pas ? Pourquoi ne pas continuer sur cette voix, élégante adversaire ?

A peine la phrase dite, un vent violent balayait le sol de la cour, alors que les deux Ninjas se retrouvaient au centre de la place, échangeant une nouvelle attaque, qui ricocha et ne donna pas plus d’effets qu’auparavant. Ne s’étant pas encore retourné, Arane put entendre les pas rapides et saccadés de Yui Hiroharu qui se rapprochait avec une grande vitesse pour le toucher de dos. Effectuant un dernier moment un saut en arrière, il évita la lâme de peu, passant juste au dessus de la jeune kunioshi, son regard de glace et son sourire charmeur croisant les prunelles brunes de la belle guerrière. Un sourire fin et agréable, comme celui que s’échangeaient deux personnes s’étant connus pendant des années durant. Etrange comportement, pour un homme qui souhaitait sauver son Village. Mais probablement notre ami avait il oublié le but de ce combat, et n’y voyait désormais que la passion et l’excitation qu’il en éprouvait.
Achevant son saut, mais n’ayant pas encore touché terre, il planta son katana dans la terre et porta sa main droite sur son flanc gauche, dégainant soudainement et avec surprise une nouvelle arme, l’abattant en direction du dos de la jeune femme. Il pensait faire mouche, alors qu’un bruit strident résonna, une nouvelle arme se dressant face à lui, qui restait en équilibre sur le pommeau de son katana. Une deuxième épée ? Tout comme lui ? Fantastique ! Le combat n’en serait que plus passionnant ! Réalisant un nouveau saut pour s’écarter tout en récupérant sa fidèle Toushuu, il n’eut pas vraiment le temps de regrouper ses mouvements après avoir pris position au sol. Levant son regard fougueux, il put entrevoir juste à temps le tranchant du sabre adverse qui s’abattait sur son auguste visage. Bloquant la lâme, il vit l’ennemi partir sur la gauche. Une attaque entre marteau et enclume, un grand classique. Laissant voler sa deuxième lâme dans son dos, il para ainsi le coup qui aurait pu lui écraser la colonne vertébrale. Repoussant quelque peu les deux menaces, il plia dangereusement ses genoux et fit pivoter son bassin, tendant les bras avec ses deux armes en main. Tournant ainsi sur lui lui-même, il fit un balayage lointain des lieux, en souhaitant toucher les jambes de la Nuke-Nin. Mais celle-ci sauta dans les airs et rabattit brusquement ses lâmes sur ce qui semblait être un corps dans défense. Au dernier moment, et d’un souple mouvement de hanches, le Mizukage rappela sa souplesse et se retrouva sur les genoux, ses deux lâmes en crois, bloquant de justesse l’attaque en hauteur. Un fin sourire toujours gravé sur son visage, ses pupilles couleur bleu glace.


Vous devez certainement être la jeune femme la plus compétente en combat d’épée que je connaisse à ce jour. Vous vous battez comme une Déesse de la Guerre !

Rejetant l’attaque et laissant son adversaire reprendre pied au sol, il se jeta sur elle pour enchaîner le combat sur un échange de coup sur coup, tentant les feintes et les ruses ambitieuses qu’il mettait au point pour voir s’il pourrait lutter avec plus d’habileté.
Tentant un coup d’estoc, son premier sabre glissa le long de la parade de Yui, pendant que son second katana filait comme l’éclair vers sa tête. Celle-ci partant furtivement vers le bas et évitant donc la décapitation, elle tenta une frappe au niveau des jambes, que le Mizukage esquiva en levant avec légèreté la jambe droite. Tentant un piqué sur le menton, Arane recula précipitamment la tête pour ne pas se faire transpercer, et s’empressa d’effectuer un saut périlleux latéral pour ne pas se faire happer par une autre attaque. Mimant une frappe vers le haut, il lâcha précipitamment son épée, laissant son adversaire au dépourvu, et tentant un coup d’estoc au niveau de l’épaule. Yui partit sur la gauche, mais n’avait pas fini d’avoir des surprises, car le Mizukage récupérait sa lâme en plein vol, et tournant sur lui-même, réalisa une frappe en mode poignard qui risqua ne de pas rater la jeune femme. Profitant de ce court instant, les deux personnages firent un grand bond en arrière pour prendre un peu de repos. Fatigué par pareille démonstration et étant face à une adversaire ayant de loin ses compétences et son tact au combat rapproché, le Chef de Village reprenait peu à peu son souffle, tout en laissant sa musique le guider dans la Voie du Shinobi qu’il empruntait à chaque seconde de sa vie. Le combat ne tarderait pas à se terminer là.

L’assaut allait très certainement reprendre… . Imaginez donc la surprise du Mizukage, lorsque la jeune femme qui avait été jusque là son rival mettait soudainement genou à terre, se présentant comme soumise à son Maître, lui adressant de doux mots qui avaient de quoi le faire aller de surprise en surprise. Souhaitant calmer ses ardeurs, tout en gardant un minimum de sérieux, Arane se contenta de se tenir sur ses gardes, plongeant une main dans sa manche pour embrayer sur une nouvelle musique qui aurait été plus calme, plus douce pour la situation présente. Rengainant son premier katana tout en maintenant solidement Toushuu dans sa main droite, il porta une main à sa chevelure et la laissa glisser entre ses épaisses mèches, soupirant lourdement.


Pfouuuu !! Cela faisait longtemps que je n’avais pas livré combat comme cela. Sans Jutsu ou techniques… Pour moi, il n’y a que cela de vrai pour savoir jusqu’où peut aller le corps humain.
Et pourquoi ne pas m’expliquer cette réaction qui ne semble pas être celle d’un membre de l’illustre Akatsuki ?


