AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Compte Fondateur
Civil


Nombre de messages : 2220
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: ~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)   Dim 06 Avr 2008, 11:02

Une main qui perd de sa force, un regard qui perd son unique lumière, un visage qui se refroidit, Yoshi s'était éteint sur les terres tachées de sang du pays de Taki. Je me trouvais assise à ses côtés, les mains elles aussi recouvertes de sang encore chaud, les larmes qui hantaient mon visage aussi pâle qu'un flocon délaissé dans la nature. Je pouvais sentir les palpitations aussi violentes qu'un torrent de glace, se débattre à l'intérieur de ma poitrine, comme si certaines d'entre elles, essayaient de s'échapper, afin de redonner un souffle aisé à celui qui avait toujours été, mon autre moi. Quelques secondes plus tard, une main tiède mais rassurante se posa sur mon épaule. Je me retournai alors et découvris les visages des membres de l'unite onze de l'escouade des anbu. Tous avaient enlevé leurs masques, histoire de ne pas faire défaut à l'essence même du moment. Je n'avais pas encore la maturité nécessaire pour me défaire de l'ombre de la mort qui dansait autour de nous. Elle était si puissante,si spontanée, si volatile dans l'éternel. Le poids de la responsabilité se tassait au dessus de moi, comme une malediction, Yoshi m'avait protégé, il s'était battu jusqu'à la fin, jusqu'à la mort. Bien des gens sont morts sans que je n'eusse la chance de goûter à ce paradis noir, j'étais la rescapée, celle qui portait le poids d'une douleur multiple, celle qui devait aller de l'avant, celle qui était plus forte que la mort. Tasumi me demanda de me lever, les autres allaient porter le corps. Je ne voulais pas qu'il le touche, qu'il prenne de son odeur encore présente à l'oreille de mes sens. Tasumi insista et à ce moment là, le sceau s'activa une nouvelle fois, faisant brûler les résidus de mon chakra; mes yeux, quant à eux, s'estompèrent eux aussi dans l'éternité, ils n'étaient plus. Je devins aveugle et Tasumi le remarqua aussitôt. Il prit le ruban bleu que portait toujours Yoshi et me le mit autour du cou.

_boku chittomo iya ja naktta...Yui San..

(...)

_Doshita Yui ? me demanda Kioko

_Uun...nanda ka samui dake

Un soleil poignardant le ciel, une brise à peine courageuse. Je me trouvais assise sur le toit de la tour de l'Hokage. Kioko, mon invocation ailée se tenait contre moi, histoire de me réchauffer. Ce soleil pourtant si puissant avait peine à me donner de sa chaleur. Depuis que je suis revenue du pays de Taki, je ne mange plus, je ne dors plus et mon chakra semble être emprisonné d'une force invisible et pourtant si présente en moi. Le masque traditionnel des anbu se trouvait un peu plus loin, taché de sang. Je ne m'étais pas changée et mes vêtements étaient totalement troués, recouverts de poussière et sentaient eux aussi l'essence du corps, le sang. Il y a deux jours, j'avais laissé une lettre sur le bureau du chef du village et toujours aucune réponse. Si cette situation devait continuer, je n'avais qu'une solution pour remédier à cette solitude torrentielle, déserter Konoha et me laisser mourir sur les flancs anciens qui ornent les falaises endiablées de Konoha. Avant de rentrer au village, j'avais donné mes dernières forces dans un entraînement acharné, qui consistait en l'apprentissage de nouvelles techniques, nourries par les secrets du clan Yamaneko. Dans peu de temps, je ne serais plus en mesure de ressentir une quelconque émotion,un quelconque sentiment. Naotta, s'il était resté à mes côtés, j'aurais pu être sauvée de ce qui m'attendait. Je risquais en atteignant l'ultime stade, de devenir dangereuse et de ne pas me maîtriser au début. J'allais pouvoir enfin être libéré de ces maux qui me rongaient l'âme.

_Kokoro ga itai desu..Kioko san.

_Wakarimasu...