Il se grata la tête dans un son désagréable. Face à la célèbre Yui Hiroharu se tenait finalement un homme banal qui avait fait son temps dans l’administration et le combat, mais aussi un homme ordinaire. L’image qu’il devait donner à cet instant, devait être bien pauvre, puisqu’il ne put retenir un baillement important et puissant. Il n’avait que peu dormi ces derniers temps. Fermant les yeux sous la force titanesque de son manque de sommeil, il se frotta les paupières pour adresser une sorte de clin d’œil à son interlocutrice.

Vous savez… Vous pouvez m’appeler Arane. Je ne résiste hélas jamais à la beauté des femmes.
Revenir en haut Aller en bas
Compte Fondateur
Civil


Nombre de messages : 2220
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Dim 06 Juil 2008, 19:41

風の誓い - Ryo Kunihiko

~~La vie est une spirale éternelle~~

Deux hommes se tenaient face à face, à une distance égale, au cœur d'un sanctuaire sacré, le sanctuaire Akitoyomi. Leurs pieds habillés de sandales, touchaient admirablement le sol, comme si leur peau n'avait fait qu'un avec la pierre. Une surface polie et recouverte de pétales de vie, des pétales roses, les filles lunaires des cerisiers. Chaque centimètre semblait protégé par cette entité végétale afin que leur vitalité ne s'affaiblisse pas. Le minéral gisait silencieusement dans les profondeurs de la terre tandis que les végétaux fredonnaient des mélodies comparables à celles des divinités élémentaires. Tous deux portaient un yukata noir et bleu laissant apparaître à l'arrière, le symbole de la branche Aka. Leurs katanas aiguisés l'air du temps et brillaient dans la nuit, telles des stèles célestes. Chacun de leurs vêtements caressaient la surface du sol, laissant échapper un brin de spiritualité enfoui au sein même du tissu. Kiyoshi regarda dans les yeux son coéquipier prénommé Atsuhiko. Les deux frères d'arme, mais aussi frères de sang, se connaissaient depuis la tendre enfance, pour avoir vécus et grandis au pays de Yuki. Leurs regards s'entremêlaient dans le manteau de la nuit impériale et noire, telles des flammes orgasmiques. Deux étoiles, deux univers, qui pourtant étaient totalement opposés, se faisaient face, une rivalité était née. En dépit d'une ténacité légendaire et d'une détermination épicurienne, on entendait distinctement deux respirations saccadées, tant par l'effroi endiablé que par l'envie même d'en finir avec l'autre. Une brise légère avait pris place dans le corps galactique de l'atmosphère, donnant cette fraicheur intense. Ce souffle glaciale donnait l'impression d'une autre dimension, à croire qu'une femme nue se trouvait allongée, au cœur même du sanctuaire, enroulée dans une aura de douceur, laissant deux hommes absorbés par la beauté bleutée de cette prouesse. Une scène au destin fatal, une image où chaque couleur donnait son sens. Je suis les yeux et le cœur de mère Nature, ses souvenirs sont aussi les miens, ils sont parties intégrantes de mon âme. Kiyoshi et Atsuhiko s'échangeaient des paroles par les gestes et les mouvements de leurs corps, et non par l'essence même de la parole. Les deux shinobi de l'élite dégainèrent leur katana au son miraculeux de la Lune, dans un même mouvement, un mouvement rigoureux et guidé par l'instinct divin. L'un comme l'autre laissa se dessiner un sourire sur son visage, histoire de donner un second rythme au combat qui se préparait. Leurs regards se perdirent dans la voute invisible et tous deux foncèrent vers l'autre, habillant leur corps d'une arme amoureuse, tant elle semblait impénétrable mais surtout immortelle. Au moment même où leurs lames se rencontrèrent, une pétale de cerisier vint toucher le sommet des deux puissances, afin de les réunir une dernière fois. Un moment symbolique et enchanté, un combat inscrit dans le Livre Sacré. D'une perspective entièrement féminine, se dessinait dans cette dimension épique, une scène érotique où les corps s'entremêlaient à l'infini, où les lèvres caressaient amoureusement les douceurs de l'autre. L'amour est un combat car le fait d'aimer est une victoire pour soi mais aussi pour l'humanité. Atsuhiko désirait la lame de son adversaire, il désirait son corps mais aussi sa vie. Atsuhiko préféra le corps à corps et prit les devants sur mon maître. Kiyoshi se contentait d'éviter soigneusement ses attaques, manquant de se faire toucher à plusieurs reprises. Il continua ainsi d'esquiver les attaques de son rival, et cela dans un temps indéterminé mais suffisant pour dire que tout cela ne rimait à rien. Il s'affaiblissait au rythme des secondes abattues et cela se voyait dans son regard qui, à présent, ne montrait aucun signe d'une quelconque envie, à croire que la flamme avait fini par s'éteindre chaleureusement. Alors que la lune se languissait dans un ciel neptunien, mon maître déposa genou droit à terre, laissant sa main gauche se mariait à mère Nature. Son katana de lumière et parsemé de symboles en tout genre frissonna dans l'air et prit une position horizontale au devant du front de mon protecteur. Atsuhiko abaissa son arme et se dirigea silencieusement vers ce dernier, gardant toujours à l'esprit qu'il devrait les principes du clan dont celui de ne prononcer aucune parole avant le moment fatidique et funeste. Kiyoshi choisit de garder le menton abaissé jusqu'au moment où il devra le regarder pour la dernière fois dans les yeux. Quelques heures auparavant, mon maître m'avait donné une dernière leçon et comme à son habitude, il aimait me faire part de sa sagesse: "Yui, en respectant ton adversaire, tu te respectes d'abord. Un regard sincère est nourri de richesses, une parole indomptée est une source funeste.". Atsuhiko déposa sa main sur l'épaule de son compagnon et prononca une dernière parole : "Kiyoshi, la voix que tu choisiras sera la bonne". L'homme aux yeux verts dégaina une dernière fois son épée et mon maître versa dans l'instant qui suivit une larme de sang. Il en était ainsi pour moi. "Yui, gomen naisai"*

Je me suis mise à hurler tout ce que je pouvais histoire de vider le poison qui nourrissait depuis des années mon âme. La nuit m'offrait son manteau protecteur afin de me rassurer mais surtout afin de me réconforter. Les sons de voix nuptiales envahirent les parois internes de mon corps et me procurèrent des soins spirituels, tout aussi puissant que tout autre soin. L'âme de mon maître avait rejoint les racines ancestrales de mon clan, il m'avait quitté tout comme Yoshi. Ma tristesse était telle, qu'il m'était alors impossible de prendre sur moi, comme le ferait le plus grand sage. La perte d'un être cher est sensée nous apportait une relique puissante et éternelle, une pétale de cœur de plus en notre être, vais je réussir à trouver cette voix que m'enseigne la divinité de la mort ? Une larme de sang vint tomber silencieusement sur le sol du terrain d'entrainement sous les regards du Mizukage. Je pouvais sentir les nombreux regards qu'il m'apportait et bientôt il dédaigna prendre la parole. Il fit virevolter sa main au niveau de sa mèche aux couleurs chatoyantes et s'avança une première fois.

_Pfouuuu !! Cela faisait longtemps que je n’avais pas livré combat comme cela. Sans Jutsu ou techniques… Pour moi, il n’y a que cela de vrai pour savoir jusqu’où peut aller le corps humain.
Et pourquoi ne pas m’expliquer cette réaction qui ne semble pas être celle d’un membre de l’illustre Akatsuki ?


Je m'attendais à une question du genre, mais j'aurais aimé en parler plus tard, une fois que je serais remise sur pieds. Le shinobi de la pluie semblait en avoir décidé autrement. Je me relevai alors et fis passer mes deux katana dans leur foulard respectif. J'en avais fini avec ce combat et Aoko entra en contact avec moi. *Deidara s'affaiblit petit à petit, lorsque le moment sera opportun, je te préviendrai et tu seras en mesure d'intervenir comme tu l'avais prévenu.*Merci Aoko, je compte sur toi. Appele Katsuyoshi, Keioko et les autres, je me sens de plus en plus mal, je ne vais pas tenir longtemps.* *Yui, je sais ce que tu comptes faire, si tu meurs, je m'éteindrai aussi et le clan risque d'en souffrir énormément.* *Aoko, ce n'est plus mon problème, je n'en peux plus, tout cela ne rime à rien, la vie que je mène est totalement dépourvue de sens.* *Les mort de Yoshi et de maitre Kiyoshi devraient pourtant apparaître comme des leçons de vie, tu ne penses pas Yui?* * Justement, sans eux, sans leurs présences, je ne suis plus rien, je tourne en rond dans cette spirale interminable.* *Toi seule peut décider d'un nouvel horizon, tu n'as pas encore découvert les autres visages du clan, bats toi au moins jusqu'au bout et alors tu seras en mesure de dire si oui ou non tu restes en vie.* *Aoko..merci de vouloir m'aider mais depuis le jour où Itachi m'a laissé, j'ai pris ma décision, celle de quitter ce monde* *Tu es totalement inconstante Yui tout comme l'est la lune, tourne toi enfin vers le soleil et cesse de vivre dans cette bulle céleste ! Si tu voulais réellement quitter ce monde, tu te serais donnée la mort le jour où l'être aux pupilles de sang a quitté ta vie. Il te suffit de faire appel aux Yamaneko et de consentir au rituel de fin. Pourquoi alors es tu venue ici ?! Aoko..si je suis venue ici c'est pour mourir sur les terres de Kiri tout comme Yoshi et Kiyoshi, je pensais que tu avais compris cela.* *Yui, je t'en supplie, ne les abandonne pas, n'abandonne pas le clan, n'abandonne pas l'héritier du clan déchu!* *Ne parle pas de lui ! Il m'a abandonné !*

Je venais de rompre le lien avec Aoko, ses paroles ne cessaient de me faire souffrir davantage.

_Maître Mizukage..vous avez dit illustre membre d'Akatsuki ? Depuis le jour où j'ai intégré cette organisation, je n'ai cessé de continuer à penser et à affirmer que je n'étais pas des leurs. J'avais calculé et anticipé la suite de mon histoire depuis le jour où j'ai quitté le village de Konoha. Tout ce que je voulais, c'était m'infiltrer au sein des ténèbres pour pouvoir mieux les comprendre, rejoindre Itachi et libérer le sceau de mon clan. Une histoire, certes confuse, mais entièrement dessinée par ma propre volonté.

_Vous savez… Vous pouvez m’appeler Arane. Je ne résiste hélas jamais à la beauté des femmes.


_Vous appelez Arane et pourquoi il en serait ainsi ?

La douleur s'intensifiait et mes membres commencèrent à se crisper. Je mis ma main sur mon ventre et essayai de penser à autre chose qu'à cet éclair rougeâtre.

_Je suis partagée entre deux mondes, la vie et la mort. Dois je mettre fin à ma vie ici et maintenant ou dois je servir le village que vous protégez ? En restant à Kiri, je pourrais protéger son cœur comme j'ai pu le faire à Konoha et de plus, je serai en mesure de finir d'écrire mon livre, de sceller à jamais mon histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Lun 07 Juil 2008, 01:23


Découvrez Joshua Radin!