J'ai ordonné à Kioko de me laisser seule et elle fut aussitôt vexée. Elle quitta le lieu me laissant ainsi devant un ciel que je ne pouvais voir de l'extérieur mais que je pouvais voir de l'intérieur. La sensation était différente et cela me permettait de toucher la racine de ce qui m'entourait. Une approche de la nature complexe mais si unique. Je me suis allongée sur le sol, sentant encore les blessures qui recouvraient une bonne partie de mon corps. La présence d'une quantité faible de chakra n'avait pas été suffisante pour que je puisse me soigner et je n'avais nul envie de me rendre à l'hôpital. J'ai posé ma main sur mon sein,pouvant ainsi sentir, les battements eux aussi faibles, de mon coeur. Je savais que si je ne réagissais pas, j'allais moi aussi y laisser la vie et rendre inutile sa mort. La mort d'un être cher doit être utile ? C'est tellement monstrueux de dire ca..comment peut on penser ainsi. Un ninja sait qu'il nait pour mourir au combat, une sorte de machine vivante, simplement l'instrument des guerres qui ne cessent de s'accroître. Il n'est pas seulement cela. Notre escouade avait été appelée hier, assez tard dans la nuit, une réunion dans laquelle je ne m'étais pas manifestée. La fin approchait..

Je me suis mise à fredonner un air, une brise se leva et je pus sentir la présence de quelqu'un qui m'observait. Qui était il ?


Dernière édition par Yui Hiroharu le Mer 11 Juin 2008, 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Saï
Invité



MessageSujet: Re: ~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)   Dim 06 Avr 2008, 20:16

[ Arrow Pour une Mission... ]


Ayant rapidement gravi les nombreuses marches qui avaient séparé le Bureau du Hokage au Toit de la Tour de Konoha, le Shinobi avait remis en place ses idées et avait fixé son attention sur les évènements présents. Bien qu'il n'eut réalisé que tard qu'il n'avait aucun intérêt à monter voir ladite personne, il mit cela sur le compte de l'intérêt à obtenr une mission auprès d'elle. Même s'il ne s'agissait pas du Dirigeant du Village, il suffirait d'un supérieur pour pouvoir retenir l'attenion d'une mission pour le compte du Village de la Feuille.
Il s'était donc retrouvé à grimper petit à petit, le Soleil saluant cet exercice en cours de journée, bien que le but n’en était pas là. L’ascension avait interpellé l’attention du Shinobi de Konoha, qui avait vu dans cette montée vers le ciel, qui sait, un symbole de pouvoir et de puissance, venant des Hokages qui s’implantaient fièrement et solidement dans cette Tour. Dans quel intérêt un Chef se devait-il de posséder telle demeure ? Pour prouver sa grandeur et asseoir son autorité ?
Remettant à plus tard cette question, Saï atteint finalement la "cime de l’Arbre Protecteur de Konoha", et jeta comme à son habitude, et comme sa vie lui en avait donné l’ordre, un regard sur les alentours, ne tardant pas à repérer une personne qui s’était recroquevillé sur elle-même, ses longs cheveux couleur écorce d'arbre battant au vent qui soufflait allègrement sur le toit le plus élevé de la ville. Les habits défaits, dans un état misérable, l’analyse de Saï se pencha en une seconde sur le comportement de l’individu, transformant toute vision physique sur un point de vue psychologique. Et sa réponse était là : elle ne venait pas de la ‘Racine’. De ce fait, Saï, bien que n’étant pas ANBU pour le moment, se tint sur ses gardes et fit quelques pas à son rythme habituel et silencieux. Le masque, qui semblait avoir été jeté plus loin, était couvert de sang, et laissait entendre que la Shinobi qui venait maintenant de dévoiler une partie de son corps, rentrait tout juste de mission. C’était une ANBU, certes, mais elle restait à la botte du Hokage, contrairement à la branche secondaire, qui défendait l’implantation de Konoha en la gardant enserrée au sol.
Se tenant droit et sûr, le Chuunin ne tarda pas à remarquer qu’elle avait réalisé sa présence. Les mots fusèrent, sans qu’il ne puisse les contrôler réellement.


¤ Namae wa … ¤


Son regard, froid et insensible, ne semblait pas troublé par l’état lamentable de la ninja qui se trouvait maintenant de profil. Mais hélas, les sentiments et leurs compréhensions n’avaient jamais fait partie de son éducation… .


La réponse tardant, Saï s'en retourna à l'attitude de la jeune femme. Elle semblait amaigrie, sobre. Elle était désespérée en fin de compte. Mais que faire ? Il n’avait jamais été formé pour compatir ou pour s’attarder dans ses détails. Alors…que faire… .
Il n’avait aucun droit de morale sur la jeune femme. Et pour cause, elle était plus gradée ; de plus, son désintérêt pour les personnalités n’appartenant pas à la ‘Racine’ était souvent encrée et inébranlable. Ne sachant que dire, il retira son katana court d’haut dessus de ses épaules et, prenant ses distances avec la shinobi, en cas de précaution, il s’assit de la même façon qu’elle, s’emparant d’un rouleau dans sa sacoche. Débusquant son pinceau, il trempa la pointe de son pinceau dans l’encre et laissa le crin voguer à sa guise sur le papier blanc, formant peu à peu des formes et des figures. Sans trahir la moindre émotion par la présence de la jeune femme, Saï continuait son œuvre sans vraiment s’en soucier. Il était absorbé par son travail, désormais.
Il ne se rendit presque pas compte que ses lèvres s’agitèrent, laissant quelques mots échapper à son emprise.