La situation était bien étrange désormais pour une conversation qui avait débuté sur un combat et qui venait de s’achever brutalement sur un signe de reddition et de respect commun. Il n’était pas d’ordinaire de rencontrer pareil spectacle, et se laissant guider par son instinct, mais surtout par sa musique, le Mizukage relâcha la poigne de fer qu’il exerçait sur son katana au cas où, préférant ne pas montrer d’agressivité envers cette jeune femme qui venait de s’adresser à lui en des termes bien simples et amicaux. De plus, les propos tenus par cette magnifique créature semblaient être bien étrange pour une élégante femme qui portait des couleurs bien agressives aux yeux des Jinchurikis et des Bijuus, mais aussi des Villages en général. Qu’elle combatte contre le Village était une chose qui paraissait tout à fait normal, mais qu’elle stoppe le combat pour visiblement demander l’assistance du Leader du Village était une chose tout à fait ahurissante pour le Mizukage qui n’avait jamais testé de genre de procédé. C’est pourquoi il restait là, les yeux écarquillés, la bouche fermée et même repliée sur ses lèvres, sa main s’étant figée alors qu’elle grattait sa tête quelques secondes auparavant. Et il restait là, l’air crétin et abasourdi, avec un demi rictus gravé sur son visage, comme s’il venait de se transformer en statue.
Emettant un vulgaire et stupide son d’hésitation et d’étonnement, traduit par la sonorité d’un long ‘ Heuuuu…’ politique, Arane secoua sa tête comme pour se sortir d’un doux rêve et laissa son regard tomber sur le doux visage de son interlocutrice, examinant ses traits et son apparence. Elle était fort jolie et agréable à l’œil, et son physique n’avait rien à envier aux Dieux des Beautés et des Belles Choses de la Nature. Son allure noble et son comportement distingué pointaient du doigt une personne qui avait certainement reçu une éducation exemplaire et riche. Que pouvait bien faire une telle femme dans une Organisation criminelle. Disait-elle la vérité ? En tout cas, ces dernières remarques et notations lui donnaient du crédit, vu sous cet angle. Les informations que récupérait le Mizukage étaient en fin de compte de plus en plus étonnantes. D’après les dires de la Nuke-Nin, elle serait originaire de Konoha No Sato ? Ce serait bien la première fois que l’on trouverait quelqu’un venant d’un pays que la mer séparait de Mizu No Sato d’autant. Ce Pays si arrogant qui s’était cru assez puissant pour pouvoir rivaliser avec les plus grandes Nations. Le membre de la famille Tashira n’avait rien en particulier contre les Villages tels que Konoha No Kuni, mais il savait que le Village caché de la Feuille n’était pas toujours bienveillant envers ses hommes et son peuple. Il avait souvent craint la corruption et le doute, ce qui l’avait conduit dans des guerres intestines et de luttes de pouvoir ridicules. Non, Konoha n’était pas un Village exemplaire pour Kiri ; bien que Kiri No Kuni n’était pas lui-même exemplaire, fallait-il le dire.
L’énonciation d’un sceau inquiéta Arane mais l’intéressa d’autant plus à l’Histoire de cette jeune femme. Selon ses lectures, il avait appris l’existence de nombreux sceaux et techniques d’emprisonnement de certains pouvoirs qui pouvaient parfois sembler dangereux pour les populations. Que cette femme en porte un la rendait presque sujette à la curiosité habituelle du Kage de Kiri. Mais il saurait se contrôler. Car il savait pour autant, que même si ces sceaux renfermaient solidement de puissants pouvoirs, il n’était jamais aisé pour ces gens de le porter et d’en endurer les souffrances qu’il infligeait. Il semblait bien d’ailleurs que c’était le cas ici même, car la Shinobi ne put s’empêcher de porter la main à son ventre, pensant hélas pouvoir contenir ainsi la douleur qui s’emparait d’elle progressivement et avec entrain. Ce ventre, d’ailleurs… . N’était-il pas étonnement formé ? Serait-ce une preuve d’appétit de cette femme ? Ou plutôt … .

Ouvrant ses yeux couleur indéfinissables, entre le bleu profond de l’océan et la couleur éclairée et douce de la glace pendant l’hiver, il réalisa ce qu’il venait d’apercevoir. Fronçant les sourcils, il lâcha définitivement son katana.
Sans le moindre bruit, et avant même que la jeune femme puisse lever la tête, une ombre soudaine plana au dessus de sa tête, tandis que dans un silence portant absolu, l’homme se posait avec silence et délicatesse à ses côtés, laissant la partie noire de son kimono voler dans les airs, pour faire le tour de la jeune demoiselle et se poser avec douceur sur les épaules de la célèbre Yui Hiroharu. Ses vêtements blancs et doux comme de la soie épousant alors le sol et laissant entrevoir la vraie carrure de l’homme qui dirigeait le Village, l’homme laissa son genou à terre et porta sa main droite sur le ventre de la jeune dame, avec un air de gentillesse et de tendresse. Son visage s’illumina et un sourire attendrissant se dessina avec beauté et grâce sur ses joues douces. Un être humain verrait un jour la lumière, et pourrait alors constater de la beauté du Monde. Ces pensées, de suite de la musique qui accompagnait les actions du Seigneur du Pays de l’Eau, le rendaient si euphorique et si heureux de pouvoir contempler pareille chose qu’il en oubliait presque que la jeune femme pouvait toujours être une ennemie. Mais alors qu’il ne le laissait pas paraître, il éprouvait peu à peu de la honte et du remord. Il avait mis cet enfant en danger, en se battant avec celle qui allait le mettre au monde. Il avait presque mis à mort un petit être innocent qui ne méritait pas pareil traitement.



Découvrez Joshua Radin!