¤ Qui que vous pleuriez, la chose est faite. Ne vous a-t-on jamais dit de contrôler vos sentiments et d’avancer dans la vie, dans la branche ‘ANBU’ ? ¤


Marquant un temps d'arrêt, il semblait se concentrer d'avantage sur le détail de l'oeil qu'il était en train de dessiner que de la réaction de la personne. Il savait que s'il devai sentir un mouvement, il saisirait son arme et serai paré à riposter à n'importe quelle attaque le prenant pour cible. Mais cela ne semblait pa venir. Manquant d'encre, il replongea avec un regard perdu dans la noirceur de l'encre le pinceau qu'il utilisait.

¤ Vous semblez affaiblie. Votre condition physique indique que vous n'avez que très peu vécu et trop enduré. Quoi qu'il se soit passé, chose que j'ignore et dont je me moque, je ne pense pas que votre réaction soit la plus judicieuse... . ¤


Relevant la tête, il regarda au loin comme pour y voir un futur qu'il souhaitait attraper. Il se remémorait son entraînement privilégié et agguéri, qui ne l'avait amener que sur un seul et simple objectif dans la vie... .

¤ Dans la Racine, tu n'as pas de Nom. Tu n'as pas d'Emotions. Tu n'as pas de passé, ni d'Avenir... .
Seule la mission compte... .¤
Revenir en haut Aller en bas
Compte Fondateur
Civil


Nombre de messages : 2220
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: ~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)   Dim 06 Avr 2008, 22:38

Mon maître et moi étions sur un terrain vague qui ornait le pays du thé. Il aimait bien m'emmener ici car il savait que très peu de ninjas tentaient l'escapade du pays de Cha, autrement dit nous étions tranquilles. Il m'avait demandé de maîtriser la techniques de boules de cristal, une technique complexe et qui usait une grande quantité de chakra. A ma première tentative, je tenais à peine debout, manquait de tomber à terre et contrôlant lamentablement mon chakra, c'était une défaite légitime. Mon maître resta calme, continua de me fixer et de me donner des ordres, il voulait que je continue jusqu'à ce que je la maîtrise totalement. A ce rythme là, je n'allais plus tenir très longtemps, avait il une idée derrière la tête? J'ai fermé les yeux, je me suis concentrée en focalisant mon chakra à des points précis. Il prit une impulsion au sol, déguaina son katana et me le mit sous la gorge. Il voulait me déconcentrer à tout prix, j'avais un excellent sensei, il savait comment faire, c'est lui qui était à l'origine de toutes mes connaissances en matière d'art ninja. Mes membres tremblaient et je le vis passer sa main sur ma hanche. Un frisson me parcourut le corps. Je fis apparaitre les boules de cristal à une portée de dix mètres tout autour de nous. Un sourire se dessina sur son visage et il me fit signe de lancer mon attaque. La jauge de mon chakra était au plus bas, je devais donc puiser dans mes réserves, celles que me procuraient le sceau du clan Yamaneko. Les épées se projetèrent hors des boules de cristal, mon maître se place au centre du cercle et évita les attaques d'une rapidité fulgurante. Il atterit au sol, le visage radieux et il prononca distinctement. "Hyakuko.je suis fier de toi". Sur le moment, je ne sus quoi répondre, je me suis contentée d'un sourire et d'aller m'asseoir un peu plus loin, en raison d'un épuisement considérable. Voilà maintenant six jours que je m'entrainai sans relache et sans avoir pris le temps de me reposer un peu. Le soleil n'allait plus tarder à se coucher, la température était redescendue et mon maître invoqua "'l'élite". Je savais que très peu de choses à leurs sujets, il était encore mystérieux, après toutes ces annés, je pensais qu'un confiance s'était installée..ou voulait il simplement me préserver. L'une de ses invocations se rapprocha et se mit contre moi afin de me réchauffer. Mon maître faisait le guet un peu plus loin jusqu'à ce que je trouve le sommeil, pendant ce temps là, je ne savais pas ce qu'il faisait. Je me suis réveillée pendant la nuit à cause d'une fièvre qui n'en finissait plus. Les palpitations de mon coeur se faisaient timides et je suais. Aoko ouvrit les yeux et je pus voir deux iris de deux couleurs différentes. Elle déposa sa patte sur mon ventre et me demanda de me rendormir. Je lui fis confiance et me rendormis peu de temps après. Après une nuit riche en émotions, mon maître me réveilla en même temps que le lever du soleil. Le lionceau fit son apparition dans le ciel, laissant ses poils lumineux me caressaient le visage. J'ai levé mes bras histoire de m'étirer, accompagné de quelques gémissements osés. Mon maître se tenait debout sur une roche de taille assez impressionnante. Il se mit à rire, une chose qu'il n'avait pas faite depuis longtemps. La reprise de l'entrainement était sonnée, aujourd'hui, je devrais atteindre mon nouveau objectif; maîtriser la face cachée de la nature