- Vous appeler Arane. Et pourquoi il en serait ainsi ?
Pour me faire plaisir ? Et puis, pourquoi garder une distance alors que vous semblez en difficulté ?
- Je suis partagée entre deux mondes, la vie et la mort. Dois-je mettre fin à ma vie ici et maintenant, ou dois-je servir le Village que vous protégez ? En restant à Kiri, je pourrais protéger son cœur comme j’ai pu le faire à Konoha et de plus, je serais en mesure de finir d’écrire mon livre, de sceller à jamais mon histoire.


La discussion venait de prendre un autre tournant. Et malgré l’emportement et l’inquiétude visible de Yui Hiroharu sur son visage et dans ses expressions, on pouvait pourtant ressentir une sorte de spiritualité, une paix insondable et imperturbable. Elle prenait tout l’espace et imposait la paix de l’esprit et la tranquillité de l’âme. Arane Tashira ne portait maintenant plus aucune attention sur la menace que pouvait représenter cette femme ; ses pensées étaient plongées dans la présence de cet enfant et la demande de cette femme qui souhaitait trouver refuge dans le Village Caché de la Brume. Se relevant et se penchant en avant pour ajuster le kimono noir et épais qu’il venait de déposer sur la jeune femme pour s’assurer que la Brume froide du matin ne s’en prendrait pas à elle, il se redressa pour ensuite faire quelques pas et soupirer. Il lui tournait maintenant le dos et laisser ses pensées vagabonder à l’important et l’essentiel. Elle désirait trouver abri dans le Village du Pays de l’Eau. Pourquoi pas. Cependant, cela risquait d’entraîner quelques difficultés. Elle était recherchée dans de nombreux pays, désormais, en tant que Nuke-Nin. De plus, elle risquait d’attirer l’attention de l’Akatsuki sur le Village, si elle disparaissait à partir d’ici. Enfin, il y avait cet enfant qui se mettait entre les deux. Etait-il possible de jeter une femme hors du Village alors qu’elle s’apprêtait à donner la vie ? Certes, l’évènement ne serait pas pour demain. Mais après ? Saurait-elle trouver un endroit pour se cacher de l’Organisation de la Lune Rouge ? Et pourrait-elle donner vie à son enfant sans le moindre risque ? La chose était bien trop dangereuse et incertaine pour la laisser errer ainsi dans l’inconnu.
Se grattant de nouveau la tête dans l’embarras, le Mizukage soupira de plus bel et plongea sa main dans sa manche pour en sortir son I-Pod. Il tourna un bouton-poussoir, réduisant de façon relativement radicale le volume de la musique. Se retournant vers celle qui lui causait tant de soucis, il se contenta de parler avec légèreté et sincérité. Un ton mélodieux et doux émergeait de sa voix, et ses paroles étaient agréables à percevoir.


Ne soyez pas saisi d’inquiétudes, belle enfant. Il est hors de question que je te laisse mourir. Ce n’est pas là le rôle d’un Kage de Mizu No Sato. D’autant qu’il n’est plus question que je vous laisse repartir. Si vous quittez le Village vivante, il y a de fortes chances que le reste de l’Akatsuki se lance à vos trousses pour vous … neutraliser. Pour ces raisons, je vous accueille dans ce noble Village qu’est Kiri No Kuni. Et j’accepte avec plaisir de vous compter parmi les gens que je devrais protéger. Cependant, étant donné votre… grossesse, peut-être souhaiteriez vous pouvoir ne pas rejoindre les forces de Kiri pour vous reposer ?

Une explosion retentit de l’autre côté de l’Académie. Tournant brusquement la tête dans la direction qu’ils avaient tous deux quitter quelques minutes plus tôt, le visage du Mizukage s’assombrit et ses pensées se tournèrent vers le redoutable adversaire que ses hommes devraient certainement affronter. Devait-il les laisser là ? Que faire. Retourner là-bas éveillerait trop de soupçons sur le devenir de la jeune femme à qui il venait de faire une offre plus qu’alléchante. Son visage à moitié dans l’ombre, il fit volte-face et se présenta vers Yui.

Il ne faut pas s’inquiéter. Ce sont de braves Shinobis qui savent qu’ils ne doivent pas mourir. Ils sauront matter notre adversaire.

Un sourire. C’était sur un sourire serein et calme qu’il avait prononcé ces quelques paroles. Le Mizukage de Kiri No Kuni était définitivement à refaire. Ou était-ce de la confiance ? Pour lui, aucune importance. Que sa folie soit inchangée ou qu’il fasse confiance en ses hommes, il gardait toujours la même chose en tête. Il devait protéger le peuple de ce Pays et de ce Village ; et deux nouvelles personnes venaient de s’ajouter à la liste des personnes à surveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Compte Fondateur
Civil


Nombre de messages : 2220
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Mar 08 Juil 2008, 15:48

Hrpg : Arane =) ce "RP" ne sera pas considéré comme un RP et donc ne sera pas pris en compte pour l'évaluation du RP. Comme je t'ai expliqué, j'arrive plus à RP car j'ai besoin de changer d'atmosphère et Akatsuki m'a totalement ennuyé XD Donc je me lance autre part. Merci pour cet échange ^^

Ne soyez pas saisi d’inquiétudes, belle enfant. Il est hors de question que je te laisse mourir. Ce n’est pas là le rôle d’un Kage de Mizu No Sato. D’autant qu’il n’est plus question que je vous laisse repartir. Si vous quittez le Village vivante, il y a de fortes chances que le reste de l’Akatsuki se lance à vos trousses pour vous … neutraliser. Pour ces raisons, je vous accueille dans ce noble Village qu’est Kiri No Kuni. Et j’accepte avec plaisir de vous compter parmi les gens que je devrais protéger. Cependant, étant donné votre… grossesse, peut-être souhaiteriez vous pouvoir ne pas rejoindre les forces de Kiri pour vous reposer ?

_Je compte bien rejoindre les forces de Kiri, pour le moment...j'ai des choses à régler. Je viendrai vous voir le plus rapidement possible.


Il ne faut pas s’inquiéter. Ce sont de braves Shinobis qui savent qu’ils ne doivent pas mourir. Ils sauront matter notre adversaire.


_Je ne m'inquiète pas (....) Arane, je vous conseille de ne plus vous approcher comme vous venez de le faire. Si vous dédaignez recommencer, je n'aurais pas d'autres moyens que vous le faire payer. Je suis encore une membre d'Akatsuki et je le serai toujours tant que cet anneau sera à mon doigt. Prenez vos distances avec moi et arrêtez de vous inquiéter. Je ne causerai aucun tord à votre village. Deidara va surement s'enfuir, il ne prendra pas le risque de vouloir tout faire sauter, sinon je ferai marche arrière et m'occuperai de son cas.

Je m'accroupis au niveau du sol de Kiri et laissai ma main vagabonder au dessus de celui ci.

_Aoko, Keioko, Katsuyoshi vous savez ce que vous avez à faire déclarais je d'une voix ferme. Arane fronca les sourcils et au moment même où il allait se mettre à parler, ses membres cessèrent soudainement leurs activités; Aoko,le chef des Yamaneko, venait d'entrer en contact avec l'homme qui se tenait à quelques centimètres à peine de moi.


[Apparition du Clone / Yui quitte les lieux ]
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Arane
Invité



MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Jeu 10 Juil 2008, 00:37



Découvrez Joshua Radin!



Une tigresse. C’était l’image qu’il avait désormais de la jeune femme, étant donné son dernier geste, brusque et rapide. Visiblement, il valait mieux faire attention et ne pas tenter le diable. Comprenant qu’il ne valait mieux pas apporter davantage d’agitation à la situation actuelle, Arane Tashira préféra prendre du recul afin de garder ses distances. Cette femme avait donné là des propos bien étranges pour certains, nécessitant des explications pour beaucoup. Même s’il pouvait désormais la considérer comme un membre du Village Caché de la Brume, il se devait quand même de surveiller son comportement et ses agissements. Le Mizukage avait toujours été conscient de sa naïveté et de son manque de sérieux, mais il tentait toujours comme il le pouvait de rester attacher au statut de sa haute et noble fonction. Ayant souhaité interpellé la jeune femme pour en savoir plus sur ses intentions, il fut soudainement prit de court dans une secousse intérieure intense, qui lui fit perdre ses esprits et le plongea dans un univers biaiseux et euphorique. Bien que sa musique restait encore audible, sa vue se troublait et ses sens peu à peu lui échappaient. Il avait quelques fois ressenti cette sensation bien étrange, après s’être miné la gueule à coup de coupole de Saké avec ses camarades de combat et collègues, mais c’était là bien la première fois qu’il ressentait l’effet puissant et assommant de la gueule de bois sans même avoir eu le droit à une seule goutte tombant sur ses lèvres. Hésitant et titubant, il planta comme il le pouvait son sabre Toushuu dans le sol de la cour, afin de s’appuyer dessus et porter une main hasardeuse à sa tête, espérant ainsi faire pression et cacher ce subit mal de crâne. Que pouvait-il lui arriver, par tous les Dieux ?! C’était bien la première fois qu’il encaissait pareil choc frontal. Une technique de la fameuse Yui Hiroharu ? Où était-elle passée d’ailleurs ? Tentant tant bien que mal d’user un peu de sa vision troublée et houleuse, il put voir une silhouette courir dans l’ombre d’une rue avoisinante. Face à lui se tenait un autre clone, tout à fait semblable à l’authentique Yui… ou lui semblait-il, tout du moins. Grognant sous cette prise si soudaine et agressive, il avait envie de se percer le crâne avec un pic afin de chasser le virus qui l’envahissait. Une violente secousse le prit et il fut comme propulsé en arrière, tombant sur les fesses, toujours en se tenant la tête avec acharnement. Une nouvelle secousse se saisit de lui, et il ferma les yeux, fronçant les sourcils et enferment ses pupilles à jamais. Que tout cela cesse ! Peu à peu, son esprit s’évada et il ne ressentit plus rien. Il restait perdu dans un océan noir, sans bruit ni vue.

* Arane !*

Cet appel soudain, venant de l’inconnu ! Quel était-il ? Qui avait bien pu l’appeler ainsi, dans une situation aussi étrange ? Ne voyant rien voir, il posa doucement ses mains sur les côtés de sa tête, frottant les tempes comme pour les masser. La douleur partait progressivement. Mais la voix reprenait de plus belle, distincte et grave. Cette sonorité était bien étrange, semblant mi-humaine, mi-animale. Ne préférant pas réfléchir davantage car craignant des représailles sur ce qui pouvait rester de son pauvre cerveau, il tâcha de se concentrer sur ce que lui disait cette voix.

* Oui, je sais. Mal de tête. C’est normal, car tu n’es pas habitué à ce genre de connexion entre nous et toi. Ce sera exceptionnel. A l’heure actuelle, si Yui quitte l’Akatsuki aussi précipitamment, elle risque de grands risques. Elle doit donc se faire passer pour morte. Fais le nécessaire pour que ce soit le cas.*