(....)

Je me suis légèrement redressée et ce qui venait de se produire allait changer le cours de mon histoire. Je revoyais de nouveau, mon sens m'avait été rendu mais à quel prix ? Le chakra à l'intérieur de mon corps commenca à me brûler, je savais à cet instant et au plus profond de moi, que le temps était venu. Allais je m'éteindre sous la vue de ce jeune homme inconnu? Il devait sans doute avoir le même age que moi et son visage me disait quelque chose. Etant membre de l'escouade des anbu, je connaissais tous les ninjas qui en faisaient partis et le ninja qui se trouvait devant moi, était de notre élite. Ses yeux semblaient comme dépourvus d'expression mais laissaient paraître un charme légendaire. C'est mon histoire mais ais je la force de la conduire où je le souhaite? Encore et toujours des questions qui ne trouvaient pas de réponses. J'ai relevé la tête, mon regard tourné vers le ciel, plus précisement vers un horizon incertain, un paysage qui m'était resté caché pendant plus de douze mois. Les dernieres caresses du soleil,les clins d'oeil des nuages, les quelques oiseaux, qui en cette saison, étaient proie à des danses scintillantes dans le ciel. Je ne le regardais pas mais je savais précisement ce qu'il faisait. Il passa sa main dans son dos d'un geste précis et délicat, telle une caresse sur la joue d'une femme et sortir son katana. Dans l'état actuel où je me trouvais, je ne risquais pas de l'attaquer ou quoi que se soit d'autre, de plus,il portait le bandeau du village de Konoha, un village que je protégeais. Il s'assit sur le sol,tout comme moi. J'ai regardé dans sa direction et je vis le ninja sortir un parchemin ainsi qu'un pinceau et de l'encre. Il dessinait rapidement et la finesse de ses gestes était similaire aux traits de son visage. Il était d'une telle finesse, d'une telle pureté. Je me demandais s'il allait dédaigner parler et mes doutes s'estompèrent par le son de sa voix qui fredonnait dans l'air.

¤ Qui que vous pleuriez, la chose est faite. Ne vous a-t-on jamais dit de contrôler vos sentiments et d’avancer dans la vie, dans la branche ‘ANBU’ ? ¤

Il avait donc remarqué le masque anbu, qui m'appartenait, et qui se trouvait un peu plus sur le toit. Il devait avoir le même âge que moi mais d'après ce que je pouvais découdre de ses paroles, il était de rang inférieur. Un rang n'est qu'un symbole, ce qui fait la force d'un ninja, sont la sagesse et le coeur. Il replongea son pinceau dans l'encre et continua ce qu'il entreprenait. Je sentis d'autres présences autour de moi. Kioko, Keiko, Keioko et les deux autres invocations se trouvaient, invisibles, autour de moi. A cet instant précis, je pus sentir la jauge de mon chakra remontait à une vitesse régulière mais considérable. Le sceau qui se trouvait au bas de mon ventre me brûla, allais je atteindre l'ultime stade? Tout ce que je savais, c'est que ma vie n'était plus en danger, et je savais que l'arrivée de ce jeune homme y était pour quelque chose, comme un signe.

¤Vous semblez affaiblie. Votre condition physique indique que vous n'avez que très peu vécu et trop enduré. Quoi qu'il se soit passé, chose que j'ignore et dont je me moque, je ne pense pas que votre réaction soit la plus judicieuse... . ¤

En voyant mon état, il en avait tirer des conclusions qui étaient tout à fait justes. Mais..en même temps, il déclara des vérités qui lui étaient propres. Il ne pouvait pas comprendre alors se pourrait il que (...) Kioko entra en contact avec moi, elle avait analysée le ninja aux cheveux ébènes et elle savait des choses à son sujet. J'insistai alors pour en apprendre sur lui mais elle ferma son esprit, histoire que je ne puisse pas lire les informations qu'elle venait d'avoir judicieusement.
Il releva la tête et regarda au loin. Son regard était toujours aussi vide que tout à l'heure, pourtant il y avait cet éclat..un éclat qui semblait vouloir surgir, telle une flemme, mais emprisonné..emprisonné par quoi ?

¤ Dans la Racine, tu n'as pas de Nom. Tu n'as pas d'Emotions. Tu n'as pas de passé, ni d'Avenir... .
Seule la mission compte... .¤



Ces dernières paroles qu'il venait de prononcer m'avaient touché au plus profond de mon âme. Elles étaient baignées par une sagesse infinie, puissante et pure. Mais en même temps, je venais de comprendre ce qu'avait comprit bien avant moi Kioko,ce jeune homme était dépourvue d'émotions, de sentiments. Seuls certains ninjas devraient être ainsi, en particulier les anbu, étant donné la difficulté de nos missions bien que je sois totalement contre ces principes. La nature de l'homme est toujours bel et bien présente en nous, quoi que nous fassions, quoi que nous pensions, peu importe le chemin vers lequel un ninja est destiné.
Je me suis levée, mes jambes tremblaient encore légèrement mais au moins je ne saignais plus. Mes vêtements étant troués, je laissais apparaître une nudité fleurissante ( xd ^" ) J'ai marché jusqu'à sa hauteur, cette fois ci, il ne bougeait plus et il finit par relever la tête, histoire de me regarder dans les yeux.

_Je suis Yui Hiroharu..chef de l'escouade onze des anbu du village de Konoha.

J'avais réussi à parler sans que ma voix ne tremble elle aussi. Kioko et les autres me soutenaient et je me sentais bien mieux, bien qu'à tout moment, je pouvais redescendre au plus bas. Le stade plus ou moins atteint, j'étais encore instable.

_Je..je suppose que ta présence est du au faite que tu es tombé sur la lettre que j'avais minutieusement laissée sur le bureau de notre Hokage. Je n'ai qu'une chose à répondre à cela..merci d'être là, sans toi, mon corps aurait été dépourvue d'une quelconque fleur de vie.


Je sentais petit à petit que quelque chose s'estompait en mon coeur, était ce (...) J'ai posé ma main sur la sienne, celle qui tenait le pinceau.

_J'ai compris qui tu étais..tu es Sai..ou du moins, celui qui se fait appeler Sai. Je ne t'obligerai pas à parler sur toi..

Je me suis relevée et je me suis dirigée vers la fenêtre histoire de quitter l'endroit.


Dernière édition par Yui Hiroharu le Mer 11 Juin 2008, 19:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ex-Saï
Invité



MessageSujet: Re: ~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)   Lun 07 Avr 2008, 00:46

La main qui s’était posée sur les doigts de Saï était froide, probablement dû à un isolement qui avait duré. Saï porta les yeux sur cette main féminine, si fine et discrète à la fois. Pourquoi une telle attitude après sa réponse ? Serait-il, malgré son enseignement et ses ordres, parvenu à tisser des liens avec autrui ? Cela n’était pas dans ses habitudes,…et cela ne devait surtout pas l’être. Les règles de Danzô-Sama étaient strictes ; en aucun cas les relations ne pouvaient aider dans une mission. Entretenir une amitié avec quelqu’un : c’était là quelque chose de bien mystérieux.
Saï n’en avait jamais appris l’utilité, et ne l’avait jamais compris également. Selon les règles que l’on lui avait imposé, il restait solitaire et soigneux, ne pensant qu’au principal et non à autrui. Mais sans qu’il ne comprenne pourquoi, une chose inconnue lui pesa sur le cœur, le tirant vers le bas, et l’entraînant vers le fond. Qu’était-ce donc que cette sensation ? Il ne l’avait jamais éprouvé auparavant. Etait-ce la présence de cette demoiselle ? Non, aucunement, il avait toujours vécu entouré sans réellement prendre contact avec les gens, et cela ne l’avait jamais autant affecté. Les mots qui suivirent firent irruption dans un silence de quelques minutes, alors que la jeune femme semblait sur le point de partir… .