Le mal de crâne disparut progressivement, et la vue d’Arane retrouva la lumière petit à petit. Apercevant tout d’abord un étrange animal se tenant devant lui et attendant comme pour voir s’il allait mieux, il cligna des yeux et les rouvrit clairement pour constater qu’il n’y avait que le clone de Yui Hiroharu face à lui. Un rêve ? Très peu probable. Quoi qu’il en soit, il ne fallait pas perdre de temps. Se levant avec difficulté, et secouant la tête comme pour se remettre les idées en place, le Shinobi observa le Bunshin qui se tenait face à lui. Y planter son katana ne serait fait sans aucune difficulté, mais il avait du mal à le faire. Cela signifiait presque éliminer l’original, chose qu’il avait évité de faire quelques minutes plus tôt. Une nouvelle explosion retentit au loin, mais paraissant bien plus proche qu’avant ; il ne fallut donc que peu de temps pour comprendre qu’il était temps d’agir. Dégainant sa fidèle lâme, son Sabre Fleuri, il la fit sabrer l’air pour la mettre de côté et s’approcher lentement de sa cible, qui ne semblait pas vouloir bouger. S’il s’agissait là d’une copie de la Shinobi authentique, c’en était impression que pas une seule inquiétude ou similitude à ce trait ne se dessine sur son visage. Quelle femme, vraiment ! Observant une dernière fois les moindres détails, il nota la fameuse bague qu’elle portait à son index. Quels pouvoirs cet objet pouvait receler, il l’ignorait totalement. Mais il avait bien assez compris qu’elle était importante pour l’Organisation de la Lune Rouge. D’où le fait que le clone porte l’authentique ; il y avait fort à parier que quelqu’un voudrait la récupérer.
S’élançant soudainement en avant, il se jeta sur le corps étranger, se pressant contre lui et s’arrêtant net. Sentant son torse contre la poitrine voluptueuse de la jeune demoiselle, il ne pensait à ce moment là, et avec tristesse, qu’au sabre qui venait de transperçait de part en part le corps créé. La lâme ayant découpée la chair et percé aux travers des organes, se frayant un passage dans le mystère humain et son contenu. Sans un bruit, ni un mouvement, le corps profondément meurtri s’affaissa peu à peu de lui-même sur la lâme, et Arane l’entoura d’un bras pour le soutenir, fermant les yeux de dépit. Prenant son courage en se persuadant qu’il s’agissait bien là d’un clone, il tira sec sur le pommeau de sa lâme et retira de façon brutale, violente, l’épée se retirant du corps cloné. Attrapant la jeune femme avant qu’elle ne tombe, il l’aida à se coucher doucement sur le sol. La laissant comme inerte sur le sol, il resta là à la contempler, son katana s’égouttant d’un sang pur et doux.
Un bruit peu loin tira le Mizukage de son admiration pour cette personne au corps si agréable à l’œil. Quelqu’un venait !
Revenir en haut Aller en bas
Tokugawa Ieyasu
Civil
avatar

Nombre de messages : 49
Age : 24
Village : ~ Kiri...
Date d'inscription : 16/06/2008

Fiche Ninja
PV:
380/380  (380/380)
PC:
520/520  (520/520)

MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Ven 11 Juil 2008, 01:22

Il trônait avec panache sur le rebord du toît, l'air hautain, un sourire goguenard placé en coin fendant ses lèvres. Un léger rire s'échappait de ses lippes tandis qu'il triomphait, à la fois de par la ruse qu'il venait de produire et de ce qu'elle réservait encore ainsi que du fait que ces simples shinobis de Kiri puissent espérer avoir raison de lui, tout en supériorité numérique qu'ils soient. Ces bouseux avaient vraiment l'espoir de lui faire mordre la poussière? À lui, un membre d'Akatsuki et le plus grand Artiste de cette terre? Cette simple pensée mettait pour lui en évidence le fait que ces hérétiques se devaient de pouvoir apprécier son Art au plus vite afin de comprendre combien ils étaient petits face à lui. Si peu face à sa grandeur... Mais en même temps, qui donc aurait pû être à sa hauteur? Lui, génie de l'esthétisme et de la beauté? Beauté qui, bien entendu, ne se présentait qu'à travers ce qui est éphémère, et ainsi se trouvait sublimée à son paroxysme de par ses oeuvres. Oui, il lui fallait faire preuve de bonté et leur démontrer qu'ils ne pouvaient rien en exprimant sa supériorité afin qu'ils ne se fatiguent pas et ne fassent pas d'efforts en vain. Son air supérieur avait amplement de quoi agacer, de même que la considération qu'il avait pour eux, que l'on devinait aisément par son regard. Cette lueur était pour le moins significative; ils n'étaient pas plus que des insectes pour lui. De pauvres parasites pathétiques qui souhaitaient vaincre un de ces géants qu'étaient pour eux les humains. Mais lui n'était pas n'importe lequel; il était de loin le meilleur d'entre eux, car lui connaissait le secret de la réelle beauté, de cet Art qui était le sien et qui recelait toute cette merveillosité qui caractérisait la perfection.

Mais il déchanta bien vite lorsqu'il détecta quelque anomalie dans la lutte qui opposait précédemment Arane à la gamine qui lui tenait lieu de partenaire. Les choses s'étaient apparement calmées... Bien trop pour qu'il n'y ait pas anguille sous roche. Son sourire s'estompa en même temps que l'étincelle de vanité qui dansait dans ses prunelles d'azur, la colère froide prenant naîssance en lui avant d'enfler peu à peu pour le gagner. Il savait bien qu'il ne pouvait pas compter sur elle. Il aurait dû se fier à son intuition et lui faire sauter la tête dès le début comme il en avait le souhait et l'intention. Étouffant un grognement, il balaya du regard les autres silhouettes qui se dressaient devant lui avec bien peu d'intérêt, toujours au-devant des nuées de fumée âpre et suffoquante qui s'élevaient dans son dos. Tsss... Vraiment, quelle plaie! Quelle bonne à rien... Il avait bien eu raison en émettant des réserves quand à cette collaboration forcée et pour le moins compliquée à tolérer... Il était temps de remettre les choses aux normes. Et bien entendu, c'était à lui de mettre la main à la pâte pour se faire. Rah! L'agacement le submergeait peu à peu tandis qu'il grondait silencieusement, exaspéré. L'on n'est décidément jamais mieux servi que par soi-même; il en avait une fois de plus la preuve. Esquissant un pas de côté, il fit mine de se diriger d'un pas fort rapide vers le lieux où l'autre bataille se déroulait.

Il n'était cependant pas dupe; ses capacités physiques étaient amplement au-dessous de la norme, n'étant guère apte à la pratique du taïjutsu. Il était bien trop délicat et raffiné pour une telle primitivité, et il n'aimait pas se salir les mains, de manière directe tout du moins, au sens propre comme au figuré. Aussi, cessant brusquement sa course, il se pencha promptement pour laisser une ombre se dessiner dans la fumée avant de la fendre et de reparaître, passant au-dessus de lui. Il était là question du second lui-même évoqué précédemment, lequel se trouvait juché avec prestance sur l'oiseau d'argile qui lui tenait lieu de moyen de transport. La vitesse de laquelle l'artificiel volatile se voyait épris empêchait quiconque de le poursuivre sous le coup de l'effet de surprise tant il était rapide; aussi fût-ce en toute quiétude que Deidara alla cueillir la bague d'Akatsuki frappée du kanji lui correspondant. L'artefact traînant au sol, abandonné par sa propriétaire, il n'était pas question de le laisser aux mains des shinobis locaux. Il lui fallait la ramener... Il ne prit pas garde à la dépouille qui gisait sur le sol, à cette fausse Yui qui faisait subterfuge. Il n'avait que faire de la mort de cette incapable qui ne méritait guère plus que son mépris. Il eut uniquement le regret de ne pas l'avoir éxécutée lui-même, uniquement conscient de la présence du corps sans y attarder son regard. Pourtant, s'il avait scruté celui-ci plus en détails, peut-être se serait-il aperçu d'une curiosité... Le fait que la bague soit encore au doigt de la jeune femme. Oui, car c'était bien l'anneau de l'originale dont il venait de se saisir, avant de laisser l'une de ses bouches manuelles se refermer sur le précieux objet. Un nouveau membre d'Akatsuki pourrait être nommé; un siège se voyait libéré. Au vu de la personne qui avait dû disparaître pour le laisser vacant, ce n'était pas forcément un mal... Au contraire, même. Mais pour ce qui était du prochain adhérant... Ce serait à lui de voir, puisqu'il s'était approprié la bague.

N'ayant guère plus de raison de rester ici, sachant qu'il aurait bien du mal à dominer le Mizukage ainsi que ses sbires de manière simultanée, il opta à contrecoeur pour une retraire, non sans amertume. Esquivant avec brio le chef du village avant que celui-ci n'ait pû se dresser devant lui de par sa vitesse fulgurante, il ne fit qu'accélérer au fil des secondes pour favoriser sa fuite. Mais de toutes les manières, le moment était d'importance, puisqu'une place au sein de l'Organisation se voyait rendue disponible. Aussi devait-il aussitôt prendre la direction du Quartier Général. Mais pourtant, ce ne fût pas le Deidara qui se tenait face aux trois gradés du village qui s'évada, mais bien celui qui se trouvait debout sur l'oiseau qui fit mine de s'envoler à toute vitesse vers les hauts cieux. Pourquoi, comment? La stupéfaction était de mise. Pourtant, la clé de l'énigme était simple; il s'était joué d'eux avec une facilité enfantine. C'était l'original qui chevauchait l'animal d'argile, et une pâle copie qui faisait face aux shinobis de la brume. Mais le temps qu'ils puissent le réaliser, il était déjà trop tard et le clone avait été activé... Un clone d'argile explosif, encore un des tours pendables dont il avait le secret. Et la déflagration résonna, puissante, assourdissante, torrent de flammes brûlantes déferlant en tous sens en dévastant les lieux dans une symphonie de chaos des plus plaisante à l'oreille pour l'androgyne.


¤ Nous nous retrouverons! ¤ rugit-il, sa voix surpassant le souffle brûlant de la détonation.

Tandis que déjà l'original ainsi que sa création qui lui tenait lui de moyen de locomotion aérienne se voyaient transformés en ombres dans le lointain. Un soupir s'échappa des lippes fines du nuke-nin d'Iwa tandis que son regard se posait sur sa paume où trônait l'anneau, recraché par l'une de ses bouches secondaires de manière à ce qu'il puisse l'observer plus attentivement, n'en ayant guère eu le loisir dans son échappée... Cette mission était un échec, et tout ça était de la faute de cette misérable...


[Récupération de la bague / Deidara quitte les lieux]

[Si quelque chose ne va pas, merci de m'en avertir. Je précise que vous êtes seul maître des conséquences de l'explosion sur votre personnage. Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   Mer 16 Juil 2008, 21:32

~~¤Conditions d'Evaluations¤~~

Arrow style, orthographe
Arrow contexte et autre
Arrow enchainement des RP
Arrow vue d'ensemble

~~¤Evaluation RP¤~~

Je vais essayer de rester neutre, mais bon Arane on en avait déjà plus ou moins parlé de cette "évaluation" ^^" . Ton style est excellent et très entraînant, ca était un réel plaisir de relire cet échange. Quelque chose s'est crée entre les deux personnages et on a envie de les revoir l'un et l'autre ensemble. Pour ce qui est de Deidara, ton entrée en la matière est toujours aussi sucrée Cool, j'ai rien d'autre à dire, vous êtes des modèles et nan des débutants.


Arane Arrow 10 Points
Deidara Arrow 6 points
Yui Arrow 9 points
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]   

Revenir en haut Aller en bas
 

~~¤ Une Matinée Explosive (2) ¤~~ [PV Yui]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: KiriKiri :: Académie des Ninja-