¤ Je ne porte que le nom de Code que l’on m’a donné. C’est un ordre, je me dois d’y obéir… .¤


Alors que ces quelques mots étaient achevés, l’analyse de Saï faisait fureur et voguer à une vitesse inimaginable, tandis qu’il recherchait dans les fin-fonds de sa mémoire les données et analyses qu’il avait eu sur cette jeune femme. Ce nom… Il l’avait obligatoirement entendu, puisque c’était là l’un des aspects les plus étonnants que l’on n’aurait jamais soupçonné de la branche « NE ». Qui aurait imaginé que dans des coins les plus reculés, dans un lieu que personne ne connaissait, pas même le Hokage, se trouvait le centre d’entraînement le plus performant qui soit du Pays, avec une bibliothèque regorgeant d’informations. Les élèves qui avaient été sélectionnés par la « Racine » avaient le droit à des séances de lectures régulières, afin d’en connaître le plus possible sur chaque personnalité du Village. En cela, l’ANBU « NE » était devenue quelque chose d’effrayant, doté d’une mémoire au-delà du commun, et capable de mémoriser chaque technique possible de tel ou tel individu. L’ombre de Konoha veillait certes sur ses enfants, mais gardait également un œil rivé dessus… .
Achevant son Dragon de Chine, Saï fit tourner le pinceau entre ses doigts et le passa dans un petit sachet. En l’y trempant, un peu de poudre blanche sembla s’élever et s’évaporer dans les airs. Rangeant peu à peu son pinceau et le reste de son matériel, il se leva tout en énumérant ses connaissances.


¤ J’avoues avoir du mal à comprendre comment un membre de l’ANBU peut connaître mon nom de Code. D’après ce que j’ai pu en retenir, vous n’êtes pas aussi documentés que nous, Yui Hiroharu, chef de la 11° escouade d’ANBU du Village de Konoha, recrue extérieure du Village, âgée de 17 ans… .¤


Cette liste de données sur la jeune femme montrait bel et bien les capacités de renseignements dont disposait l’ANBU « NE » et la stricte sévérité des leçons qui avaient été donné à la génération de Saï… comme toutes les précédentes et celles qui suivraient, d’ailleurs… . Ayant tourné son regard vers la jeune femme qui semblait s’être arrêté, il continua de l’observer sans pour autant ressentir de la compassion ou de l’amitié envers cette personne. S’il avait pu finir son livre, peut-être aurait-il pu trouver un moyen de nouer une rencontre stable. Mais depuis toujours, cela lui avait été défendu.
Constatant que la jeune ANBU souhaitait probablement partir, il haussa les épaules et se résigna à ne faire que ce qui lui avait enseigné depuis toujours : dire la pure et simple vérité. Pourquoi faire autre chose ? Et qu’aurait-il pu dire d’autre ? Après tout, cette personne pourrait peut-être le renseigner, voire même l’aider… .


¤ Je ne sais pas ce que tu vas faire, et tu me diras certainement que ce n’est pas mes affaires, mais si ton état d’esprit ne change pas maintenant, alors tu n’avanceras plus.¤


* Et Konoha No Kuni n’a pas besoin de gens qui ne savent pas aller de l’avant…*

Cette pensée, le Chuunin l’avait gardé pour lui car il la savait déplacé. Mais il cherchait désespérément un moyen pour obtenir davantage d’informations. Et de plus, quelque chose le gênait dans la situation actuelle. Même si les relations se devaient de passer après la mission, il n’était pas actuellement en mission. Mais rien ne lui disait que cet évènement le conduirait à s’ouvrir au monde extérieur, et que son attitude en changerait lors des missions.
Ses lèvres bougèrent rapidement, pour faire une proposition qui lui parut insensée à la seconde suivante.


¤ Si tu n’as rien de prévu, je te propose d’échanger un repas contre des informations… ¤
Revenir en haut Aller en bas
Compte Fondateur
Civil


Nombre de messages : 2220
Date d'inscription : 02/04/2008

MessageSujet: Re: ~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)   Dim 04 Mai 2008, 00:42

¤AutoEvaluation¤



Critères

-Qualité/Quantité
-type de RP
-Intérêt du RP

Evaluation

-2 Posts =) environ 300 Lignes
-Qualité =) fluide et peu de fautes
-RP de type "histoire des perso"

¤Note¤

6/6
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)   

Revenir en haut Aller en bas
 

~¤Une vie en danger : Le temps est compté !¤~(PV: ???)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Teki Sanctuary :: Konohakonoha :: Toit de la Tour-